Archives de catégorie : Projets de recherche

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » La métaphore spatiale au prisme du spatial turn

Projet IUF junior (2019-2024) – Yann Calbérac

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » (Michel Foucault)

La métaphore spatiale est un levier opératoire pour interroger les enjeux épistémologiques, politiques, critiques et réflexif du tournant spatial (c’est-à-dire l’émergence d’un paradigme spatial qui se diffuse depuis les années 1990) aussi bien pour la géographie (c’est-à-dire la discipline qui a pris l’espace pour objet) que pour l’ensemble des sciences humaines et sociales qui se trouvent redéfinies. Ce projet – qui s’appuie sur les approches de la sociologie des sciences – entend rompre avec l’idée communément admise selon laquelle la métaphore marquerait la mort de l’espace : bien au contraire, la métaphore spatiale apparaît, à l’heure du tournant postmoderne, comme la seule forme possible de théorisation de l’espace.

Pierre-Jean Grosley (1718-1785) et Edouard-Thomas Simon (1740-1818)

 

vendredi 16 novembre
à 14 h
Journée d’étude

Les amis de la Médiathèque vous invitent, à la Médiathèque, à une demi-journée d’étude commémorant le tricentenaire de la naissance de Grosley et le bicentenaire de la mort de Simon de Troyes.

Parmi les érudits champenois collectionneurs de livre, Grosley et Simon incarnent au siècle des Lumières un type de pratique lettrée que cette demi-journée d’études vise à analyser.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre plus général d’un projet de recherche sur « Acteurs du livre et patrimoines textuels en Champagne Ardenne » (ALIPAT).

INTERVENANTS :

Emmanuelle Minault-Richomme et François Berquet (Médiathèque de Troyes Champagne Métropole) :
« À la source. Manuscrits et archives de Grosley et Simon de Troyes dans la collection de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole »

Dominique Quéro (professeur de littérature française, URCA) :
« Grosley et Simon de Troyes : parcours croisés de deux polygraphes champenois »

Jacques Bernet (maître de conférences honoraire en histoire moderne, Université de Valenciennes) :
« Les débuts de la presse périodique troyenne, des Ephémérides de Pierre-Jean Grosley (1757-1768) aux Affiches d’Edouard-Thomas Simon (1782-1795) »

Jean-Louis Haquette (professeur de littérature comparée, URCA) :
« Simon de Troyes et la pratique de la traduction »

Présentation de la Base de données « Collectionneurs de Livres en Champagne Ardenne »

LIEU :
Médiathèque du Grand Troyes
Boulevard Gambetta
10000 Troyes

CONTACT :
dominique.quero@univ-reims.fr

Cette manifestation est organisée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL-EA3311) de l’Université de Reims Champagne Ardenne, avec le concours de l’association Les Amis de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

 

De Bagdad à Constantinople: le transfert des savoirs médicaux (XI-XVe siècles)

DATE
Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018

LIEU
Jeudi 24 mai:
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle polyvalente)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Vendredi 25 mai:
Bibliothèque Carnegie, Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Le mythe de l’art antique

Le mythe de l’art antique, Emmanuelle Hénin et Valérie Naas (dir.), Paris, éditions du CNRS, 2018, 488 p.

De la peinture antique, qui fut certainement d’une grande richesse, nous ne conservons que de rares traces matérielles. Mais ces chefs-d’oeuvre disparus ont subsisté à travers des textes qui les décrivent et nous racontent, à leur propos, des anecdotes, mythes et récits que la tradition a fini par transformer en lieux communs : l’artiste tombant amoureux de son modèle, le jeune homme préférant la statue à la femme de chair, le peintre se livrant à la torture pour mieux représenter la douleur, des raisins si parfaitement imités que les oiseaux viennent les picorer.
C’est par la médiation de ces discours et de ces narrations que l’art antique a irrigué tout l’art occidental, dans sa pratique comme dans sa conception. Sans cesse repensés et reformulés, ces récits fondateurs ont offert à chaque auteur l’occasion d’exprimer sa vision singulière et se sont finalement traduits par autant d’interprétations originales.
Quelle a pu être l’influence de ces lieux communs sur les théories artistiques de l’âge moderne et contemporain ? Ont-ils contribué à alimenter, enrichir et populariser les discours théoriques, ou au contraire à les mettre en défaut, à les entraver ou à s’y substituer ? Par quelles médiations – rhétorique, philosophique, académique – cet ascendant des lieux communs s’est-il exercé ? Quel rôle ont-ils joué dans la pratique des artistes, notamment dans le choix et le traitement des sujets ? Par quel processus artistique s’accomplit la transposition fictionnelle du lieu commun ? Par quels indices peut-on identifier sa présence subliminale dans une oeuvre ? Voilà l’enquête à laquelle nous convie cet ouvrage qui revisite magistralement l’histoire de l’art à la lumière de ses origines narratives.

Ce ouvrage collectif est issu du colloque organisé par Emmanuelle Hénin, alors professeur à l’URCA et membre du CRIMEL dans le cadre de son projet IUF (Reims, 2009-2015). Depuis 2017, Emmanuelle Hénin est Professeur de littérature comparée à Sorbonne Université.

ISBN : 978-2-271-09020-1
Format : 15.0 x 23.0 cm
Reliure : Broché
Pagination : 488
Disponible sur le site de l’éditeur.

Projet de base de données sur les collectionneurs de livres en Champagne

Beaucoup de ces bibliophiles ont été ou seront les bienfaiteurs de nos dépôts publics. Les faire connaître, c’est donc aider à la reconstitution de leurs collections, c’est favoriser le goût des livres chez les particuliers en leur procurant des motifs salutaires d’émulation, c’est enfin offrir à tous des modèles délicats d’art, d’esprit et de savoir.

Henri Jadart, Les Bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, p. II.

Présentation générale de la base de données

Dans l’histoire de la constitution et du développement des bibliothèques publiques françaises, l’apport des collections privées fut déterminant. La présence d’ensembles de livres dans les fonds anciens des collections publiques, à la suite de dons, de legs ou encore par le biais indirect des saisies révolutionnaires, nous fait entrevoir l’importance des initiatives privées qui se sont développées parallèlement voire même en amont des initiatives publiques. Elles forment une « constellation d’aventures personnelles »[1] placées au cœur de ce projet.

La base de données « Collectionneurs de livres en Champagne, XVe-XXIe siècles », au coeur du projet ALiPaT, se propose de mettre en lumière cette réalité parfois méconnue du grand public afin de valoriser et renforcer la visibilité des riches collections des bibliothèques champenoises[2]. Elle constitue aussi un outil scientifique pour l’analyse de la pratique de la collection de livres en région et l’étude des bibliothèques privées champenoises depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. C’est pourquoi elle ne se limite pas aux fonds privés toujours présents matériellement dans les bibliothèques publiques. Elle permet également de découvrir des collections de livres dispersées au gré des ventes ou même disparues et dont on a parfois perdu la trace, mais qui sont représentatives des pratiques de collection sur le territoire.

Il s’agit donc d’un outil unique destiné à la fois aux acteurs du patrimoine, aux chercheurs mais aussi aux curieux, qui rassemble, signale et met à disposition des données éparpillées concernant à la fois les collections de livres et les individus auxquels celles-ci ont appartenu.

Ses objectifs principaux sont :

  • permettre l’analyse approfondie de certaines bibliothèques en donnant une vision d’ensemble de celles-ci et en signalant les sources qui en permettront la reconstitution virtuelle ;
  • conduire, parallèlement à l’étude des contenus, vers une meilleure connaissance du geste collectionneur en saisissant une pratique dans sa diversité mais aussi dans ses évolutions.

Si la base a pour extension géographique actuelle l’ancienne région Champagne-Ardenne, elle pourrait être envisagée comme une première étape vers une enquête élargie à la nouvelle région Grand-Est.

Description et perspectives

Cette base de données prosopographique qui allie informations biographiques et descriptif des collections est le résultat d’une exploitation conjointe de diverses sources. Au départ de l’enquête se trouvent trois répertoires dressés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par des érudits, historiens et bibliothécaires champenois sur les collectionneurs de la région. Leurs recherches, qui couvrent les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, ont été menées principalement à partir de marques de possession[3]. Les données tirées de ces répertoires ont été croisées avec celles qui sont accessibles sur le portail numérique du Catalogue Collectif de France (CCFr) telles que les fiches collectionneurs qui signalent les dons et les legs les plus importants des deux derniers siècles principalement et qui ont été récemment enrichies par l’association Interbibly. La recherche dans les catalogues informatisés des bibliothèques municipales à partir de marques de provenance et d’ex-dono a permis, quant à elle, de mettre en évidence des collectionneurs qui ne sont mentionnés ni dans les répertoires d’érudits ni dans les fiches du CCFr. Enfin, les sources traditionnelles de l’histoire du livre ont été mobilisées : catalogues de vente, inventaires après décès, inventaires de saisies révolutionnaires ou encore catalogues des dépôts littéraires.

Parmi le millier d’individus signalés, nous avons établi une liste provisoire d’environ 300 collectionneurs suffisamment documentés pour qu’on puisse retrouver un état de leur bibliothèque à un instant donné, à partir d’un inventaire ou d’un catalogue[4]. L’objectif n’est pas de donner une description des collections exemplaire par exemplaire mais plutôt d’en présenter une vision d’ensemble qui servira à des études plus approfondies de bibliothèques privées champenoises.

Les collections retenues ici répondent également à deux exigences : leur taille et leur ancrage régional. Nous avons privilégié ce que l’on nomme les petites, moyennes et grandes bibliothèques en excluant ainsi les bibliothèques « minimales » à livre unique ou à moins de dix titres[5]. De plus, nous nous sommes concentrés sur les collections établies dans la région et les collectionneurs uniquement champenois. C’est pourquoi on ne trouvera pas ici certaines grandes bibliothèques comme celles de la famille Colbert originaire de Reims et de ses environs, la collection étant installée dans l’hôtel parisien du ministre. En revanche, on pourra accéder à une partie de la bibliothèque de l’humaniste provençal Fabri de Peiresc par le biais du chanoine châlonnais Guillaume Le Roy, un des principaux acheteurs des livres vendus à la mort du magistrat. Quant à la célèbre collection de la famille Bouhier, originaire de Bourgogne, aujourd’hui conservée à Troyes, elle ne figure pas dans la base parce qu’elle a été rachetée au XVIIIe siècle non pas par un collectionneur individuel mais par une institution, l’abbaye de Clairvaux[6].

Contrairement à d’autres bases de données consacrées à des bibliothèques privées, la base « Collectionneurs de livres en Champagne » ne se limite ni à quelques grandes collections remarquables ni à une source privilégiée. En rassemblant des données biographiques sérielles sur un échantillon conséquent et diversifié d’individus et en exploitant plusieurs types de sources, elle permet de saisir des formes de « collections », au sens large, qui ne tiennent pas seulement à la bibliophilie traditionnelle et à la recherche de livres rares et précieux. La notion complexe de « collection » a donc été employée ici de façon ouverte, comme pratique mais aussi comme résultat, pour permettre d’inclure dans une même réflexion des manières de rassembler et de composer un ensemble de livres aussi diverses que celles du chanoine humaniste Guillaume Fillastre (1348-1428), de l’avocat au parlement de Troyes et compilateur Michel Sémillard (1729-1796) ou de Marie-Louise Lefort (1874-1951), directrice d’un hôpital américain dans l’entre-deux guerres. Nous espérons, par cette approche large, poser des jalons pour la compréhension des enjeux que constituent les questions du rapport au livre, de sa possession et de sa collection à l’ère du numérique.

Ingénierie de recherche : Anne-Sophie Gallo, post-doctorante

 

[1] Dominique Coq, « Bibliothèques et marché du livre rare : économie d’une relation entre deux mondes », dans Enrichir le patrimoine des bibliothèques en région, Rennes, Apogée, 1996, p. 92.

[2] Bien que le cadre géographique de la base recouvre l’ancienne région Champagne-Ardenne, l’adjectif champenois, qui renvoie à une réalité historique plus large, a été retenu comme terme englobant.

[3] Il s’agit de Henri Jadart, Les bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, d’Octave Guelliot, Bibliothèques et bibliophiles ardennais, Paris, Saffroy, 1927 et de Louis Roblin, Les bibliophiles de l’Aube, Chez l’auteur, Flamboin-Gouaix, 1929.

[4] Catalogue domestique, catalogue de vente, catalogue de libraire, inventaire après décès, etc.

[5] Pierre Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1530-1660 », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989, p. 226.

[6] L’extension de l’enquête aux acteurs institutionnels (abbaye, chapitre, université, société savante etc.) pourrait ainsi faire l’objet d’un développement ultérieur du projet.

Contre Galien. Critiques d’une autorité médicale de l’Antiquité au premier âge moderne

Jeudi 29 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

14h00Accueil des participants

 14h20Allocution de bienvenue

14h40Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin) et Antoine PIETROBELLI (Université de Reims), Présentation.

Présidence de séance : Véronique BOUDON-MILLOT

15h00Vivian NUTTON (I. M. Sechenov First Moscow State Medical University), « Galenism and anti-Galenism in Renaissance anatomy »

15h45Susan MATTERN (University of Georgia, Athens), « Galen’s Enemies »

16h30Pause

16h45 Gweltaz GUYOMARC’H (Université Jean Moulin Lyon 3), « Alexandre contre Galien. La réalité d’un différend »

18h00 – Salle de spectacle du CROUS
Le Voyage d’Érasme, spectacle de Jean-Marc EDER

20h00Dîner à la Brasserie Flo (96, place Drouet d’Erlon)

Vendredi 30 septembre 2016
Université de Reims Champagne-Ardenne
(Bâtiment 18 – salle 03 et 05)

Présidence de séance : Alessia GUARDASOLE

09h30 Matyáš HAVRDA (Czech Academy of Sciences, Prague), « Nemesius against Galen on soul as mixture »

10h15 Anna MOTTA (Freie Universität Berlin), « The impostor of the Cratylus. Galen and Proclus on etymology »

11h00Pause

11h15Antoine PIETROBELLI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Les Arabes contre Galien dans la médecine byzantine »

12h00Déjeuner (Buffet)

Présidence de séance : Marie CRONIER

14h00Philippe VALLAT (Universität Wien), « Qu’est-ce que la métaphysique a à faire avec la physiologie du corps humain ? Farabi contre Galien »

14h45Joël CHANDELIER (Université Paris 8), « Averroès “contre Galien” ? Retour sur une opposition proverbiale »

15h30Pause

15h45Nicoletta PALMIERI (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Prolixité galénique et concision salernitaine : le cas de Barthélemy »

17h30Visite des caves du champagne Lanson (66, rue de Courlancy)

20h00Dîner au restaurant Au Conti (93, place Drouet d’Erlon)

Samedi 1er octobre 2016
Bibliothèque Carnegie (Auditorium)

Présidence de séance : Klaus-Dietrich FISCHER

10h00Danielle JACQUART (EPHE, Paris), « Avicenne et Averroès contre Galien : la lecture universitaire de leurs critiques (XIIIe-XVe siècle) »

10h45Concetta PENNUTO (Université Francois Rabelais, Tours), « Rhadamante à l’écoute de Galien : la médecine face à la philosophie »

11h30Pause

11h45Roberto LO PRESTI (Humboldt-Universität zu Berlin), « Cremonini et Harvey contre Galien : mécanismes de la critique, rejet et construction de l´autorité dans l’aristotélisme médical au XVIIe siècle »

12h45Déjeuner au restaurant Le Saint-Julien (47, rue Eugène Desteuque)

CONTACTS
Suivi administratif – Ségolène BUFFET
segolene.buffet@univ-reims.fr – +33(0)3.26.91.36.15

DATE
Jeudi 29 et vendredi 30 septembre et samedi 1er octobre 2016

LIEUX
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bâtiment 18 – Salle 03 et 05
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Bibliothèque Carnegie
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Séminaire « Montmartre ou la confusion des genres : Approche intermédiale d’un lieu mythifié (1871-1914) »

Sous la direction de Laurent Bihl (Paris 1, ISOR-CRHXIX) et Julien Schuh (URCA, CRIMEL, IUF).

2015-2016, Centre Universitaire de Troyes

Willette-LAlbum-no15-librairie-illustrée-Tallandier-1902-p.16
Willette, L’Album no15, librairie illustrée Tallandier, 1902, p.16

Notre projet de recherche concerne la Butte Montmartre comme lieu de rencontres, d’échanges et d’hybridation des courants esthétiques et politiques. En effet, la force folklorique de l’« esprit Chat noir » est telle qu’elle a occulté la plupart des démarches d’analyse critique comme double laboratoire des avant-gardes et de la culture de masse. Il s’agit dès lors d’expliciter le processus par lequel une culture d’avant-garde, celle de la communauté d’artistes résidant à Montmartre, s’est progressivement popularisée au point de devenir l’un des principaux pourvoyeurs d’images diffusées par les industries touristiques et culturelles. La confusion est d’abord celle des frontières et des hiérarchies esthétiques, qui mêlent l’art légitime et l’illustration populaire, la création d’avant-garde et le divertissement plus trivial. La publicité est au cœur de ces rencontres surprenantes, qui transforment en œuvre d’art des affiches, des lithographies ou des toiles initialement conçues pour la promotion des cabarets. L’étude comparée des lieux de sociabilité vécus – bistrots, cafés – et représentés permet de restituer la trace de la ville comme espace sensible. L’étude de l’univers sonore véhiculé par le genre satirique dévoile une pluralité de ressentis.

L’appréhension de ces lieux de sociabilité peut alors se concevoir dans la perspective de la ville comme espace sensible, du prolongement vers la rue, les terrasses, le refuge diurne ou nocturne auquel ils correspondent…

Rapport à la norme en même temps qu’à la subversion, arts plastiques, littérature, musique, théâtre, photographie ou jeune cinéma même se mélangent en un va-et-vient constant qui détermine l’apparition ou le renforcement de courants esthétiques novateurs. Fixation d’une nostalgie aussi, puisque ce sont des dessinateurs satiriques comme Albert Robida qui dénoncent le dépeçage de la ville par les promoteurs, initient un titre de presse comme Paris qui meurt et se voit chargé par la ville de concevoir un éphémère « Paris médiéval » en grandeur nature, à l’occasion de l’Exposition universelle de 1900.

Certaines manifestations charivariques réactivent un mode de désordre, de contestation ancrée dans le siècle et correspondent à une prolongation du trait satirique au cœur même de l’espace urbain. Le brouillage est aussi social, qui fait côtoyer sur la butte l’artiste déclassé, le voyou et le bourgeois encanaillé. Il est, de fait, moral (vice et vertu provisoirement confondus dans la figure de la cousette par exemple) et idéologique (anarchistes, antisémites et beau monde mélangés). C’est la notion de « culture partagée » qu’il s’agit de réévaluer aux réalités des multiples microcosmes sociaux, lesquels pouvant fort bien se côtoyer sans nécessairement se mêler, se comprendre ou même se remarquer. Enfin, Montmartre exerce une véritable force d’attraction sur les nombreux artistes venus de toute l’Europe pour y éprouver leur talent.

Ainsi, par l’inscription du genre satirique au cœur de l’espace urbain, nos intérêts portent donc sur la ville comme laboratoire de la modernité.

Nous comptons donc expérimenter des sources de nature diverse, aussi bien imprimées que graphiques. Mais nous avons aussi pour projet le décryptage des archives administratives, policières ou judiciaires, pour une compréhension globale des enjeux de réglementation en matière de presse et de structuration de la sphère publique. Les relations complexes entre l’image satirique et les couvertures de presse classique nous ont jusqu’ici amenés à connaître et à étudier la presse illustrée dans son ensemble, et ce sur une temporalité longue. Enfin, la définition d’un corpus large comprenant des sources épistolaires, sonores ou cinématographiques, ainsi que l’étude des représentations, ont exigé différentes approches méthodologiques qu’il s’agit dès lors de croiser, afin de mieux définir les enjeux épistémologiques d’une étude globale et interdisciplinaire de cette ambition. Il s’agit notamment d’avoir recours, outre les méthodes propres à l’histoire culturelle, à l’analyse sémiologique, la sociologie de la réception ou le maniement des outils statistiques.

Pour tout renseignement, nous contacter.

PROGRAMME
09 novembre 2015
Montmartre de 1830 aux années 1920.
14 décembre 2015
Avant-gardes, arrière gardes et culture de masse.
25 janvier 2016
Cartographier les plaisirs et les rêves.
08 février 2016
Presse et cabarets.

Ouverture du site Pictor in Fabula

Le site Pictor in fabula est dédié à la fortune des «traits exemplaires» relatifs à la peinture antique. Dans l’Antiquité, ces anecdotes et lieux communs sont un des lieux d’expression privilégié d’une théorie artistique qui est rarement formulée comme telle, mais souvent disséminée et formulée sur le mode de l’analogie. Le phénomène se poursuit à l’époque moderne : passage obligé des traités d’art, les exemples antiques s’invitent aussi dans les poétiques et les traités de rhétorique, les manuels de civilité, les ouvrages de théologie, les préfaces et dédicaces, et jusque dans la fiction. Facilement isolable, l’anecdote est souvent une manière détournée de poser une question théorique, en décalage ou en excès par rapport au propos explicite. Sa fécondité réside dans sa plasticité, qui la rend susceptible d’infinies réinterprétations, réécritures et réappropriations. Les anecdotes sur l’art antique ont légué à l’Europe occidentale un double héritage : sur le plan théorique, elles cristallisent les grands débats artistiques — du statut de l’artiste aux conditions de la réception, des critères de la beauté aux limites de la représentation — jusqu’à la fin de l’époque moderne. Sur le plan artistique, elles offrent autant de sujets d’inspiration à la création poétique et plastique, comme en témoigne leur persistance dans l’art contemporain.

Le site Pictor in fabula présente soixante-dix des «traits exemplaires» les plus illustres de la peinture antique et rassemble les témoignages de leur fortune dans les arts et la littérature européennes, jusqu’à la fin du xviiie siècle pour les textes et jusqu’au xxie siècle pour les œuvres plastiques. Il a pour vocation de mettre à disposition de la communauté scientifique le plus grand nombre possible de ces variations, car le corpus concerné, virtuellement illimité, est voué à s’enrichir par votre collaboration. Aussi n’hésitez pas à nous soumettre un formulaire.

Le site, édité par Emmanuelle Hénin dans le cadre de son IUF, est hébergé par la TGIR Huma-Num.

 

Synthétismes fin de siècle : Littérature, art et théâtre, entre culture de masse et avant-garde (1880-1910)

Projet IUF Junior (2015- 2015) – Julien Schuh

Au tournant des XIXe et XXe siècles, un ensemble d’écrivains et d’artistes mettent au centre de leur esthétique la notion de synthèse. Cette quête d’une simplification formelle s’invente dans l’espace des petites revues, qui rapprochent les expérimentations symbolistes, le synthétisme pictural et le renouvellement des formules théâtrales. Mais, loin de se cantonner aux revues d’avant-gardes, le synthétisme se diffuse à travers l’Europe dans les périodiques satiriques et sur les affiches, par le biais de publications au statut hybride. Le dépouillement de ces périodiques, l’édition numérique de critiques littéraires et picturales et la création d’un répertoire d’œuvres synthétistes permettront d’analyser la généalogie de cette notion et ses évolutions dans l’espace culturel européen.

Correspondants :

France

  • Anne-Christine Royère (MCF, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Laurent Bihl (Docteur en histoire contemporaine, Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne)
  • Vincent Gogibu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Alexia Kalantzis (PRAG, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines)
  • Yoan Vérilhac (MCF, Université de Nîmes)
  • Mikaël Lugan (Professeur du secondaire)
  • Caroline Crépiat (Allocataire-Monitrice, Université Blaise-Pascal, Clermont-Ferrand II)
  • Matthieu Gosztola (Docteur en Littérature française, Université du Maine)
  • Philipp Leu (Doctorant, Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines-BnF)
  • Elisa Grilli (Doctorante, Université de Reims Champagne-Ardenne)
  • Alexia Vidalenche (Chargée de recherche, Paris III-BLJD)

Italie

  • Ida Merello (Professeur d’Études Française, Università degli studi di Genova)
  • Veronica Gatti (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)
  • Mattia Valentini (Étudiante de Master, Università degli studi di Genova)

Japon

  • Yosuké Goda (Professeur, Université de Yamagata University)

Belgique

  • Clément Dessy (Post-Doctorant, Université Libre de Bruxelles)

Royaume-Uni

  • David Evans (Lecturer, University of St Andrews).