Séminaire “Grandes et petites mythologies” : le cas de Georges Darien au tournant du XIXème siècle.

Conférence de 17h à 19h du jeudi 7 mars :  Le cas de Georges Darien, dans l’histoire de la Petite et de la Grande Mythologie.

Le 7 mars 2024, a eut lieu à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, de 17h à 19h, une conférence sur la personnalité de Georges Darien, auteur engagé du XIXème siècle. Cette conférence nous a été délivrée par M. Aurélien Lorig, enseignant de littérature française à l’URCA, et membre du CRIMEL. Le but de cette conférence était de montrer, en plus de la singularité de la plume de Darien, sa capacité à mettre en avant dans ses œuvres de multiples (petites & grandes) références mythologiques, afin de promouvoir ses idées. J’ai décidé de suivre cette conférence, pour son cas particulier, et tout simplement par curiosité. Je souhaitais constater comment un écrivain pouvait se servir de la grande et de la petite mythologie pour aiguiser un style encore offensif. Le but de ce billet n’est pas de faire une simple liste des éléments, mais de voir quels sont les points importants à retenir sur le cas de l’écrivain de Georges Darien, mais aussi de voir comment ses œuvres peuvent être imprégnées de la grande et de la petite mythologie.

Georges Darien, selon sa correspondance et sa biographie, est une personnalité qui bouscule, et qui souhaite faire avancer les choses. Comme nous l’a montré notre intervenant en prenant un exemple de la correspondance de Darien, l’écrivain utilise le terme de pétard pour signer son envie de changer les systèmes communs. Le XIXème siècle, nous le savons, est un siècle de nombreux bouleversements et de modernisations. Cependant pour Darien, le XIXème siècle est aussi et surtout un siècle de la corruption et de l’hypocrisie des grands hommes. Précisions que celui-ci, en plus d’être écrivain, est caricaturiste et a énormément collaboré à la réalisation de caricatures notamment avec Hadol (à voir quelques caricatures dans Charivari de P.Hadol de 1871-1872) , donc nous comprenons bien que, pour lui la caricature est facile. En plus de souhaiter bousculer les choses, Darien est connu pour (d)énoncer divers faits sociétaux. Par exemple, dans son premier roman Biribi tel que dans les Pharisiens, à l’aide de diverses références mythologiques telles que le Minotaure, Darien nous offre une dénonciation des mères qui livrent le fruit de [leurs] entrailles au Minotaure qui les mange. De même, la petite mythologie est au service d’autres faits sociétaux, par exemple, il reprend l’image de l’Ogre pour parler de Drumont, assimilé à « un dévoreur de juifs » (voir « l’Ogre Drumont » Le rire, 5 mars 1898).

Ces images sont subtiles & sont un excellent moyen pour Darien d’exagérer les traits et de ridiculiser certains personnages afin d’en délivrer une critique. L’écrivain est pour l’idée d’un individu changeant, différent, qui ose bouger les choses, et penser autrement. Par exemple, à l’aide de la référence de Procuste & de Bacchus, Darien dénonce le système marxiste et capitaliste. Le socialisme pour lui, « s’est constitué en parti, en religion ; (…).Il a placé sur le lit de Procuste le matelas de théories filandreuses cadrées par Marx, et invite l’humanité à s’y étendre ». Pour lui, les dogmatismes n’existent que pour encadrer la société dans des systèmes de pensée fermés. L’individu, au contraire pour Darien, doit s’affranchir de tout système afin de penser et agir par et pour lui-même. La mythologie est au service, en plus d’un but caricatural, d’un but de donner envie de combattre la société et les idéaux. Pour Darien, en plus de cet esprit satirique, et engagé de ses œuvres, il utilise de nombreuses références pour servir la critique de la politique de son époque. Par exemple, il prend l’image de la société victorienne pour contourner la bienséance et en faire une situation ridicule (et en montrer en parallèle le caractère artificiel). Darien est un persécuteur de son temps, mais aussi des académistes et des grandes lois officielles. Pour illustrer nous pouvons faire référence au personnage du comte Alibaba, personnage utilisé par l’écrivain pour dénoncer l’artificialité des modes de pensés. En d’autres termes, « le temple, le monument du mensonge, est la seule chose réelle dans cette comédie sinistre qui est la comédie religieuse. » ( à lire : La Belle France).

Conclusion : Ainsi Darien, persécuteur & persécuté, nous offre dans son œuvre un véritable pamphlet contre la société du XIXème siècle mais aussi contre ses grandes lois et  ses artificialités. Le but de Darien est de montrer que derrière les changements multiples de ce XIXème se cache une société corrompue et corruptrice, gouvernée par certains personnages tout aussi hypocrites et artificiels que la société même. Pour l’écrivain, il s’agit à la force de sa plume (ultra) engagée de donner un portrait non vraisemblable mais qui se veut  “réaliste” de ce XIXème siècle. En reprenant l’idée de notre conférencier notre conférencier.  Darien est celui qui milite pour l’image d’un individu libre. En d’autres termes, comme le dit Goethe : « [Darien] voudrai[t] [se] tenir debout sur une terre libre, avec un peuple libre ».

Quelques titres de Darien : Biribi (1890), Bas les cœurs ! (1889), les Pharisiens (1891), le Voleur (1897)

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) : « Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F. Scott Fitzgerald, le roman sans cesse ré-écrit » par Gérald Préher

Au cours de mon stage de L3 au sein du CRIMEL, j’ai pu assister à plusieurs interventions d’enseignants-chercheurs, sur divers sujets. Lors de ce jeudi 15 février 2024, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, j’ai choisi d’assister à la conférence suivante : « Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F.Scott Fitzgerald, le roman sans cesse réécrit ». L’intervenant qui nous a fait l’honneur de nous présenter ses recherches sur cette œuvre singulière, se nomme M. Gérald Préher, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine à l’Université d’Artois .J’ai souhaité assister à cette conférence pour diverses raisons. Premièrement, pour mon attirance particulière pour la littérature anglaise après ou avant-guerre. De même, connaissant peu Fitzgerald, je souhaitais assouvir ma curiosité sur celui-ci, Fitzgerald étant désigné comme l’un des romanciers phares de ce siècle. Dernièrement, la problématique posée, à savoir l’histoire en permanence réécrite, me semblait intéressante pour comprendre comment la conception d’un roman pouvait appeler à l’utilisation de divers outils, qui dépasse la simple invention de l’auteur même. Ce séminaire multiculturel et interdisciplinaire (c’est-à-dire qui croise différentes disciplines) a pour but de mettre en avant la dialectique de l’archive. À l’aide de ce roman de Fitzgerald, nous avons vu que le travail de l’écrivain est plus qu’un travail d’invention. À la force de sa plume, l’écrivain tisse à l’aide de divers emprunts (personnels, fictifs) une œuvre particulière.

En premier lieu, rappelons brièvement ce qu’il se passe dans ce roman. Il s’agit d’une histoire d’amour à l’américaine, ayant pour arrière-plan la condition bouleversée de l’Amérique des années 1950. Ce roman narre les passions amoureuses d’un certain Dick (psychiatre), qui s’éprend crescendo de Zelda, une de ses patientes internées. Le roman narre aussi ses passions de ce dernier pour une certaine Niccole, qu’il aurait rencontrée lors d’un voyage. En reprenant les quelques termes du résumé français (Tendre est la nuit – Francis Scott Fitzgerald – Babelio), ce roman est la narration de protagonistes perdus, dans des paysages perdus, dans lesquels, les personnages sont voués à demeurer mortels, incapables de prolonger l’infini (..). En d’autres termes, il s’agit de l’anti-destinée manifeste d’une génération vouée à être perdue, à cause de plusieurs facteurs, dont des facteurs sociétaux, sociologiques etc. dans l’Amérique bouleversée de ces années-ci. Dans la courte biographie que nous a proposé ce professeur-chercheur, plusieurs points importants sont à relever. Ce livre fut publié en 1951, mais connu de nombreuses éditions et bouleversements au cours de son écriture et de sa conception. L’auteur est connu pour revenir sur ses brouillons de nombreuses fois, et par ailleurs, certains passages de ce roman se font l’écho de ses nouvelles (Indécision, Magnétisme etc.) mais aussi de la correspondance entre celui-ci & son éditeur. De plus, Fitzgerald, interroge sans cesse la porosité entre réel & fiction, : il est connu pour insérer des anecdotes personnelles dans son œuvre. Enfin, le roman subit de nombreux ajouts et suppressions, voire des réécritures de la part de l’éditeur avec qui Fitzgerald liait une relation plus ou moins conflictuelle. Son œuvre ne correspondait jamais à ses objectifs précis.

Après cette courte présentation de l’auteur, et le résumé de son œuvre, l’intervenant nous a proposé son interprétation : Fitzgerald nous offre, à travers son roman, un exemple presque parfait de la fusion entre le vieux & le neuf. Celui-ci, (l’auteur) est ce genre d’artiste qui écrit autour de ses brouillons et qui se commente lui-même, en rajoutant / supprimant des choses, en fonction de ses aspirations. De plus, cette œuvre nous propose un portait des passions intérieures individuelles et collectives et montre surtout la réalité de celles-ci (son écriture étant aussi partiellement influencée par Zola, écrivain français du XIXème siècle).

In fine, nous pouvons retenir ces quelques points. Tender in the Night est un roman qui est plus qu’une simple fiction venant de l’imagination de l’écrivain. Nous avons vu brièvement qu’il fait écho à plusieurs faits divers et personnages réels (exemple : utilisation du prénom réel de sa femme pour l’une de ses protagonistes). Il fait aussi écho à certaines autres de ses œuvres telles que ses nouvelles ou sa correspondance. Cet ouvrage vérifie bien l’idée que l’artiste peut ne jamais être réellement satisfait de sa production, comme si la grammaire courante ne pouvait traduire son art singulier. Cette absence de vocabulaire suffisant peut définir l’un des aspects du statut d’artiste.

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : la journée du 1er Février 2024 : les objets du quotidien au carrefour de la Grande et de la Petite mythologie

Résumé entretien avec Mme Ueltschi et exemple avec la séance du 1er février

Actuellement en dernière année de licence de Lettres Modernes, il m’est nécessaire pour valider celle-ci d’effectuer un stage, dans le domaine qui m’inspire le plus. J’ai décidé de m’informer sur la possibilité d’entreprendre un stage au sein du CRIMEL, afin d’en découvrir un peu plus sur le monde de la Recherche, qui commençait depuis ma L1 à « titiller » ma curiosité.

J’ai trouvé cela intéressant de joindre à ce billet une définition précise du monde de la recherche et de ses constituants. A l’aide de l’entretien que Mme Ueltschi m’a gentiment accordé, j’ai pu dessiner de façon très succincte la manière d’organiser les séminaires et les journées d’études. Après cet aspect théorique, je propose, pour mieux comprendre les choses, une illustration d’une journée d’étude (à savoir la journée d’étude du 1er Février 2024 qui concernait les objets du quotidien pris au croisement de la Petite et de la Grande mythologie).

L’événement du jeudi 1er Février 2024 a eut lieu au cœur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, plus précisément à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon. J’ai pu y assister de 9h à 17h, étant entièrement libre ce jour-là. J’ai pu y constater, les divers aspects que Mme Ueltschi m’a expliqués avec plus de précision lors de notre entretien. J’ai décidé de suivre cette journée d’étude pour plusieurs raisons. Premièrement, j’ai souhaité voir ce que c’était réellement une conférence faite de plusieurs enseignants-chercheurs, celle-ci étant la première à laquelle j’ai pu assister. Deuxièmement, le thème m’attirait davantage encore. Cet aspect presque magique des objets courants était un thème intéressant à découvrir. Notre quotidien est remplis d’objets anodins qui peuvent être les socles de multiples récits légendaires ou mythiques. Pour moi, ces enseignants-chercheurs, nous ont prouvés, avec leurs singularités, que notre quotidien, sans que nous le sachions vraiment, est source de multiples histoires plus ou moins magiques.

L’aspect « théorique »

Qu’est-ce qu’un séminaire ? Comment l’organise-ton ? Et quels sont ses buts ? (entretien général avec Mme Ueltschi)

Les termes de séminaire, de colloque, de conférence, se ressemblent et peuvent parfois, nous causer problème dans leurs sens. Nous avons l’impression qu’ils renvoient tous à un même événement, à savoir un débat ouvert, sur un sujet ou une problématique précise, cependant au cours de mon entretien avec Mme Ueltschi (que je remercie encore fortement !), j’ai pu comprendre davantage la différence entre ces diverses notions. Au cours, de notre entretien, celle-ci m’a donné les grands traits de l’organisation et de la conception de ce genre d’événement, afin que je puisse en faire une définition assez large, et l’illustrer à l’aide de la journée du 1er février 2024 (qui est la première journée d’étude du séminaire « Grandes & Petites mythologies »).

Premièrement, lors de regroupements réguliers, les enseignants-chercheurs amènent des idées (pas forcément en lien avec l’actualité) qui pourraient être des socles de débats prochains. Lorsqu’une idée est retenue, les chercheurs intéressés par cette idée conceptualisent leurs exposés. En parallèle, l’organisateur ou organisatrice en charge du projet (pour ce cas-ci : Mme.Ueltschi), fait diverses annonces par mail à divers chercheurs extérieurs, qui pourraient être intéressés par le sujet choisi. Précisions que, le CRIMEL touche annuellement une certaine somme d’argent afin de concrétiser leur projet. Par exemple, les frais de déplacements possibles des enseignants-chercheurs extérieurs à l’URCA peuvent être pris en charge par le CRIMEL. Plusieurs mois à l’avance, des votes sont fait pour confirmer les dates des débats et des futurs évènements du centre de recherche. Quand celles-ci sont établies, des annonces régulières sont faites au sein de l’université afin d’attirer un maximum d’intéressés. Les principaux buts de ces débats sont la confrontation des savoirs mais aussi l’échange et le dialogue. Pour aller au plus simple, (j’ai choisi de passer plusieurs points très « techniques »), après un séminaire dans le genre du 1er février, un résumé est demandé aux divers intervenants (avec une taille à respecter), afin de regrouper toutes ses idées sous un même « chapeau » (création et édition d’un ouvrage).

L’aspect pratique

Commençons par le début. Si nous portons un intérêt à cette journée d’étude, nous sommes invités à rejoindre la salle spécifique aux conférences de la bibliothèque et à être ponctuel (arriver pour 9h). Cela a l’air anecdotique de dire que le temps est important, cependant au cœur d’une journée de conférence comme celle-ci qui regroupe plusieurs intervenants est un aspect crucial. Après l’arrivée de tous les intéressés en présentiel, les enseignants, avant de commencer, connectent leur matériel informatique, pour permettre aux « intéressés virtuels », de pouvoir suivre cette journée à distance. Le présentiel est mieux selon mon opinion, car nous avons une plus grande proximité avec les enseignants et nous sommes davantage imprégnés de leurs sujets en présentiel qu’en distanciel. Cependant, pour l’aspect horaire, les ”petites” conférences se faisant en général de 17h à 19h, je conçois, pour des raisons de temps, de regarder la conférence à distance est plus agréable. Après ce 9H passé, une courte présentation de la journée et de son programme nous a été faite par la présidente même du CRIMEL à savoir Mme Conte (à voir : brochure de cette journée). Comme vous pouvez le voir sur cette brochure (ou non), voilà comment chronologiquement cette journée s’est déroulée. La journée était cadrée par plusieurs présidents de séances qui regroupaient plusieurs enseignants sous un même thème. Chaque intervenant ayant un temps égal de parole, à savoir 30 minutes en comptant les questions éventuelles, peuvent légèrement dépasser. Au-delà de ce temps, la journée peut se retrouver bousculée. Pour ce cas particulier du 1er février, le temps entre enseignants a été globalement respecté, a un détail près. En effet, la fin de journée s’est retrouvée dérangée par l’intervention un peu (beaucoup) trop longue d’un intervenant, en comparaison des autres. Cependant, loin d’être une faute fatale, celui-ci n’a sûrement pas vu le temps passé.

Avant la pause méridienne, nous avons eu le droit à diverses discussions intéressantes telles que sur la représentation du miroir, sur la représentation des anneaux dans les fabliaux voire sur l’objet Graal. De plus, pour reprendre les mots de Mme Ueltschi, une pause goûter est offerte, pour éliminer cet aspect trop théorique de cette conférence et de donner un aspect plus convivial, le but étant certes de rassembler du monde à l’instant T, mais aussi sur le long terme (en d’autres termes, il est important de se faire connaître extérieurement).

Pour l’après-midi de 14h15 à 16h45, nous avons eu la chance d’assister à quatre interventions singulières, à savoir une sur l’aspect problématique du talisman dans La Peau de Chagrin de Balzac, une sur le cas de La Princesse légère de McDonald (trop bien ! Auteur anglais mal reconnu et dont les œuvres ont été traduites que très récemment selon les informations de l’intervenante. A lire absolument si vous appréciez le côté fantastique et ce côté Alice aux Pays des Merveilles). Le sujet de la troisième intervention portait sur la matérialité du bouclier dans l’imaginaire médiéval. Enfin cette journée d’étude s’est terminée par l’intervention de Mme Ueltschi qui portait sur les transformations et les (en)jeux métonymiques des bâtons, balais & baguettes. J’ai oubliée de préciser que la demi-journée était coupée en deux pour laisser place à une courte pause (de 11h15 à 11h45 pour le matin, et de 15h15 à 15h45 pour l’après-midi).

Mon opinion globale sur cette journée : mon opinion s’en trouve très positive pour diverses raisons. En premier lieu, si nous avons soif de curiosité littéraire sur tel ou tel sujet, ce genre d’évènement est le paradis parfait pour assouvir cette curiosité. De plus, (élément que j’ai oubliée de mentionner dans mon aspect « pratique »), pour ma part j’ai préférée arriver pour le début, mais ce n’est pas obligatoire. Toute personne intéressée par cette journée peut arriver et partir à l’heure qu’elle souhaite. De plus, voir les enseignants débattre dans le respect de chacun tout en voulant défendre ses idées, montre l’un des aspects de richesses intellectuels que je partage profondément. Certes, nous pouvons assouvir notre recherche d’informations en solitaire en faisant des investigations par nous même. Cependant, ce que j’appellerais la « richesse de l’âme », peut se trouver dans le débat avec les autres. Je ne vois pas vraiment de points négatifs à signaler. A part peut-être le fait (ce qui m’est arrivé plus d’une fois), de se sentir étranger ou étrangère à telle ou telle référence, mais nous savons bien que nous pouvons pas posséder d’avance toutesles diverses références que les intervenants utilisent.

In fine, je conseille ce genre de journée d’étude à chacun & chacune qui aime s’enrichir, cultiver son esprit synthétique et critique. Assister à ce genre d’évènement est un moyen intéressant pour enrichir sa culture générale et peut être une aide précieuse pour des études en licence.

Ci-dessous : le programme de cette journée d’étude 

 

Réinventer le mobilier d’époque

Les étudiants de la Licence Professionnelle Création et Design du cadre de vie de Chaumont nous offrent chaque année en exposition une palette de leurs divers travaux réalisés.

Comme les lecteurs pourront le voir grâce à ces diverses photographies (faites par M. Bernard Teyssandier), les étudiants ont fait preuve d’un grand travail de précision et d’esthétisation.  Soulignons l’objectif premier qui était la conception de meubles alliant fonctionnalité et durabilité, tout en réduisant la complexité des formes et des ornements associés souvent aux styles d’époques.

Grâce à ces quelques images, nous pouvons voir que leur objectif premier est réussi. En effet, ces réalisations sont dichotomiques. Elles allient avec efficacité tradition et modernité.

Félicitations aux artistes! ( et aux professeurs!). Nous avons hâte de voir la suite.

Équipe enseignante : David OSMOND (prototypage), Marius MONFILS (Design), Romary DIDIER (étude technique).

Télécharger la fiche de présentation de l’exposition : Expo Mobiliers

 

 

Sexy pop II

Sexy pop « sexier & sexier »

Mardi 7 mai 2024

Deuxième volet de la journée d’étude transatlantique, organisé par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Antonio Dominguez Leiva (UQAM),Clément Pélissier (UGA) et Lorène Trémerel (URCA).

Lire l’argumentaire de la journée

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpe), « L’assassin grivois ! Humour sexy et récits initiatiques dans le manga Assassination Classroom »

9h30/15h30 : Stella Louis (Université Paris-Nanterre), « Puissance érotico-horrifique du vampire dans la culture populaire, ou : qu’est-ce qui est sexy chez le vampire ? »

10h/16h : Albain Le Garroy (Université Bordeaux-Montaigne), « Vaudou ou la possession par le sexy chez Alan Moore »

10h30h/16h30 : Pause

11h/17h : Lorène Trémerel (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Entre lubricité et horreur : The Black Room : where evil takes on a sexy side »

11h30/17h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine), « Raiders of the hot tape : fictions de jeunesse et quête de la vidéocassette classée X »

12h/18h : Sébastien Hubier (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Pin-ups au combat. Bombasses et canons, de la Grande Guerre à la guerre d’Ukraine »

12h/17h : Table ronde

Pour participer à la journée d’études en visio, merci d’envoyer un mail à sebastien.hubier@univ-reims.fr.

Séance du 5 avril

Séance du 5 avril 2024
16h-18h

Ioana Galleron, professeur à la Sorbonne Nouvelle, interviendra sur le sujet suivant: « Qu’est-ce qu’éditer numériquement un texte de théâtre ? Retours d’expérience. »

 

Séminaire dirigé par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP).

Consulter la page du séminaire D’autres Scènes

Séance en distanciel
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/95364780170?pwd=N3h4d2RFc3c1Ny93UmU5Ty8rcGtOQT09

[AAC] Workshop de recherche & création

Dans le cadre du programme de recherche « Faire avec moins » : pratiques et esthétiques de la réduction dans le spectacle vivant, la compagnie Galilée et la Fileuse (Reims) organisent un workshop de recherche & création intitulé :

Réductions matérielles et stratégies de polyadaptation dans la scénographie

les 4, 5 et 6 juin 2024

 

Le workshop est conçu autour d’un défi scénographique. Il s’agit en effet pour les participant.e.s d’imaginer un projet d’adaptation d’une scénographie existante et conçue à l’origine pour des espaces équipés, en proposant un dispositif moins gourmand en matière et en volume, dont la vocation serait de pouvoir circuler dans des lieux non-dédiés.

Cette démarche est motivée par au moins deux aspects. Dans un contexte où les œuvres crées ne circulent généralement que très peu, il s’agit d’abord d’augmenter le potentiel de diffusion d’un même spectacle, afin de lui permettre de rencontrer un public plus large. Mais il s’agit aussi de s’interroger sur les limites de cette réduction : jusqu’où, en effet, peut-on réduire une scénographie (ou un projet de scénographie), sans trahir le geste artistique initial ? La version réduite de la scénographie poly-adaptée peut-elle conserver tout le sens et tout le plaisir esthétique de la version grand plateau, ou bien est-elle condamnée à donner lieu à une forme de « sous-spectacle » ? N’est-il pas nécessaire, dans ce processus de réduction, de rompre avec un désir de fidélité par rapport au geste initial, afin d’engager pleinement un nouveau processus de création, né de cette contrainte matérielle ?

Le workshop a lieu à la Fileuse, friche artistique de Reims, et est encadré par trois intervenant.e.s : Floriane Benetti, scénographe et décoratrice, membre de la Ressourcerie du cinéma, Romain Fohr, Maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle et spécialiste des questions de scénographie, et Nicolas Murena, metteur en scène, directeur artistique de la compagnie Galilée et membre associé du CRIMEL. Il accueille jusqu’à six participant.e.s, intéressé.e.s par les questions de scénographie et/ou d’éco-conception dans le spectacle.

Les candidatures sont à transmettre par mail à l’adresse suivante : contact@compagniegalilee.fr

Elles seront composées d’un simple exposé de ses motivations, accompagné d’une brève notice biographique faisant état du parcours professionnel ou étudiant. Dans ce but, une lettre de motivation formelle n’est pas nécessaire : un simple développement dans le corps de mail conviendra tout à fait.

Date limite de retour : 19 avril 2024

Consulter la page complète de l’appel

Crédits : vue depuis le 1er étage d’un théâtre. Source : wikimedia (licence CC).

Séminaire du CRIMEL

4e séance le 20 mars 2024
12h-14h

Nous avons eu le plaisir d’entendre Aurélien Lorig qui nous a fait un éblouissant exposé sur trois auteurs – Vallès, Mirbeau et (of course!) Darien en s’appuyant sur quelques textes de critique d’art qu’ils ont commis. Voici le fil rouge:

1. Ce que devrait être l’art;

2. Ce que l’art représente;

3. De la critique d’art aux oeuvres.

Ce fut merveilleusement stimulant, quelle que fût la spécialisation des auditeurs. Merci!

LIEUBU Robert de Sorbon – Reims. Séminaire en hybride.

Au Bonheur des Dames

La Licence Professionnelle 3 Métiers du design. Design éditorial et graphique de Chaumont a pour principal objectif d’assurer la formation de professionnels de la communication visuelle et de la commande graphique. Elle allie l’apprentissage des outils numériques à la formation graphique, plastique et théorique.

Les projets éditoriaux suivant ont été réalisés sous la direction de Bernard Teyssandier, à partir du roman d’Émile Zola.

 

Livre réalisé par Méline Chey
Lien de téléchargement

 

Livre réalisé par Inès Mathorel
Lien de téléchargement

MANAGEMENT EN SÉRIES (SAISON 2)

Colloque international 
Management en séries, saison 2

les 21 et 22 mars 2024

Les laboratoires REGARDS et CRIMEL (Université de Reims Champagne-Ardenne), IRG (Université Gustave Eiffel et Université Paris-Est Créteil), CEREFIGE (Université de Lorraine), NEOMA BS, l’EM Normandie, l’EMLV, l’UFR Sciences Économiques Sociales et de Gestion de l’Université de Reims et le podcast “Histoire en Série” sont heureux de vous accueillir à Maison des Sciences Humaines et Sociales à Reims les 21 et 22 mars 2024 pour la seconde saison du colloque Management en Séries.

Consulter le site du colloque et télécharger le programme des deux journées.

LIEU :
Campus Croix-Rouge, Bât. 13, MSHS

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search