Archives de catégorie : Journées et colloques

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : la journée du 1er Février 2024 : les objets du quotidien au carrefour de la Grande et de la Petite mythologie

Résumé entretien avec Mme Ueltschi et exemple avec la séance du 1er février

Actuellement en dernière année de licence de Lettres Modernes, il m’est nécessaire pour valider celle-ci d’effectuer un stage, dans le domaine qui m’inspire le plus. J’ai décidé de m’informer sur la possibilité d’entreprendre un stage au sein du CRIMEL, afin d’en découvrir un peu plus sur le monde de la Recherche, qui commençait depuis ma L1 à « titiller » ma curiosité.

J’ai trouvé cela intéressant de joindre à ce billet une définition précise du monde de la recherche et de ses constituants. A l’aide de l’entretien que Mme Ueltschi m’a gentiment accordé, j’ai pu dessiner de façon très succincte la manière d’organiser les séminaires et les journées d’études. Après cet aspect théorique, je propose, pour mieux comprendre les choses, une illustration d’une journée d’étude (à savoir la journée d’étude du 1er Février 2024 qui concernait les objets du quotidien pris au croisement de la Petite et de la Grande mythologie).

L’événement du jeudi 1er Février 2024 a eut lieu au cœur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, plus précisément à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon. J’ai pu y assister de 9h à 17h, étant entièrement libre ce jour-là. J’ai pu y constater, les divers aspects que Mme Ueltschi m’a expliqués avec plus de précision lors de notre entretien. J’ai décidé de suivre cette journée d’étude pour plusieurs raisons. Premièrement, j’ai souhaité voir ce que c’était réellement une conférence faite de plusieurs enseignants-chercheurs, celle-ci étant la première à laquelle j’ai pu assister. Deuxièmement, le thème m’attirait davantage encore. Cet aspect presque magique des objets courants était un thème intéressant à découvrir. Notre quotidien est remplis d’objets anodins qui peuvent être les socles de multiples récits légendaires ou mythiques. Pour moi, ces enseignants-chercheurs, nous ont prouvés, avec leurs singularités, que notre quotidien, sans que nous le sachions vraiment, est source de multiples histoires plus ou moins magiques.

L’aspect « théorique »

Qu’est-ce qu’un séminaire ? Comment l’organise-ton ? Et quels sont ses buts ? (entretien général avec Mme Ueltschi)

Les termes de séminaire, de colloque, de conférence, se ressemblent et peuvent parfois, nous causer problème dans leurs sens. Nous avons l’impression qu’ils renvoient tous à un même événement, à savoir un débat ouvert, sur un sujet ou une problématique précise, cependant au cours de mon entretien avec Mme Ueltschi (que je remercie encore fortement !), j’ai pu comprendre davantage la différence entre ces diverses notions. Au cours, de notre entretien, celle-ci m’a donné les grands traits de l’organisation et de la conception de ce genre d’événement, afin que je puisse en faire une définition assez large, et l’illustrer à l’aide de la journée du 1er février 2024 (qui est la première journée d’étude du séminaire « Grandes & Petites mythologies »).

Premièrement, lors de regroupements réguliers, les enseignants-chercheurs amènent des idées (pas forcément en lien avec l’actualité) qui pourraient être des socles de débats prochains. Lorsqu’une idée est retenue, les chercheurs intéressés par cette idée conceptualisent leurs exposés. En parallèle, l’organisateur ou organisatrice en charge du projet (pour ce cas-ci : Mme.Ueltschi), fait diverses annonces par mail à divers chercheurs extérieurs, qui pourraient être intéressés par le sujet choisi. Précisions que, le CRIMEL touche annuellement une certaine somme d’argent afin de concrétiser leur projet. Par exemple, les frais de déplacements possibles des enseignants-chercheurs extérieurs à l’URCA peuvent être pris en charge par le CRIMEL. Plusieurs mois à l’avance, des votes sont fait pour confirmer les dates des débats et des futurs évènements du centre de recherche. Quand celles-ci sont établies, des annonces régulières sont faites au sein de l’université afin d’attirer un maximum d’intéressés. Les principaux buts de ces débats sont la confrontation des savoirs mais aussi l’échange et le dialogue. Pour aller au plus simple, (j’ai choisi de passer plusieurs points très « techniques »), après un séminaire dans le genre du 1er février, un résumé est demandé aux divers intervenants (avec une taille à respecter), afin de regrouper toutes ses idées sous un même « chapeau » (création et édition d’un ouvrage).

L’aspect pratique

Commençons par le début. Si nous portons un intérêt à cette journée d’étude, nous sommes invités à rejoindre la salle spécifique aux conférences de la bibliothèque et à être ponctuel (arriver pour 9h). Cela a l’air anecdotique de dire que le temps est important, cependant au cœur d’une journée de conférence comme celle-ci qui regroupe plusieurs intervenants est un aspect crucial. Après l’arrivée de tous les intéressés en présentiel, les enseignants, avant de commencer, connectent leur matériel informatique, pour permettre aux « intéressés virtuels », de pouvoir suivre cette journée à distance. Le présentiel est mieux selon mon opinion, car nous avons une plus grande proximité avec les enseignants et nous sommes davantage imprégnés de leurs sujets en présentiel qu’en distanciel. Cependant, pour l’aspect horaire, les ”petites” conférences se faisant en général de 17h à 19h, je conçois, pour des raisons de temps, de regarder la conférence à distance est plus agréable. Après ce 9H passé, une courte présentation de la journée et de son programme nous a été faite par la présidente même du CRIMEL à savoir Mme Conte (à voir : brochure de cette journée). Comme vous pouvez le voir sur cette brochure (ou non), voilà comment chronologiquement cette journée s’est déroulée. La journée était cadrée par plusieurs présidents de séances qui regroupaient plusieurs enseignants sous un même thème. Chaque intervenant ayant un temps égal de parole, à savoir 30 minutes en comptant les questions éventuelles, peuvent légèrement dépasser. Au-delà de ce temps, la journée peut se retrouver bousculée. Pour ce cas particulier du 1er février, le temps entre enseignants a été globalement respecté, a un détail près. En effet, la fin de journée s’est retrouvée dérangée par l’intervention un peu (beaucoup) trop longue d’un intervenant, en comparaison des autres. Cependant, loin d’être une faute fatale, celui-ci n’a sûrement pas vu le temps passé.

Avant la pause méridienne, nous avons eu le droit à diverses discussions intéressantes telles que sur la représentation du miroir, sur la représentation des anneaux dans les fabliaux voire sur l’objet Graal. De plus, pour reprendre les mots de Mme Ueltschi, une pause goûter est offerte, pour éliminer cet aspect trop théorique de cette conférence et de donner un aspect plus convivial, le but étant certes de rassembler du monde à l’instant T, mais aussi sur le long terme (en d’autres termes, il est important de se faire connaître extérieurement).

Pour l’après-midi de 14h15 à 16h45, nous avons eu la chance d’assister à quatre interventions singulières, à savoir une sur l’aspect problématique du talisman dans La Peau de Chagrin de Balzac, une sur le cas de La Princesse légère de McDonald (trop bien ! Auteur anglais mal reconnu et dont les œuvres ont été traduites que très récemment selon les informations de l’intervenante. A lire absolument si vous appréciez le côté fantastique et ce côté Alice aux Pays des Merveilles). Le sujet de la troisième intervention portait sur la matérialité du bouclier dans l’imaginaire médiéval. Enfin cette journée d’étude s’est terminée par l’intervention de Mme Ueltschi qui portait sur les transformations et les (en)jeux métonymiques des bâtons, balais & baguettes. J’ai oubliée de préciser que la demi-journée était coupée en deux pour laisser place à une courte pause (de 11h15 à 11h45 pour le matin, et de 15h15 à 15h45 pour l’après-midi).

Mon opinion globale sur cette journée : mon opinion s’en trouve très positive pour diverses raisons. En premier lieu, si nous avons soif de curiosité littéraire sur tel ou tel sujet, ce genre d’évènement est le paradis parfait pour assouvir cette curiosité. De plus, (élément que j’ai oubliée de mentionner dans mon aspect « pratique »), pour ma part j’ai préférée arriver pour le début, mais ce n’est pas obligatoire. Toute personne intéressée par cette journée peut arriver et partir à l’heure qu’elle souhaite. De plus, voir les enseignants débattre dans le respect de chacun tout en voulant défendre ses idées, montre l’un des aspects de richesses intellectuels que je partage profondément. Certes, nous pouvons assouvir notre recherche d’informations en solitaire en faisant des investigations par nous même. Cependant, ce que j’appellerais la « richesse de l’âme », peut se trouver dans le débat avec les autres. Je ne vois pas vraiment de points négatifs à signaler. A part peut-être le fait (ce qui m’est arrivé plus d’une fois), de se sentir étranger ou étrangère à telle ou telle référence, mais nous savons bien que nous pouvons pas posséder d’avance toutesles diverses références que les intervenants utilisent.

In fine, je conseille ce genre de journée d’étude à chacun & chacune qui aime s’enrichir, cultiver son esprit synthétique et critique. Assister à ce genre d’évènement est un moyen intéressant pour enrichir sa culture générale et peut être une aide précieuse pour des études en licence.

Ci-dessous : le programme de cette journée d’étude 

 

Sexy pop II

Sexy pop « sexier & sexier »

Mardi 7 mai 2024

Deuxième volet de la journée d’étude transatlantique, organisé par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Antonio Dominguez Leiva (UQAM),Clément Pélissier (UGA) et Lorène Trémerel (URCA).

Lire l’argumentaire de la journée

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpe), « L’assassin grivois ! Humour sexy et récits initiatiques dans le manga Assassination Classroom »

9h30/15h30 : Stella Louis (Université Paris-Nanterre), « Puissance érotico-horrifique du vampire dans la culture populaire, ou : qu’est-ce qui est sexy chez le vampire ? »

10h/16h : Albain Le Garroy (Université Bordeaux-Montaigne), « Vaudou ou la possession par le sexy chez Alan Moore »

10h30h/16h30 : Pause

11h/17h : Lorène Trémerel (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Entre lubricité et horreur : The Black Room : where evil takes on a sexy side »

11h30/17h30 : Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine), « Raiders of the hot tape : fictions de jeunesse et quête de la vidéocassette classée X »

12h/18h : Sébastien Hubier (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Pin-ups au combat. Bombasses et canons, de la Grande Guerre à la guerre d’Ukraine »

12h/17h : Table ronde

Pour participer à la journée d’études en visio, merci d’envoyer un mail à sebastien.hubier@univ-reims.fr.

[AAC] Workshop de recherche & création

Dans le cadre du programme de recherche « Faire avec moins » : pratiques et esthétiques de la réduction dans le spectacle vivant, la compagnie Galilée et la Fileuse (Reims) organisent un workshop de recherche & création intitulé :

Réductions matérielles et stratégies de polyadaptation dans la scénographie

les 4, 5 et 6 juin 2024

 

Le workshop est conçu autour d’un défi scénographique. Il s’agit en effet pour les participant.e.s d’imaginer un projet d’adaptation d’une scénographie existante et conçue à l’origine pour des espaces équipés, en proposant un dispositif moins gourmand en matière et en volume, dont la vocation serait de pouvoir circuler dans des lieux non-dédiés.

Cette démarche est motivée par au moins deux aspects. Dans un contexte où les œuvres crées ne circulent généralement que très peu, il s’agit d’abord d’augmenter le potentiel de diffusion d’un même spectacle, afin de lui permettre de rencontrer un public plus large. Mais il s’agit aussi de s’interroger sur les limites de cette réduction : jusqu’où, en effet, peut-on réduire une scénographie (ou un projet de scénographie), sans trahir le geste artistique initial ? La version réduite de la scénographie poly-adaptée peut-elle conserver tout le sens et tout le plaisir esthétique de la version grand plateau, ou bien est-elle condamnée à donner lieu à une forme de « sous-spectacle » ? N’est-il pas nécessaire, dans ce processus de réduction, de rompre avec un désir de fidélité par rapport au geste initial, afin d’engager pleinement un nouveau processus de création, né de cette contrainte matérielle ?

Le workshop a lieu à la Fileuse, friche artistique de Reims, et est encadré par trois intervenant.e.s : Floriane Benetti, scénographe et décoratrice, membre de la Ressourcerie du cinéma, Romain Fohr, Maître de conférences à l’Université Sorbonne Nouvelle et spécialiste des questions de scénographie, et Nicolas Murena, metteur en scène, directeur artistique de la compagnie Galilée et membre associé du CRIMEL. Il accueille jusqu’à six participant.e.s, intéressé.e.s par les questions de scénographie et/ou d’éco-conception dans le spectacle.

Les candidatures sont à transmettre par mail à l’adresse suivante : contact@compagniegalilee.fr

Elles seront composées d’un simple exposé de ses motivations, accompagné d’une brève notice biographique faisant état du parcours professionnel ou étudiant. Dans ce but, une lettre de motivation formelle n’est pas nécessaire : un simple développement dans le corps de mail conviendra tout à fait.

Date limite de retour : 19 avril 2024

Consulter la page complète de l’appel

Crédits : vue depuis le 1er étage d’un théâtre. Source : wikimedia (licence CC).

MANAGEMENT EN SÉRIES (SAISON 2)

Colloque international 
Management en séries, saison 2

les 21 et 22 mars 2024

Les laboratoires REGARDS et CRIMEL (Université de Reims Champagne-Ardenne), IRG (Université Gustave Eiffel et Université Paris-Est Créteil), CEREFIGE (Université de Lorraine), NEOMA BS, l’EM Normandie, l’EMLV, l’UFR Sciences Économiques Sociales et de Gestion de l’Université de Reims et le podcast “Histoire en Série” sont heureux de vous accueillir à Maison des Sciences Humaines et Sociales à Reims les 21 et 22 mars 2024 pour la seconde saison du colloque Management en Séries.

Consulter le site du colloque et télécharger le programme des deux journées.

LIEU :
Campus Croix-Rouge, Bât. 13, MSHS

Journée d’étude « Fins de séries, séries sans fin »

Journée d’Étude « Fins de séries, séries sans fin »

Vendredi 29 mars 2024

Auditorium de la Médiathèque Jean-Falala (Reims)

Organisée par Sébastien Hubier et Emmanuel Le Vagueresse (URCA, Université de Reims Champagne-Ardenne)

Avec le concours des Bibliothèques de Reims, des laboratoires de recherche CIRLEP et CRIMEL, de la MSH de Champagne-Ardenne et de l’URCA

Continuer la lecture de Journée d’étude « Fins de séries, séries sans fin »

Journée d’étude « Geeks everywhere »

« Geeks everywhere » – Aftermath

Vendredi 15 mars 2024

Journée d’étude organisée par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Antonio Dominguez Leiva (UQAM) et Clément Pélissier (Grenoble-Alpes).

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Sébastien Hubier (URCA), Ready Player One: Neobaroque Novel & Mind Fuck Movie.

9h30/15h30 : Justine Simon (Université de Franche-Comté), « Mon humain est un geek ». Culture du  chaton mignon 2.0 : Remix, identité et objets dérivés.

10h/16h : Pause

10h30/16h30 : Marion Velain (Université du Québec à Montréal), Geeks, dorks et nerds dans Geekerella (2016) d’Ashley Poston : tension entre les différentes formes de « geekiness »

11h/17h : Antonin Marquis (Université de Sherbrooke), Le Rôle du jeu de rôle dans le roman Tas-d’roches   de Gabriel Marcoux-Chabot.

11h30/17h30 : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpes), « I’m Pickle Rick !! » : la surenchère   geek, ressort de l’humour noir dans Rick & Morty.

12h/18h : Table ronde

Télécharger le programme

Pour participer à la journée d’études en visio, merci d’envoyer un mail à sebastien.hubier@univ-reims.fr

[AAC] Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Poésie et prophétie : conversation inspirée ?

Reims, 11-12 décembre 2024

org. Xavier Lafontaine (CRIMEL, U. Reims Champagne-Ardenne) et Anne Morvan (LAMO, U. de Nantes)

En partant de l’affinité observée dans les sources anciennes entre
poésie et prophétie, nous interrogerons la continuité entre
l’inspiration poétique et prophétique, pour explorer les implications du motif de la commune nature divine de la poésie et de la prophétie et ses manifestations formelles et théoriques.
Nous espérons ainsi contribuer à mettre en valeur les permanences et les évolutions du modèle Poète-Prophète sur un temps long, de l’Antiquité à la Renaissance.

Télécharger l’appel à communication

Les propositions de communication sont attendues pour le 30 avril 2024 (200-250 mots) et seront évaluées par un comité scientifique. Nous attendons des communications d’une durée de 25 minutes. Les
communications en anglais, italien, allemand ou espagnol sont
bienvenues, accompagnées d’un support en français ou en anglais.

Contact :
Xavier Lafontaine (CRIMEL, U. de Reims Champagne-Ardenne),
<xavier.lafontaine@univ-reims.fr>
Anne Morvan (LAMO, U. de Nantes), <anne.morvan@univ-nantes.fr>

Littérature, traduction et errance(s)

Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture

Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

« Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie »
jeudi 1er février 2024 – 9h à 17h

Journée d’étude organisée par Karin Ueltschi dans le cadre du séminaire « Grandes et petites mythologies ».

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’étude sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Continuer la lecture de Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

MONSTER(S) ON SCREEN(S) III

Monster(s) on Screen(s)
The Third of the Name

mardi 14 novembre 2023

Troisième journée d’études  virtuelle sur l’imaginaire des monstres à l’écran, organisée par Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Lorène Trémerel (URCA) et  Antonio Dominguez Leiva (UQAM).

Programme

9h heure de Montréal/15h heure française : Oumy Sow (Université de Sherbrooke), « Sorcières et Noires : un enchantement impossible ? »

9h30/15h30 : Albain Le Garroy (Université de Bordeaux-Montaigne), « Vigo, un canal de la haine. Une étude du portrait de Vigo dans le film Ghostbusters 2 »

10h/16h : Pause

10h30/16h30 : Clément Pélissier (Université de Grenoble-Alpes), « Dans la jungle de béton : le règne des monstres-mutants comme raison d’être de Spider-man »

11h/17h : Sébastien Hubier (Université de Reims-Champagne-Ardenne), « Tueurs en série et monstres cannibales, d’Hannibal à Dahmer »

11h30/17h30 : Antonio Domínguez Leiva (Université du Québec à Montréal), « Nous autres (monstres) victoriens ».

12h/18h : Table ronde

Télécharger le programme

Pour participer à la journée d’études en visio : https://uqam.zoom.us/j/85353116502

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search