Archives de catégorie : Journées d’étude

The Good Place

The Good Place – journée en ligne

Vendredi 14 juin 2024

Journée d’étude en ligne organisée par Justine Breton (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL), Claire Cornillon (Université de Nîmes, RIRRA 21) et Florent Favard (Université de Lorraine, Crem).

Inscription gratuite sur le framaforms.

Programme

10h : Introduction, Justine Breton, Claire Cornillon and Florent Favard

10h15 : « Devenir la meilleure version de soi-même, médiation des enjeux moraux et éthiques dans la série The Good Place », Charlotte Mariel

11h : « The Good Place, série kantienne ? », Rémi Zanni

11h45 : « The Good, the Bad, and the Medium: towards a screen cartography » (video essay), Nilüfer Neslihan Arslan

12h30 : Pause

***

14h : « Les (re)configurations narratives de The Good Place », Claire Cornillon et Florent Favard

14h45 : « The 12th Man: Masculinity, Jason Mendoza and the Jacksonville Jaguars », Mélissa Beattie

15h30 : « “Do you hear Ariana Grande playing ?” : les paradis sonores de The Good Place », Jérémy Michot

16h15 : Discussion

Journée d’étude Sexy pop II

Sexy pop « sexier & sexier »

Mardi 7 mai 2024

Deuxième volet de la journée d’étude transatlantique, organisé par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Antonio Dominguez Leiva (UQAM),Clément Pélissier (UGA) et Lorène Trémerel (URCA).

Lire l’argumentaire de la journée

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpe), « L’assassin grivois ! Humour sexy et récits initiatiques dans le manga Assassination Classroom »

9h30/15h30 : Stella Louis (Université Paris-Nanterre), « Puissance érotico-horrifique du vampire dans la culture populaire, ou : qu’est-ce qui est sexy chez le vampire ? »

10h/16h : Albain Le Garroy (Université Bordeaux-Montaigne), « Vaudou ou la possession par le sexy chez Alan Moore »

10h30h/16h30 : Pause

11h/17h : Lorène Trémerel (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Entre lubricité et horreur : The Black Room : where evil takes on a sexy side »

11h30/17h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine), « Raiders of the hot tape : fictions de jeunesse et quête de la vidéocassette classée X »

12h/18h : Sébastien Hubier (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Pin-ups au combat. Bombasses et canons, de la Grande Guerre à la guerre d’Ukraine »

12h/17h : Table ronde

Pour participer à la journée d’études en visio, merci d’envoyer un mail à sebastien.hubier@univ-reims.fr.

Journée d’étude « Fins de séries, séries sans fin »

Journée d’Étude « Fins de séries, séries sans fin »

Vendredi 29 mars 2024

Auditorium de la Médiathèque Jean-Falala (Reims)

Organisée par Sébastien Hubier et Emmanuel Le Vagueresse (URCA, Université de Reims Champagne-Ardenne)

Avec le concours des Bibliothèques de Reims, des laboratoires de recherche CIRLEP et CRIMEL, de la MSH de Champagne-Ardenne et de l’URCA

Continuer la lecture de Journée d’étude « Fins de séries, séries sans fin »

Journée d’étude « Geeks everywhere »

« Geeks everywhere » – Aftermath

Vendredi 15 mars 2024

Journée d’étude organisée par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Antonio Dominguez Leiva (UQAM) et Clément Pélissier (Grenoble-Alpes).

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Sébastien Hubier (URCA), Ready Player One: Neobaroque Novel & Mind Fuck Movie.

9h30/15h30 : Justine Simon (Université de Franche-Comté), « Mon humain est un geek ». Culture du  chaton mignon 2.0 : Remix, identité et objets dérivés.

10h/16h : Pause

10h30/16h30 : Marion Velain (Université du Québec à Montréal), Geeks, dorks et nerds dans Geekerella (2016) d’Ashley Poston : tension entre les différentes formes de « geekiness »

11h/17h : Antonin Marquis (Université de Sherbrooke), Le Rôle du jeu de rôle dans le roman Tas-d’roches   de Gabriel Marcoux-Chabot.

11h30/17h30 : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpes), « I’m Pickle Rick !! » : la surenchère   geek, ressort de l’humour noir dans Rick & Morty.

12h/18h : Table ronde

Télécharger le programme

Pour participer à la journée d’études en visio, merci d’envoyer un mail à sebastien.hubier@univ-reims.fr

Littérature, traduction et errance(s)

Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture

Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

« Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie »
jeudi 1er février 2024 – 9h à 17h

Journée d’étude organisée par Karin Ueltschi dans le cadre du séminaire « Grandes et petites mythologies ».

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’étude sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Continuer la lecture de Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

MONSTER(S) ON SCREEN(S) III

Monster(s) on Screen(s)
The Third of the Name

mardi 14 novembre 2023

Troisième journée d’études  virtuelle sur l’imaginaire des monstres à l’écran, organisée par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Lorène Trémerel (URCA) et  Antonio Dominguez Leiva (UQAM).

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Oumy Sow (Université de Sherbrooke), « Sorcières et Noires : un enchantement impossible ? »

9h30/15h30 : Albain Le Garroy (Université de Bordeaux-Montaigne), « Vigo, un canal de la haine. Une étude du portrait de Vigo dans le film Ghostbusters 2 »

10h/16h : Pause

10h30/16h30 : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpes), « Dans la jungle de béton : le règne des monstres-mutants comme raison d’être de Spider-man »

11h/17h : Sébastien Hubier (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Tueurs en série et monstres cannibales, d’Hannibal à Dahmer »

11h30/17h30 : Antonio Domínguez Leiva (Université du Québec à Montréal), « Nous autres (monstres) victoriens ».

12h/18h : Table ronde

Télécharger le programme

Pour participer à la journée d’études en visio : https://uqam.zoom.us/j/85353116502

Le théâtre de la sidération

Journée d’étude organisée
par Christine Sukic (CIRLEP) et Séverine Reyrolle (CRIMEL)

Le théâtre de la sidération (XVIe-XXIe siècles)

Vendredi 23 juin 2023
9h30 – 21h30

PROGRAMME

9h30 : Accueil des participants

9h45 : Introduction

Session 1 : Dynamiques de la sidération dans le théâtre espagnol et français du XVIIe siècle

10h-10h20 : L’hyperviolence dans le théâtre espagnol du Siècle d’Or
par Christophe COUDERC (Université Paris Nanterre)

10h20-10h40 : De l’agitation à la sidération : dynamiques comparées de No hay ser padre siendo rey de Rojas Zorilla et Venceslas de Rotrou
par Liliane PICCIOLA (Professeur émérite des Universités)

10h40-11h : Discussion

11h-11h15 : Pause

Session 2 : Formes de la sidération sur les scènes francophones préclassiques

11h15-11h35 : La sidération dans le théâtre humaniste français
par Nina HUGOT (Université de Lorraine)

11h35-11h55 : La sidération en comédie. Les exemples de Mélite et de La Place Royale de Corneille
par Sandrine BERRÉGARD (Université de Strasbourg)

11h55-12h15 : Discussion

12h15-14h : Déjeuner à la Comédie

Session 3 : Théâtre anglophone de la première modernité : sidération et action scénique

14h-14h20 : No breath, nor sense, nor motion in them both, suicides imitatifs dans Didon, Reine de Carthage et Tamerlan le Grand, Partie 1
par Irène VILQUIN (Université Sorbonne Nouvelle)

14h20-14h40 : Stupeur et tremblements: conjurer le désastre dans The Tragedy of Mariam d’Elizabeth Cary (1613)
par Sophie LEMERCIER-GODDARD (ENS Lyon)

14h40-15h : Discussion

Session 4 : Mises en scène contemporaines de la sidération

15h-16h : Entretien avec Chloé DABERT (Directrice de la Comédie de Reims) sur ses mises en scène de Lucy Kirkwood

16h-16h15 : Pause

Session 5 : Expériences du spectateur et théâtre de la sidération

16h15-17h30 : Masque augmenté et double narration
par David GIRONDIN MOAB (Icima et Compagnie Pseudonymo) sur le spectateur augmenté et entretien

17h30 : Premières conclusions

20h : Diner et soirée théâtrale à L’Atelier
Les adultes n’existent pas avec la Jeune troupe de Reims, conçu et mis en scène par Matthieu CRUCIANI

Télécharger le programme

LIEU :
La Comédie, Centre Dramatique National de Reims
3 Chaussée Bocquaine

INFORMATIONS & CONTACT :
Stéphanie HATAT / 03 26 91 36 15 / stephanie.hatat@univ-reims.fr
Carole SCHMITZ / 03 26 91 36 19 / carole.schmitz@univ-reims.fr

Crédits : Le Jugement dernier, détail , Michel Ange, Chapelle Sixtine.

L’écrivain révolté et le roman dans le second XIXe siècle

L’écrivain révolté et le roman dans le second XIXe siècle :
formes et usages du genre romanesque

Vendredi 26 mai 2023
8h30-17h30

Journée d’étude organisée par Aurélien Lorig, avec le soutien du CRIMEL.

LIEU
Université de Reims
Bâtiment 13 (recherche)
Salle R418

PRÉSENTATION

L’essoufflement du Naturalisme lorsque paraît La Terre de Zola en 1887 ouvre la voie à une crise du roman, laquelle est en réalité une remise en question du roman réaliste. La génération symboliste considère l’esthétique naturaliste comme une esthétique incapable de rendre compte de la complexité de l’individu moderne pétri d’hésitations et de désillusions. Genre à la fois protéiforme et malléable, le roman est un lieu de cristallisation des enjeux culturels, politiques et idéologiques. Assimiler le roman à la volonté de reproduire une illusion du réel ne permet pas à une génération entière d’écrivains d’y trouver un genre capable de servir leurs idées et leurs visions du monde.

Dans le second XIXe siècle, il existe une littérature engagée, dans la lignée de Jules Vallès. Cette littérature engagée est notamment incarnée par Georges Darien et Octave Mirbeau, tous deux pourfendeurs de la bourgeoisie fin-de-siècle qu’ils ne connaissent que trop bien et qu’ils abhorrent en raison même de leur proximité avec ce milieu. Quant à Léon Bloy, pèlerin de l’Absolu, il incarne une sorte de mysticisme prophétique au tournant d’un siècle placé sous le signe de la décadence.

Chacun à leur manière, ces écrivains révoltés aspirent à donner au roman une autre issue que celle du Réalisme ou du Naturalisme. Ils se soulèvent, contestent, manifestent leur indignation, souvent dirigée contre la bourgeoisie. Ils n’hésitent pas à repousser les limites du roman en le replaçant à la frontière d’autres genres et en remettant en question certaines de ses conventions.

Continuer la lecture de L’écrivain révolté et le roman dans le second XIXe siècle

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search