Archives de catégorie : Vie du centre

La Mythologie des boiteux sur Radio VMC Montréal

Le livre de Karin Ueltschi, Mythologie des boiteux et du pied fabuleux. Œdipe, Jacob, Mélusine & Cie, Paris, Imago, 2019 (300p.) sera recensé par Marilou Brousseau dans l’émission « Au Coeur de l’être » sur Radio VMC Montréal:

  • jeudi 9 mai à 20h
  • vendredi 10 mai à 13h
  • mardi 30 mai à 4h
    (heure de Montréal)

L’émission Au Cœur de l’Être vise à mieux saisir les comportements individuels et sociaux grâce à des entrevues avec des psychiatres, psychologues, psychanalystes, philosophes, travailleurs sociaux, psychoéducateurs et des gens du milieu artistique et littéraire. Il s’agit de réflexions en profondeur sur les conduites individuelles et sociales.

Écouter l’émission.

Accéder à la page Facebook de l’animatrice.

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

Crédit: Artiste anonyme, « Oedipe abandonné », dans Jean Mansel, Fleur des histoires, fin du 15e siècle – BNF

Journée d’étude Image(s) et texte(s)

Valérie Wampfler et Jean Balsamo participeront à la journée d’étude Image(s) et texte(s) organisée par Bruno Restif (CERHIC) et Christine Sukic (CIRLEP) le vendredi 26 avril 2019.

Valérie Wampfler (CRIMEL) : « La Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot (1644). Représentations dioscuréennes à la Cour de Louis XIII. »
Cette communication mettra en lumière la convergence idéologique entre les images dioscuréennes produites entre 1628 et 1634 sur des jetons ou des gravures valorisant l’entente fraternelle entre Louis XIII et Gaston d’Orléans, et le roman à clef historique de Morisot, qui élabore une utopie politique reposant sur la quête d’une concorde sociale et familiale, menée par les héros du roman : nous étudierons en particulier un épisode identifiant le Roi et son frère aux Dioscures.

Jean Balsamo (CRIMEL) : « L’illustration des livres de piété dans le cadre de la politique éditoriale du libraire parisien Abel L’Angelier (1584-1610). »
Le marchand libraire parisien Abel L’Angelier, établi au Palais entre 1572 et 1610, a développé une « politique éditoriale » originale, fondée sur la publication de livres modernes en langue vernaculaire, illustrant les Lettres françaises, au sens le plus large, de l’éloquence juridique à la poésie de cour. Toutefois, à côté de cette production, il n’a pas négligé de publier des livres de piété en latin, en une vingtaine d’éditions. Ces ouvrages sont encore mal connus, en raison de la rareté des exemplaires conservés. En dépit de leur sujet traditionnel et de leur langue, ils ont constitué un autre aspect original important de la production du libraire, également novateur : ce sont ses premières éditions illustrées et, à Paris, parmi les premières à mettre en œuvre la gravure sur cuivre.
Cette communication se propose d’étudier cette production peu connue et d’en examiner les enjeux religieux, culturels et économiques, dans le cadre plus général de l’édition parisienne et de la vie de cour sous Henri III.

LIEU
Bibliothèque Carnegie – Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme_IET
presentation des interventions journee_Images(s) et texte(s)

Crédit: Marinus Van Roejmerswaelen (école de), Saint Jérôme, 16e siècle, Reims, Musée des Beaux-Arts.

 

Faut-il imposer le pluralisme aux médias ?

 

Les douze têtes de listes aux Européennes se sont affrontées jeudi 4 avril dans un débat organisé par France 2 et France Inter, dans « L’Emission politique » (capture d’écran)

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 8 avril 2019.

Ecouter l’émission.

Elections européennes obligent, les médias devront se soumettre aux règles édictées par le CSA afin de rendre compte de la pluralité des idées politiques. Des règles de plus en plus complexes à mettre en œuvre. Où placer le curseur entre contrainte médiatique et contrainte démocratique ?

Ils n’étaient pas invités mais ils ont réussi à forcer l’entrée. Benoit Hamon, Florian Philippot et François Asselineau ont finalement débattu jeudi dernier sur France 2 et France Inter, avec neuf autres têtes de listes des prochaines élections européennes. Saisi en référé, le tribunal administratif de Paris leur avait donné raison quelques jours plus tôt, au nom du respect du pluralisme.

Cette décision (contestée ensuite par le Conseil d’Etat) crée un précédent. Elle autorise désormais n’importe quelle formation politique à se tourner vers les tribunaux, si celle-ci estime qu’elle n’est pas traitée médiatiquement de manière équitable. Les juges pourraient ainsi finir par se substituer à l’instance de régulation de l’audiovisuel, le CSA, lequel est pourtant là pour faire respecter les règles du pluralisme.

A vrai dire, la question n’est pas nouvelle.

Elle se pose à chaque période électorale désormais : comment faire en sorte que les candidats soient traités de manière à ce qu’ils aient des chances identiques le jour du scrutin, tout en tenant compte du poids politique de chacun ? Une quadrature du cercle d’autant plus difficile à aborder que les médias font l’objet d’une défiance de plus en plus forte, du fait de leurs liens avérés ou supposés avec le pouvoir politique.

« Faut-il imposer le pluralisme aux médias ? »

Michèle Léridon :

La règle d’or, c’est l’équité. On ne parle pas d’égalité pure dans le sens où il faut quand même tenir compte de la représentativité de chaque groupement et de chaque personnalité.

Alexis Lévrier :

A chaque élection, il y a un fantasme qui est utilisé par les leaders de l’opposition qui consiste à dire que les médias publics sont aux ordres du pouvoir.

Catherine Nayl :

Même si nous devons être sur le respect du pluralisme – nous avons tous des cahiers des charges et des chartes que nous avons signés, des engagements auprès du CSA -, moi j’estime que l’on a aussi un devoir par rapport aux gens qui nous écoutent : celui de faire notre travail le plus clairement pour leur apporter un certain nombre de réponses à des idées.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

« L’Ancien français reflète notre humanité »

Interview de Karin Ueltschi dans Mythologie Magazine.

La défense du vieux français, dans un monde qui prise par-dessus tout la prouesse technique et l’intelligence productive, est tout le contraire d’un combat d’arrière-garde, estime la médiéviste Karin Ueltschi.

Retrouvez ce sujet dans MYTHOLOGIE(S) n°32 « Du chaos au renouveau. Dieux fondateurs et récits originels de l’Égypte ancienne », actuellement en kiosques.

Crédit: « Serment de Strasbourg » (Sacramenta Argentariae). Le texte en roman des Serments constitue pour ainsi dire l’acte de naissance de la langue française dans le cadre d’un accord politique d’envergure historique. En 842, l’alliance militaire entre deux fils de Louis le Pieux, Charles le Chauve et Louis le Germanique, contre les ambitions de leur frère Lothaire Ier, annonce le traité de Verdun conclu en 843, par lequel les trois petits-fils de Charlemagne se partagent l’Empire carolingien en trois royaumes. Manuscrit latin, 842. Paris B.N. © DeAgostini/Leemage.

Accueil de Susana Gómez, Professeur de théorie littéraire à l’université de Córdoba (Argentine)

La Dra Susana Gómez est en visite à l’Université de Reims du 13 au 17 février 2019

Susana Gómez est Professeur de théorie littéraire à l’université de Córdoba (Argentine), Directrice de l´équipe « Problèmes de la recherche littéraire et ses frontières : Khôra »  (SeCyT, CIFFyH, UNC) et Membre du Centre de Recherches latino-américaines- Archives, de l´Université de Poitiers.

Elle assistera au séminaire « Du jeu dans la théorie de la lecture » (A2IL4) et à la communication de
Nathalie Roelens, professeur de théorie littéraire  (U. du Luxembourg) sur le thème « Rien ne va plus »
jeudi 14 février 2019 à 17h, Salle R240 (Maison de la Recherche).

Elle rencontrera auparavant les Professeurs Jean-Louis Haquette (directeur du CRIMEL) et Thomas Nicklas (directeur du CIRLEP) ainsi que Madame Angélique Ranvier, Chef des services administratifs de la MSH.

Les gilets jaunes et les médias

Alexis Lévrier analyse les relations entre les gilets jaunes et les médias :

– « Gilets jaunes et journalistes, pourquoi tant de haine? », interview pour Les Inrocks par Mathieu Dejean, article paru en ligne le 16 janvier 2019.

– « Gilets jaunes: la défiance envers les médias », entretien dans le journal de France 24, 13 janvier 2019: voir la vidéo.

– « La presse, ennemie fantasmée des gilets jaunes », tribune parue dans Le Monde, Dimanche 13-Lundi 14 janvier 2019, « Débats et analyses », p. 24. Article disponible en ligne (accès réservé aux abonnés).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Crédit: Christophe Becker, Gilets jaunes #12 – source: Flickr.

« Le petit monde des journalistes politiques »

samedi 26 janvier 2019
Hervé Gardette, Politique! sur France culture
« Le petit monde des journalistes politiques »

 

Alexis Lévrier est l’invité d’Hervé Gardette sur France culture pour l’émission Politique!. Il y est question de son livre Le Contact et la distance. Le journalisme politique au risque de la connivenceNeuilly-sur-Seine, CELSA Paris-Sorbonne / Paris, Les Petits Matins, 2016, 196p.

Écouter l’émission.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

« Les médias ne doivent jamais renoncer au combat pour les faits »

24 janvier 2019
Le Figaro
« Les médias ne doivent jamais renoncer au combat pour les faits »

Une interview d’Alexis Lévrier dans Le Figaro par Enguérand Renault à lire en ligne (accès limité aux abonnés).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

 

« Être Charlie, d’hier à aujourd’hui »

Lundi 7 janvier 2019
Libération, « Idées »
« Être Charlie, d’hier à aujourd’hui »

Une tribune d’Alexis Lévrier parue dans Libération, Lundi 7 janvier 2019, « Idées », p. 22.

Extrait: « A mesure que s’éloigne le souvenir du 7 janvier 2015, les détracteurs de Charlie Hebdo semblent chaque jour un peu plus nombreux. Les adversaires de l’hebdomadaire satirique lui reprochent de confondre droit au blasphème et volonté d’humilier à tout prix les musulmans. Or, l’histoire du journalisme montre l’inverse : Charlie Hebdo n’est pas l’héritier d’une presse xénophobe ou raciste, mais de caricaturistes qui, il y a un peu plus d’un siècle, ont gagné de haute lutte le droit de critiquer les religions. »
La suite à lire en ligne.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Crédit: Hommage à Jossot par Riss, 2011. Dessin RISS pour «Charlie Hebdo» – source: Libération.

Quand le théâtre nous aide à comprendre le monde

L’hebdo du vendredi 6 décembre 2018

C’est un projet assez atypique que propose la Comédie de Reims à son public, avec « Faire monde commun ». Pas un spectacle, mais plutôt une expérience scénique collaborative, ce prochain rendez-vous réserve bien des surprises. Yann Calbérac, géographe à l’Université de Reims en est le co-concepteur.

Crédit : Le théâtre comme laboratoire expérimental de relations humaines ? C’est le pari excitant de « Faire monde commun » à la Comédie de Reims. (©  Jindra Kratochvil )

Yann Calberac est maître de conférences en Histoire et épistémologie de la géographie à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).