Archives de catégorie : Publications

Dostoïevski sur la scène

Parution

Floriane Toussaint, Dostoïevski sur la scène moderne et contemporaine. Adaptable, inadaptable, Paris, Classiques Garnier, 2024.

Dès le moment de leur découverte, les romans de Dostoïevski exercent un pouvoir magnétique sur le théâtre : ils l’attirent autant qu’ils lui résistent. Cet ouvrage cherche à sonder cette ambivalence, comprendre ce qui relève différemment de l’adaptable et de l’inadaptable, selon l’époque ou les artistes. L’étude approfondie de cinq adaptations, replacées dans leurs contextes respectifs et mises en perspectives avec quantité d’autres, permet de retracer l’histoire extrêmement riche que le théâtre a tissée avec l’écriture de Dostoïevski de la fin du XIXe siècle à nos jours, et de démontrer que le théâtre non seulement s’hybride, mais plus profondément s’altère et se rénove à son contact.

  • EAN : 9782406158585
  • 915 pages
  • Prix : 59 €

Savoir des hommes, sagesse des femmes

Parution

Karin Ueltschi, Savoir des hommes, sagesse des femmes. Savants ou magiciens, matrones ou sorcières, Paris, IMAGO, 2024

Cet ouvrage parle de l’histoire d’une hésitation parfois tragique – depuis les ponts du diable aux bûchers – concernant la frontière entre nature et surnature, entre science et magie, entre licite et illicite, possible et impossible.

L’attitude d’une époque face au savoir est un puissant révélateur de ce qui la caractérise en profondeur. Au Moyen Âge, l’interrogation portant sur les limites du savoir humain connaît un apogée singulier : bien des savants sont alors soupçonnés d’être en réalité des magiciens, tandis que bon nombre de femmes sages – encore simple synonyme de « savant » – se métamorphosent en enchanteresses. C’est que la polarisation tranchée permettant de séparer culture cléricale et techniques empiriques connaît une remise en question, la spéculation théorique de certains universitaires venant occasionnellement se frotter aux spécialisations des illettrés, artisans, paysans, femmes, et à ces connaissances pratiques qui ont traversé les siècles à l’abri des étables, des champs, des ateliers et surtout des chambres des dames : c’est là que sont conservés les secrets ultimes de la vie et de la mort, la science par excellence, réalité toujours inscrite dans l’appellation sages-femmes.

Pendant cette longue ère de gestation du monde moderne, ni les pratiques magiques, ni les conquêtes scientifiques n’échapperont à la suspicion : c’est qu’on les distingue mal. Les fractures sociales jouent également un rôle important dans ces scissions culturelles : une jeune fille bien née aura infiniment plus de chances d’accéder aux lettres que le pauvre fils de paysan d’une contrée isolée. Ainsi donc, une hésitation véritablement fantastique interroge la frontière précise qui sépare science et magie, technique et sorcellerie, ainsi que les limites du savoir humain. L’impossibilité de séparer le naturel et du surnaturel, de distinguer le possible de l’impossible a écrit l’une des plus belles histoires de l’humanité, bien terrifiante aussi car elle se termine parfois sur le bûcher. Mais ce ne sont pas tant des hommes-magiciens ou des femmes-sorcières que l’on brûle alors, que leur science : le feu s’embrase sur l’irrésolution concernant la nature licite ou illicite des savoirs dans l’agonie d’un vieux monde, celui de la pensée analogique, et les douleurs d’un nouveau encore à naître, et qui sera fondé sur la raison mathématique. Le XVIe siècle marque le début de la rupture épistémologique qui aboutira peu à peu à la définition d’une nomenclature, puis à une classification des disciplines. Mais les convulsions qui jalonnent l’histoire des sciences disent assez l’âpre confrontation entre deux conceptions du savoir qui mettront beaucoup de temps à conclure une trêve sans jamais complètement se réconcilier. Aujourd’hui encore, derrière chaque savant peut toujours se tapir un mage, ou une femme-qui-sait.

Site de l’éditeur

GREMLINS

Parution

Antonio Domínguez Leiva et Sébastien Hubier, Gremlins. Petite tératogonie de l’ère Reagan, Neuilly-lès-Dijon, coll. « Bordeline », 2003.

Dans les deux volets de ses Gremlins – qui sont tout à la fois conte de Noël, splatstick, film de monstres, horror movie et comédie familiale –, Joe Dante a réalisé la synthèse de deux esthétiques apparemment contradictoires, celle du cinéma bis, héritée de Roger Corman, d’une part, et celle du blockbuster inaugurée par Steven Spielberg de l’autre.

Oscillant ainsi entre la protestation issue du Nouvel Hollywood et le merchandising qui s’impose, dans les années 1980, au cœur des années Reagan, cette franchise est aussi et surtout comme un long film portant sur les pouvoirs du cinéma et sur les rapports de domination qui s’exercent dans notre monde postmoderne.

Antonio Dominguez Leiva est professeur à l’UQàM (Montréal). Il est l’auteur de nombreux ouvrages sur la culture populaire contemporaine ainsi que l’histoire culturelle de la cruauté et de l’érotisme.

Sébastien Hubier enseigne les comparative cultural studies à l’université de Reims et au campus euro-américain de Sciences Po Paris. Il est l’auteur d’une dizaine d’ouvrages sur la pop culture.

Communautés et minorités dans les séries TV

Parution

Sébastien Hubier, Emmanuel Le Vagueresse (dir.), Communautés & minorités dans les séries TV, Paris, L’Improviste, coll. « Les aéronautes de l’esprit », 2023.

« Et si le petit écran se laissait hâler ? » C’est par cette interrogation en forme de jeu de mots qu’en 2004 Télérama se penchait sur le grand dossier de la diversité à la télévision, notamment dans les séries. La période semblait s’ouvrir à une certaine diversité. Vingt ans plus tard, force est de constater que le compte n’y est pas encore, et ce, même si la multiplication des canaux et l’influence des plateformes nord-américaines comme Netflix et Disney+ changent la donne et poussent à davantage d’inclusivité. Les choses sont-elles en train de changer plus vite que l’on ne pense, ou bien les résistances et crispations sont-elles plus ancrées que l’on ne croit ? Le web n’est-il pas devenu cet espace où la légitimation de la communauté/minorité s’est déplacée quant à sa représentation, accompagnée, du reste, d’un possible repli identitaire ? Faut-il penser en termes de quotas volontaristes, mais aussi auto-justificateurs, destinés à exprimer la diversité et à figurer des minorités visibles. Telles sont quelques-unes des questions auxquelles cet ouvrage tente d’apporter quelques réponses par l’étude de séries du monde entier.

Site de l’éditeur

Cet ouvrage fait suite à la journée d’études qui s’est tenue à Reims le 18 mars 2022 : voir le programme de l’événement.

The Witcher, un monde de légendes

Parution

Justine Breton, The Witcher, un monde de légendes. Romans, jeux vidéo, séries, Paris, Bragelonne, coll. “Essais”, 2023.

« Comment se termine la légende de Geralt et de Ciri ? Mais tout le monde le sait, voyons ! » Cette réflexion, issue d’un personnage secondaire du septième tome de The Witcher, résume l’ensemble des enjeux soulevés dans la saga : l’histoire du sorceleur Geralt, de sa fille adoptive Cirilla et, dans une moindre mesure, d’autres protagonistes comme la magicienne Yennefer et le barde Jaskier, a tout de la légende. Toujours en construction aujourd’hui, elle est développée par étapes successives depuis 1986, d’abord et avant tout sous la plume de l’auteur. Et l’aventure transmédiatique The Witcher est loin d’être terminée.

Cette étude se propose aussi d’examiner la façon dont The Witcher construit sa propre légende : comment la notion de légende devient-elle à la fois source, matériau et résultat dans cette œuvre transmédiatique et polyphonique ?

Par sa composition par accumulation de variantes, et par sa narration mêlant histoire et merveilleux dans une approche toujours épique, la saga The Witcher accède elle-même au statut de légende contemporaine. Elle propose un récit légendaire en construction, tissé d’emprunts à des mythes variés et développé à travers un faisceau transmédiatique, formant un vaste ensemble de récits glorifiant les exploits de héros – en d’autres termes, une légende.

Présentation sur le site de l’éditeur

Richard Coeur de Lion

Réédition de l’ouvrage de Laurence Hélix, Richard Coeur de Lion, Geste éditions, coll. “Baroque”, 2023.

Chers tous,
j’ai le plaisir de vous informer que mon petit ouvrage sur Richard Coeur de Lion, où je m’intéresse à la figure historique mais aussi à l’articulation entre l’Histoire et la légende (quand et comment Richard est-il devenu un mythe ? Quelle place a-t-il prise dans la culture contemporaine – littérature, cinéma, jeux vidéo ?), vient d’être réédité par les éditions GESTE dans la collection “Baroque”.
Bien amicalement à tous, Laurence.

 

Crédits : Richard coeur de lion de Merry-Joseph Blondel.

Corneille de circonstance

Héritages critiques  – vol. 15


Corneille de circonstance. L’auteur, personnage de théâtre
sous la direction de Florence Fix et Yohann Deguin

Pierre Corneille (1606-1684), dramaturge du « Grand Siècle », auteur du Cid, poète rouennais peu enclin à la vie de cour parisienne fut, de son vivant déjà, l’objet d’anecdotes. Ses personnages contribuent notamment à façonner le portrait de l’homme de lettres, dans un effet constant de spécularité. Aux côtés de Molière, homme et écrivain du rire, et de Racine, homme et écrivain de la passion, Corneille homme et écrivain du miroir, incarne à tour de rôle la loyauté, la vertu et la dignité.

L’histoire littéraire construit donc un Corneille-personnage qui vient parachever le portrait de l’écrivain. Aussi les légendes de la querelle littéraire, de l’aimable père de famille rouennais à l’écart de l’agitation courtisane ou de l’inégalé versificateur n’ont-elles rien à envier à celle du Cid.

Or au XVIIIe et au XIXsiècles, le phénomène prend de l’ampleur : des commémorations et des célébrations impliquant non seulement la représentation de pièces de Corneille mais aussi des pièces de circonstance ont Corneille pour personnage. Montrant le père, l’époux, le frère et le dramaturge à sa table de travail, elles invitent au spectacle d’un double devenir Corneille. Avec en point d’orgue deux questions qui président à la réalisation d’un tel spectacle : comment un juriste provincial est-il devenu un grand auteur, comment l’histoire littéraire a-t-elle fabriqué sa mythologie ?

472 pages – janvier 2023
ISBN-2374961583
ISBN-9782374961583

Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

TÉLÉCHARGEMENT :
Flyer de présentation

Lire le compte rendu publié dans la Revue d’histoire littéraire de la France.

Un Moyen Âge en clair-obscur

Justine Breton, Un Moyen Âge en clair-obscur. Le médiévalisme dans les séries télévisées, Presses Universitaires François Rabelais, février 2023.

De Thierry la fronde à The Witcher, en passant par Vikings et Kaamelott, les séries télévisées consacrées au Moyen Âge nous font tour à tour rêver et trembler, mais peignent ensemble le portrait d’une époque médiévale fascinante. Alors que les grosses productions récentes rivalisent de plus en plus avec le cinéma, mettant en scène des fresques épiques et des aventures spectaculaires, les séries conservent toujours sur le grand écran l’avantage de la durée et de la proximité. Par leur diffusion étendue, elles se révèlent être le moyen privilégié pour présenter des héros complexes impliqués dans des intrigues foisonnantes, qu’il s’agisse d’adapter de grandes sagas de fantasy ou des épisodes tirés de l’histoire européenne.

Malgré leur diversité apparente, toutes ces séries puisent dans un même imaginaire : celui de nobles chevaliers faisant parler le fer dans un monde à la fois merveilleux et violent. Les séries contribuent ainsi à rendre le Moyen Âge familier, mais aussi à entretenir l’image négative des « Âges sombres », largement remise en question par la recherche historique.

En s’appuyant sur des dizaines de séries diffusées depuis les années 1950 jusqu’à aujourd’hui, ce livre décrypte l’image que les séries retiennent et entretiennent de la période médiévale. Il montre comment l’usage et l’évolution de ces programmes contribuent à peindre un Moyen Âge en clair-obscur, beaucoup plus nuancé qu’on ne le croit souvent.

  • PRIX : 28 €
  • NOMBRE DE PAGES : 360 p.
  • ISBN : 978-2-86906-894-0

Voir le site de l’éditeur.

Crédits : “Le prince Arthur éduqué par Timon et Merlin”, Thomas Pennant (1781).

Le porche bleu

Karin Ueltschi, Le Porche bleu. Une histoire d’édition, Paris, Imago, 2022.

Préface de Jean Pruvost

ISBN : 978-2-38089-069-3
276 pages
Prix : 22 EUR

 

 

« Ce n’est pas chose aisée pour un auteur que de forcer le passage pour pénétrer dans les coulisses et le secret d’une existence d’éditeur ; mais c’est encore moins facile pour un éditeur d’accepter de rompre le silence, et d’outrepasser les limites du pacte qui le lie à ses auteurs. Cependant, s’il finit par y consentir, alors peut se lever un contre-chant qui, d’ordinaire, accompagne en sourdine chaque livre qui porte la signature de sa maison.
C’est la gageure qu’essaie de relever cet ouvrage consacré à Imago, maison spécialisée en sciences humaines, et à ses deux fondateurs qui ont donné leur vie au livre et à leurs auteurs, n’oubliant jamais ni de rire, ni de rêver, et sans s’apercevoir combien tout est remarquable dans cette vie d’éditeurs qu’ils ont écrite avec ténacité et comme en cachette, pendant bientôt un demi-siècle. Ce cas particulier coïncide souvent avec la grande Histoire, tandis que l’anecdote entre plus d’une fois en résonance avec notre mémoire littéraire.
À l’heure où certains voudraient tuer l’éditeur, c’est surtout
l’hommage d’un auteur à ceux qui sont le sel de l’édition — la
petite ou l’indépendante, difficile de trouver le juste nom — et à
tous les artisans du livre. »

Professeur de langue et de littérature du Moyen Âge à l’université
de Reims, Karin Ueltschi a publié aux Éditions Imago : Histoire véridique du Père Noël, Du traîneau à la hotte (2012), Petite His-
toire de la langue française, Le Chagrin du cancre (2015) et Mytho-
logie des boiteux et du pied fabuleux (2019).

Site de l’éditeur

Crédits : © éditions Imago. Source : site de l’éditeur.