Archives de catégorie : Séminaire “Grandes et petites mythologies”

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : le cas de Georges Darien au tournant du XIXème siècle.

Conférence de 17h à 19h du jeudi 7 mars :  Le cas de Georges Darien, dans l’histoire de la Petite et de la Grande Mythologie.

Le 7 mars 2024, a eut lieu à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, de 17h à 19h, une conférence sur la personnalité de Georges Darien, auteur engagé du XIXème siècle. Cette conférence nous a été délivrée par M. Aurélien Lorig, enseignant de littérature française à l’URCA, et membre du CRIMEL. Le but de cette conférence était de montrer, en plus de la singularité de la plume de Darien, sa capacité à mettre en avant dans ses œuvres de multiples (petites & grandes) références mythologiques, afin de promouvoir ses idées. J’ai décidé de suivre cette conférence, pour son cas particulier, et tout simplement par curiosité. Je souhaitais constater comment un écrivain pouvait se servir de la grande et de la petite mythologie pour aiguiser un style encore offensif. Le but de ce billet n’est pas de faire une simple liste des éléments, mais de voir quels sont les points importants à retenir sur le cas de l’écrivain de Georges Darien, mais aussi de voir comment ses œuvres peuvent être imprégnées de la grande et de la petite mythologie.

Georges Darien, selon sa correspondance et sa biographie, est une personnalité qui bouscule, et qui souhaite faire avancer les choses. Comme nous l’a montré notre intervenant en prenant un exemple de la correspondance de Darien, l’écrivain utilise le terme de pétard pour signer son envie de changer les systèmes communs. Le XIXème siècle, nous le savons, est un siècle de nombreux bouleversements et de modernisations. Cependant pour Darien, le XIXème siècle est aussi et surtout un siècle de la corruption et de l’hypocrisie des grands hommes. Précisions que celui-ci, en plus d’être écrivain, est caricaturiste et a énormément collaboré à la réalisation de caricatures notamment avec Hadol (à voir quelques caricatures dans Charivari de P.Hadol de 1871-1872) , donc nous comprenons bien que, pour lui la caricature est facile. En plus de souhaiter bousculer les choses, Darien est connu pour (d)énoncer divers faits sociétaux. Par exemple, dans son premier roman Biribi tel que dans les Pharisiens, à l’aide de diverses références mythologiques telles que le Minotaure, Darien nous offre une dénonciation des mères qui livrent le fruit de [leurs] entrailles au Minotaure qui les mange. De même, la petite mythologie est au service d’autres faits sociétaux, par exemple, il reprend l’image de l’Ogre pour parler de Drumont, assimilé à « un dévoreur de juifs » (voir « l’Ogre Drumont » Le rire, 5 mars 1898).

Ces images sont subtiles & sont un excellent moyen pour Darien d’exagérer les traits et de ridiculiser certains personnages afin d’en délivrer une critique. L’écrivain est pour l’idée d’un individu changeant, différent, qui ose bouger les choses, et penser autrement. Par exemple, à l’aide de la référence de Procuste & de Bacchus, Darien dénonce le système marxiste et capitaliste. Le socialisme pour lui, « s’est constitué en parti, en religion ; (…).Il a placé sur le lit de Procuste le matelas de théories filandreuses cadrées par Marx, et invite l’humanité à s’y étendre ». Pour lui, les dogmatismes n’existent que pour encadrer la société dans des systèmes de pensée fermés. L’individu, au contraire pour Darien, doit s’affranchir de tout système afin de penser et agir par et pour lui-même. La mythologie est au service, en plus d’un but caricatural, d’un but de donner envie de combattre la société et les idéaux. Pour Darien, en plus de cet esprit satirique, et engagé de ses œuvres, il utilise de nombreuses références pour servir la critique de la politique de son époque. Par exemple, il prend l’image de la société victorienne pour contourner la bienséance et en faire une situation ridicule (et en montrer en parallèle le caractère artificiel). Darien est un persécuteur de son temps, mais aussi des académistes et des grandes lois officielles. Pour illustrer nous pouvons faire référence au personnage du comte Alibaba, personnage utilisé par l’écrivain pour dénoncer l’artificialité des modes de pensés. En d’autres termes, « le temple, le monument du mensonge, est la seule chose réelle dans cette comédie sinistre qui est la comédie religieuse. » ( à lire : La Belle France).

Conclusion : Ainsi Darien, persécuteur & persécuté, nous offre dans son œuvre un véritable pamphlet contre la société du XIXème siècle mais aussi contre ses grandes lois et  ses artificialités. Le but de Darien est de montrer que derrière les changements multiples de ce XIXème se cache une société corrompue et corruptrice, gouvernée par certains personnages tout aussi hypocrites et artificiels que la société même. Pour l’écrivain, il s’agit à la force de sa plume (ultra) engagée de donner un portrait non vraisemblable mais qui se veut  “réaliste” de ce XIXème siècle. En reprenant l’idée de notre conférencier notre conférencier.  Darien est celui qui milite pour l’image d’un individu libre. En d’autres termes, comme le dit Goethe : « [Darien] voudrai[t] [se] tenir debout sur une terre libre, avec un peuple libre ».

Quelques titres de Darien : Biribi (1890), Bas les cœurs ! (1889), les Pharisiens (1891), le Voleur (1897)

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : la journée du 1er Février 2024 : les objets du quotidien au carrefour de la Grande et de la Petite mythologie

Résumé entretien avec Mme Ueltschi et exemple avec la séance du 1er février

Actuellement en dernière année de licence de Lettres Modernes, il m’est nécessaire pour valider celle-ci d’effectuer un stage, dans le domaine qui m’inspire le plus. J’ai décidé de m’informer sur la possibilité d’entreprendre un stage au sein du CRIMEL, afin d’en découvrir un peu plus sur le monde de la Recherche, qui commençait depuis ma L1 à « titiller » ma curiosité.

J’ai trouvé cela intéressant de joindre à ce billet une définition précise du monde de la recherche et de ses constituants. A l’aide de l’entretien que Mme Ueltschi m’a gentiment accordé, j’ai pu dessiner de façon très succincte la manière d’organiser les séminaires et les journées d’études. Après cet aspect théorique, je propose, pour mieux comprendre les choses, une illustration d’une journée d’étude (à savoir la journée d’étude du 1er Février 2024 qui concernait les objets du quotidien pris au croisement de la Petite et de la Grande mythologie).

L’événement du jeudi 1er Février 2024 a eut lieu au cœur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, plus précisément à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon. J’ai pu y assister de 9h à 17h, étant entièrement libre ce jour-là. J’ai pu y constater, les divers aspects que Mme Ueltschi m’a expliqués avec plus de précision lors de notre entretien. J’ai décidé de suivre cette journée d’étude pour plusieurs raisons. Premièrement, j’ai souhaité voir ce que c’était réellement une conférence faite de plusieurs enseignants-chercheurs, celle-ci étant la première à laquelle j’ai pu assister. Deuxièmement, le thème m’attirait davantage encore. Cet aspect presque magique des objets courants était un thème intéressant à découvrir. Notre quotidien est remplis d’objets anodins qui peuvent être les socles de multiples récits légendaires ou mythiques. Pour moi, ces enseignants-chercheurs, nous ont prouvés, avec leurs singularités, que notre quotidien, sans que nous le sachions vraiment, est source de multiples histoires plus ou moins magiques.

L’aspect « théorique »

Qu’est-ce qu’un séminaire ? Comment l’organise-ton ? Et quels sont ses buts ? (entretien général avec Mme Ueltschi)

Les termes de séminaire, de colloque, de conférence, se ressemblent et peuvent parfois, nous causer problème dans leurs sens. Nous avons l’impression qu’ils renvoient tous à un même événement, à savoir un débat ouvert, sur un sujet ou une problématique précise, cependant au cours de mon entretien avec Mme Ueltschi (que je remercie encore fortement !), j’ai pu comprendre davantage la différence entre ces diverses notions. Au cours, de notre entretien, celle-ci m’a donné les grands traits de l’organisation et de la conception de ce genre d’événement, afin que je puisse en faire une définition assez large, et l’illustrer à l’aide de la journée du 1er février 2024 (qui est la première journée d’étude du séminaire « Grandes & Petites mythologies »).

Premièrement, lors de regroupements réguliers, les enseignants-chercheurs amènent des idées (pas forcément en lien avec l’actualité) qui pourraient être des socles de débats prochains. Lorsqu’une idée est retenue, les chercheurs intéressés par cette idée conceptualisent leurs exposés. En parallèle, l’organisateur ou organisatrice en charge du projet (pour ce cas-ci : Mme.Ueltschi), fait diverses annonces par mail à divers chercheurs extérieurs, qui pourraient être intéressés par le sujet choisi. Précisions que, le CRIMEL touche annuellement une certaine somme d’argent afin de concrétiser leur projet. Par exemple, les frais de déplacements possibles des enseignants-chercheurs extérieurs à l’URCA peuvent être pris en charge par le CRIMEL. Plusieurs mois à l’avance, des votes sont fait pour confirmer les dates des débats et des futurs évènements du centre de recherche. Quand celles-ci sont établies, des annonces régulières sont faites au sein de l’université afin d’attirer un maximum d’intéressés. Les principaux buts de ces débats sont la confrontation des savoirs mais aussi l’échange et le dialogue. Pour aller au plus simple, (j’ai choisi de passer plusieurs points très « techniques »), après un séminaire dans le genre du 1er février, un résumé est demandé aux divers intervenants (avec une taille à respecter), afin de regrouper toutes ses idées sous un même « chapeau » (création et édition d’un ouvrage).

L’aspect pratique

Commençons par le début. Si nous portons un intérêt à cette journée d’étude, nous sommes invités à rejoindre la salle spécifique aux conférences de la bibliothèque et à être ponctuel (arriver pour 9h). Cela a l’air anecdotique de dire que le temps est important, cependant au cœur d’une journée de conférence comme celle-ci qui regroupe plusieurs intervenants est un aspect crucial. Après l’arrivée de tous les intéressés en présentiel, les enseignants, avant de commencer, connectent leur matériel informatique, pour permettre aux « intéressés virtuels », de pouvoir suivre cette journée à distance. Le présentiel est mieux selon mon opinion, car nous avons une plus grande proximité avec les enseignants et nous sommes davantage imprégnés de leurs sujets en présentiel qu’en distanciel. Cependant, pour l’aspect horaire, les ”petites” conférences se faisant en général de 17h à 19h, je conçois, pour des raisons de temps, de regarder la conférence à distance est plus agréable. Après ce 9H passé, une courte présentation de la journée et de son programme nous a été faite par la présidente même du CRIMEL à savoir Mme Conte (à voir : brochure de cette journée). Comme vous pouvez le voir sur cette brochure (ou non), voilà comment chronologiquement cette journée s’est déroulée. La journée était cadrée par plusieurs présidents de séances qui regroupaient plusieurs enseignants sous un même thème. Chaque intervenant ayant un temps égal de parole, à savoir 30 minutes en comptant les questions éventuelles, peuvent légèrement dépasser. Au-delà de ce temps, la journée peut se retrouver bousculée. Pour ce cas particulier du 1er février, le temps entre enseignants a été globalement respecté, a un détail près. En effet, la fin de journée s’est retrouvée dérangée par l’intervention un peu (beaucoup) trop longue d’un intervenant, en comparaison des autres. Cependant, loin d’être une faute fatale, celui-ci n’a sûrement pas vu le temps passé.

Avant la pause méridienne, nous avons eu le droit à diverses discussions intéressantes telles que sur la représentation du miroir, sur la représentation des anneaux dans les fabliaux voire sur l’objet Graal. De plus, pour reprendre les mots de Mme Ueltschi, une pause goûter est offerte, pour éliminer cet aspect trop théorique de cette conférence et de donner un aspect plus convivial, le but étant certes de rassembler du monde à l’instant T, mais aussi sur le long terme (en d’autres termes, il est important de se faire connaître extérieurement).

Pour l’après-midi de 14h15 à 16h45, nous avons eu la chance d’assister à quatre interventions singulières, à savoir une sur l’aspect problématique du talisman dans La Peau de Chagrin de Balzac, une sur le cas de La Princesse légère de McDonald (trop bien ! Auteur anglais mal reconnu et dont les œuvres ont été traduites que très récemment selon les informations de l’intervenante. A lire absolument si vous appréciez le côté fantastique et ce côté Alice aux Pays des Merveilles). Le sujet de la troisième intervention portait sur la matérialité du bouclier dans l’imaginaire médiéval. Enfin cette journée d’étude s’est terminée par l’intervention de Mme Ueltschi qui portait sur les transformations et les (en)jeux métonymiques des bâtons, balais & baguettes. J’ai oubliée de préciser que la demi-journée était coupée en deux pour laisser place à une courte pause (de 11h15 à 11h45 pour le matin, et de 15h15 à 15h45 pour l’après-midi).

Mon opinion globale sur cette journée : mon opinion s’en trouve très positive pour diverses raisons. En premier lieu, si nous avons soif de curiosité littéraire sur tel ou tel sujet, ce genre d’évènement est le paradis parfait pour assouvir cette curiosité. De plus, (élément que j’ai oubliée de mentionner dans mon aspect « pratique »), pour ma part j’ai préférée arriver pour le début, mais ce n’est pas obligatoire. Toute personne intéressée par cette journée peut arriver et partir à l’heure qu’elle souhaite. De plus, voir les enseignants débattre dans le respect de chacun tout en voulant défendre ses idées, montre l’un des aspects de richesses intellectuels que je partage profondément. Certes, nous pouvons assouvir notre recherche d’informations en solitaire en faisant des investigations par nous même. Cependant, ce que j’appellerais la « richesse de l’âme », peut se trouver dans le débat avec les autres. Je ne vois pas vraiment de points négatifs à signaler. A part peut-être le fait (ce qui m’est arrivé plus d’une fois), de se sentir étranger ou étrangère à telle ou telle référence, mais nous savons bien que nous pouvons pas posséder d’avance toutesles diverses références que les intervenants utilisent.

In fine, je conseille ce genre de journée d’étude à chacun & chacune qui aime s’enrichir, cultiver son esprit synthétique et critique. Assister à ce genre d’évènement est un moyen intéressant pour enrichir sa culture générale et peut être une aide précieuse pour des études en licence.

Ci-dessous : le programme de cette journée d’étude 

 

Séance du 4 avril

L’arbre de Vie et le sang d’Abel
dans les romans arthuriens et les traditions

Pour la dernière séance de l’année universitaire, nous avons eu la joie d’accueillir Sabine Maffre, l’ancienne directrice de la Bibliothèque de Carnegie de Reims, et désormais conservatrice à la BnF  au service médiéval du département des Manuscrits, chargée de la collection de manuscrits enluminés XIIIe siècle – XIVe siècle, qui nous a parlé du sang d’Abel et du motif de l’Arbre de vie dans quelques manuscrits.

Télécharger l’affiche

Séminaire du 7 mars : Aurélien LORIG

Après la très riche et heureuse Journée d’étude qui nous avait réunis le 1er février, nous avons eu le plaisir d’entendre, le 7 mars (17h-19h), M. Aurélien Lorig  sur le sujet suivant:

Relire le projet littéraire de Georges Darien à la lumière de la grande et petite mythologies. Enjeux éthiques et esthétiques.

Un compte rendu de la conférence a été rédigé par Lucie Menu (L3 Lettres Modernes) dans le cadre de son stage au sein du CRIMEL.

Télécharger l’affiche de la séance

LIEU :
Bibliothèque Robert de Sorbon

Crédits : Paul Hadol, « La Tête de Méduse-Littré », Le Charivari, 10 janvier 1872.

L’objet au carrefour des grandes et petites mythologies

Journée d’étude
« L’objet au carrefour des grandes et petites mythologies »

Chères et chers collègues, chers étudiants et amis auditeurs,

Nous entrons dans l’année 2024 par les portes non de janvier mais de février, et en beauté puisque toute la journée du jeudi 1er février sera consacrée aux grandes et petites mythologies : l’objet sera au centre des réflexions, vous trouverez ci-joint le programme.

Nous vous attendons dans “notre” salle de la Bibliothèque universitaire: vous pouvez nous rejoindre et nous quitter librement en fonction de votre emploi du temps. Comme d’habitude, il est également possible d’assister aux conférences via zoom.

Enfin, nous nous permettons de signaler une parution qui se trouve au cœur de nos réflexions, en particulier de leur dialectique fondatrice entre « savant » et « populaire ».

Au jeudi 1er février!

Très sincèrement

Karin Ueltschi avec Amandine Haller

Lire le programme complet de la journée

Téléchargements :
Programme et Affiche

Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

« Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie »
jeudi 1er février 2024 – 9h à 17h

Journée d’étude organisée par Karin Ueltschi dans le cadre du séminaire « Grandes et petites mythologies ».

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’étude sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Continuer la lecture de Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

Séminaire du 7 décembre: Annelie JARL IREMAN

Annelie Jarl Ireman, Université de Caen

Des trolls et des lutins : entre grande et petite mythologie, entre croyances réelles et créations artistiques.

 

 

Chères et chers collègues, chers étudiants et amis auditeurs,

Voici une conférence annonciatrice des ineffables effluves de Noël qui approche ! Nous profiterons de fêter (avec un petit jour de retard) saint Nicolas qui nous aura apporté, j’espère, quelques friandises pour réjouir nos cœurs !

Vous trouverez ci-dessous le détail de la thématique développée, ainsi que quelques indications sur les spécialités de notre conférencière, intime si j’ose dire depuis l’enfance avec les petites créatures qui peuplent le ciel du Grand Nord à la période dans laquelle nous nous apprêtons d’entrer.

Comme d’habitude, la conférence sera transmise par visio-conférence en direct (pas d’enregistrement, il faudra patienter jusqu’à la publication des actes dans le tome 3 de nos travaux, dans un an) ; le lien zoom sera posté ici-même mardi 5 décembre.

A jeudi 7 décembre ! 😊

 

Affiche Annelie Lutins 7 12 23

Rentrée Grandes et Petites Mythologies

5 octobre 2024
17h à 19h

Nous nous réjouissons de vous retrouver pour la première séance de l’année!  Cyrille Fabre, une doctorante de notre chère Collègue Régine Borderie nous présentera une conférence intitulée

« Galatée : fortune littéraire d’une figure mythologique antique  ».

Lieu :
BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge

Et voici le Power Point (sous forme pdf) accompagnant la conférence:

PPTGalatée Fortune littéraire

Téléchargement :
Affiche Fabre Galatée

Crédits : Illustration pour Pygmalion de J.-J. Rousseau. Jean-Michel Moreau, le Jeune (1741-1814) © Bibliothèque nationale de France