Tous les articles par Karin Ueltschi

La Faune et Flore dans la Grande et la Petite Mythologie

Après la Journée d’Étude consacrée à l’espace et le temps en février 2020, cette nouvelle Journée sera consacrée à la faune et la flore, voire les minéraux : les grandes comme les petites mythologies ont toujours exploité ces thèmes avec une dilection particulière et en ont fait le siège de leur langage intime. De grandes épopées, des lapidaires, des herbiers et des bestiaires en particulier, mais aussi des encyclopédies, enfin tous les contes du foyer nous transmettent un héritage immémorial au sujet de ces vénérables créatures, de leurs vertus secrètes, ainsi que des pactes qui de tout temps les ont liées aux hommes, pour le meilleur souvent, et parfois le pire.

Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers la grande ou la petite mythologie : le but ultime de tous nos travaux est de montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde.

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés ensemble avec les conférences données, dans le cadre du séminaire, entre septembre 2020 et juin 2022, dans le second volume des « Grandes et Petites Mythologies ».

INSCRIPTION OBLIGATOIRE (on vous communiquera le lien ZOOM qui sera aussi disponible sur ce site quelques jours avant l’événement): karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

 

PROGRAMME ICI JOINT:

220317 Programme JE Mythologie A5_diff

Séminaire du 3 février 2022 : Autour des Saturnales

Nous publierons le lien pour assister à la conférence via ZOOM le 1er février sur ce même site.

Valérie Wampfler

Autour des Saturnales

Les Saturnales sont des fêtes religieuses romaines précédant le solstice d’hiver, moment où, selon l’étymologie donnée par Pline le Jeune, le soleil (sol), dans son mouvement vertical apparent – de plus en plus bas dans le ciel en hiver, de plus en plus haut en été –, semble stationner (stare) au même endroit pendant quelques jours. Ce temps de suspens, de transition cosmique symbolise tant la fin d’un cycle qu’une renaissance, puisqu’après le 21-22 décembre, la durée du jour commence à croître à nouveau, comme si le mouvement du soleil s’était inversé.

Nous observerons comment, depuis l’Antiquité à nos jours, se font écho et se transforment les rites et pratiques qui accompagnent ce moment particulier, tous également marqués par une oscillation entre vie et mort, ordre et désordre, chute et rédemption, à l’instar des figures du divin que l’on y célèbre.

Valérie Boutrois-Wampfler est maîtresse de conférences de Langue et Littérature latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne ; à travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines de l’érudit dijonnais Claude-Barthélemy Morisot, elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur le roman antique et moderne et sur l’usage des modèles antiques (littérature, iconographie, politique) dans les réseaux savants du premier xviie siècle.

 

Affiche V Wampfler

Compte rendu de “Monts et abîmes” dans la revue Iris

Le compte rendu par Cristina Noacco de Grandes et Petites Mythologies I. Monts et abîmes dans le numéro 41 de 2021 de la revue Iris :

“Dans ce volume, qui est annoncé comme le premier d’une série, les directrices de l’ouvrage réunissent les travaux issus d’un séminaire et d’une journée d’étude qui s’étaient déroulés en 2018 et 2019 à l’université de Reims, dans le cadre du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires.

L’objectif déclaré est de porter à la lumière la « petite » mythologie (niedere Mythologie, la formule est des frères Grimm), fruit des traditions populaires, et de relever les passerelles qui existent entre celle-ci et les domaines de la « grande » mythologie, antique ou biblique, par exemple.

Le volume est parfaitement équilibré, puisque les deux parties qui le composent comprennent sept contributions chacune : la première est consacrée aux figures mythologiques, tandis que la seconde explore les catégories de l’espace et du temps. […]”

Lire la suite.

TELECHARGEMENT :
CR Volume 1 iris-2285

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)

Séminaire du 2 décembre 2021

Séminaire « Grandes et petites Mythologies »
Jeudi 2 décembre 2021, de 17h-19h

ALAIN TROUVÉ
Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui 

Le mythe de Pygmalion appartient à la grande mythologie tardive. Il raconte dans sa version la plus connue l’histoire d’un sculpteur qui s’éprend de la statue de femme qu’il a créée. Selon Ovide, Pygmalion est pris en pitié par Vénus / Aphrodite, qui donne vie à la statue. Longtemps, malgré ce précédent latin, le traitement artistique a privilégié le thème du dédoublement entre un amour idéalisé et un amour terrestre imparfait. Le retour au premier plan du thème de l’artiste créateur aux XVIIIe et XIXe siècles est sans doute à relier à une mutation qui s’effectue au même moment au sein de l’esthétique, laquelle s’affranchit de la tutelle religieuse et d’un beau transcendantal. Le XXe siècle va plus loin, mettant en question chez certains de ses artistes la répartition des rôles entre l’homme en sujet créateur et la femme objet de célébration. George Bernard Shaw, dans sa pièce Pygmalion, écrite en 1913, propose peut-être la première transposition satirique attaquant la tradition dans ses présupposés idéologiques. Le linguiste Higgins, imbu de sa science, forme le projet de transformer une marchande de fleurs en duchesse en lui faisant perdre son accent des faubourgs. Mais Eliza Doolittle, l’objet de l’expérience, esquisse une rébellion contre le succès de cette entreprise et contre son Pygmalion. De son côté, la romancière Elsa Triolet (1897-1970) interroge par des références à cette légende sa situation au sein du couple d’artistes créateurs qu’elle forme avec l’écrivain Louis Aragon. Comment exister en tant que femme écrivain dans l’ombre relative de celui qui vous célébra comme Muse (Les Yeux d’Elsa) ? Le retour au mythe, direct dans L’Âme (1963), s’effectue aussi par la médiation intertextuelle. On retrouve Shaw, bien connu de Triolet, sous une forme allusive dans La Mise en mots (1969). Luna-park (1959) fait de son côté une large place à Trilby, roman populaire de George Du Maurier (1894), qui raconte déjà, avant Shaw, une histoire un peu similaire : la métamorphose d’une blanchisseuse en cantatrice sous le regard de son mentor, Svengali, musicien génial et inquiétant.

La pièce de Shaw a donné lieu à de nombreuses transpositions sous forme de comédie musicale (Lerner et Loewe, 1956) ou de films, le plus connu restant My fair Lady de George Cukor (avec Rex Harrisson et Audrey Hepburn, 1964). Ainsi, ces avatars modernes du mythe renouent avec les formes oralisées et visualisées qui sont aussi au cœur de la tradition légendaire et populaire des supposées « petites mythologies ».

Alain Trouvé est maître de conférences HDR à l’Université de Reims Champagne Ardenne, membre du CRIMEL. Vingtièmiste et théoricien de la lecture, il coanime depuis quinze ans le Séminaire Approches Interdisciplinaires et Internationales de la Lecture (A2IL). Derniers ouvrages publiés : Lire l’humain (Lyon, ENS éditions, 2018), Nouvelles déclinaisons de l’Arrière-texte (Reims, Epure, 2018) et Cinq études sur Aragon Théâtre / Roman (Reims, Epure, 2021).

Prochaine séance : jeudi 3 février 2022
Valérie Wampfler (URCA-CRIMEL) : « Autour des Saturnales »

TÉLÉCHARGEMENT : 
Affiche TROUVE Alain

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)

PROGRAMME 2021-2022

Voici le programme 2021-2022
avec un petit changement (7 octobre).

Merci aux participants extérieurs à l’Université de nous contacter (pass sanitaire obligatoire). Possibilité de suivre la conférence via ZOOM. Le lien sera publié quelques jours avant sur notre site

Le séminaire se tiendra le premier jeudi du mois.
Horaire : 17h-19h
Lieu : BU Robert de Sorbon, Campus Croix-Rouge (et par visioconférence)

Jeudi 7 OCTOBRE  2021  –  Bertrand Sergent, CNRS :
« Les correspondances mythiques entre Bretagne et Caucase, au sujet de géants ».

Jeudi 2 DÉCEMBRE 2021 – Alain Trouvé, Université de Reims :     « Le mythe de Pygmalion, d’hier à aujourd’hui ».

Jeudi 3 FÉVRIER 2022 – Valérie Wampfler, Université de Reims : « Autour des Saturnales »

Jeudi 3 MARS 2022 – Anna Loba, Univ. Adam Mickiewicz, Pologne : « Peau d’Âne ».

Jeudi 17 MARS 2022 Journée d’Etude : la Faune et la Flore. Programme.

Jeudi 7 AVRIL 2022 – Miren Lacassagne, Université de Bordeaux : « La roue de Fortune et le rouet ».

TÉLÉCHARGEMENT :
2021 2022 Programme

Crédits: Gustave Doré, Peau d’âne au bain – source : Gallica (extrait)

Les amours de Psyché et de Cupidon précédé d’Adonis et du songe de Vaux

Jean de La Fontaine, Les Amours de Psyché et de Cupidon précédé d’Adonis et du Songe de Vaux (édition Céline Bohnert, Patrick Dandrey et Boris Donné), Gallimard, “Folio Classiques”, 2021.

Derrière le fabuliste se cache un autre La Fontaine : celui qui commença sa carrière littéraire sous la protection de Fouquet. Fruits de l’inspiration raffinée, badine et sensuelle qui régnait à sa cour, les trois textes ici réunis associent les légendes de la mythologie et l’esprit aigu du classicisme naissant, dans une quête de la beauté et de la sensualité, une conciliation du sérieux et du léger, entre le rêveur qui s’égare et l’œil qui observe. La Fontaine y conte en vers et prose, sur le mode de l’élégie, du lyrisme, du songe ou de la promenade, l’amour de Vénus pour Adonis, les aventures de Psyché aimée de Cupidon et les rêveries poétiques et philosophiques que lui inspirent les jardins de Vaux et ceux de Versailles qu’inventait alors Le Nôtre.
À mi-chemin entre la hardiesse rieuse des Contes et la gaieté enchanteresse des Fables, voici un La Fontaine méconnu, délicat et insolite qui, ici aussi, amuse, charme et envoûte.

Céline Bohnert est maîtresse de conférences en littérature française du XVIIe siècle à l’URCA, membre du CRIMEL et de l’Institut Universitaire de France.

ISBN : 9782072803970
Disponible sur le site de l’éditeur.

TÉLÉCHARGEMENT :
Présentation par l’éditeur

Journée d’étude – 17 mars 2022 : La Faune et la Flore

                                             Mandragore, fr. 12322 f°180v°

Journée d’Étude du 17 mars 2022
9h-17h
Amphi Recherche de l’Université de Reims  (Campus Croix-Rouge)

Faune et Flore dans la Grande et la Petite Mythologie

Après la Journée d’Étude consacrée à l’espace et le temps en février 2020, cette nouvelle Journée sera consacrée à la faune et la flore, voire les minéraux : les grandes comme les petites mythologies ont toujours exploité ces thèmes avec une dilection particulière et en ont fait le siège de leur langage intime. De grandes épopées, des lapidaires, des herbiers et des bestiaires en particulier, mais aussi des encyclopédies, enfin tous les contes du foyer nous transmettent un héritage immémorial au sujet de ces vénérables créatures, de leurs vertus secrètes, ainsi que des pactes qui de tout temps les ont liées aux hommes, pour le meilleur souvent, et parfois le pire.

Selon l’esprit de nos recherches, nous souhaiterions que les propositions aient à cœur de mettre tout particulièrement en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires, même si naturellement, selon le sujet choisi, la balance pourra pencher davantage vers la grande ou la petite mythologie : le but ultime de tous nos travaux est de montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde.

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés ensemble avec les conférences données, dans le cadre du séminaire, entre septembre 2020 et juin 2022, dans le second volume des « Grandes et Petites Mythologies ».

PROGRAMME :
9 h : Accueil

9h30 : Laurence Helix (Université de Reims/ CRIMEL) : « Des sirènes et des ondines ».

10h : Myriam White-Le Goff (Université de l’Artois) : « Des licornes ».

Discussion & Pause

11h : Anne Berthelot (Université du Connecticut) : « Les sorts sans les plantes : magie rituelle dans le monde arthurien ? »

11h30 : Dominique Pauvert (Université de Bordeaux) : « Mythologies de l’ours et carnaval ».

Discussion et Déjeuner

14h : Aurore Noirault (Université de Lausanne) : « Entre force et fragilité : le lion comme miroir des héros épiques dans l’Iliade et les Posthomériques ».

14h30 : Cécile Mauré (Université de Reims/ CIRLEP) : « Ephémérité et dégénérescence : l’étude du Narcisse ».

Discussion & Pause

15h15 : Quentin Vincenot (Université de Rennes) : « Des loups-garous ».

15h45 : Justine Breton (Université de Reims/CEREP) : « Le bestiaire dans l’oeuvre médiévaliste de T.H. White ».

16h15 : Karin Ueltschi (Université de Reims/ CRIMEL) : bilan et perspectives ou du rempotage de mandragores.

Discussion

TÉLÉCHARGEMENT :
PROGRAMME Journée d’Etude 17 MARS 2022 Grandes & Petites Mythologies

Séminaire du jeudi 1er avril: Grands et petits boiteux, pour une exégèse de la marelle

Karin Ueltschi,
Grands et petits boiteux, pour une exégèse de la marelle
Jeudi 1er avril 2021, 17h-19h

ATTENTION : changement de programme, veuillez nous en excuser.

Les problèmes de pied sont récurrents dans la Grande comme la Petite Mythologie ; le boiteux est une des figures les plus riches de notre héritage culturel, pensons à Œdipe, Héphaïstos ou Achille dans la tradition antique, à Ève, Jacob ou Lucifer dans l’univers biblique, enfin à toute la horde de diables boiteux dans la mémoire populaire et littéraire.

Le boiteux est porteur d’une  « déficience qualifiante » (G. Dumézil). C’est le merveilleux langage du jeu, en l’occurrence de la marelle, qui nous en donne une clef de lecture : le signe du boiteux, après la chute, c’est bien l’ascension.  Or, on ne peut atteindre le ciel qu’à cloche-pied…

Karin Ueltschi est professeur de langue et littérature du Moyen Âge à l’université de Reims. Elle y anime, avec Flore Verdon, le séminaire “Grandes et Petites Mythologies” dont les premiers Actes viennent de paraître:  Grandes et Petites mythologies 1. Monts et abîmes : des dieux et des hommes, Reims, EPURE, 2020. En lien avec le sujet traité, elle est aussi l’auteur d’une Mythologie des Boiteux et du pied fabuleux, Paris, Imago, 2019.

Par Visioconférence. Le lien ZOOM figure dans la pièce jointe.

TÉLÉCHARGEMENT :
Affiche Karin Ueltschi 1er avril 2021

Emission Radio “Du côté de chez Rachi” présente “Grandes et petites mythologies”,

Du côté “de Rachi”

Une émission mensuelle présentée par Géraldine Roux et les invités de l’Institut Universitaire Rachi, le deuxième mardi de chaque mois à 14h sur Thème Radio.

L’invitée du mois de mars 2021 est Karin Ueltschi, Professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims Champagne-Ardenne, administratrice de l’Institut Rachi. Karin Ueltschi nous présente son tout dernier livre “Grandes et petites mythologies”, ouvrage collectif qu’elle a codirigé avec Flore Verdon et paru aux Presses Universitaires de Reims en décembre 2020.

Séminaire du 11 mars 2021 : Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ?

Sophie Conte, Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu?
Jeudi 11 février 2021, 17h-19h

https://univ-reims-fr.zoom.us/j/92243997349?pwd=NVNVREJVWlN0bDk3N1M4dDZqTHBlUT09
ID de réunion : 922 4399 7349
Code secret : 502783

Prélude à la guerre de Troie, le sacrifice d’Iphigénie dans la baie d’Aulis est absent des épopées homériques, mais il est développé par Euripide dans Iphigénie à Aulis. Cet épisode du mythe des Atrides comporte pour la société grecque un sens politique (le panhellénisme en pleine guerre du Péloponnèse) et une dimension religieuse (le sacrifice humain demandé par Artémis). Thème tragique par excellence, il pose aussi aux artistes une question de représentation, comme en témoignent les commentaires suscités à l’époque romaine par le célèbre tableau de Timanthe, connu par une fresque de Pompéi. On s’interrogera sur le sens de l’expression « sacrifice d’Iphigénie » qui recouvre, au sein de la tradition gréco-romaine et pour la postérité, ce qui est impossible à penser, à dire et donc à représenter. Le sacrifice d’Iphigénie aura-t-il lieu ?

Sophie Conte est maître de conférences HDR en Langue et Littérature Latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la rhétorique et l’enseignement dans le monde gréco-romain, en particulier Quintilien, et sur les rhétoriques sacrées post-tridentines des xvie et xviie siècle, d’expression néo-latine, notamment les traités jésuites.

TÉLÉCHARGEMENT :
Affiche Sophie Conte

Crédits : Le Sacrifice d’Iphigénie (Pompéi, Maison du Poète tragique), fresque (d’après Timanthe), Naples, Musée national d’archéologie