Programme 2022-2023 – Grandes et Petites Mythologies

Saint Michel terrassant le Dragon, Livre d’heure d’Henri de Valois, Tours c. 1500.

Horaire : 17h-19h

Lieu : BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge

Jeudi 6 OCTOBRE, JEUDI 1er DECEMBRE 2022; Jeudi 2 FEVRIER, 2 MARS, 6 AVRIL, 4 MAI 2023.

Possibilité de suivre en distanciel: le lien zoom sera communiqué ici même le mardi précédent la séance.

TELECHARGEMENT
2022 2023 Programme Grandes et Petites Mythologies

La Fontaine et les arts : Céline Bohnert aux 7e Rencontres de Psyché

La Fontaine et les arts :
Les 7e Rencontres de Psyché à Château-Thierry

Le journal L’Union, qui avait annoncé la journée,  rend compte ce 9 juin des 7e Rencontres de Psyché, organisées le samedi 4 juin 2022 par la Société des Amis de Jean de  La Fontaine et le Festival Jean de La Fontaine, avec le soutien de la mairie de Château-Thierry.

Céline Bohnert y a donné une conférence sur “La Fontaine et la Peinture”.

TÉLÉCHARGEMENT
programme

Crédits : Claude Lorrain, Vue de Delphes, Galerie Doria Pamphili, Rome – source : @wikipedia.

Publication de la thèse de doctorat remaniée de Flore Verdon

Flore Verdon, Le Royaume arthurien au XIIe siècle. La quête d’une eutopie, Paris, Classiques Garnier, 2022.

Flore Verdon a fait toutes ses études de Lettres Modernes à l’URCA. Après avoir choisi la littérature médiévale (Master avec Miren Lacassagne), elle a soutenu sa thèse de doctorat (sous la direction de K. Ueltschi) en octobre 2019.

L’ouvrage paraît le 8 juin 2022 chez Classiques Garnier 🙂

Disponible sur le site de l’éditeur.

Une silhouette familière

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Une silhouette familière

Elle attendait, debout sur le quai du métro, et frottait vigoureusement ses mains gantées l’une contre l’autre. Il parvenait à distinguer ses tremblements de froid sous les nombreuses épaisseurs de tissu censées lui faire barrage. On aurait dit qu’elle avait essayé de disparaître sous ses vêtements, de s’y ensevelir. Les gens passaient sans la voir, elle ne semblait pas les apercevoir davantage. Les yeux dans le vague, elle fixait sans le voir le panneau de la station.

Solférino. Le voyait-elle encore, après tout ce temps ? Il en doutait, mais en avisant son regard perdu, il se demandait tout de même si ce nom ne l’avait pas entraînée à sa suite dans l’une des rêveries primesautières et subites dont elle était coutumière. À quoi pouvait-elle bien penser ? Le froncement de ses sourcils ne présageait pas une réflexion joyeuse… Continuer la lecture de Une silhouette familière

Le Désir a retrouvé son étoile

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Désir a retrouvé son étoile

Que quelqu’un lui nomme une chose plus belle à observer qu’un ciel de nuit. Ces milliers d’étincelles pareilles à des points de conscience qui nous regardent et nous laissent les regarder. Ces mystères lointains insaisissables et passionnants. Une voûte si changeante et pourtant tellement apaisante. Le ciel nocturne suscite tant de questions qui ne demandent qu’à être éclaircies, tant d’énigmes qui ne cherchent que leur résolution. Oui, que quelqu’un lui nomme plus merveilleux spectacle que la voûte céleste.

Cette nuit encore, Aratos de Soles était saisi par la poésie de ce tableau. Des notes d’Eudoxe de Cnide à la main, il observait, allongé dans les jardins du palais d’Antigone. Qu’observait-il exactement ? Les figures formées de ces lignes imaginaires reliant les astres entre eux, l’harmonie qu’elles créaient. « Cette harmonie ne peut être que le signe de l’ordre qui règne là-haut », pensa l’observateur. Au fil des années, Aratos avait appris à reconnaître ces images : la ceinture des constellations zodiacales lui était désormais aussi familière que ses propres appartements. La beauté de ce spectacle ne manquait jamais de créer en lui un profond sentiment de reconnaissance envers les dieux, ces dieux qui régissaient le monde, celui d’après, celui d’ici et celui d’ailleurs. Pour cet homme fasciné, la splendeur et la noblesse de ce tableau signifiaient l’infinie bonté des Immortels. Continuer la lecture de Le Désir a retrouvé son étoile

Le Soleil fâché

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Soleil fâché

La rue de Paris était pleine de passants, de fumées et de cris alors qu’il se rendait au Louvre. Il se souvenait parfaitement de la dernière occasion qu’il avait eue de se rendre à la capitale. C’était en été, un été chaud et fructueux : il passait justement devant le couvent des Feuillants, qui lui remémora la conférence qu’il avait donnée à l’Hôpital général. Les travaux pour la construction de son extension allaient débuter. Ce serait la Salpêtrière. Oui, cet été 1657 fut un moment intéressant de sa carrière, car il fut pour lui une de ces intenses périodes d’écriture. Il se souvenait également que c’était à cette date que le surintendant Fouquet avait achevé les structures principales de son château de Vaux, de son palais, plutôt. Bossuet laissa derrière lui la collégiale Saint-Honoré. C’était l’été où avait paru cet ouvrage si singulier de Pascal, Les Provinciales. Quoi qu’il ne fût pas toujours en accord avec les positions de cet homme, il reconnaissait tout de même qu’il avait bien du talent pour débattre avec tant de subtilité. Le roi, se rappelait-il, était resté assez réservé sur ces lettres. C’est sans doute pour cela, pensait Bossuet, qu’il devait garder en mémoire ces événements d’il y a cinq ans, car il lui faudrait prononcer devant le monarque bien plus que de simples panégyriques. Il lui faudrait mettre devant les yeux ses propres torts – non pas comme un accusateur, car qui était-il pour juger un tel homme ? Non, il lui faudrait lui parler avec cette même simplicité qui l’avait tant charmé et convaincu, celle qu’il manifestait en tous lieux et avec chacun de ses auditeurs – il pourrait s’agir de ce mendiant auquel il venait de donner l’aumône, ou de cette femme de marchand qu’il avait croisée, ou de ces nobles qu’il verrait tout à l’heure –, celle de son maître Vincent de Paul. Il lui faudrait parler, car la reine-mère, Anne d’Autriche, le lui avait commandé. Elle avait attiré auprès d’elle tous les partisans d’un redressement moral de la Cour. Et c’est justement pour sa verve oratoire qu’elle l’avait convoqué, l’ayant vu à Metz prononcer l’un de ses discours pour l’apologie des saints de la religion chrétienne. Continuer la lecture de Le Soleil fâché

Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité

Le Livre comme objet du transfert culturel
à la première modernité :
acteurs, commerce, pratiques

Vendredi 3 juin
Bibliothèque Carnegie

A partir des études de cas, cette journée d’études interroge le rôle du livre comme objet du transfert culturel à la première modernité.
Tandis que les acteurs (agents de princes, commerçants, éditeurs et imprimeurs, auteurs, traducteurs, bibliothécaires, etc) et les pratiques d’échange de réception et d’adaptation étaient bien établies pour faire circuler en Europe des objets comme des curiosités et des animaux exotiques, peintures, tapisseries, porcelaines, le livre tient une place à part véhiculant, en plus, les idées et concepts abordés et, par la suite, repris dans les pays d’accueil.

Les interventions retracent en particulier la propagation de la « gallophilie » à savoir l’installation de la France comme modèle sociétal et culturel.

La journée d’études se déroulera vendredi 3 juin 2022 de 10h à 18h à la Bibiliothèque Carnégie de Reims.

Inscriptions auprès de Helga MEISE.

CONTACT :
Jean-Louis HAQUETTE (CRIMEL)
Helga MEISE (CIRLEP)

TÉLÉCHARGEMENT :
programme

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 15 – 2022

La fiction comme agencement d’actions renvoie au premier abord à un corpus romanesque extensible aux expressions cinématographique, voire théâtrale, sans recouvrir pour autant tout le champ littéraire. Ce volume propose d’en ouvrir la définition à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La parenté étymologique entre fiction et figure dans les langues romanes oriente vers cette acception générale susceptible d’englober tous les discours comme le fait Mallarmé: la fiction « semble être le procédé même de l’esprit humain ».

Il s’agit ici d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée sous un vocable commun, en s’attachant notamment aux écritures d’auteurs butant sur la fiction romanesque en lien avec l’idée qu’ils s’en font, ou ayant publié séparément des recueils poétiques et des romans. Et nous tenterons aussi plus largement, grâce aux philosophes, linguistes, et spécialistes d’autres cultures, de déterminer si vraiment tous les discours relèvent de la fiction au même degré.

SOMMAIRE

  • Anne-Élisabeth Halpern et Audrey Louyer Avant-propos

La pratique du langage comme fiction

  • Bertrand Marchal – La fiction selon Mallarmé

Fiction et non-fiction dans le récit

  • François Rastier – Vérité en littérature ou vérité de la littérature ?
  • Christine Chollier – Du récit d’esclave à la fiction sur l’esclavage
  • Audrey Louyer – Jorge Volpi : fiction et non-fiction d’un réel lacunaire
  • Marie-France Boireau – Récit et fiction dans L’Ordre du jour d’Éric Vuillard

Fiction et pratiques génériques différenciées

  • Anne-Élisabeth Halpern – « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman
  • Alain Trouvé – Aragon / Breton : roman, poésie, fiction

Fiction, hybridation et invention générique

  • Marika Piva – La fiction comme invention d’une forme et d’une signification
  • Jean-Louis Haquette – L’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique
Nb de pages :  184 p.
ISBN-10 2374961664
ISBN-13 9782374961668

Séance du 7 avril 2022: La roue de Fortune et le rouet

Miren Lacassagne, Université de Bordeaux
La roue de Fortune et le rouet 

Jeudi 7 avril 2022  *17h-19h* Bibliothèque Robert de Sorbon

La conférence sera également diffusée via ZOOM. Le lien sera publié sur ce site mardi 5 avril.

C’est la dernière séance de l’année! Le programme de l’an prochain sera publié au courant du printemps.

TELECHARGEMENT :
Affiche M LACASSAGNE

La Faune et Flore dans la Grande et la Petite Mythologie

Après la Journée d’Étude consacrée à l’espace et le temps en février 2020, cette nouvelle Journée sera consacrée à la faune et la flore, voire les minéraux : les grandes comme les petites mythologies ont toujours exploité ces thèmes avec une dilection particulière et en ont fait le siège de leur langage intime. De grandes épopées, des lapidaires, des herbiers et des bestiaires en particulier, mais aussi des encyclopédies, enfin tous les contes du foyer nous transmettent un héritage immémorial au sujet de ces vénérables créatures, de leurs vertus secrètes, ainsi que des pactes qui de tout temps les ont liées aux hommes, pour le meilleur souvent, et parfois le pire.

Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers la grande ou la petite mythologie : le but ultime de tous nos travaux est de montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde.

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés ensemble avec les conférences données, dans le cadre du séminaire, entre septembre 2020 et juin 2022, dans le second volume des « Grandes et Petites Mythologies ».

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (on vous communiquera le lien ZOOM qui sera aussi disponible sur ce site quelques jours avant l’événement): karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

PROGRAMME :
Programme JE Mythologie Faune et Flore

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search