Archives de catégorie : Séminaires

Séance du Ier décembre 2022

Jeudi 1er décembre 2022  à  17h-19h à la Bibliothèque R.de Sorbon

(Le lien Zoom pour suivre à distance sera publié ici mardi 29 novembre)

Matjaž Birk (Université de Maribor, Slovénie)

 Le roi Mathias (slo. kralj Matjaž) dans la mythologie slovène:

identité,   différence,  hybridité

Le roi Mathias joue un rôle emblématique parmi les figures historiques dans la mythologie slovène. D’abord, il fait référence à Mátyás Hunyadi (1443-1490),  connu sous le nom Corvin(us),  l’un des plus grands rois de Hongrie,  devenu plus tard roi de Croatie et de Bohême aussi. Dans son enfance, Mathias fut promis en  mariage à  Elisabeth de Cilli  (slo. Celje), la descendante d’une famille rivale des Habsbourg. La représentation du roi, à la croisée entre l’historie et l’imaginaire,   transférée dans le contexte culturel des Slovènes par des récits et des prophéties politiques,  évolua  au cours du temps. Jusqu’à aujourd’hui, le roi Mathias est ancré dans la mémoire collective comme une figure des contes populaires,  connue pour  sa  bonté et sa justice exemplaires.

Matjaž Birk est professeur de littérature de langue allemande à l’Universite de Maribor, en Slovénie, ayant fait des études d’allemand et de français à Ljubljana et à Vienne (Autriche). Ses recherches portent sur  la  littérature germanophone,  particulièrement celle de l’Autriche, depuis le XIXe siècle, notamment du  Vormärz, de la Modernité et de l’Exil, ainsi que sur la littérature régionale, les transferts littéraires et culturels, l’imagologie,  la spatialité littéraire  etc.

Téléchargement:

Affiche Mathias_Mythe_Annonce

 

Programme 2022-2023 – Grandes et Petites Mythologies

Saint Michel terrassant le Dragon, Livre d’heure d’Henri de Valois, Tours c. 1500.

Horaire : 17h-19h

Lieu : BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge

Jeudi 6 OCTOBRE, JEUDI 1er DECEMBRE 2022; Jeudi 2 FEVRIER, 2 MARS, 6 AVRIL, 4 MAI 2023.

Possibilité de suivre en distanciel: le lien zoom sera communiqué ici même le mardi précédent la séance.

TELECHARGEMENT
2022 2023 Programme Grandes et Petites Mythologies

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 15 – 2022

La fiction comme agencement d’actions renvoie au premier abord à un corpus romanesque extensible aux expressions cinématographique, voire théâtrale, sans recouvrir pour autant tout le champ littéraire. Ce volume propose d’en ouvrir la définition à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La parenté étymologique entre fiction et figure dans les langues romanes oriente vers cette acception générale susceptible d’englober tous les discours comme le fait Mallarmé: la fiction « semble être le procédé même de l’esprit humain ».

Il s’agit ici d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée sous un vocable commun, en s’attachant notamment aux écritures d’auteurs butant sur la fiction romanesque en lien avec l’idée qu’ils s’en font, ou ayant publié séparément des recueils poétiques et des romans. Et nous tenterons aussi plus largement, grâce aux philosophes, linguistes, et spécialistes d’autres cultures, de déterminer si vraiment tous les discours relèvent de la fiction au même degré.

SOMMAIRE

  • Anne-Élisabeth Halpern et Audrey Louyer Avant-propos

La pratique du langage comme fiction

  • Bertrand Marchal – La fiction selon Mallarmé

Fiction et non-fiction dans le récit

  • François Rastier – Vérité en littérature ou vérité de la littérature ?
  • Christine Chollier – Du récit d’esclave à la fiction sur l’esclavage
  • Audrey Louyer – Jorge Volpi : fiction et non-fiction d’un réel lacunaire
  • Marie-France Boireau – Récit et fiction dans L’Ordre du jour d’Éric Vuillard

Fiction et pratiques génériques différenciées

  • Anne-Élisabeth Halpern – « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman
  • Alain Trouvé – Aragon / Breton : roman, poésie, fiction

Fiction, hybridation et invention générique

  • Marika Piva – La fiction comme invention d’une forme et d’une signification
  • Jean-Louis Haquette – L’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique
Nb de pages :  184 p.
ISBN-10 2374961664
ISBN-13 9782374961668

Séance du 7 avril 2022: La roue de Fortune et le rouet

Miren Lacassagne, Université de Bordeaux
La roue de Fortune et le rouet 

Jeudi 7 avril 2022  *17h-19h* Bibliothèque Robert de Sorbon

C’est la dernière séance de l’année! Le programme de l’an prochain sera publié au courant du printemps.

TELECHARGEMENT :
Affiche M LACASSAGNE

CAHIER ICONOGRAPHIQUE

SITE CRIMEL Lacassagne Iconographie

La Faune et Flore dans la Grande et la Petite Mythologie

Après la Journée d’Étude consacrée à l’espace et le temps en février 2020, cette nouvelle Journée sera consacrée à la faune et la flore, voire les minéraux : les grandes comme les petites mythologies ont toujours exploité ces thèmes avec une dilection particulière et en ont fait le siège de leur langage intime. De grandes épopées, des lapidaires, des herbiers et des bestiaires en particulier, mais aussi des encyclopédies, enfin tous les contes du foyer nous transmettent un héritage immémorial au sujet de ces vénérables créatures, de leurs vertus secrètes, ainsi que des pactes qui de tout temps les ont liées aux hommes, pour le meilleur souvent, et parfois le pire.

Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers la grande ou la petite mythologie : le but ultime de tous nos travaux est de montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde.

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés ensemble avec les conférences données, dans le cadre du séminaire, entre septembre 2020 et juin 2022, dans le second volume des « Grandes et Petites Mythologies ».

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (on vous communiquera le lien ZOOM qui sera aussi disponible sur ce site quelques jours avant l’événement): karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

PROGRAMME :
Programme JE Mythologie Faune et Flore

Séminaire du 3 mars 2022

Anna Loba (Université Adam Mickiewicz, Poznan, Pologne)
Peau d’Âne et ses sœurs

 Les origines du conte de la jeune fille qui fuit le désir incestueux de son père et voit sa vertu récompensée par un beau mariage semblent remonter au Moyen Âge. De nombreux textes médiévaux contiennent certains éléments caractéristiques de ce récit, même si le thème de la peau d’animal servant de déguisement à la fugitive n’apparaît qu’au XVIe siècle. Un siècle plus tard ce motif a trouvé sa plus célèbre expression chez Charles Perrault dans le conte de « Peau d’Âne ». Cependant, il s’avère que l’héroïne du conteur français a de nombreuses sœurs et le manteau de peau d’âne n’est pas le seul costume animal qu’elles endossent. Dans mon exposé je voudrais me pencher sur l’histoire du conte de Perrault et réfléchir sur ses variantes présentes dans le recueil des frères Grimm et dans le folklore polonais.

Anna Loba est professeure à l’Université Adam Mickiewicz à Poznań (Pologne) où elle enseigne la littérature française du Moyen Âge et de la Renaissance. Ses recherches portent notamment sur la littérature didactique, religieuse et morale de la fin du Moyen Âge. Elle s’intéresse également au médiévalisme et à l’histoire de la littérature de jeunesse française et francophone. Elle a publié Le Réconfort des dames mariées. Mariage dans les écrits adressés aux femmes à la fin du Moyen Âge (2013). Elle a dirigé le volume Ton nom sera reluisant aprés toy par longue memoire. Études sur Christine de Pizan (2017). Elle est en train de préparer la traduction de La Cité des Dames de Christine de Pizan en polonais.

TELECHARGEMENT
Affiche Ana LOBA
mise à jour du 5 mars : Présentation utilisée lors de la conférence : Peau d’âne 1 ; Peaud’ane2-1

POUR PROLONGER SUR CE THEME
Frédéric Calas (dir.), Peau d’âne et peaux de bêtes, Clermont-Ferrand : Université Blaise Pascal Clermont-Ferrand, coll. “Mythographies Et Sociétés”, 2021, ISBN : 978-2845169791.
Voir ici le compte rendu sur Acta Fabula.

Séminaire du 3 février 2022 : Autour des Saturnales

Séminaire « Grandes et petites Mythologies »
Jeudi 2 décembre 2021, de 17h-19h

Valérie Wampfler
Autour des Saturnales

Les Saturnales sont des fêtes religieuses romaines précédant le solstice d’hiver, moment où, selon l’étymologie donnée par Pline le Jeune, le soleil (sol), dans son mouvement vertical apparent – de plus en plus bas dans le ciel en hiver, de plus en plus haut en été –, semble stationner (stare) au même endroit pendant quelques jours. Ce temps de suspens, de transition cosmique symbolise tant la fin d’un cycle qu’une renaissance, puisqu’après le 21-22 décembre, la durée du jour commence à croître à nouveau, comme si le mouvement du soleil s’était inversé.

Nous observerons comment, depuis l’Antiquité à nos jours, se font écho et se transforment les rites et pratiques qui accompagnent ce moment particulier, tous également marqués par une oscillation entre vie et mort, ordre et désordre, chute et rédemption, à l’instar des figures du divin que l’on y célèbre.

Valérie Boutrois-Wampfler est maîtresse de conférences de Langue et Littérature latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne ; à travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines de l’érudit dijonnais Claude-Barthélemy Morisot, elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur le roman antique et moderne et sur l’usage des modèles antiques (littérature, iconographie, politique) dans les réseaux savants du premier xviie siècle.

TELECHARGEMENT
Affiche V Wampfler

Crédits : Cosyn, Jean-Baptiste et Jean l’évangéliste, fin XVIIe siècle, maison de Bellone, 46 rue de Flandres, Bruxelles – photo personnelle.

Compte rendu de “Monts et abîmes” dans la revue Iris

Le compte rendu par Cristina Noacco de Grandes et Petites Mythologies I. Monts et abîmes dans le numéro 41 de 2021 de la revue Iris :

“Dans ce volume, qui est annoncé comme le premier d’une série, les directrices de l’ouvrage réunissent les travaux issus d’un séminaire et d’une journée d’étude qui s’étaient déroulés en 2018 et 2019 à l’université de Reims, dans le cadre du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires.

L’objectif déclaré est de porter à la lumière la « petite » mythologie (niedere Mythologie, la formule est des frères Grimm), fruit des traditions populaires, et de relever les passerelles qui existent entre celle-ci et les domaines de la « grande » mythologie, antique ou biblique, par exemple.

Le volume est parfaitement équilibré, puisque les deux parties qui le composent comprennent sept contributions chacune : la première est consacrée aux figures mythologiques, tandis que la seconde explore les catégories de l’espace et du temps. […]”

Lire la suite.

TELECHARGEMENT :
CR Volume 1 iris-2285

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)

Séminaire du 2 décembre 2021 : le mythe de Pygmalion hier et aujourd’hui

Séminaire « Grandes et petites Mythologies »
Jeudi 2 décembre 2021, de 17h-19h

ALAIN TROUVÉ
Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui 

Le mythe de Pygmalion appartient à la grande mythologie tardive. Il raconte dans sa version la plus connue l’histoire d’un sculpteur qui s’éprend de la statue de femme qu’il a créée. Selon Ovide, Pygmalion est pris en pitié par Vénus / Aphrodite, qui donne vie à la statue. Longtemps, malgré ce précédent latin, le traitement artistique a privilégié le thème du dédoublement entre un amour idéalisé et un amour terrestre imparfait. Le retour au premier plan du thème de l’artiste créateur aux XVIIIe et XIXe siècles est sans doute à relier à une mutation qui s’effectue au même moment au sein de l’esthétique, laquelle s’affranchit de la tutelle religieuse et d’un beau transcendantal. Le XXe siècle va plus loin, mettant en question chez certains de ses artistes la répartition des rôles entre l’homme en sujet créateur et la femme objet de célébration. George Bernard Shaw, dans sa pièce Pygmalion, écrite en 1913, propose peut-être la première transposition satirique attaquant la tradition dans ses présupposés idéologiques. Le linguiste Higgins, imbu de sa science, forme le projet de transformer une marchande de fleurs en duchesse en lui faisant perdre son accent des faubourgs. Mais Eliza Doolittle, l’objet de l’expérience, esquisse une rébellion contre le succès de cette entreprise et contre son Pygmalion. De son côté, la romancière Elsa Triolet (1897-1970) interroge par des références à cette légende sa situation au sein du couple d’artistes créateurs qu’elle forme avec l’écrivain Louis Aragon. Comment exister en tant que femme écrivain dans l’ombre relative de celui qui vous célébra comme Muse (Les Yeux d’Elsa) ? Le retour au mythe, direct dans L’Âme (1963), s’effectue aussi par la médiation intertextuelle. On retrouve Shaw, bien connu de Triolet, sous une forme allusive dans La Mise en mots (1969). Luna-park (1959) fait de son côté une large place à Trilby, roman populaire de George Du Maurier (1894), qui raconte déjà, avant Shaw, une histoire un peu similaire : la métamorphose d’une blanchisseuse en cantatrice sous le regard de son mentor, Svengali, musicien génial et inquiétant.

La pièce de Shaw a donné lieu à de nombreuses transpositions sous forme de comédie musicale (Lerner et Loewe, 1956) ou de films, le plus connu restant My fair Lady de George Cukor (avec Rex Harrisson et Audrey Hepburn, 1964). Ainsi, ces avatars modernes du mythe renouent avec les formes oralisées et visualisées qui sont aussi au cœur de la tradition légendaire et populaire des supposées « petites mythologies ».

Alain Trouvé est maître de conférences HDR à l’Université de Reims Champagne Ardenne, membre du CRIMEL. Vingtièmiste et théoricien de la lecture, il coanime depuis quinze ans le Séminaire Approches Interdisciplinaires et Internationales de la Lecture (A2IL). Derniers ouvrages publiés : Lire l’humain (Lyon, ENS éditions, 2018), Nouvelles déclinaisons de l’Arrière-texte (Reims, Epure, 2018) et Cinq études sur Aragon Théâtre / Roman (Reims, Epure, 2021).

Prochaine séance : jeudi 3 février 2022
Valérie Wampfler (URCA-CRIMEL) : « Autour des Saturnales »

TÉLÉCHARGEMENT : 
Affiche TROUVE Alain

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)