Archives de catégorie : Publications des membres du centre

Déclinaison de l’arrière-texte

Le paysage universitaire est dominé depuis près de cinquante ans par la théorie de l’intertextualité, guettée par un double écueil: l’assimilation de l’art littéraire à un rapport entre textes, éliminant la dimension charnelle et sensible de l’art liée à la personne de l’auteur et du lecteur, la tentation d’une pure et simple restauration de l’auteur, qui fermerait la parenthèse intertextuelle sur fond de retour aux vieilles lunes de la critique. L’ambition de la théorie de l’arrière-texte est tout autre. Cette notion, développée depuis près de dix ans à l’université de Reims dans le cadre d’un séminaire international, doit être envisagée comme corollaire de l’intertextualité. Elle vise à mieux saisir un processus d’ordre esthétique en s’appuyant sur un maître-mot: articuler. Après plusieurs volumes collectifs et l’essai de synthèse à trois mains L’Arrière-texte (Peter Lang, 2013), ce petit livre propose un condensé et quelques développements inédits.

Alain Trouvé est maître de conférences HDR à l’Université de Reims. Il est l’auteur, entre autres, du Roman de la lecture (Mardaga, 2004) et de Lire l’humain (2018).

Sommaire

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages 88 p. Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960560
ISBN-13 9782374960562
Disponible au Comptoir des Presses d’Universités

Lais du Moyen Âge

Pour faire savoir à Yseut qu’il se trouve non loin d’elle, Tristan grave une inscription sur une branche de coudrier. «Ni vous sans moi, ni moi sans vous!» Le stratagème réussit, les amants s’enlacent. Quand ils sont de nouveau séparés, Tristan compose un lai pour éterniser cet instant de bonheur. Telle est l’origine du Chèvrefeuille de Marie de France, et celle de bien des lais : ils naissent du souvenir d’une émotion.
De Marie de France on sait peu de chose. Elle vécut dans la seconde moitié du XIIe siècle, était liée à la cour d’Aliénor d’Aquitaine, et fut la première femme poète à écrire en langue vernaculaire. Son œuvre illustre un courant littéraire alors en plein essor, le «lai narratif», qui est en fait un récit, un conte. La floraison du genre correspond à l’apogée des Plantagenêt ; le lai participe à leur rayonnement. Le déclin des lais narratifs coïncidera avec les difficultés politiques de la dynastie.
Le monde des lais est celui du merveilleux, la féerie y surgit à l’improviste. Les chevaux galopent plus vite que ne volent les oiseaux, tel homme se transforme trois jours par semaine en une bête féerique, tel autre épouse le reflet de sa bien-aimée. La fine amor, c’est-à-dire l’amour courtois, est partout présente. Revêtant des formes diverses – féeriques, didactiques, burlesques, proches des fabliaux, voire des fables –, les lais ont en commun le sens de l’image, la musique de la rime, l’art de suggérer, le don d’émouvoir.
Cette édition, où une traduction en français moderne figure en regard du texte anglo-normand, réunit tous les lais narratifs des XIIe et XIIIe siècles. Ceux dont le texte a été perdu sont représentés par la traduction de leur version norroise ou moyen-anglaise.

Trad. de différentes langues par Lucie Kaempfer, Ásdís R. Magnúsdóttir, Karin Ueltschi et Philippe Walter. Édition publiée sous la direction de Philippe Walter.

Édition bilingue
Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 636), Gallimard
ISBN : 9782070177868
Disponible sur le site de l’éditeur

Enluminure représentant Marie de France, Paris, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 3142, fo 256.

L’Ancien français

Laurence Hélix, L’Ancien français: morphologie, syntaxe et phonétique, Malakoff, Armand Colin, 2018, 239p.

Cet ouvrage fait le pari de traiter de manière simple et concise, en 50 fiches, l’essentiel des connaissances en langue médiévale. Réparties en trois grandes sections (morphologie, phonétique historique et syntaxe), les fiches sont accompagnées de nombreux conseils et astuces méthodologiques.

– Un contenu adapté aussi bien aux grands débutants qu’aux étudiants confirmés
– Un outil idéal pour la révision des concours
– De très nombreux exercices corrigés

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

EAN : 9782200621483
Format :170 x 240 mm
Pages : 240
Prix du livre papier: 18.90 €
Disponible sur le site de l’éditeur.
Crédit: Cantilène de Sainte Eulalie, Bibliothèque Municipale, Valenciennes (Codex 150, f. 141v-143r) – source: Wikipédia.

Séries télévisées

Séries télévisées. Hybridation, recyclage, croisements sémiotiques, sous la direction de Sébastien Hubier et Emmanuel Le Vagueresse, Reims, Epure, 2018, 260p.

Dans ce volume, une douzaine de spécialistes de la télésérialité, venus de divers pays, ont réfléchi aux origines et aux enjeux des adaptations télévisuelles – de blockbusters, de films d’auteur, de romans, d’autobiographies – à travers la problématique de l’hybridation, du recyclage et des croisements sémiotiques. Ils se sont aussi penchés sur les effets – pervers? – créés par ces adaptations, ainsi que sur leur réception et ce, dans l’histoire entière des séries TV, quelle que soit l’aire géographique considérée et quelle que soit la nature des adaptations en question, même la plus étonnante. Toute perspective a été la bienvenue – étude de « texte » télévisuel, réflexion plastique, linguistique, culturaliste, voire philosophique – pourvu qu’elle portât sur ce processus médiatique de l’adaptation qui, au cœur de notre postmodernité, correspond aussi à un merchandising de plus en plus agressif.

Sébastien Hubier (CRIMEL EA3311) enseigne la littérature comparée et les cultural studies à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’imaginaire érotique occidental et les fictions cinématographiques contemporaines.

Emmanuel Le Vagueresse (CIRLEP, EA4299) est professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et enseigne au campus euro-américain de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est spécialiste de littérature et de cinéma espagnols contemporains, et traducteur de poésie.

Ils ont coordonné tous deux Séries télé: Saison un, paru aux Éditions de Ta Mère (Montréal), en 2014 et Gender et séries télévisées, paru aux Éditions et Presses universitaires de Reims en 2016.

Éditeur: ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support: Livre broché
Nb de pages: 260 p.
ISBN-10 2374960641
ISBN-13 9782374960647

Disponible au Comptoir des Presses d’Université

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”. Études de littérature française du XVIIe siècle offertes à Patrick Dandrey, sous la direction de Delphine Amstutz, Boris Donné, Guillaume Peureux et Bernard Teysssandier, Paris, Hermann, 2018, 456p.

Comment honorer mieux un maître de la critique qu’en suivant les pistes qu’il a ouvertes, en parcourant les territoires qu’il a explorés, en dialoguant avec lui sur les œuvres et les questions qui le requièrent depuis près de quarante ans ?

Collègues, disciples et amis de Patrick Dandrey se sont réunis dans ces pages pour lui offrir un bouquet d’études sur ses auteurs de prédilection – La Fontaine, Molière, et bien d’autres encore –, et sur les thèmes qui jalonnent toute son œuvre : les humeurs et l’humour, la mélancolie et la gaîté, les replis de l’âme et les abîmes du cœur, la psychologie et la dramaturgie, l’éthique et l’esthétique du classicisme.

Dans sa composition même, ce volume de mélanges voudrait donner une idée de la diversité harmonieuse qui sous-tend son propre travail : en hommage à un esprit aussi sensible aux tensions fécondes, aux tempéraments heureux, aux équilibres classiques, il fallait essayer de parcourir toute la gamme des plaisirs de la littérature et de l’intelligence – jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique, comme le dit si bien La Fontaine dans son Hymne à la Volupté.

Bernard Teyssandier est maître de conférences HDR à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Editeur: Hermann
Hors collection
ISBN 9782705697105
Disponible sur le site de l’éditeur.

Le mythe de l’art antique

Le mythe de l’art antique, Emmanuelle Hénin et Valérie Naas (dir.), Paris, éditions du CNRS, 2018, 488 p.

De la peinture antique, qui fut certainement d’une grande richesse, nous ne conservons que de rares traces matérielles. Mais ces chefs-d’oeuvre disparus ont subsisté à travers des textes qui les décrivent et nous racontent, à leur propos, des anecdotes, mythes et récits que la tradition a fini par transformer en lieux communs : l’artiste tombant amoureux de son modèle, le jeune homme préférant la statue à la femme de chair, le peintre se livrant à la torture pour mieux représenter la douleur, des raisins si parfaitement imités que les oiseaux viennent les picorer.
C’est par la médiation de ces discours et de ces narrations que l’art antique a irrigué tout l’art occidental, dans sa pratique comme dans sa conception. Sans cesse repensés et reformulés, ces récits fondateurs ont offert à chaque auteur l’occasion d’exprimer sa vision singulière et se sont finalement traduits par autant d’interprétations originales.
Quelle a pu être l’influence de ces lieux communs sur les théories artistiques de l’âge moderne et contemporain ? Ont-ils contribué à alimenter, enrichir et populariser les discours théoriques, ou au contraire à les mettre en défaut, à les entraver ou à s’y substituer ? Par quelles médiations – rhétorique, philosophique, académique – cet ascendant des lieux communs s’est-il exercé ? Quel rôle ont-ils joué dans la pratique des artistes, notamment dans le choix et le traitement des sujets ? Par quel processus artistique s’accomplit la transposition fictionnelle du lieu commun ? Par quels indices peut-on identifier sa présence subliminale dans une oeuvre ? Voilà l’enquête à laquelle nous convie cet ouvrage qui revisite magistralement l’histoire de l’art à la lumière de ses origines narratives.

Ce ouvrage collectif est issu du colloque organisé par Emmanuelle Hénin, alors professeur à l’URCA et membre du CRIMEL dans le cadre de son projet IUF (Reims, 2009-2015). Depuis 2017, Emmanuelle Hénin est Professeur de littérature comparée à Sorbonne Université.

ISBN : 978-2-271-09020-1
Format : 15.0 x 23.0 cm
Reliure : Broché
Pagination : 488
Disponible sur le site de l’éditeur.

Richard Coeur de Lion

Laurence Hélix, Richard Coeur de Lion, La Crèche, la Geste, 2018, 56p.

Richard Ier d’Angleterre (1157-1199), mieux connu sous le nom de Richard Coeur de Lion, a laissé dans l’Histoire une trace profonde. Fils du roi Henri II Plantagenêt, il n’était pas destiné à régner ; mais les hasards de l’Histoire et la mort de son frère aîné le conduisent sur le trône en l’an 1189. Lors de la troisième Croisade, Richard se taille une solide réputation de guerrier, puis sa mort précoce, à l’âge de 41 ans, le fait entrer dans la légende : dès le Moyen Age, le “Coeur de Lion” se pare d’une aura fabuleuse ; plus près de nous, les Romantiques le vénèrent et Hollywood le célèbre ; même Walt Disney, à la fin de Robin des Bois, présente Richard en sauveur, revenu délivrer son peuple de Jean sans Terre, son ignoble frère cadet. Dans cet ouvrage, riche de dizaines d’illustrations et de nombreux encadrés, nous découvrirons les diverses facettes de ce roi devenu mythique : on l’ignore souvent, mais Richard le guerrier était un amateur de musique et de poésie dont il nous reste quelques chansons ; bien plus, ce roi d’Angleterre ne passa que quelques mois de son règne sur le sol anglais : Occitan par sa mère, la fameuse Aliénor, il parlait français et n’apprit peut-être jamais l’anglais ! Sous le vernis de la légende, le “Coeur de Lion” reste un souverain méconnu : de la France à l’Angleterre et de l’Histoire au mythe, il faut partir à la rencontre de ce roi d’exception qui n’a pas fini de nous surprendre !

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN : 979-10-353-0013-5
EAN13: 9791035300135
Édition : Brochée
Format : 16,5 x 24 cm

Crédit: détail de Merry-Joseph Blondel, Richard Ier Cœur de Lion roi d’Angleterre, 1841, château de Versailles – source: wikipedia.

 

 

 

Transmettre les textes médicaux grecs: traductions, recueils, image

Galenos, Rivista di filologia dei testi medici antichi, n°11, 2017: “Transmettre les textes médicaux grecs: traductions, recueils, image”, dir. Nicoletta Palmieri, 308p.

Ce numéro de la revue Galenos rassemble les actes du VIe séminaire sur la tradition indirecte des textes médicaux grecs, organisé à l’URCA les 25 et 26 septembre 2014 par Nicoletta Palmieri (CRIMEL EA3311) et Brigitte Mondrain (EPHE- SAPRAT EA  4116).

 

 

Nicoletta Palmieri est professeur de langue et littérature latine à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

ID: 4298656
Permalink: http://digital.casalini.it/4298656
ISSN: 1974-4870
Le volume peut être acheté en ligne.

Pinup Girls, playmates et bimbos

Sébastien Hubier, Pinup Girls, playmates et bimbos, Neuilly-lès-Dijon, Le Murmure, 2017, 90p.

Née dès le XIXe siècle, la pin-up est, par excellence, LA représentation érotique et marchande de la féminité dans notre monde de la société de consommation,elle-même régie par trois principes qui ne laissent pas de se recouper : « sex sells », « sex is for sale », « sex is health ». Ayant subi des métamorphoses successives dans les Années folles, pendant la Seconde Guerre mondiale ,puis tout au long des fifties, tantôt elle s’est rapprochée d’autres types comme la flapper ou la media lolita, tantôt elle a engendré de nouveaux modèles de beauté tels la playmate et la bimbo. C’est à l histoire de ces beautés particulières que s’attache le présent ouvrage.

Sébastien Hubier est maître de conférence HDR en littéraure comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN-10: 2373060205
ISBN-13: 978-2373060201
Editeur : Murmure
coll. « Borderline » (14 septembre 2017)
Disponible sur le site de l’éditeur.

Les cours comme lieux de rencontre et d’élaboration des langues vernaculaires à la Renaissance (1480-1620)

Poursuivant la collection De lingua et linguis, ce volume analyse d’un côté des lieux, la cour impériale de Maximilien Ier, celle de François Ier, la cour d’Espagne, la cour de l’électeur du Palatinat à Heidelberg, la cour ducale de Munich, mais aussi les cours des rois de Pologne et du Danemark, celle des duc de Savoie et des Vice-rois de Naples ; de l’autre des langues anciennes et modernes, savantes ou populaires, voire des langues littéraires. Les études réunies examinent la relation subtile qui oppose ou réunit les différentes langues à la cour et les différentes cours elles-mêmes. L’évidence d’une pratique multilingue, rendue nécessaire par la diversité territoriale et dynastique ou les relations diplomatiques, apparaît le plus souvent être dépassée en un choix plurilingue, assumant une fonction culturelle porteuse de prestige et destinée à la célébration princière par la conjonction des langues.

Coordination éditoriale de Jean BALSAMO, Anna Kathrin BLEULER
Editeur: Genève, Librairie Droz
Coll. “Travaux d’Humanisme et Renaissance”
ISSN 0082-6081
Langues: Français, Allemand
Date de première publication du titre 05/08/2016
Disponible sur le site de l’éditeur