Archives de catégorie : Publications des membres du centre

La Grande Oreille : Merlin

La Grande Oreille n°83, avril 2021 : « Merlin » – dirigé par Karin Ueltschi, Laurence Hélix et Anne Berthelot

Merlin, enchanteur, magicien et prophète a présidé à la naissance d’un monde qui nous fascine toujours : celui d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Mais qu’a encore à nous apprendre ce personnage tout à la fois romanesque, historique et légendaire ? Et quelles traces a-t-il laissées, lui, cet éternel conteur et maître de la parole, qui nous invite à prendre conscience du monde fragile qui nous entoure ?

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature française du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL.

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévale à l’URCA et membre du CRIMEL.

17 euros (hors frais de port)
ISBN : 979-10-92447-46-0

Disponible sur le site de l’éditeur

Les amours de Psyché et de Cupidon précédé d’Adonis et du songe de Vaux

Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon précédé d’Adonis et du songe de Vaux (édition Céline Bohnert, Patrick Dandrey et Boris Donné), Gallimard, Folio Classiques, 2021.

Derrière le fabuliste se cache un autre La Fontaine : celui qui commença sa carrière littéraire sous la protection de Fouquet. Fruits de l’inspiration raffinée, badine et sensuelle qui régnait à sa cour, les trois textes ici réunis associent les légendes de la mythologie et l’esprit aigu du classicisme naissant, dans une quête de la beauté et de la sensualité, une conciliation du sérieux et du léger, entre le rêveur qui s’égare et l’œil qui observe. La Fontaine y conte en vers et prose, sur le mode de l’élégie, du lyrisme, du songe ou de la promenade, l’amour de Vénus pour Adonis, les aventures de Psyché aimée de Cupidon et les rêveries poétiques et philosophiques que lui inspirent les jardins de Vaux et ceux de Versailles qu’inventait alors Le Nôtre.
À mi-chemin entre la hardiesse rieuse des Contes et la gaieté enchanteresse des Fables, voici un La Fontaine méconnu, délicat et insolite qui, ici aussi, amuse, charme et envoûte.

Céline Bohnert est maîtresse de conférences en littérature française du XVIIe siècle à l’URCA et membre du CRIMEL.

ISBN : 9782072803970
Disponible sur le site de l’éditeur.

TÉLÉCHARGEMENT :
Présentation par l’éditeur

Contre Galien, Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité à l’âge moderne

Contre Galien, Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité à l’âge moderne, Antoine Pietrobelli (dir.), Paris, Honoré Champion, 2020, 302 p.

Galien de Pergame (129-ca 216) a systématisé l’ensemble du savoir médical ancien et sa doctrine s’est maintenue jusqu’à l’époque moderne. Son œuvre tentaculaire a aussi innervé la pensée philosophique, logique et théologique. Toutefois, Galien a fait l’objet de critiques de la part de ses contemporains, puis de ses successeurs. Après le triomphe du galénisme à la fin de l’Antiquité, les penseurs islamiques ont introduit les premières brèches dans ce système. Ces attaques, relayées en Occident latin et à Byzance, ont connu une ampleur nouvelle à la Renaissance avec la remise en cause et la déconstruction de l’autorité galénique.

Dans ce livre est proposée une histoire dynamique de la réception de Galien à travers différents cas d’anti-galénismes. Les études qui y sont réunies portent sur des textes peu connus, voire inédits. Elles recensent les critiques contre Galien, tout en explorant différentes facettes de sa pensée médicale et philosophique. Ce parcours permet ainsi de suivre les changements de paradigmes épistémologiques qui s’opèrent au fil des siècles, mais aussi de mieux cerner, par la négative, ce que fut le galénisme durant sa longue tradition.

Ont contribué à cet ouvrage : Susan P. Mattern, Anna Motta, Matyáš Havrda, Pauline Koetschet, Philippe Vallat, Joël Chandelier, Nicoletta Palmieri, Danielle Jacquart, Vivian Nutton et Fabrizio Bigotti.

Antoine Pietrobelli est helléniste, philologue et historien de la médecine. Il est maître de conférences titulaire d’une HDR à l’Université de Reims. En 2005, il a découvert à Thessalonique un manuscrit de Galien qui contenait des textes inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la Collection des Universités de France. Dans cette même collection, il a fait paraître en 2019 le premier volume du commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Il est l’auteur de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

ISBN : 9782745353269
EAN : 9782745353269
Prix : 35€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Hippocrate et Galien, fresque du début du XIIIe siècle, dans la crypte de la cathédrale Sainte-Marie, Anagni, Italie.

La confession et le texte licencieux

 

La Confession et le texte licencieux. Pratiques textuelles et éditoriales dans l’Europe du XVIIIe siècle, Helga Meise et Jean-Louis Haquette (dir.), Reims,  ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020, 116 p.

 

Le présent volume se propose d’étudier dans une perspective comparatiste les pratiques textuelles mettant en scène la confession ou l’aveu, qui caractérisent un certain nombre de textes libertins, licencieux ou pornographiques du XVIIIe siècle, publiés en Angleterre, en Hollande, en France et dans les pays germanophones. Ce type d’énonciation, dans le contexte d’une publication imprimée, repose sur une tension entre l’intimité sexuelle et la diffusion collective par le livre: cette exhibition de l’intime est constitutive du plaisir visé par ce genre de textes, mais elle rencontre évidemment les normes sociales de la représentation littéraire. Parfois supprimée, souvent tolérée, cette littérature connaît une large diffusion européenne. Même si la lecture individuelle restaure un effet d’intimité, le passage par la sphère éditoriale publique joue donc un rôle dans l’architecture de ces récits. Trois aspects sont mis en valeur: le rôle que les textes réservent à la mise en scène des aveux et de la confession, l’impact des pratiques de contrôle par les autorités publiques, la réception et la circulation des textes auprès du lectorat.

Helga Meise est professeure de littérature allemande (CIRLEP),  Jean-Louis Haquette (CRIMEL) est professeur de littérature comparée, tous deux à l’Université de Reims-Champagne Ardenne.

ISBN-10 2374961206
ISBN-13 9782374961200
Prix : 15€
Disponible au Comptoir des Presses d’université.
 
 
Crédit :  François Boucher, L’Odalisque brune, c. 1745, Louvre – source :  musée du Louvre 

Album de poésies des Villeroy : Manuscrit français 1663 de la BNF

Album de poésies des Villeroy : Manuscrit français 1663 de la BNF, Steve Murphy, François Rouget (éd.) et Jean Balsamo (éd. adjoint), Paris, Classiques Garnier, 2019, 357 p.


À Conflans, vers 1570, Madeleine de L’Aubespine et Nicolas de Neufville-Villeroy accueillirent des poètes dont ils firent copier les vers dans un album. Cette édition présente près de deux cents poèmes rédigés en français, latin, grec, italien et espagnol, par les plus grands ou plus modestes écrivains de cette époque.

 

ISBN: 978-2-406-07267-6
ISSN: 2105-9950
Éditeur: Classiques Garnier
Langue: Français
Mots-clés: Littérature du xvie siècle, poésie, Nicolas IV de Neufville-Villeroy, Madeleine de L’Aubespine, « salon », manuscrit, Pierre de Ronsard, Philippe Desportes
Prix : 43€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Français 1663 – source : Gallica

Galien, Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate

Galien, Œuvres. Tome IX, 1re partie : Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate, Livre I, texte établi et traduit par Antoine  Pietrobelli, Paris, CUF, 2019.

Lauréat du Prix Alfred Croiset, 2020

Si vous buvez aujourd’hui une tisane à la fin du repas, vous ignorez sans doute que c’est en raison de la fortune d’un texte oublié : le commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Le premier livre de ce commentaire porte en effet sur la prescription de la « ptisane », une décoction d’orge que les médecins antiques, médiévaux et modernes ont utilisée pour nourrir et soigner les patients atteints de maladies infectieuses (ou maladies aiguës). Après avoir été traduit en arabe, puis en latin, ce commentaire fut l’un des textes médicaux les plus étudiés en Occident entre le XIIIe et le XVIe siècle.

A. Pietrobelli propose une nouvelle édition critique du livre I, mais aussi sa première traduction en langue moderne, accompagnée d’un commentaire. À travers ce texte, on perçoit les méthodes exégétiques de Galien et son érudition sur Hippocrate. Cette édition permet aussi de comprendre un chapitre important de l’histoire de la médecine, notamment sur les théories de la digestion et des fièvres. Mais ce livre a surtout un grand intérêt pour l’histoire de la philosophie : Galien défend l’idée que c’est dans le Régime des maladies aiguës qu’Hippocrate a inventé, avant Platon et Aristote, la méthode logique des philosophes.

Antoine Pietrobelli est helléniste et philologue, spécialiste d’histoire de la médecine. Il est maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Reims et membre de l’Institut Universitaire de France. En 2005, il a découvert un nouveau manuscrit de Galien à Thessalonique qui contenait des inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la CUF. Il a publié de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

Table des matières

Introduction

I. Place du commentaire dans le corpus galénique
1. L’ordre des commentaires hippocratiques
2. Datation du traité
3. Liens avec d’autres textes du corpus

II. Un commentaire hippocratique
1. Qu’est-ce qu’un hypomnèma ?
2. Héritage alexandrin
3. Galien philologue
4. Genre en gestation
5. Stochastique du destinataire
6. Principes du commentaire médical

III. Ptisane et maladies aiguës
1. Qu’est-ce qu’une maladie aiguë ?
2. Recettes de ptisane
3. Éloge hippocratique
4. Culte galénique
5. Digestion, coction et décoction

IV. Un discours de la méthode
1. Hippocrate inventeur de la méthode logique
2. Le problème de la ptisane
3. Diorismes
4. La démonstration linéaire

Histoire du texte

V. La tradition manuscrite directe
L’archétype des manuscrits grecs
Présentation et classement des manuscrits

VI. La tradition indirecte
VII. Les éditions imprimées

Stemma
Conspectvs siglorvm

Texte et traduction

Notes complémentaires
Bibliographie
Index nominvm
Index opervm

Livre broché
12.5 x 19.3 cm
Français, Grec ancien
Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé – N° dans la collection : 545
Parution : 23/05/2019

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

LA PAROLE DE MONTAIGNE

Jean Balsamo, La Parole de Montaigne, Torino, Rosenberg & Sellier, 2019, 392p.

Espace de travail, de loisir ou d’évasion, la bibliothèque remplit toutes sortes de fonctions pour un écrivain.
Elle est un patrimoine matériel qui se construit, se transmet et se disperse, mais aussi un atelier où les lectures, savantes ou sauvages, viennent nourrir la création; enfin elle constitue le lieu d’un réseau de savoirs où se découvrent des filiations, des circulations et des dialogues parfois insoupçonnés. Telles sont les trois facettes des bibliothèques d’écrivains explorées…

Jean Balsamo est un professeur de littérature française à l’Université de Reims, a publié de nombreuses études consacrées aux relations littéraires entre la France et l’Italie au XVIe siècle, à la culture de cour et à Montaigne en particulier.

Il est le coéditeur de l’édition philologique des Essais, publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2007).

392 p.
Publication : 2019
EAN 9788878857261
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Gravure du XIXe siècle, représentant Michel de Montaigne. (Photo Bianchetti. Leemage)

LES TEMPLIERS

Laurence Hélix, Les Templiers, La Crèche, La Geste, 2019, 56p.

Dans cet ouvrage de 56 pages, Laurence Hélix invite le lecteur à découvrir ou redécouvrir l’histoire des chevaliers des templiers pour enfin tout comprendre sur leur vie, leurs coutumes, leur combat et leur histoire. Grâce aux nombreuses illustrations et aux textes très documentés vous deviendrez incollables sur ces mystérieux chevaliers du Moyen Âge.

 

Laurence Hélix, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est agrégée de Lettres classiques et docteur ès lettres. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Reims- Champagne-Ardenne, où elle enseigne la langue et la littérature du Moyen Âge. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la langue française, l’ancien français et les grands mythes médiévaux – notamment le mythe tristanien et la quête du Graal -, elle a récemment élargi son champ d’études à la littérature pour la jeunesse.

56 pages
Publication : 2019
ISBN 979-10-353-0492-8
Prix 4,90 €
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Couverture de « Les Templiers » de Laurence Hélix aux éditions Geste

POUVOIRS DE LA FICTION : POURQUOI AIME-T-ON LES HISTOIRES ?

Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction : Pourquoi aime-t-on les histoires ?, Paris, Armand Colin, 2019, 192 p.

Qu’est-ce qui nous pousse à ouvrir un roman  ? à entrer dans une salle de cinéma  ? à entamer le visionnage d’une série  ? Plus encore  : une fois établi le premier contact avec le récit, pourquoi, dans la plupart des cas, avons-nous tant de mal à le lâcher  ? Et comment expliquer ce sentiment de vague tristesse qui nous saisit parfois au dénouement, quand nous sommes obligés d’abandonner un monde et des personnages  ? En un mot, pourquoi aimons-nous tant les histoires  ?
Tous supports confondus, les récits de fiction n’ont jamais été aussi nombreux, et leur succès public transcende les barrières générationnelles et sociales. Mais les fictions textuelles sont aujourd’hui largement concurrencées par les séries télévisées dont la consommation est en constante augmentation. L’enjeu de cet essai est de comprendre d’où vient la force d’attraction du narratif qu’il soit question d’un roman, d’un film ou d’une série télévisée.
La question du plaisir narratif ne sera donc pas envisagée d’un point de vue culturel  – qu’est-ce qui fait qu’à telle époque et dans tel milieu on s’intéresse à tel type de fictions  ?  – mais sur un plan «  anthropologique  »  : comment expliquer cette attirance de l’être humain pour les récits  ? qu’y recherche-t-il et qu’y trouve-t-il  ?

Vincent Jouve est professeur de littérature française à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

292 pages
Publication : septembre 2019
EAN 9782200627096
Prix 17,90 € (Format Papier) / 12,99 € (Ebook)
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Bernard Fidel, « le lecteur », Flickr, 2015 (lien)

Jupiter et Mercure

Alexis Lévrier, Jupiter et Mercure. Le pouvoir présidentiel face à la presse, Paris, CELSA Paris-Sorbonne et Les Petits matins, 2021, 384 p.

Au moment de son élection, Emmanuel Macron a été présenté comme l’homme d’un « nouveau monde » qui devait remplacer les pratiques anciennes. Mais, du point de vue de ses rapports avec la presse, c’est au contraire avec un très ancien monde que ce jeune président a d’emblée voulu renouer. Il apparaît en effet comme l’héritier assumé des monarques républicains qui l’ont précédé, au point que le terme « Jupiter » lui-même est emprunté au double septennat de François Mitterrand.
Après un quinquennat Hollande marqué par des échanges incessants avec les journalistes, la « saine distance » voulue par Emmanuel Macron a dans un premier temps été bien accueillie. Mais cette attitude s’est très vite transformée en mépris et elle a conduit le Président à des erreurs, tel son comportement impérieux au moment de l’affaire Benalla. Son cas est loin de constituer une exception, puisque la logique même des institutions de la cinquième République se prête à des rapports tendus entre le chef de l’État et la presse : du général de Gaulle à François Hollande, tous les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont ainsi été tentés, un jour ou l’autre, de mettre les journalistes au pas.
Le risque est cependant réel, lorsque Jupiter cherche à imposer ses vues à Mercure, de saper les fondements de sa propre légitimité. Conscient sans doute de ce péril, et comme l’ont fait ses devanciers les plus habiles, le Président a consenti à de réelles inflexions après les épreuves qui ont marqué le début de son mandat. Mais, comme le montre cet essai, son attitude envers la presse n’a changé qu’en surface : même s’il a renoncé à employer ce mot, Emmanuel Macron restera sans doute jusqu’au bout un président « jupitérien ».

ISBN 978-2-36383-294-8
Date de parution 06/05/2021
384 p., 20 euros
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.