Archives de catégorie : Stages

Comment poster un billet sur Les carnets du CRIMEL

Dans le cadre de leur stage de Licence 3 de Lettres Modernes (2020-2021), Emmy Breda, Lamis Mourid et Steevy Roche ont rédigé un mode d’emploi pour l’édition de billets sur le site. Il est téléchargeable ici.

Ils ont également contribué à la mise à jour du site. Les billets qu’ils ont publiés sont accessibles en cliquant sur leur nom.

Bravo et merci à eux!

rédiger un billet pour les carnets du crimel : la marche à suivre et mon ressenti

Madame Bohnert, spécialiste du XVIIe siècle, a beaucoup travaillé sur La Fontaine. L’aspect mythologique et la fable l’intéresse. Elle entretient des cours au sein du master pour les Humanités Numérique pour faire participer les étudiants sur un projet numérique du nom de EMAN. C’est elle qui m’a formé le 15 mars 2021, en compagnie de trois autres camarades, pour me montrer comment on peut mettre des informations dans les différents onglets du site des carnets du CRIMEL.

Pendant la formation à l’initiation d’utilisation des carnets du CRIMEL, nous avons pu découvrir l’interface administrateur et nous avons pu apprendre à publier un article. Pour cela, il faut se rendre sur l’espace administrateur et retrouver dans le tableau de bord à gauche, la catégorie « articles » et cliquer sur « ajouter ». Le premier point à regarder lorsque l’on publie un article, c’est la question de la mise en forme du texte que l’on veut publier. Le titre s’écrit automatiquement en majuscules, il faut seulement penser aux accents. Pour rédiger un compte rendu, il faut reprendre le titre de l’ouvrage et placer entre parenthèses le nom du directeur. Il faut cependant penser à la présentation des informations car il est bon que cette présentation soit harmonisée entre les différents billets.

En ce qui concerne l’espace pour rédiger le billet, il correspond à l’interface que l’on peut trouver sur un support de traitement de texte : il est possible de rédiger en gras, en italique, souligner, de placer un indice ou de centrer un texte. Nous pouvons également insérer un lien en copiant l’URL en question, en sélectionnant le texte où l’on veut mettre le lien et en ajoutant le lien avec le bouton correspondant. Il est aussi possible de casser un lien, donc de l’enlever. En revanche, lorsque l’on veut mettre en ligne un billet concernant les évènements, il faut utiliser le code #a31a1a. À tout moment, lorsque l’on publie un billet, il est possible de prévisualiser ce que l’on est en train de faire. Cela permet de mieux se rendre compte des modifications qui peuvent être nécessaires.

Nous avons également pu découvrir comment insérer une image dans un billet. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un média ». Nous arrivons alors dans la médiathèque des carnets du CRIMEL qui rassemble toutes les images déjà utilisées ainsi que les pdfs ou autres types de documents que l’on a pu déposer dans les billets. Mais il est aussi possible d’importer une image depuis son ordinateur en choisissant l’option « Téléverser des fichiers ». Une condition : les documents doivent faire moins de 10 méga octets. Pour ne pas confondre un lien URL avec un lien de téléchargement (pour un pdf par exemple), il faut indiquer juste avant d’afficher le lien que c’est un téléchargement, en l’écrivant en majuscule et de la même couleur que les évènements.

Il reste ensuite deux choses à faire : annoter la date du billet (le publier tout de suite si c’est un évènement). En revanche, lorsque l’on veut placer un billet au bon endroit, notamment lors d’un rattrapage de billets non-rédigés, il faut placer une date entre le dernier billet mis en ligne et la date de l’avant dernier billet. La seconde chose à faire est de placer le billet dans la bonne catégorie.

Et la dernière chose est de ne pas oublier de placer l’image mise en avant, sous la forme de bandeau. Cet effet de signature en images permet un effet de série entre les billets. Pour cela il faut cliquer sur le bouton « Image mise en avant » et choisir l’image correspondante. Il faut au préalable préparer l’image aux bonnes dimensions. Lorsque l’on partage une image, il faut absolument penser à annoter les crédits. Le droit français insiste sur le fait que toute image doit être créditée. On inscrit les droits tout en bas du billet avec le gris clair. Si l’on ne donne qu’un extrait d’une image, il faut placer juste avant la référence l’expression « D’après ».  Ensuite il faut instaurer, le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, et si possible ajouter la source avec un lien vers l’image dans son contexte numérique d’origine. Si l’image nous appartient, il faut préciser « Collection particulière ».

Ayant déjà réalisé de la rédaction de publications à portée informative sur des forums en ligne, ce type d’interface ne m’était pas inconnue. J’étais déjà très à l’aise avec l’outil qui n’était pas si différent d’un support de traitement de texte. En revanche, j’ai beaucoup appris sur la manière dont il faut écrire un billet critique. Je me suis sentie libre une fois la formation aboutie, j’ai pu participer au rattrapage des billets non-rédigés notamment ceux de la collection Héritages Critiques.

 

Crédit: Collection particulière, gravure et caricature du lecteur-chercheur datant du XIXe siècle.

SKINS

Skins est une série britannique diffusée entre 2007 et 2013. Elle retrace la vie d’adolescents d’un lycée de Bristol sur trois générations d’élèves. À chaque génération sont consacrées deux saisons, seule la septième et dernière saison déroge à la règle en reprenant trois personnages des saisons précédentes et en narrant ce qu’ils sont devenus après avoir quitté Bristol. La série aborde de nombreux thèmes sociaux, notamment l’homosexualité, les premières expériences, la mort, les troubles du comportement ainsi que la dépendance. Les deux premières saisons sont reliées par la famille Stonem, composée de la fratrie de Tony et Effy, duo mis en scène dès les premières secondes de la série. Ils constituent le fil conducteur des quatre premières saisons, ainsi la dernière génération marque une véritable rupture. Les différentes générations sont également portées par les liens qui unissent les personnages, ses liens sont en grande partie fondés sur l’amitié, mais aussi sur l’amour ou parfois sur une relation de nature plus ambiguë. Il sera intéressant de voir comment sont traitées les questions des relations amoureuses et sexuelles, mais également la façon dont est envisagée la toxicomanie, le rapport des jeunes à la violence physique et psychologique et, pour finir, comment les troubles psychologiques sont mis en scène dans la série.

Continuer la lecture de SKINS