Archives de catégorie : Stages

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : le cas de Georges Darien au tournant du XIXème siècle.

Conférence de 17h à 19h du jeudi 7 mars :  Le cas de Georges Darien, dans l’histoire de la Petite et de la Grande Mythologie.

Le 7 mars 2024, a eut lieu à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, de 17h à 19h, une conférence sur la personnalité de Georges Darien, auteur engagé du XIXème siècle. Cette conférence nous a été délivrée par M. Aurélien Lorig, enseignant de littérature française à l’URCA, et membre du CRIMEL. Le but de cette conférence était de montrer, en plus de la singularité de la plume de Darien, sa capacité à mettre en avant dans ses œuvres de multiples (petites & grandes) références mythologiques, afin de promouvoir ses idées. J’ai décidé de suivre cette conférence, pour son cas particulier, et tout simplement par curiosité. Je souhaitais constater comment un écrivain pouvait se servir de la grande et de la petite mythologie pour aiguiser un style encore offensif. Le but de ce billet n’est pas de faire une simple liste des éléments, mais de voir quels sont les points importants à retenir sur le cas de l’écrivain de Georges Darien, mais aussi de voir comment ses œuvres peuvent être imprégnées de la grande et de la petite mythologie.

Georges Darien, selon sa correspondance et sa biographie, est une personnalité qui bouscule, et qui souhaite faire avancer les choses. Comme nous l’a montré notre intervenant en prenant un exemple de la correspondance de Darien, l’écrivain utilise le terme de pétard pour signer son envie de changer les systèmes communs. Le XIXème siècle, nous le savons, est un siècle de nombreux bouleversements et de modernisations. Cependant pour Darien, le XIXème siècle est aussi et surtout un siècle de la corruption et de l’hypocrisie des grands hommes. Précisions que celui-ci, en plus d’être écrivain, est caricaturiste et a énormément collaboré à la réalisation de caricatures notamment avec Hadol (à voir quelques caricatures dans Charivari de P.Hadol de 1871-1872) , donc nous comprenons bien que, pour lui la caricature est facile. En plus de souhaiter bousculer les choses, Darien est connu pour (d)énoncer divers faits sociétaux. Par exemple, dans son premier roman Biribi tel que dans les Pharisiens, à l’aide de diverses références mythologiques telles que le Minotaure, Darien nous offre une dénonciation des mères qui livrent le fruit de [leurs] entrailles au Minotaure qui les mange. De même, la petite mythologie est au service d’autres faits sociétaux, par exemple, il reprend l’image de l’Ogre pour parler de Drumont, assimilé à « un dévoreur de juifs » (voir « l’Ogre Drumont » Le rire, 5 mars 1898).

Ces images sont subtiles & sont un excellent moyen pour Darien d’exagérer les traits et de ridiculiser certains personnages afin d’en délivrer une critique. L’écrivain est pour l’idée d’un individu changeant, différent, qui ose bouger les choses, et penser autrement. Par exemple, à l’aide de la référence de Procuste & de Bacchus, Darien dénonce le système marxiste et capitaliste. Le socialisme pour lui, « s’est constitué en parti, en religion ; (…).Il a placé sur le lit de Procuste le matelas de théories filandreuses cadrées par Marx, et invite l’humanité à s’y étendre ». Pour lui, les dogmatismes n’existent que pour encadrer la société dans des systèmes de pensée fermés. L’individu, au contraire pour Darien, doit s’affranchir de tout système afin de penser et agir par et pour lui-même. La mythologie est au service, en plus d’un but caricatural, d’un but de donner envie de combattre la société et les idéaux. Pour Darien, en plus de cet esprit satirique, et engagé de ses œuvres, il utilise de nombreuses références pour servir la critique de la politique de son époque. Par exemple, il prend l’image de la société victorienne pour contourner la bienséance et en faire une situation ridicule (et en montrer en parallèle le caractère artificiel). Darien est un persécuteur de son temps, mais aussi des académistes et des grandes lois officielles. Pour illustrer nous pouvons faire référence au personnage du comte Alibaba, personnage utilisé par l’écrivain pour dénoncer l’artificialité des modes de pensés. En d’autres termes, « le temple, le monument du mensonge, est la seule chose réelle dans cette comédie sinistre qui est la comédie religieuse. » ( à lire : La Belle France).

Conclusion : Ainsi Darien, persécuteur & persécuté, nous offre dans son œuvre un véritable pamphlet contre la société du XIXème siècle mais aussi contre ses grandes lois et  ses artificialités. Le but de Darien est de montrer que derrière les changements multiples de ce XIXème se cache une société corrompue et corruptrice, gouvernée par certains personnages tout aussi hypocrites et artificiels que la société même. Pour l’écrivain, il s’agit à la force de sa plume (ultra) engagée de donner un portrait non vraisemblable mais qui se veut  “réaliste” de ce XIXème siècle. En reprenant l’idée de notre conférencier notre conférencier.  Darien est celui qui milite pour l’image d’un individu libre. En d’autres termes, comme le dit Goethe : « [Darien] voudrai[t] [se] tenir debout sur une terre libre, avec un peuple libre ».

Quelques titres de Darien : Biribi (1890), Bas les cœurs ! (1889), les Pharisiens (1891), le Voleur (1897)

Séminaire A2IL8 (CRIMEL-CIRLEP) : « Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F. Scott Fitzgerald, le roman sans cesse ré-écrit » par Gérald Préher

Au cours de mon stage de L3 au sein du CRIMEL, j’ai pu assister à plusieurs interventions d’enseignants-chercheurs, sur divers sujets. Lors de ce jeudi 15 février 2024, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, j’ai choisi d’assister à la conférence suivante : « Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F.Scott Fitzgerald, le roman sans cesse réécrit ». L’intervenant qui nous a fait l’honneur de nous présenter ses recherches sur cette œuvre singulière, se nomme M. Gérald Préher, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine à l’Université d’Artois .J’ai souhaité assister à cette conférence pour diverses raisons. Premièrement, pour mon attirance particulière pour la littérature anglaise après ou avant-guerre. De même, connaissant peu Fitzgerald, je souhaitais assouvir ma curiosité sur celui-ci, Fitzgerald étant désigné comme l’un des romanciers phares de ce siècle. Dernièrement, la problématique posée, à savoir l’histoire en permanence réécrite, me semblait intéressante pour comprendre comment la conception d’un roman pouvait appeler à l’utilisation de divers outils, qui dépasse la simple invention de l’auteur même. Ce séminaire multiculturel et interdisciplinaire (c’est-à-dire qui croise différentes disciplines) a pour but de mettre en avant la dialectique de l’archive. À l’aide de ce roman de Fitzgerald, nous avons vu que le travail de l’écrivain est plus qu’un travail d’invention. À la force de sa plume, l’écrivain tisse à l’aide de divers emprunts (personnels, fictifs) une œuvre particulière.

En premier lieu, rappelons brièvement ce qu’il se passe dans ce roman. Il s’agit d’une histoire d’amour à l’américaine, ayant pour arrière-plan la condition bouleversée de l’Amérique des années 1950. Ce roman narre les passions amoureuses d’un certain Dick (psychiatre), qui s’éprend crescendo de Zelda, une de ses patientes internées. Le roman narre aussi ses passions de ce dernier pour une certaine Niccole, qu’il aurait rencontrée lors d’un voyage. En reprenant les quelques termes du résumé français (Tendre est la nuit – Francis Scott Fitzgerald – Babelio), ce roman est la narration de protagonistes perdus, dans des paysages perdus, dans lesquels, les personnages sont voués à demeurer mortels, incapables de prolonger l’infini (..). En d’autres termes, il s’agit de l’anti-destinée manifeste d’une génération vouée à être perdue, à cause de plusieurs facteurs, dont des facteurs sociétaux, sociologiques etc. dans l’Amérique bouleversée de ces années-ci. Dans la courte biographie que nous a proposé ce professeur-chercheur, plusieurs points importants sont à relever. Ce livre fut publié en 1951, mais connu de nombreuses éditions et bouleversements au cours de son écriture et de sa conception. L’auteur est connu pour revenir sur ses brouillons de nombreuses fois, et par ailleurs, certains passages de ce roman se font l’écho de ses nouvelles (Indécision, Magnétisme etc.) mais aussi de la correspondance entre celui-ci & son éditeur. De plus, Fitzgerald, interroge sans cesse la porosité entre réel & fiction, : il est connu pour insérer des anecdotes personnelles dans son œuvre. Enfin, le roman subit de nombreux ajouts et suppressions, voire des réécritures de la part de l’éditeur avec qui Fitzgerald liait une relation plus ou moins conflictuelle. Son œuvre ne correspondait jamais à ses objectifs précis.

Après cette courte présentation de l’auteur, et le résumé de son œuvre, l’intervenant nous a proposé son interprétation : Fitzgerald nous offre, à travers son roman, un exemple presque parfait de la fusion entre le vieux & le neuf. Celui-ci, (l’auteur) est ce genre d’artiste qui écrit autour de ses brouillons et qui se commente lui-même, en rajoutant / supprimant des choses, en fonction de ses aspirations. De plus, cette œuvre nous propose un portait des passions intérieures individuelles et collectives et montre surtout la réalité de celles-ci (son écriture étant aussi partiellement influencée par Zola, écrivain français du XIXème siècle).

In fine, nous pouvons retenir ces quelques points. Tender in the Night est un roman qui est plus qu’une simple fiction venant de l’imagination de l’écrivain. Nous avons vu brièvement qu’il fait écho à plusieurs faits divers et personnages réels (exemple : utilisation du prénom réel de sa femme pour l’une de ses protagonistes). Il fait aussi écho à certaines autres de ses œuvres telles que ses nouvelles ou sa correspondance. Cet ouvrage vérifie bien l’idée que l’artiste peut ne jamais être réellement satisfait de sa production, comme si la grammaire courante ne pouvait traduire son art singulier. Cette absence de vocabulaire suffisant peut définir l’un des aspects du statut d’artiste.

Séminaire “Grandes et petites mythologies” : la journée du 1er Février 2024 : les objets du quotidien au carrefour de la Grande et de la Petite mythologie

Résumé entretien avec Mme Ueltschi et exemple avec la séance du 1er février

Actuellement en dernière année de licence de Lettres Modernes, il m’est nécessaire pour valider celle-ci d’effectuer un stage, dans le domaine qui m’inspire le plus. J’ai décidé de m’informer sur la possibilité d’entreprendre un stage au sein du CRIMEL, afin d’en découvrir un peu plus sur le monde de la Recherche, qui commençait depuis ma L1 à « titiller » ma curiosité.

J’ai trouvé cela intéressant de joindre à ce billet une définition précise du monde de la recherche et de ses constituants. A l’aide de l’entretien que Mme Ueltschi m’a gentiment accordé, j’ai pu dessiner de façon très succincte la manière d’organiser les séminaires et les journées d’études. Après cet aspect théorique, je propose, pour mieux comprendre les choses, une illustration d’une journée d’étude (à savoir la journée d’étude du 1er Février 2024 qui concernait les objets du quotidien pris au croisement de la Petite et de la Grande mythologie).

L’événement du jeudi 1er Février 2024 a eut lieu au cœur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, plus précisément à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon. J’ai pu y assister de 9h à 17h, étant entièrement libre ce jour-là. J’ai pu y constater, les divers aspects que Mme Ueltschi m’a expliqués avec plus de précision lors de notre entretien. J’ai décidé de suivre cette journée d’étude pour plusieurs raisons. Premièrement, j’ai souhaité voir ce que c’était réellement une conférence faite de plusieurs enseignants-chercheurs, celle-ci étant la première à laquelle j’ai pu assister. Deuxièmement, le thème m’attirait davantage encore. Cet aspect presque magique des objets courants était un thème intéressant à découvrir. Notre quotidien est remplis d’objets anodins qui peuvent être les socles de multiples récits légendaires ou mythiques. Pour moi, ces enseignants-chercheurs, nous ont prouvés, avec leurs singularités, que notre quotidien, sans que nous le sachions vraiment, est source de multiples histoires plus ou moins magiques.

L’aspect « théorique »

Qu’est-ce qu’un séminaire ? Comment l’organise-ton ? Et quels sont ses buts ? (entretien général avec Mme Ueltschi)

Les termes de séminaire, de colloque, de conférence, se ressemblent et peuvent parfois, nous causer problème dans leurs sens. Nous avons l’impression qu’ils renvoient tous à un même événement, à savoir un débat ouvert, sur un sujet ou une problématique précise, cependant au cours de mon entretien avec Mme Ueltschi (que je remercie encore fortement !), j’ai pu comprendre davantage la différence entre ces diverses notions. Au cours, de notre entretien, celle-ci m’a donné les grands traits de l’organisation et de la conception de ce genre d’événement, afin que je puisse en faire une définition assez large, et l’illustrer à l’aide de la journée du 1er février 2024 (qui est la première journée d’étude du séminaire « Grandes & Petites mythologies »).

Premièrement, lors de regroupements réguliers, les enseignants-chercheurs amènent des idées (pas forcément en lien avec l’actualité) qui pourraient être des socles de débats prochains. Lorsqu’une idée est retenue, les chercheurs intéressés par cette idée conceptualisent leurs exposés. En parallèle, l’organisateur ou organisatrice en charge du projet (pour ce cas-ci : Mme.Ueltschi), fait diverses annonces par mail à divers chercheurs extérieurs, qui pourraient être intéressés par le sujet choisi. Précisions que, le CRIMEL touche annuellement une certaine somme d’argent afin de concrétiser leur projet. Par exemple, les frais de déplacements possibles des enseignants-chercheurs extérieurs à l’URCA peuvent être pris en charge par le CRIMEL. Plusieurs mois à l’avance, des votes sont fait pour confirmer les dates des débats et des futurs évènements du centre de recherche. Quand celles-ci sont établies, des annonces régulières sont faites au sein de l’université afin d’attirer un maximum d’intéressés. Les principaux buts de ces débats sont la confrontation des savoirs mais aussi l’échange et le dialogue. Pour aller au plus simple, (j’ai choisi de passer plusieurs points très « techniques »), après un séminaire dans le genre du 1er février, un résumé est demandé aux divers intervenants (avec une taille à respecter), afin de regrouper toutes ses idées sous un même « chapeau » (création et édition d’un ouvrage).

L’aspect pratique

Commençons par le début. Si nous portons un intérêt à cette journée d’étude, nous sommes invités à rejoindre la salle spécifique aux conférences de la bibliothèque et à être ponctuel (arriver pour 9h). Cela a l’air anecdotique de dire que le temps est important, cependant au cœur d’une journée de conférence comme celle-ci qui regroupe plusieurs intervenants est un aspect crucial. Après l’arrivée de tous les intéressés en présentiel, les enseignants, avant de commencer, connectent leur matériel informatique, pour permettre aux « intéressés virtuels », de pouvoir suivre cette journée à distance. Le présentiel est mieux selon mon opinion, car nous avons une plus grande proximité avec les enseignants et nous sommes davantage imprégnés de leurs sujets en présentiel qu’en distanciel. Cependant, pour l’aspect horaire, les ”petites” conférences se faisant en général de 17h à 19h, je conçois, pour des raisons de temps, de regarder la conférence à distance est plus agréable. Après ce 9H passé, une courte présentation de la journée et de son programme nous a été faite par la présidente même du CRIMEL à savoir Mme Conte (à voir : brochure de cette journée). Comme vous pouvez le voir sur cette brochure (ou non), voilà comment chronologiquement cette journée s’est déroulée. La journée était cadrée par plusieurs présidents de séances qui regroupaient plusieurs enseignants sous un même thème. Chaque intervenant ayant un temps égal de parole, à savoir 30 minutes en comptant les questions éventuelles, peuvent légèrement dépasser. Au-delà de ce temps, la journée peut se retrouver bousculée. Pour ce cas particulier du 1er février, le temps entre enseignants a été globalement respecté, a un détail près. En effet, la fin de journée s’est retrouvée dérangée par l’intervention un peu (beaucoup) trop longue d’un intervenant, en comparaison des autres. Cependant, loin d’être une faute fatale, celui-ci n’a sûrement pas vu le temps passé.

Avant la pause méridienne, nous avons eu le droit à diverses discussions intéressantes telles que sur la représentation du miroir, sur la représentation des anneaux dans les fabliaux voire sur l’objet Graal. De plus, pour reprendre les mots de Mme Ueltschi, une pause goûter est offerte, pour éliminer cet aspect trop théorique de cette conférence et de donner un aspect plus convivial, le but étant certes de rassembler du monde à l’instant T, mais aussi sur le long terme (en d’autres termes, il est important de se faire connaître extérieurement).

Pour l’après-midi de 14h15 à 16h45, nous avons eu la chance d’assister à quatre interventions singulières, à savoir une sur l’aspect problématique du talisman dans La Peau de Chagrin de Balzac, une sur le cas de La Princesse légère de McDonald (trop bien ! Auteur anglais mal reconnu et dont les œuvres ont été traduites que très récemment selon les informations de l’intervenante. A lire absolument si vous appréciez le côté fantastique et ce côté Alice aux Pays des Merveilles). Le sujet de la troisième intervention portait sur la matérialité du bouclier dans l’imaginaire médiéval. Enfin cette journée d’étude s’est terminée par l’intervention de Mme Ueltschi qui portait sur les transformations et les (en)jeux métonymiques des bâtons, balais & baguettes. J’ai oubliée de préciser que la demi-journée était coupée en deux pour laisser place à une courte pause (de 11h15 à 11h45 pour le matin, et de 15h15 à 15h45 pour l’après-midi).

Mon opinion globale sur cette journée : mon opinion s’en trouve très positive pour diverses raisons. En premier lieu, si nous avons soif de curiosité littéraire sur tel ou tel sujet, ce genre d’évènement est le paradis parfait pour assouvir cette curiosité. De plus, (élément que j’ai oubliée de mentionner dans mon aspect « pratique »), pour ma part j’ai préférée arriver pour le début, mais ce n’est pas obligatoire. Toute personne intéressée par cette journée peut arriver et partir à l’heure qu’elle souhaite. De plus, voir les enseignants débattre dans le respect de chacun tout en voulant défendre ses idées, montre l’un des aspects de richesses intellectuels que je partage profondément. Certes, nous pouvons assouvir notre recherche d’informations en solitaire en faisant des investigations par nous même. Cependant, ce que j’appellerais la « richesse de l’âme », peut se trouver dans le débat avec les autres. Je ne vois pas vraiment de points négatifs à signaler. A part peut-être le fait (ce qui m’est arrivé plus d’une fois), de se sentir étranger ou étrangère à telle ou telle référence, mais nous savons bien que nous pouvons pas posséder d’avance toutesles diverses références que les intervenants utilisent.

In fine, je conseille ce genre de journée d’étude à chacun & chacune qui aime s’enrichir, cultiver son esprit synthétique et critique. Assister à ce genre d’évènement est un moyen intéressant pour enrichir sa culture générale et peut être une aide précieuse pour des études en licence.

Ci-dessous : le programme de cette journée d’étude 

 

Carrefour des Masters

Le vendredi 1er décembre , a eu lieu à l’Université de Reims-Champagne Ardennes un évènement majeur pour les futurs licenciés. Ce carrefour, organisé pour informé les actuels étudiants de L3 a pu être également un lieu de découvertes et d’échanges pour les étudiants de première et/ou de deuxième année.

Pendant un après-midi complet, les étudiants ont pu découvrir les programmes des Masters qui les intéressent, et échanger avec les professeurs référents si besoin. De même, afin d’affiner leur projet professionnel ou simplement afin de satisfaire leur curiosité, ils ont pu recueillir divers témoignages d’anciens étudiants, témoignages qui se sont avérés précieux pour ceux qui avaient des doutes sur leurs futurs poursuite d’études.

L’URCA (l’Université de Reims-Champagne Ardenne) est une structure universitaire qui regroupe plusieurs domaines d’études possibles (domaine des Lettres, domaine de l’Economie, des arts, etc.), ainsi au carrefour des Masters, une palette (très) diversifiée nous était proposée, selon les goûts et les filières de chacun. Le but de ce billet n’est pas de faire la liste de tous les Masters proposés, mais de souligner leur diversité. Par exemple, pour les (futurs) juristes, de nombreuses formations sont possibles, telles que les Masters spécialisés en droit pénal, international etc. Pour ceux ayant les arts du spectacle comme centre d’intérêt, ont la possibilités de s’orienter vers un Master ASV.

Pour les futurs professeurs, de nombreuses études sont envisageables, grâce à divers Masters, tels que le Master 1er degré (pour ceux se destinant à être professeur(e) des écoles), et 2nd degré, qui permets a contrario du Master 1er degré, à une spécialisation dans un domaine choisi (Philosophie, Histoire, Lettres. Etc.) afin d’enseigner au collège ou au lycée. Il également possible, grâce à un Master FLE, d’enseigner hors frontières nationales (un parcours FLE est disponible dès la L3 de la licence Lettres-Modernes). Les Masters Recherches peuvent eux aussi conduire à l’enseignement en donnant une formation qui permet de mieux affronter les exigences du CAPES, et du métier d’enseignant.

De même, l’UFR de lettres et sciences humaines propose de nombreux choix selon les domaines. Les passionnés de psychologie peuvent se spécialiser dans la psychologie du travail mais encore dans la psychologie de l’enfant ou de l’adolescent. De même, ceux qui sont épris de littérature et de culture, ou ceux attirés par la préservation du patrimoine peuvent se former dans le Master Lettres et Humanités, parcours « Littérature, culture, création » ou dans le Master « Culture, Patrimoine et médiation », parcours Bibliothèques, archives & musées) qui s’effectue respectivement à Reims pour le Master Recherche et à Troyes pour le Master « Préservation ».

Ainsi, après cette large présentation des Masters que l’URCA propose dès la rentrée de 2024, l’essentiel à retenir est que presque l’ensemble des étudiants peut « trouver son bonheur » dans cette large gamme de formations proposés, en fonction des attirances et des parcours individuels. Cette liste de formation est par ailleurs disponible en ligne afin de répondre aux éventuelles interrogations.

Crédit : vectorjuice – source : Freepik

Comment poster un billet sur Les carnets du CRIMEL

Dans le cadre de leur stage de Licence 3 de Lettres Modernes (2020-2021), Emmy Breda, Lamis Mourid et Steevy Roche ont rédigé un mode d’emploi pour l’édition de billets sur le site. Il est téléchargeable ici.

Ils ont également contribué à la mise à jour du site. Les billets qu’ils ont publiés sont accessibles en cliquant sur leur nom.

Bravo et merci à eux!

rédiger un billet pour les carnets du crimel : la marche à suivre et mon ressenti

Madame Bohnert, spécialiste du XVIIe siècle, a beaucoup travaillé sur La Fontaine. Elle assure des cours d’Humanités Numériques au sein du Master Lettres et Humanités et fait participer les étudiants au projet Mythologia. C’est elle qui m’a formée le 15 mars 2021, en compagnie de trois autres camarades de L3, pour me montrer comment on peut publier des informations dans les différentes catégories des carnets du CRIMEL.

Pendant la formation à l’utilisation des carnets du CRIMEL, nous avons pu découvrir l’interface administrateur et nous avons pu apprendre à publier un article. Pour cela, il faut se rendre sur l’espace administrateur et retrouver dans le tableau de bord, à gauche, la catégorie « articles » et cliquer sur « ajouter ». Le premier point d’attention lorsque l’on publie un article, c’est la question de la mise en forme du texte. Le titre s’écrit automatiquement en majuscules, il faut seulement penser aux accents. Pour rédiger un compte rendu, il faut reprendre le titre de l’ouvrage et placer entre parenthèses le nom du directeur. Il faut cependant penser à la présentation des informations car il est bon qu’elle soit harmonisée entre les différents billets.

En ce qui concerne l’espace pour rédiger le billet, il correspond à l’interface que l’on peut trouver sur un support de traitement de texte : il est possible de rédiger en gras, en italique, de souligner, de placer un indice ou de centrer un texte. Nous pouvons également insérer un lien en copiant l’URL en question, en sélectionnant le texte où l’on veut mettre le lien et en ajoutant le lien avec le bouton correspondant. Il est aussi possible de casser un lien, donc de l’enlever. À tout moment, lorsque l’on publie un billet, il est possible de prévisualiser ce que l’on est en train de faire. Cela permet de mieux se rendre compte des modifications qui peuvent être nécessaires.

Nous avons également pu découvrir comment insérer une image dans un billet. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un média ». Nous arrivons alors dans la médiathèque des carnets du CRIMEL qui rassemble toutes les images déjà utilisées ainsi que les pdf ou autres types de documents que l’on a pu déposer dans les billets. Mais il est aussi possible d’importer une image depuis son ordinateur en choisissant l’option « Téléverser des fichiers ». Une condition : les documents doivent faire moins de 10 méga octets. Pour ne pas confondre un lien URL avec un lien de téléchargement (pour un pdf par exemple), il faut indiquer dans le billet qu’il s’agit d’un lien de téléchargement.

Il reste ensuite deux choses à faire : choisir la date du billet. On le publie tout de suite si c’est un évènement. En revanche, lorsque l’on veut placer un billet au bon endroit, notamment lors d’un rattrapage de billets non-rédigés, il faut indiquer une date entre le dernier billet mis en ligne et la date de l’avant dernier billet. La seconde chose à faire est de classer le billet dans la bonne catégorie.

Enfin, on choisit l’image mise en avant sous la forme de bandeau. Cette signature en image permet un effet de série entre les billets d’une même sous-catégorie (L’Atelier des mots par exemple). Pour cela il faut cliquer sur le bouton « Image mise en avant » et choisir l’image correspondante. Il faut au préalable préparer l’image aux bonnes dimensions. Lorsque l’on partage une image, il faut absolument penser à signaler les crédits. Le droit français insiste sur le fait que toute image doit être créditée. On inscrit les droits tout en bas du billet en gris clair. Si l’on ne donne qu’un extrait d’une image, il faut placer juste avant la référence l’expression « D’après ».  Ensuite on indique le nom de l’auteur, le titre de l’oeuvre, et la source, avec un lien vers l’image dans son contexte numérique d’origine. Si l’image nous appartient, il faut préciser « Collection particulière ».

Ayant déjà publié des billets à portée informative sur des forums en ligne, ce type d’interface ne m’était pas inconnue. J’étais déjà très à l’aise avec l’outil qui n’était pas si différent d’un support de traitement de texte. En revanche, j’ai beaucoup appris sur la manière dont il faut écrire un billet critique. Je me suis sentie libre une fois la formation aboutie, j’ai pu participer au rattrapage des billets non-rédigés notamment ceux de la collection Héritages Critiques.

Emma Simon (L3 Lettres Modernes 2020-2021)

Crédit: Collection particulière, gravure et caricature du lecteur-chercheur datant du XIXe siècle.

SKINS

Skins est une série britannique diffusée entre 2007 et 2013. Elle retrace la vie d’adolescents d’un lycée de Bristol sur trois générations d’élèves. À chaque génération sont consacrées deux saisons, seule la septième et dernière saison déroge à la règle en reprenant trois personnages des saisons précédentes et en narrant ce qu’ils sont devenus après avoir quitté Bristol. La série aborde de nombreux thèmes sociaux, notamment l’homosexualité, les premières expériences, la mort, les troubles du comportement ainsi que la dépendance. Les deux premières saisons sont reliées par la famille Stonem, composée de la fratrie de Tony et Effy, duo mis en scène dès les premières secondes de la série. Ils constituent le fil conducteur des quatre premières saisons, ainsi la dernière génération marque une véritable rupture. Les différentes générations sont également portées par les liens qui unissent les personnages, ses liens sont en grande partie fondés sur l’amitié, mais aussi sur l’amour ou parfois sur une relation de nature plus ambiguë. Il sera intéressant de voir comment sont traitées les questions des relations amoureuses et sexuelles, mais également la façon dont est envisagée la toxicomanie, le rapport des jeunes à la violence physique et psychologique et, pour finir, comment les troubles psychologiques sont mis en scène dans la série.

Continuer la lecture de SKINS