Archives de catégorie : Publications

LES TEMPLIERS

Laurence Hélix, Les Templiers, La Crèche, La Geste, 2019, 56p.

Dans cet ouvrage de 56 pages, Laurence Hélix invite le lecteur à découvrir ou redécouvrir l’histoire des chevaliers des templiers pour enfin tout comprendre sur leur vie, leurs coutumes, leur combat et leur histoire. Grâce aux nombreuses illustrations et aux textes très documentés vous deviendrez incollables sur ces mystérieux chevaliers du Moyen Âge.

 

Laurence Hélix, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est agrégée de Lettres classiques et docteur ès lettres. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Reims- Champagne-Ardenne, où elle enseigne la langue et la littérature du Moyen Âge. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la langue française, l’ancien français et les grands mythes médiévaux – notamment le mythe tristanien et la quête du Graal -, elle a récemment élargi son champ d’études à la littérature pour la jeunesse.

56 pages
Publication : 2019
ISBN 979-10-353-0492-8
Prix 4,90 €
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Couverture de “Les Templiers” de Laurence Hélix aux éditions Geste

POUVOIRS DE LA FICTION : POURQUOI AIME-T-ON LES HISTOIRES ?

Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction : Pourquoi aime-t-on les histoires ?, Paris, Armand Colin, 2019, 192 p.

Qu’est-ce qui nous pousse à ouvrir un roman  ? à entrer dans une salle de cinéma  ? à entamer le visionnage d’une série  ? Plus encore  : une fois établi le premier contact avec le récit, pourquoi, dans la plupart des cas, avons-nous tant de mal à le lâcher  ? Et comment expliquer ce sentiment de vague tristesse qui nous saisit parfois au dénouement, quand nous sommes obligés d’abandonner un monde et des personnages  ? En un mot, pourquoi aimons-nous tant les histoires  ?
Tous supports confondus, les récits de fiction n’ont jamais été aussi nombreux, et leur succès public transcende les barrières générationnelles et sociales. Mais les fictions textuelles sont aujourd’hui largement concurrencées par les séries télévisées dont la consommation est en constante augmentation. L’enjeu de cet essai est de comprendre d’où vient la force d’attraction du narratif qu’il soit question d’un roman, d’un film ou d’une série télévisée.
La question du plaisir narratif ne sera donc pas envisagée d’un point de vue culturel  – qu’est-ce qui fait qu’à telle époque et dans tel milieu on s’intéresse à tel type de fictions  ?  – mais sur un plan «  anthropologique  »  : comment expliquer cette attirance de l’être humain pour les récits  ? qu’y recherche-t-il et qu’y trouve-t-il  ?

Vincent Jouve est professeur de littérature française à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

292 pages
Publication : septembre 2019
EAN 9782200627096
Prix 17,90 € (Format Papier) / 12,99 € (Ebook)
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Bernard Fidel, “le lecteur”, Flickr, 2015 (lien)

Jupiter et Mercure

Alexis Lévrier, Jupiter et Mercure. Le pouvoir présidentiel face à la presse, Paris, CELSA Paris-Sorbonne et Les Petits matins, 2021, 384 p.

Au moment de son élection, Emmanuel Macron a été présenté comme l’homme d’un « nouveau monde » qui devait remplacer les pratiques anciennes. Mais, du point de vue de ses rapports avec la presse, c’est au contraire avec un très ancien monde que ce jeune président a d’emblée voulu renouer. Il apparaît en effet comme l’héritier assumé des monarques républicains qui l’ont précédé, au point que le terme « Jupiter » lui-même est emprunté au double septennat de François Mitterrand.
Après un quinquennat Hollande marqué par des échanges incessants avec les journalistes, la « saine distance » voulue par Emmanuel Macron a dans un premier temps été bien accueillie. Mais cette attitude s’est très vite transformée en mépris et elle a conduit le Président à des erreurs, tel son comportement impérieux au moment de l’affaire Benalla. Son cas est loin de constituer une exception, puisque la logique même des institutions de la cinquième République se prête à des rapports tendus entre le chef de l’État et la presse : du général de Gaulle à François Hollande, tous les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont ainsi été tentés, un jour ou l’autre, de mettre les journalistes au pas.
Le risque est cependant réel, lorsque Jupiter cherche à imposer ses vues à Mercure, de saper les fondements de sa propre légitimité. Conscient sans doute de ce péril, et comme l’ont fait ses devanciers les plus habiles, le Président a consenti à de réelles inflexions après les épreuves qui ont marqué le début de son mandat. Mais, comme le montre cet essai, son attitude envers la presse n’a changé qu’en surface : même s’il a renoncé à employer ce mot, Emmanuel Macron restera sans doute jusqu’au bout un président « jupitérien ».

ISBN 978-2-36383-294-8
Date de parution 06/05/2021
384 p., 20 euros
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Jeanne d’Arc

Laurence Hélix, Jeanne d’Arc, La Crèche, La Geste, 2020, 180 p.

Dès le Moyen Age, Jeanne d’Arc intrigue ou dérange, fascine ou inquiète, et la légende, déjà, se superpose à l’Histoire. À bien des égards, son parcours est extraordinaire. Deux années, de 1429 à 1431, ont suffi à Jeanne d’Arc pour devenir l’une des figures majeures de l’Histoire de France. Dans cet ouvrage richement illustré, le lecteur part à la rencontre de celle qui, âgée de 20 ans à peine, bouleversa le cours de la guerre de Cent Ans. Grâce aux documents et témoignages de l’époque, l’auteur rétablit quelques vérités historiques puis, dépassant le cadre médiéval, elle analyse la place centrale que la Pucelle occupe dans notre imaginaire : du XVIIIe siècle à nos jours. Un modèle et un symbole qui n’a rien perdu de son éclat !

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévale à l’URCA et membre du CRIMEL.

  • Réf. : LUP3293
  • Edition : Reliée
  • Format : 11 x 17.8 cm
  • Isbn : 979-10-353-0646-5
  • Prix : € 09,90

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédits : représentation de la bataille d’Azincourt (25 octobre 1347) extraite de l’Abrégé de la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, BnF, fr. 2680, fol. 208, XVème s.

L’esthétisme britannique (1860-1900). Peinture, littérature et critique d’art

Héritages critiques  – vol. 12

dirigé par Anne-Florence GILLARD-ESTRADA et Xavier GIUDICELLI

Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation: c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria (1837-1901), que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.

Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton, ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du xixe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.

Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au cœur d’un mouvement qui se situe au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières strictes du Royaume-Uni.

Ont contribué à ce volume:

  • Clément Dessy est assistant professor à l’université de Warwick. Ses recherches portent sur la circulation transnationale des œuvres littéraires et artistiques à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse aussi aux relations entre littérature et arts visuels ainsi qu’entre écri­ture et arts de la scène à la même époque. Son livre Les Écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture (Prix du musée d’Or­say, Presses universitaires de Rennes, 2015) a abordé les influences des peintres Nabis et de Paul Gauguin sur les écrivains symbolistes français. Il a dirigé plusieurs collectifs dont (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840‑1940 (avec Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015) et L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (avec Laurence Brogniez et Clara Sadoun-Édouard, Presses universitaires de Rennes, 2019). Il prépare actuellement un ouvrage sur les échanges littéraires et artistiques entre Belgique et Royaume-Uni autour de 1900.
  • Anne-Florence Gillard-Estrada est maître de conférences à l’uni­versité de Rouen-Normandie (ERIAC – EA 4307). Ses recherches portent sur la littérature, l’esthétique, la critique d’art et les arts visuels dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a publié une série d’articles sur Walter Pater, Oscar Wilde et les peintres préraphaélites, néoclassiques et esthétiques et a un ouvrage (Le Corps grec dans la peinture britannique de l’Antiquité (1860‑1900) : entre idéal et fantasme) en préparation. Elle a codirigé un ouvrage intitulé Écrire l’art/Writing Art : Formes et enjeux du discours sur les arts visuels en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Paris, Mare et Martin, 2015) ainsi qu’un ouvrage sur Walter Pater (Routledge, 2017).
  • Xavier Giudicelli est maître de conférences en littérature britannique à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (EA 4299). Ses recherches portent sur l’œuvre d’Oscar Wilde, les rapports entre texte littéraire et image, ainsi que sur la réécriture du canon victorien et édouardien aux xxe et xxie siècles, la traduction et les transferts culturels, sujets sur lesquels il a publié une vingtaine d’articles. Il est l’auteur de Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image (PUPS, 2016) et il a dirigé ou codirigé une dizaine de collectifs ou numéros de revues, dont un recueil d’essais sur L’Importance d’être constant (avec Pascal Aquien, PUPS, 2014) et un numéro spécial d’Études anglaises sur Oscar Wilde et les arts (« The Pictures of Oscar Wilde », Études anglaises, vol. 69, no 1, 2016).
  • Pierre Morère est professeur émérite à l’université Stendhal-Grenoble III. Il est spécialiste de littérature et d’histoire des idées du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Il a publié en 2015 Sens et sensibilité : pensée et poésie dans la Grande-Bretagne des Lumières (coédition ELLUG-PUL, collection « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750‑1900) », Lyon, Presses universitaires de Lyon).
  • François Ropert est maître de conférences en langue et littérature anglaises à CY Cergy Paris Université. Ses travaux de recherche explorent un canon de poètes anglais de la décadence et de la modernité, notamment à partir d’une perspective moderniste. Ils portent plus particulièrement sur les modalités d’une poétique propre aux domaines de la critique d’art et de la théorie littéraire. L’œuvre poétique et critique du poète victorien Algernon Charles Swinburne occupe une place centrale dans le corpus qu’il étudie.
  • Laurence Roussillon-Constanty est professeur de lit­térature britannique et d’esthétique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER, EA 7504). Elle est spécialiste de la période victorienne et auteur de plusieurs travaux por­tant sur les relations texte/image dans la littérature et la peinture britannique du xixe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur John Ruskin et a participé à une traduction en français d’une sélection de Modern Painters (L’Éblouissement de la peinture. Sélection de textes tirés de Modern Painters de John Ruskin, Fabienne Gaspari, Lawrence Gasquet, Laurence Roussillon-Constanty (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2006). Elle est également l’auteur d’une monographie sur Dante Gabriel Rossetti (ELLUG, 2008) et a récemment codirigé un numéro de revue consacré à John Ruskin (« Mediating Ruskin », Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 91, printemps 2020). Elle est actuellement présidente de la Société française des études victoriennes et édouardiennes.
  • Sébastien Scarpa est maître de conférences en anglais à l’uni­versité Grenoble Alpes où il enseigne la littérature, l’esthé­tique et la civilisation. Ses recherches portent principalement sur la poésie et la peinture britanniques des xviiie et xixe siècles. Il est l’auteur de Algernon Charles Swinburne et les enjeux postromantiques de la création (2013) et Poétiques de l’affect. La poésie préromantique en contexte (2018) et a codirigé, entre autres, Tombeau pour Swinburne (2010) et Swinburne and France (2012).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages VIII – 280 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374961036
ISBN-13 9782374961033

Crédits : Perseus and Andromeda, study for The Doom Fulfilled, 1875, Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), © The Art Institute of Chicago

GRANDES ET PETITES MYTHOLOGIES I Monts et abîmes : des dieux et des hommes

GRANDES ET PETITES MYTHOLOGIES I
Monts et abîmes : des dieux et des hommes
Sous la direction de Karin Ueltschi & Flore Verdon
Reims, EPURE, 2020.

Si la « grande » mythologie, l’olympienne en particulier, est depuis toujours l’enfant chéri des savants et la muse des artistes, il n’en va pas de même avec la « petite » mythologie (dénomination attribuée aux Frères Grimm) : volontiers reléguée dans la chambre des nourrices et la sphère des enfants, un consensus quasi universel la considère comme un « sous-genre » alors qu’en réalité, elle est dépositaire d’une mémoire mythique et poétique aussi précieuse que sa grande sœur classique. Les traditions orales, véhiculées en particulier par les contes, représentent un vivier inépuisable de motifs qui rejoignent bien souvent, par la structure, les thématiques et les signifiances, la « grande » mythologie : les deux entretiennent des relations intimes, parlent un même langage, il est vrai aux variantes multiples, mais au même grand cœur.

L’objectif principal des travaux réunis dans ce volume est de porter non seulement à la lumière du jour toute cette mémoire ancestrale, mais d’établir des ponts entre les deux continents du « savant » et du « populaire », à tort séparés par une frontière invisible et longtemps considérée comme étanche : une thématique « savante » a presque toujours son pendant « populaire », et inversement.

LIEN:
le sommaire

TÉLÉCHARGEMENT:
Présentation du livre

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre relié
Nb de pages 368 p. Notes .
ISBN-10 2374961192
ISBN-13 9782374961194
Disponible au Comptoir des Presses d’Université

Compte rendu par Cristina Noacco dans la revue Iris.

 

DU JEU DANS LA THEORIE DE LA LECTURE

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 14 – 2020

Après deux années dédiées aux « Paroles de lecteurs » et dans le sillage des Rencontres de Reims qui firent dialoguer les problématiques du jeu et de la parole, le séminaire Approches Interdisciplinaires et internationales de la lecture ouvre ici un nouveau volet de son investigation portant sur le contenu notionnel de la « lecture comme jeu » dont la modélisation est partiellement liée à l’histoire des recherches rémoises en la matière.
Il s’agit en quelque sorte de faire jouer la théorie de différentes manières ce qui conduit, à partir de l’idée de jeu littéraire, à interroger un réseau de notions associées dans leurs implications linguistiques et philosophiques, sans oublier de soumettre l’idée de la littérature ainsi conçue à la pratique des textes d’écrivains.

SOMMAIRE

  • Alain Trouvé – Avant-propos

Linguistique, philosophie et jeu littéraire

  • François Rastier – Linguistique et études littéraires — Une solidarité bénéfique
  • Gabrièle Wersinger Taylor – Jeux d’Érôs dans « La Pharmacie de Platon » de Jacques Derrida
  • Alain Trouvé – La lecture, entre bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss)

De la théorie aux œuvres

  • Christine Chollier – Articuler instances lectorales et régimes textuels : du jeu entre théories. L’exemple de Cité de Verre
  • Marie-France Boireau – Les Cloches de Bâle : jeux et enjeux
  • Nathalie Roelens – Rien ne va plus !
  • Bibliographie
  • Les auteurs

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages :  166 p.
ISBN-10 2374961087
ISBN-13 9782374961088

 

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

Le Temps des passions

Le Temps des passions xixe-xxie siècles, Régine Borderie et Vincent Jouve (dir.), Paris, Classiques Garnier, 2020,  212 p.

Les passions sont dans le temps, et contribuent à son expérience. Ce constat fonde l’étude de la représentation de la vie affective selon un temps psychologique, social ou historique, du xixe au xxie siècle ; elle relève de la poétique, de l’histoire des représentations, des théories de la lecture.

 

 

Maître de conférences HDR, Régine Borderie enseigne la littérature française du XIXe siècle à l’Université de Reims-Champagne Ardenne.

Vincent Jouve est professeur de littérature du XXe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.

 

“Memento Marie Regards sur la galerie Médicis”

Héritages critiques  – vol. 10

dirigé par Emmanuelle Hénin et Valérie Wampfler

Le cycle peint par Rubens à la gloire de Marie de Médicis est un des plus importants et des plus audacieux de la première modernité, sur le plan pictural comme sur le plan politique. Ce livre ambitionne de faire revivre cette galerie, telle que les visiteurs la contemplèrent au palais du Luxembourg de son inauguration en 1625 à son démantèlement en 1780. Il en réunit une dizaine de descriptions, rédigées en latin, italien ou français – certaines sont inédites, d’autres traduites pour la première fois –, ainsi que des extraits du débat sur les allégories. Tous ces textes sont précisément annotés et complétés par une série d’études associant historiens, historiens de l’art et philologues.

Ces descriptions anciennes sont d’autant plus précieuses que le langage de la galerie est volontairement chiffré: en s’assimilant secrètement aux déesses Junon et Minerve, et même à la Vierge, Marie de Médicis réécrit l’histoire pour laisser un monument à la gloire de son règne. Le langage allégorique de Rubens, empreint d’une immense érudition numismatique et archéologique, dissimule le formidable orgueil et les constantes transgressions de la reine. Ce retour aux sources contemporaines du cycle jette une nouvelle lumière sur sa signification, tout en proposant autant de visites virtuelles, de récits de l’histoire de France et de leçons de peinture. Ce Memento Marie rend hommage au génie pictural et politique de Rubens, artisan de la mémoire de la médicéenne.

Ont contribué à ce volume:

• Marianne Cojannot-Le Blanc est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des arts du xviie siècle et membre du comité de rédaction de la Revue de l’art. Elle a publié des monographies consacrées à Abraham Bosse (D’acide et d’encre. Abraham Bosse (1604 ?-1676) et son siècle en perspectives, 2004), à Nicolas Poussin (À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul, de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, 2012) et à la galerie Médicis de Rubens (Rubens, des camées antiques à la galerie Médicis, 2018, avec Évelyne Prioux).

• Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’EHESS. Spécialiste d’histoire politique et sociale de la France d’Ancien Régime, elle travaille sur les relations entre le pouvoir souverain, la famille royale et la construction domaniale, cherchant à saisir par le croisement de la théorie et de la pratique monarchique les élé­ments de la modernité politique. Elle a publié notamment La Reine de France (Gallimard, 2000) ; L’Absolutisme en France, Histoire et historiographie, en collaboration avec Robert Descimon (Le Seuil, 2002) ; Le Rang, Préséances et Hiérarchies (Gallimard, 2016).

• Emmanuelle Hénin est professeur de littérature comparée à la Sorbonne après avoir longtemps enseigné à Reims. Elle travaille sur les poétiques et la théorie artistique de la première modernité, sur la scénographie et les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié Ut pictura theatrum : peinture et théâtre, de la Renaissance italienne au classicisme français (Droz, 2003), ainsi que Ceci est un boeuf : la querelle des inscriptions dans la peinture (Brepols, 2013). Elle a construit une base de données concernant la fortune des anecdotes sur la peinture antique (www.pictorinfabula.com).

• Stéphane Lojkine est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au CIELAM, directeur de la Fédération CRISIS et responsable du master « Littérature et Psychanalyse ». Spécialiste de Diderot, il dirige la base de données Utpictura18. Il a publié La Scène de roman (A. Colin, 2002), Image et subversion (J. Chambon, 2005), L’Œil révolté (J. Chambon, 2007) et est à l’origine de l’exposition et du catalogue Le Goût de Diderot (Hazan, 2013). Il a dirigé avec P. Ronzeaud Fictions de la rencontre (PUP, 2011), et avec A. Paschould Diderot et le temps (PUP, 2016).

• Laëtitia Pierre est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne où elle est chargée de cours depuis 2005. Professeur à l’Istituto Marangoni, elle dirige les mémoires de mas­ter des étudiants en histoire du costume et de la mode en cotutelle avec Manchester University. Elle a été chargée d’études au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) et dans le cadre du projet de recherche ACARES (LabEx SMS Toulouse Univ. / CNRS). Sa thèse de doctorat est consacrée à l’œuvre pédagogique et littéraire de Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) et ses travaux de recherche portent sur la pédagogie de l’art et de la mode (xviie-xxie siècles).

• Valérie Wampfler est maître de conférences de langue et littéra­ture latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. À travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines inédites de Claude-Barthélemy Morisot (1592-1661), elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur l’usage des modèles antiques (littérature, politique, iconogra­phie), ainsi que sur les centres d’intérêt qui occupent les cercles érudits du premier xviisiècle : récits de voyage, débats littéraires, scientifiques (alchimie, paracelsisme) et politiques notamment.

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2374960846
ISBN-13 9782374960845

Crédit: Henri IV reçoit le portrait de Marie de Médicis,
Pierre Paul Rubens (1577-1640), © RMN-Grand Palais (musée du Louvre),
René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage