Archives de catégorie : La métaphore spatiale au prisme du spatial turn (IUF – Y. Calbérac – 2019-2024)

Textualité et Spatialité

Textualité et Spatialité
colloque organisé par Céline Bohnert et Yann Calbérac

« L’espace vous intéresse ? Faisons-le craquer. »
Samuel Beckett, L’innommable

Dès la fin des années 1980, le géographe Edward Soja constate qu’un tournant spatial (spatial turn) s’impose massivement (Soja, 1989), au point de devenir :

« Un paradigme spatial dans les sciences sociales qui a mis en évidence des phénomènes, des dynamiques, des répartitions échappant à d’autres types d’appréhension. Ce courant théorique a permis la circulation de concepts et de modèles entre la géographie et les disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la philosophie, les cultural studies, les colonial et post-colonial studies. L’espace, le territoire, le lieu, la frontière, le centre, la périphérie, l’échelle, la carte, le réseau, le local et le global ont été utilisés comme des concepts opératoires, des métaphores heuristiques pour apporter un surplus d’intelligibilité à des phénomènes complexes et multidimensionnels. » (Jacob, 2014, p. 43)

Dès lors, l’espace s’est invité dans le champ des sciences humaines et sociales, au point de devenir une catégorie d’analyse à part entière. Les études littéraires ne sont pas en reste : de multiples courants émergent ainsi en leur sein pour faire de l’espace un programme de recherche, qu’il s’agisse de la géocritique (Westphal, 2007), de la géographie littéraire (Collot, 2014) ou encore de l’étude des spatialités littéraires (Rosemberg, 2016). Ces courants cherchent tous à renouveler les approches des textes et de la textualité en mettant en lumière l’apport d’une approche spatiale. Mais les métaphores spatiales relèvent aussi de ce que Hans Blümenberg appelle des métaphores absolues, ces images au-delà desquels la pensée abstraite ne peut pas remonter : comment désigner les textes et l’écrit sans référence à l’espace ?

Si d’un côté le spatial turn invite à interroger les enjeux épistémologiques que recouvre l’extension à de nouveaux objets d’une terminologie, de concepts et de méthodes issus de la géographie, de l’autre l’emploi massif de métaphores spatiales pour désigner les textes et l’écrit dans la langue commune questionne nos représentations des textes dans leurs dimensions intellectuelles, sensibles et matérielles. Quelles métaphores spatiales organisent notre rapport à l’écrit : vers quelles formes d’espace ces images font-elles signe ?

Colloque organisé avec le soutien de lnstitut Universitaire de France dans le cadre des 30 ans de l’Institut.

DATES
20-21 octobre 2021

LIEUX
Mercredi 20 octobre :
Salle Bertrand de Mun – CCI
15 rue de Marmouzets – Reims
Jeudi 31 octobre :
Bibliothèque Robert de Sorbon
Campus Croix-Rouge
57 rue Pierre Taittinger – Reims

CONTACTS
celine.bohnert(at)univ-reims.fr
yann.calberac(at)univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENT
ArgumentaireAfficheProgramme

Crédit: Harley MS 549 (manuscrit mathématique) – source: British Library

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » La métaphore spatiale au prisme du spatial turn

Projet IUF junior (2019-2024) – Yann Calbérac

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » (Michel Foucault)

La métaphore spatiale est un levier opératoire pour interroger les enjeux épistémologiques, politiques, critiques et réflexif du tournant spatial (c’est-à-dire l’émergence d’un paradigme spatial qui se diffuse depuis les années 1990) aussi bien pour la géographie (c’est-à-dire la discipline qui a pris l’espace pour objet) que pour l’ensemble des sciences humaines et sociales qui se trouvent redéfinies. Ce projet – qui s’appuie sur les approches de la sociologie des sciences – entend rompre avec l’idée communément admise selon laquelle la métaphore marquerait la mort de l’espace : bien au contraire, la métaphore spatiale apparaît, à l’heure du tournant postmoderne, comme la seule forme possible de théorisation de l’espace.