Archives de catégorie : Projets de recherche

Textualité et spatialité – vidéos

Textualité et Spatialité
colloque organisé par Céline Bohnert et Yann Calbérac

Cette publication fait suite au colloque organisé les 20 et 21 octobre dans le cadre des 30 ans de l’Institut Universitaire de France.
Voir la présentation  et le livret du colloque  sur ces carnets.

Captations vidéos

Evanghelia Stead (CHCSC, UVSQ / IUF), « Réalités textuelles et circulation du Faust I de Goethe traduit par l’image en Europe »
La vidéo en plein écran

Nicoletta Palmieri (CRIMEL, URCA), « Apprendre la science médicale per tabulas ou la concentration du savoir dans un feuillet de parchemin »
La vidéo en plein écran

Monica Manolescu (SEARCH, Univ. Strasbourg / IUF), « Cartographies et pratiques cartographiques dans la littérature américaine du XXe siècle et contemporaine »
La vidéo en plein écran

Yann Calbérac (CRIMEL, URCA / IUF), « ‘Le lieu où nous habitons s’inscrit dans un autre lieu, plus grand ou tout du moins qui le contient’. Textualité, spatialité et habiter dans La Visite d’Alexandre Takuya Katô »
La vidéo en plein écran

Julien Schuh (CSLF, Univ. Paris-Nanterre / IUF), « Spatialiser les récits : l’apprentissage machine comme outil de cartographie automatique des textes »
La vidéo en plein écran

Thomas Lebarbé (LITT&ARTS, UGA), “Spatialité et granularité des sources d’auteurs”
La vidéo en plein écran

Céline Bohnert (CRIMEL, URCA / IUF), “Index, tables, sommaires : quelques traversées des textes dans l’imprimé de la Renaissance et l’espace numérique”
La vidéo en plein écran

Emmylou Haffner (ITEM, CNRS), “Spatialisations de l’écriture et processus textuels dans les manuscrits mathématiques”
La vidéo en plein écran

Thomas Clerc, « Aujourd’hui l’espace est splendide ! »
La vidéo en plein écran

Crédit: Harley MS 549 (manuscrit mathématique) – source: British Library

Textualité et Spatialité

Textualité et Spatialité
colloque organisé par Céline Bohnert et Yann Calbérac

« L’espace vous intéresse ? Faisons-le craquer. »
Samuel Beckett, L’innommable

Dès la fin des années 1980, le géographe Edward Soja constate qu’un tournant spatial (spatial turn) s’impose massivement (Soja, 1989), au point de devenir :

« Un paradigme spatial dans les sciences sociales qui a mis en évidence des phénomènes, des dynamiques, des répartitions échappant à d’autres types d’appréhension. Ce courant théorique a permis la circulation de concepts et de modèles entre la géographie et les disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la philosophie, les cultural studies, les colonial et post-colonial studies. L’espace, le territoire, le lieu, la frontière, le centre, la périphérie, l’échelle, la carte, le réseau, le local et le global ont été utilisés comme des concepts opératoires, des métaphores heuristiques pour apporter un surplus d’intelligibilité à des phénomènes complexes et multidimensionnels. » (Jacob, 2014, p. 43)

Dès lors, l’espace s’est invité dans le champ des sciences humaines et sociales, au point de devenir une catégorie d’analyse à part entière. Les études littéraires ne sont pas en reste : de multiples courants émergent ainsi en leur sein pour faire de l’espace un programme de recherche, qu’il s’agisse de la géocritique (Westphal, 2007), de la géographie littéraire (Collot, 2014) ou encore de l’étude des spatialités littéraires (Rosemberg, 2016). Ces courants cherchent tous à renouveler les approches des textes et de la textualité en mettant en lumière l’apport d’une approche spatiale. Mais les métaphores spatiales relèvent aussi de ce que Hans Blümenberg appelle des métaphores absolues, ces images au-delà desquels la pensée abstraite ne peut pas remonter : comment désigner les textes et l’écrit sans référence à l’espace ?

Si d’un côté le spatial turn invite à interroger les enjeux épistémologiques que recouvre l’extension à de nouveaux objets d’une terminologie, de concepts et de méthodes issus de la géographie, de l’autre l’emploi massif de métaphores spatiales pour désigner les textes et l’écrit dans la langue commune questionne nos représentations des textes dans leurs dimensions intellectuelles, sensibles et matérielles. Quelles métaphores spatiales organisent notre rapport à l’écrit : vers quelles formes d’espace ces images font-elles signe ?

Colloque organisé avec le soutien de lnstitut Universitaire de France dans le cadre des 30 ans de l’Institut.

DATES
20-21 octobre 2021

LIEUX
Mercredi 20 octobre :
Salle Bertrand de Mun – CCI
15 rue de Marmouzets – Reims
Jeudi 21 octobre :
Bibliothèque Robert de Sorbon
Campus Croix-Rouge
57 rue Pierre Taittinger – Reims

CONTACTS
celine.bohnert(at)univ-reims.fr
yann.calberac(at)univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENT
ArgumentaireAfficheProgramme

Crédit: Harley MS 549 (manuscrit mathématique) – source: British Library

Un workshop au Warburg Institute

Dans le cadre de son Visiting Fellowship au Warburg Institute, Céline Bohnert organise le workshop

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times
25th-26th November
Online

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

PROGRAMME (UK time / GMT):
Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

Session 1 :  Antiquity
chair : Céline Bohnert

14:00 – François Lissarrague (EHESS): ‘Ordering Herakles’ and Theseus deeds: two pictorial cycles’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

Session 2 : The Middle Ages
chair : Charles Burnett

16:30 – Frank Coulson (Ohio State University): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

Session 3 : Material Culture of the Renaissance
chair : Rembrandt Duits

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

Session 4 : The early modern
chair : François Quiviger

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘La reconfiguration mythographique : un système complexe en acte’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translation of this paper will be provided.

TÉLÉCHARGEMENT :
Résumés de communications et biographies des participants

Le workshop aura lieu en ligne :  participation libre sur inscription ici.

Crédits : Raphael, Il consiglio degli dei (extrait), Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518 – source : wikipedia.

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

La postface de l’ouvrage est disponible en texte intégral dans HAL : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-03507953v1.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

La fabrique de l’humanisme (projet IUF 2020-2025)

Étudier la fabrique de l’humanisme
à l’ère des humanités numériques :
le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti

Projet IUF junior (2020-2025) – Céline Bohnert

Le projet intitulé « Étudier la fabrique de l’humanisme à l’ère des humanités numériques : le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti » interroge l’un par l’autre humanisme renaissant et humanisme contemporain en une démarche réflexive et critique sur les humanités numériques. Il questionne la façon dont les outils numériques remodèlent nos pratiques intellectuelles en mobilisant un corpus inexploré, les Mythologiae libri decem de Natale Conti. Appliquant à un nouvel objet le principe de symétrie (B. Latour), il entend éclairer les présupposés méthodologiques et théoriques, ainsi que les enjeux politiques propres à ces deux âges de l’humanisme.

LIENS
Le site Mythologia
Le carnet Hypothèses du projet
Les membres de l’équipe

 

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » La métaphore spatiale au prisme du spatial turn

Projet IUF junior (2019-2024) – Yann Calbérac

« L’espace est dans le langage d’aujourd’hui la plus obsédante des métaphores » (Michel Foucault)

La métaphore spatiale est un levier opératoire pour interroger les enjeux épistémologiques, politiques, critiques et réflexif du tournant spatial (c’est-à-dire l’émergence d’un paradigme spatial qui se diffuse depuis les années 1990) aussi bien pour la géographie (c’est-à-dire la discipline qui a pris l’espace pour objet) que pour l’ensemble des sciences humaines et sociales qui se trouvent redéfinies. Ce projet – qui s’appuie sur les approches de la sociologie des sciences – entend rompre avec l’idée communément admise selon laquelle la métaphore marquerait la mort de l’espace : bien au contraire, la métaphore spatiale apparaît, à l’heure du tournant postmoderne, comme la seule forme possible de théorisation de l’espace.

Pierre-Jean Grosley (1718-1785) et Edouard-Thomas Simon (1740-1818)

 

vendredi 16 novembre
à 14 h
Journée d’étude

Les amis de la Médiathèque vous invitent, à la Médiathèque, à une demi-journée d’étude commémorant le tricentenaire de la naissance de Grosley et le bicentenaire de la mort de Simon de Troyes.

Parmi les érudits champenois collectionneurs de livre, Grosley et Simon incarnent au siècle des Lumières un type de pratique lettrée que cette demi-journée d’études vise à analyser.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre plus général d’un projet de recherche sur « Acteurs du livre et patrimoines textuels en Champagne Ardenne » (ALIPAT).

INTERVENANTS :

Emmanuelle Minault-Richomme et François Berquet (Médiathèque de Troyes Champagne Métropole) :
« À la source. Manuscrits et archives de Grosley et Simon de Troyes dans la collection de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole »

Dominique Quéro (professeur de littérature française, URCA) :
« Grosley et Simon de Troyes : parcours croisés de deux polygraphes champenois »

Jacques Bernet (maître de conférences honoraire en histoire moderne, Université de Valenciennes) :
« Les débuts de la presse périodique troyenne, des Ephémérides de Pierre-Jean Grosley (1757-1768) aux Affiches d’Edouard-Thomas Simon (1782-1795) »

Jean-Louis Haquette (professeur de littérature comparée, URCA) :
« Simon de Troyes et la pratique de la traduction »

Présentation de la Base de données « Collectionneurs de Livres en Champagne Ardenne »

LIEU :
Médiathèque du Grand Troyes
Boulevard Gambetta
10000 Troyes

CONTACT :
dominique.quero@univ-reims.fr

Cette manifestation est organisée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL-EA3311) de l’Université de Reims Champagne Ardenne, avec le concours de l’association Les Amis de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

 

De Bagdad à Constantinople: le transfert des savoirs médicaux (XI-XVe siècles)

DATE
Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018

LIEU
Jeudi 24 mai:
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle polyvalente)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Vendredi 25 mai:
Bibliothèque Carnegie, Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Le mythe de l’art antique

Le mythe de l’art antique, Emmanuelle Hénin et Valérie Naas (dir.), Paris, éditions du CNRS, 2018, 488 p.

De la peinture antique, qui fut certainement d’une grande richesse, nous ne conservons que de rares traces matérielles. Mais ces chefs-d’oeuvre disparus ont subsisté à travers des textes qui les décrivent et nous racontent, à leur propos, des anecdotes, mythes et récits que la tradition a fini par transformer en lieux communs : l’artiste tombant amoureux de son modèle, le jeune homme préférant la statue à la femme de chair, le peintre se livrant à la torture pour mieux représenter la douleur, des raisins si parfaitement imités que les oiseaux viennent les picorer.
C’est par la médiation de ces discours et de ces narrations que l’art antique a irrigué tout l’art occidental, dans sa pratique comme dans sa conception. Sans cesse repensés et reformulés, ces récits fondateurs ont offert à chaque auteur l’occasion d’exprimer sa vision singulière et se sont finalement traduits par autant d’interprétations originales.
Quelle a pu être l’influence de ces lieux communs sur les théories artistiques de l’âge moderne et contemporain ? Ont-ils contribué à alimenter, enrichir et populariser les discours théoriques, ou au contraire à les mettre en défaut, à les entraver ou à s’y substituer ? Par quelles médiations – rhétorique, philosophique, académique – cet ascendant des lieux communs s’est-il exercé ? Quel rôle ont-ils joué dans la pratique des artistes, notamment dans le choix et le traitement des sujets ? Par quel processus artistique s’accomplit la transposition fictionnelle du lieu commun ? Par quels indices peut-on identifier sa présence subliminale dans une oeuvre ? Voilà l’enquête à laquelle nous convie cet ouvrage qui revisite magistralement l’histoire de l’art à la lumière de ses origines narratives.

Ce ouvrage collectif est issu du colloque organisé par Emmanuelle Hénin, alors professeur à l’URCA et membre du CRIMEL dans le cadre de son projet IUF (Reims, 2009-2015). Depuis 2017, Emmanuelle Hénin est Professeur de littérature comparée à Sorbonne Université.

ISBN : 978-2-271-09020-1
Format : 15.0 x 23.0 cm
Reliure : Broché
Pagination : 488
Disponible sur le site de l’éditeur.

Projet de base de données sur les collectionneurs de livres en Champagne

Beaucoup de ces bibliophiles ont été ou seront les bienfaiteurs de nos dépôts publics. Les faire connaître, c’est donc aider à la reconstitution de leurs collections, c’est favoriser le goût des livres chez les particuliers en leur procurant des motifs salutaires d’émulation, c’est enfin offrir à tous des modèles délicats d’art, d’esprit et de savoir.

Henri Jadart, Les Bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, p. II.

Présentation générale de la base de données

Dans l’histoire de la constitution et du développement des bibliothèques publiques françaises, l’apport des collections privées fut déterminant. La présence d’ensembles de livres dans les fonds anciens des collections publiques, à la suite de dons, de legs ou encore par le biais indirect des saisies révolutionnaires, nous fait entrevoir l’importance des initiatives privées qui se sont développées parallèlement voire même en amont des initiatives publiques. Elles forment une « constellation d’aventures personnelles »[1] placées au cœur de ce projet.

La base de données « Collectionneurs de livres en Champagne, XVe-XXIe siècles », au coeur du projet ALiPaT, se propose de mettre en lumière cette réalité parfois méconnue du grand public afin de valoriser et renforcer la visibilité des riches collections des bibliothèques champenoises[2]. Elle constitue aussi un outil scientifique pour l’analyse de la pratique de la collection de livres en région et l’étude des bibliothèques privées champenoises depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. C’est pourquoi elle ne se limite pas aux fonds privés toujours présents matériellement dans les bibliothèques publiques. Elle permet également de découvrir des collections de livres dispersées au gré des ventes ou même disparues et dont on a parfois perdu la trace, mais qui sont représentatives des pratiques de collection sur le territoire.

Il s’agit donc d’un outil unique destiné à la fois aux acteurs du patrimoine, aux chercheurs mais aussi aux curieux, qui rassemble, signale et met à disposition des données éparpillées concernant à la fois les collections de livres et les individus auxquels celles-ci ont appartenu.

Ses objectifs principaux sont :

  • permettre l’analyse approfondie de certaines bibliothèques en donnant une vision d’ensemble de celles-ci et en signalant les sources qui en permettront la reconstitution virtuelle ;
  • conduire, parallèlement à l’étude des contenus, vers une meilleure connaissance du geste collectionneur en saisissant une pratique dans sa diversité mais aussi dans ses évolutions.

Si la base a pour extension géographique actuelle l’ancienne région Champagne-Ardenne, elle pourrait être envisagée comme une première étape vers une enquête élargie à la nouvelle région Grand-Est.

Description et perspectives

Cette base de données prosopographique qui allie informations biographiques et descriptif des collections est le résultat d’une exploitation conjointe de diverses sources. Au départ de l’enquête se trouvent trois répertoires dressés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par des érudits, historiens et bibliothécaires champenois sur les collectionneurs de la région. Leurs recherches, qui couvrent les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, ont été menées principalement à partir de marques de possession[3]. Les données tirées de ces répertoires ont été croisées avec celles qui sont accessibles sur le portail numérique du Catalogue Collectif de France (CCFr) telles que les fiches collectionneurs qui signalent les dons et les legs les plus importants des deux derniers siècles principalement et qui ont été récemment enrichies par l’association Interbibly. La recherche dans les catalogues informatisés des bibliothèques municipales à partir de marques de provenance et d’ex-dono a permis, quant à elle, de mettre en évidence des collectionneurs qui ne sont mentionnés ni dans les répertoires d’érudits ni dans les fiches du CCFr. Enfin, les sources traditionnelles de l’histoire du livre ont été mobilisées : catalogues de vente, inventaires après décès, inventaires de saisies révolutionnaires ou encore catalogues des dépôts littéraires.

Parmi le millier d’individus signalés, nous avons établi une liste provisoire d’environ 300 collectionneurs suffisamment documentés pour qu’on puisse retrouver un état de leur bibliothèque à un instant donné, à partir d’un inventaire ou d’un catalogue[4]. L’objectif n’est pas de donner une description des collections exemplaire par exemplaire mais plutôt d’en présenter une vision d’ensemble qui servira à des études plus approfondies de bibliothèques privées champenoises.

Les collections retenues ici répondent également à deux exigences : leur taille et leur ancrage régional. Nous avons privilégié ce que l’on nomme les petites, moyennes et grandes bibliothèques en excluant ainsi les bibliothèques « minimales » à livre unique ou à moins de dix titres[5]. De plus, nous nous sommes concentrés sur les collections établies dans la région et les collectionneurs uniquement champenois. C’est pourquoi on ne trouvera pas ici certaines grandes bibliothèques comme celles de la famille Colbert originaire de Reims et de ses environs, la collection étant installée dans l’hôtel parisien du ministre. En revanche, on pourra accéder à une partie de la bibliothèque de l’humaniste provençal Fabri de Peiresc par le biais du chanoine châlonnais Guillaume Le Roy, un des principaux acheteurs des livres vendus à la mort du magistrat. Quant à la célèbre collection de la famille Bouhier, originaire de Bourgogne, aujourd’hui conservée à Troyes, elle ne figure pas dans la base parce qu’elle a été rachetée au XVIIIe siècle non pas par un collectionneur individuel mais par une institution, l’abbaye de Clairvaux[6].

Contrairement à d’autres bases de données consacrées à des bibliothèques privées, la base « Collectionneurs de livres en Champagne » ne se limite ni à quelques grandes collections remarquables ni à une source privilégiée. En rassemblant des données biographiques sérielles sur un échantillon conséquent et diversifié d’individus et en exploitant plusieurs types de sources, elle permet de saisir des formes de « collections », au sens large, qui ne tiennent pas seulement à la bibliophilie traditionnelle et à la recherche de livres rares et précieux. La notion complexe de « collection » a donc été employée ici de façon ouverte, comme pratique mais aussi comme résultat, pour permettre d’inclure dans une même réflexion des manières de rassembler et de composer un ensemble de livres aussi diverses que celles du chanoine humaniste Guillaume Fillastre (1348-1428), de l’avocat au parlement de Troyes et compilateur Michel Sémillard (1729-1796) ou de Marie-Louise Lefort (1874-1951), directrice d’un hôpital américain dans l’entre-deux guerres. Nous espérons, par cette approche large, poser des jalons pour la compréhension des enjeux que constituent les questions du rapport au livre, de sa possession et de sa collection à l’ère du numérique.

Ingénierie de recherche : Anne-Sophie Gallo, post-doctorante

 

[1] Dominique Coq, « Bibliothèques et marché du livre rare : économie d’une relation entre deux mondes », dans Enrichir le patrimoine des bibliothèques en région, Rennes, Apogée, 1996, p. 92.

[2] Bien que le cadre géographique de la base recouvre l’ancienne région Champagne-Ardenne, l’adjectif champenois, qui renvoie à une réalité historique plus large, a été retenu comme terme englobant.

[3] Il s’agit de Henri Jadart, Les bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, d’Octave Guelliot, Bibliothèques et bibliophiles ardennais, Paris, Saffroy, 1927 et de Louis Roblin, Les bibliophiles de l’Aube, Chez l’auteur, Flamboin-Gouaix, 1929.

[4] Catalogue domestique, catalogue de vente, catalogue de libraire, inventaire après décès, etc.

[5] Pierre Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1530-1660 », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989, p. 226.

[6] L’extension de l’enquête aux acteurs institutionnels (abbaye, chapitre, université, société savante etc.) pourrait ainsi faire l’objet d’un développement ultérieur du projet.