Archives de catégorie : Autres séminaires

Réécriture et création littéraire

Affiche_ReecritureLe CRIMEL organise le 26 janvier 2016 (14h-17h) un séminaire de recherche à destination des étudiants des Masters lettres et enseignement du second degré. Il s’agit de renforcer les liens entre la formation et la recherche, en proposant une série d’interventions scientifiques autour d’une question centrale de la dynamique littéraire, celle de la réécriture.

Le CRIMEL a invité Florence Naugrette, spécialiste de Victor Hugo et profite également de la présence à l’université de Reims Champagne-Ardenne de deux collègues d’universités italiennes, Monica Barsi et Anna Bettoni, avec lesquelles existe une tradition de coopération bien établie.

PROGRAMME
Monica Barsi (Università degli Studi di Milano) La réécriture du mythe de Mars à la Renaissance

Anna Bettoni (Università degli Studi di Padova) La belle aventure d’un poète protestant : la réécriture du Psautier par François Perrot (1576-1577)

Florence Naugrette (Université Paris-Sorbonne) Comment transformer une grande épopée guerrière en petite épopée pacifiste : Le Mariage de Roland de Victor Hugo

DATE
Mardi 26 janvier 2016 (14h-17h)

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-programme du séminaire

Séminaire « Le monde des odeurs : perceptions et représentations »

ANNONCE

Affiche_MdeOdeurMême si vue et odorat sont parfois associés, comme dans l’allégorie de Jan Brueghel l’Ancien (1618), la première est toujours valorisée dans les classifications des sens et omniprésente dans 
l’étude des représentations littéraires, alors que le second est souvent laissé à l’arrière-plan, car il n’est pas considéré comme structurant le rapport au monde.

Ainsi, l’objet de ce séminaire est un 
phénomène impalpable et éphémère et pourtant porteur de sens, et que l’on peut d’abord appréhender comme une métaphore. Comme le fait remarquer Holly Dugan dans son histoire du parfum 
dans l’Angleterre de la première modernité, l’odeur a besoin de la métaphore pour être définie. Le vocabulaire des odeurs n’est pas toujours connu du grand public et l’on a tendance à utiliser des 
comparaisons ou des approximations. 
C’est pour cela que le monde des odeurs possède une dimension littéraire intrinsèque, dont la poésie amoureuse est la première à s’être emparée. La poésie pétrarquiste est parsemée de bouquets 
et de parfums à valeur érotique : l’air est parfumé, et les amants se parlent en soupirs et en souffles. La métaphore olfactive est particulièrement pertinente pour cette poésie de l’échec et de 
l’amour ineffable. On retrouve d’ailleurs cette érotisation du parfum et de l’odeur jusque dans la littérature du XIXe siècle, notamment dans le roman. 
Cette poétique de l’odeur peut être rapprochée d’une mode des parfums à l’époque pré-moderne, pommes de senteur, bijoux parfumés, bouquets, qui peuvent s’étudier dans une perspective 
historique, aussi bien à travers les textes que dans une iconographie de l’odeur, qui peut aussi inclure les emblèmes sur l’odorat (chez Ripa, par exemple) et la culture visuelle en général.

Depuis Alain Corbin et son ouvrage fondamental Le Miasme et la jonquille, d’autres historiens ont envisagé une histoire des odeurs, que ce soit dans le contexte des épidémies, notamment de 
peste, dont on pensait qu’elles se transmettaient par l’odeur, ou dans celui d’une histoire religieuse, par exemple dans les récits hagiographiques où domine l’odeur de sainteté. D’ailleurs, cette « 
odeur moralisée » se retrouve dans de nombreuses sources, notamment dans toutes sortes de récits opposant une « bonne odeur » (odeur héroïque d’Alexandre, dont la sueur, selon Plutarque, ne 
sentait pas mauvais, bonne odeur du cadavre de Michel-Ange, sans aucune puanteur selon Vasari…). L’odeur peut d’ailleurs être envisagée comme le signe d’une mutation épistémologique, au 
moment où elle est perçue non plus comme une construction morale et idéologique, mais comme un objet scientifique.

On peut également étudier l’odeur comme un marqueur social ou un indice 
d’exclusion, et se demander quel est le rôle des odeurs dans la psychologie humaine. Le monde des odeurs est ainsi marqué par une forte axiologie, dont il peut être intéressant d’interroger les 
variations. 
On pourra ainsi envisager de recevoir des chercheurs travaillant dans le domaine scientifique des perceptions olfactives et d’avoir leur point de vue, non seulement sur le lexique de l’olfaction, mais 
aussi sur l’olfaction comme phénomène scientifique et comme objet d’étude.

Enfin, nous aimerions également recevoir un « nez » afin d’envisager le parfum comme une science aussi bien qu’un 
phénomène économique et social. 
Ces problématiques ne sauraient bien sûr être limitées à l’époque pré-moderne, et on a tout intérêt à s’y intéresser aussi dans une perspective diachronique.

Ce séminaire est organisé conjointement entre le CRIMEL EA3311 et le CIRLEP EA4299 dans le cadre de la structure fédérative SHS Gaston Bachelard et dirigé par Jean-Louis Haquette et Christine Sukic.

PROGRAMME

Les séminaires ont lieu de 16h à 18h

Mercredi 14 octobre 2015 (Salle polyvalente)

Chantal Jaquet (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) : « Perceptions et représentations philosophiques des odeurs »

Mercredi 9 décembre 2015 (CHANGEMENT DE SALLE : 17-026)

Antoinette Gimaret (Université de Limoges) : « Odeurs et imagination olfactive dans la littérature dévote en France au XVIIe siècle »

Mercredi 9 mars 2016 (R202)

Diane Roussel (Université de Reims Champagne-Ardenne) :  « Les odeurs de Paris : environnement olfactif et pratiques sociales distinctives au XVIe siècle »

Mercredi 30 mars 2016 (R240)

Cécile Mauré (Université de Reims Champagne-Ardenne) : « L’odeur représentée à l’image: traditions iconographiques »

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle R240 ou Salle polyvalente ou Salle R202)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
| Affiche-Programme du séminaire

La mise au pas des écrivains et la loi de juillet 1949

Affiche GreilijeLe  Grei-Lije (Groupe de recherches et d’études interdisciplinaires en Littérature pour la jeunesse, reçoit, le 19 février (19h) au Grand Salon de l’École de Musique de Sainte-Savine, Jean-Yves Mollier, professeur des universités à Saint-Quentin en Yvelines. Il vient de faire paraître un ouvrage consacré à la censure des écrivains. Il évoquera la question de la loi qui régit les publications pour la jeunesse dite loi de juillet 1949.

LIEU
Grand Salon de l’École de Musique
1, rue Lamoricière – 10300 Sainte-Savine

DATE
Jeudi 19 février 2015 à 19h00

CONTACTS
Médiathèque de Sainte-Savine – 03.25.79.98.33
Jean-Michel POTTIER – 06.08.52.40.71

TÉLÉCHARGEMENTS
|Affiche de la conférence

Séminaire Grei-LiJe 2014-2015

ANNONCE

Comment un récit pour enfant s’écrit-il ? Cette question fondatrice de la genèse d’un texte destiné à un public-cible choisi constitue la pierre angulaire de la réflexion menée par le Groupe de Recherches et d’Etude Interdisciplinaires en Littératures pour la Jeunesse (GREI-LiJe) de Troyes. Associant des compétences transversales, il réunit des enseignants-chercheurs, des professionnels du livre et des auteurs. Le GREI-LiJe organise, à raison de cinq séances annuelles, un séminaire dédié à la littérature et au livre pour la jeunesse. Il s’agit, à chaque session, d’interroger les enjeux de l’élaboration d’un ouvrage : quels genres littéraires sont les plus adaptés à un enfant-lecteur ? Quel est le rôle de l’image dans l’acte de lecture ? Le texte peut-il devenir une image en soi ? Comment définir le travail d’écriture de l’auteur ? Quelle est la part didactique d’un ouvrage de divertissement ? Dans quelle mesure la littérature pour la jeunesse est-elle liée de près ou de loin aux pratiques enseignantes et comment elle peut être inscrite dans des parcours pédagogiques (lecture en réseau, travail sur la structure de l’objet, construction d’une culture commune, liaison lecture-écriture…). Au-delà même de l’écriture, ce sont des manières de lire qui sont suggérées, de manière de recevoir le livre, texte et image, texte sans image, image sans texte. Il faut également s’intéresser au volet éditorial et économique de la conception d’un livre, d’autant plus lorsque l’ouvrage, populaire, relève d’une culture de masse.

La thématique volontairement générale répond à une lacune dans le domaine de la recherche en France : si la littérature de jeunesse est un objet d’étude reconnu dans les pays anglo-saxons où il existe notamment plusieurs masters de « children’s literature and culture », l’université française offre peu d’exemples similaires. Il convient donc de définir cet objet en s’intéressant dans un premier temps aux conditions de sa création : faut-il voir la littérature de jeunesse comme un véhicule idéologique permettant de « civiliser » l’enfant, selon l’argument développé par Jack Zipes dans sa lecture marxiste des contes pour enfant ? L’enfant et sa littérature sont-ils des miroirs du peuple, en ce que l’enfant, selon Jules Michelet « est l’interprète du peuple. […] Il est le peuple-même, dans sa vérité native, avant qu’il ne soit déformé, le peuple sans vulgarité, sans rudesse, sans envie, n’inspirant ni défiance ni répulsion ». À la suite du champ d’étude initié par Peter Hunt de l’Université de Cardiff, la littérature de jeunesse peut-elle, et doit-elle, être envisagée selon une perspective stylistique. Il convient alors de s’interroger sur la méthode adéquate pour étudier cette littérature.

Les rencontres se veulent interdisciplinaires, visant un public d’universitaires (étudiants et enseignants) et de professionnels (bibliothécaires, documentalistes, professeurs des écoles). Les corpus étudiés sont envisagés selon différentes approches, littéraires, civilisationnelles, sociologiques, voire scientifiques, et s’intéressent autant à des publications romanesques contemporaines qu’à des manuscrits ou documents de source primaire. Il s’agit bien de proposer un champ d’étude ouvert, sans aire géographique ni borne temporelle prédéfinies. À cet égard, plusieurs centres de recherches de l’URCA sont sollicités pour participer à cette initiative : le CEREP, le CIRLEP et le CRIMEL. La médiathèque de Sainte-Savine, l’ESPE et le Centre Universitaire de Troyes sont associés au projet depuis sa création, chaque institution accueillant tour à tour les différents intervenants.

PROGRAMME

Jeudi 27 novembre 2014, 18h, Sainte-Savine – Grand SalonKarin Ueltschi-Courchinoux (URCA) – Magies de Noël : un parfum d’enfance.

Conférence-Grei-LiJe-Ueltschi

Jeudi 29 janvier 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon ou  Espace Pierre ChaussinJean-Yves Mollier  (UVSQ) – La loi de 1949 (à partir de La Mise au pas des écrivains). Il est important d’aider à comprendre pourquoi la France va se distinguer en Europe par cette législation très autoritaire en matière de protection de la jeunesse.

Jeudi 19 février 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon Catherine Brégeaut (URCA) sur l’illustration dans la littérature pour enfant.

Jean-Michel Pottier (URCA – ITEM-CNRS) Parcours de création en littérature de jeunesse.

Mercredi 11 mars, 19h, Sainte-Savine – Grand Salon Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Les aventures linguistiques d’Alice au Pays des Merveilles.

Mercredi 18 mars, 19h, Médiathèque du Grand Troyes – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Harry Potter : une school story contemporaine ?

Jeudi 19 mars 2015, 18h, Sainte-Savine – Grand Salon – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) Rudyard Kipling et le conte. Animations au cours de. (Espace Pierre Chaussin – dans le cadre des animations de “Cours z’y vite”.)
Avec projection à l’Espace Chaussin le 23 janvier de la version restaurée du Livre de la jungle – horaire à préciser.

Mercredi 25 mars, 19h, Médiathèque du Grand Troyes – Yannick Bellenger-Morvan (URCA) À la croisée des mondes : les univers alternatifs de Philip Pullman.

En collaboration avec l’Institut Universitaire Rachi dans le cadre du Séminaire « Fantaisie et initiation » – À la médiathèque du Grand Troyes. 

Autres manifestations auxquelles le GREI-LiJe est associé :

9-10 octobre 2014Colloque La Guerre, le livre, l’enfant (Saint-André les Vergers – Troyes) – organisé par Danielle QUERUEL, Julien SCHUH et Jean-Michel POTTIER (CRIMEL)

21-22 novembre 2014 – Colloque « La littérature pour la jeunesse, vecteur d’une identité culturelle populaire » (Reims) organisé par Yannick Bellenger-Morvan et Colette Gauthier (CIRLEP).

Présentation du Groupe de Recherches et d’Études Interdisciplinaires en Littérature pour la Jeunesse (Grei-Lije)

Trois raisons principales président à la création d’un groupe de recherches en littérature pour la jeunesse à Troyes, dans le cadre de l’URCA et dans la ligne des équipes rémoises du CRIMEL et du CIRLEP dont le groupe constitue une émanation.

Il s’agit avant tout d’initier une dynamique de recherche au sein du pôle universitaire troyen et, plus largement, en englobant également le pôle de Chaumont. Il est important que la recherche puisse s’implanter à Troyes, car elle permet de nourrir la réflexion autour de la littérature pour la jeunesse, d’alimenter en contenus universitaires les formateurs éventuellement intéressés. Cette initiative n’a pas pour ambition une quelconque hégémonie, mais bien d’amorcer un mouvement  que l’on souhaite évidemment plus ample.

Il s’agit ensuite de valoriser les ressources locales. D’une part, le Salon du livre pour l’enfance de Troyes offre de belles et riches opportunités qui appellent le travail de la recherche et fertilisent les initiatives. D’autre part, le Musée aubois de l’éducation, devenu Centre de recherches universitaires, constitue une source évident et souvent encore trop peu exploitée de problématiques relatives à l’histoire de l’éducation, mais aussi dans le cadre de l’analyse du livre, une des spécificités du pôle troyen.

Enfin, il convient de souligner la part de plus en plus importante que jouent les étudiants à Troyes, tant au Centre universitaire troyen, qu’à l’IUT, qu’à l’ESPE. Les liens qui se nouent avec l’UTT ne peuvent que renforcer également la force de cette population. Or, il semble important que ces étudiants puissent bénéficier des apports de la recherche, il est essentiel qu’ils puissent assister et participer à des séminaires ou des conférences organisées par le  groupe de recherches et d’études interdisciplinaires en littérature pour la jeunesse (Grei-LiJe).

Ce groupe a choisi une logique pluridisciplinaire pour se constituer et se développer. Deux raisons prévalent à ce choix. D’une part, il ne peut être question d’envisager la littérature pour la jeunesse d’une manière univoque : les éclairages littéraire, linguistique, didactique, historique, philosophique viennent compléter l’analyse psychologique ou sociologique de ce champ littéraire en pleine expansion. D’autre part, les membres fondateurs du groupe ont souhaité maintenir avec leurs laboratoires de rattachement (CRIMEL et CIRLEP) un lien indéfectible, mais délibérément pluridisciplinaire.

Yannick BELLENGER, maître de conférences en Langue et civilisation anglaises à l’URCA

Ludivine BONHOMME, responsable du secteur jeunesse à la Médiathèque de Sainte-Savine et chargée de cours à l’URCA.

Jean-Michel POTTIER, maître de conférences en langue et littérature à l’URCA (ESPE de Troyes)