Archives de catégorie : Collection “Héritages critiques”

L’esthétisme britannique (1860-1900). Peinture, littérature et critique d’art

Héritages critiques  – vol. 12

dirigé par Anne-Florence GILLARD-ESTRADA et Xavier GIUDICELLI

Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation: c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria (1837-1901), que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.

Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton, ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du xixe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.

Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au cœur d’un mouvement qui se situe au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières strictes du Royaume-Uni.

Ont contribué à ce volume:

  • Clément Dessy est assistant professor à l’université de Warwick. Ses recherches portent sur la circulation transnationale des œuvres littéraires et artistiques à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse aussi aux relations entre littérature et arts visuels ainsi qu’entre écri­ture et arts de la scène à la même époque. Son livre Les Écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture (Prix du musée d’Or­say, Presses universitaires de Rennes, 2015) a abordé les influences des peintres Nabis et de Paul Gauguin sur les écrivains symbolistes français. Il a dirigé plusieurs collectifs dont (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840‑1940 (avec Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015) et L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (avec Laurence Brogniez et Clara Sadoun-Édouard, Presses universitaires de Rennes, 2019). Il prépare actuellement un ouvrage sur les échanges littéraires et artistiques entre Belgique et Royaume-Uni autour de 1900.
  • Anne-Florence Gillard-Estrada est maître de conférences à l’uni­versité de Rouen-Normandie (ERIAC – EA 4307). Ses recherches portent sur la littérature, l’esthétique, la critique d’art et les arts visuels dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a publié une série d’articles sur Walter Pater, Oscar Wilde et les peintres préraphaélites, néoclassiques et esthétiques et a un ouvrage (Le Corps grec dans la peinture britannique de l’Antiquité (1860‑1900) : entre idéal et fantasme) en préparation. Elle a codirigé un ouvrage intitulé Écrire l’art/Writing Art : Formes et enjeux du discours sur les arts visuels en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Paris, Mare et Martin, 2015) ainsi qu’un ouvrage sur Walter Pater (Routledge, 2017).
  • Xavier Giudicelli est maître de conférences en littérature britannique à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (EA 4299). Ses recherches portent sur l’œuvre d’Oscar Wilde, les rapports entre texte littéraire et image, ainsi que sur la réécriture du canon victorien et édouardien aux xxe et xxie siècles, la traduction et les transferts culturels, sujets sur lesquels il a publié une vingtaine d’articles. Il est l’auteur de Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image (PUPS, 2016) et il a dirigé ou codirigé une dizaine de collectifs ou numéros de revues, dont un recueil d’essais sur L’Importance d’être constant (avec Pascal Aquien, PUPS, 2014) et un numéro spécial d’Études anglaises sur Oscar Wilde et les arts (« The Pictures of Oscar Wilde », Études anglaises, vol. 69, no 1, 2016).
  • Pierre Morère est professeur émérite à l’université Stendhal-Grenoble III. Il est spécialiste de littérature et d’histoire des idées du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Il a publié en 2015 Sens et sensibilité : pensée et poésie dans la Grande-Bretagne des Lumières (coédition ELLUG-PUL, collection « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750‑1900) », Lyon, Presses universitaires de Lyon).
  • François Ropert est maître de conférences en langue et littérature anglaises à CY Cergy Paris Université. Ses travaux de recherche explorent un canon de poètes anglais de la décadence et de la modernité, notamment à partir d’une perspective moderniste. Ils portent plus particulièrement sur les modalités d’une poétique propre aux domaines de la critique d’art et de la théorie littéraire. L’œuvre poétique et critique du poète victorien Algernon Charles Swinburne occupe une place centrale dans le corpus qu’il étudie.
  • Laurence Roussillon-Constanty est professeur de lit­térature britannique et d’esthétique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER, EA 7504). Elle est spécialiste de la période victorienne et auteur de plusieurs travaux por­tant sur les relations texte/image dans la littérature et la peinture britannique du xixe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur John Ruskin et a participé à une traduction en français d’une sélection de Modern Painters (L’Éblouissement de la peinture. Sélection de textes tirés de Modern Painters de John Ruskin, Fabienne Gaspari, Lawrence Gasquet, Laurence Roussillon-Constanty (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2006). Elle est également l’auteur d’une monographie sur Dante Gabriel Rossetti (ELLUG, 2008) et a récemment codirigé un numéro de revue consacré à John Ruskin (« Mediating Ruskin », Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 91, printemps 2020). Elle est actuellement présidente de la Société française des études victoriennes et édouardiennes.
  • Sébastien Scarpa est maître de conférences en anglais à l’uni­versité Grenoble Alpes où il enseigne la littérature, l’esthé­tique et la civilisation. Ses recherches portent principalement sur la poésie et la peinture britanniques des xviiie et xixe siècles. Il est l’auteur de Algernon Charles Swinburne et les enjeux postromantiques de la création (2013) et Poétiques de l’affect. La poésie préromantique en contexte (2018) et a codirigé, entre autres, Tombeau pour Swinburne (2010) et Swinburne and France (2012).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages VIII – 280 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374961036
ISBN-13 9782374961033

Crédits : Perseus and Andromeda, study for The Doom Fulfilled, 1875, Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), © The Art Institute of Chicago

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

“Memento Marie Regards sur la galerie Médicis”

Héritages critiques  – vol. 10

dirigé par Emmanuelle Hénin et Valérie Wampfler

Le cycle peint par Rubens à la gloire de Marie de Médicis est un des plus importants et des plus audacieux de la première modernité, sur le plan pictural comme sur le plan politique. Ce livre ambitionne de faire revivre cette galerie, telle que les visiteurs la contemplèrent au palais du Luxembourg de son inauguration en 1625 à son démantèlement en 1780. Il en réunit une dizaine de descriptions, rédigées en latin, italien ou français – certaines sont inédites, d’autres traduites pour la première fois –, ainsi que des extraits du débat sur les allégories. Tous ces textes sont précisément annotés et complétés par une série d’études associant historiens, historiens de l’art et philologues.

Ces descriptions anciennes sont d’autant plus précieuses que le langage de la galerie est volontairement chiffré: en s’assimilant secrètement aux déesses Junon et Minerve, et même à la Vierge, Marie de Médicis réécrit l’histoire pour laisser un monument à la gloire de son règne. Le langage allégorique de Rubens, empreint d’une immense érudition numismatique et archéologique, dissimule le formidable orgueil et les constantes transgressions de la reine. Ce retour aux sources contemporaines du cycle jette une nouvelle lumière sur sa signification, tout en proposant autant de visites virtuelles, de récits de l’histoire de France et de leçons de peinture. Ce Memento Marie rend hommage au génie pictural et politique de Rubens, artisan de la mémoire de la médicéenne.

Ont contribué à ce volume:

• Marianne Cojannot-Le Blanc est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des arts du xviie siècle et membre du comité de rédaction de la Revue de l’art. Elle a publié des monographies consacrées à Abraham Bosse (D’acide et d’encre. Abraham Bosse (1604 ?-1676) et son siècle en perspectives, 2004), à Nicolas Poussin (À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul, de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, 2012) et à la galerie Médicis de Rubens (Rubens, des camées antiques à la galerie Médicis, 2018, avec Évelyne Prioux).

• Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’EHESS. Spécialiste d’histoire politique et sociale de la France d’Ancien Régime, elle travaille sur les relations entre le pouvoir souverain, la famille royale et la construction domaniale, cherchant à saisir par le croisement de la théorie et de la pratique monarchique les élé­ments de la modernité politique. Elle a publié notamment La Reine de France (Gallimard, 2000) ; L’Absolutisme en France, Histoire et historiographie, en collaboration avec Robert Descimon (Le Seuil, 2002) ; Le Rang, Préséances et Hiérarchies (Gallimard, 2016).

• Emmanuelle Hénin est professeur de littérature comparée à la Sorbonne après avoir longtemps enseigné à Reims. Elle travaille sur les poétiques et la théorie artistique de la première modernité, sur la scénographie et les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié Ut pictura theatrum : peinture et théâtre, de la Renaissance italienne au classicisme français (Droz, 2003), ainsi que Ceci est un boeuf : la querelle des inscriptions dans la peinture (Brepols, 2013). Elle a construit une base de données concernant la fortune des anecdotes sur la peinture antique (www.pictorinfabula.com).

• Stéphane Lojkine est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au CIELAM, directeur de la Fédération CRISIS et responsable du master « Littérature et Psychanalyse ». Spécialiste de Diderot, il dirige la base de données Utpictura18. Il a publié La Scène de roman (A. Colin, 2002), Image et subversion (J. Chambon, 2005), L’Œil révolté (J. Chambon, 2007) et est à l’origine de l’exposition et du catalogue Le Goût de Diderot (Hazan, 2013). Il a dirigé avec P. Ronzeaud Fictions de la rencontre (PUP, 2011), et avec A. Paschould Diderot et le temps (PUP, 2016).

• Laëtitia Pierre est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne où elle est chargée de cours depuis 2005. Professeur à l’Istituto Marangoni, elle dirige les mémoires de mas­ter des étudiants en histoire du costume et de la mode en cotutelle avec Manchester University. Elle a été chargée d’études au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) et dans le cadre du projet de recherche ACARES (LabEx SMS Toulouse Univ. / CNRS). Sa thèse de doctorat est consacrée à l’œuvre pédagogique et littéraire de Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) et ses travaux de recherche portent sur la pédagogie de l’art et de la mode (xviie-xxie siècles).

• Valérie Wampfler est maître de conférences de langue et littéra­ture latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. À travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines inédites de Claude-Barthélemy Morisot (1592-1661), elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur l’usage des modèles antiques (littérature, politique, iconogra­phie), ainsi que sur les centres d’intérêt qui occupent les cercles érudits du premier xviisiècle : récits de voyage, débats littéraires, scientifiques (alchimie, paracelsisme) et politiques notamment.

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2374960846
ISBN-13 9782374960845

Crédit: Henri IV reçoit le portrait de Marie de Médicis,
Pierre Paul Rubens (1577-1640), © RMN-Grand Palais (musée du Louvre),
René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

 

 

La Princesse légère et autres contes

Héritages critiques  – vol.9

dirigé par Yannick Bellenger-Morvan

Auteur reconnu à l’époque victorienne, ami de John Ruskin et de Lewis Carroll, George MacDonald semble s’être évanoui dans les vapeurs épaisses de la révolution industrielle. « La Princesse légère » fait néanmoins partie des récits de cet écrivain écossais qui ont traversé le temps – et la Manche – avec succès. Cette histoire morale d’une princesse sans gravité enthousiasme encore les petits britanniques lesquels n’ont pas toujours un accès direct au texte, puisqu’ils se contentent d’explorer le royaume de Lagobel en empruntant d’autres chemins médiatiques, comme ceux de l’album, du film (BBC, 1985) ou de la comédie musicale.

Or même s’il reste peu connu Outre-Manche, George MacDonald n’en demeure pas moins une des grandes figures du patrimoine littéraire anglais. Ses contes merveilleux, dont il renouvelle la forme et les enjeux, fondent le genre de la fantasy moderne et ont inspiré des auteurs de premier ordre, tels C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien ou Madeleine L’Engle. Pour autant, la dernière traduction française de son best-seller, « La Princesse légère » remonte à 1981, et d’autres récits de MacDonald sont encore aujourd’hui introuvables, même en langue anglaise. En rassemblant une sélection de contes, cette nouvelle traduction, qui réunit plusieurs études critiques, cherche à pallier ce manque.

Ont contribué à ce volume:

  • Yannick Bellenger-Morvan est maître de conférences à l’université de Reims. Auteure d’une thèse sur les contes pour enfants de C. S. Lewis, elle s’intéresse aux cultures de l’enfance et de l’adolescence selon leurs multiples supports (littéraires, graphiques, audiovisuelles). Elle a codirigé l’ouvrage Littérature pour la jeunesse et identité culturelle populaire aux Éditions et presses universitaires de Reims (2016).
  • Virginie Douglas est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université de Rouen Normandie. Ses travaux portent sur la littérature britannique pour la jeunesse, en particulier sur la théorie, la narration et la traduction de ces livres. Elle a dirigé les ouvrages Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse (avec F. Cabaret, 2014) et État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).
  • Anne-Frédérique Mochel-Caballero est agrégée d’anglais et docteure en langue, littérature et civilisation des pays anglophones. Elle enseigne à l’université de Picardie Jules Verne. Elle est l’auteure de L’Évangile selon C. S. Lewis, Le dépassement du masculin / féminin dans la quête de Dieu (2011). Elle s’intéresse à la fantasy, aux représentations du masculin/féminin et à l’intertextualité biblique.
  • Benjamine Toussaint est maître de conférences à Sorbonne Université et membre du Centre de recherches VALE (EA 4085). Elle enseigne la traduction ainsi que l’histoire et la littérature écossaises et sa recherche porte sur les questions d’identité nationale et genrée dans la littérature écossaise des 19e et 20e siècles.
Support Livre broché
Nb de pages 356 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960730
ISBN-13 9782374960739
Crédits : Sir Edward Coley Burne-Jones, Summer Snow, engraved by the Dalziel Brothers, 1863. © Tate Images

« Muses naissantes ». Écrits de jeunesse et sociabilité lettrée (1645-1655)

Héritages critiques  – vol. 8

dirigé par Karin Abiven et Damien Fortin

Les écrits rassemblés ici sont les traces les plus tangibles d’un groupe de jeunes auteurs (nés autour de l’année 1620), que les historiens de la littérature ont coutume d’appeler les « Palatins » (ou « Paladins ») de la « Table Ronde » et qui aurait rassemblé Cassandre, Charpentier, Furetière, La Fontaine, Maucroix, Pellisson et Tallemant des Réaux. Plus qu’un témoignage sur une société constituée, leur production qu’on peut situer entre 1645 et 1655 constitue un observatoire privilégié pour analyser leurs manières de se mettre en scène, collectivement et individuellement, à l’entrée dans la « carrière ». Elle permet aussi d’examiner les trajectoires sociales et les options d’écriture qui s’offrent à eux comme autant de possibles.

Ont contribué à ce volume:

  • Karine ABIVEN, maître de conférences à Sorbonne Université, est l’auteur de L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire (Classiques Garnier, 2015), et codirectrice de plusieurs ouvrages collectifs, en particulier sur l’écriture de l’histoire et de l’actualité, dont les numéros 78 et 94 de la revue Littératures classiques. Elle prépare actuellement une exploration numérique du corpus des libelles de la Fronde.
  • Helwi BLOM, post-doctorante à l’Université Radboud de Nimègue, est spécialiste de l’histoire du livre et de la littérature française de l’époque moderne. Elle est auteure d’une thèse sur la réception de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du XVIIe siècle (Université d’Utrecht, 2012). Ses travaux actuels sont consacrés à la Bibliothèque bleue et aux catalogues de bibliothèques privées publiés en France entre 1650 et 1730.
  • Emmanuel BURY, professeur à Sorbonne Université, est l’auteur de Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580-1750) (PUF, 1996) et de L’Esthétique de La Fontaine (Sedes, 1996). Il a dirigé de nombreux ouvrages, dont, avec C. Meiner, La Clarté à l’âge classique (Classiques Garnier, 2013).
  • Damien FORTIN, ATER à l’Université de Lorraine, a consacré sa thèse de doctorat aux récits biographiques de La Fontaine (1650-1850). Ce travail est en cours de publication.
  • Claudine NÉDELEC, professeur émérite à l’Université d’Artois, est spécialiste des formes du comique au XVIIe siècle (burlesque, grotesque, héroïcomique…), ainsi que de la galanterie, des arts de cour et des stratégies éditoriales de cette époque. Elle a publié notamment Les États et empires du burlesque, (H. Champion, 2004); Paul Scarron, Le Roman comique, éd. critique (Classiques Garnier, 2010); avec Marie-Claude Canova-Green: Ballets burlesques pour Louis XIII. Danse et jeux de transgression (1622-1638) (Société de Littératures classiques, 2012); avec Nathalie Grande: « La galanterie des Anciens » (Littératures classiques, n° 77, 2012-1); avec Jean Leclerc: Charles, Claude, Nicolas et Pierre Perrault, Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et critiques (H. Champion, 2013).
  • Nicolas SCHAPIRA, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris Nanterre, est membre du CHISCO (Nanterre) et du Grihl (EHESS/CRH – Paris 3). Ses recherches portent sur l’histoire du fait littéraire et sur les pratiques d’écriture au sein des pouvoirs d’Ancien Régime. Il est l’auteur notamment de: Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart une histoire sociale (Champ Vallon, 2003); avec Christian Jouhaud et Dinah Ribard, Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps (Gallimard, 2009). Avec Dinah Ribard, il a dirigé: On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales (PUF, 2013) et a participé à plusieurs chapitres de l’ouvrage: Écriture et action. Une enquête collective (EHESS, 2016).
  • Sophie TONOLO est rédactrice lexicographe au Service du Dictionnaire de l’Académie française et membre du laboratoire « Dynamiques patrimoniales et culturelles » de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches portent notamment sur la question des relations entre poésie et société au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 298 p.
ISBN-10 2374960536
ISBN-13 9782374960531

Écrire l’actualité : Edme Boursault spectateur de la cour et de la ville

Héritages critiques  – vol. 7

dirigé par Marie-Ange Croft et Françoise Gevrey

Si l’histoire littéraire a fait peu de place à Edme Boursault (1638-1701) en le réduisant au rôle d’adversaire de Molière ou de Boileau dans des polémiques, il n’en fut pas toujours ainsi sous l’Ancien Régime. Polygraphe pratiquant le théâtre, la lettre, le roman, la fable, le journalisme, Boursault sut s’adapter à l’esprit de son temps et innover en bien des domaines en abolissant les frontières des genres. Son influence fut durable au cours du XVIIIe siècle qui le cite souvent.

Le présent ouvrage rassemble, pour la première fois dans une édition critique, La Comédie sans titre, qui fut un succès de représentation jusqu’à la Révolution et qui peut passer pour la première grande comédie à prendre pour sujet le journalisme naissant, et les Lettres nouvelles, un recueil que l’auteur composa à la fin de sa vie en reprenant parfois des écrits plus anciens pour offrir au public une image de lui-même tout en le divertissant. Car au-delà des destinataires affichés, qui parfois le rémunéraient, son intention est bien de toucher un public plus large en le faisant spectateur de la cour et de la ville au moment où le règne de Louis XIV s’assombrit et où la comédie se veut moralisante face à la corruption des mœurs.

Ont contribué à ce volume :

  • Antonella Amatuzzi, professeur à l’Université de Turin; ses travaux portent dans le domaine linguistico-culturel sur la littérature politique et la fable du XVIIe siècle, en particulier sur Antoine Furetière.
  • Marie-Ange Croft, coordinatrice du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles (CIREM 16-18) de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a consacré sa thèse à Boursault; ses recherches portent sur le théâtre et les périodiques de la fin du règne de Louis XIV.
  • Françoise Gevrey, professeur émérite à l’Université de Reims; ses publications portent sur la fiction et sur la littérature morale de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle.
  • Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims; après une thèse sur les périodiques du XVIIIe siècle, l’essentiel de ses travaux concerne la presse de l’Ancien Régime et l’image du journaliste.
  • Guy Spielmann, enseignant-chercheur à l’Université de Georgetown (Washington); ses travaux concernent les arts du spectacle, et en particulier la scénographie, le théâtre de la foire, la commedia dell’arte.
  • Francine Wild, professeur émérite à l’Université de Caen; ses publications portent sur l’anecdote, les mémoires, l’épistolaire et l’épopée au XVIIe siècle.

Voir les comptes-rendus de cet ouvrage.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 528 p.
ISBN-10 2374960463
ISBN-13 9782374960463

 

Écrire l’actualité : compte rendus

Marie-Ange Croft et Françoise Gevrey (dir.), Écrire l’actualité : Edme Boursault spectateur de la cour et de la ville, Reims, EPURE, “Héritages critiques” 7, 528 p.

Compte-rendu de Lise Michel dans XVIIe Siècle, n° 284 (3), 2019, p. 574-575.

“L’ouvrage dirigé par Marie-Ange Croft et Françoise Gevrey se présente, pour sa plus grande partie, comme une édition critique, incluant une postface et deux œuvres d’Edme Boursault, La Comédie sans titre et les Lettres nouvelles, accompagnées de fables, de contes, d’épigrammes, de remarques, de bons mots et d’autres particularités aussi agréables qu’utiles. Une section plus brève comportant des études critiques sur ces deux œuvres complète le volume, selon le principe de la collection « Héritages critiques » dirigée à l’université de Reims Champagne-Ardenne par Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette. S’y ajoutent une bibliographie et un index détaillé.

Le choix des éditrices a été ici de publier les dernières éditions revues par l’auteur, à savoir celle de 1694 pour La Comédie sans titre, celle de 1699-1700 pour les Lettres nouvelles. Ce choix se justifie pleinement au regard de l’histoire éditoriale de ces deux textes. La Comédie sans titre, créée en 1683 à la Comédie-Française sous le titre du Mercure galant, et sous le prête-nom de Raymond Poisson, ne fut en effet revendiquée par Boursault que dans son Théâtre paru en 1694. Le recueil des Lettres nouvelles, accompagnées de fables […] aussi agréables qu’utiles, d’abord publié en un unique volume en 1697, a quant à lui bénéficié de l’ajout de plusieurs pièces dans la réédition en deux volumes parue en 1699 et 1700. Seules les Treize lettres amoureuses d’une dame à un cavalier ont été retranchées du second volume dans l’édition que proposent Marie-Ange Croft et Françoise Gevrey, qui renvoient pour cette section à l’édition de Bernard Bray parue en 1987 chez Desjonquères. […]”

Lire la suite ici.

TÉLÉCHARGER le compte-rendu
VOIR la présentation du livre ici

Auerbach, Grigorovitch, Němcová : trois récits villageois autour de 1848

Héritages critiques  – vol. 6

dirigé par Cécile Gauthier

La littérature de veine régionaliste n’a pas toujours bonne presse, qu’elle soit considérée comme mineure et périphérique, ou comme passéiste, voire conservatrice. Cette assimilation hâtive méconnaît le terreau humaniste et libéral dans lequel le genre du récit villageois a vu le jour dans les années 1840. Afin de mieux saisir le caractère transnational de cette vogue littéraire, nous rassemblons dans ce volume des traductions de récits villageois européens: Ivo, le petit prêtre (1843) de Berthold Auerbach (auteur des célèbres Histoires villageoises de la Forêt-Noire), Le Village (1846) du Russe Dmitri Grigorovitch, et Bára la sauvageonne (1856) de la Tchèque Božena Nemcová.

La forme modeste du récit villageois est trompeuse: elle masque une ambition sociale et esthétique qui conduit à le lire comme un laboratoire où s’écrit la nation, mais sur un mode critique, ainsi que l’illustre l’exemple fondateur d’Auerbach, écrivain allemand de confession juive, chantre de la Heimat incarnée par le microcosme villageois où s’élabore, entre union et dissensions, une communauté nationale travaillée par le divers.

Ont contribué à ce volume :

  • Anne Coldefy-Faucard est maître de conférences en littérature russe à Paris-Sorbonne, où elle enseigne la littérature russe et la traduction littéraire. Elle est traductrice et a publié une soixantaine de traductions (dont des œuvres de Gogol, Grossman, Soljénitsyne, Alexievitch).
  • Dalibor Dobiáš, directeur du département d’études sur le xixe siècle à l’Institut de la littérature tchèque à Prague, est comparatiste et spécialiste des littératures slaves. Il a co-dirigé un ouvrage sur les Manuscrits de Dvur Kralové et Zelená Hora, et a co-édité les œuvres de Jirí Gruša.
  • Cécile Gauthier est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle a publié L’imaginaire du mot « slave » dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans (Editions Petra, 2015).
  • Hans Otto Horch est professeur émérite à l’Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft, à l’Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, où il fut le premier à occuper, à partir de 1992, la chaire d’histoire littéraire consacrée à l’étude de la littérature et de l’histoire culturelle judéo-allemande.
  • Luba Jurgenson est professeure en littérature russe à Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur la littérature du témoignage et la mémoire des violences ainsi que la littérature contemporaine. Elle a traduit, entre autres, Chalamov, Margoline, Guirchovitch, Lebedev.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 288 p.
ISBN-10 2374960307
ISBN-13 9782374960302

Théâtre de société du comte de Caylus. Comédies jouées au château de Morville (1738-1740)

Héritages critiques  – vol. 5

dirigé par Dominique Quéro

HC_5Dès les années 1730-1740, on assiste en France à un prodigieux essor des spectacles de société, comme en témoigne l’Histoire et recueil des Lazzis, où le comte de Caylus retrace les divertissements auxquels il se livre en 1731-1732 avec sept autres « théâtromanes » parisiens. Ce « gentilhomme universel » (M. Fumaroli) fréquente à cette époque plusieurs cercles d’acteurs amateurs, telle la société du comte de Morville, dont la mort ne met pas fin aux représentations données par sa famille et ses amis, sous la « direction » de Caylus. Lequel, en plus d’être acteur, devient alors le principal pourvoyeur de pièces pour les « saisons » du château de Morville, dans la Beauce, de 1737 à 1741. C’est la contribution de Caylus à ce « Théâtre du château de Morville » que conserve un recueil manuscrit ayant fait partie de la Bibliothèque dramatique Soleinne. Recueil acquis en 1999 par la BnF (département des Arts du spectacle), et dont est issue la présente édition de six pièces de Caylus – dont un ballet pantomime, Le Prince Pot à thé, avec la musique notée (comme pour les divertissements de trois des cinq comédies). Cette « résurrection littéraire » et « spectaculaire » d’inédits de Caylus entend rendre hommage, en ce 250e anniversaire de sa mort, à ce « grand seigneur polygraphe et anticonformiste » (J. Boch).

Ont contribué à ce volume :

  • Jean DAGEN est professeur émérite de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur l’histoire des idées et leur expression littéraire aux XVIIe et XVIIIe siècles. Il a consacré études et éditions à Fontenelle, Marivaux, Crébillon fils, Voltaire, aux moralistes français de Montaigne à Vauvenargues et Chamfort, et s’intéresse par prédilection aujourd’hui aux écrivains et philosophes des premières Lumières (1680 à 1750 environ).
  • Marie-Emmanuelle PLAGNOL-DIÉVAL est professeure à l’Université Paris-Est-Créteil et directrice de l’École Doctorale « Cultures et Sociétés ». Spécialiste du théâtre du XVIIIe siècle et de littérature pédagogique, elle a publié 5 ouvrages (3 monographies et 2 éditions scientifiques de Rousseau et Voltaire), plus de 75 articles, et co-dirigé 11 volumes collectifs, ainsi qu’une base de données sur les théâtres de société (avec D. Quéro et D. Trott).
  • Dominique QUÉRO est professeur de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses recherches portent sur la comédie et l’évolution des formes comiques, la satire et la parodie, les rapports entre littérature et société au siècle des Lumières. Co-éditeur des actes de colloques sur Regnard, Collé, Favart, il s’intéresse depuis des années aux théâtres de société (surtout avant 1750).
  • Nathalie RIZZONI est docteur ès lettres, ingénieur de recherche au Centre d’Étude de la Langue et des Littératures Françaises du XVIe au XVIIIe siècle (CELLF 16-18, UMR 8599), un laboratoire du CNRS et de l’Université Paris-Sorbonne. Ses travaux portent sur les spectacles du XVIIIe siècle et sur l’esthétique rococo du « petit », avec une ouverture sur les arts décoratifs de l’époque.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 488 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-374960-05-0

L’illustration en débat. Techniques et valeurs (1861-1931)

Héritages critiques  – vol. 4

dirigé par Anne-Christine Royère et Julien Schuh

heritage_critique n4Au XIXe siècle, l’industrialisation de la reproduction de l’image dans l’imprimé fait naître le concept d’illustration. Une extraordinaire inventivité conduit à l’émergence de nouvelles techniques qui contribuent à façonner les pratiques culturelles de l’imprimé et à transformer les valeurs de l’image.
C’est dans ce contexte que s’affirme le passage de la gravure de reproduction à la gravure originale, que l’eau forte devient un procédé « artiste » de prédilection et que les principes du livre d’art à tirage restreint se répandent. Tandis que des artistes proclament le primat du geste humain sur le mécanisme, certains découvrent les vertus artistiques de la photographie et de la photogravure. Mobilisant l’attention des amateurs, des corporations, des institutions, comme des industriels soucieux de placer leurs capitaux dans des techniques novatrices, l’estampe devient l’objet d’un vaste débat mettant en question le partage entre artisanat de luxe et production industrielle mécanisée et, au-delà, entre les beaux-arts et les arts décoratifs.
Opérant un retour aux sources, principalement celles des revues où, périodiquement, les acteurs s’affrontent et prennent position, cette anthologie nourrit l’ambition de présenter quelques textes révélateurs de ces tensions polarisant l’attention médiatique sur les enjeux inhérents à la reproduction des images.

Ont contribué à ce volume :

  • Luce ABÉLÈS travaille sur le livre illustré entre 1848 et 1918. Elle a organisé et co-organisé plusieurs expositions au musée d’Orsay, où elle était chargée de littérature. On lui doit plusieurs catalogues sur la bohème, les arts incohérents, Mallarmé, Champfleury.
  • Stéphanie DANAUX, docteur en histoire de l’art, a publié L’Iconographie d’une littérature. Évolution et singularités du livre illustré francophone au Québec, 1840-1940 (2013). Ses travaux actuels portent sur les dessinateurs de presse français et canadiens.
  • Fabienne FRAVALO, chargée d’études et de recherches à l’INHA de 2009 à 2013 et doctorante à l’Université de Clermont-Ferrand et à l’Université de Neuchâtel. Ses travaux portent sur la critique des arts décoratifs autour de 1900 à partir de la revue Art et Décoration.
  • Laureline MEIZEL, doctorante en Histoire de l’art à l’Université Paris 1. Ses recherches portent sur les enjeux techniques, culturels, économiques et politiques soulevés par l’intégration de la photographie dans l’imprimé français à la fin du XIXe siècle.
  • Anne-Christine ROYÈRE, maître de conférences à l’Université de Reims. Ses travaux sur la poésie de langue française des XXe et XXIe siècles s’intéressent à la poétique de la voix et à la sémiotique de l’écrit, aux poètes éditeurs typographes ainsi qu’au livre de poésie.
  • Julien SCHUH, maître de conférences à l’Université de Reims. Spécialiste de la littérature fin de siècle, il travaille actuellement au projet PRELIA (Petites Revues de Littérature et d’Art), destiné à produire une base de données des revues d’avant-garde entre 1870 et 1940 (http://prelia.fr).

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 527 p.
ISSN 2257-4719
ISBN-13 978-2-915271-87-4