Archives de catégorie : Séminaires

Séminaire du 7 mars : Aurélien LORIG

Après la très riche et heureuse Journée d’étude qui nous avait réunis le 1er février, nous aurons le plaisir d’entendre, le 7 mars (17h-19h), M. Aurélien Lorig  sur le sujet suivant:

Relire le projet littéraire de Georges Darien à la lumière de la grande et petite mythologies. Enjeux éthiques et esthétiques.

Vous trouverez plus de détails sur l’affiche jointe. Le lien pour assister à la conférence sera publié ici même, mardi 5 mars.

Télécharger l’affiche de la séance

LIEU :
Bibliothèque Robert de Sorbon
La conférence sera également diffusée via ZOOM

Crédits : Paul Hadol, « La Tête de Méduse-Littré », Le Charivari, 10 janvier 1872.

Séance du 15 février

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 15 février 2024
de 17h à 19h

Gérald Préher, professeur de littérature nord-américaine à l’Université d’Artois, présentera une conférence intitulée :
« Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F. Scott Fitzgerald, le roman sans cesse ré-écrit »

 

PRÉSENTATION :

Après des années de travail qui ne semblaient l’amener nulle part, F. Scott Fitzgerald décide en 1932 de mettre fin à ses tentatives de donner forme au roman qu’il ébauchait depuis 1925. Il rédige un « plan général » détaillé dans lequel il résume l’intrigue, esquisse le portrait de ses personnages qui s’inspirent de lui mais aussi de celles et ceux qui l’entourent ou l’ont entouré. C’est après avoir lu l’ouvrage que Matthew Josephson consacre à Zola (Zola and His Time, 1928) que Fitzgerald comprend la nécessité d’établir un plan pour se libérer d’un manuscrit en cours depuis déjà trop longtemps. Retrouvé dans les archives de l’auteur, ce « plan » permet d’entrevoir les directions qu’allait finalement prendre le roman. Publié en 1934, Tender Is the Night ne sera pas reçu avec autant d’enthousiasme que Fitzgerald l’avait souhaité et, jusqu’à la fin de sa vie, il retravaillera le texte qui sera publié à titre posthume par Malcolm Cowley en 1951. Les lettres échangées avant et après la publication de Tender Is the Night seront naturellement évoquées pour montrer comment le roman s’est écrit en marge des manuscrits et l’on verra comment grâce à diverses manipulations textuelles (reprise de textes autobiographiques, de nouvelles publiées ici et là…) les personnages et l’intrigue ont pris forme. Les brouillons, « dont le nom met en relief l’aspect d’inachèvement », comme le suggère Jean Bellemin-Noël, doivent témoigner « d’un labeur et du passage de l’imperfection à la perfection ». Pourtant ces textes qui, comme les lettres de l’auteur et ses publications connexes, constituent une archive, ouvrent d’autres pistes, introduisant des facettes inexploitées des personnages, et donnant ainsi à voir des aspects parfois suggérés d’une trame qui n’a jamais satisfait son créateur. Explorer les archives, les textes dont les personnages disent le roman du bout des lèvres, ou les essais par le biais desquels l’artiste se livre, « lèv[e] le voile sur la production (au sens dynamique), sur l’élaboration d’un produit fini » (Bellemin-Noël 5) qui ne le sera finalement peut-être jamais.

Gérald Préher est professeur de littérature américaine à l’université d’Artois et membre du laboratoire Textes et Cultures (UR 4028). Il est éditeur en chef du Journal of the Short Story in English (Université d’Angers) et président de l’association Résonances-Femmes dont il dirige la revue. Il travaille sur la nouvelle, la littérature du Sud et s’intéresse également aux écrivains modernistes (Willa Cather, F. S. Fitzgerald, T. Wolfe et W. Faulkner). Son dernier article, “Jeux d’éclats dans Tender Is the Night de Francis Scott Fitzgerald” paraîtra prochainement dans ’ouvrage Coup d’éclat du bref coordonné par Annie Birks et Cécile Meynard (Rennes : Presses Universitaires de Rennes, 2023).

Consulter l’exemplier

LIEU :
BU Robert de Sorbon, Salles 139-140

et par Zoom :
https://univ-reims-fr.zoom.us/j/92535615789?pwd=ZnFLZXl0L1hmb1VKTE42dHZ2czBmUT09
ID de réunion: 925 3561 5789
Code secret: 803651

Séance du 2 février

Séance du 2 février 2024
16h-18h

À partir de Melponum, un projet d’éditions numériques de pièces théâtrales, Nina Hugot de l’Université de Lorraine traitera de  la question d’« Éditer du théâtre du XVIe siècle aujourd’hui. »

Melponum (Melpomène à l’ère numérique) est un projet ANR visant à élargir la réception des œuvres théâtrales de la Renaissance, longtemps délaissées au profit des textes du XVIIe siècle. Cet objectif est servi par deux démarches : d’abord, nous réalisons des éditions numériques savantes et innovantes, qui sont conçues pour viser trois publics différentes (recherche ; enseignement ; mise en scène) ; ensuite, nous accompagnons ces éditions d’un programme de médiation scientifique et culturelle qui entend faire connaître ces textes et en encourager les lectures, études, et mises en scène.

Pour en savoir plus

Séminaire dirigé par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP).

L’objet au carrefour des grandes et petites mythologies

Journée d’étude
« L’objet au carrefour des grandes et petites mythologies »

Chères et chers collègues, chers étudiants et amis auditeurs,

Nous entrons dans l’année 2024 par les portes non de janvier mais de février, et en beauté puisque toute la journée du jeudi 1er février sera consacrée aux grandes et petites mythologies : l’objet sera au centre des réflexions, vous trouverez ci-joint le programme.

Nous vous attendons dans “notre” salle de la Bibliothèque universitaire: vous pouvez nous rejoindre et nous quitter librement en fonction de votre emploi du temps. Comme d’habitude, il est également possible d’assister aux conférences via zoom.

Enfin, nous nous permettons de signaler une parution qui se trouve au cœur de nos réflexions, en particulier de leur dialectique fondatrice entre « savant » et « populaire ».

Au jeudi 1er février!

Très sincèrement

Karin Ueltschi avec Amandine Haller

Lire le programme complet de la journée

Téléchargements :
Programme et Affiche

Séance du 19 janvier 2024

Séance du 19 janvier 2024
16h-18h

Guy Ducrey, professeur de littérature comparée à l’université de Strasbourg, interviendra sur le sujet suivant : « Rééditer Victorien Sardou, puis Edmond Rostand : la question du texte, le problème du spectacle ».

Séminaire dirigé par Séverine Reyrolle (CRIMEL) et Christine Sukic (CIRLEP).

Consulter la page du séminaire D’autres Scènes

Séance en distanciel
Lien de connexion : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/94539902883?pwd=OTFONStTRVdHbVozMjF5UUlqQzhhUT09
ID de réunion: 945 3990 2883
Code secret: 743819

Séance du 14 décembre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 14 décembre 2023
de 17h à 19h

Alain Trouvé (CRIMEL) présentera une conférence intitulée
« De l’archive aux personnages par le spectre fictionnel :
sur le Quart Livre de François Rabelais »

.

PRÉSENTATION :

Le Quart Livre de François Rabelais (1552) est sans doute le sommet littéraire de la fresque composée autour du personnage de Pantagruel. Si le gigantisme du héros est presque  oublié, le récit se souvient de ses origines mythologiques et populaires.  La navigation du « bon Pantagruel » et de ses amis autour de la terre et vers le pôle les entraîne d’une île à l’autre vers des êtres et des contrées extraordinaires dans lesquels le lecteur reconnaît le travestissement burlesque du monde contemporain avec ses déchirements religieux et politiques. Le Quart Livre, dix ans avant le déclenchement des Guerres de religion, est un brûlot antipapiste : l’humaniste Rabelais, proche d’Erasme et de l’évangélisme, ose dès la couverture et grâce au « Privilège du Roy », décliner son identité : « François Rabelais Docteur en médicine ». On assiste ici à l’émergence de la « fonction auteur » (Foucault, 1969) et sans doute à celle du roman moderne qui s’affirmera au fil des siècles comme théâtre des voix. Des préfaces à la navigation fabuleuse, la métamorphose du réel par l’écriture s’effectue selon une gradation qu’on appellera spectre fictionnel.

La notion d’archive nous semble éclairer les modalités de cette double transposition. Selon l’acception courante, l’archive est  un document permettant de situer dans l’espace et le temps des faits et des personnes ayant existé et de garantir une vérité d’ordre historique. Elle est aussi, selon Foucault, « ce qui différencie les discours dans leur existence multiple. » Sa description « commence avec le dehors de notre propre langage » (L’Archéologie du savoir, 1969, p. 178-180). Elle conduit ainsi à une réflexion critique sur la notion  de vérité.

Les chapitres LV et LVI, dits des « paroles gelées », offrent un épisode d’une étonnante modernité dont les implications théoriques peuvent féconder une théorie renouvelée de l’écriture-lecture. Comprendre comment toute parole d’auteur, gelée dans un style d’écriture, reprend vie dans une interprétation de lecteur susceptible de se mettre en mots, oralement ou par écrit, correspond assez bien à ce qui se joue dans la relation littéraire qui rapporte l’archive à un double horizon, passé et présent. Ceci implique que l’espace narratif plus tard nommé roman soit compris comme celui de l’inter-discursivité, du dialogisme, aurait dit Bakhtine,  dont l’horizon est la constitution d’une vérité relative, voire contradictoire. Ainsi le récit de Rabelais, qui plonge ses racines dans un passé médiéval et antique tout en jetant les bases du roman moderne, regarde peut-être au-delà, jusqu’à notre époque dans laquelle écrivains et lecteurs sont amenés  à situer de façon critique les discours tenus, entre vérité historique et fiction romanesque.

Dans le cadre d’un séminaire qui s’est toujours refusé à la théorie pure et attaché aux suggestions venues des pratiques d’écrivains, l’œuvre de Rabelais nous est apparue comme source d’inspiration. Ceci servira peut-être à justifier ou au moins à excuser la transgression amenant un vingtiémiste à s’inviter dans la  lecture d’un texte ancien.

Editions de référence : Le Quart Livre, 1552, Paris, Le Seuil, « Points », texte original et translation, Michel Renaud / Guy Demerson, [1973], 1997.

LIEU :
BU Robert de Sorbon, Salle 140

Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

« Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie »
jeudi 1er février 2024 – 9h à 17h

Journée d’étude organisée par Karin Ueltschi dans le cadre du séminaire « Grandes et petites mythologies ».

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’étude sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Continuer la lecture de Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

Séminaire du CRIMEL

3e séance le 12 décembre 2023
12h-14h

Marine Riguet présentera ses travaux lors d’une intervention intitulée « Écrire in medias res : ce que la vidéo numérique fait à la poésie ».

LIEU :

BU Robert de Sorbon – Reims.

Séminaire en hybride, contacter Stéphanie Hatat (stephanie.hatat[at]univ-reims.fr) pour obtenir le lien Zoom.

Crédits :  Extrait de la vidéo « à la fois l’arrosoir et le parapluie » de Milène Tournier (YouTube).

Séance du 16 novembre

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) « La personne, le personnage et l’archive à l’épreuve des genres », organisé par Christine ChollierAnne-Élisabeth HalpernAudrey Louyer et Alain Trouvé.

Séance du jeudi 16 novembre 2023
de 17h à 19h

Déborah Lévy-Bertherat (ENS-Paris) présentera une conférence intitulée « L’archive, nourriture de l’écriture non-historienne ».

PRÉSENTATION :

Dans Sur la terre des vivants, Déborah Lévy-Bertherat retrace la vie de ses arrière-grands-parents, Fiete et Elkan Levy, qui ont tenu pendant quarante ans un hospice de vieillards pour la communauté juive d’Altona-Hambourg. Elle évoque leurs enfants, en particulier la benjamine, Irma, dont elle fait le personnage central de son récit. Elle suit leurs tribulations à travers les deux guerres mondiales, la Shoah, l’après-guerre.

L’autrice ignorait presque tout de cette partie de sa famille, et c’est grâce aux documents consultés aux archives de la ville de Hambourg qu’elle a pu en reconstituer l’essentiel. Comment aborde-t-on les documents d’archives quand on n’est pas historienne ? Comment y accéder, les déchiffrer, les comprendre ? La matérialité même de l’expérience est intimidante, mais peut-être l’absence d’expertise autorise-t-elle, paradoxalement, certaines libertés : celle, par exemple d’observer le document non seulement dans sa valeur informative, mais dans sa fonction émotive – le punctum, aurait dit Barthes.

Les archives officielles ne sont d’ailleurs pas le seul aliment dont se nourrit la création littéraire. Des photographies, des bâtiments, des musées, des bribes de légende familiale, sans parler des ressources vertigineuses de la Toile, peuvent aussi se faire archive au singulier, c’est-à-dire s’offrir à une pratique de lecture, d’exploration, d’interprétation. Cette séance proposera un aperçu sur le laboratoire de l’écriture fictionnelle, où le personnage se fabrique à partir d’une personne, et où l’Histoire se mue en histoires.

Déborah Lévy-Bertherat a publié 4 romans chez Rivages : Les Voyages de Daniel Ascher, 2013 ;  Les Fiancés, 2015 ;   Le Châle de Marie Curie, 2017 ; Sur la terre des vivants, 2023. Elle est aussi traductrice et maîtresse de conférences en Littérature comparée l’École normale supérieure de Paris, où elle a initié et dirigé le programme Médecine-Humanités, et membre de l’équipe de recherche Littérature, philosophie et morale (UAR 3608). Parmi ses publications académiques, on peut citer J’ai tué. Violence guerrière et fictions avec Pierre Schoentjes (Droz, 2010), Enfants sauvages. Savoirs et représentations avec Mathilde Lévêque (Hermann, 2017), et L’Épopée des petites filles avec Françoise Zamour (L’Improviste, 2020).

LIEU :
Bâtiment de Recherche, salle R418

Et par zoom : https://univ-reims-fr.zoom.us/j/95454805085?pwd=ekMrcjFWM1BsSURrZDBVa00ybXRydz09 
ID de réunion: 954 5480 5085
Code secret: 453826