Archives de catégorie : Publications

Lire l’humain. Aragon, Ponge: esthétiques croisées

Confronter les œuvres d’Aragon et de Ponge revêt des enjeux littéraires, politiques, anthropologiques. Ces deux figures des lettres du xxe siècle, liées aux avant-gardes, de Dada et du surréalisme (Aragon) à Tel Quel (Ponge), ont partagé fugitivement, durant la période de la Résistance, l’engagement communiste. Leur divergence croissante dans l’après-guerre et l’inversion relative du prestige symbolique accordé à chacun constituent un objet d’investigation dont l’intérêt dépasse les cas respectifs.

L’enquête et la réflexion proposées dans ce livre s’attachent à situer les pratiques esthétiques selon un parcours en six parties qui associe à l’histoire littéraire les outils de la théorie de la lecture. À l’intertextualité, désormais classique, est ajoutée la notion d’arrière-texte (aux connotations aragoniennes), qui met au jour certains ressorts cachés de l’écriture-lecture. Il s’agit aussi, dans un esprit cette fois proche du lexique pongien, de prolonger une parole d’écrivain-lecteur en une contre-parole de lecteur-écrivant.

S’immiscer dans ce dialogue à distance, ce n’est pas seulement essayer de comprendre ce qui différencie et relie en profondeur les œuvres, c’est aussi, peut-être, par l’oscillation entre ces deux régimes de lecture littéraire, tenter d’élaborer, pour son propre compte, une pensée de l’humain.

Alain Trouvé est maître de conférences HDR à l’Université de Reims. Il est l’auteur, entre autres, du Roman de la lecture (Mardaga, 2004) et de Lire l’humain (2018).

Sommaire

RECENSION
12 février 2019: recension par Luc Vigier sur le site de l’ITEM (ENS-CNRS), équipe “Aragon”

Éditeur: ENS Éditions
Support: Livre broché
Nb de pages: 340 p.

LES MÉTAMORPHOSES DE VIRGILE

« Père de l’Occident », imité, adulé, parfois critiqué aussi par ses pairs, Virgile incarne la plénitude de l’idée d’auctor, ses infinis pouvoirs et ses nombreuses représentations possibles. À la fois pontifex, artifex et « preux de la clergie », il relie les univers antique et chrétien, le latin et les langues vernaculaires, et, parce qu’il est fondamentalement démiurge, il est toute la performativité inhérente au Verbe.

Le présent volume, issu d’un colloque qui s’est tenu à l’Université de Reims Champagne-Ardenne en mars 2015, rassemble des travaux qui ne visent pas seulement une meilleure intelligence de cette figure fondatrice ; les « métamorphoses » de Virgile au fil des siècles sont également emblématiques des transformations des mentalités qui les véhiculent et les génèrent. Virgile devient en particulier, pendant la longue ère médiévale, une autorité invoquée pour étayer les grandes théories concernant les principales énigmes de la nature ; de poète, il se transforme en savant et en nécromancien. Virgile évolue ainsi à la frontière périlleuse séparant science et magie, à laquelle fait écho, aujourd’hui, celle, tout aussi périlleuse, qui sépare les lettres des autres sciences et techniques.

Jean-Louis Haquette est professeur de Littérature comparée à l’Université de Reims et Directeur du Centre de Recherches Interdisciplinaire sur les Modèles Littéraires et Esthétiques (CRIMEL).

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

TÉLÉCHARGEMENT:
Table des matières

Éditeur: Paris, Honoré Champion
ISBN: 9782745345868
EAN13: 9782745345868
2018
462 p.
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit: Folio 14r du Vergilius Romanus (Vatican, Biblioteca Apostolica, Cod. Vat. lat. 3867) – source: wikipedia.

Déclinaison de l’arrière-texte

Le paysage universitaire est dominé depuis près de cinquante ans par la théorie de l’intertextualité, guettée par un double écueil: l’assimilation de l’art littéraire à un rapport entre textes, éliminant la dimension charnelle et sensible de l’art liée à la personne de l’auteur et du lecteur, la tentation d’une pure et simple restauration de l’auteur, qui fermerait la parenthèse intertextuelle sur fond de retour aux vieilles lunes de la critique. L’ambition de la théorie de l’arrière-texte est tout autre. Cette notion, développée depuis près de dix ans à l’université de Reims dans le cadre d’un séminaire international, doit être envisagée comme corollaire de l’intertextualité. Elle vise à mieux saisir un processus d’ordre esthétique en s’appuyant sur un maître-mot: articuler. Après plusieurs volumes collectifs et l’essai de synthèse à trois mains L’Arrière-texte (Peter Lang, 2013), ce petit livre propose un condensé et quelques développements inédits.

Alain Trouvé est maître de conférences HDR à l’Université de Reims. Il est l’auteur, entre autres, du Roman de la lecture (Mardaga, 2004) et de Lire l’humain (2018).

Sommaire

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages 88 p. Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960560
ISBN-13 9782374960562
Disponible au Comptoir des Presses d’Universités

Lais du Moyen Âge

Pour faire savoir à Yseut qu’il se trouve non loin d’elle, Tristan grave une inscription sur une branche de coudrier. «Ni vous sans moi, ni moi sans vous!» Le stratagème réussit, les amants s’enlacent. Quand ils sont de nouveau séparés, Tristan compose un lai pour éterniser cet instant de bonheur. Telle est l’origine du Chèvrefeuille de Marie de France, et celle de bien des lais : ils naissent du souvenir d’une émotion.
De Marie de France on sait peu de chose. Elle vécut dans la seconde moitié du XIIe siècle, était liée à la cour d’Aliénor d’Aquitaine, et fut la première femme poète à écrire en langue vernaculaire. Son œuvre illustre un courant littéraire alors en plein essor, le «lai narratif», qui est en fait un récit, un conte. La floraison du genre correspond à l’apogée des Plantagenêt ; le lai participe à leur rayonnement. Le déclin des lais narratifs coïncidera avec les difficultés politiques de la dynastie.
Le monde des lais est celui du merveilleux, la féerie y surgit à l’improviste. Les chevaux galopent plus vite que ne volent les oiseaux, tel homme se transforme trois jours par semaine en une bête féerique, tel autre épouse le reflet de sa bien-aimée. La fine amor, c’est-à-dire l’amour courtois, est partout présente. Revêtant des formes diverses – féeriques, didactiques, burlesques, proches des fabliaux, voire des fables –, les lais ont en commun le sens de l’image, la musique de la rime, l’art de suggérer, le don d’émouvoir.
Cette édition, où une traduction en français moderne figure en regard du texte anglo-normand, réunit tous les lais narratifs des XIIe et XIIIe siècles. Ceux dont le texte a été perdu sont représentés par la traduction de leur version norroise ou moyen-anglaise.

Trad. de différentes langues par Lucie Kaempfer, Ásdís R. Magnúsdóttir, Karin Ueltschi et Philippe Walter. Édition publiée sous la direction de Philippe Walter.

Édition bilingue
Collection Bibliothèque de la Pléiade (n° 636), Gallimard
ISBN : 9782070177868
Disponible sur le site de l’éditeur

Enluminure représentant Marie de France, Paris, BnF, Bibliothèque de l’Arsenal, Ms. 3142, fo 256.

Paroles de lecteur

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 12 – 2018

Après la « langue du lecteur », les contributions rassemblées dans ce nouveau volume du séminaire Approches Interdisciplinaires de la Lecture (12e session) s’interrogent sur la lecture comme performance, sur des « paroles de lecteurs ». Le pluriel semble de mise: si la parole engage un sujet, en-deçà de son discours, elle ne saurait s’abstraire de l’ensemble des déterminants, reconnus ou plus ou moins occultés, qui contribuent à en forger le tour particulier, oral ou écrit. Parmi les jeux de rôle subsumés sous la catégorie du lecteur mais socialement codés, on retrouve les fonctions de traducteur, d’éditeur, de critique ou de lecteur ordinaire, mais aussi d’auteur, fonction devenue depuis le siècle dernier hautement problématique.

Acte de langage, la parole de lecteur se trouve en effet face au texte écrit confrontée au paradoxe d’un sujet-auteur absent, absenté, hypothèse devenue inutile depuis la proclamation de la « disparition élocutoire du poète». Dès lors faut-il n’admettre que des paroles de lecteurs et faire l’économie d’une « parole d’auteur », renvoyée au néant de son insignifiance ou de son éloignement irrémédiable, de sa mort symbolique? Doit-on au contraire, sous le signe de la parole, rendue au jeu interlocutif et au processus langagier de contre-interpellation, faire une place dans la pensée littéraire, à « l’incompréhensible pluralité des individus dans l’espèce »?

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Alain Trouvé – Avant-propos

1. La traduction comme parole de lecteur

  • Maria de Jesus Cabral – Traduire (l’) Arrière-texte. Quelques réflexions à l’épreuve d’un mot ;
  • Christine Chollier – Paroles de Lecteurs et Silences de l’Auteur : « The Figure in the Carpet » de Henry James.

2. L’écriture romanesque comme parole d’auteur-lecteur

  • Marie-France Boireau – Paroles de lecteur : Meursault contre-enquête : perplexité et perversité à l’œuvre ;
  • Marie-Madeleine Gladieu – Parole(s) de Mario Vargas Llosa, lecteur de Victor Hugo.

3. Paroles de lecteurs, manières de lire et effets de lecture

  • Nathalie Roelens – Lire par-dessus l’épaule (Umberto Eco) ;
  • Jean-Michel Pottier – La parole de la lectrice dans Chérie d’Edmond de Goncourt (1884) ;
  • Charlène Deharbe et Françoise Gevrey – Paroles de lecteurs dans les œuvres de jeunesse de Loaisel de Tréogate ;
  • Isabelle Turcan – Lectures et lecteurs critiques du XVIIe au XVIIIe siècle : les témoignages des lexicographes.

4. Problèmes de l’interlocution littéraire

  • Franc Schuerewegen – Histoire du dernier lecteur (sur le livre de Michel Charles) ;
  • Alain Trouvé – Sed tamen effabor ! : autour du Malherbe de Francis Ponge.

5. Avec et au-delà de la parole

  • Céline Rolland – Amenuisement de la parole et métaphore de la chasse dans Affliction, du roman au film (Russell Banks, Paul Schrader) ;
  • Laurent Jenny – La photo-textualité comme acte de lecture.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 274 p.
ISBN-10 2374960633
ISBN-13 9782374960630

Crédit: Ferdinand Holder, The Reader, 1885, Museo Nacional Thyssen-Bornemisza, Madrid, source

L’Ancien français

Laurence Hélix, L’Ancien français: morphologie, syntaxe et phonétique, Malakoff, Armand Colin, 2018, 239p.

Cet ouvrage fait le pari de traiter de manière simple et concise, en 50 fiches, l’essentiel des connaissances en langue médiévale. Réparties en trois grandes sections (morphologie, phonétique historique et syntaxe), les fiches sont accompagnées de nombreux conseils et astuces méthodologiques.

– Un contenu adapté aussi bien aux grands débutants qu’aux étudiants confirmés
– Un outil idéal pour la révision des concours
– De très nombreux exercices corrigés

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévales à l’URCA et membre du CRIMEL (EA3311).

EAN : 9782200621483
Format :170 x 240 mm
Pages : 240
Prix du livre papier: 18.90 €
Disponible sur le site de l’éditeur.
Crédit: Cantilène de Sainte Eulalie, Bibliothèque Municipale, Valenciennes (Codex 150, f. 141v-143r) – source: Wikipédia.

Séries télévisées

Séries télévisées. Hybridation, recyclage, croisements sémiotiques, sous la direction de Sébastien Hubier et Emmanuel Le Vagueresse, Reims, Epure, 2018, 260p.

Dans ce volume, une douzaine de spécialistes de la télésérialité, venus de divers pays, ont réfléchi aux origines et aux enjeux des adaptations télévisuelles – de blockbusters, de films d’auteur, de romans, d’autobiographies – à travers la problématique de l’hybridation, du recyclage et des croisements sémiotiques. Ils se sont aussi penchés sur les effets – pervers? – créés par ces adaptations, ainsi que sur leur réception et ce, dans l’histoire entière des séries TV, quelle que soit l’aire géographique considérée et quelle que soit la nature des adaptations en question, même la plus étonnante. Toute perspective a été la bienvenue – étude de « texte » télévisuel, réflexion plastique, linguistique, culturaliste, voire philosophique – pourvu qu’elle portât sur ce processus médiatique de l’adaptation qui, au cœur de notre postmodernité, correspond aussi à un merchandising de plus en plus agressif.

Sébastien Hubier (CRIMEL EA3311) enseigne la littérature comparée et les cultural studies à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’imaginaire érotique occidental et les fictions cinématographiques contemporaines.

Emmanuel Le Vagueresse (CIRLEP, EA4299) est professeur à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et enseigne au campus euro-américain de l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est spécialiste de littérature et de cinéma espagnols contemporains, et traducteur de poésie.

Ils ont coordonné tous deux Séries télé: Saison un, paru aux Éditions de Ta Mère (Montréal), en 2014 et Gender et séries télévisées, paru aux Éditions et Presses universitaires de Reims en 2016.

Éditeur: ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support: Livre broché
Nb de pages: 260 p.
ISBN-10 2374960641
ISBN-13 9782374960647

Disponible au Comptoir des Presses d’Université

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”

“Jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique”. Études de littérature française du XVIIe siècle offertes à Patrick Dandrey, sous la direction de Delphine Amstutz, Boris Donné, Guillaume Peureux et Bernard Teysssandier, Paris, Hermann, 2018, 456p.

Comment honorer mieux un maître de la critique qu’en suivant les pistes qu’il a ouvertes, en parcourant les territoires qu’il a explorés, en dialoguant avec lui sur les œuvres et les questions qui le requièrent depuis près de quarante ans ?

Collègues, disciples et amis de Patrick Dandrey se sont réunis dans ces pages pour lui offrir un bouquet d’études sur ses auteurs de prédilection – La Fontaine, Molière, et bien d’autres encore –, et sur les thèmes qui jalonnent toute son œuvre : les humeurs et l’humour, la mélancolie et la gaîté, les replis de l’âme et les abîmes du cœur, la psychologie et la dramaturgie, l’éthique et l’esthétique du classicisme.

Dans sa composition même, ce volume de mélanges voudrait donner une idée de la diversité harmonieuse qui sous-tend son propre travail : en hommage à un esprit aussi sensible aux tensions fécondes, aux tempéraments heureux, aux équilibres classiques, il fallait essayer de parcourir toute la gamme des plaisirs de la littérature et de l’intelligence – jusqu’au sombre plaisir d’un cœur mélancolique, comme le dit si bien La Fontaine dans son Hymne à la Volupté.

Bernard Teyssandier est maître de conférences HDR à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Editeur: Hermann
Hors collection
ISBN 9782705697105
Disponible sur le site de l’éditeur.

« Muses naissantes ». Écrits de jeunesse et sociabilité lettrée (1645-1655)

Héritages critiques  – vol. 8

Les écrits rassemblés ici sont les traces les plus tangibles d’un groupe de jeunes auteurs (nés autour de l’année 1620), que les historiens de la littérature ont coutume d’appeler les « Palatins » (ou « Paladins ») de la « Table Ronde » et qui aurait rassemblé Cassandre, Charpentier, Furetière, La Fontaine, Maucroix, Pellisson et Tallemant des Réaux. Plus qu’un témoignage sur une société constituée, leur production qu’on peut situer entre 1645 et 1655 constitue un observatoire privilégié pour analyser leurs manières de se mettre en scène, collectivement et individuellement, à l’entrée dans la « carrière ». Elle permet aussi d’examiner les trajectoires sociales et les options d’écriture qui s’offrent à eux comme autant de possibles.

Ont contribué à ce volume:

  • Karine ABIVEN, maître de conférences à Sorbonne Université, est l’auteur de L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire (Classiques Garnier, 2015), et codirectrice de plusieurs ouvrages collectifs, en particulier sur l’écriture de l’histoire et de l’actualité, dont les numéros 78 et 94 de la revue Littératures classiques. Elle prépare actuellement une exploration numérique du corpus des libelles de la Fronde.
  • Helwi BLOM, post-doctorante à l’Université Radboud de Nimègue, est spécialiste de l’histoire du livre et de la littérature française de l’époque moderne. Elle est auteure d’une thèse sur la réception de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du XVIIe siècle (Université d’Utrecht, 2012). Ses travaux actuels sont consacrés à la Bibliothèque bleue et aux catalogues de bibliothèques privées publiés en France entre 1650 et 1730.
  • Emmanuel BURY, professeur à Sorbonne Université, est l’auteur de Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580-1750) (PUF, 1996) et de L’Esthétique de La Fontaine (Sedes, 1996). Il a dirigé de nombreux ouvrages, dont, avec C. Meiner, La Clarté à l’âge classique (Classiques Garnier, 2013).
  • Damien FORTIN, ATER à l’Université de Lorraine, a consacré sa thèse de doctorat aux récits biographiques de La Fontaine (1650-1850). Ce travail est en cours de publication.
  • Claudine NÉDELEC, professeur émérite à l’Université d’Artois, est spécialiste des formes du comique au XVIIe siècle (burlesque, grotesque, héroïcomique…), ainsi que de la galanterie, des arts de cour et des stratégies éditoriales de cette époque. Elle a publié notamment Les États et empires du burlesque, (H. Champion, 2004); Paul Scarron, Le Roman comique, éd. critique (Classiques Garnier, 2010); avec Marie-Claude Canova-Green: Ballets burlesques pour Louis XIII. Danse et jeux de transgression (1622-1638) (Société de Littératures classiques, 2012); avec Nathalie Grande: « La galanterie des Anciens » (Littératures classiques, n° 77, 2012-1); avec Jean Leclerc: Charles, Claude, Nicolas et Pierre Perrault, Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et critiques (H. Champion, 2013).
  • Nicolas SCHAPIRA, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris Nanterre, est membre du CHISCO (Nanterre) et du Grihl (EHESS/CRH – Paris 3). Ses recherches portent sur l’histoire du fait littéraire et sur les pratiques d’écriture au sein des pouvoirs d’Ancien Régime. Il est l’auteur notamment de: Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart une histoire sociale (Champ Vallon, 2003); avec Christian Jouhaud et Dinah Ribard, Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps (Gallimard, 2009). Avec Dinah Ribard, il a dirigé: On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales (PUF, 2013) et a participé à plusieurs chapitres de l’ouvrage: Écriture et action. Une enquête collective (EHESS, 2016).
  • Sophie TONOLO est rédactrice lexicographe au Service du Dictionnaire de l’Académie française et membre du laboratoire « Dynamiques patrimoniales et culturelles » de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches portent notamment sur la question des relations entre poésie et société au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 298 p.
ISBN-10 2374960536
ISBN-13 9782374960531

Écrire l’actualité : Edme Boursault spectateur de la cour et de la ville

Héritages critiques  – vol. 7

Si l’histoire littéraire a fait peu de place à Edme Boursault (1638-1701) en le réduisant au rôle d’adversaire de Molière ou de Boileau dans des polémiques, il n’en fut pas toujours ainsi sous l’Ancien Régime. Polygraphe pratiquant le théâtre, la lettre, le roman, la fable, le journalisme, Boursault sut s’adapter à l’esprit de son temps et innover en bien des domaines en abolissant les frontières des genres. Son influence fut durable au cours du XVIIIe siècle qui le cite souvent.

Le présent ouvrage rassemble, pour la première fois dans une édition critique, La Comédie sans titre, qui fut un succès de représentation jusqu’à la Révolution et qui peut passer pour la première grande comédie à prendre pour sujet le journalisme naissant, et les Lettres nouvelles, un recueil que l’auteur composa à la fin de sa vie en reprenant parfois des écrits plus anciens pour offrir au public une image de lui-même tout en le divertissant. Car au-delà des destinataires affichés, qui parfois le rémunéraient, son intention est bien de toucher un public plus large en le faisant spectateur de la cour et de la ville au moment où le règne de Louis XIV s’assombrit et où la comédie se veut moralisante face à la corruption des mœurs.

Ont contribué à ce volume :

  • Antonella Amatuzzi, professeur à l’Université de Turin; ses travaux portent dans le domaine linguistico-culturel sur la littérature politique et la fable du XVIIe siècle, en particulier sur Antoine Furetière.
  • Marie-Ange Croft, coordinatrice du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles (CIREM 16-18) de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a consacré sa thèse à Boursault; ses recherches portent sur le théâtre et les périodiques de la fin du règne de Louis XIV.
  • Françoise Gevrey, professeur émérite à l’Université de Reims; ses publications portent sur la fiction et sur la littérature morale de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle.
  • Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims; après une thèse sur les périodiques du XVIIIe siècle, l’essentiel de ses travaux concerne la presse de l’Ancien Régime et l’image du journaliste.
  • Guy Spielmann, enseignant-chercheur à l’Université de Georgetown (Washington); ses travaux concernent les arts du spectacle, et en particulier la scénographie, le théâtre de la foire, la commedia dell’arte.
  • Francine Wild, professeur émérite à l’Université de Caen; ses publications portent sur l’anecdote, les mémoires, l’épistolaire et l’épopée au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 528 p.
ISBN-10 2374960463
ISBN-13 9782374960463