Grisélidis ou le mythe de la femme parfaite

SÉANCE DU JEUDI 8 NOVEMBRE 2018

Marie-Dominique Leclerc (Maître de Conférence, URCA/Troyes)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

La Bibliothèque Bleue a joué un rôle très important dans la transmission de la mémoire culturelle aussi bien « savante » que populaire. De nombreux sujets, de nombreuses figures ont même acquis leur statut littéraire à partir d’un livre de colportage. La terrible histoire de Grisélidis en est un exemple.

Prochain rendez-vous : Jeudi 6 décembre 2018, 16h30-18h30.
K. Ueltschi : Saint-Nicolas et Père Noël : du rouge et du noir

Séance introductive : thématique, enjeux épistémologiques, exemples

SÉANCE DU JEUDI 4 OCTOBRE 2018

Karin Ueltschi (Professeur de Langue & Littérature du Moyen Âge, CRIMEL)


SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette première séance comportera un volet théorique – il s’agit d’exposer le projet et les enjeux liés à cette thématique – et surtout un volet d’exemples ; il y sera question notamment de Berthe aux grand(s) pied(s) et des fileuses dont elle descend et qu’elle a ensuite à son tour engendrées (cf. image) ; d’anciennes occurrences de la Belle au Bois Dormant, enfin, de trois couleurs fondamentales : le rouge, le blanc et le noir.

Grandes et petites mythologies 2018-2019

Si la « grande » mythologie, l’olympienne pour résumer, est depuis toujours l’enfant chéri à la fois des poètes et des savants, il n’en va pas de même de la « petite » mythologie (niedere Mythologie, le terme est des Frères Grimm), volontiers « boudée » alors qu’elle constitue une mémoire mythique et poétique aussi précieuse que la grande. En effet, il n’y a pas seulement les grandes œuvres « classiques » ; il y aussi la sphère des traditions orales, viviers souvent les plus fidèles des antiques et mythiques mémoires. Il est vrai que ces traditions dites populaires ont certaines préférences : elles utilisent plus facilement de grosses bottes que des sandales ailées, mais en y regardant de plus près on se rend compte que c’est tout un : l’épaisseur du contingent, du quotidien, voire du trivial n’est qu’un voile imagé pour parler autrement des grands mystères de l’univers.

La « petite mythologie » est désormais gratifiée à son tour d’une « archéologie » universitaire qui repose sur les travaux pionniers notamment de James George Frazer, Arnold Van Gennep ; on connaît également les typologies – quelles que soient les réserves qu’elles peuvent alimenter – établies par Vladimir Propp ou encore d’Aarne et Thompson et qui cherchent à cerner au plus près l’élément oral « invariable » dans nos traditions.

De grandes et fécondes polarités peuvent être définies à partir de ce couple — « grandes et petites mythologies » — que nous nous efforcerons désormais d’envisager plutôt dans leur complémentarité que dans leur différence : savant vs populaire, écrit vs oral, roman (poésie…) vs conte… Sont également concernées les représentations imaginaires comme la géographie (Rome, Babel, le Septentrion, l’Autre Monde, le Paradis …), ou ce que Philippe Walter a appelé la Mythologie chrétienne, tandis que les mythologies norroise et celtique font désormais l’objet d’éditions, de traduction ainsi que de savants et passionnants travaux.

En effet : Mélusine et les pédauques sont les cousines « populaires » des sirènes ; le cordonnier est au conte ce qu’Héphaïstos est à l’Olympe ; le Roi Pêcheur est au cœur d’un ancestral scénario cosmique, de même que le Lancelot du Chevalier de la Charrette ; des personnages comme le diable ou la sorcière évoluent au croisement des deux sphères impliquées ; le géant ou le nain, le cheval ou le chien charrient une mémoire indo-européenne que les Grecs et les Romains ne sont pas les seuls à avoir su exploiter ; les marelles ne sont que des dédales en miniature, et le septentrion a alimenté les « rêveries poétiques » des anciens philosophes comme des conteurs ; enfin, Cendrillon est une créature vénérable et très antique dont on trouve des traces dans les premiers témoins littéraires en notre langue ; c’est une cousine de la Reine Berthe, celle au(x) grand(s) pied(s), qui descend elle-même des antiques Parques – bref, le champ est vaste, inspirant, inépuisable ; toutes les spécialisations peuvent potentiellement apporter leur pierre à l’édifice.

Ainsi donc, il ne s’agit pas tant de traiter de la grande ou de la petite mythologie que d’établir des relations entre les deux domaines : les contributions porteront toujours en eux cette tension dialectique fondamentale, l’empreinte de notre entreprise. Si l’on traite par exemple du géant mythologique « classique » cyclopes ou autres, il conviendra d’établir ponctuellement une relation ou une comparaison avec les figures gigantesques chez Chrétien de Troyes par exemple, ou chez les frères Grimm. A l’inverse, on mettra en perspective la figure de loup-garou médiévale non seulement avec les nombreuses traditions populaires, mais aussi, avec les attestations classiques. Enfin, la prise en compte de la dimension diachronique permettra de souligner des « fusions » ou « contaminations sympathiques » des motifs analysés.

Axes (liste non exhaustive) :

Créatures et Figures : le géant, le dragon, la Lorelei, saint Nicolas, Cendrillon…
Espace et Temps : la montagne, le fleuve, le Paradis, chute et ascension, la forêt, le pays de Cocagne..
Signes et emblèmes : l’anneau, la cape, un nombre, trois gouttes de sang dans la neige (ou sur un mouchoir…
Motifs : épine dans la patte, le labyrinthe, la chasse sauvage…
Mythologies au pluriel : mythologie chrétienne, celtique, norroise…
Approches critiques : théories, questions « génériques », écoles, véhicules…

Organisation

Le séminaire se tiendra le premier jeudi du mois de 16h30 à 18h30
Séances 2018-2019 : les jeudis 4 octobre, 8 novembre, 6 décembre,  7 février, 7 mars,  4  et 25 avril.
Lieu:
Salle du CRIMEL (R 202)
Bâtiment 13, Maison des Sciences Humaines
57 avenue Pierre Taittinger – 51100 Reims


Les Livres de Mythologie de Natale Conti (1567) à Jean Baudoin (1627) : histoire d’une méthode herméneutique

Journée d’étude organisée par Céline Bohnert (CRIMEL – URCA EA 3311) et Rachel Darmon (IRCL – UMR 5186).

PROGRAMME

vendredi 23 mars 2018 – bât. Recherche, salle E11

10h Ouverture de la journée par Jean-Louis Haquette, directeur du CRIMEL

Présentation de la collection « Héritages critiques » par Bernard Teyssandier (CRIMEL)

10h20-11h20 Victor Gysembergh (fondation Alexander-von-Humboldt, Freie Universität, Berlin) :
« Pourquoi traduire un helléniste faussaire ? Le cas Natale Conti »
11h20-12h20 Rachel Darmon (IRCL, Université Montpellier III) :
« La trace du traducteur : la Mythologie du latin au français »
Déjeuner
14h-14h45 Valentine Vidal (IRCL, Université Montpellier III) :
« Fonction des fables des Enfers dans le livre I de la  Mythologie »
14h45-15h45 Céline Bohnert (CRIMEL, Université Reims Champagne-Ardenne) :
« Jean Baudoin passeur d’Antiquité »
Pause
16h-17h30 Atelier collaboratif : éditer Les Livres de Mythologie, comment, pour qui ?

CONTACTS
celine.bohnert@univ-reims.fr

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment Recherche – Salle E11
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme

« La lecture littéraire dans tous ses états »

DATES
28 mai-31 mai 2018

LIEUX
Lundi 28 mai:
Hôtel de Ville, salle des fêtes
9 place de l’hôtel de ville – Reims

Mardi 29 mai:
Le Cellier, salle La Môme Moineau
4 rue de Mars – Reims

 

Mercredi 30 mai:
Médiathèque Jean Falala
2 rue Fuseliers – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme définitif Rencontres de Reims

Cette manifestation est organisée par l’équipe Approches Interdisciplinaires et Internationales de la Lecture (A2IL), avec le soutien de deux laboratoires de SHS, le CRIMEL (EA3311) et le CIRPEL (EA4299), de l’Université de Reims Champagne-Ardenne et de la Ville de Reims.

« Muses naissantes ». Écrits de jeunesse et sociabilité lettrée (1645-1655)

Héritages critiques  – vol. 8

Les écrits rassemblés ici sont les traces les plus tangibles d’un groupe de jeunes auteurs (nés autour de l’année 1620), que les historiens de la littérature ont coutume d’appeler les « Palatins » (ou « Paladins ») de la « Table Ronde » et qui aurait rassemblé Cassandre, Charpentier, Furetière, La Fontaine, Maucroix, Pellisson et Tallemant des Réaux. Plus qu’un témoignage sur une société constituée, leur production qu’on peut situer entre 1645 et 1655 constitue un observatoire privilégié pour analyser leurs manières de se mettre en scène, collectivement et individuellement, à l’entrée dans la « carrière ». Elle permet aussi d’examiner les trajectoires sociales et les options d’écriture qui s’offrent à eux comme autant de possibles.

Ont contribué à ce volume:

  • Karine ABIVEN, maître de conférences à Sorbonne Université, est l’auteur de L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire (Classiques Garnier, 2015), et codirectrice de plusieurs ouvrages collectifs, en particulier sur l’écriture de l’histoire et de l’actualité, dont les numéros 78 et 94 de la revue Littératures classiques. Elle prépare actuellement une exploration numérique du corpus des libelles de la Fronde.
  • Helwi BLOM, post-doctorante à l’Université Radboud de Nimègue, est spécialiste de l’histoire du livre et de la littérature française de l’époque moderne. Elle est auteure d’une thèse sur la réception de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du XVIIe siècle (Université d’Utrecht, 2012). Ses travaux actuels sont consacrés à la Bibliothèque bleue et aux catalogues de bibliothèques privées publiés en France entre 1650 et 1730.
  • Emmanuel BURY, professeur à Sorbonne Université, est l’auteur de Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580-1750) (PUF, 1996) et de L’Esthétique de La Fontaine (Sedes, 1996). Il a dirigé de nombreux ouvrages, dont, avec C. Meiner, La Clarté à l’âge classique (Classiques Garnier, 2013).
  • Damien FORTIN, ATER à l’Université de Lorraine, a consacré sa thèse de doctorat aux récits biographiques de La Fontaine (1650-1850). Ce travail est en cours de publication.
  • Claudine NÉDELEC, professeur émérite à l’Université d’Artois, est spécialiste des formes du comique au XVIIe siècle (burlesque, grotesque, héroïcomique…), ainsi que de la galanterie, des arts de cour et des stratégies éditoriales de cette époque. Elle a publié notamment Les États et empires du burlesque, (H. Champion, 2004); Paul Scarron, Le Roman comique, éd. critique (Classiques Garnier, 2010); avec Marie-Claude Canova-Green: Ballets burlesques pour Louis XIII. Danse et jeux de transgression (1622-1638) (Société de Littératures classiques, 2012); avec Nathalie Grande: « La galanterie des Anciens » (Littératures classiques, n° 77, 2012-1); avec Jean Leclerc: Charles, Claude, Nicolas et Pierre Perrault, Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et critiques (H. Champion, 2013).
  • Nicolas SCHAPIRA, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris Nanterre, est membre du CHISCO (Nanterre) et du Grihl (EHESS/CRH – Paris 3). Ses recherches portent sur l’histoire du fait littéraire et sur les pratiques d’écriture au sein des pouvoirs d’Ancien Régime. Il est l’auteur notamment de: Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart une histoire sociale (Champ Vallon, 2003); avec Christian Jouhaud et Dinah Ribard, Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps (Gallimard, 2009). Avec Dinah Ribard, il a dirigé: On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales (PUF, 2013) et a participé à plusieurs chapitres de l’ouvrage: Écriture et action. Une enquête collective (EHESS, 2016).
  • Sophie TONOLO est rédactrice lexicographe au Service du Dictionnaire de l’Académie française et membre du laboratoire « Dynamiques patrimoniales et culturelles » de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches portent notamment sur la question des relations entre poésie et société au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 298 p.
ISBN-10 2374960536
ISBN-13 9782374960531

Écrire l’actualité : Edme Boursault spectateur de la cour et de la ville

Héritages critiques  – vol. 7

Si l’histoire littéraire a fait peu de place à Edme Boursault (1638-1701) en le réduisant au rôle d’adversaire de Molière ou de Boileau dans des polémiques, il n’en fut pas toujours ainsi sous l’Ancien Régime. Polygraphe pratiquant le théâtre, la lettre, le roman, la fable, le journalisme, Boursault sut s’adapter à l’esprit de son temps et innover en bien des domaines en abolissant les frontières des genres. Son influence fut durable au cours du XVIIIe siècle qui le cite souvent.

Le présent ouvrage rassemble, pour la première fois dans une édition critique, La Comédie sans titre, qui fut un succès de représentation jusqu’à la Révolution et qui peut passer pour la première grande comédie à prendre pour sujet le journalisme naissant, et les Lettres nouvelles, un recueil que l’auteur composa à la fin de sa vie en reprenant parfois des écrits plus anciens pour offrir au public une image de lui-même tout en le divertissant. Car au-delà des destinataires affichés, qui parfois le rémunéraient, son intention est bien de toucher un public plus large en le faisant spectateur de la cour et de la ville au moment où le règne de Louis XIV s’assombrit et où la comédie se veut moralisante face à la corruption des mœurs.

Ont contribué à ce volume :

  • Antonella Amatuzzi, professeur à l’Université de Turin; ses travaux portent dans le domaine linguistico-culturel sur la littérature politique et la fable du XVIIe siècle, en particulier sur Antoine Furetière.
  • Marie-Ange Croft, coordinatrice du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles (CIREM 16-18) de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a consacré sa thèse à Boursault; ses recherches portent sur le théâtre et les périodiques de la fin du règne de Louis XIV.
  • Françoise Gevrey, professeur émérite à l’Université de Reims; ses publications portent sur la fiction et sur la littérature morale de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle.
  • Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims; après une thèse sur les périodiques du XVIIIe siècle, l’essentiel de ses travaux concerne la presse de l’Ancien Régime et l’image du journaliste.
  • Guy Spielmann, enseignant-chercheur à l’Université de Georgetown (Washington); ses travaux concernent les arts du spectacle, et en particulier la scénographie, le théâtre de la foire, la commedia dell’arte.
  • Francine Wild, professeur émérite à l’Université de Caen; ses publications portent sur l’anecdote, les mémoires, l’épistolaire et l’épopée au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 528 p.
ISBN-10 2374960463
ISBN-13 9782374960463

 

Auerbach, Grigorovitch, Němcová : trois récits villageois autour de 1848

Héritages critiques  – vol. 6

La littérature de veine régionaliste n’a pas toujours bonne presse, qu’elle soit considérée comme mineure et périphérique, ou comme passéiste, voire conservatrice. Cette assimilation hâtive méconnaît le terreau humaniste et libéral dans lequel le genre du récit villageois a vu le jour dans les années 1840. Afin de mieux saisir le caractère transnational de cette vogue littéraire, nous rassemblons dans ce volume des traductions de récits villageois européens: Ivo, le petit prêtre (1843) de Berthold Auerbach (auteur des célèbres Histoires villageoises de la Forêt-Noire), Le Village (1846) du Russe Dmitri Grigorovitch, et Bára la sauvageonne (1856) de la Tchèque Božena Nemcová.

La forme modeste du récit villageois est trompeuse: elle masque une ambition sociale et esthétique qui conduit à le lire comme un laboratoire où s’écrit la nation, mais sur un mode critique, ainsi que l’illustre l’exemple fondateur d’Auerbach, écrivain allemand de confession juive, chantre de la Heimat incarnée par le microcosme villageois où s’élabore, entre union et dissensions, une communauté nationale travaillée par le divers.

Ont contribué à ce volume :

  • Anne Coldefy-Faucard est maître de conférences en littérature russe à Paris-Sorbonne, où elle enseigne la littérature russe et la traduction littéraire. Elle est traductrice et a publié une soixantaine de traductions (dont des œuvres de Gogol, Grossman, Soljénitsyne, Alexievitch).
  • Dalibor Dobiáš, directeur du département d’études sur le xixe siècle à l’Institut de la littérature tchèque à Prague, est comparatiste et spécialiste des littératures slaves. Il a co-dirigé un ouvrage sur les Manuscrits de Dvur Kralové et Zelená Hora, et a co-édité les œuvres de Jirí Gruša.
  • Cécile Gauthier est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle a publié L’imaginaire du mot « slave » dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans (Editions Petra, 2015).
  • Hans Otto Horch est professeur émérite à l’Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft, à l’Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, où il fut le premier à occuper, à partir de 1992, la chaire d’histoire littéraire consacrée à l’étude de la littérature et de l’histoire culturelle judéo-allemande.
  • Luba Jurgenson est professeure en littérature russe à Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur la littérature du témoignage et la mémoire des violences ainsi que la littérature contemporaine. Elle a traduit, entre autres, Chalamov, Margoline, Guirchovitch, Lebedev.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 288 p.
ISBN-10 2374960307
ISBN-13 9782374960302

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)