Archives de catégorie : Appels à communication

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps

Appel à communications

Confluences mythologiques : au carrefour de l’espace et du temps.
L’imaginaire géographique et calendaire.

6 février 2020

Une confluence particulièrement féconde de la Grande et de la Petite Mythologie s’ancre dans l’espace, voire le temps ; la toponymie, qui connaît des villages comme Saint-Mercure ou encore Saint-Abraham en est un témoin vivant. La montagne, l’île, Rome, Babel, le Septentrion, l’Autre Monde, le Paradis… –  autant de lieux évocateurs qui ont depuis toujours offert une hospitalité généreuse à l’imaginaire issu des sphères olympiennes comme des traditions populaires qui les ont investis avec bonheur, profusion et constance.

Ainsi donc, l’imaginaire géographique et calendaire sera le fil conducteur de cette journée d’étude qui s’inscrit dans les travaux de notre séminaire “Petites et grandes mythologies” et dont les contributions seront publiées dans le premier volume de nos « Actes ». Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers l’un des deux domaines : quel que soit le propos, on rappellera les récurrences et la tension dialectique qui peuvent être établies entre les différentes traditions antiques, bibliques, celtiques, germaniques, populaires…Enfin, la valorisation d’une dimension diachronique sera, le cas échéant, la bienvenue.

CONTACT
Karin Ueltschi: karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

Propositions à envoyer pour le 30 mai 2019.

TÉLÉCHARGEMENT
Argumentaire

Crédit: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica

L’édition de création 1930-1970. Le grand illustré, et après ?

Appel à communications

3 juin 2019
Bibliothèque de l’Arsenal

Journée d’étude organisée par
Sophie Lesiewicz (BLJD/UMR Thalim) et
Anne-Christine Royère (URCA/CRIMEL)
en partenariat avec la Bibliothèque de l’Arsenal

Lorsqu’en 1928 Raymond Hesse dresse le bilan des entreprises bibliophiliques en France, il note qu’un double mouvement de fond caractérise l’après Grande Guerre. D’une part « la bibliophilie prend une forme corporative », de l’autre se développe une « édition de luxe » à visée commerciale pour des auteurs dont le succès de librairie pousse les éditeurs littéraires à réimposer le texte accompagné de figures . Dès lors, c’en est fini de la bibliophilie créatrice à la Octave Uzanne, « publication très dégagée des traditions et des préjugés typographiques et iconographiques » dont l’enjeu était de s’extraire du collectionnisme de la « grande bibliophilie rétrospective » comme de la « bibliophilie vénérante » promouvant un « panthéon littéraire alternatif » ou classique. Le champ du livre de luxe qui liait éditeurs-bibliophiles, amateurs et médias autour de débats relatifs au livre moderne hors du secteur éditorial industrialisé se reconfigure ainsi dans les années 1920 puis se renouvelle suite à la crise de 1931 qui voit l’éclatement de la bulle spéculative du livre de luxe et la cessation d’activité d’un grand nombre d’éditeurs.

Commence alors ce que l’on considère comme l’âge d’or du « livre d’artistes » en France, de 1931 au début des années 1980, et plus particulièrement celui édité par des galeries (Louise Leiris, Jeanne Bucher, Maeght, Tériade, etc.) Celles-ci promeuvent le livre d’artistes « à la française », dont le caractère littéraire nettement affirmé n’allait pas de soi auparavant dans le livre à figures. Ainsi la production de livres de luxe reprend-elle à partir des années 1940, sollicitant non plus des décorateurs (Mucha, De Feure, Schmied et Miklos…) ou des illustrateurs (Lepère, Carlègle, Laboureur…) mais des peintres, ravivant par là même la hiérarchie des arts (exclusion des illustrateurs de métier), celle des modes de représentation (l’image l’emportant sur le texte) et de production éditoriale (exclusion du demi-luxe). À telle enseigne que dans la seconde moitié du XXe siècle, « cela devient alors comme un ornement obligé de la poésie d’être accompagnée des gravures de peintres. Il va presque de soi que peinture et poésie sont appelées à se retrouver sur les pages des livres, qui atteindraient ainsi à une dimension supérieure ». « Livres de peintre », auxquels « ne pourraient prétendre les illustrations réalisées par des artistes mineurs sur des œuvres en prose », « livres de dialogue » conçus comme la « rencontre entre un peintre et un poète qui est vécue selon un mode de nécessité inhérent à la passion partagée » mais aussi « grands illustrés » ont ainsi donné lieu à des analyses aussi nombreuses que lumineuses, en convoquant surtout l’univers des galeries d’art. Certains producteurs moins flamboyants ou plus éphémères mériteraient à présent qu’on leur consacre un peu d’encre (les Blaizot, Jean-Hugues, Pierre Bordas, Brunidor).

Pour autant, le livre de création ne se résume pas à ce genre d’ouvrages. Il y a un « après », mais aussi un « autour » du « grand illustré ». À cet égard, l’innovation typographique initiée au XIXe siècle et introduite dans le livre de poésie par Mallarmé en 1897 est à l’origine d’un autre type de livre, le livre graphique , ou lisible et visible jouent à se confondre. Après le déchaînement des avant-gardes, qui n’ont d’ailleurs pas forcément privilégié l’espace livresque, il connaît lui aussi un âge d’or, plus discret, à travers un nouveau type de producteur, le poète-typographe et éditeur, faisant de la typographie une des données de la littérarité du texte, voire une création littéraire à part entière (GLM, Bettencourt, PAB, Iliazd, Lecuire ou Vodaine). Cette configuration éditoriale se resserrant autour d’un homme-orchestre est en quelque sorte un prolongement du « livre d’écrivain ». Depuis le second symbolisme, certains auteurs ont en effet eu tendance à particulièrement s’impliquer dans la réalisation matérielle de leurs livres (Jarry, Gide), jusqu’à occuper des fonctions éditoriales pour investir le livre en artiste (Cendrars, Segalen, Cocteau). Il s’agirait de faire remonter des figures similaires et moins étudiées, Georges Hugnet et les Éditions de la Montagne, Robert Morel, mais aussi des groupes littéraires et artistiques peu envisagés sous l’angle de la bibliophilie par idéologie (le livre lettriste et situationniste, notamment).

Dans les années 1960, l’artist’s book traverse l’Atlantique pour devenir « livre d’artiste » au singulier : « L’artiste assume totalement la conception du livre dont il ne partage pas la responsabilité intellectuelle avec un écrivain . » Anne Moeglin-Delcroix a ainsi analysé une partie de cette vaste production éditoriale volontairement ordinaire, qui offre « aux artistes une solution à la crise de l’œuvre d’art au sens traditionnel du terme ». Si le phénomène est bien connu, ses articulations avec le substrat français posent encore des questions. Il s’agirait d’une part d’interroger les « incunables » du livre d’artiste français, premiers témoins de cette appropriation du livre par les artistes (Paul Armand Gette, Ben Vautier…). Il s’agirait de l’autre de discuter le postulat selon lequel la théorie du texte et de l’histoire du livre sont hors du champ du livre d’artiste. La spécialiste américaine de la question, Johanna Drucker , propose une typologie du livre d’artiste après 1945 convoquant des avant-gardes, le surréalisme, CoBrA, le lettrisme, la poésie concrète, Fluxus et la poésie performance. Une production alternative semble en effet s’inscrire dans le double sillage des théories du texte et de l’intermedia (Collectif Génération, par exemple) tandis qu’une autre met en cause et en crise le livre, l’interroge, en procédant à sa réévaluation critique en tant que « forme symbolique » prescriptive pour en explorer ou en détourner la forme objectale (Soleil noir, Brunidor).

CONTACTS :
Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une brève notice biobibliographique sont à envoyer avant le 5 décembre 2018 conjointement aux deux organisatrices :

Sophie Lesiewicz : sophie.lesiewicz@bljd.sorbonne.fr
Anne-Christine Royère : anne-christine.royere@univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENT
Argumentaire complet
 
Mise à jour au 15 mai 2019: Le programme définitif de la journée est disponible ici.
 
Crédit: Bibliothèque Jacques Doucet

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Université de Reims-Champagne Ardenne (CRIMEL, EA 3311)
2-4 octobre 2019

Appel à communications

Les récentes études de Pierre Gatulle (Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012) comme de Jean-Marie Constant (Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013), ainsi que leur catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 (Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du XVIIème siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.


Le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’Université de Reims du 2 au 4 octobre 2019 se situera dans la lignée de ces études qui, développant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur. La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa Cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion.
Les liens de Monsieur, de son entourage et de sa cour avec l’Antiquité (grecque, romaine et hébraïque en particulier) pourront être abordés sous différents angles.

Gaston et l’Antique

  • Les objets collectionnés par Gaston d’Orléans devaient refléter un goût, autant qu’ils satisfaisaient une curiosité, comblaient un appétit de savoir et organisaient un discours implicite sur l’identité de leur possesseur. Quelle place le collectionneur Gaston d’Orléans accorde-t-il à l’Antiquité ? Quels types de médailles, statues, textes, objets d’art et de science semble-t-il avoir plus particulièrement recherchés ?
  • Les processus de constitution des collections et les intermédiaires : on pourra éclairer l’identité, les parcours et la culture des intermédiaires de Gaston, qu’ils aient contribué au rassemblement ou à la description des livres et des objets.
  • Les principes de classement et de mise en valeur des objets. On sait que le château de Blois comprenait une « galerie des Antiques » mentionnée dans l’inventaire après décès : quels principe muséographiques (pour utiliser une notion anachronique), symboliques ou autres présidaient à l’organisation des collections dans les demeures du prince ?
  • La bibliothèque antique : quels ouvrages antiques ornaient la bibliothèque du prince ? Dans quelles éditions et sous quelles formes ? Dans la possession des livres il est souvent difficile de faire le départ entre intérêt bibliophile et goût de lecteur : quelles pistes peut-on suivre pour comprendre le rapport de Gaston d’Orléans aux livres / aux textes antiques ?
  • Un sort spécifique pourra être réservé au catalogue d’Augustin Courbé, libraire de Monsieur.
  • Gaston d’Orléans fut très tôt donné pour modèle de l’honnête homme. Dans quelle mesure ses collections et sa bibliothèque reflètent-elles le rapport du public mondain à l’Antiquité ? Décèle-t-on des spécificités liées à l’identité voire à la personnalité du prince ? Ses collections furent-elles érigées en modèles et Gaston a-t-il eu des imitateurs ?
  • Portraits de Gaston en prince érudit et/ou collectionneur : quelle place les antiques occupent-ils dans les portraits du prince ?

Fictions antiques d’un prince moderne

  • Quel imaginaire, quels modèles génériques, formels, esthétiques issus de l’Antiquité mit-on au service de l’élaboration de l’image de Gaston d’Orléans, souvent donné pour un prince moderne ? Quelles fictions antiques, explicites ou sous-jacentes, interviennent dans les représentations littéraires et artistiques (monnaies, devises, tableaux, gravures, genres musicaux tels la chanson ou le ballet) de Gaston d’Orléans ?
  • La posture de mécène ou à tout le moins de dédicataire de Gaston d’Orléans pourra être interrogée à travers les modèles antiques : à quelles traditions de patronage se réfère-t-on au XVIIème siècle concernant le frère du roi ?
  • Quels habits politiques hérités de l’Antiquité fit-on endosser à Gaston d’Orléans ? De quel ordre est le rapport à l’Antiquité, et plus particulièrement l’usage de ses modèles esthétiques : repli nostalgique, continuité, détour, travestissement parodique…
  • P. Gatulle a signalé une « guerre des images » entre les proches du Roi . Quels dialogues et quelles concurrences peut-on observer entre les images issues de l’Antiquité émises autour de Gaston d’Orléans et celles qui sont produites autour de Louis XIII sous l’influence de Richelieu, celles auxquelles recourt Richelieu pour lui-même ou celles d’autres princes du sang ? De manière plus générale, quel rapport à ces images Gaston a-t-il manifesté ?
  • Quel imaginaire de l’Antiquité privilégie-t-on dans les cercles constitués autour de Monsieur ? Comment la référence à l’Antiquité (rêvée) et aux auteurs antiques (allégués ou non) est-elle mise à profit dans les œuvres littéraires, picturales, et les ballets créés par ses protégés ? On pense entre autres à L’Adonis de la cour de Claude Favier, à la Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot, à la Sylvie de Mairet, à la Climène de La Serre, aux Aventures amoureuses d’Omphale de Grandchamp, mais aussi aux entrées et cérémonies officielles. Quelles périodes et quelles figures privilégie-t-on ? Quels liens ces mondes imaginaires entretiennent-ils avec d’autres univers de fiction, comme les fictions chevaleresques issues d’un Moyen Âge esthétisé ?

Modèles politiques, historiques et sociaux : Antiquitas magistra vitae ?

  • Peut-on identifier dans les menées des partisans ou opposants de Gaston d’Orléans, ou dans les productions d’auteurs contemporains, des modèles politiques issus de la pensée antique contrevenant par exemple au machiavélisme de Richelieu ? Dans quelle mesure et de quelles manières les différents partis ont-ils rattaché leurs valeurs et leurs revendications à l’Antiquité ?
  • Quels modèles historiographiques s’élaborent à propos et autour de Gaston ? Quelle place y tient l’Antiquité ? Dans quelle mesure les modèles antiques font-ils l’objet de recyclage, de détournement, de manipulation, etc. ? Quels éléments de médiation, de vulgarisation, de simplification entrent en jeu ?
  • Peut-on identifier des modèles antiques de sociabilité dans les cercles savants et littéraires liés à Monsieur ? On connaît par exemple le conseil de vauriennerie. Dans quelle mesure, dans ce conseil et ailleurs, y a-t-il réitération et/ou parodie de pratiques antiques ?
  • Culture antique et ethos aristocratique : les Mémoires de Monsieur , ceux de ses proches et de ses pairs, leurs correspondances, ou encore les dédicaces d’un Tristan L’Hermite, par exemple, témoignent d’un moment spécifique dans l’histoire de l’aristocratie. Comment l’ethos aristocratique se manifeste-t-il dans les références, citations, allusions à l’Antiquité ?

Colloque organisé avec le parrainage scientifique de Jean-Marc Chatelain (BnF), Jean-Marie Constant (Univ. Le Mans), Jean Duron (CMBV), Pierre Gatulle (Paris-Nanterre), Jacqueline Glomski (University College London), Frank Greiner (Lille III), Thomas Leconte (CMBV), Yann Lignereux (Univ. Nantes), Bernard Teyssandier (URCA).

Les propositions, qui compteront environ 500 mots en français ou en anglais, pourront être envoyées jusqu’au 31 décembre 2018 à Céline Bohnert et Valérie Wampfler :
celine.bohnert@univ-reims.fr
valerie.wampfler@univ-reims.fr
Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Légende: anonyme, “Partie supérieure de la thèse de théologie soutenue par Léonard Goulas et dédiée par lui à Gaston d’Orléans” (BnF – détail)

Les petits aventuriers du quotidien. Bande dessinée, journal et imaginaires médiatiques (XIXe-XXIe siècles)

Appel à communications

Organisé par Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires de l’Université de Reims Champagne-Ardenne (EA 33311), l’Université Laval et le CELSA Paris-Sorbonne, le colloque aura lieu à Reims les 28, 29 et 30 juin 2017.

Responsables : Alexis Lévrier (Université de Reims Champagne-Ardenne) et Guillaume Pinson (Université Laval)

image Marque jLes relations entre la bande dessinée et le journalisme sont anciennes et durables. Art médiatique conciliant l’image et le texte, la bande dessinée est née au creuset du journal et de la culture périodique, exploitant dès l’origine les enjeux de l’actualité, recyclant les imaginaires médiatiques et inventant des personnages qui évoluent proches des milieux de l’information, souvent journalistes eux-mêmes. Ce colloque international souhaitera ainsi interroger l’ensemble de ces relations à partir d’une réflexion alliant une poétique de la bande dessinée et un historique de ses formes telles qu’elles se sont développées au cœur de la culture médiatique et des supports périodiques.

La séquence temporelle que nous envisageons pour ce colloque sera largement ouverte, du XIXe siècle à aujourd’hui. Au XIXe siècle, la « civilisation du journal » (Kalifa, Reigner, Thérenty et Vaillant 2011) a profondément renouvelé le rapport au monde et la représentation du réel. La bande dessinée émerge au sein de cette nouvelle culture du regard et de l’image, tôt théorisée par Rodolphe Töpffer (Groensteen 2014) puis pratiquée dans certains périodiques par de grands précurseurs (Nadar, Doré, Cham). Accompagnée de la floraison de la presse illustrée et satirique, le phénomène ira s’amplifiant au XXe siècle, tant sur le rythme quotidien (et des suppléments illustrés) que périodique (ainsi de la série La Famille Fenouillard de Christophe dans Le Petit Français illustré, ou encore des succès de L’Épatant lancé en 1908). La voie sera ainsi ouverte à l’âge d’or des revues pour la jeunesse (Spirou, Tintin, Pilote…) qui ont assuré depuis l’après-guerre le succès de la bande dessinée franco-belge et en ont fait une véritable « médiaculture » (Maigret et Stefanelli 2012). Depuis une quinzaine d’années enfin, le succès du reportage graphique, venu notamment des États-Unis et du travail pionnier de Joe Sacco, a trouvé un prolongement dans certaines revues d’actualités telles que XXI ou La Revue dessinée. Des revues consacrées à la bande dessinée de fiction ont également vu récemment le jour, à l’image de Pandora, lancée par Casterman presque vingt ans après l’interruption de son magazine (À suivre). Ces « mooks » s’adressent il est vrai à un public adulte, mais 2016 a marqué la naissance de plusieurs revues de BD-reportage destinées à la jeunesse : les éditions Dupuis publient depuis le mois de janvier 2016 un semestriel intitulé Groom, et La Revue dessinée lancera au mois de septembre Topo, un magazine d’actualité en bande dessinée pour les moins de 20 ans. Ces évolutions confirment la capacité de la bande dessinée à se réinventer au contact étroit de la culture médiatique, ainsi qu’un attachement au support papier qui vient s’ajouter aux expérimentations numériques.

Au cœur de cette histoire qui court sur près de deux siècles, notre colloque invitera les participants à proposer des interventions éclairant un aspect de la relation entre bande dessinée et culture médiatique. Nous ouvrons plus particulièrement trois axes de réflexion, qui ne seront pourtant pas exclusifs, et dans lesquels les interventions pourraient s’inscrire :

  1. Les imaginaires médiatiques: la bande dessinée est friande de représentations du monde du journal (salles de rédaction, héros journalistes, petites scènes de la vie quotidienne et personnages lisant des journaux). Elle n’hésite pas en outre à mettre en abyme le support journal (présence de journaux fictifs dessinés dans les cases, enjeux narratifs et diégétiques liés à la présence d’une culture médiatique au cœur même des aventures) : on sait que des dessinateurs tels que Hergé (Les Aventures de Tintin) et Jacobs (Les Aventures de Blake et Mortimer) sont coutumiers de tels procédés. Les interventions pourront ainsi viser à penser cette construction d’imaginaires médiatiques, sans doute en phase avec l’essor d’une culture de l’information et du reportage à partir des années 1920, jusqu’aux renversements narratifs aujourd’hui opérés dans le reportage graphique.
  1. Fictionnalisations graphiques de l’actualité: cette vogue du reportage dessinée constituera également un aspect important du colloque. Le succès actuel de la livraison graphique d’enquêtes de types journalistiques confirme la plasticité poétique de la bande dessinée. Souvent engagée, cette nouvelle « fiction d’actualité » (Thérenty 2004) accompagne les révolutions actuelles de l’information et situe la démarche enquêtrice au centre du dispositif narratif. Elle paraît ainsi accompagner activement les nouveaux regards posés sur le monde, mettant de l’avant un point de vue sensible et immergé, au cœur de l’expérience. Les interventions chercheront à comprendre l’articulation poétique du reportage graphique, sa liaison avec les grands enjeux sociaux et médiatiques, de même que ses racines historiques (notamment avec le genre du grand reportage).
  1. Poétique des supports : enfin, les participants seront invités à réfléchir aux effets des supports sur la bande dessinée, afin de montrer en quoi les contraintes matérielles et médiatiques ont été hier, et demeurent aujourd’hui encore aux sources de la poétique de la bande dessinée. L’approche support permet probablement de revoir les enjeux de travail collectif (la planche de BD est souvent un élément parmi un ensemble périodique et elle engage sans doute des relations de coprésence avec les autres illustrations), de temporalité (périodicité et dynamique du feuilleton), d’effet-rubrique (la BD occupant un espace bien défini et proposant un rendez-vous régulier à ses lecteurs) ou encore de mise en recueil (passage du périodique à l’album, engageant souvent un travail d’adaptation ou de reprise). Les enjeux numériques pourraient être abordés sous cet angle.

Les interventions seront de 25 minutes. Les organisateurs du colloque invitent chercheurs et étudiants à soumettre leurs propositions (250 mots + courte biographie) par courriel à Alexis Lévrier et Guillaume Pinson avant la date du 1er décembre 2016.

Comité scientifique

  • Benoît Berthou (Université Paris 13, revue Comicalités)
  • Jacques Dürrenmatt (Université Paris-Sorbonne)
  • Thierry Groensteen (Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, Angoulême)
  • Valérie Jeanne-Perrier (Celsa Paris-Sorbonne)
  • Philippe Kaenel (Université de Lausanne)
  • Björn Olaf-Dozo (Université de Liège)
  • Nathalie Preiss (Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Julien Schuh (Université de Reims Champagne-Ardenne)

Bibliographie indicative :

  • Benoît Berthou (dir.), La Bande dessinée : quelle lecture, quelle culture ?, Paris, Éditions de la BPI, collection « Études et Recherches », 2015.
  • Will Eisner, Les Clés de la bande dessinée, Paris, Delcourt, 2009-2011 (t. I : La Bande dessinée, art séquentiel, 2009 ; t. II : La narration, 2010 ; t. III : Les Personnages, 2011).
  • Thierry Groensteen, La Bande dessinée : son histoire et ses maîtres, Paris, Skira Flammarion, Angoulême, Cité internationale de la bande dessinée et de l’image, 2009.
  • Thierry Groensteen, M. Töpffer invente la bande dessinée, Bruxelles, Les impressions nouvelles, 2014.
  • Thierry Groensteen, Parodies. La bande dessinée au second degré, Paris, Flammarion, 2010.
  • Thierry Groensteen, Système de la bande dessinée, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 1999 (vol. II : Bande dessinée et narration, Paris, PUF coll. « Formes sémiotiques », 2011).
  • Éric Maigret et Matteo Stefanelli (dir.), La Bande dessinée : une médiaculture, Paris, Armand Colin, coll. « Médiacultures », 2012.
  • Scott McCloud, L’Art invisible, Paris, Vertige Graphic, 1999.
  • Scott McCloud, Réinventer la bande dessinée, Paris, Vertige Graphic, 2002.
  • Harry Morgan, Principes des littératures dessinées, Angoulême, L’An 2, 2003.
  • Benoît Mouchart, De la bande dessinée en France, Paris, Les Belles lettres, 2013.
  • Pascal Ory, Laurent Martin, Jean-Pierre Mercier, et al. (dir.), L’Art de la bande dessinée, Paris, Citadelles & Mazenod, 2012.
  • Benoît Peeters, Lire la bande dessinée, Paris, Flammarion, coll. « Champs Arts », 1998, rééd. 2003.
  • Thierry Smolderen, Naissances de la bande dessinée : de William Hogarth à Winsor McCay, Paris, Les Impressions nouvelles, 2009.
  • Marie-Ève Thérenty, « L’invention de la fiction d’actualité », dans Marie-Ève Thérenty et Alain Vaillant (dir.), Presse et plumes. Journalisme et littérature au XIXe siècle, Paris, Éditions Nouveau monde, 2004, p. 415-428.

Boecio a través del tiempo: la recepción de su obra y su influencia en las letras europeas desde la Edad Media hasta hoy

FR | ESP

Coloquio Internacional organizado por Alicia Oïffer-Bomsel (CIRLEP – URCA EA 4299), Sophie Conte (CRIMEL – URCA EA 3311) et María Elena Cantarino Suñer (GIUV2013-037 – Universitat de València) en dos partes:

  1. Universidad de Reims Champagne-Ardenne, Francia, 2-3 de Junio de 2016: “Literatura y Artes”
  2. Universidad de Valencia, España, 17-18 de Noviembre de 2016: “Teología y Filosofía”

Presentación

Hombre influyente en la corte de Teodorico antes de caer en desgracia, Boecio desempeñó un papel importante en la vida política de su tiempo, poco después de la caída del Imperio romano de Occidente. Pasa a ser una de las figuras más relevantes de la historia cultural occidental por haber recuperado y transmitido la cultura griega en el mundo latino[1]. Su contemporáneo Casiodoro, secretario de los monarcas ostrogodos en Italia, destaca, en una carta a él dirigida, la importancia para el mundo latino de su trabajo de traducción de las obras fundadoras de la cultura griega:

Bien sabido es que posees una vasta erudición, y que has sacado de la fuente misma de la ciencia las artes que de ordinario la gente practica sin conocerlas…Mediante tus traducciones, se puede leer en Italia al músico Pitágoras, al astrónomo Tolomeo; la aritmética de Nicomaco, la geometría de Euclides son conocidas de los ausonios, y el teólogo Platón, el lógico Aristóteles, debaten en la lengua de Rómulo […] todas las artes y todas las ciencias que hombres diferentes dieron a la fecunda Grecia las ha recibido Roma tan sólo de ti[2].

No menos importante fue la función que llevó a cabo Boecio en el desarrollo de las artes liberales –cuyo origen se halla en Marciano Capella– especialmente por haber elaborado tratados consagrados a las disciplinas del quadrivium, auspiciando con sus escritos de lógica, de filosofía y de teología el progreso del pensamiento científico occidental. Boecio es así uno de los principales precursores del renacimiento de la cultura antigua, que se produjo por ejemplo en los territorios ibéricos desde el siglo VII gracias a la obra de Isidoro de Sevilla.
No cabe duda de que la Consolación de la Filosofía, muy pronto calificada de obra de arte literaria, fue la que dio lugar a un mayor número de lecturas y de interpretaciones a lo largo de los siglos. Creada en circunstancias extremas para Boecio, ante la inminencia de su propia ejecución, esta obra de inspiración neoplatónica fue percibida en particular por los escolásticos como un texto clave de filosofía moral, animado por tres preocupaciones fundamentales: búsqueda espiritual, averiguación de la verdad y finalidad didáctica. La ortodoxia del pensamiento religioso de Boecio, fuertemente impregnado de platonismo, fue puesta en tela de juicio en el transcurso de la historia.
La obra de Boecio tuvo gran resonancia durante toda la época medieval y desde los primeros tiempos del Renacimiento (Dante y Petrarca en Italia, Jean Gerson en Francia, Tomás Moro en Inglaterra). Su influencia se hizo sentir también en la literatura del siglo XVII a raíz de nuevas preocupaciones religiosas (jesuitas de la Contrarreforma, Polyeucte, tragedia cristiana de Corneille, Pensamientos de Pascal, corriente ascética y moralistas cristianos). En el marco del movimiento antitrinitario que recorrió Europa en los siglos XVI y XVII, su pensamiento teológico se convirtió en una referencia ineludible. En los siglos XVIII y XIX, en Francia por ejemplo, autores como Saint-Simon o Chateaubriand dejan constancia de alguna u otra forma de la huella intelectual de Boecio en su obra, especialmente en cuanto al género literario introducido por la Consolación. En España, esta obra, reeditada en castellano, está presente en los escritos de las principales figuras de la Ilustración. Salen a la luz en varios países europeos nuevas traducciones y reimpresiones, a veces por iniciativa de los defensores de una cultura científica y filosófica clásica cuya integridad parece verse amenazada por la creciente pujanza de las doctrinas materialistas y positivistas. En los primeros decenios del siglo XX, la obra de Boecio no se ignora, ni siquiera en tierras que uno tiende a imaginarse como ajenas a la latinidad; así pues, Johan Schotman traduce al neerlandés la Consolación de la Filosofía, publicada en 1924 bajo el título De vertroosting der wijsbegeerte. He aquí las orientaciones temáticas que sugerimos seguir para Reims y para Valencia respectivamente.

Universidad de Reims, Francia, 2-3 de Junio de 2016
Literatura y Artes
En el plano léxico-conceptual, Boecio fue el creador de una terminología latina destinada a influir notoriamente en el lenguaje filosófico y científico desde la época medieval. Podrá estudiarse el proceso de incorporación de este vocabulario especializado en las lenguas vernáculas europeas (románicas, anglosajonas, germánicas) o comparar traducciones de obras de Boecio realizadas sea en una misma lengua, sea en diversas lenguas europeas, desde una perspectiva diacrónica o sincrónica.
Heredera de la tradición antigua, la Consolación de la Filosofía se sitúa en la intersección de varios géneros literarios y filosóficos: consolatio estoica (Séneca), diálogo con finalidad didáctica (Platón y Cicerón), diálogo interior (san Agustín)… Entre los procedimientos literarios utilizados en esta obra que adopta la forma prosimétrica latina (sátira Menipea), figura la alegoría (Marciano Capella). Boecio emplea el motivo del sueño, arraigado tanto en la tradición bíblica como en la pagana, y restaura el de la Fortuna, noción denostada en la tradición patrística (san Agustín), proveyéndola de todo su valor paradójico y su versatilidad semántica. Cabrá interrogarse sobre el modo en que estos antecedentes de orden formal son recogidos en producciones posteriores dando lugar a creaciones diversificadas, según las circunstancias del momento, las motivaciones y las finalidades de la escritura.
Antes del siglo XII, fue gracias a la mediación de Boecio como Occidente tuvo acceso a los escritos aristotélicos sobre el lenguaje y la lógica, las Categorías y el Peri Hermeneias, a los cuales se suman el Organon, los Primeros y Segundos Analíticos, los Tópicos y las Refutaciones sofísticas. Es principalmente en el De differentis topicis donde Boecio muestra el vínculo entre la dialéctica y la retórica. Existen estudios sobre la difusión y la recepción de este tratado en la Edad Media; ¿se puede afirmar lo mismo por lo que se refiere a las épocas siguientes?
Boecio, reducido a la última extremidad, encuentra en su persona los recursos necesarios para ser dueño de sí mismo, extrayendo de su memoria el recuerdo de los autores que ha leído toda su vida: es precisamente en esas circunstancias de profundo desposeimiento donde emerge el acto creador. Será posible interesarse en las relaciones que mantiene la memoria con la escritura y la creación, siguiendo la línea de investigación marcada por Frances Yates et Mary Carruthers.
La influencia del De institutione música fue comparable a la de la Consolación y a la de los tratados lógicos. De inspiración neopitagórica, la teoría musical de Boecio asocia poesía y música. Podremos interrogarnos, por ejemplo, acerca de los modos de adaptación de esta teoría al teatro europeo, como lo hizo en su momento J. Sage en lo que atañe a Pedro Calderón de la Barca[3].
Los tratados De institutione musica y De arithmetica desarrollan la doctrina estética de la proporción, proveniente de Vitrubio y llamada a tener una gran repercusión tanto en el terreno musical como en la arquitectura y la pintura. De forma general, se podrá analizar el influjo de las teorías estéticas de Boecio (concepto de belleza y placer visual, relacionado con las proporciones justas) sobre las ideas estéticas posteriores.

Universidad de Valencia, España, 17-18 de Noviembre de 2016
Teología y Filosofía
En el marco de la sesión de Valencia, el estudio podrá centrarse en la recepción y pervivencia de las ideas expuestas en las obras de Boecio, relativas a la teología y a la filosofía, conforme a los ejes que pasamos a definir sucintamente:
En el espacio de convergencia entre la filosofía moral y la espiritualidad se encuentra, precisamente en la Consolación, el principio de la inanidad de los bienes terrenales, indisociable de la corriente de ascetismo representada por Séneca y por el mismo escritor romano Boecio. En esta línea se inscribe el movimiento ascético cristiano caracterizado por el menosprecio del mundo que, a partir del Contemptus mundi atribuido a Thomas a Kempis, desemboca en la escritura en Europa de una multitud de tratados consagrados a esta temática.
La lectura de la Consolación conduce igualmente a una meditación sobre la existencia del mal, sobre su origen y sobre los medios al alcance del hombre para conseguir librarse de dicho mal. Unde malum, ¿de dónde procede el mal? Antes de surgir en la Consolación de Boecio, este interrogante constituyó el núcleo mismo del Libro VII de las Confesiones de san Agustín.
A raíz de las disputas entre los teólogos de Oriente y de Occidente acerca de la Trinidad y de la naturaleza de Cristo, Boecio, sin duda movido por el deseo de contribuir a la unificación de la Iglesia católica, etapa previa a una hipotética restauración del Imperio, acaba por corroborar el fundamento del Símbolo de Nicea, sirviéndose para ello de la lógica aristotélica. Este problema permanecía plenamente vigente cuando la Iglesia de Roma tuvo que hacer frente al movimiento antitrinitario que atravesó Europa en los siglos XVI y XVII.
La gran aportación de Boecio a la ciencia teológica es el recurso sistemático a la filosofía en el tratamiento de las cuestiones relativas a la fe. Fue así como el filósofo romano desarrolló, en el contexto de disputas cristológicas, su definición de persona, que habría de ser fundamental en la historia de los dogmas del cristianismo.
Desde la metafísica aristotélica, el nexo entre la inmutable eternidad y la sucesión temporal se convierte en una cuestión recurrente en el pensamiento griego, tratada por los neoplatónicos. San Agustín comenta este problema en el Libro XI de las Confesiones. El concepto de eternidad, que define Boecio en el Libro V de la Consolación como categoría indisociable de la divinidad permite comprender la presciencia divina. Seguidamente el autor comenta la ausencia de incompatibilidad entre la providencia y la libertad del hombre.
El libre arbitrio es uno de los principios estructurantes de la filosofía cristiana. Boecio retoma en la Consolación las cuestiones ya analizadas en el Peri Hermeneias en lo referente a la presciencia divina y los futuros contingentes. Es sobre todo a partir del siglo XV cuando el estudio de esta ardua cuestión adquiere una particular vitalidad hasta alcanzar amplia repercusión entre los humanistas. Lorenzo Valla inicia el debate con su De libero arbitrio, una obra en forma dialogada donde toma posición contra las ideas de Boecio desarrolladas en la Consolación, y a las que hace referencia Leibniz en sus Ensayos de teodicea (1710), llevando hasta sus últimas consecuencias la explicación que iniciara el humanista italiano tres siglos antes.

Notas
[1] Lista completa de las obras de Boecio y de sus ediciones modernas: J. Magee & J. Marenbon, “Appendix : Boethius’ works”, in J. Marenbon, ed., The Cambridge Companion to Boethius, Cambridge, University Press, 2009, p. 303-310.
[2] Casiodoro, Ep. I, 45. (L. J. de Mirandol, La Consolation philosophique de Boèce, Paris, Hachette, 1861, p. viii).
[3] J. Sage, « The function of music in the theatre of Calderon », in D.W. Cruickshank and J.E. Varey (ed.), P. Calderón de la Barca, Comedias. A facsimile edition with textual and critical studies, Farnborough, Gregg International, 1973, t. 1, p. 209-227.

Organización y dirección científica

  • Alicia OÏFFER-BOMSEL, Profesora titular de Civilización Española: Edad Moderna de la Universidad de Reims Champagne-Ardenne (cirlep ea 4299).
  • Sophie CONTE, Profesora titular de Lengua y Literatura latinas de la Universidad de Reims Champagne-Ardenne (crimel ea 3311).
  • María Elena CANTARINO SUÑER, Profesora titular de Filosofía moral y Filosofía política de la Universitat de València (GIUV2013-037).

Comité científico

  • Jesús ALCOLEA BANEGAS, Profesor titular de Lógica y Filosofía de la Ciencia. Decano de la Facultad de Filosofía y Ciencias de la Educación de la Universitat de València.
  • Jean-Frédéric CHEVALIER, Catedrático de Lengua y Literatura latinas. Estudios latinos y neolatinos de la Universidad de Lorena (Metz).
  • Carmen CORTÉS ZABORRAS, Profesora titular de Lengua y Literatura francesa de la Edad Media de la Universidad de Málaga.
  • Christophe ERISMANN, Historiador de las mentalidades, Profesor de Filosofía medieval de la Universidad de Lausana.
  • Véronique GÉLY, Catedrática de Literatura general y comparada de la Universidad de París – Sorbona.
  • Miren LACASSAGNE, Profesora titular de Lengua y Literatura medievales de la Universidad de Reims Champagne-Ardenne.
  • Alexandra MERLE, Catedrática de Civilización y Literatura españolas: época moderna de la Universidad de Caen Baja-Normandía.
  • Nicoletta PALMIERI, Catedrática de Lengua y Literatura latinas, épocas antigua y medieval de la Universidad de Reims Champagne-Ardenne.
  • Rosa Rius GATELL, Profesora titular de Historia de la Filosofía del Renacimiento de la Universitat de Barcelona.
  • María Jesús SOTO-BRUNA, Profesora ordinaria de Filosofía Medieval. Profesora titular de Filosofía. Directora del Instituto de Estudios Medievales de la Universidad de Navarra.
  • Christian TROTTMANN, Director de investigación en el área de Filosofía en el CNRS (Centro Nacional de Investigaciones Científicas) del Centro de Estudios Superiores del Renacimiento de Tours.
  • Vincent ZARINI, Catedrático de Literatura latina de la Antigüedad tardía de la Universidad de París – Sorbona.

Modalidades de sumisión de las propuestas de comunicación

Las lenguas del coloquio serán el francés, el español y el inglés, sin que éste sea un criterio exclusivo; podrán aceptarse intervenciones en italiano y en alemán.
Las propuestas de comunicación (aproximadamente 200 palabras) en las que se especificará el título, el autor, su adscripción académica y unas breves líneas curriculares, se enviarán a las tres responsables científicas (véase aquí abajo) antes del 15 de enero de 2016 para los coloquios de Reims y Valencia:

Notificación de aceptación de las propuestas, tras examen por los miembros del Comité Científico: 15 de febrero de 2016 para los coloquios de Reims y Valencia.

 Cuota de inscripción del coloquio de Reims: 40 euros (alojamiento, restauración, pausas-café, actas del coloquio).

Cuota de inscripción del coloquio de Valencia: se precisará próximamente.

Call for Papers (Esp.) 
Appel à communication (Fr.)

Boèce au fil du temps : la réception de son œuvre et son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours

FR | ESP

Colloque International organisé par Alicia Oïffer-Bomsel (CIRLEP – URCA EA 4299), Sophie Conte (CRIMEL – URCA EA 3311) et María Elena Cantarino Suñer (GIUV2013-037 – Universitat de València), en deux parties :

  1. Université de Reims Champagne-Ardenne, France, 2-3 Juin 2016 : « Littérature et Arts »
  2. Université de Valence, Espagne, 17-18 Novembre 2016 : « Théologie et Philosophie »

Présentation

Homme influent à la cour de Théodoric avant d’être déchu, Boèce a joué un rôle important dans la vie politique de son temps, peu après la chute de l’Empire romain d’Occident. Il devient l’une des figures les plus marquantes de l’histoire culturelle occidentale pour avoir récupéré et transmis la culture grecque dans le monde latin[1]. Son contemporain Cassiodore, secrétaire des rois ostrogoths en Italie, a relevé, dans une lettre qu’il lui adressait, l’importance pour le monde latin de son travail de traduction des œuvres fondatrices de la culture grecque :

Nous savons que tu es rempli d’une ample érudition, et que tu as puisé à la source même de la science les arts que le vulgaire pratique sans les connaître… Au moyen de tes traductions, on peut lire en Italie Pythagore le musicien, Ptolémée l’astronome ; l’arithmétique de Nicomaque, la géométrie d’Euclide sont entendues des Ausoniens, et le théologien Platon, le logicien Aristote, disputent dans la langue de Romulus […] tous les arts et toutes les sciences que des hommes différents avaient donnés à la Grèce féconde, Rome les a reçus de toi seul[2].

Boèce a aussi joué un rôle dans le développement des arts libéraux – dont on trouve l’origine chez Martianus Capella – notamment par l’élaboration de traités consacrés aux disciplines du quadrivium, œuvrant aussi par ses traités de logique, de philosophie et de théologie à l’essor de la pensée scientifique occidentale. Boèce est ainsi l’un des principaux précurseurs du mouvement de renaissance de la culture antique, qui se produisit par exemple sur les territoires ibériques dès le VIIe siècle grâce à l’œuvre d’Isidore de Séville.
C’est assurément la Consolation de Philosophie, très tôt qualifiée de chef d’œuvre littéraire, qui suscita le plus grand nombre de lectures et d’interprétations au fil des siècles. Créé dans des circonstances extrêmes pour Boèce, devant l’imminence de sa mise à mort, cet ouvrage d’inspiration néoplatonicienne fut perçu en particulier par les scolastiques comme une œuvre majeure de philosophie morale, animée par trois préoccupations fondamentales : quête spirituelle, recherche de la vérité et finalité didactique. L’orthodoxie de la pensée religieuse de Boèce, si imprégnée de platonisme, fut mise en question au cours de l’histoire.
L’œuvre de Boèce connut une grande fortune pendant toute l’époque médiévale et dès les premiers temps de la Renaissance (Dante et Pétrarque en Italie, Jean Gerson en France, Thomas More en Angleterre). Elle fut mise à contribution dans la littérature du XVIIe siècle pour répondre aux préoccupations religieuses du moment (jésuites de la Contre-Réforme, Polyeucte, tragédie chrétienne de Corneille, Pensées de Pascal, courant ascétique et moralistes chrétiens). Dans le cadre du mouvement antitrinitaire qui parcourut l’Europe aux XVIe et XVIIe siècles, sa pensée théologique fut d’un grand secours. Aux XVIIIe et XIXe siècles, en France par exemple, des auteurs comme Saint-Simon ou Chateaubriand furent en quelque sorte héritiers de Boèce et du genre littéraire qu’il a initié avec sa Consolation. En Espagne, cette œuvre, rééditée en castillan, est présente dans les écrits des principales figures de l’Illustration. De nouvelles traductions et des réimpressions paraissent au XIXe siècle dans plusieurs pays européens, parfois sur l’initiative des tenants d’une culture scientifique et philosophique classique dont l’intégrité semble être menacée, en raison de l’emprise croissante des doctrines matérialistes et positivistes. Dans les premières décennies du XXe siècle, l’œuvre de Boèce n’est pas ignorée, même dans des terres que l’on s’imagine trop aisément étrangères à la latinité ; ainsi Johan Schotman traduit en néerlandais la Consolation de Philosophie, parue en 1924 sous le titre De vertroosting der wijsbegeerte. On lira ci-dessous les problématiques privilégiées à Reims puis à Valence.

Université de Reims Champagne-Ardenne, France, 2-3 Juin 2016
Littérature et 
Arts
Sur le plan lexical et conceptuel, Boèce fut le créateur d’une terminologie latine appelée à influencer considérablement le langage philosophique et scientifique dès l’époque médiévale. On pourra étudier le processus d’intégration de ce vocabulaire spécialisé dans les langues vernaculaires européennes (romanes, anglo-saxonnes, germaniques) ou comparer des traductions d’œuvres de Boèce réalisées soit dans une même langue, soit dans diverses langues européennes, en choisissant une perspective diachronique ou synchronique.
Héritière de la tradition antique, la Consolation de Philosophie est à la croisée de plusieurs genres littéraires et philosophiques : consolatio stoïcienne (Sénèque), dialogue à visée didactique (Platon et Cicéron), dialogue intérieur (saint Augustin)… Parmi les procédés littéraires mis en œuvre dans cet ouvrage écrit sous la forme du prosimètre (satire Ménippée), figure l’allégorie (Martianus Capella). Boèce exploite le motif du songe, enraciné aussi bien dans la tradition biblique que dans la tradition païenne, et restaure celui de la Fortune, notion honnie dans la tradition patristique (saint Augustin), en lui donnant toute sa valeur paradoxale et sa versatilité sémantique. On pourra s’interroger sur la manière dont ces antécédents d’ordre formel ont été repris dans des productions ultérieures pour donner lieu à des créations diversifiées, selon les circonstances du moment, les enjeux et les finalités de l’écriture.
Avant le XIIe siècle, c’est par le truchement de Boèce que l’Occident eut accès aux écrits aristotéliciens sur le langage et la logique : les Catégories et le Peri Hermeneias, puis l’Organon, les Premiers et Seconds Analytiques, les Topiques et les Réfutations sophistiques.
C’est principalement dans le De differentis topicis que Boèce montre le lien entre la dialectique et la rhétorique. Il existe des études sur la diffusion et la réception de ce traité au Moyen Age. Qu’en est-il pendant les périodes postérieures ?
Boèce, réduit à la dernière extrémité, trouve en lui-même les ressources pour devenir maître de lui-même, puisant dans sa mémoire le souvenir des auteurs qu’il a lus toute sa vie : c’est précisément dans ces circonstances de profond dénuement qu’émerge l’acte créateur. On pourra s’intéresser aux rapports que la mémoire entretient avec l’écriture et la création, dans la continuité des travaux de Frances Yates et Mary Carruthers.
L’influence du De institutione musica fut comparable à celle de la Consolation et des traités logiques. D’inspiration néo-pythagoricienne, la théorie musicale de Boèce associe poésie et musique. On peut s’interroger par exemple sur les modes d’adaptation de cette théorie au théâtre européen, comme l’a fait J. Sage à propos de Pedro Calderón de la Barca[3].
Le De institutione musica et le De arithmetica développent la doctrine esthétique de la proportion, héritée de Vitruve et appelée à une grande fortune tant dans le domaine musical que dans l’architecture et la peinture. D’une manière générale, on pourra analyser l’impact des théories esthétiques de Boèce (concept de beauté et plaisir visuel, en lien avec les justes proportions) sur les idées esthétiques postérieures.

Université de Valence, Espagne, 17-18 Novembre 2016
Théologie et Philosophie
Lors de la session de Valence, on s’interrogera sur la postérité des idées développées dans les œuvres de Boèce, relevant de la théologie et de la philosophie, selon les axes esquissés ci-dessous.
Au croisement de la philosophie morale et de la spiritualité, on trouve dans la Consolatio le principe de l’inanité des biens terrestres, indissociable du courant ascétique représenté par Sénèque et par l’écrivain romain lui-même. C’est dans cette lignée que s’inscrit le mouvement ascétique chrétien caractérisé par le mépris du monde qui, à partir du Contemptus mundi attribué à Thomas a Kempis, donnera lieu à l’écriture en Europe d’une multitude d’ouvrages consacrés à cette thématique.
La lecture de la Consolation conduit également à une méditation sur l’existence du mal, sur son origine et sur les moyens auxquels l’homme peut avoir recours pour s’y dérober. Unde malum, d’où vient le mal ? Avant d’apparaître dans la Consolation de Boèce, cette interrogation se trouve au cœur du Livre VII des Confessions de saint Augustin.
À partir des discussions opposant les théologiens d’Orient et d’Occident au sujet de la Trinité et de la nature du Christ, Boèce, sans doute animé du désir de contribuer à l’unification de l’Église catholique, étape préalable à une hypothétique restauration de l’Empire, en vient à corroborer le bien-fondé du Symbole de Nicée, en se servant de la logique aristotélicienne. Cette question conserva toute sa vigueur quand l’Église de Rome dut faire face au mouvement antitrinitaire qui traversa l’Europe au XVIe et au XVIIe siècle.
Le grand apport de Boèce à la science théologique est le recours systématique à la philosophie dans le traitement des questions relatives à la foi. Il développa ainsi, dans le contexte des disputes christologiques, sa définition de persona, devenue fondamentale dans l’histoire des dogmes du christianisme.
Depuis la métaphysique aristotélicienne, le rapport entre l’éternité et le temps devient une question récurrente dans la pensée grecque, traitée par les néo-platoniciens. Saint Augustin commente ce problème dans le Livre XI des Confessions. Le concept d’éternité, que Boèce définit dans le Livre V de la Consolatio, en tant que catégorie indissociable de la divinité permet de comprendre la prescience divine. L’auteur montre ensuite l’absence d’incompatibilité entre la providence et la liberté de l’homme.
Le libre arbitre est l’un des principes structurants de la philosophie chrétienne. Boèce reprend dans la Consolation les questions déjà traitées dans le Peri Hermeneias sur la prescience divine et les futurs contingents. C’est surtout à partir du XVe siècle que l’étude de cette question épineuse acquiert une vigueur particulière, jusqu’à avoir une large répercussion chez les humanistes. Lorenzo Valla entame le débat avec son De libero arbitrio, un ouvrage sous forme de dialogue où il prend position contre les idées de Boèce exposées dans la Consolation, et auquel Leibniz se réfère dans ses Essais de Théodicée (1710), en poussant jusqu’au bout l’explication entamée par l’humaniste italien trois siècles auparavant.

Notes
[1] Liste complète des œuvres de Boèce et de leurs éditions modernes : J. Magee & J. Marenbon, “Appendix : Boethius’ works”, in J. Marenbon, éd., The Cambridge Companion to Boethius, Cambridge, University Press, 2009, p. 303-310.
[2] Cassiodore, Ep. I, 45. (L. J. de Mirandol, La Consolation philosophique de Boèce, Paris, Hachette, 1861, p. viii).
[3] J. Sage, « The function of music in the theatre of Calderon », in D.W. Cruickshank and J.E. Varey (ed.), P. Calderón de la Barca, Comedias. A facsimile edition with textual and critical studies, Farnborough, Gregg International, 1973, t. 1, p. 209-227.

Organisation et direction scientifique 

  • Alicia OÏFFER-BOMSEL, Maître de conférences en Civilisation de l’Espagne moderne à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CIRLEP EA 4299).
  • Sophie CONTE, Maître de conférences en Langue et Littérature latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne (CRIMEL EA 3311).
  • María Elena CANTARINO SUÑER, Professeur titulaire de Philosophie morale et Philosophie politique à l’Université de Valence, Espagne (GIUV2013-037).

 Comité scientifique 

  • Jesús ALCOLEA BANEGAS, Professeur titulaire de Logique et de Philosophie des Sciences. Doyen de la Faculté de Philosophie et de Sciences de l’Éducation à l’Université de Valence, Espagne.
  • Jean-Frédéric CHEVALIER, Professeur des Universités en Langue et Littérature latines (études latines et néo-latines) à l’Université de Lorraine (Metz).
  • Carmen CORTÉS ZABORRAS, Professeur titulaire en Langue et Littérature française du Moyen Âge à l’Université de Málaga.
  • Christophe ERISMANN, Historien des idées, Professeur de Philosophie médiévale à l’Université de Lausanne.
  • Véronique GÉLY, Professeur des Universités en Littérature générale et comparée à l’Université Paris-Sorbonne.
  • Miren LACASSAGNE, Maître de conférences en Langue et Littérature médiévales à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
  • Alexandra MERLE, Professeur des Universités en Civilisation et Littérature de l’Espagne moderne à l’Université de Caen Basse-Normandie.
  • Nicoletta PALMIERI, Professeur des Universités en Langue et Littérature latines (époques antique et médiévale) à l’Université de Reims Champagne-Ardenne.
  • Rosa Rius GATELL, Professeur titulaire d’Histoire de la Philosophie de la Renaissance à l’Université de Barcelone.
  • María Jesús SOTO-BRUNA, Professeur titulaire de Philosophie Médiévale. Directrice de l’Institut d’études Médiévales de l’Université de Navarre.
  • Christian TROTTMANN, Directeur de recherche en Philosophie au CNRS au Centre d’études Supérieures de la Renaissance de Tours.
  • Vincent ZARINI, Professeur des Universités en Littérature latine de l’Antiquité tardive à l’Université Paris-Sorbonne.

Modalités de soumission des propositions de communication

Les langues du colloque seront le français, l’espagnol ainsi que l’anglais, sans que ce critère soit exclusif ; des interventions en italien et en allemand pourront être acceptées.
Les propositions de communication (environ 200 mots) accompagnées d’un bref Curriculum Vitæ, sont à envoyer aux trois responsables scientifiques avant le 15 janvier 2016 pour les colloques de Reims et de Valence :

L’acceptation des propositions, après examen par le comité scientifique, sera signifiée au plus tard le 15 février 2016 pour les colloques de Reims et de Valence.

Frais d’inscription (colloque de Reims) : 40 euros (hébergement, repas, pauses café, actes du colloque).

Frais d’inscription (colloque de Valence) : à préciser prochainement.

| Appel à communication (Fr.)
| Call for Papers (Esp.) 

PUBLICATION: les actes du colloque sont parus aux éditions Classiques Garnier en 2019.

Les super-héros d’aujourd’hui : Que sont nos héros devenus ?

The Secret Life of Heroes - Grégoire Guillemin
The Secret Life of Heroes – Grégoire Guillemin

APPEL À COMMUNICATION

Dans le prolongement de la journée d’étude portant sur les hackers, nouveaux types de personnages apparus dans la littérature, la culture et le cinéma contemporains, on s’interrogera sur un autre type de ces personnages qui ont émergé avec la postmodernité et se sont renforcés dans notre hypermodernité : celui de super-héros. Dans le prolongement des analyses d’Umberto Eco, De Superman au surhomme, on s’interrogera sur les nouveaux modes d’expression héroïques dans les personnages d’aujourd’hui. Quand les personnages d’antan stimulaient une « consolation héroïque » (Les Trois Mousquetaires, Monte-Christo d’Alexandre Dumas, Ulysses de James Joyce, ou même Ivanhoe de Walter Scott), nos héros contemporains sont des héros masqués, jouant de leur hyper-puissance technique et technologique. Leurs pouvoirs sont surnaturels et anormaux ; ils se sont disséminés sous différentes formes qu’il sera intéressant de mettre au jour et d’analyser dans une perspective transdisciplinaire.

Que sont donc nos héros devenus ? Par quels mécanismes gratifiants réussissent-ils à transformer leur condition héroïque ? Dans quelle mesure également sont-ils à même de faire de grandes œuvres de celles, très différentes, qui les accueillent (romans, cinéma, mais également comics, roman-graphique, séries télévisées et autres nouvelles médiatisations culturelles) ? Ce sont ces différentes questions que l’on abordera. Outre la littérature comparée et les champs de la théorie générique et fictionnelle, cette approche nécessitera également de croiser les expériences de champs disciplinaires novateurs dans le domaine des sciences humaines et sociales (cultural studies, humanités numériques, etc.).

Les propositions de communication sont à adresser à Frédérique Toudoire-Surlapierre (frederique.toudoire@free.fr – Université de Haute Alsace) et Sébastien Hubier (sebastien.hubier@univ-reims.fr – Université de Reims Champagne-Ardenne) avant le 8 septembre 2014.
Elles seront évaluées par un comité scientifique composé de  Frédérique Toudoire-Surlapierre (Université de Haute Alsace), Sébastien Hubier (Université de Reims Champagne-Ardenne), Antonio Dominguez Leiva (Université du Québec à Montréal) et Gabriel Gaudette (Université du Québec à Montréal).