Archives de catégorie : Séminaires

Autour de Mélusine

SÉANCE DU JEUDI 4 AVRIL 2019

Laurence HÉLIX
Autour de Mélusine

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Au tournant des XIVème et XVème siècles, la fée Mélusine est l’héroïne de deux romans – l’un en vers, l’autre en prose – qui font entrer dans la culture savante cette figure fascinante de la culture folklorique et populaire. A la fois « défricheuse et bâtisseuse », pour reprendre ici les célèbres mots de Jacques Le Goff, la jeune épouse du chevalier Raymondin incarne les idéaux de l’âge féodal et le rêve de tout chevalier : régner sur un territoire prospère et donner naissance à une nombreuse descendance.

Mais Mélusine dépasse et transcende les limites du Moyen Âge occidental : incarnant un schéma récurrent et mythique, celui de l’épouse merveilleuse qui s’unit à un simple mortel, elle interroge le rapport complexe entre l’autre monde et l’ici-bas et traduit l’étrange perméabilité de la frontière séparant les vivants et les morts. Tour à tour adulée et rejetée, Mélusine illustre aussi l’ambivalence d’une littérature portant sur la femme un regard où se mêlent la crainte et la fascination. Enfin, plus fondamentalement peut-être, Mélusine soulève l’épineuse question du lien entre culture savante et culture populaire : quand le folklore païen devient matériau littéraire, sous les traits rassurants de la bonne fée surgissent parfois ceux de l’effrayante sorcière !

Laurence Hélix est maître de conférence en langue et littérature médiévales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Cette séance sera la dernière de l’année 2018-2019.

TÉLÉCHARGEMENT:
Ajout au 8 avril 2019: Résumé de la séance

Crédit: Roman de Mélusine, par Couldrette, vers 1450-1500. BNF Fr. 24383, fol. 19 – cliché personnel

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps

Appel à communications

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps.
L’imaginaire géographique et calendaire.

6 février 2020

Une confluence particulièrement féconde de la Grande et de la Petite Mythologie s’ancre dans l’espace, voire le temps ; la toponymie, qui connaît des villages comme Saint-Mercure ou encore Saint-Abraham en est un témoin vivant. La montagne, l’île, Rome, Babel, le Septentrion, l’Autre Monde, le Paradis… –  autant de lieux évocateurs qui ont depuis toujours offert une hospitalité généreuse à l’imaginaire issu des sphères olympiennes comme des traditions populaires qui les ont investis avec bonheur, profusion et constance.

Ainsi donc, l’imaginaire géographique et calendaire sera le fil conducteur de cette journée d’étude qui s’inscrit dans les travaux de notre séminaire “Petites et grandes mythologies” et dont les contributions seront publiées dans le premier volume de nos « Actes ». Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers l’un des deux domaines : quel que soit le propos, on rappellera les récurrences et la tension dialectique qui peuvent être établies entre les différentes traditions antiques, bibliques, celtiques, germaniques, populaires…Enfin, la valorisation d’une dimension diachronique sera, le cas échéant, la bienvenue.

CONTACT
Karin Ueltschi: karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

Propositions à envoyer pour le 30 mai 2019.

TÉLÉCHARGEMENT
Argumentaire

Crédit: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica

le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au lion

SÉANCE DU JEUDI 7 MARS 2019

Philippe WALTER
Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion
(Chrétien de Troyes)

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

On peut penser ce que l’on veut de la théorie sur l’imaginaire proposée par Gilbert Durand (qui a créé le Centre de recherche sur l’Imaginaire de Grenoble en 1966 avant de m’en confier la direction en 1999). En revanche, on ne peut plus ignorer de nos jours l’idée essentielle qui a structuré toute sa recherche : l’interdisciplinarité. Son sentiment profond (prémonitoire en 1966 !) est qu’il n’y a pas des sciences humaines mais une science de l’Homme reposant sur une vision holistique de la connaissance. Toute recherche novatrice aujourd’hui exige de faire dialoguer plusieurs savoirs autour d’un même objet de recherche. Il faut faire converger les analyses de plusieurs disciplines afin de réaliser une nouvelle synthèse de leurs acquis dans une perspective délibérément anthropologique. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire. Notre présentation tentera de relever ce défi. Elle ne prétend pas à l’exemplarité ; elle explore une voie parmi bien d’autres et fera appel à la philologie et à la linguistique, à la mythologie (toutes les mythologies), à l’ethnologie (et au folklore injustement décrié), à l’histoire des religions, à l’anthropologie de l’imaginaire.

Le nain tricoteur et fouettard que l’on rencontre dans le Chevalier au Lion sera notre objet d’étude. En terre champenoise, le sujet s’impose d’emblée et un hommage particulier sera rendu à Rachi, lexicographe de l’ancien français, qui offre des pistes incomparables à notre enquête. Évidemment, on se demandera si ce nain relève de la grande ou de la petite mythologie. Au terme de notre itinéraire, il apparaîtra que cette hiérarchie doit être dépassée. Après l’établissement du récit de base associé à ce nain, il s’agira de l’explorer sous toutes ses facettes : onomastique et philologique, ethnologique et comparatiste, narratologique et mythologique. Les deux actions illustrées par le nain (tricoter et fouetter) relèvent d’un complexe mythico-rituel qui sera analysé en tant que tel et interrogé sous l’angle de plusieurs disciplines (histoire des religions, mythologie indo-européenne et folklore français et européen). On verra que, sous cet angle, l’épisode apparemment isolé du géant Harpin et de son nain apparaît étroitement lié à la trame principale du roman de Chrétien et à la grande divinité qui apparaît dès le début de l’œuvre : le bouvier géant et hirsute. Son nom de code (mythique) sera révélé lors de la séance.

Philippe WALTER est Professeur émérite à l’Université de Grenoble-Alpes, Directeur émérite du Centre de Recherche sur l’Imaginaire (Grenoble), co-fondateur du Centre de Recherches Internationales sur l’Imaginaire (CRI2i) et membre de l’Académie Nationale de Metz

TÉLÉCHARGEMENT
Ajout au 11 mars 2019: Résumé de la séance.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
Jeudi 4 avril, 16h30-18h30
Laurence Hélix, “Autour de Mélusine”

Du jeu dans la théorie de la lecture

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 4)
CRIMEL-CIRLEP
2018-2019

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

 

ANNONCE

Introduire la notion de jeu dans la théorie de la lecture est a priori le contraire d’une innovation. Les Rencontres Internationales de Reims qui se sont tenues durant la dernière semaine de mai ont placé la lecture comme jeu au cœur de l’hommage rendu par l’université et la ville de Reims au professeur Michel Picard, fondateur en 1976 à Reims du premier Centre de Recherche sur la Lecture littéraire et auteur d’un essai marquant, La Lecture comme jeu (Minuit, 1986). Les débats qui ont associé nombre de jeunes chercheurs ont évoqué comme un fil conducteur la formule toujours novatrice de Picard décrivant la littérature comme une activité. Cette position non essentialiste implique que l’activité littéraire se déploie dans le cadre d’une relation verbale, d’une performance redoublée plaçant en résonance une parole d’auteur dont le style serait la trace et une parole de lecteur investissant le texte à lire de différentes manières, selon les contextes. Le thème directeur des deux derniers séminaires consacrés à cet objet difficile à cerner, les « Paroles de lecteurs », a pu ainsi venir dialoguer avec la notion de jeu qui implique de saisir la relation littéraire comme une activité de synthèse intégrant toutes les composantes de la personne : composante psychoaffective (le lu), corporelle et sensible à la présence au monde (le liseur), intellectuelle et apte au maniement du symbolique (le lectant). La performance liée à la parole au sens plein du terme ne se décline pas de la même manière selon que l’enjeu en est une traduction du texte d’auteur dans une autre langue, un commentaire interprétatif élaboré dans une salle de classe ou une représentation théâtrale, voire la simple profération orale, en public, d’un texte fabriqué par autrui.

Argumentaire complet

 

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Jeudi 20 septembre 2018

Christine Chollier, « Articuler instances lectorales et régime textuel: du jeu entre théories : l’exemple de City of glass de Paul Auster » (salle R240)

Jeudi 18 octobre 2018

Alain Trouvé, « Bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss) » (Salle R202)

Jeudi 22 novembre 2018

François Rastier, « Un jeu sérieux : la mission critique de la littérature » (Salle 17026, Bâtiment de l’UFR Lettres, face à la MSH)

Jeudi 14 février 2019

Nathalie Roelens (U. Luxembourg) : « Rien ne va plus »

Jeudi 28 mars 2019

Gabrièle Wersinger (URCA) : « le jeu d’Erôs dans la Pharmacie platonicienne de Jacques Derrida ».

Jeudi 25 avril 2019

Marie-France Boireau (U. Orléans) : « Aragon : J’abats mon jeu: autour des Cloches de Bâle »

Jeudi 15 mai 2019

Johanne Le Ray (U. Paris VII) : sujet à préciser

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

 

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie

SÉANCE DU JEUDI 7 FÉVRIER 2019

Natacha Rimasson-Fertin
(Maître de Conférences, Université de Grenoble)

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette contribution cherche à retracer l’évolution de la représentation de quelques êtres de la petite mythologie dans les Contes de Grimm au fil des éditions du recueil, du manuscrit de 1810 à la dernière édition revue par les Grimm de leur vivant, en 1857. En effet, sorcières et magiciennes, ondins et ondines, comme d’autres êtres surnaturels, n’ont pas toujours eu les traits que nous leur connaissons aujourd’hui et qui ont contribué à les ancrer durablement dans notre mémoire de lecteur.
À partir de plusieurs exemples illustrant le devenir de ces êtres sous la plume des Grimm, on s’interrogera sur le rôle à attribuer aux auteurs du plus célèbre recueil de contes allemands : plutôt que des collecteurs cherchant à sauver de l’oubli le petit peuple des croyances populaires, n’en auront-ils finalement pas été les fossoyeurs ?

TÉLÉCHARGEMENT
Résumé de la communication

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
Jeudi 7 mars, 16h30-18h30: Philippe Walter, “Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion (Chrétien de Troyes)”

Saint Nicolas et Père Noël: du rouge et du noir

SÉANCE DU JEUDI 6 DÉCEMBRE 2018

Karin Ueltschi (Professeur, URCA)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Au carrefour de traditions immémoriales, inépuisables dans leur vitalité inouïe, le scénario de la Saint-Nicolas se décline en rouge et noir, et par le biais d’une hotte (ou d’un sac, ou de quelque charriot). On doit toujours se méfier des hottes de fin d’année qui peuvent véhiculer des objets, voire des personnes, soit pour les combler de joie, soit pour les entraîner dans un ailleurs menaçant.
Le scénario de Noël se décline en rouge et noir, depuis l’Enfant dans la mangeoire et le massacre des Innocents, l’inversion des fêtes des fous et autres Saturnales ; il se décline grâce aux arbres toujours verts dans une morte nature, dans la nuit traversée par la lueur des bougies et de l’âtre, le gel et les festins des réveillons. Le scénario de la Saint-Nicolas, de Noël et de l’Épiphanie – car en langage mythologique, c’est tout un – , peut se résumer dans le tintement cristallin d’une clochette délivrant l’antique message sacré d’un scénario cosmique et d’un rêve d’enfance.

Saint Nicolas passera. Venez-le fêter avec nous !

Rendez-vous suivant: jeudi 7 février 16h30-18h30
Natacha Rimasson-Fertin (Université Grenoble) : Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie.

Deuxième Séance (08 nov. 18): compte rendu

Grisélidis ou le mythe de la femme parfaite
par Marie-Dominique Leclerc
(Maître de Conférence, URCA/Troyes)

La tradition, en particulier médiévale, situe volontiers le personnage de Grisélidis entre deux figures relevant de la Grande Mythologie d’un côté, de la Bible de l’autre : Lucrèce, la femme violentée qui s’est donné la mort, et Susanne, abusée par trois vieillards et qui a échappé de justesse au bûcher grâce à la ruse du jeune Daniel. Son histoire prend ainsi place dans une série de portraits de femmes exemplaires, entre innocence et sacrifice. Maternité et amour conjugal, au lieu de s’imbriquer, sont ici renvoyés dos à dos, occasionnant un impossible dilemme que la Mythologie s’est toujours plu à mettre en scène comme un des ses nombreux sujets de prédilection.

RÉSUMÉ (Karin Ueltschi)

Cette « Passion au féminin », à partir de la première version écrite attestée (Boccace, 1353), est relayée par les poètes pendant des siècles. Au carrefour des traditions savantes et populaires, l’histoire de Grisélidis épouse le canevas de la bergère et du prince. Mais l’aventure vire au cauchemar : le seigneur de Saluces, qui était allé chercher la jeune fille pauvre et pure chez son père au mépris de toutes les conventions sociales (mésalliance), la renvoie à l’issue d’épreuves d’une insigne cruauté ; il lui enlève les enfants au fur et à mesure qu’ils lui naissent et finalement fait semblant de la répudier pour épouser une autre femme, plus jeune et mieux née. Grisélidis subit tous ces affronts sans murmure. Enfin, le projet de remariage s’étant révélé être une simple – et dernière – épreuve, Grisélidis est finalement réintégrée dans son statut d’épouse et de femme exemplaire. Elle va devenir un modèle de vertu pendant plusieurs siècles. Obéissance absolue, innocence, pudeur et modestie sont ses qualités le plus souvent mises en avant. Les détails vestimentaires, étayant ces signifiances, sont soulignés aussi bien par les écrivains que l’iconographie : on passe de la jeune fille, vêtue d’habits rudimentaires dans la maison de son père, à la femme aux atours nobiliaires, puis, au moment de la répudiation, à la quasi nudité.

Après Boccace, le premier à avoir relayé les traditions orales concernant le personnage en intégrant l’histoire dans son Décaméron (dernière nouvelle), elle est reprise par Pétrarque qui la moralise. Et c’est cette interprétation qui sert de base non seulement au Mesnagier de Paris, en moyen français à la fin du XIVe siècle – Grisélidis y figure entre la romaine Lucrèce et la biblique Susanne –, mais également, peu de temps après, à des prédicateurs latins : l’histoire de Grisélidis est devenue un exemplum que les XVIe et XVIIe siècles exploitent diversement mais en insistant toujours sur la vertu d’obéissance, la force morale et les qualités d’esprit de l’héroïne : le grand nombre de manuscrits et d’incunables nous ayant transmis les versions françaises de l’histoire attestent son grand et durable succès, dû certainement en grande partie à la dimension mythique qui lui est inhérente. Des amalgames originaux sont pratiqués notamment avec Jeanne d’Arc, tandis que la tradition, essentiellement bourgeoise à l’origine, va investir progressivement la sphère du peuple : les éditions bleues jouent certainement un rôle important dans cette évolution. Grisélidis, relevant à la fois de la mythologie romaine et chrétienne, va prendre place parmi les « femmes illustres ».

L’histoire reprend une teinture plus littéraire avec Perrault qui, à partir d’un livre de colportage sans doute, en propose une version quelque peu édulcorée, rationalisée ; l’accent se trouve déplacé vers la piété religieuse. Mais le théâtre, qui s’est emparé du sujet depuis le milieu du XVIe siècle, contribue également à la pérennité de la tradition : au début du XVIIIe siècle, les représentations prennent même le pas sur la forme de la nouvelle. De nombreuses ruptures s’observent ici, même si le sujet de la mise à l’épreuve reste central : Grisélidis devient tragi-comédie, devient mélodrame, devient opéra. Au XIXe siècle, un grand nombre de réécritures du conte voient le jour ; une dimension empathique les distingue, tandis que des voix s’élèvent (comme celle de Mirabeau qui refuse d’intégrer l’histoire dans sa traduction de Boccace) pour en dénoncer non seulement la cruauté mais aussi le manque de crédibilité. Mais la Bibliothèque bleue continue à l’écouler, jouant une nouvelle fois son rôle fondamental de relai lorsque les goûts et les modes « tournent ».

Ainsi donc, cette histoire a passionné toute l’Europe ; elle a connu de nombreuses variations selon les époques et la sensibilité particulière d’un pays. Elle est représentée dans tous les arts ; une iconographie particulièrement riche – qui a largement ponctué ce bel exposé d’archéologie littéraire et mythologique – reste le témoin indélébile de ce que des générations entières se sont sinon reconnues dans le personnage, du moins dans les affreuses beautés de ses souffrances et de ses victoires.

Intervenante:

Marie-Dominique LECLERC était Maître de Conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Docteur en Histoire et Civilisations de l’EHESS à Paris, elle a publié de nombreuses études sur la Bibliothèque bleue, les filiations textuelles de romans issus de la littérature médiévale, et sur l’imagerie populaire. Elle s’intéresse plus généralement à la culture populaire dans toutes ses formes d’expression (livrets, images, marionnettes, théâtre rural, lanterne magique, enseignes…). En outre, elle est directrice de la revue d’histoire régionale La Vie en Champagne et présidente de l’association Les Amis de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole.

Grisélidis ou le mythe de la femme parfaite

SÉANCE DU JEUDI 8 NOVEMBRE 2018

Marie-Dominique Leclerc (Maître de Conférence, URCA/Troyes)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

La Bibliothèque Bleue a joué un rôle très important dans la transmission de la mémoire culturelle aussi bien « savante » que populaire. De nombreux sujets, de nombreuses figures ont même acquis leur statut littéraire à partir d’un livre de colportage. La terrible histoire de Grisélidis en est un exemple.

Rendez-vous suivant : Jeudi 6 décembre 2018, 16h30-18h30.
K. Ueltschi : Saint-Nicolas et Père Noël : du rouge et du noir