Archives de catégorie : Publications

DU JEU DANS LA THEORIE DE LA LECTURE

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 14 – 2020

Après deux années dédiées aux « Paroles de lecteurs » et dans le sillage des Rencontres de Reims qui firent dialoguer les problématiques du jeu et de la parole, le séminaire Approches Interdisciplinaires et internationales de la lecture ouvre ici un nouveau volet de son investigation portant sur le contenu notionnel de la « lecture comme jeu » dont la modélisation est partiellement liée à l’histoire des recherches rémoises en la matière.
Il s’agit en quelque sorte de faire jouer la théorie de différentes manières ce qui conduit, à partir de l’idée de jeu littéraire, à interroger un réseau de notions associées dans leurs implications linguistiques et philosophiques, sans oublier de soumettre l’idée de la littérature ainsi conçue à la pratique des textes d’écrivains.

SOMMAIRE

  • Alain Trouvé – Avant-propos

Linguistique, philosophie et jeu littéraire

  • François Rastier – Linguistique et études littéraires — Une solidarité bénéfique
  • Gabrièle Wersinger Taylor – Jeux d’Érôs dans « La Pharmacie de Platon » de Jacques Derrida
  • Alain Trouvé – La lecture, entre bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss)

De la théorie aux œuvres

  • Christine Chollier – Articuler instances lectorales et régimes textuels : du jeu entre théories. L’exemple de Cité de Verre
  • Marie-France Boireau – Les Cloches de Bâle : jeux et enjeux
  • Nathalie Roelens – Rien ne va plus !
  • Bibliographie
  • Les auteurs

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages :  166 p.
ISBN-10 2374961087
ISBN-13 9782374961088

 

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

La postface de l’ouvrage est disponible en texte intégral dans HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03507953v1.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

Le Temps des passions

Le Temps des passions xixe-xxie siècles, Régine Borderie et Vincent Jouve (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2020,  212 p.

Les passions sont dans le temps, et contribuent à son expérience. Ce constat fonde l’étude de la représentation de la vie affective selon un temps psychologique, social ou historique, du xixe au xxie siècle ; elle relève de la poétique, de l’histoire des représentations, des théories de la lecture.

 

 

Maître de conférences HDR, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXe siècle à l’Université de Reims-Champagne Ardenne.

Vincent Jouve est professeur de littérature du XXe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

 

“Memento Marie Regards sur la galerie Médicis”

Héritages critiques  – vol. 10

dirigé par Emmanuelle Hénin et Valérie Wampfler

Le cycle peint par Rubens à la gloire de Marie de Médicis est un des plus importants et des plus audacieux de la première modernité, sur le plan pictural comme sur le plan politique. Ce livre ambitionne de faire revivre cette galerie, telle que les visiteurs la contemplèrent au palais du Luxembourg de son inauguration en 1625 à son démantèlement en 1780. Il en réunit une dizaine de descriptions, rédigées en latin, italien ou français – certaines sont inédites, d’autres traduites pour la première fois –, ainsi que des extraits du débat sur les allégories. Tous ces textes sont précisément annotés et complétés par une série d’études associant historiens, historiens de l’art et philologues.

Ces descriptions anciennes sont d’autant plus précieuses que le langage de la galerie est volontairement chiffré: en s’assimilant secrètement aux déesses Junon et Minerve, et même à la Vierge, Marie de Médicis réécrit l’histoire pour laisser un monument à la gloire de son règne. Le langage allégorique de Rubens, empreint d’une immense érudition numismatique et archéologique, dissimule le formidable orgueil et les constantes transgressions de la reine. Ce retour aux sources contemporaines du cycle jette une nouvelle lumière sur sa signification, tout en proposant autant de visites virtuelles, de récits de l’histoire de France et de leçons de peinture. Ce Memento Marie rend hommage au génie pictural et politique de Rubens, artisan de la mémoire de la médicéenne.

Ont contribué à ce volume:

• Marianne Cojannot-Le Blanc est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des arts du xviie siècle et membre du comité de rédaction de la Revue de l’art. Elle a publié des monographies consacrées à Abraham Bosse (D’acide et d’encre. Abraham Bosse (1604 ?-1676) et son siècle en perspectives, 2004), à Nicolas Poussin (À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul, de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, 2012) et à la galerie Médicis de Rubens (Rubens, des camées antiques à la galerie Médicis, 2018, avec Évelyne Prioux).

• Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’EHESS. Spécialiste d’histoire politique et sociale de la France d’Ancien Régime, elle travaille sur les relations entre le pouvoir souverain, la famille royale et la construction domaniale, cherchant à saisir par le croisement de la théorie et de la pratique monarchique les élé­ments de la modernité politique. Elle a publié notamment La Reine de France (Gallimard, 2000) ; L’Absolutisme en France, Histoire et historiographie, en collaboration avec Robert Descimon (Le Seuil, 2002) ; Le Rang, Préséances et Hiérarchies (Gallimard, 2016).

• Emmanuelle Hénin est professeur de littérature comparée à la Sorbonne après avoir longtemps enseigné à Reims. Elle travaille sur les poétiques et la théorie artistique de la première modernité, sur la scénographie et les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié Ut pictura theatrum : peinture et théâtre, de la Renaissance italienne au classicisme français (Droz, 2003), ainsi que Ceci est un boeuf : la querelle des inscriptions dans la peinture (Brepols, 2013). Elle a construit une base de données concernant la fortune des anecdotes sur la peinture antique (www.pictorinfabula.com).

• Stéphane Lojkine est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au CIELAM, directeur de la Fédération CRISIS et responsable du master « Littérature et Psychanalyse ». Spécialiste de Diderot, il dirige la base de données Utpictura18. Il a publié La Scène de roman (A. Colin, 2002), Image et subversion (J. Chambon, 2005), L’Œil révolté (J. Chambon, 2007) et est à l’origine de l’exposition et du catalogue Le Goût de Diderot (Hazan, 2013). Il a dirigé avec P. Ronzeaud Fictions de la rencontre (PUP, 2011), et avec A. Paschould Diderot et le temps (PUP, 2016).

• Laëtitia Pierre est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne où elle est chargée de cours depuis 2005. Professeur à l’Istituto Marangoni, elle dirige les mémoires de mas­ter des étudiants en histoire du costume et de la mode en cotutelle avec Manchester University. Elle a été chargée d’études au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) et dans le cadre du projet de recherche ACARES (LabEx SMS Toulouse Univ. / CNRS). Sa thèse de doctorat est consacrée à l’œuvre pédagogique et littéraire de Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) et ses travaux de recherche portent sur la pédagogie de l’art et de la mode (xviie-xxie siècles).

• Valérie Wampfler est maître de conférences de langue et littéra­ture latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. À travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines inédites de Claude-Barthélemy Morisot (1592-1661), elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur l’usage des modèles antiques (littérature, politique, iconogra­phie), ainsi que sur les centres d’intérêt qui occupent les cercles érudits du premier xviisiècle : récits de voyage, débats littéraires, scientifiques (alchimie, paracelsisme) et politiques notamment.

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2374960846
ISBN-13 9782374960845

Crédit: Henri IV reçoit le portrait de Marie de Médicis,
Pierre Paul Rubens (1577-1640), © RMN-Grand Palais (musée du Louvre),
René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

 

 

Paroles de lecteurs 2. Poésie et autres genres

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 13 – 2019

Le volume 12 d’Approches Interdisciplinaires de la Lecture avait ouvert la question de la parole du lecteur. Le volume 13 l’approfondit en s’intéressant aux genres saisis dans leur diversité et leurs variations, et notamment à la poésie. L’expérience du poète est-elle transposable à celle du lecteur? Une seule parole, celle du poète, peut-elle réunir poète et lecteur? Certes, trop de différences, d’espace et de temps les séparent souvent. Il faut sans doute chercher aussi d’autres rôles que celui du lecteur diligent. Le lecteur critique, le lecteur savant, le lecteur traducteur, le lecteur-spectateur, le lecteur voyageur sont quelques-uns de ces rôles, repérables  dans les contributions ici rassemblées.

Dir.  Jean-Michel Pottier

SOMMAIRE

  • Jean-Michel Pottier – Prologue
  • Alain Trouvé – La littérature comme échange verbal différé : autour de L’Écharpe rouge (Yves Bonnefoy)
  • Christine Chollier – Marot et Marotte au Pays de la Traduction
  • Marie-Madeleine Gladieu – Mario Vargas Llosa, lecteur de poésie
  • Anne-Élisabeth Halpern – Le lecteur au / de cinéma
  • Colette Camelin – Walter Benjamin lecteur d’À la recherche du temps perdu
  • Maria Hermínia Laurel – Lisibilité de Lisbonne dans quelques récits de voyage : éléments pour une géobiographie littéraire de Lisbonne
  • Isabelle Turcan – Lectures de Jean Racine par les lexicographes français des XVIIe-XVIIIe siècles
  • Bibliographie

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 274 p.
ISBN-10 2374960633
ISBN-13 9782374960630

Crédit: Janwillemsen, Natuur en vernuft 1916 ill dode zee – source: Flickr

La Princesse légère et autres contes

Héritages critiques  – vol.9

dirigé par Yannick Bellenger-Morvan

Auteur reconnu à l’époque victorienne, ami de John Ruskin et de Lewis Carroll, George MacDonald semble s’être évanoui dans les vapeurs épaisses de la révolution industrielle. « La Princesse légère » fait néanmoins partie des récits de cet écrivain écossais qui ont traversé le temps – et la Manche – avec succès. Cette histoire morale d’une princesse sans gravité enthousiasme encore les petits britanniques lesquels n’ont pas toujours un accès direct au texte, puisqu’ils se contentent d’explorer le royaume de Lagobel en empruntant d’autres chemins médiatiques, comme ceux de l’album, du film (BBC, 1985) ou de la comédie musicale.

Or même s’il reste peu connu Outre-Manche, George MacDonald n’en demeure pas moins une des grandes figures du patrimoine littéraire anglais. Ses contes merveilleux, dont il renouvelle la forme et les enjeux, fondent le genre de la fantasy moderne et ont inspiré des auteurs de premier ordre, tels C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien ou Madeleine L’Engle. Pour autant, la dernière traduction française de son best-seller, « La Princesse légère » remonte à 1981, et d’autres récits de MacDonald sont encore aujourd’hui introuvables, même en langue anglaise. En rassemblant une sélection de contes, cette nouvelle traduction, qui réunit plusieurs études critiques, cherche à pallier ce manque.

Ont contribué à ce volume:

  • Yannick Bellenger-Morvan est maître de conférences à l’université de Reims. Auteure d’une thèse sur les contes pour enfants de C. S. Lewis, elle s’intéresse aux cultures de l’enfance et de l’adolescence selon leurs multiples supports (littéraires, graphiques, audiovisuelles). Elle a codirigé l’ouvrage Littérature pour la jeunesse et identité culturelle populaire aux Éditions et presses universitaires de Reims (2016).
  • Virginie Douglas est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université de Rouen Normandie. Ses travaux portent sur la littérature britannique pour la jeunesse, en particulier sur la théorie, la narration et la traduction de ces livres. Elle a dirigé les ouvrages Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse (avec F. Cabaret, 2014) et État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).
  • Anne-Frédérique Mochel-Caballero est agrégée d’anglais et docteure en langue, littérature et civilisation des pays anglophones. Elle enseigne à l’université de Picardie Jules Verne. Elle est l’auteure de L’Évangile selon C. S. Lewis, Le dépassement du masculin / féminin dans la quête de Dieu (2011). Elle s’intéresse à la fantasy, aux représentations du masculin/féminin et à l’intertextualité biblique.
  • Benjamine Toussaint est maître de conférences à Sorbonne Université et membre du Centre de recherches VALE (EA 4085). Elle enseigne la traduction ainsi que l’histoire et la littérature écossaises et sa recherche porte sur les questions d’identité nationale et genrée dans la littérature écossaise des 19e et 20e siècles.
Support Livre broché
Nb de pages 356 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960730
ISBN-13 9782374960739
Crédits : Sir Edward Coley Burne-Jones, Summer Snow, engraved by the Dalziel Brothers, 1863. © Tate Images

Boèce au fil du temps

Boèce au fil du temps. Son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours, Sophie Conte, Alicia Oïffer-Bomsel et  María Elena Cantarino-Suñer (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2019, 651 p.

Référence essentielle depuis le Moyen Âge pour les intellectuels européens, l’œuvre de Boèce contribua à l’universalisation des savoirs. Ce volume collectif met en lumière l’héritage culturel de ce grand classique de l’Antiquité, figure exemplaire de l’éclectisme scientifique.

Sophie Conte est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN: 978-2-406-08665-9
ISSN: 2103-5636
Langues: Français, Espagnol
Mots-clés: Littérature latine, histoire des sciences, lexicologie, arts libéraux, théologie, iconographie, philosophie morale, littérature médiévale, histoire des idées
Prix: 34€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit: D’après Stiftsbibliothek Einsiedelm, Codex 358(610), Boethius, De arithmetica et geometrica. De musica, f. 144.

La Lecture littéraire dans tous ses états

La Lecture littéraire dans tous ses états, étude réunies et présentées par Alain Trouvé, en collaboration avec Christine Chollier, Marie-Madeleine Gladieu & Jean-Michel Pottier, Paris, L’Improviste, coll. “Les aéronautes de l’esprit”, 2019, 262 p.

La littérature est une activité dédoublée : elle implique une relation entre auteur et lecteur, un jeu partagé qui est autant plaisir de comprendre que de ressentir, tissé de passivité consentie et d’activité interprétative. La no­tion de lecture littéraire ne peut donc se passer de ce corollaire : une parole de lecteur. Les interactions du jeu et de la parole doivent aussi prendre acte du caractère multilingue de la littérature, et du caractère de performance de la lecture.

Les « Rencontres internationales de Reims : la lecture littéraire dans tous ses états » ont rassemblé en 2018 vingt-cinq chercheurs et artistes, venus d’Europe, d’Asie ou d’Amérique du Sud. Elles ont rendu hommage à Michel Picard qui, dans son essai La Lecture comme jeu (1986), a placé au premier plan l’activité du lecteur et pensé la relation littéraire selon un jeu fondé sur l’interaction de la participation et de la distanciation, des émotions et de l’intellect. Ce modèle, qui donna lieu à diverses variantes, dialogue ici avec des travaux récents qui mettent notamment l’accent sur le croisement des sphères créatrices, auctoriale et lectorale (arrière-texte), sur le rôle de la langue et de la parole dans les mécanismes d’écriture-lecture, et ouvrent quelques pistes nouvelles, associant au jeu les dimensions de plurilinguisme et de performance, déclinées de façon parfois surprenante.

Ce volume réunit les études de Anikó ÁDÁM, Polibio ALVES, Harry BELEVAN-McBRIDE, Romain BIONDA, Maria CABRAL, Marion COSTE, Hélène CROMBET, Coralie DE LA LUZ PRESSACCO, Jean-Louis DUFAYS, Nikol DZIUB, Nicolás GARAYALDE, Adèle GODEFROY, Olivier HERCEND, Ahmed KHARRAZ, Tomáš KOBLÍŽEK, Greta KOMUR-THILLOIS, Marion LATA, Christabel MARRANA, Amanda MURPHY, Misako NEMOTO, Christine PAGNOULLE, Michel PICARD, Marika PIVA, Aurore PROMONET, Nathalie ROELENS, Franc SCHUEREWEGEN, Isabelle TURCAN

ISBN-13 : 978-2-913764-66-8
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédits : AEH, Chicago

 

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection, Nathalie Preiss (dir.), Reims, Epure, 2019, 292 p.

Beaucoup a été écrit, et fort bien écrit, sur la collection au XIXe siècle dans et par la fiction: c’est donc une autre voie que les voix ici réunies voudraient explorer. À partir de collections de tous ordres (privé et public, littéraire, historique et artistique, éditorial et muséal), selon une perspective nécessairement et résolument interdisciplinaire, il s’agit d’interroger la spécificité du geste – à la geste de la Révolution attaché – et du discours de la collection au XIXe siècle, et de les penser comme figuration et fiction, production et projection d’un, voire du XIXe siècle, bref: le XIXe siècle à l’épreuve de la collection.

Nathalie Preiss est professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre broché
Nb de pages 292 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2374960668
ISBN-13 9782374960661
Prix: 25,00 €
Disponible sur le Comptoir des Presses d’Université.

Crédits: D’après Un Autre Monde de Grandville (1844) et Les Amoureux du livre de Fertiault (1877).

Le passé à l’oeuvre

Jean Balsamo, Le passé à l’oeuvre. Essais d’histoire littéraire, Avant-propos de Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette, Reims, EPURE, 2019, 324 p.

L’historien de la littérature, dont la méthode est l’histoire littéraire, étudie un objet qui provient d’une autre époque, élaboré selon l’art, pour répondre aux besoins et aux goûts d’un temps révolu. Mais, dans les cas les plus remarquables, la Divine Comédie, les Essais, Les Tragiques, les Promessi sposi, cet objet n’a pas cessé d’être présent et parlant, de donner à voir et à comprendre, de suggérer et d’émouvoir, longtemps après la disparition de son auteur, de ses destinataires, de ses premiers lecteurs. Si l’historien cherche à connaître sa genèse et les premières raisons qui lui donnaient un sens, il a aussi pour tâche de comprendre les effets et les discours qu’il a suscités sur la longue durée. L’histoire de la littérature se déploie dans la perspective historique des œuvres comme dans celle, historiographique et idéologique, de leur réception moderne par l’institution qui l’érige en discipline savante.

Jean Balsamo est professeur de littérature du XVIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Support: Livre relié
ISBN-10: 2374960803
ISBN-13: 9782374960807
Date de publication: 13 juin 2019
Prix: 25,00 €
Disponible sur le Comptoir des Presses d’Université.