Archives de catégorie : Dans les médias

Emission Radio “Du côté de chez Rachi” présente “Grandes et petites mythologies”,

Du côté “de Rachi”

Une émission mensuelle présentée par Géraldine Roux et les invités de l’Institut Universitaire Rachi, le deuxième mardi de chaque mois à 14h sur Thème Radio.

L’invitée du mois de mars 2021 est Karin Ueltschi, Professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, administratrice de l’Institut Rachi. Karin Ueltschi nous présente son tout dernier livre “Grandes et petites mythologies”, ouvrage collectif qu’elle a codirigé avec Flore Verdon et paru aux Presses Universitaires de Reims en décembre 2020.

Il ne faut pas céder à l’autocensure

© Clara Gabillet

Alexis Lévrier participe à l’émission Le Grand Invité sur la radio RCF, présentée par Simon Marty : diffusion le 28 septembre 2020 à 8h10.

Spécialiste de l’histoire du journalisme, Alexis Lévrier souligne combien la liberté d’expression est encore fortement menacée, y compris via les réseaux sociaux.

Alors que le procès des attentats de janvier 2015 se déroule en ce moment au tribunal de Paris, une attaque a eu lieu vendredi devant les anciens locaux du journal Charlie Hebdo, visé par l’assaillant. Il a grièvement blessé deux journalistes de l’agence de presse Premières Lignes, déjà voisins du journal il y a cinq ans. Alexis Lévrier, spécialiste de l’histoire du journalisme, revient sur ces menaces qui pèsent sur les journalistes et sur la liberté d’informer.

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE MENACÉE

Le classement annuel de Reporters Sans Frontières (RSF) qui évalue la liberté de la presse dans chaque pays est “assez tragique pour la France”, qui se classe à la 34ème place. “Cela prouve qu’il y a des menaces. L’une vient du pouvoir. L’année dernière, 9 journalistes ont été convoqués par la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure, ndlr]. Ce sont des attaques surprenantes. Il y aussi des pressions qui viennent de la base, des réseaux sociaux”, explique Alexis Lévrier, prenant l’exemple de Mila, une adolescente menacée de mort après avoir critiqué l’islam sur les réseaux sociaux.

Ces menaces font peser un risque d’autocensure selon le spécialiste. Même si le journal satirique a republié les caricatures du prophète Mahomet, certains journalistes ont arrêté ce combat. “Luz a quitté la rédaction de Charlie, lassé de toutes ces pressions”, regrette Alexis Lévrier.

RÉAFFIRMER LE DROIT DE BLASPHÈME

Si ces publications ne mettent pas tout le monde d’accord, “Charlie se bat pour notre liberté”, selon Alexis Lévrier. “Depuis 1881, on peut attaquer la foi mais on ne peut pas attaquer les personnes”“Il y a un rôle de la part des médias de rappeler la loi”, estime Alexis Lévrier. La protection du droit de blasphème et celle des victimes de discrimination “sont deux combats voisins”. La loi est claire sur le droit de blasphème, il n’y a donc pas besoin de la renforcer, “il y a juste à la rappeler et à la faire respecter” assure Alexis Lévrier. Pour défendre ce droit au blasphème, 100 médias ont co-signé un tribune mercredi dernier pour “défendre la liberté”.

LA RESPONSABILITÉ DES MÉDIAS

Les attentats de janvier 2015 avaient mis au jour les erreurs de certains médias, comme celles de la chaîne BFM TV qui avait donné des informations en direct sur les otages de l’Hyper Cacher, que l’assaillant Amedy Coulibaly aurait pu découvrir. “La presse apprend de ses erreurs et il n’y a pas eu pour cet attentat [celui de vendredi, ndlr] les mêmes fautes que pour ceux de Charlie et de l’Hyper Cacher”, estime Alexis Lévrier, qui précise que le visage de l’assaillant est apparu flouté, comme l’oblige la loi.

“Pour informer, il faut respecter la loi”, affirme Alexis Lévrier. “C’est difficile pour les chaînes d’informations en continu parce qu’ils sont dans une instantanéité”, affirme l’historien en dénonçant une “foxisation” de ces chaînes, en référence à la chaîne américaine conservatrice Fox News. “Je n’ai pas peur de l’excès d’information mais qu’il n’y en ait plus et qu’on supplante l’information par l’opinion”, conclut Alexis Lévrier.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Crédit: © Clara Gabillet

Pouvoir et journalistes en France: une histoire de contact et de défiance

Alexis Lévrier participe à l’émission L’ Atelier des médias sur la radio RFI, produit par Steven Jambot : diffusion le 17 mai 2020 à 13h40.

Ecouter l’émission.

L’Atelier des médias a reçu Alexis Lévrier, spécialiste de l’histoire du journalisme, pour parler du climat de défiance qui règne actuellement en France entre le pouvoir et les journalistes. Dans cet entretien, il est également question d’une autre défiance, celle d’une partie de l’opinion publique contre les médias dominants, mais aussi de la crise économique qui accompagne la crise sanitaire du coronavirus et frappe durement l’écosystème médiatique.

« Je pense qu’on est effectivement dans une phase assez critique », déclare l’universitaire qui qualifie la situation actuelle de « crise au carré très inquiétante », avec d’une part la transition numérique qui change l’économie du journalisme et d’autre part la crise conjoncturelle du coronavirus.

Dans les périodes de crise, « il y a toujours une pression exercée sur les médias pour qu’ils acceptent de relayer une information officielle », explique Alexis Lévrier qui se félicite que les médias n’aient pas fléchi ces dernier mois en France. « Heureusement, la presse n’a pas succombé à cette tentation, parce que sinon, en plus de la crise économique, on aurait une crise morale, une crise de la confiance à l’égard de la presse et ce n’est absolument pas le cas. » Il estime que « la presse a été au rendez-vous de cette épreuve, elle a parfaitement joué son rôle et c’est pour ça que sur le long terme, on peut espérer qu’elle parvienne à sortir de cette crise économique ».

Emmanuel « Jupiter » Macron et les médias

Emmanuel Macron et ceux qui l’entourent « ne connaissent pas la presse » et les journalistes, estime Alexis Lévrier. « Ils en ont commun de ne pas avoir suivi le cursus honorum qui était celui de la politique jusque-là » et n’ont donc pas fait le « compagnonnage avec la presse » qui « oblige à composer avec le pouvoir médiatique ».

L’approche jupitérienne aurait-elle atteint ses limites ? « Le problème, c’est que le pouvoir jupitérien renvoie à une certaine pratique vis-à-vis de la presse. Jupiter, le terme avait été employé par le communicant de François Mitterrand, Jacques Pilhan, qui était quelqu’un qui revendiquait le fait d’utiliser les médias d’une manière très pragmatique mais aussi très méprisante. »

Ainsi, Alexis Lévrier rappelle que François Mitterrand avait été interviewé à plusieurs reprises par des journalistes qui étaient les femmes de ses ministres – Christine Ockrent ou Anne Sinclair. « Ce sont des choses qui seraient inimaginables aujourd’hui », estime l’universitaire.

Pour Alexis Lévrier, Emmanuel Macron a fait une « erreur » : « Il a cru qu’on pouvait revenir aux temps antérieurs, à la manière que François Mitterrand ou le général de Gaulle avaient de communiquer. Sauf que les temps ont changé, les attentes du public ne sont plus les mêmes et l’attitude des médias n’est plus la même. »

« Il y a aussi un changement du temps médiatique avec les chaînes d’information en continu qui ont besoin d’images en permanence. Le choix de raréfier la parole présidentielle, qui correspond à ce que Mitterrand voulait faire, pouvait fonctionner. (…) Ca a bien fonctionné au départ mais sur la durée cela ne pouvait pas convenir. »

Le cas Sibeth Ndiaye

En 2018, lors de ses vœux à la presse, Emmanuel Macron avait utilisé l’expression « saine distance » pour parler de la relation qu’il entendait avoir avec les journalistes. Mais actuellement, « c’est plus que de la distance, nous avons de la défiance, nous avons du mépris, nous avons parfois de la brutalité vis-à-vis de la presse ».

Sibeth Ndiaye, actuelle porte-parole du gouvernement, semble cristalliser cette défiance. Elle était chargée des relations presse d’Emmanuel Macron durant la campagne de 2017. Son profil est clairement combatif. Elle assume de mentir pour protéger le président. Fait preuve de mauvaise foi, omissions régulières…

« Sibeth Ndiaye a continué en tant que porte-parole du gouvernement à faire ce qu’elle faisait durant la campagne présidentielle : dissimuler, protéger le président. Ce qui était acceptable comme chargée de communication ne l’était plus comme porte-parole, surtout dans une crise comme le coronavirus qui a imposé partout une exigence de transparence. Face à cette exigence, Sibeth Ndiaye continue de faire ce qu’elle faisait avant, c’est à dire mentir. » Ainsi, sur les masques, « les Français ont compris assez qu’on leur mentait et que celle qui était chargée de la transparence était celle qui leur mentait le plus ».

Au final, Alexis Lévrier estime que, dans son ensemble, la presse française a plutôt bien fait son travail depuis le début de la crise du coronavirus. « La presse a compris que sa propre crédibilité et l’intérêt public voulaient qu’elle joue son rôle de contre-pouvoir, qu’elle assume sa fonction critique. Elle n’avait pas fait la même chose au moment de Tchernobyl ou de la guerre du Golfe. » Et d’ajouter : « J’ai vraiment le sentiment que la presse a su renouer le lien avec le public tout en jouant le rôle critique qui est le sien. »

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Ce quinquennat est marqué par une forte défiance à l’égard de la presse

Alexis Lévrier est l’invité de Mathilde Munos sur France Inter pour l’émission L’invité du 6h20 : diffusion le lundi 2 décembre 2019 à 6h20.

Voir l’émission.

Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) sera lancé aujourd’hui. Une instance qui fait débat. Alexis Lévrier, maître de conférences à l’université de Reims, spécialiste de l’histoire du journalisme, est l’invité de Mathilde Munos.

Pour Alexis Lévrier, la fonction de cette nouvelle instance est de “permettre aux journalistes d’améliorer leurs pratiques et de se rapprocher du public, pas de les sanctionner”. Pourtant, il concède bien une ambigüité, évoquant aussi le CSA (“Quel va être le périmètre des deux instances?”) tandis que ce spécialiste de l’histoire du journalisme rappelle ce conseil “n’est pas lié à l’état”, et que sur ses finances “les journalistes seront mis à contribution”.

Selon Alexis Lévrier , ” 18 pays européens ont créé l’équivalent avant la France (…) c’est un outil de médiation , cet échelon peut-être utile pour rapprocher la presse de son public” :  “Personne ne s’empare de réseaux sociaux”, explique-t-il en dénonçant “la fabrique de la haine.”

“Ce quinquennat est particulier, avec une forme de brutalité, même physique, marqué par une grande défiance à l’égard de la presse”

“Il n’y pas de régulation des réseaux sociaux, alors qu’il y a de multiples outils de régulation pour la presse” explique-t-il aussi, mettant en avant l’une des missions de ce nouveau Conseil de déontologie journalistique et de médiation.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Conseil de déontologie journalistique : un tribunal pour la presse ?

Alexis Lévrier est l’invité de Caroline Broué sur France Culture pour l’émission La fabrique médiatique : diffusion le 30 novembre 2019.

Crédits : BERTRAND GUAY – AFP

Voir l’émission.

Régulièrement, et depuis plusieurs années maintenant, la presse est accusée de se transformer en « tribunal médiatique ». Les dernières affaires Haenel et Polanski en sont un dernier exemple. Dans ce contexte de méfiance voire de défiance envers les médias, lundi sera lancé officiellement un Conseil de déontologie journalistique et de médiation, une instance tripartite qui impliquera à la fois journalistes, médias et public.

Objectif de ce conseil : garantir aux citoyens l’accès à une information de qualité.

Est-ce une réponse à l’accusation de « tribunal médiatique » ?

 

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

 

une émission de “Secrets d’histoire” sur Jean de La Fontaine (France 2)

Céline Bohnert participe à l’émission “Secrets d’Histoire” sur Jean de La Fontaine animée par Stéphane Bern : diffusion jeudi 22 août sur France 2.
Interviewés: Patrick Dandrey, Fabrice Lucchini, Claire Lesage, Thomas Morel, Eric Orsenna, Jean-Christian Petitfils, Tiphaine Rolland…
L’émission est disponible en replay jusqu’au 21 septembre.

Faut-il protéger davantage les journalistes ?

Crédits : Bubaone – Getty

Alexis Lévrier participe à l’émission Le Magazine du week-end sur la radio France Culture avec Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart et  Leila Miñano, journaliste indépendante diffusion le 18 août 2019.

Ecouter l’émission.

Convocations de journalistes à la DGSI, perquisitions dans des locaux de presse, procédures judiciaires… Les menaces qui pèsent sur le journalisme d’investigation sont nombreuses, et ont été renouvelées après que la loi sur le secret des affaires, qui transpose dans le droit français une directive européenne sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales, a été validée le jeudi 26 juillet 2018 par le Conseil constitutionnel. Cette loi fait notamment craindre pour l’avenir du journalisme d’investigations.

Alors faut-il mieux protéger les journalistes d’enquêtes, qui aujourd’hui ne peuvent opposer aux attaques en justice que leur fonction démocratique et leur mission de service de l’intérêt général ?

Alexis Lévrier commence par revenir sur le caractère particulièrement inédit de la situation :

Il y a toujours eu, de la part du pouvoir, une méfiance à l’égard des journalistes et une volonté très française d’encadrer leur rôle. Néanmoins, neuf convocations de journalistes par des services de renseignements en deux semaines, c’est incroyable

L’historien prolonge sa réflexion en rappelant que le président Macron, soucieux de la verticalité de son pouvoir, reprend à son compte les attitudes de De Gaulle et de François Mitterrand à l’égard des médias. Pour Fabrice Arfi, la judiciarisation croissante du travail du journaliste d’investigation, qui pousse de plus en plus de reporters devant les tribunaux, est indéniablement un moyen d’intimidation.

Il y a en ce moment une frénésie judiciaire qui s’attaque à l’essence même de notre travail : les journalistes sont traités comme suspects alors qu’ils font leur travail et poursuivent une mission d’intérêt général.

Et de poursuivre par une référence historique :

On devrait pourtant se rappeler que la révolution de 1830 fait suite aux ordonnances de Charles X qui suspendent la liberté de la presse ! Attaquer le journalisme, c’est attaquer un socle de droits fondamentaux

Leila Miñano défend de son côté bec et ongles la structuration des journalistes et des reporters autour de groupes ou de collectifs puissants. Pour elle, l’union fait la force :

Dans un contexte où nous sommes de plus en plus amenés vers des tribunaux, il nous faut être épaulés par les rédactions, et par nos partenaires internationaux. C’est tout le sens d’une initiative comme ” Investigate Europe”

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Les journalistes doivent-ils et peuvent-ils être objectifs ?

 

Crédit : Getty / Mihajlo Maricic / EyeEm

Alexis Lévrier est l’invité de Nadia Daam sur France Inter pour l’émission Le Débat de midi : diffusion le 30 juillet 2019.

Ecouter l’émission.

L’injonction d’objectivité des journalistes est particulièrement d’actualité avec le contexte de fake news, de prolifération de médias dits alternatifs. Mais le public a-t-il cette même exigence sur tous les sujets ? Comment différencier honnêteté et objectivité ? Journaliste et militant ?

C’est peut-être la critique la plus régulièrement adressée aux journalistes, le manque d’objectivité. C’est en accusant un article, un reportage ou une chronique, de manquer d’objectivité qu’on va chercher à disqualifier son auteur. En qualifiant aussi le dit journaliste, au choix, de propagandiste, de chien de garde, du très élégant “gauchiasse”, ou récemment, comme on l’a vu dans l’affaire de Rugy, de “journaliste de démolition”.  

Les politiques eux-mêmes ne sont pas les derniers à rappeler à la presse ce supposé devoir de neutralité. C’est ce qu’a fait avec une forme de gourmandise et peut-être une pointe de perversité François Asselineau, à une journaliste qui l’interrogeait sur la pluralité des opinions à la télévision lors de la campagne pour la dernière présidentielle. “On a le sentiment que tout le monde pense la même chose dans les médias et beaucoup de Français ont l’impression que l’ensemble des journalistes pensent dans le même sens”, lui avait répondu le candidat Union populaire Républicaine à la présidentielle avant de rajouter que “les journalistes devraient respecter la charte de Munich, la charte de l’éthique journalistique”. 

Faut-ils que les journalistes soient objectifs, honnêtes, impartiaux, neutres ?

On pourrait aussi lui rétorquer que cette fameuse charte de Munich, intime le devoir de respecter la vérité, de ne pas être inféodé aux annonceurs, ou encore de ne pas diffamer. Mais pas stricto sensu, d’être “objectif”. Parce que c’est peut-être avant tout un débat sémantique : doit-on parler d’objectivité, d’honnêteté, d’impartialité, de neutralité ? La vérité est-elle une opinion ?

Pour en débattre ce mardi, avec nous autour de la table, Faiza Zerouala, journaliste chez Mediapart, Géraldine Muhlmann, journaliste et professeure en Sciences politiques à l’université de Paris Panthéon Assas, Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims et chercheur associé au Gripic, groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication au Celsa Sorbonne Université et Dominique Pradalié, secrétaire générale SNJ, syndicat national des journalistes.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

La Mythologie des boiteux dans Libération

Le livre de Karin Ueltschi, Mythologie des boiteux et du pied fabuleux. Œdipe, Jacob, Mélusine & Cie, Paris, Imago, 2019 (300p.) fait l’objet d’un article de Robert Maggiori publié dans le  numéro de Libération du 25 juillet 2019: à lire ici.

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

Crédit: Artiste anonyme, “Oedipe abandonné”, dans Jean Mansel, Fleur des histoires, fin du 15e siècle – BNF

Qu’est-ce qu’un vrai journaliste ?

Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des “gilets jaunes”  Crédits : YANN CASTANIER / HANS LUCAS – AFP

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 20 juin 2019 .

Ecouter l’émission.

Mais comment faisaient les journalistes pour s’engueuler entre eux avant l’invention de Twitter ? Le réseau social est devenu le réceptacle des débats internes à la profession. Comme par exemple le week-end dernier avec le « cas » Taha Bouhafs. Taha Bouhafs est reporter pour le site Là-bas si j’y suis. Le 11 juin dernier, il est interpellé alors qu’il couvre une manifestation de soutien à des travailleurs sans-papiers dans le Val de Marne. Garde à vue, téléphone confisqué.

Une vingtaine de sociétés de journalistes de médias, dont celle de France Culture, publient une tribune pour dénoncer cette interpellation. Tribune « en soutien au journaliste Taha Bouhafs ». Et c’est la mention « journaliste » qui provoque le débat sur Twitter. Pour certains, ce titre est usurpé, Bouhafs ne serait qu’un militant, par ailleurs coupable d’avoir propagé une rumeur en avril 2018 lors de l’évacuation de la fac de Tolbiac à Paris par les forces de l’ordre.

Ses partisans rappellent au contraire que ce sont ses images qui sont à l’origine de l’affaire Benalla ; que par ailleurs le fait d’avoir une carte de presse n’est pas une condition sine qua none pour se dire journaliste. Ce débat est intéressant dans la mesure où il interroge le périmètre et la nature d’une profession fragilisée comme jamais.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).