Archives de catégorie : Vie du centre

Soutenance de Stéphane Pouyaud

Stéphane Pouyaud soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Jean-Louis HAQUETTE (URCA), et intitulée

Parodie et création romanesque dans les littératures européennes (Antiquité -XVIIIe siècle). Essai de poétique historique

membres du jury :
Guiomar Hautcoeur (Univ. Paris Diderot-Paris 7)
Jean-Louis Haquette (Univ. Reims-Champagne Ardenne) (directeur)
Vincent Jouve (Univ. Reims-Champagne Ardenne)
Thomas Pavel (Univ. Chicago)

Quand :
Samedi 08 décembre 2018 à 14h30

Où :
Salle E13
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Crédit: Jean-Honoré Fragonard, La Liseuse, c. 1770 – source: wikipédia.

 

Loi fake news et création d’un conseil de l’ordre : s’agit-il d’aider ou d’encadrer les journalistes ?

Crédit : Creative Commons

Alexis Lévrier est l’invité de Guillaume Naudin sur RFI pour l’émission Les Débats de Rfi : diffusion le 17 octobre 2018.

C’était la semaine dernière, l’Assemblée nationale votait en deuxième lecture, les projets de loi de lutte contre ce que l’on appelle les fake news. Un projet considéré comme inadapté ou même liberticide, pour à la fois des responsables politiques, des juristes et des journalistes. C’est ce moment que la désormais ex-ministre de la Culture a choisi pour annoncer le lancement d’une mission, en vue de la création d’un conseil de déontologie de la presse. Françoise Nyssen expliquait que le premier rempart contre la désinformation reste les médias et les journalistes. Loi fake news, création d’un conseil de l’ordre: s’agit-il d’aider ou d’encadrer plus sévèrement les journalistes ? C’est la question du jour.

Pour en débattre :

– Alexis Levrier, maître de conférences, historien de la presse et des médias. Auteur du livre « Le Contact et La Distance : le journalisme politique au risque de la connivence », éd. Les Petits Matins
– Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

La Fontaine. Les fables ou l’animal moqueur

Deux articles de Céline Bohnert dans la revue MYTHOLOGIE(S) Hors Série « La Fontaine. Les fables ou l’animal moqueur » : ou de quelques volatiles dans les Fables.

  • « Éloge de la tendresse : des bienfaits de la retraite à l’éloge de la poésie »
  • « L’Hirondelle et les petits oiseaux » (Fables, I, 8).

Un extrait du numéro peut être feuilleté ici.

Céline Bohnert est maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL.

Crédit: détail de la couverture de MYTHOLOGIE(S) Hors Série « La Fontaine. Les fables ou l’animal moqueur ».

Affaire Benalla : que reproche-t-on aux médias ?

Alexis Lévrier est l’invité de Mélanie Chalandon sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre avec Luc Bronner, Adam Nossiter et Gilles Legendre diffusion le  30 juillet 2018.

Ecouter l’émission.

L’affaire Benalla secoue depuis le 18 juillet dernier les sphères politique et médiatique. Après six jours de silence, c’est aux médias qu’Emmanuel Macron s’en est directement pris, les accusant de faire choux gras d’une affaire qui n’en serait pas une. Mais que reproche-t-on exactement aux médias ?

« Mais qui êtes-vous, les journalistes ? Vous n’exprimez que des intérêts particuliers. Moi, je représente l’intérêt général car j’ai été élu par le peuple! Vous, vous ne représentez que vos lecteurs ». Ainsi parlait Napoléon III, cité par le philosophe Philippe Raynaud dans une tribune parue dans Le Monde hier.

Les termes ont changé mais l’argumentaire n’est pas très éloigné de celui employé par le Président de la République la semaine dernière à propos du traitement de l’affaire Benalla par la presse.

L’affaire Alexandre Benalla, faut-il le rappeler, tire son nom de ce chargé de mission à l’Elysée, désormais licencié, et dont le journal Le Monde a révélé le 18 juillet qu’il était bien l’homme que l’on voit agresser deux manifestants sur une vidéo le 1er Mai à Paris.

Après six jours de silence, quand il a finalement pris la parole devant ses troupes, le Président Emmanuel Macron s’en est pris directement à la presse. Une presse qui selon lui ne chercherait pas toute la vérité, se prendrait pour la justice et colporterait des erreurs.

Des accusations sévères de la part de la plus haute autorité de l’Etat à l’encontre d’une profession censée incarner le quatrième pouvoir.

Affaire Benalla : que reproche-t-on aux médias ?

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Annoncer la mort du Roi (Henri IV et Louis XIV)

Alexis Lévrier est l’invité de Emmanuel Laurentin sur France Culture pour l’émission La Fabrique de l’histoire avec Michel Cassan, Professeur d’histoire à l’Université de Limoges : diffusion le 27 juin 2018. Une émission co-animée par Séverine Liatard avec des textes lus par Mélodie Orru.

Ecouter l’émission.

A la mort d’Henri IV, la Cour craint les émotions populaires qu’elle va s’employer à prévenir et aussi l’Espagne avec ses potentiels menaces.  Le pouvoir a l’expérience de la mort d’Henri III dont la nouvelle avait été colportée selon les versions de la Ligue catholique. Il importe donc de prendre en charge immédiatement cette information. Michel Cassan, un de nos deux invités, a écrit un livre sur cette grande peur de 1610 et les moyens d’éviter que le Royaume ne s’enflamme.

A peine un siècle plus tard, la rumeur règne toujours mais cette fois-ci à  l’égard de Louis XIV et de son état de santé critique : contre-vérités, informations erronés, parfois en provenance de l’étranger, circulent couramment. Lors de son dernier été, en 1715, des annonces contradictoires vont s’affronter entre une presse étrangère avide de nouvelles et des journaux français rares et surveillés, toujours prompts à minimiser les événements liés à la santé du souverain.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Le recueil des Commémorations nationales 2018 rend hommage à Jean de La Fontaine

Le Recueil des Commémorations nationales 2018 rend hommage à Jean de La Fontaine: on célèbre cette année le 350e anniversaire des ses Fables.

Lire en ligne  l’article de Céline Bohnert.

Feuilleter le recueil.

 

Céline Bohnert est maître de conférences en littérature française à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL.

Crédit: La Laitière et le pot au lait, dessin de Félix Lorioux (1872-1964), première moitié du XXe siècle. © ADAGP, Paris 2017 – Cliché ADAGP images

 

Nouveau pouvoir, nouveau journalisme

Alexis Lévrier, Alain Duhamel, Marion Lagardère, Elisabeth Zerofsky Crédits : AD

Alexis Lévrier est l’invité d’ Ariane CheminThomas Wieder et Vincent Martigny sur France Culture pour l’émission L’ Atelier du pouvoir avec Alain Duhamel et Marion Lagardère : diffusion le 17 juin 2017.

Ecouter l’émission.

Le renouvellement à la tête de l’Etat implique-t-il un changement dans le travail des journalistes ? Comment le journalisme politique s’est-il transformé, adapté, depuis les débuts de la Ve République ?

Les rapports entre journalisme et politique ont nourri depuis les débuts de la démocratie française une chronique parallèle du pouvoir, de ses débordements et de son contrôle.

Souvent décriés par leurs collègues étrangers pour leur connivence, voire leur complaisance vis-à-vis de leur sujet d’observation, les journalistes politiques sont confrontés pour leur part à des contraintes nouvelles qui pèsent sur leur activité.

Celle d’une crise de la presse qui limite le nombre d’enquêtes d’investigation ; celle de l’accélération du temps médiatique depuis l’apparition des chaînes d’information en continu et des réseaux sociaux sur lesquels des millions d’anonymes s’improvisent journalistes ; et depuis dix ans l’intrusion de la vie privée dans l’analyse politique, cette fameuse peopolisation tant décriée.

Le débat est d’autant plus vif que les journalistes politiques sont de plus en plus critiqués, pour de bonnes et de mauvaises raisons, à la fois par par le grand public et par des politiques tentés d’instrumentaliser le ressentiment de l’opinion ou de contourner les médias traditionnels.

Y-a-t-il une manière française de faire du journalisme politique ? Comment les journalistes réagissent-ils à ces nouvelles contraintes ? L’effondrement en cours du système partisan va-t-il s’accompagner de transformations nouvelles du journalisme politique ?

Alors que le monde politique est sens dessus-dessous et que les médias ont parfois du mal à suivre l’actualité tant elle s’est montrée cette année brûlante et surprenante, ce sont les questions que nous évoquons aujourd’hui avec nos invités dans ce nouvel Atelier du pouvoir qui s’interroge sur le métier de journaliste politique et ses évolutions.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Soutenance de Nathalie TATEM-IGOUAZI

Nathalie Tatem-Igouazi soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Dominique Quéro, professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, et intitulée

L’esprit dans le théâtre de Marivaux

le jeudi 20 octobre 2016 à 14h00 à la Maison de la Recherche de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (Campus Croix-Rouge, 57 rue Pierre Taittinger, Reims), Salle R 240 (rez-de-chaussée haut).

Le jury sera composé de Dominique QUERO, directeur (Université de Reims Champagne-Ardenne, directeur de thèse), Françoise GEVREY (Université de Reims Champagne-Ardenne), Jean-Louis HAQUETTE (Université de Reims Champagne-Ardenne), Geneviève HAROCHE (Université d’Orléans), Françoise RUBELLIN (Université de Nantes, rapporteur), Jean-Paul SERMAIN (Université Sorbonne Nouvelle Paris 3, rapporteur).

Crédit: d’après Van Loo, Pierre Carlet de Chamblain de Marivaux, c. 1753 – Versailles MV 2985.

LES TERRITOIRES SENS DESSUS DESSOUS

Yann Calberac participe à l’émission « Planète Terre » de Sylvain Kahn sur France Culture : diffusion jeudi 1er juin 2016 sur France 2.

La semaine spéciale consacrée à la relève des savoir se propose d’aborder les nouveaux concepts, nouvelles approches, nouvelles méthodes, nouveaux objets dans le domaine des sciences. Dans Planète Terre, nous déclinons cet angle à la géographie, aux sciences du territoire et de l’espace.

Quelles sont les nouvelles conceptions/définitions de « l’espace » en géographie, en France, en Allemagne, aux USA, en Afrique et ailleurs ?  En quoi le genre et les sexualités font-ils territoire ? Quid des questions migratoires qui produisent de l’espace nouveau et de la contre-cartographie​ ?

Écouter l’émission.

Yann Calberac est maître de conférences en Histoire et épistémologie de la géographie à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

(À suivre)… Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui

La prochaine séance du séminaire « Cultures populaires » (CIRLEP EA4299) aura lieu le mercredi 25 mai à 16h30 à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (UFR Lettres et Sciences Humaines – Maison de la Recherche – salle R240). Elle sera animée par Alexis Lévrier, Maître de conférences au CRIMEL.

« (À suivre)…Journalisme et bande dessinée, d’hier à aujourd’hui ».
Cette séance abordera, d’un point de vue historique, la question des relations entre journalisme et bande dessinée. En Europe comme aux États-Unis, cette proximité est particulièrement ancienne : des deux côtés de l’Atlantique, le neuvième art s’est construit au contact de la culture périodique. Une trajectoire semblait pourtant s’être progressivement dessinée au cours des dernières décennies. La prépublication périodique dans des magazines souvent populaires a en effet laissé la place, à partir des années 1980, au règne de l’album. En s’éloignant du journalisme, la bande dessinée a semblé trouver enfin la reconnaissance et la dignité dont elle était privée jusque là.

Une stupéfiante aventure de Viny K. - Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis
Une stupéfiante aventure de Viny K. – Tome 1 Une si jolie petite gueule © Dupuis

Depuis une quinzaine d’années, le succès du reportage graphique a pourtant conduit à un mouvement inverse. Le succès de « mooks » publiant des reportages BD (XXI et surtout La Revue dessinée), a mené à la création de revues d’actualité s’adressant à la jeunesse (Groom, Topo) et à la renaissance d’une presse spécialisée dans la bande dessinée de fiction : Pandora, que vient de lancer Casterman, s’inspire par exemple délibérément du célèbre magazine (À suivre), disparu en 1997.
Le lien entre bande dessinée et journalisme se réinvente donc sous nos yeux, au moment même où sa disparition semblait programmée. Nous tenterons de montrer qu’il n’a en réalité jamais disparu, en privilégiant trois aspects en particulier : la question de l’imaginaire médiatique d’abord, à travers notamment la figure du reporter, dont Tintin est en quelque sorte l’archétype ; la question du lien entre journalisme et actualité, dont le reportage graphique n’est que l’une des déclinaisons les plus récentes ; la question de la poétique des supports enfin, puisque la prépublication périodique a durablement influencé la manière même de concevoir un « strip » ou une planche de bande dessinée.

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240)
57, rue Pierre Taittinger – Reims