Archives de catégorie : Publications

La confession et le texte licencieux

 

La Confession et le texte licencieux. Pratiques textuelles et éditoriales dans l’Europe du XVIIIe siècle, Helga Meise et Jean-Louis Haquette (dir.), Reims,  ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims, 2020, 116 p.

 

Le présent volume se propose d’étudier dans une perspective comparatiste les pratiques textuelles mettant en scène la confession ou l’aveu, qui caractérisent un certain nombre de textes libertins, licencieux ou pornographiques du XVIIIe siècle, publiés en Angleterre, en Hollande, en France et dans les pays germanophones. Ce type d’énonciation, dans le contexte d’une publication imprimée, repose sur une tension entre l’intimité sexuelle et la diffusion collective par le livre: cette exhibition de l’intime est constitutive du plaisir visé par ce genre de textes, mais elle rencontre évidemment les normes sociales de la représentation littéraire. Parfois supprimée, souvent tolérée, cette littérature connaît une large diffusion européenne. Même si la lecture individuelle restaure un effet d’intimité, le passage par la sphère éditoriale publique joue donc un rôle dans l’architecture de ces récits. Trois aspects sont mis en valeur: le rôle que les textes réservent à la mise en scène des aveux et de la confession, l’impact des pratiques de contrôle par les autorités publiques, la réception et la circulation des textes auprès du lectorat.

Helga Meise est professeure de littérature allemande (CIRLEP),  Jean-Louis Haquette (CRIMEL) est professeur de littérature comparée, tous deux à l’Université de Reims-Champagne Ardenne.

ISBN-10 2374961206
ISBN-13 9782374961200
Prix : 15€
Disponible au Comptoir des Presses d’université.
 
 
Crédit :  François Boucher, L’Odalisque brune, c. 1745, Louvre – source :  musée du Louvre 

Album de poésies des Villeroy : Manuscrit français 1663 de la BNF

Album de poésies des Villeroy : Manuscrit français 1663 de la BNF, Steve Murphy, François Rouget (éd.) et Jean Balsamo (éd. adjoint), Paris, Classiques Garnier, 2019, 357 p.


À Conflans, vers 1570, Madeleine de L’Aubespine et Nicolas de Neufville-Villeroy accueillirent des poètes dont ils firent copier les vers dans un album. Cette édition présente près de deux cents poèmes rédigés en français, latin, grec, italien et espagnol, par les plus grands ou plus modestes écrivains de cette époque.

 

ISBN: 978-2-406-07267-6
ISSN: 2105-9950
Éditeur: Classiques Garnier
Langue: Français
Mots-clés: Littérature du xvie siècle, poésie, Nicolas IV de Neufville-Villeroy, Madeleine de L’Aubespine, « salon », manuscrit, Pierre de Ronsard, Philippe Desportes
Prix : 43€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Français 1663 – source : Gallica

Galien, Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate

Galien, Œuvres. Tome IX, 1re partie : Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate, Livre I, texte établi et traduit par Antoine  Pietrobelli, Paris, CUF, 2019.

Lauréat du Prix Alfred Croiset, 2020

Si vous buvez aujourd’hui une tisane à la fin du repas, vous ignorez sans doute que c’est en raison de la fortune d’un texte oublié : le commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Le premier livre de ce commentaire porte en effet sur la prescription de la « ptisane », une décoction d’orge que les médecins antiques, médiévaux et modernes ont utilisée pour nourrir et soigner les patients atteints de maladies infectieuses (ou maladies aiguës). Après avoir été traduit en arabe, puis en latin, ce commentaire fut l’un des textes médicaux les plus étudiés en Occident entre le XIIIe et le XVIe siècle.

A. Pietrobelli propose une nouvelle édition critique du livre I, mais aussi sa première traduction en langue moderne, accompagnée d’un commentaire. À travers ce texte, on perçoit les méthodes exégétiques de Galien et son érudition sur Hippocrate. Cette édition permet aussi de comprendre un chapitre important de l’histoire de la médecine, notamment sur les théories de la digestion et des fièvres. Mais ce livre a surtout un grand intérêt pour l’histoire de la philosophie : Galien défend l’idée que c’est dans le Régime des maladies aiguës qu’Hippocrate a inventé, avant Platon et Aristote, la méthode logique des philosophes.

Antoine Pietrobelli est helléniste et philologue, spécialiste d’histoire de la médecine. Il est maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Reims et membre de l’Institut Universitaire de France. En 2005, il a découvert un nouveau manuscrit de Galien à Thessalonique qui contenait des inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la CUF. Il a publié de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

Table des matières

Introduction

I. Place du commentaire dans le corpus galénique
1. L’ordre des commentaires hippocratiques
2. Datation du traité
3. Liens avec d’autres textes du corpus

II. Un commentaire hippocratique
1. Qu’est-ce qu’un hypomnèma ?
2. Héritage alexandrin
3. Galien philologue
4. Genre en gestation
5. Stochastique du destinataire
6. Principes du commentaire médical

III. Ptisane et maladies aiguës
1. Qu’est-ce qu’une maladie aiguë ?
2. Recettes de ptisane
3. Éloge hippocratique
4. Culte galénique
5. Digestion, coction et décoction

IV. Un discours de la méthode
1. Hippocrate inventeur de la méthode logique
2. Le problème de la ptisane
3. Diorismes
4. La démonstration linéaire

Histoire du texte

V. La tradition manuscrite directe
L’archétype des manuscrits grecs
Présentation et classement des manuscrits

VI. La tradition indirecte
VII. Les éditions imprimées

Stemma
Conspectvs siglorvm

Texte et traduction

Notes complémentaires
Bibliographie
Index nominvm
Index opervm

Livre broché
12.5 x 19.3 cm
Français, Grec ancien
Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé – N° dans la collection : 545
Parution : 23/05/2019

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

LA PAROLE DE MONTAIGNE

Jean Balsamo, La Parole de Montaigne, Torino, Rosenberg & Sellier, 2019, 392p.

Espace de travail, de loisir ou d’évasion, la bibliothèque remplit toutes sortes de fonctions pour un écrivain.
Elle est un patrimoine matériel qui se construit, se transmet et se disperse, mais aussi un atelier où les lectures, savantes ou sauvages, viennent nourrir la création; enfin elle constitue le lieu d’un réseau de savoirs où se découvrent des filiations, des circulations et des dialogues parfois insoupçonnés. Telles sont les trois facettes des bibliothèques d’écrivains explorées…

Jean Balsamo est un professeur de littérature française à l’Université de Reims, a publié de nombreuses études consacrées aux relations littéraires entre la France et l’Italie au XVIe siècle, à la culture de cour et à Montaigne en particulier.

Il est le coéditeur de l’édition philologique des Essais, publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2007).

392 p.
Publication : 2019
EAN 9788878857261
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Gravure du XIXe siècle, représentant Michel de Montaigne. (Photo Bianchetti. Leemage)

LES TEMPLIERS

Laurence Hélix, Les Templiers, La Crèche, La Geste, 2019, 56p.

Dans cet ouvrage de 56 pages, Laurence Hélix invite le lecteur à découvrir ou redécouvrir l’histoire des chevaliers des templiers pour enfin tout comprendre sur leur vie, leurs coutumes, leur combat et leur histoire. Grâce aux nombreuses illustrations et aux textes très documentés vous deviendrez incollables sur ces mystérieux chevaliers du Moyen Âge.

 

Laurence Hélix, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est agrégée de Lettres classiques et docteur ès lettres. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Reims- Champagne-Ardenne, où elle enseigne la langue et la littérature du Moyen Âge. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la langue française, l’ancien français et les grands mythes médiévaux – notamment le mythe tristanien et la quête du Graal -, elle a récemment élargi son champ d’études à la littérature pour la jeunesse.

56 pages
Publication : 2019
ISBN 979-10-353-0492-8
Prix 4,90 €
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Couverture de “Les Templiers” de Laurence Hélix aux éditions Geste

POUVOIRS DE LA FICTION : POURQUOI AIME-T-ON LES HISTOIRES ?

Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction : Pourquoi aime-t-on les histoires ?, Paris, Armand Colin, 2019, 192 p.

Qu’est-ce qui nous pousse à ouvrir un roman  ? à entrer dans une salle de cinéma  ? à entamer le visionnage d’une série  ? Plus encore  : une fois établi le premier contact avec le récit, pourquoi, dans la plupart des cas, avons-nous tant de mal à le lâcher  ? Et comment expliquer ce sentiment de vague tristesse qui nous saisit parfois au dénouement, quand nous sommes obligés d’abandonner un monde et des personnages  ? En un mot, pourquoi aimons-nous tant les histoires  ?
Tous supports confondus, les récits de fiction n’ont jamais été aussi nombreux, et leur succès public transcende les barrières générationnelles et sociales. Mais les fictions textuelles sont aujourd’hui largement concurrencées par les séries télévisées dont la consommation est en constante augmentation. L’enjeu de cet essai est de comprendre d’où vient la force d’attraction du narratif qu’il soit question d’un roman, d’un film ou d’une série télévisée.
La question du plaisir narratif ne sera donc pas envisagée d’un point de vue culturel  – qu’est-ce qui fait qu’à telle époque et dans tel milieu on s’intéresse à tel type de fictions  ?  – mais sur un plan «  anthropologique  »  : comment expliquer cette attirance de l’être humain pour les récits  ? qu’y recherche-t-il et qu’y trouve-t-il  ?

Vincent Jouve est professeur de littérature française à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

292 pages
Publication : septembre 2019
EAN 9782200627096
Prix 17,90 € (Format Papier) / 12,99 € (Ebook)
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Bernard Fidel, “le lecteur”, Flickr, 2015 (lien)

Jupiter et Mercure

Alexis Lévrier, Jupiter et Mercure. Le pouvoir présidentiel face à la presse, Paris, CELSA Paris-Sorbonne et Les Petits matins, 2021, 384 p.

Au moment de son élection, Emmanuel Macron a été présenté comme l’homme d’un « nouveau monde » qui devait remplacer les pratiques anciennes. Mais, du point de vue de ses rapports avec la presse, c’est au contraire avec un très ancien monde que ce jeune président a d’emblée voulu renouer. Il apparaît en effet comme l’héritier assumé des monarques républicains qui l’ont précédé, au point que le terme « Jupiter » lui-même est emprunté au double septennat de François Mitterrand.
Après un quinquennat Hollande marqué par des échanges incessants avec les journalistes, la « saine distance » voulue par Emmanuel Macron a dans un premier temps été bien accueillie. Mais cette attitude s’est très vite transformée en mépris et elle a conduit le Président à des erreurs, tel son comportement impérieux au moment de l’affaire Benalla. Son cas est loin de constituer une exception, puisque la logique même des institutions de la cinquième République se prête à des rapports tendus entre le chef de l’État et la presse : du général de Gaulle à François Hollande, tous les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont ainsi été tentés, un jour ou l’autre, de mettre les journalistes au pas.
Le risque est cependant réel, lorsque Jupiter cherche à imposer ses vues à Mercure, de saper les fondements de sa propre légitimité. Conscient sans doute de ce péril, et comme l’ont fait ses devanciers les plus habiles, le Président a consenti à de réelles inflexions après les épreuves qui ont marqué le début de son mandat. Mais, comme le montre cet essai, son attitude envers la presse n’a changé qu’en surface : même s’il a renoncé à employer ce mot, Emmanuel Macron restera sans doute jusqu’au bout un président « jupitérien ».

ISBN 978-2-36383-294-8
Date de parution 06/05/2021
384 p., 20 euros
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Séries TV génériques

Séries TV génériques,  sous la direction de Sébastien Hubier et Emmanuel Le Vagueresse, Reims, ÉPURE, 2020.

Les génériques de séries font partie de notre mémoire et de notre culture à la fois intimes et collectives. Les études statistiques montrent clairement que la plupart des spectateurs et, davantage encore, des téléspectateurs conservent en mémoire des souvenirs très précis des génériques qu’ils jugent particulièrement réussis. Placé, dans les séries, à des endroits finalement assez variables, et pas toujours dans les toutes premières secondes, à la différence des films, le générique peut être, certes, porteur d’informations concrètes – titre, noms des acteurs, des auteurs, des techniciens –, mais, se rapprochant récemment de plus en plus de l’esthétique du clip, brièveté de notre société pressée incluse – à l’heure où YouTube, le zapping et les best of sont devenus la nouvelle façon d’ingérer « de l’image », puis de la digérer aussi vite –, il est aussi un fragment audiovisuel métissé, parsemé de signes et d’indices. Il crée des attentes, propose éventuellement de fausses pistes, ou encore ouvre des perspectives herméneutiques inédites, dans ses détails à fouiller. Il est aussi doté d’une histoire dont il faudra tenir compte pour conjuguer à son égard synchronie et diachronie de manière ample. Il a connu, aussi, des mutations très profondes depuis le début des années 1960, et il a acquis progressivement ses fonctions propres, sur tous les plans : audiovisuel, technique, mais aussi économique et juridique.
Pour toutes ces raisons, les quatrièmes Journées d’études consacrées aux séries télévisées, organisées grâce au Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires et au Centre interdisciplinaire de recherche sur les langues et la pensée de l’université de Reims Champagne-Ardenne – dont ce volume représente les actes – et qui se sont tenues à Reims les 7 et 8 mars 2019, le premier jour à la médiathèque Falala et la seconde au campus euro-américain de Sciences Po, proposent de s’attacher à l’étude de la nature du générique, à ses structures et, peut-être plus encore, à ses enjeux, en termes formels, mais aussi socioculturels.

Voir le sommaire.

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre broché
Nb de pages 222 p.
ISBN-10 2374961095
ISBN-13 9782374961095
Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

 

Jeanne d’Arc

Laurence Hélix, Jeanne d’Arc, La Crèche, La Geste, 2020, 180 p.

Dès le Moyen Age, Jeanne d’Arc intrigue ou dérange, fascine ou inquiète, et la légende, déjà, se superpose à l’Histoire. À bien des égards, son parcours est extraordinaire. Deux années, de 1429 à 1431, ont suffi à Jeanne d’Arc pour devenir l’une des figures majeures de l’Histoire de France. Dans cet ouvrage richement illustré, le lecteur part à la rencontre de celle qui, âgée de 20 ans à peine, bouleversa le cours de la guerre de Cent Ans. Grâce aux documents et témoignages de l’époque, l’auteur rétablit quelques vérités historiques puis, dépassant le cadre médiéval, elle analyse la place centrale que la Pucelle occupe dans notre imaginaire : du XVIIIe siècle à nos jours. Un modèle et un symbole qui n’a rien perdu de son éclat !

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévale à l’URCA et membre du CRIMEL.

  • Réf. : LUP3293
  • Edition : Reliée
  • Format : 11 x 17.8 cm
  • Isbn : 979-10-353-0646-5
  • Prix : € 09,90

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédits : représentation de la bataille d’Azincourt (25 octobre 1347) extraite de l’Abrégé de la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, BnF, fr. 2680, fol. 208, XVème s.

L’esthétisme britannique (1860-1900). Peinture, littérature et critique d’art

Héritages critiques  – vol. 12

dirigé par Anne-Florence GILLARD-ESTRADA et Xavier GIUDICELLI

Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation: c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria (1837-1901), que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.

Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton, ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du xixe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.

Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au cœur d’un mouvement qui se situe au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières strictes du Royaume-Uni.

Ont contribué à ce volume:

  • Clément Dessy est assistant professor à l’université de Warwick. Ses recherches portent sur la circulation transnationale des œuvres littéraires et artistiques à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse aussi aux relations entre littérature et arts visuels ainsi qu’entre écri­ture et arts de la scène à la même époque. Son livre Les Écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture (Prix du musée d’Or­say, Presses universitaires de Rennes, 2015) a abordé les influences des peintres Nabis et de Paul Gauguin sur les écrivains symbolistes français. Il a dirigé plusieurs collectifs dont (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840‑1940 (avec Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015) et L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (avec Laurence Brogniez et Clara Sadoun-Édouard, Presses universitaires de Rennes, 2019). Il prépare actuellement un ouvrage sur les échanges littéraires et artistiques entre Belgique et Royaume-Uni autour de 1900.
  • Anne-Florence Gillard-Estrada est maître de conférences à l’uni­versité de Rouen-Normandie (ERIAC – EA 4307). Ses recherches portent sur la littérature, l’esthétique, la critique d’art et les arts visuels dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a publié une série d’articles sur Walter Pater, Oscar Wilde et les peintres préraphaélites, néoclassiques et esthétiques et a un ouvrage (Le Corps grec dans la peinture britannique de l’Antiquité (1860‑1900) : entre idéal et fantasme) en préparation. Elle a codirigé un ouvrage intitulé Écrire l’art/Writing Art : Formes et enjeux du discours sur les arts visuels en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Paris, Mare et Martin, 2015) ainsi qu’un ouvrage sur Walter Pater (Routledge, 2017).
  • Xavier Giudicelli est maître de conférences en littérature britannique à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (EA 4299). Ses recherches portent sur l’œuvre d’Oscar Wilde, les rapports entre texte littéraire et image, ainsi que sur la réécriture du canon victorien et édouardien aux xxe et xxie siècles, la traduction et les transferts culturels, sujets sur lesquels il a publié une vingtaine d’articles. Il est l’auteur de Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image (PUPS, 2016) et il a dirigé ou codirigé une dizaine de collectifs ou numéros de revues, dont un recueil d’essais sur L’Importance d’être constant (avec Pascal Aquien, PUPS, 2014) et un numéro spécial d’Études anglaises sur Oscar Wilde et les arts (« The Pictures of Oscar Wilde », Études anglaises, vol. 69, no 1, 2016).
  • Pierre Morère est professeur émérite à l’université Stendhal-Grenoble III. Il est spécialiste de littérature et d’histoire des idées du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Il a publié en 2015 Sens et sensibilité : pensée et poésie dans la Grande-Bretagne des Lumières (coédition ELLUG-PUL, collection « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750‑1900) », Lyon, Presses universitaires de Lyon).
  • François Ropert est maître de conférences en langue et littérature anglaises à CY Cergy Paris Université. Ses travaux de recherche explorent un canon de poètes anglais de la décadence et de la modernité, notamment à partir d’une perspective moderniste. Ils portent plus particulièrement sur les modalités d’une poétique propre aux domaines de la critique d’art et de la théorie littéraire. L’œuvre poétique et critique du poète victorien Algernon Charles Swinburne occupe une place centrale dans le corpus qu’il étudie.
  • Laurence Roussillon-Constanty est professeur de lit­térature britannique et d’esthétique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER, EA 7504). Elle est spécialiste de la période victorienne et auteur de plusieurs travaux por­tant sur les relations texte/image dans la littérature et la peinture britannique du xixe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur John Ruskin et a participé à une traduction en français d’une sélection de Modern Painters (L’Éblouissement de la peinture. Sélection de textes tirés de Modern Painters de John Ruskin, Fabienne Gaspari, Lawrence Gasquet, Laurence Roussillon-Constanty (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2006). Elle est également l’auteur d’une monographie sur Dante Gabriel Rossetti (ELLUG, 2008) et a récemment codirigé un numéro de revue consacré à John Ruskin (« Mediating Ruskin », Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 91, printemps 2020). Elle est actuellement présidente de la Société française des études victoriennes et édouardiennes.
  • Sébastien Scarpa est maître de conférences en anglais à l’uni­versité Grenoble Alpes où il enseigne la littérature, l’esthé­tique et la civilisation. Ses recherches portent principalement sur la poésie et la peinture britanniques des xviiie et xixe siècles. Il est l’auteur de Algernon Charles Swinburne et les enjeux postromantiques de la création (2013) et Poétiques de l’affect. La poésie préromantique en contexte (2018) et a codirigé, entre autres, Tombeau pour Swinburne (2010) et Swinburne and France (2012).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages VIII – 280 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374961036
ISBN-13 9782374961033

Crédits : Perseus and Andromeda, study for The Doom Fulfilled, 1875, Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), © The Art Institute of Chicago