Tous les articles par stephaniehatat

L’esthétisme britannique (1860-1900). Peinture, littérature et critique d’art

Héritages critiques  – vol. 12

dirigé par Anne-Florence GILLARD-ESTRADA et Xavier GIUDICELLI

Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation: c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria (1837-1901), que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.

Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton, ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du xixe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.

Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au cœur d’un mouvement qui se situe au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières strictes du Royaume-Uni.

Ont contribué à ce volume:

  • Clément Dessy est assistant professor à l’université de Warwick. Ses recherches portent sur la circulation transnationale des œuvres littéraires et artistiques à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse aussi aux relations entre littérature et arts visuels ainsi qu’entre écri­ture et arts de la scène à la même époque. Son livre Les Écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture (Prix du musée d’Or­say, Presses universitaires de Rennes, 2015) a abordé les influences des peintres Nabis et de Paul Gauguin sur les écrivains symbolistes français. Il a dirigé plusieurs collectifs dont (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840‑1940 (avec Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015) et L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (avec Laurence Brogniez et Clara Sadoun-Édouard, Presses universitaires de Rennes, 2019). Il prépare actuellement un ouvrage sur les échanges littéraires et artistiques entre Belgique et Royaume-Uni autour de 1900.
  • Anne-Florence Gillard-Estrada est maître de conférences à l’uni­versité de Rouen-Normandie (ERIAC – EA 4307). Ses recherches portent sur la littérature, l’esthétique, la critique d’art et les arts visuels dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a publié une série d’articles sur Walter Pater, Oscar Wilde et les peintres préraphaélites, néoclassiques et esthétiques et a un ouvrage (Le Corps grec dans la peinture britannique de l’Antiquité (1860‑1900) : entre idéal et fantasme) en préparation. Elle a codirigé un ouvrage intitulé Écrire l’art/Writing Art : Formes et enjeux du discours sur les arts visuels en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Paris, Mare et Martin, 2015) ainsi qu’un ouvrage sur Walter Pater (Routledge, 2017).
  • Xavier Giudicelli est maître de conférences en littérature britannique à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (EA 4299). Ses recherches portent sur l’œuvre d’Oscar Wilde, les rapports entre texte littéraire et image, ainsi que sur la réécriture du canon victorien et édouardien aux xxe et xxie siècles, la traduction et les transferts culturels, sujets sur lesquels il a publié une vingtaine d’articles. Il est l’auteur de Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image (PUPS, 2016) et il a dirigé ou codirigé une dizaine de collectifs ou numéros de revues, dont un recueil d’essais sur L’Importance d’être constant (avec Pascal Aquien, PUPS, 2014) et un numéro spécial d’Études anglaises sur Oscar Wilde et les arts (« The Pictures of Oscar Wilde », Études anglaises, vol. 69, no 1, 2016).
  • Pierre Morère est professeur émérite à l’université Stendhal-Grenoble III. Il est spécialiste de littérature et d’histoire des idées du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Il a publié en 2015 Sens et sensibilité : pensée et poésie dans la Grande-Bretagne des Lumières (coédition ELLUG-PUL, collection « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750‑1900) », Lyon, Presses universitaires de Lyon).
  • François Ropert est maître de conférences en langue et littérature anglaises à CY Cergy Paris Université. Ses travaux de recherche explorent un canon de poètes anglais de la décadence et de la modernité, notamment à partir d’une perspective moderniste. Ils portent plus particulièrement sur les modalités d’une poétique propre aux domaines de la critique d’art et de la théorie littéraire. L’œuvre poétique et critique du poète victorien Algernon Charles Swinburne occupe une place centrale dans le corpus qu’il étudie.
  • Laurence Roussillon-Constanty est professeur de lit­térature britannique et d’esthétique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER, EA 7504). Elle est spécialiste de la période victorienne et auteur de plusieurs travaux por­tant sur les relations texte/image dans la littérature et la peinture britannique du xixe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur John Ruskin et a participé à une traduction en français d’une sélection de Modern Painters (L’Éblouissement de la peinture. Sélection de textes tirés de Modern Painters de John Ruskin, Fabienne Gaspari, Lawrence Gasquet, Laurence Roussillon-Constanty (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2006). Elle est également l’auteur d’une monographie sur Dante Gabriel Rossetti (ELLUG, 2008) et a récemment codirigé un numéro de revue consacré à John Ruskin (« Mediating Ruskin », Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 91, printemps 2020). Elle est actuellement présidente de la Société française des études victoriennes et édouardiennes.
  • Sébastien Scarpa est maître de conférences en anglais à l’uni­versité Grenoble Alpes où il enseigne la littérature, l’esthé­tique et la civilisation. Ses recherches portent principalement sur la poésie et la peinture britanniques des xviiie et xixe siècles. Il est l’auteur de Algernon Charles Swinburne et les enjeux postromantiques de la création (2013) et Poétiques de l’affect. La poésie préromantique en contexte (2018) et a codirigé, entre autres, Tombeau pour Swinburne (2010) et Swinburne and France (2012).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages VIII – 280 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374961036
ISBN-13 9782374961033

Crédits : Perseus and Andromeda, study for The Doom Fulfilled, 1875, Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), © The Art Institute of Chicago

Il ne faut pas céder à l’autocensure

© Clara Gabillet

Alexis Lévrier participe à l’émission Le Grand Invité sur la radio RCF, présentée par Simon Marty : diffusion le 28 septembre 2020 à 8h10.

Spécialiste de l’histoire du journalisme, Alexis Lévrier souligne combien la liberté d’expression est encore fortement menacée, y compris via les réseaux sociaux.

Alors que le procès des attentats de janvier 2015 se déroule en ce moment au tribunal de Paris, une attaque a eu lieu vendredi devant les anciens locaux du journal Charlie Hebdo, visé par l’assaillant. Il a grièvement blessé deux journalistes de l’agence de presse Premières Lignes, déjà voisins du journal il y a cinq ans. Alexis Lévrier, spécialiste de l’histoire du journalisme, revient sur ces menaces qui pèsent sur les journalistes et sur la liberté d’informer.

LA LIBERTÉ DE LA PRESSE MENACÉE

Le classement annuel de Reporters Sans Frontières (RSF) qui évalue la liberté de la presse dans chaque pays est « assez tragique pour la France », qui se classe à la 34ème place. « Cela prouve qu’il y a des menaces. L’une vient du pouvoir. L’année dernière, 9 journalistes ont été convoqués par la DGSI [Direction générale de la sécurité intérieure, ndlr]. Ce sont des attaques surprenantes. Il y aussi des pressions qui viennent de la base, des réseaux sociaux », explique Alexis Lévrier, prenant l’exemple de Mila, une adolescente menacée de mort après avoir critiqué l’islam sur les réseaux sociaux.

Ces menaces font peser un risque d’autocensure selon le spécialiste. Même si le journal satirique a republié les caricatures du prophète Mahomet, certains journalistes ont arrêté ce combat. « Luz a quitté la rédaction de Charlie, lassé de toutes ces pressions », regrette Alexis Lévrier.

RÉAFFIRMER LE DROIT DE BLASPHÈME

Si ces publications ne mettent pas tout le monde d’accord, « Charlie se bat pour notre liberté », selon Alexis Lévrier. « Depuis 1881, on peut attaquer la foi mais on ne peut pas attaquer les personnes »« Il y a un rôle de la part des médias de rappeler la loi », estime Alexis Lévrier. La protection du droit de blasphème et celle des victimes de discrimination « sont deux combats voisins ». La loi est claire sur le droit de blasphème, il n’y a donc pas besoin de la renforcer, « il y a juste à la rappeler et à la faire respecter » assure Alexis Lévrier. Pour défendre ce droit au blasphème, 100 médias ont co-signé un tribune mercredi dernier pour « défendre la liberté ».

LA RESPONSABILITÉ DES MÉDIAS

Les attentats de janvier 2015 avaient mis au jour les erreurs de certains médias, comme celles de la chaîne BFM TV qui avait donné des informations en direct sur les otages de l’Hyper Cacher, que l’assaillant Amedy Coulibaly aurait pu découvrir. « La presse apprend de ses erreurs et il n’y a pas eu pour cet attentat [celui de vendredi, ndlr] les mêmes fautes que pour ceux de Charlie et de l’Hyper Cacher », estime Alexis Lévrier, qui précise que le visage de l’assaillant est apparu flouté, comme l’oblige la loi.

« Pour informer, il faut respecter la loi », affirme Alexis Lévrier. « C’est difficile pour les chaînes d’informations en continu parce qu’ils sont dans une instantanéité », affirme l’historien en dénonçant une « foxisation » de ces chaînes, en référence à la chaîne américaine conservatrice Fox News. « Je n’ai pas peur de l’excès d’information mais qu’il n’y en ait plus et qu’on supplante l’information par l’opinion », conclut Alexis Lévrier.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Crédit: © Clara Gabillet

Pouvoir et journalistes en France: une histoire de contact et de défiance

Alexis Lévrier participe à l’émission L’ Atelier des médias sur la radio RFI, produit par Steven Jambot : diffusion le 17 mai 2020 à 13h40.

Ecouter l’émission.

L’Atelier des médias a reçu Alexis Lévrier, spécialiste de l’histoire du journalisme, pour parler du climat de défiance qui règne actuellement en France entre le pouvoir et les journalistes. Dans cet entretien, il est également question d’une autre défiance, celle d’une partie de l’opinion publique contre les médias dominants, mais aussi de la crise économique qui accompagne la crise sanitaire du coronavirus et frappe durement l’écosystème médiatique.

« Je pense qu’on est effectivement dans une phase assez critique », déclare l’universitaire qui qualifie la situation actuelle de « crise au carré très inquiétante », avec d’une part la transition numérique qui change l’économie du journalisme et d’autre part la crise conjoncturelle du coronavirus.

Dans les périodes de crise, « il y a toujours une pression exercée sur les médias pour qu’ils acceptent de relayer une information officielle », explique Alexis Lévrier qui se félicite que les médias n’aient pas fléchi ces dernier mois en France. « Heureusement, la presse n’a pas succombé à cette tentation, parce que sinon, en plus de la crise économique, on aurait une crise morale, une crise de la confiance à l’égard de la presse et ce n’est absolument pas le cas. » Il estime que « la presse a été au rendez-vous de cette épreuve, elle a parfaitement joué son rôle et c’est pour ça que sur le long terme, on peut espérer qu’elle parvienne à sortir de cette crise économique ».

Emmanuel « Jupiter » Macron et les médias

Emmanuel Macron et ceux qui l’entourent « ne connaissent pas la presse » et les journalistes, estime Alexis Lévrier. « Ils en ont commun de ne pas avoir suivi le cursus honorum qui était celui de la politique jusque-là » et n’ont donc pas fait le « compagnonnage avec la presse » qui « oblige à composer avec le pouvoir médiatique ».

L’approche jupitérienne aurait-elle atteint ses limites ? « Le problème, c’est que le pouvoir jupitérien renvoie à une certaine pratique vis-à-vis de la presse. Jupiter, le terme avait été employé par le communicant de François Mitterrand, Jacques Pilhan, qui était quelqu’un qui revendiquait le fait d’utiliser les médias d’une manière très pragmatique mais aussi très méprisante. »

Ainsi, Alexis Lévrier rappelle que François Mitterrand avait été interviewé à plusieurs reprises par des journalistes qui étaient les femmes de ses ministres – Christine Ockrent ou Anne Sinclair. « Ce sont des choses qui seraient inimaginables aujourd’hui », estime l’universitaire.

Pour Alexis Lévrier, Emmanuel Macron a fait une « erreur » : « Il a cru qu’on pouvait revenir aux temps antérieurs, à la manière que François Mitterrand ou le général de Gaulle avaient de communiquer. Sauf que les temps ont changé, les attentes du public ne sont plus les mêmes et l’attitude des médias n’est plus la même. »

« Il y a aussi un changement du temps médiatique avec les chaînes d’information en continu qui ont besoin d’images en permanence. Le choix de raréfier la parole présidentielle, qui correspond à ce que Mitterrand voulait faire, pouvait fonctionner. (…) Ca a bien fonctionné au départ mais sur la durée cela ne pouvait pas convenir. »

Le cas Sibeth Ndiaye

En 2018, lors de ses vœux à la presse, Emmanuel Macron avait utilisé l’expression « saine distance » pour parler de la relation qu’il entendait avoir avec les journalistes. Mais actuellement, « c’est plus que de la distance, nous avons de la défiance, nous avons du mépris, nous avons parfois de la brutalité vis-à-vis de la presse ».

Sibeth Ndiaye, actuelle porte-parole du gouvernement, semble cristalliser cette défiance. Elle était chargée des relations presse d’Emmanuel Macron durant la campagne de 2017. Son profil est clairement combatif. Elle assume de mentir pour protéger le président. Fait preuve de mauvaise foi, omissions régulières…

« Sibeth Ndiaye a continué en tant que porte-parole du gouvernement à faire ce qu’elle faisait durant la campagne présidentielle : dissimuler, protéger le président. Ce qui était acceptable comme chargée de communication ne l’était plus comme porte-parole, surtout dans une crise comme le coronavirus qui a imposé partout une exigence de transparence. Face à cette exigence, Sibeth Ndiaye continue de faire ce qu’elle faisait avant, c’est à dire mentir. » Ainsi, sur les masques, « les Français ont compris assez qu’on leur mentait et que celle qui était chargée de la transparence était celle qui leur mentait le plus ».

Au final, Alexis Lévrier estime que, dans son ensemble, la presse française a plutôt bien fait son travail depuis le début de la crise du coronavirus. « La presse a compris que sa propre crédibilité et l’intérêt public voulaient qu’elle joue son rôle de contre-pouvoir, qu’elle assume sa fonction critique. Elle n’avait pas fait la même chose au moment de Tchernobyl ou de la guerre du Golfe. » Et d’ajouter : « J’ai vraiment le sentiment que la presse a su renouer le lien avec le public tout en jouant le rôle critique qui est le sien. »

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Ce quinquennat est marqué par une forte défiance à l’égard de la presse

Alexis Lévrier est l’invité de Mathilde Munos sur France Inter pour l’émission L’invité du 6h20 : diffusion le lundi 2 décembre 2019 à 6h20.

Voir l’émission.

Le Conseil de déontologie journalistique et de médiation (CDJM) sera lancé aujourd’hui. Une instance qui fait débat. Alexis Lévrier, maître de conférences à l’université de Reims, spécialiste de l’histoire du journalisme, est l’invité de Mathilde Munos.

Pour Alexis Lévrier, la fonction de cette nouvelle instance est de « permettre aux journalistes d’améliorer leurs pratiques et de se rapprocher du public, pas de les sanctionner ». Pourtant, il concède bien une ambigüité, évoquant aussi le CSA (« Quel va être le périmètre des deux instances? ») tandis que ce spécialiste de l’histoire du journalisme rappelle ce conseil « n’est pas lié à l’état », et que sur ses finances « les journalistes seront mis à contribution ».

Selon Alexis Lévrier ,  » 18 pays européens ont créé l’équivalent avant la France (…) c’est un outil de médiation , cet échelon peut-être utile pour rapprocher la presse de son public » :  « Personne ne s’empare de réseaux sociaux », explique-t-il en dénonçant « la fabrique de la haine. »

« Ce quinquennat est particulier, avec une forme de brutalité, même physique, marqué par une grande défiance à l’égard de la presse »

« Il n’y pas de régulation des réseaux sociaux, alors qu’il y a de multiples outils de régulation pour la presse » explique-t-il aussi, mettant en avant l’une des missions de ce nouveau Conseil de déontologie journalistique et de médiation.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

LES TERRITOIRES SENS DESSUS DESSOUS

Yann Calberac participe à l’émission « Planète Terre » de Sylvain Kahn sur France Culture : diffusion jeudi 1er juin 2016 sur France 2.

La semaine spéciale consacrée à la relève des savoir se propose d’aborder les nouveaux concepts, nouvelles approches, nouvelles méthodes, nouveaux objets dans le domaine des sciences. Dans Planète Terre, nous déclinons cet angle à la géographie, aux sciences du territoire et de l’espace.

Quelles sont les nouvelles conceptions/définitions de « l’espace » en géographie, en France, en Allemagne, aux USA, en Afrique et ailleurs ?  En quoi le genre et les sexualités font-ils territoire ? Quid des questions migratoires qui produisent de l’espace nouveau et de la contre-cartographie​ ?

Écouter l’émission.

Yann Calberac est maître de conférences en Histoire et épistémologie de la géographie à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).