Archives de catégorie : Publications

Le porche bleu

Karin Ueltschi, Le Porche bleu. Une histoire d’édition, Paris, Imago, 2022.

Préface de Jean Pruvost

ISBN : 978-2-38089-069-3
276 pages
Prix : 22 EUR

 

 

« Ce n’est pas chose aisée pour un auteur que de forcer le passage pour pénétrer dans les coulisses et le secret d’une existence d’éditeur ; mais c’est encore moins facile pour un éditeur d’accepter de rompre le silence, et d’outrepasser les limites du pacte qui le lie à ses auteurs. Cependant, s’il finit par y consentir, alors peut se lever un contre-chant qui, d’ordinaire, accompagne en sourdine chaque livre qui porte la signature de sa maison.
C’est la gageure qu’essaie de relever cet ouvrage consacré à Imago, maison spécialisée en sciences humaines, et à ses deux fondateurs qui ont donné leur vie au livre et à leurs auteurs, n’oubliant jamais ni de rire, ni de rêver, et sans s’apercevoir combien tout est remarquable dans cette vie d’éditeurs qu’ils ont écrite avec ténacité et comme en cachette, pendant bientôt un demi-siècle. Ce cas particulier coïncide souvent avec la grande Histoire, tandis que l’anecdote entre plus d’une fois en résonance avec notre mémoire littéraire.
À l’heure où certains voudraient tuer l’éditeur, c’est surtout
l’hommage d’un auteur à ceux qui sont le sel de l’édition — la
petite ou l’indépendante, difficile de trouver le juste nom — et à
tous les artisans du livre. »

Professeur de langue et de littérature du Moyen Âge à l’université
de Reims, Karin Ueltschi a publié aux Éditions Imago : Histoire véridique du Père Noël, Du traîneau à la hotte (2012), Petite His-
toire de la langue française, Le Chagrin du cancre (2015) et Mytho-
logie des boiteux et du pied fabuleux (2019).

Site de l’éditeur

Crédits : © éditions Imago. Source : site de l’éditeur.

Textualité et spatialité – vidéos

Textualité et Spatialité
colloque organisé par Céline Bohnert et Yann Calbérac

Cette publication fait suite au colloque organisé les 20 et 21 octobre dans le cadre des 30 ans de l’Institut Universitaire de France.
Voir la présentation  et le livret du colloque  sur ces carnets.

Captations vidéos

Evanghelia Stead (CHCSC, UVSQ / IUF), « Réalités textuelles et circulation du Faust I de Goethe traduit par l’image en Europe »
La vidéo en plein écran

Nicoletta Palmieri (CRIMEL, URCA), « Apprendre la science médicale per tabulas ou la concentration du savoir dans un feuillet de parchemin »
La vidéo en plein écran

Monica Manolescu (SEARCH, Univ. Strasbourg / IUF), « Cartographies et pratiques cartographiques dans la littérature américaine du XXe siècle et contemporaine »
La vidéo en plein écran

Yann Calbérac (CRIMEL, URCA / IUF), « ‘Le lieu où nous habitons s’inscrit dans un autre lieu, plus grand ou tout du moins qui le contient’. Textualité, spatialité et habiter dans La Visite d’Alexandre Takuya Katô »
La vidéo en plein écran

Julien Schuh (CSLF, Univ. Paris-Nanterre / IUF), « Spatialiser les récits : l’apprentissage machine comme outil de cartographie automatique des textes »
La vidéo en plein écran

Thomas Lebarbé (LITT&ARTS, UGA), “Spatialité et granularité des sources d’auteurs”
La vidéo en plein écran

Céline Bohnert (CRIMEL, URCA / IUF), “Index, tables, sommaires : quelques traversées des textes dans l’imprimé de la Renaissance et l’espace numérique”
La vidéo en plein écran

Emmylou Haffner (ITEM, CNRS), “Spatialisations de l’écriture et processus textuels dans les manuscrits mathématiques”
La vidéo en plein écran

Thomas Clerc, « Aujourd’hui l’espace est splendide ! »
La vidéo en plein écran

Crédit: Harley MS 549 (manuscrit mathématique) – source: British Library

Fictions excitantes

Sébastien Hubier, Fictions excitantes, Dijon, ABELL-CPTC, 2022.

Chez les nouveaux tartufes, la pornographie a mauvaise presse. Pourtant le sexe est aujourd’hui partout et sa représentation omniprésente est le phénomène majeur de notre hypermodernité. Le phénomène majeur, certes, mais aussi le plus contradictoire, car le sexe est, en somme, à la fois et totem et tabou : ce dont tout le monde se délecte mais ce dont il est socialement convenu de ne pas parler, sauf pour la blague.

C’est aux fictions qui mettent en scène le désir sexuel (et qui le provoquent) que s’intéresse le présent livre, afin d’en mesurer l’importance, d’en interpréter les sens, d’en dire les plaisirs, d’en pointer les travers. Étudiant aussi bien la littérature (Sade, Louÿs, Calaferte, Esparbec) ou les arts savants (de Giulio Romano à Jennifer Lacey et Nadia Lauro) que les arts de masse et de divertissement (modes vestimentaires, réclames et publicités, bandes dessinées, romans graphiques, vidéos en ligne ou musique rock), cet essai adopte conjointement trois perspectives afin de comprendre pourquoi les fictions excitantes occupent une place tellement importante dans nos cultures, pourquoi, des fresques antiques au porn en ligne, le sexe est peu à peu devenu un spectacle.

Continuer la lecture de Fictions excitantes

Loaisel de Tréogate, Nouvelles et contes

Joseph-Marie Loaisel de Tréogate, Nouvelles et contes, éd. Charlène Deharbe et Françoise Gevrey, Paris, Classiques Garnier, 2022.

Loaisel de Tréogate n’est pas seulement l’auteur de Dolbreuse, comme on le croit trop souvent. Très représentative de son temps, son inspiration s’enracine dans le siècle des Lumières, tout en annonçant Sade et le roman noir. Ce volume rassemble ses nouvelles et contes parus entre 1776 et 1779.

 

 

Publication de la thèse de doctorat remaniée de Flore Verdon

Flore Verdon, Le Royaume arthurien au XIIe siècle. La quête d’une eutopie, Paris, Classiques Garnier, 2022.

Flore Verdon a fait toutes ses études de Lettres Modernes à l’URCA. Après avoir choisi la littérature médiévale (Master avec Miren Lacassagne), elle a soutenu sa thèse de doctorat (sous la direction de K. Ueltschi) en octobre 2019.

L’ouvrage paraît le 8 juin 2022 chez Classiques Garnier 🙂

Disponible sur le site de l’éditeur.

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 15 – 2022

La fiction comme agencement d’actions renvoie au premier abord à un corpus romanesque extensible aux expressions cinématographique, voire théâtrale, sans recouvrir pour autant tout le champ littéraire. Ce volume propose d’en ouvrir la définition à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La parenté étymologique entre fiction et figure dans les langues romanes oriente vers cette acception générale susceptible d’englober tous les discours comme le fait Mallarmé: la fiction « semble être le procédé même de l’esprit humain ».

Il s’agit ici d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée sous un vocable commun, en s’attachant notamment aux écritures d’auteurs butant sur la fiction romanesque en lien avec l’idée qu’ils s’en font, ou ayant publié séparément des recueils poétiques et des romans. Et nous tenterons aussi plus largement, grâce aux philosophes, linguistes, et spécialistes d’autres cultures, de déterminer si vraiment tous les discours relèvent de la fiction au même degré.

SOMMAIRE

  • Anne-Élisabeth Halpern et Audrey Louyer Avant-propos

La pratique du langage comme fiction

  • Bertrand Marchal – La fiction selon Mallarmé

Fiction et non-fiction dans le récit

  • François Rastier – Vérité en littérature ou vérité de la littérature ?
  • Christine Chollier – Du récit d’esclave à la fiction sur l’esclavage
  • Audrey Louyer – Jorge Volpi : fiction et non-fiction d’un réel lacunaire
  • Marie-France Boireau – Récit et fiction dans L’Ordre du jour d’Éric Vuillard

Fiction et pratiques génériques différenciées

  • Anne-Élisabeth Halpern – « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman
  • Alain Trouvé – Aragon / Breton : roman, poésie, fiction

Fiction, hybridation et invention générique

  • Marika Piva – La fiction comme invention d’une forme et d’une signification
  • Jean-Louis Haquette – L’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique
Nb de pages :  184 p.
ISBN-10 2374961664
ISBN-13 9782374961668

Louis-Jean Levesque de Pouilly, Théorie des sentiments agréables

Héritages critiques  – vol. 13

dirigé par Françoise GEVREY

De l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres à la Lieutenance des habitants de la ville de Reims, le parcours intellectuel et social de Levesque de Pouilly (1691-1750) fut accompagné d’échanges avec nombre de personnages célèbres : philosophes, écrivains, scientifiques et hommes politiques. Sa Théorie des sentiments agréables, dont on donne ici la première édition critique en se fondant sur la dernière version remaniée par l’auteur, est le fruit d’une assez longue réflexion encouragée par ses plus proches amis. Largement diffusée et rééditée encore de manière posthume en 1774, cette œuvre qui associe l’analyse du sentiment moral à une réflexion sur les arts et la rhétorique ne se réduit pas à un simple hédonisme : enracinée dans une excellente connaissance de la culture gréco-latine, la Théorie des sentiments agréables combat les idées de Bayle tout en prolongeant les réflexions engagées par les philosophes anglais ; dans son théisme, elle demeure notamment marquée par la méthode newtonienne et par les choix des Modernes. L’Encyclopédie reprendra plusieurs de ses analyses, montrant ainsi que l’ouvrage s’inscrit dans le mouvement des Lumières.
 
Ont contribué à ce volume :
 
  • Françoise GEVREY est professeur émérite de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Reims. Elle a travaillé sur le roman et la nouvelle (L’Illusion et ses procédés, J. Corti), sur le conte (deux volumes de la « Bibliothèque des génies et des fées », H. Champion), sur Houdar de La Motte et sur les moralistes. Un ouvrage rassemble une partie de ses articles sous le titre de Modèles et fictions à l’âge classique et au Siècle des Lumières (H. Champion, 2019). Elle a codirigé avec M.-A. Croft une édition d’œuvres de Boursault (Écrire l’actualité, coll. « Héritages critiques », 2017) et avec Ch. Deharbe une édition des Nouvelles et contes de Loaisel de Tréogate (Classiques Garnier, à paraître).
  • Miguel BENÍTEZ, professeur émérite de philosophie à l’Université de Séville, a consacré de nombreuses études aux hétérodoxes des Lumières. Ses travaux sur les manuscrits philosophiques clandestins ont été en partie compilés dans La Face cachée des Lumières (1996) et dans Le Foyer clandestin des Lumières (2013). Il a publié des ouvrages sur des penseurs marginaux des Lumières clandestines : Bonaventure de Fourcroy (2005), Jean Meslier (2012), Pierre Michel (2017), sur le jeune Montesquieu (2012) et sur la lettre de Voltaire sur Locke (2019). Un long travail sur Le Déisme antichrétien des frères Lévesque se trouve actuellement sous presse.
  • Marc André BERNIER, professeur de littérature du xviiie siècle à l’Université du Québec à Trois-Rivières, est membre l’Académie des Lettres et sciences humaines de la Société royale du Canada et directeur du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité, xvie-xviiie siècles (CIREM 16-18). Ses travaux portent sur les rapports entre littérature et philosophie, l’histoire de la rhétorique, le Nouveau Monde et l’écriture des femmes. Il a fait récemment paraître, avec Lise Andries, L’Avenir des Lumières / The Future of Enlightenment (2019) ; avec Zeina Hakim, Mémoires et roman : les rapports de Vérité et de Fiction au XVIIIe siècle (2022) et, avec Kim Gladu et Huguette Krief, La Vertu féminine, de la cour de Sceaux à la guillotine (2022).
  • Bernard DELAUNAY a exercé le métier d’ingénieur. Il a soutenu une thèse de doctorat, publiée sous le titre de Penser la technique à l’Académie royale des sciences (1699-1750), H. Champion, 2018. Chercheur associé à l’équipe d’histoire des techniques de l’Institut d’histoire moderne et contemporaine de l’Université Paris1 Panthéon-Sorbonne, il est l’auteur de plusieurs articles concernant l’histoire des sciences dont : « Un réseau newtonien : l’Académie royale des sciences, la ville de Reims et une école de ”mathématiques pratiques” au XVIIIe siècle » dans Arnaud Hurel (dir), La France savante, Édition électronique du CTHS (Actes des congrès des sociétés historiques et scientifiques), 2017 ; « Les livres d’ingénieurs au XVIIIe siècle : le cas emblématique de Bélidor dans Dominique Briquet, Écriture et transmission des savoirs de l’Antiquité à nos jours, Édition électronique du CTHS, 2020.
  • Carole DORNIER, professeur émérite de langue et de littérature française du XVIIIe siècle à l’Université de Caen, a publié des études et des éditions scientifiques de textes du XVIIIe siècle. Elle a dirigé une édition en ligne des Pensées de Montesquieu (https://www.unicaen.fr/services/puc/sources/Montesquieu). Elle vient de faire paraître La Monarchie éclairée de l’abbé de Saint-Pierre : Une science politique des Modernes, aux Oxford Studies in the Enlightenment (Liverpool University Press, 2020). Elle dirige actuellement une édition en ligne des écrits du même abbé Castel de Saint-Pierre, dont une partie importante est déjà consultable :  https://www.unicaen.fr/puc/sources/castel/accueil.
  • Claudine POULOUIN est professeure émérite de littérature française à l’Université de Rouen. Directrice de publication de la Revue Fontenelle, elle dirige aussi la publication des Œuvres complètes de Fontenelle chez H. Champion et vient de publier L’Histoire des oracles dans le volume 3 (2021).
Consulter le sommaire.

La postface de l’ouvrage, signée de Françoise Gevrey, est disponible en texte intégral dans HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03507953v1.
 

304 pages de contenu principal ; 5 ill. noir et blanc.
ISBN-10 2374961230
ISBN-13 9782374961231

Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

Crédits : bandeau de Jacques de Sève pour l’édition de la Théorie des sentiments agréables (1749) gravé par Étienne Fessard, © collection particulière.

Les super-héros. Que sont nos héros devenus?

Les super-héros. Que sont nos héros devenus?, dir. Sébastien Hubier et Frédérique Toudoire-Surlapierre, éditions du murmure, 2022, 286 pages.

Que sont nos héros devenus ? Par quels mécanismes réussissent-ils à transformer leur condition superhéroïque ? Pour comprendre l’évolution des superhéros, il convient de rappeler ce qui les constitue, ce qui fait leur essence.

Les super-héros stigmatisent notre besoin de faire se rencontrer le naturel et le surnaturel. Leurs aventures sont des fables spirituelles postmodernes : elles constituent une mythologie des temps nouveaux. Et si ces fictions sont construites sur les mêmes ressorts psychologiques que les anciennes mythologies, le super-héros serait alors un dieu des temps modernes.

Disponible sur le site de l’éditeur.

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

“Gaston d’Orléans et l’Antiquité”, Actes du colloque des 2-4 octobre 2019, université de Reims Champagne-Ardenne, dir. Céline Bohnert et Valérie Wampfler, Bulletin du Centre de Recherche du Château de Versailles, 2021, [en ligne : https://journals.openedition.org/crcv/18977].

Les plus récentes études consacrées à Gaston d’Orléans (Pierre Gatulle, Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012 ; Jean-Marie Constant, Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013 ainsi que, des mêmes auteurs, le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 : Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du xviie siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans. Continuer la lecture de Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Compte rendu de “Monts et abîmes” dans la revue Iris

Le compte rendu par Cristina Noacco de Grandes et Petites Mythologies I. Monts et abîmes dans le numéro 41 de 2021 de la revue Iris :

“Dans ce volume, qui est annoncé comme le premier d’une série, les directrices de l’ouvrage réunissent les travaux issus d’un séminaire et d’une journée d’étude qui s’étaient déroulés en 2018 et 2019 à l’université de Reims, dans le cadre du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires.

L’objectif déclaré est de porter à la lumière la « petite » mythologie (niedere Mythologie, la formule est des frères Grimm), fruit des traditions populaires, et de relever les passerelles qui existent entre celle-ci et les domaines de la « grande » mythologie, antique ou biblique, par exemple.

Le volume est parfaitement équilibré, puisque les deux parties qui le composent comprennent sept contributions chacune : la première est consacrée aux figures mythologiques, tandis que la seconde explore les catégories de l’espace et du temps. […]”

Lire la suite.

TELECHARGEMENT :
CR Volume 1 iris-2285

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)