Archives de catégorie : Séminaire A2IL

Séance du 15 février

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 15 février 2024
de 17h à 19h

Gérald Préher, professeur de littérature nord-américaine à l’Université d’Artois, présentera une conférence intitulée :
« Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F. Scott Fitzgerald, le roman sans cesse ré-écrit »

 

PRÉSENTATION :

Après des années de travail qui ne semblaient l’amener nulle part, F. Scott Fitzgerald décide en 1932 de mettre fin à ses tentatives de donner forme au roman qu’il ébauchait depuis 1925. Il rédige un « plan général » détaillé dans lequel il résume l’intrigue, esquisse le portrait de ses personnages qui s’inspirent de lui mais aussi de celles et ceux qui l’entourent ou l’ont entouré. C’est après avoir lu l’ouvrage que Matthew Josephson consacre à Zola (Zola and His Time, 1928) que Fitzgerald comprend la nécessité d’établir un plan pour se libérer d’un manuscrit en cours depuis déjà trop longtemps. Retrouvé dans les archives de l’auteur, ce « plan » permet d’entrevoir les directions qu’allait finalement prendre le roman. Publié en 1934, Tender Is the Night ne sera pas reçu avec autant d’enthousiasme que Fitzgerald l’avait souhaité et, jusqu’à la fin de sa vie, il retravaillera le texte qui sera publié à titre posthume par Malcolm Cowley en 1951. Les lettres échangées avant et après la publication de Tender Is the Night seront naturellement évoquées pour montrer comment le roman s’est écrit en marge des manuscrits et l’on verra comment grâce à diverses manipulations textuelles (reprise de textes autobiographiques, de nouvelles publiées ici et là…) les personnages et l’intrigue ont pris forme. Les brouillons, « dont le nom met en relief l’aspect d’inachèvement », comme le suggère Jean Bellemin-Noël, doivent témoigner « d’un labeur et du passage de l’imperfection à la perfection ». Pourtant ces textes qui, comme les lettres de l’auteur et ses publications connexes, constituent une archive, ouvrent d’autres pistes, introduisant des facettes inexploitées des personnages, et donnant ainsi à voir des aspects parfois suggérés d’une trame qui n’a jamais satisfait son créateur. Explorer les archives, les textes dont les personnages disent le roman du bout des lèvres, ou les essais par le biais desquels l’artiste se livre, « lèv[e] le voile sur la production (au sens dynamique), sur l’élaboration d’un produit fini » (Bellemin-Noël 5) qui ne le sera finalement peut-être jamais.

Gérald Préher est professeur de littérature américaine à l’université d’Artois et membre du laboratoire Textes et Cultures (UR 4028). Il est éditeur en chef du Journal of the Short Story in English (Université d’Angers) et président de l’association Résonances-Femmes dont il dirige la revue. Il travaille sur la nouvelle, la littérature du Sud et s’intéresse également aux écrivains modernistes (Willa Cather, F. S. Fitzgerald, T. Wolfe et W. Faulkner). Son dernier article, “Jeux d’éclats dans Tender Is the Night de Francis Scott Fitzgerald” paraîtra prochainement dans ’ouvrage Coup d’éclat du bref coordonné par Annie Birks et Cécile Meynard (Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2023).

Consulter l’exemplier

LIEU :
BU Robert de Sorbon, Salles 139-140

et par Zoom :
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/92535615789?pwd=ZnFLZXl0L1hmb1VKTE42dHZ2czBmUT09
ID de réunion: 925 3561 5789
Code secret: 803651

Séance du 14 décembre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 14 décembre 2023
de 17h à 19h

Alain Trouvé (CRIMEL) présentera une conférence intitulée
« De l’archive aux personnages par le spectre fictionnel :
sur le Quart Livre de François Rabelais »

.

PRÉSENTATION :

Le Quart Livre de François Rabelais (1552) est sans doute le sommet littéraire de la fresque composée autour du personnage de Pantagruel. Si le gigantisme du héros est presque  oublié, le récit se souvient de ses origines mythologiques et populaires.  La navigation du « bon Pantagruel » et de ses amis autour de la terre et vers le pôle les entraîne d’une île à l’autre vers des êtres et des contrées extraordinaires dans lesquels le lecteur reconnaît le travestissement burlesque du monde contemporain avec ses déchirements religieux et politiques. Le Quart Livre, dix ans avant le déclenchement des Guerres de religion, est un brûlot antipapiste : l’humaniste Rabelais, proche d’Erasme et de l’évangélisme, ose dès la couverture et grâce au « Privilège du Roy », décliner son identité : « François Rabelais Docteur en médicine ». On assiste ici à l’émergence de la « fonction auteur » (Foucault, 1969) et sans doute à celle du roman moderne qui s’affirmera au fil des siècles comme théâtre des voix. Des préfaces à la navigation fabuleuse, la métamorphose du réel par l’écriture s’effectue selon une gradation qu’on appellera spectre fictionnel.

La notion d’archive nous semble éclairer les modalités de cette double transposition. Selon l’acception courante, l’archive est  un document permettant de situer dans l’espace et le temps des faits et des personnes ayant existé et de garantir une vérité d’ordre historique. Elle est aussi, selon Foucault, « ce qui différencie les discours dans leur existence multiple. » Sa description « commence avec le dehors de notre propre langage » (L’Archéologie du savoir, 1969, p. 178-180). Elle conduit ainsi à une réflexion critique sur la notion  de vérité.

Les chapitres LV et LVI, dits des « paroles gelées », offrent un épisode d’une étonnante modernité dont les implications théoriques peuvent féconder une théorie renouvelée de l’écriture-lecture. Comprendre comment toute parole d’auteur, gelée dans un style d’écriture, reprend vie dans une interprétation de lecteur susceptible de se mettre en mots, oralement ou par écrit, correspond assez bien à ce qui se joue dans la relation littéraire qui rapporte l’archive à un double horizon, passé et présent. Ceci implique que l’espace narratif plus tard nommé roman soit compris comme celui de l’inter-discursivité, du dialogisme, aurait dit Bakhtine,  dont l’horizon est la constitution d’une vérité relative, voire contradictoire. Ainsi le récit de Rabelais, qui plonge ses racines dans un passé médiéval et antique tout en jetant les bases du roman moderne, regarde peut-être au-delà, jusqu’à notre époque dans laquelle écrivains et lecteurs sont amenés  à situer de façon critique les discours tenus, entre vérité historique et fiction romanesque.

Dans le cadre d’un séminaire qui s’est toujours refusé à la théorie pure et attaché aux suggestions venues des pratiques d’écrivains, l’œuvre de Rabelais nous est apparue comme source d’inspiration. Ceci servira peut-être à justifier ou au moins à excuser la transgression amenant un vingtiémiste à s’inviter dans la  lecture d’un texte ancien.

Editions de référence : Le Quart Livre, 1552, Paris, Le Seuil, « Points », texte original et translation, Michel Renaud / Guy Demerson, [1973], 1997.

LIEU :
BU Robert de Sorbon, Salle 140

Séance du 16 novembre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 16 novembre 2023
de 17h à 19h

Déborah Lévy-Bertherat (ENS-Paris) présentera une conférence intitulée « L’archive, nourriture de l’écriture non-historienne ».

PRÉSENTATION :

Dans Sur la terre des vivants, Déborah Lévy-Bertherat retrace la vie de ses arrière-grands-parents, Fiete et Elkan Levy, qui ont tenu pendant quarante ans un hospice de vieillards pour la communauté juive d’Altona-Hambourg. Elle évoque leurs enfants, en particulier la benjamine, Irma, dont elle fait le personnage central de son récit. Elle suit leurs tribulations à travers les deux guerres mondiales, la Shoah, l’après-guerre.

L’autrice ignorait presque tout de cette partie de sa famille, et c’est grâce aux documents consultés aux archives de la ville de Hambourg qu’elle a pu en reconstituer l’essentiel. Comment aborde-t-on les documents d’archives quand on n’est pas historienne ? Comment y accéder, les déchiffrer, les comprendre ? La matérialité même de l’expérience est intimidante, mais peut-être l’absence d’expertise autorise-t-elle, paradoxalement, certaines libertés : celle, par exemple d’observer le document non seulement dans sa valeur informative, mais dans sa fonction émotive – le punctum, aurait dit Barthes.

Les archives officielles ne sont d’ailleurs pas le seul aliment dont se nourrit la création littéraire. Des photographies, des bâtiments, des musées, des bribes de légende familiale, sans parler des ressources vertigineuses de la Toile, peuvent aussi se faire archive au singulier, c’est-à-dire s’offrir à une pratique de lecture, d’exploration, d’interprétation. Cette séance proposera un aperçu sur le laboratoire de l’écriture fictionnelle, où le personnage se fabrique à partir d’une personne, et où l’Histoire se mue en histoires.

Déborah Lévy-Bertherat a publié 4 romans chez Rivages : Les Voyages de Daniel Ascher, 2013 ;  Les Fiancés, 2015 ;   Le Châle de Marie Curie, 2017 ; Sur la terre des vivants, 2023. Elle est aussi traductrice et maîtresse de conférences en Littérature comparée l’École normale supérieure de Paris, où elle a initié et dirigé le programme Médecine-Humanités, et membre de l’équipe de recherche Littérature, philosophie et morale (UAR 3608). Parmi ses publications académiques, on peut citer J’ai tué. Violence guerrière et fictions avec Pierre Schoentjes (Droz, 2010), Enfants sauvages. Savoirs et représentations avec Mathilde Lévêque (Hermann, 2017), et L’Épopée des petites filles avec Françoise Zamour (L’Improviste, 2020).

LIEU :
Bâtiment de Recherche, salle R418

Et par zoom : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/95454805085?pwd=ekMrcjFWM1BsSURrZDBVa00ybXRydz09 
ID de réunion: 954 5480 5085
Code secret: 453826

Séance du jeudi 19 octobre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 19 octobre 2023, de 17h à 19h

Anne-Élisabeth Halpern (CRIMEL) présentera une conférence intitulée « L’archive photographique de Hiroshima : matrice fantasmatique du récit de Fukushima »

Les bombardements atomiques sur Hiroshima et Nagasaki en août 1945 ont été largement documentés à l’époque, par des témoignages, des articles de presse et des photographies. Seulement la censure américaine a soigneusement opéré un tri dans cette masse d’informations, ne laissant diffuser que quelques représentations qui ont nourri et figé l’imaginaire occidental. Curieusement, ces images en particulier n’ont pas été exhumées au moment de la catastrophe nucléaire de Tchernobyl en 1986 ; elles ont en revanche servi de matrice représentationnelle et surtout fictionnelle en 2011 au moment du séisme dans la région du Tôhoku suivi de l’accident nucléaire majeur survenu à Fukushima. L’onomastique a été un facteur déterminant pour ce rapprochement des archives, alors même que ce qui figure sur les photos de 2011 est la dévastation provoquée par le tsunami alors que les paysages de désolation de 1945 sont le résultat de la bombe atomique. Par exemple, des photographes occidentaux ont, consciemment ou non, cadré certains de leurs clichés comme ceux de 1945, utilisant des archives anciennes pour représenter le présent de 2011.

Voir les photos

La littérature n’est pas en reste qui confond allègrement tsunami et accident  nucléaire dans son évocation de la catastrophe, avec une référence appuyée à l’archive – qu’elle se donne la liberté d’inventer à l’occasion. On ne s’étonnera pas que soit privilégiée la forme diariste, par exemple, valant caution de vérité, le romancier s’effaçant derrière l’archiviste face à l’indicible et l’irreprésentable (déjà dit et représenté, pourtant). Les plus talentueux ont su, avec un peu de recul, démêler ce qui relevait de l’archive recomposée et de la liberté de la littérature.

 

Pour assister par Zoom :

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/99668330405?pwd=cnU5Y1gzZDdrbUtUb3dwTElYVHFqQT09

ID de réunion: 996 6833 0405
Code secret: 871236

Séminaire A2IL8 : programme

Séminaire A2IL8

Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer
Alain Trouvé (org.)

Jeudi 17:00h – 19:00h

Avant-projet

« La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres »

Quels liens entre l’archive et l’imaginaire littéraire, autobiographique, poétique, romanesque, théâtral ou cinématographique ? La poly-référentialité du personnage dans le roman ou le théâtre comme fiction dramatique ne renvoie que très partiellement ou pas du tout à des personnes historiquement attestées ; elle  semble se restreindre, s’agissant des êtres de l’autobiographie ou de la poésie lyrique, expressions dans lesquelles la référence aux personnes du monde réel  tendrait à devenir dominante, tandis que l’extension du propos à des personnages issus du répertoire romanesque ou mythologique  ne vaut que comme trait métaphorique.

La notion d’archive a surgi durant la journée d’étude du 4 mai dernier qui a clos notre session 2022-2023. Son introduction dans la problématique des projections fictives du sujet humain laisse entrevoir une polysémie intéressante.

On pense d’abord à l’archive au sens sociohistorique de trace écrite validée par les instances légales. La forme canonique est constituée par les documents de l’état civil. A priori, la personne, en tant que sujet social, trouve une forme d’objectivation dans la consultation des archives. S’agissant du personnage, dans la fiction théâtrale ou romanesque comme histoire inventée, il n’y aurait tout simplement pas de référence à ce mode archivé d’existence. Ou seulement, comme dans le roman réaliste, fabrication d’un état-civil fictif.

Mais l’archive telle que la donnent à repenser les travaux de Foucault (L’Archéologie du savoir, 1969) ou de Derrida (Mal d’archive, 1995) est une notion plus complexe. Elle s’applique au document écrit consultable, validé juridiquement par une instance collective, mais aussi à l’idée de trace encore active. La vie psychique du sujet porterait en elle ces traces dont Freud a appréhendé l’idée dans la note parfois controversée sur le « bloc magique » (1925) ou, sous une forme plus large, dans Le Créateur littéraire et la fantaisie (1908). Les rêves nocturnes et diurnes qui nourrissent l’écriture littéraire en seraient une transposition verbale, à décrypter éventuellement. Ce qui vaut pour l’écrit, au sens matériel du terme, étant susceptible de s’étendre à la parole comme acte de langage.

L’archive désigne encore en régime littéraire l’ensemble des textes précédant l’œuvre publiée mais accessibles comme avant-textes (Bellemin-Noël, 1972), à moins qu’elle ne s’applique, de façon plus large et plus incertaine, aux traces mémorisées d’autres textes interférant dans la mémoire de l’auteur, scripteur-lecteur et du lecteur, scripteur potentiel. Elle relève en ce sens de l’intertextualité ou de l’interlecture (Bellemin-Noël, Plaisirs de vampire, 2001).

Les genres littéraires ou artistiques (roman, théâtre, autobiographie, poésie lyrique, cinéma…) explorent la frontière entre personne et personnage, s’attachant à la poser ou à la nier dans les cas d’écritures procédant au brouillage générique. Il s’agirait en ce sens d’étudier les circuits intellectuels périphériques (socio-culturels et institutionnels) qui font pencher la représentation de l’être humain vers un pôle ou vers l’autre. Mais on pourra également se demander si les modalités contemporaines d’archivage des documents ne contribuent pas elles-mêmes au renouvellement des genres.

Programme

19/10/2023 – Anne-Élisabeth Halpern, « L’archive photographique de Hiroshima : fantasme fictionnel de Fukushima » (salle R418)

16/11/2023 – Déborah Lévy-Bertherat, « L’archive, nourriture de l’écriture non-historienne » (à partir de son roman Sur la terre des vivants) (salle R418)

14/12/2023 – Alain Trouvé, « Jeux de l’archive au personnage dans Le Quart Livre de François Rabelais » (salle de séminaire à la BU)

De la personne au personnage : traitements génériques différenciés

Séminaire A2IL7 (CRIMEL-CIRLEP)
Jeudi 4 mai 2023, de 13h30 à 18h

De la personne au personnage : traitements génériques différenciés

Demi-journée d’étude organisée par Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer et Alain Trouvé.

Au terme d’une réflexion ayant porté sur des sujets tels que le statut du personnage mythologique confronté au « je » lyrique et à l’autobiographie, les personnages nourris de figures et leur transposition au cinéma, le passage de la personne empirique au « type » en littérature, les transmutations du « moi » dans la nouvelle, les portraits et leurs référents dans le roman, les jeux de masques que permet le recours à la figure en poésie ou encore les glissements subtils et ambigus entre récit et référent, nous avons constaté, pour ne citer que brièvement les conférences de cette année, à quel point la figure acquiert des apparences diverses, subissant de multiples métamorphoses en raison de la porosité perceptible entre la personne et le personnage, au point de devenir parfois une forme qui peut atteindre l’abstraction.

Dans l’idée de conserver la richesse et la diversité de ces approches internationales et interdisciplinaires, car telle est l’identité de notre séminaire, nous avons décidé de clore cette année universitaire par une après-midi de travaux qui aura lieu le jeudi 4 mai prochain, de 13h30 à 18h, au bâtiment Recherche du Campus Croix-Rouge.
Nous remercions chaleureusement nos collègues intervenus cette année et nous réjouissons de pouvoir échanger autour de nouvelles communications lors de cette demi-journée d’étude qu’il sera possible de suivre à distance.

 

PROGRAMME

Télécharger le programme

14h – Ouverture de la demi-journée

14h15 – Anne Strasser (Université de Lorraine)
Quand le lecteur écrit à l’autobiographe : «Vous êtes quelqu’un que je ne connais pas, que je ne connaîtrai pas. Cependant vous êtes un personnage familier de ma vie. “Lettre d’une lectrice à Simone de Beauvoir“

14h45 – Claudia Reyes (Université Paul Valéry – Montpellier III)
L’autofiction dans les romans Formas de volver a casa d’Alejandro Zambra et El espíritu de mis padres sigue subiendo en la lluvia de Patricio Pron : créer un personnage d’auteur pour (re)construire un passé traumatique.

15h15 : Discussion et pause

15h45 – Fabio Libasci (Université de Bologne)
De Michel à Muzil. Foucault dans l’œuvre de Guibert.

16h15 – Marie Julie (Université de La Réunion)
Samo, Jean-Michel Basquiat, Basquiat & Eroïca : de l’être au persona, du personnage à la figure.

16h45 – Discussion et clôture

 

LIEU

Université de Reims, Bâtiment Recherche du Campus Croix-Rouge
Salle R418

Lien zoom :
Sujet : A2IL Journée d’études Chollier – Halpern – Louyer – Trouvé
Heure : 4 mai 2023 01:30 PM Paris
Participer à la réunion Zoom
https://univ-reimsfr.zoom.us/j/95058689701?pwd=T3NlVGtWWndZWVJEbXdvREE3cW43dz09
ID de réunion : 950 5868 9701
Code secret : 055997

Séance du jeudi 19 janvier 2023

Séminaire A2IL7 (CRIMEL-CIRLEP) « De la personne au personnage : traitements génériques différenciés », organisé par Christine Chollier, Anne-Élisabeth Halpern, Audrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du 19 janvier 2023 à 17h

François Rastier (CNRS) présentera  une communication intitulée
« D’un nouveau personnage inventez-vous l’idée ? »

Comme depuis bientôt deux siècles le roman est devenu le genre majeur de la littérature, la notion de personnage a pris une importance considérable, en France comme à l’échelon international. Alors que le roman réaliste du XIXe siècle privilégiait les personnages si l’on peut dire « en pied », dont l’état-civil, l’apparence physique, les vêtements, les sentiments sont détaillés, dans sa contestation du réalisme, le roman du XXe semble s’être ingénié à le priver peu à peu de tous ses attributs substantiels, jusqu’à devenir parfois une réflexion critique sur la notion de personnage, voire de personne : énigmatique, privé d’identité à soi, réduit à des contenus de conscience sans substrat identifiable, son évidement a accompagné une récusation des reliquats de la pensée humaniste qui avait fait de l’intériorité réfléchie son lieu de prédilection.

S’il est trop tôt pour dire qu’il puisse revenir en grâce, plusieurs courants y concourent cependant, malgré une littérature du Moi dont l’auteur devient l’unique personnage, au demeurant inavoué.

Adoptant un double point de vue, littéraire et linguistique, l’exposé entend problématiser la notion même de personnage, sans aucunement prétendre la refonder.

LIEU
Université de Reims
BU, Salle 139-140

et par Zoom
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/94991374076?pwd=d2FZcytEeVZGSW1pN0s0Wm9vU2Uxdz09
ID de réunion : 949 9137 4076
Code secret : 907898

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 15 – 2022

La fiction comme agencement d’actions renvoie au premier abord à un corpus romanesque extensible aux expressions cinématographique, voire théâtrale, sans recouvrir pour autant tout le champ littéraire. Ce volume propose d’en ouvrir la définition à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La parenté étymologique entre fiction et figure dans les langues romanes oriente vers cette acception générale susceptible d’englober tous les discours comme le fait Mallarmé: la fiction « semble être le procédé même de l’esprit humain ».

Il s’agit ici d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée sous un vocable commun, en s’attachant notamment aux écritures d’auteurs butant sur la fiction romanesque en lien avec l’idée qu’ils s’en font, ou ayant publié séparément des recueils poétiques et des romans. Et nous tenterons aussi plus largement, grâce aux philosophes, linguistes, et spécialistes d’autres cultures, de déterminer si vraiment tous les discours relèvent de la fiction au même degré.

SOMMAIRE

  • Anne-Élisabeth Halpern et Audrey Louyer Avant-propos

La pratique du langage comme fiction

  • Bertrand Marchal – La fiction selon Mallarmé

Fiction et non-fiction dans le récit

  • François Rastier – Vérité en littérature ou vérité de la littérature ?
  • Christine Chollier – Du récit d’esclave à la fiction sur l’esclavage
  • Audrey Louyer – Jorge Volpi : fiction et non-fiction d’un réel lacunaire
  • Marie-France Boireau – Récit et fiction dans L’Ordre du jour d’Éric Vuillard

Fiction et pratiques génériques différenciées

  • Anne-Élisabeth Halpern – « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman
  • Alain Trouvé – Aragon / Breton : roman, poésie, fiction

Fiction, hybridation et invention générique

  • Marika Piva – La fiction comme invention d’une forme et d’une signification
  • Jean-Louis Haquette – L’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique
Nb de pages :  184 p.
ISBN-10 2374961664
ISBN-13 9782374961668

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires et Internationales de le Lecture
Suite de la session A2IL5, écourtée en raison de la pandémie.
CRIMEL-CIRLEP
2021-2022

Séminaire dirigé par Anne-Elisabeth Halpern – Audrey LouyerChristine ChollierAlain Trouvé

Séances de 17h à 19h, en co-modalité (présentiel + distanciel).
Les séances auront lieu à la BU Robert de Sorbon, sauf pour celle du 14/10 (Amphi Recherche, Bâtiment 13, modalités à préciser).

PROGRAMME
Jeudi 14/10 :

Alain TROUVÉ (URCA, CRIMEL) :
“Spectre identitaire et régime fictionnel. De Théâtre/Roman (Aragon) à Autobiographie d’un poulpe (Vinciane Despret)”

Jeudi 18/11 :
Anne-Elisabeth HALPERN (URCA, CRIMEL) : 
“Novarina : persona, personne, personnage, sonare per vacuum”

Jeudi 16/12 :
François RASTIER (CNRS) :
“construction sémantique du personnage”

Jeudi 20/01 :
Françoise LAVOCAT (Paris 3) :
(titre à préciser)

Jeudi 10/02 :
Françoise GEVREY (URCA, CRIMEL) :
(titre à préciser)

 Jeudi 10/03 :
Thomas GONCALVES : 
“Théâtraliser et s’approprier le fait et le sentiment autobiographiques dans “The Peace of Utrecht” et “Night” d’Alice Munro.”

Jeudi 31/03 :
Christine CHOLLIER (URCA, CIRLEP) :
“Variations lectorales entre fiction et non-fiction sur l’esclavage : le témoignage en quête de récit et le roman en quête de réel” [corpus : Incidents in the Life of a Slave Girl, (Harriet Jacobs) et The Underground Railroad (Colson Whitehead)] Continuer la lecture de Régimes poétique et romanesque de la fiction

DU JEU DANS LA THEORIE DE LA LECTURE

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 14 – 2020

Après deux années dédiées aux « Paroles de lecteurs » et dans le sillage des Rencontres de Reims qui firent dialoguer les problématiques du jeu et de la parole, le séminaire Approches Interdisciplinaires et internationales de la lecture ouvre ici un nouveau volet de son investigation portant sur le contenu notionnel de la « lecture comme jeu » dont la modélisation est partiellement liée à l’histoire des recherches rémoises en la matière.
Il s’agit en quelque sorte de faire jouer la théorie de différentes manières ce qui conduit, à partir de l’idée de jeu littéraire, à interroger un réseau de notions associées dans leurs implications linguistiques et philosophiques, sans oublier de soumettre l’idée de la littérature ainsi conçue à la pratique des textes d’écrivains.

SOMMAIRE

  • Alain Trouvé – Avant-propos

Linguistique, philosophie et jeu littéraire

  • François Rastier – Linguistique et études littéraires — Une solidarité bénéfique
  • Gabrièle Wersinger Taylor – Jeux d’Érôs dans « La Pharmacie de Platon » de Jacques Derrida
  • Alain Trouvé – La lecture, entre bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss)

De la théorie aux œuvres

  • Christine Chollier – Articuler instances lectorales et régimes textuels : du jeu entre théories. L’exemple de Cité de Verre
  • Marie-France Boireau – Les Cloches de Bâle : jeux et enjeux
  • Nathalie Roelens – Rien ne va plus !
  • Bibliographie
  • Les auteurs

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages :  166 p.
ISBN-10 2374961087
ISBN-13 9782374961088