Archives de catégorie : Collection “Héritages critiques”

L’illustration en débat. Techniques et valeurs (1861-1931)

Héritages critiques  – vol. 4

dirigé par Anne-Christine Royère et Julien Schuh

heritage_critique n4Au XIXe siècle, l’industrialisation de la reproduction de l’image dans l’imprimé fait naître le concept d’illustration. Une extraordinaire inventivité conduit à l’émergence de nouvelles techniques qui contribuent à façonner les pratiques culturelles de l’imprimé et à transformer les valeurs de l’image.
C’est dans ce contexte que s’affirme le passage de la gravure de reproduction à la gravure originale, que l’eau forte devient un procédé « artiste » de prédilection et que les principes du livre d’art à tirage restreint se répandent. Tandis que des artistes proclament le primat du geste humain sur le mécanisme, certains découvrent les vertus artistiques de la photographie et de la photogravure. Mobilisant l’attention des amateurs, des corporations, des institutions, comme des industriels soucieux de placer leurs capitaux dans des techniques novatrices, l’estampe devient l’objet d’un vaste débat mettant en question le partage entre artisanat de luxe et production industrielle mécanisée et, au-delà, entre les beaux-arts et les arts décoratifs.
Opérant un retour aux sources, principalement celles des revues où, périodiquement, les acteurs s’affrontent et prennent position, cette anthologie nourrit l’ambition de présenter quelques textes révélateurs de ces tensions polarisant l’attention médiatique sur les enjeux inhérents à la reproduction des images.

Ont contribué à ce volume :

  • Luce ABÉLÈS travaille sur le livre illustré entre 1848 et 1918. Elle a organisé et co-organisé plusieurs expositions au musée d’Orsay, où elle était chargée de littérature. On lui doit plusieurs catalogues sur la bohème, les arts incohérents, Mallarmé, Champfleury.
  • Stéphanie DANAUX, docteur en histoire de l’art, a publié L’Iconographie d’une littérature. Évolution et singularités du livre illustré francophone au Québec, 1840-1940 (2013). Ses travaux actuels portent sur les dessinateurs de presse français et canadiens.
  • Fabienne FRAVALO, chargée d’études et de recherches à l’INHA de 2009 à 2013 et doctorante à l’Université de Clermont-Ferrand et à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur la critique des arts décoratifs autour de 1900 à partir de la revue Art et Décoration.
  • Laureline MEIZEL, doctorante en Histoire de l’art à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur les enjeux techniques, culturels, économiques et politiques soulevés par l’intégration de la photographie dans l’imprimé français à la fin du XIXe siècle.
  • Anne-Christine ROYÈRE, maître de conférences à l’Université de Reims. Ses travaux sur la poésie de langue française des XXe et XXIe siècles s’intéressent à la poétique de la voix et à la sémiotique de l’écrit, aux poètes éditeurs typographes ainsi qu’au livre de poésie.
  • Julien SCHUH, maître de conférences à l’Université de Reims. Spécialiste de la littérature fin de siècle, il travaille actuellement au projet PRELIA (Petites Revues de Littérature et d’Art), destiné à produire une base de données des revues d’avant-garde entre 1870 et 1940 (http://prelia.fr).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 527 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-87-4

La Spectatrice

Héritages critiques  – vol. 3

dirigé par Alexis Lévrier

heritage_critique n3L’auteur affirme d’emblée sa volonté d’écrire un « spectateur » : par ce terme, on désigne à l’époque les centaines de périodiques imités du Spectator, journal anglais qui connaît un succès inédit dans toute l’Europe.
Pourtant, La Spectatrice est bien plus qu’une simple imitation. Il s’agit bien d’un « spectateur », mais au féminin, puisque ce journal est censé être rédigé par une femme restée célibataire. Son féminisme provocant lui confère en outre un ton qui n’a guère d’équivalent dans la presse d’Ancien Régime. La modernité de ce périodique vient aussi de la relation ambiguë que l’auteur construit avec son public : elle oscille entre une hostilité farouche et un élan vers l’autre de plus en plus désespéré.
En réunissant les quinze numéros parus sous ce titre en 1728 et 1729, ce volume propose la première édition de La Spectatrice depuis 1730. Mais la radicale étrangeté de ce journal tient aussi à son destin inattendu. Malgré l’absence de réédition, ce périodique a été salué au XVIIIe siècle par d’illustres commentateurs. Et il a même été plagié à la veille de la Révolution, à une époque où la plupart des « spectateurs » étaient déjà retombés dans l’oubli.

Ont contribué à ce volume :

  • Claire BOULARD-JOUSLIN, maître de conférences en civilisation britannique à l’Université Paris 3-Sorbonne Nouvelle. Ses travaux portent notamment sur la presse féminine et sur l’essai périodique anglais au XVIIIe siècle.
  • Marion BRÉTÉCHÉ, agrégée d’histoire et docteur en histoire. Ses recherches portent sur le statut d’auteur en Hollande à la fin du XVIIe siècle et sur les pratiques d’écriture et de publication de      l’information politique.
  • Amélie JUNQUA, maître de conférences à l’Université d’Amiens. Après avoir consacré sa thèse à la question du langage dans les journaux de Joseph Addison, elle travaille notamment sur la presse périodique anglaise du XVIIIe siècle.
  • Alexis LÉVRIER, maître de conférences en littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims. Après avoir soutenu une thèse sur le journalisme d’expression individuelle au XVIIIe siècle, il a consacré      plusieurs ouvrages à l’histoire de la presse ancienne.
  • Élise REVON RIVIÈRE, ancienne élève de l’ENS, agrégée de lettres modernes. Sa thèse porte sur les textes de Promenades publiés entre XVIe et XVIIIe siècles.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 351 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-71-3

Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie

Héritages critiques  – vol. 2

dirigé par  Bernard Teyssandier, annotations de Delphine Amstutz et Jean-François Dubost, avec Jean-Raymond Fanlo

Héritages Critiques vol. 2Le 24 avril 1617, un roi de seize ans secoue le joug de l’enfance et fait assassiner le favori de Marie de Médicis, l’italien Concino Concini, maréchal de France et marquis d’Ancre : Louis XIII dit « le Juste » accède au pouvoir en portant le fer contre un tyran supposé. « Coup d’État ! » comme l’écrit Gabriel Naudé dans ses Considérations politiques, c’est-à-dire coup d’autorité, action d’éclat entreprise pour le bien public.
Dans les semaines, dans les mois qui suivent l’événement, de petits livrets célèbrent la merveille : le fils du Grand Henri s’est mis de lui-même hors de la dépendance d’autrui, le jouvenceau à poil follet est désormais hors de page
Stratégie politique, pratique de dissimulation, miracle de justice, intervention divine, retour de l’Âge d’or ? Peut-être. Mais floraison d’écritures surtout. Parmi les très nombreux récits parus sur les « années Concini », douze ont été ici sélectionnés, dont onze libelles anonymes imprimés entre 1615 et 1617. Retranscrits en français moderne, tous ces textes ont été annotés de manière à faciliter leur lecture. Étrange et fascinante lecture. Étrange et fascinant bouquet, où les vapeurs d’encens et les effluves de la grande Histoire le disputent aux parfums troubles de la plus basse intrigue.

Ont contribué à ce volume :

  • Delphine AMSTUTZ, agrégée de Lettres modernes. Sa thèse de doctorat (Paris-Sorbonne) porte sur la représentation du favori royal en France à l’âge baroque.
  • Tatiana DEBBAGI-BARANOVA, maître de conférences en histoire moderne à l’université de Paris-Sorbonne. Elle a soutenu une thèse de doctorat sur l’usage du libelle durant les guerres de Religion.
  • Jean-François DUBOST, professeur en histoire moderne à l’université de Paris-Est Créteil. Il a notamment publié Marie de Médicis. La reine dévoilée, ouvrage couronné par l’Académie française en 2010.
  • Claire ESNAULT, doctorante (Aix-Marseille et Ottawa). Elle prépare une thèse sur les discours et les représentations du supplice à la fin de la Renaissance.
  • Jean-Raymond FANLO, professeur à l’université d’Aix-Marseille, traducteur de Cervantes et spécialiste d’Agrippa d’Aubigné. Il travaille sur les rapports entre poésie, fiction, religion et politique à la fin de la Renaissance.
  • Hélène MERLIN-KAJMAN, membre senior de l’IUF, professeur à l’université de la Sorbonne-Nouvelle. Ses recherches sur littérature et politique à l’âge classique l’ont conduite à ouvrir le dossier des émotions publiques et de leurs langages.
  • Bernard TEYSSANDIER, maître de conférences à l’université de Reims. Depuis la parution de sa thèse (La Morale par l’image, 2008), il a consacré plusieurs travaux à l’éducation du prince au XVIIe siècle et à ses représentations.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2915271585
ISBN-13 9782915271584

Compte rendus

Le roi hors de page : compte rendus

Bernard Teyssandier (dir.), Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie, Reims, EPURE, “Héritages critiques” 2, 2012, 510 p.

Compte rendu de l’ouvrage par Michael Meere, French Studies, 2014, 68 (2), p. 244-245.

“This erudite volume brings to light texts that lead up to and depict the assassination of Marie de Medici’s minister Concino Concini, the trial and execution of his wife (Marie’s favorite) Léonora Galligaï for lèse majesté divine et humaine, and Marie’s own exile to Blois, all decreed by Louis XIII in 1617. The editors have divided the book into seven sections. The first, ‘Contextes’, outlines succinctly, in one page, the sociopolitical climate from Henri IV’s assassination in 1610 to the events of 1617. Section II, ‘Textes’, offers eleven critical editions of anonymous pamphlets of various lengths and registers, written and printed between 1615 and 1617, as well as François de Rosset’s tragic story from 1619. In section III, a ‘Postface’, Bertrand Teyssandier and…”

Accès réservé à la suite du compte rendu ici.

*

Compte rendu par Bruno Tribout, XVIIe siècle, n°272 (3), 2016, p. 547-549.

“Après la belle édition des Fables d’Ésope Phrygien de Jean Ballesdens (2011), ce second volume des « Héritages critiques » aux Presses universitaires de Reims confirme à la fois la qualité et l’intérêt d’une collection dont le principe consiste à joindre ce que l’on sépare d’ordinaire, l’édition savante et les études critiques. En faisant ici dialoguer une série de textes centrés sur la figure de Concini et des essais d’historiens et d’historiens de la littérature, ce recueil permet de renouveler l’étude d’un corpus fascinant, dont la diversité et la complexité sont d’emblée soulignées par les œuvres réunies dans l’anthologie qui ouvre le volume. S’appuyant sur une approche philologique rigoureuse, celle-ci regroupe une douzaine de textes qui précèdent ou accompagnent l’assassinat du Florentin, virulents pamphlets mais aussi textes encomiastiques, justifications politiques, œuvres satiriques ou parodiques, auxquels s’ajoutent une tragédie et une histoire tragique. Malgré leur diversité, ces textes forment un ensemble cohérent dont les enjeux sont admirablement analysés dans la seconde partie du volume.”

Lire la suite sur CAIRN.

*

Voir la présentation du livre sur ce site.

Fables d’Esope Phrygien

Héritages critiques  – vol. 1

dirigé par Bernard Teyssandier

Sous l’Ancien Régime, il était d’usage que le prince héritier quitte les bras des femmes dans sa septième année pour apprendre son dur métier de roi. En 1645, l’année de son « passage aux hommes », Jean Ballesdens (1595-1675) dédie à Louis XIV Les Fables d’Esope Phrygien. C’est ce livre élégant que reproduit le présent volume. Livre plaisant à l’évidence, agrémenté de très nombreuses gravures. Mais livre utile aussi puisqu’à l’instruction éthique et politique vient s’ajouter un enseignement linguistique.
Secrétaire personnel du chancelier Pierre Séguier et collectionneur de livres rares, Jean Ballesdens puise dans la bibliothèque de son puissant patron pour adapter à l’air du temps l’ample matière des fables. Longtemps ignoré, son recueil rassemble un cycle unique et inédit de gravures sur bois et constitue un jalon singulier dans l’histoire monumentale du corpus ésopique. Cette œuvre de circonstance dont on ne connaît aujourd’hui que de très rares exemplaires offre un éclairage nouveau sur les choix poétiques et sur l’inflexion pédagogique opérés par La Fontaine lorsqu’en 1668 il dédie au fils du Roi Soleil ses Fables choisies mises en vers.

Ont contribué à ce volume :

  • Antoine Biscéré
  • Paola Cifarelli
  • Yannick Nexon
  • Paul J. Smith
  • Bernard Teyssandier

Comptes rendus

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages 608 p. Bibliographie. Commentaires .
ISBN-10 2-915271-47-X
ISBN-13 978-2-915271-47-8

Fables d’Esope Phrygien : compte rendus

Bernard Teyssandier (dir.), Jean Ballesdens. Fables d’Ésope Phrygien, Reims, EPURE, “Héritages critiques” 1, 2013, 608 p.

Compte-rendu de Bernard Beugnot dans Le Bulletin du bibliophile, 2013 (n° 2, p. 407-409)

“Fruit d’une collaboration internationale, cet attachant volume fait se rencontrer deux pratiques : les reprint (Klaus, Slatkine, Jean de Bonnot, Aux Amateurs de livres, etc.) qui, sans le plaisir du vieux papier et des reliures anciennes de basane ou de parchemin, donnent accès au texte dans sa typographie originale ; l’édition critique universitaire qui commente et annote. Ainsi se trouvent conjoints le plaisir de la bibliophilie et le plaisir de l’érudition dans le cadre d’une réhabilitation d’Ésope, « figure fictionnelle d’une incroyable richesse » (B. Teyssandier) dont La Fontaine aurait finalement, par sa réussite même, contribué à dégrader l’image.

L’ouvrage de Jean Ballesdens (déclaré « introuvable » dans la bibliographie de Cioranescu) (LES / FABLES / D’ESOPE / PHRYGIEN, / TRADVITES EN FRANÇOIS, / ET / Accompagnées de Maximes Morales / & Politiques, pour la conduite / de la Vie. / AU ROY. / A PARIS, / Chez Guillaume LE BÉ, rue S. Jean de / Beauvais, près le Puits Certain. / M. DC. XLV, / Avec Privilege du Roy. Bibliothèque de Reims : A 4836 / Rés. P. 720) fait partie des 4 fabliers in-octavo publiés pour l’éducation du jeune roi. On y trouve, après les pièces liminaires, la Vie d’Ésope le Phrygien (128 pages en 209 chapitres avec chacun leur bois gravé), et 128 fables, chacune également précédée d’un bois gravé et suivie d’une « Maxime », qui tire la en quelques lignes moralité du récit.

Bernard Teyssandier, le maître d’œuvre, prolonge ses précédentes recherches sur Gomberville (Voir Bulletin du bibliophile, 2009, n˚ 1 ; 2012, n˚ 1) et s’inscrit, sur la tradition européenne de la fable antique et des emblèmes jusqu’à la Fontaine, dans la lignée des travaux fondateurs de Georges Couton, de ceux aussi que mène Patrick Dandrey et qu’il anime autour du Fablier, organe la Société des Amis de Jean de La Fontaine à Château-Thierry. Sa postface précède quatre « Commentaires critiques » : Yannick Nexon, « Un curieux au service de Pierre Séguier » ; Antoine Biscéré (responsable aussi de la bibliographie), « Le fablier de Ballesdens : piraterie éditoriale ou translatio studiorum ? » ; Paul P. Smith, « Genèse et herméneutique d’un livre rare : pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens » ; Paola Cifiarelli, « D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle : Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro ». Trop modestement qualifiée de sélective, la bibliographie (p.581-603) décrit une quarantaine de recueils de fables du XVe siècle à 1687, les 12 cycles iconographiques conçus pour la Vie d’Ésope et offre 8 pages de références critiques. Au delà de ses sources et par la multiplicité des points de vue, le recueil de Ballesdens se trouve ainsi éclairé dans son contexte historique et formel, analysé dans sa genèse, perspective « intermédiale » si l’on veut, selon l’épithète qui fait mode sans être indispensable.

Jean Ballesdens (1595-1675), qui sera élu en 1648 au siège de Claude Malleville à l’Académie française, auteur d’ouvrages spirituels, secrétaire de Pierre Séguier et précepteur des deux premiers fils de Marie Séguier, peut être qualifié de curieux selon les deux définitions de Furetière – « celui qui a désir d’apprendre, de voir les bonnes choses, les merveilles de l’art et de la nature » et « celui amasse les choses les plus rares ». Il était en effet amateur de livres, de gravures et de manuscrits, ami du collectionneur Michel de Marolles.

Ésope, lui, « épiclèse » de la fable depuis toujours, personnage réel ou syncrétique dont la vie tient de la « rhapsodie romanesque » et de la « rêverie mythologique », incarne la Muse qui préside à tous les fabliers. La Fontaine le réduira à un génie tutélaire en émondant de sa vie toute la truculence de Ballesdens ; il ne figurera d’ailleurs que dans une seule gravure de François Chauveau. Pourtant, sous les traits d’un silène tératologique, qui cache le savoir et la sagesse, il est l’image du récit et de la moralité de la fable. On peut suivre ici de près les avatars éditoriaux tant de la Vie d’Ésope le Phrygien que des fabliers antiques et modernes dont est présenté un savant stemma.

Quant à la fable dont Furetière écrira dans son recueil de 1671 qu’« elle est le seul genre d’écrire qui a servi également à instruire le Peuple et le Roi », elle voit son autorité affirmée. Ballesdens en fait l’instrument rhétorique d’une institutio principis, inspirée de la tradition éducative érasmienne, un traité des vertus politiques et une initiation à la langue latine par les vocables traduits dans les marges. Il a travaillé à partir du recueil de Jean Baudoin (1631), auquel il ajoute quelques motifs narratifs, dont il modifie l’ordre pour terminer sur un memento mori, « Mors ultima linea rerum » (Fable CCXXVIII. D’un vieillard qui appelait la Mort) et dont il allège sensiblement les gloses réduites à une maxime. C’est également une manière d’adopter pour la fable la densité exemplaire de l’emblème ou de la devise, constitués d’un corps, l’image, et d’une âme, la formule qui l’accompagne : recueil flamand de 1587. On sait la place qu’il occupe dans la culture européenne d’Otto Vaenius à Gilles Corrozet, à la Politica d’Esopo Frigio (1646) d’E. Tesauro (que Ballesdens ne semble pas voir connue) jusqu’aux substantielles pages du P. Bouhours dans ses Entretiens d’Ariste et d’Eugène (1671).

Enfin, le programme iconographique, variation sur les gravures de Sadeler (1608) et de Briot pour Jean Baudoin , qui répond à « une économie du visible » (B. Teyssandier) affirme son originalité par le caractère archaïsant que lui confère le choix, pédagogique et esthétique, de la gravure sur bois.

Que la pluralité des perspectives et des auteurs n’aille pas parfois sans redites et sans retour de références que la bibliographie aurait suffi à regrouper, et qu’un index des noms et des notions eût rendu plus aisée l’exploitation de l’appareil critique, ce sont réserves mineures sur un travail réussi, informé, libre de dogmatisme, propre à séduire à la fois des bibliophiles auxquels l’achat des éditions anciennes est interdit et des universitaires qui avaient besoin sur la fable d’un outil de travail aussi nourri et à jour.”

*

Compte-rendu de Anne L. Birberick (Northern Illinois University) dans  The Modern Language Review, October 2013 (vol. 108, n° 4, p. 1282-1283)

Bernard Teyssandier’s critical edition of Les Fables d’Esope Phrygien, traduites en francois, et Accompagnées de Maximes Morales & Politiques, pour la conduit de la Vie (1645) by Jean Ballesdens is as thought-provoking as it is thorough and well-executed. In addition to presenting readers with facsimiles of the two principal texts (La Vie d’Esope and Fables d’Esope) as well as several liminal texts (“Épître au Roy,” “Supplique A la Reyne regent,” and tables of content), the editor has included a postscript, four critical essays, and a select annotated bibliography. The end result is a volume that offers new and surprising perspectives on both the fable tradition and Jean Ballesdens.

In the “Postface,” Bernard Teyssandier makes a compelling case for why and how the work of Balledens follows “une logique de citation que d’imitation” (495) and, as a result, creates “une pratique livresque nouvelle” (495). All the while framing his argument within the traditional role of fables as instructional tools, Teyssandier points to the originality of Ballesdens in several respects, especially in his decision to begin with the fable “Du Paon & de la Pie” rather than “Coq et de la Pierre précieuse.” Given the fresh perspective put forth on Ballesdens in the “Postface,” it should, I would argue, be read prior to any reading of the fables themselves.

Each of the four essays that follow explores different aspects of Ballesdens or his work. In “Jean Ballesdens, un curieux au service de Pierre Séguier,” Yannick Nexon provides a condensed biography of Ballesdens through the lens of his relationship with Séguier while Antoine Biscéré, “Le fablier de Ballesdens: piraterie éditorial ou translatio studiorum?,” takes as his point of departure the allegation that Les Fables d’Esope Phrygien is nothing more than “un démarcage servile et sans intérêt” (521) of Jean Baudoin’s earlier edition. The latter essay serves as a nice companion piece to the “Postface” since Biscéré highlights the originality of Ballesdens’ editorial undertaking in terms of three perspectives: philological, aesthetic, and bibliographic. The volume’s audience and its political message are explored respectively through illuminating analyses by Paul J. Smith, “Genèse et herméneutique d’un livre rare: pour une approche intermédiale du fablier de Ballesdens,” and Paola Cifarelli, “D’un usage politique de la fable au XVIIe siècle: Jean Ballesdens et Emanuele Tesauro.”

Lire la suite ici.

*

Compte-rendu de Fernando Copello dans XVIIe Siècle, n° 266 (1), 2015, p. 168-170.

“L’édition critique de Reims des Fables (1645) de Jean Ballesdens présentée par Bernard Teyssandier constitue une entreprise collective du plus grand intérêt. Il s’agit d’un volume contenant un fac-similé de l’édition parisienne de 1645 (à partir de l’exemplaire de la Bibliothèque Carnegie de Reims) et un ensemble de travaux littéraires qui accordent à l’ouvrage une cohérence tout à fait efficace. Cette édition sera sans doute le point de départ de futurs chantiers autour de la problématique de l’apologue, dans la France du xviie siècle et au-delà.”

Lire la suite  ici.

Voir la présentation du livre sur ce site.