Archives de catégorie : Séminaires

Grandes et Petites Mythologies – Séance du 7 novembre 2019

GALINA KABAKOVA
« Satan, le diable et les esprits des lieux
dans les récits étiologiques slaves »

Bibliothèque Robert de Sorbon – Campus Croix-Rouge
16h30-18h30

La conférence s’appuie sur les textes de tradition orale recueillis aux XIXe-XXIe siècle et explore les sources des représentations diaboliques qui se trouvent à la fois dans la tradition apocryphe chrétienne et les systèmes mythologiques des peuples finno-ougriens. Les développements de nombreux motifs liés à ces personnages dans l’oralité et à leur impact sur les pratiques quotidiennes constituerons le cœur de l’investigation.

Galina Kabakova est maître de conférences en civilisation russe à Sorbonne Université. Depuis vingt ans elle traduit, publie et étudie les contes du monde entier.

Contact: Karin Ueltschi – karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

Crédits:
* bandeau: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica.
* illustration: Pier-Paul Rubens, L’éducation d’Achille par Chiron, 1630, Musée du Prado, Madrid.

Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser?

SÉANCE DU JEUDI 3 OCTOBRE 2019

Bernard TEYSSANDIER
Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser?
Variations et dissolutions mythologiques

 

Bibliothèque Robert de Sorbon – Campus Croix-Rouge
16h30-18h30

La fortune iconographique du centaure Chiron, maître d’éducation, est impressionnante.  Après avoir triomphé à l’époque néo-classique, cette figure mythologique « médiane », en cela qu’elle ne se situe pas exactement au sommet du Panthéon de la Fable tout en restant corrélée à la tradition écrite, disparaît de notre horizon contemporain. De ce point de vue,  le Grand Siècle constitue sans doute un point d’observation intéressant pour en étudier les avatars, notamment par le prisme de l’éducation du prince et de ses représentations.

Bernard Teyssandier est spécialiste de littérature française du XVIIe siècle, est maître de conférences Hdr à l’Université de Reims. Ses travaux l’ont notamment conduit à interroger les rapports du texte et de l’image dans la perspective de l’éducation du prince au Grand Siècle et de ses représentations. Il est l’auteur entre autres de  Gabriel Naudé, Avis pour dresser une bibliothèque, édition annotée et établie par B. Teyssandier, Paris, Klincksieck, 2008 ; La Morale par l’image. La Doctrine des mœurs dans la vie et l’œuvre de Gomberville, Paris, H. Champion, 2008 ; Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie, édition critique établie sous la direction de B. Teyssandier, Reims, Épure, 2012 ; Jean Héroard, De l’institution du prince (1609), édition annotée et établie par B. Teyssandier, Paris, Hermann, 2013.

Contact: Karin Ueltschi – karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENTRésumé Centaure-TEYSSANDIER:
Ajout au 8 octobre 2019:

Crédits:
* bandeau: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica.
* illustration: Pier-Paul Rubens, L’éducation d’Achille par Chiron, 1630, Musée du Prado, Madrid.

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 5)
CRIMEL-CIRLEP
2019-2020

Séminaire dirigé par : Christine Chollier (CIRLEP EA 4299), Alain Trouvé et Anne-Elisabet Halpern (CRIMEL EA 3311).

ANNONCE

D’innombrables travaux ont placé la fiction au centre de leur recherche depuis des décennies. Nous voudrions introduire une inflexion fondée sur des pratiques touchant à l’écriture littéraire et à la théorie. Nous proposons, pour explorer ce problème, de soumettre aux intervenants la forte hypothèse posée naguère par Jacques Rancière, hypothèse qui conduit à une différenciation partielle. Rappelons-la :

“Le régime représentatif de l’art n’est pas celui de la copie, mais de la fiction, de l’« agencement d’actions » dont parle Aristote. C’est ce concept qui libère l’art de la question de la vérité et de la condamnation platonicienne des simulacres. En revanche le « procédé général de l’esprit humain » sépare l’idée de fiction de celle d’« agencement d’actions » ou d’histoire. La fiction devient une procédure d’agencement des signes et des images, commune au récit et à la fiction, au film dit documentaire et au film racontant une histoire. Mais alors cet agencement des signes n’est plus « hors-vérité ». Quand la fiction devient une « procédure générale de l’esprit humain », elle est à nouveau sous la législation de la vérité. C’est ce que dit en substance Flaubert : si une phrase sonne mal, c’est que l’idée est fausse.” (Et tant pis pour les gens fatigués, Paris, Amsterdam, 2009, p. 156)

La fiction comme « agencement d’actions » renvoie clairement à un corpus romanesque extensible par l’idée d’histoire ou de fable aux expressions cinématographique, voire théâtrale. La fiction comme « procédure d’agencement des signes et des images » ouvre vers une signification plus large qui pourrait s’appliquer à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La « procédure générale de l’esprit humain » dont parle Rancière est empruntée à Mallarmé glosant lui-même Descartes dans ses Notes sur le langage :

“Enfin la fiction lui semble être le procédé même de l’esprit humain – c’est elle qui met en jeu toute la méthode, et l’homme est réduit à sa volonté.
Page du discours sur la Méthode.”

Il s’agit d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée, peut-être, sous un vocable commun.

Argumentaire complet

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Jeudi 19 septembre 2019
Bertrand Marchal (U. Paris 4 Sorbonne), « La notion de fiction selon Mallarmé » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 10 octobre 2019
Marika Piva (U. de Padoue), « La fiction comme invention d’une forme et d’une signification » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 14 novembre 2019
Anne-Elisabeth Halpern (U. de Reims, CRIMEL), « “Ici commence le roman de Jean-François Chahux” : Henri Michaux, la fiction sans le roman » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 12 décembre 2019
Alain Trouvé (U. de Reims, CRIMEL), « Aragon / Breton : roman, poésie, fiction » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 16 janvier 2020
Jacques Rancière, [titre à préciser]

Jeudi 13 février 2020
Jean-Louis Haquette (U. de Reims, CRIMEL), « “L’histoire de ma vie” de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique »

Jeudi 12 mars 2020
Mathieu Simard (U. d’Ottawa), « Fictions de la fiction. Imaginaire de la catégorie « fiction » en régimes poétique et romanesque »

Jeudi 19 mars 2020
Christine Chollier (U. de Reims, CIRLEP), « Régimes esthétique et éthique du récit d’esclave : The Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American slave, written by Himself (1845) »

Jeudi 09 avril 2020
Marie-France Boireau (U. d’Orléans), « Récit et fiction dans deux récits d’Éric Vuillard : 14 juillet et L’ordre du jour »

Jeudi 14 mai 2020
Giovanni Berjola (U. de Lorraine), « Poésie et roman : genres et postures de la fiction intime »

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bibliothèque Robert de Sorbon – salle 140
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Grandes et petites mythologies: PROGRAMME 2019-2020

Programme 2019 -2020

Albert Anker, Königin Bertha und die Spinnerinnen (1888), Musée des Beaux-Arts, Lausanne

Le séminaire se tiendra le premier jeudi du mois.

DATES: 3 octobre, 7 novembre et 5 décembre 2019 ; 6 février (journée d’étude), 5 mars, 3 avril 2020.

HORAIRE: 16h30-18h30

LIEU: Bibliothèque Robert de Sorbon

Jeudi 3 octobre, Bernard Teyssandier (Université de Reims), “Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser? Variations et dissolutions mythologiques”

Jeudi 7 novembre :  Galina Kabakova (Université de Paris IV), “Satan, le diable et les esprits des lieux dans les récits étiologiques slaves”

Jeudi 5 décembre : Virginie Le Roux (EPHE – PSL),  Sujet autour de Bacchus ou de Morphée

Jeudi 6 février : Journée d’étude : « Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps ».

Jeudi 5 mars, Asdis Magnusdottir (Université d’Islande), “Géants, revenants et angoisse. Les monstres de la nuit dans une saga islandaise (Saga de Grettir)”.

Jeudi 2 avril,Christine Ferlampin-Acher (Université Rennes II),  “Les fées dans les romans arthuriens tardifs: phénomène de mode?”

Crédit: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica

Autour de Mélusine

Roman de Mélusine, par Couldrette, vers 1450-1500. BNF Fr. 24383, fol. 19

SÉANCE DU JEUDI 4 AVRIL 2019

Laurence HÉLIX
Autour de Mélusine

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Au tournant des XIVème et XVème siècles, la fée Mélusine est l’héroïne de deux romans – l’un en vers, l’autre en prose – qui font entrer dans la culture savante cette figure fascinante de la culture folklorique et populaire. A la fois « défricheuse et bâtisseuse », pour reprendre ici les célèbres mots de Jacques Le Goff, la jeune épouse du chevalier Raymondin incarne les idéaux de l’âge féodal et le rêve de tout chevalier : régner sur un territoire prospère et donner naissance à une nombreuse descendance.

Mais Mélusine dépasse et transcende les limites du Moyen Âge occidental : incarnant un schéma récurrent et mythique, celui de l’épouse merveilleuse qui s’unit à un simple mortel, elle interroge le rapport complexe entre l’autre monde et l’ici-bas et traduit l’étrange perméabilité de la frontière séparant les vivants et les morts. Tour à tour adulée et rejetée, Mélusine illustre aussi l’ambivalence d’une littérature portant sur la femme un regard où se mêlent la crainte et la fascination. Enfin, plus fondamentalement peut-être, Mélusine soulève l’épineuse question du lien entre culture savante et culture populaire : quand le folklore païen devient matériau littéraire, sous les traits rassurants de la bonne fée surgissent parfois ceux de l’effrayante sorcière !

Laurence Hélix est maître de conférence en langue et littérature médiévales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Cette séance sera la dernière de l’année 2018-2019.

TÉLÉCHARGEMENT:
Ajout au 8 avril 2019: Résumé de la séance

Crédit: Gustave Doré, [Le Chaperon rouge fut bien étonné de voir comment sa grand’mère était faite en son déshabillé] – source: Gallica

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps

Appel à communications

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps.
L’imaginaire géographique et calendaire.

6 février 2020

Une confluence particulièrement féconde de la Grande et de la Petite Mythologie s’ancre dans l’espace, voire le temps ; la toponymie, qui connaît des villages comme Saint-Mercure ou encore Saint-Abraham en est un témoin vivant. La montagne, l’île, Rome, Babel, le Septentrion, l’Autre Monde, le Paradis… –  autant de lieux évocateurs qui ont depuis toujours offert une hospitalité généreuse à l’imaginaire issu des sphères olympiennes comme des traditions populaires qui les ont investis avec bonheur, profusion et constance.

Ainsi donc, l’imaginaire géographique et calendaire sera le fil conducteur de cette journée d’étude qui s’inscrit dans les travaux de notre séminaire “Petites et grandes mythologies” et dont les contributions seront publiées dans le premier volume de nos « Actes ». Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers l’un des deux domaines : quel que soit le propos, on rappellera les récurrences et la tension dialectique qui peuvent être établies entre les différentes traditions antiques, bibliques, celtiques, germaniques, populaires…Enfin, la valorisation d’une dimension diachronique sera, le cas échéant, la bienvenue.

CONTACT
Karin Ueltschi: karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

Propositions à envoyer pour le 30 mai 2019.

TÉLÉCHARGEMENT
Argumentaire

Crédit: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica

le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au lion

SÉANCE DU JEUDI 7 MARS 2019

Philippe WALTER
Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion
(Chrétien de Troyes)

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

On peut penser ce que l’on veut de la théorie sur l’imaginaire proposée par Gilbert Durand (qui a créé le Centre de recherche sur l’Imaginaire de Grenoble en 1966 avant de m’en confier la direction en 1999). En revanche, on ne peut plus ignorer de nos jours l’idée essentielle qui a structuré toute sa recherche : l’interdisciplinarité. Son sentiment profond (prémonitoire en 1966 !) est qu’il n’y a pas des sciences humaines mais une science de l’Homme reposant sur une vision holistique de la connaissance. Toute recherche novatrice aujourd’hui exige de faire dialoguer plusieurs savoirs autour d’un même objet de recherche. Il faut faire converger les analyses de plusieurs disciplines afin de réaliser une nouvelle synthèse de leurs acquis dans une perspective délibérément anthropologique. C’est évidemment plus facile à dire qu’à faire. Notre présentation tentera de relever ce défi. Elle ne prétend pas à l’exemplarité ; elle explore une voie parmi bien d’autres et fera appel à la philologie et à la linguistique, à la mythologie (toutes les mythologies), à l’ethnologie (et au folklore injustement décrié), à l’histoire des religions, à l’anthropologie de l’imaginaire.

Le nain tricoteur et fouettard que l’on rencontre dans le Chevalier au Lion sera notre objet d’étude. En terre champenoise, le sujet s’impose d’emblée et un hommage particulier sera rendu à Rachi, lexicographe de l’ancien français, qui offre des pistes incomparables à notre enquête. Évidemment, on se demandera si ce nain relève de la grande ou de la petite mythologie. Au terme de notre itinéraire, il apparaîtra que cette hiérarchie doit être dépassée. Après l’établissement du récit de base associé à ce nain, il s’agira de l’explorer sous toutes ses facettes : onomastique et philologique, ethnologique et comparatiste, narratologique et mythologique. Les deux actions illustrées par le nain (tricoter et fouetter) relèvent d’un complexe mythico-rituel qui sera analysé en tant que tel et interrogé sous l’angle de plusieurs disciplines (histoire des religions, mythologie indo-européenne et folklore français et européen). On verra que, sous cet angle, l’épisode apparemment isolé du géant Harpin et de son nain apparaît étroitement lié à la trame principale du roman de Chrétien et à la grande divinité qui apparaît dès le début de l’œuvre : le bouvier géant et hirsute. Son nom de code (mythique) sera révélé lors de la séance.

Philippe WALTER est Professeur émérite à l’Université de Grenoble-Alpes, Directeur émérite du Centre de Recherche sur l’Imaginaire (Grenoble), co-fondateur du Centre de Recherches Internationales sur l’Imaginaire (CRI2i) et membre de l’Académie Nationale de Metz

TÉLÉCHARGEMENT
Ajout au 11 mars 2019: Résumé de la séance.

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
Jeudi 4 avril, 16h30-18h30
Laurence Hélix, “Autour de Mélusine”

Crédit: Gustave Doré, [Le Chaperon rouge fut bien étonné de voir comment sa grand’mère était faite en son déshabillé] – source: Gallica

Du jeu dans la théorie de la lecture

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 4)
CRIMEL-CIRLEP
2018-2019

Séminaire dirigé par : Christine ChollierMarie-Madeleine Gladieu (CIRLEP EA 4299), Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé (CRIMEL EA 3311).

 

ANNONCE

Introduire la notion de jeu dans la théorie de la lecture est a priori le contraire d’une innovation. Les Rencontres Internationales de Reims qui se sont tenues durant la dernière semaine de mai ont placé la lecture comme jeu au cœur de l’hommage rendu par l’université et la ville de Reims au professeur Michel Picard, fondateur en 1976 à Reims du premier Centre de Recherche sur la Lecture littéraire et auteur d’un essai marquant, La Lecture comme jeu (Minuit, 1986). Les débats qui ont associé nombre de jeunes chercheurs ont évoqué comme un fil conducteur la formule toujours novatrice de Picard décrivant la littérature comme une activité. Cette position non essentialiste implique que l’activité littéraire se déploie dans le cadre d’une relation verbale, d’une performance redoublée plaçant en résonance une parole d’auteur dont le style serait la trace et une parole de lecteur investissant le texte à lire de différentes manières, selon les contextes. Le thème directeur des deux derniers séminaires consacrés à cet objet difficile à cerner, les « Paroles de lecteurs », a pu ainsi venir dialoguer avec la notion de jeu qui implique de saisir la relation littéraire comme une activité de synthèse intégrant toutes les composantes de la personne : composante psychoaffective (le lu), corporelle et sensible à la présence au monde (le liseur), intellectuelle et apte au maniement du symbolique (le lectant). La performance liée à la parole au sens plein du terme ne se décline pas de la même manière selon que l’enjeu en est une traduction du texte d’auteur dans une autre langue, un commentaire interprétatif élaboré dans une salle de classe ou une représentation théâtrale, voire la simple profération orale, en public, d’un texte fabriqué par autrui.

Argumentaire complet

 

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Jeudi 20 septembre 2018

Christine Chollier, « Articuler instances lectorales et régime textuel: du jeu entre théories : l’exemple de City of glass de Paul Auster » (salle R240)

Jeudi 18 octobre 2018

Alain Trouvé, « Bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss) » (Salle R202)

Jeudi 22 novembre 2018

François Rastier, « Un jeu sérieux : la mission critique de la littérature » (Salle 17026, Bâtiment de l’UFR Lettres, face à la MSH)

Jeudi 14 février 2019

Nathalie Roelens (U. Luxembourg) : « Rien ne va plus »

Jeudi 28 mars 2019

Gabrièle Wersinger (URCA) : « le jeu d’Erôs dans la Pharmacie platonicienne de Jacques Derrida ».

Jeudi 25 avril 2019

Marie-France Boireau (U. Orléans) : « Aragon : J’abats mon jeu: autour des Cloches de Bâle »

Jeudi 15 mai 2019

Johanne Le Ray (U. Paris VII) : sujet à préciser

 

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

 

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie

SÉANCE DU JEUDI 7 FÉVRIER 2019

Natacha Rimasson-Fertin
(Maître de Conférences, Université de Grenoble)

SALLE E13, Maison de la Recherche (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette contribution cherche à retracer l’évolution de la représentation de quelques êtres de la petite mythologie dans les Contes de Grimm au fil des éditions du recueil, du manuscrit de 1810 à la dernière édition revue par les Grimm de leur vivant, en 1857. En effet, sorcières et magiciennes, ondins et ondines, comme d’autres êtres surnaturels, n’ont pas toujours eu les traits que nous leur connaissons aujourd’hui et qui ont contribué à les ancrer durablement dans notre mémoire de lecteur.
À partir de plusieurs exemples illustrant le devenir de ces êtres sous la plume des Grimm, on s’interrogera sur le rôle à attribuer aux auteurs du plus célèbre recueil de contes allemands : plutôt que des collecteurs cherchant à sauver de l’oubli le petit peuple des croyances populaires, n’en auront-ils finalement pas été les fossoyeurs ?

TÉLÉCHARGEMENT
Résumé de la communication

PROCHAIN RENDEZ-VOUS
Jeudi 7 mars, 16h30-18h30: Philippe Walter, “Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion (Chrétien de Troyes)”

Crédit: Gustave Doré, [Le Chaperon rouge fut bien étonné de voir comment sa grand’mère était faite en son déshabillé] – source: Gallica

Prolongements sur le Père Noël et saint Nicolas

En prolongement de la séance du 6 décembre, des participants du séminaire ont proposé des compléments: Helga Meise, Julie Hervieu, A. Lusina et E. Fascio-Lusina et Jean-Louis Haquette.

Qu’ils en soient ici remerciés!

TÉLÉCHARGEMENT:
Textes sur le Père Noël et Saint-Nicolas

Crédit: Gustave Doré, [Le Chaperon rouge fut bien étonné de voir comment sa grand’mère était faite en son déshabillé] – source: Gallica