Archives de catégorie : La fabrique de l’humanisme (IUF – C. Bohnert – 2020-2025)

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

La fabrique de l’humanisme (projet IUF 2020-2025)

Étudier la fabrique de l’humanisme
à l’ère des humanités numériques :
le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti

Projet IUF junior (2020-2025) – Céline Bohnert

Le projet intitulé « Étudier la fabrique de l’humanisme à l’ère des humanités numériques : le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti » interroge l’un par l’autre humanisme renaissant et humanisme contemporain en une démarche réflexive et critique sur les humanités numériques. Il questionne la façon dont les outils numériques remodèlent nos pratiques intellectuelles en mobilisant un corpus inexploré, les Mythologiae libri decem de Natale Conti. Appliquant à un nouvel objet le principe de symétrie (B. Latour), il entend éclairer les présupposés méthodologiques et théoriques, ainsi que les enjeux politiques propres à ces deux âges de l’humanisme.

LIENS
Le site Mythologia
Le carnet Hypothèses du projet
Les membres de l’équipe