Tous les articles par Steevy ROCHE

LA PAROLE DE MONTAIGNE

Jean Balsamo, La Parole de Montaigne, Torino, Rosenberg & Sellier, 2019, 392p.

Espace de travail, de loisir ou d’évasion, la bibliothèque remplit toutes sortes de fonctions pour un écrivain.
Elle est un patrimoine matériel qui se construit, se transmet et se disperse, mais aussi un atelier où les lectures, savantes ou sauvages, viennent nourrir la création; enfin elle constitue le lieu d’un réseau de savoirs où se découvrent des filiations, des circulations et des dialogues parfois insoupçonnés. Telles sont les trois facettes des bibliothèques d’écrivains explorées…

Jean Balsamo est un professeur de littérature française à l’Université de Reims, a publié de nombreuses études consacrées aux relations littéraires entre la France et l’Italie au XVIe siècle, à la culture de cour et à Montaigne en particulier.

Il est le coéditeur de l’édition philologique des Essais, publiée dans la Bibliothèque de la Pléiade (Paris, Gallimard, 2007).

392 p.
Publication : 2019
EAN 9788878857261
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Gravure du XIXe siècle, représentant Michel de Montaigne. (Photo Bianchetti. Leemage)

LES TEMPLIERS

Laurence Hélix, Les Templiers, La Crèche, La Geste, 2019, 56p.

Dans cet ouvrage de 56 pages, Laurence Hélix invite le lecteur à découvrir ou redécouvrir l’histoire des chevaliers des templiers pour enfin tout comprendre sur leur vie, leurs coutumes, leur combat et leur histoire. Grâce aux nombreuses illustrations et aux textes très documentés vous deviendrez incollables sur ces mystérieux chevaliers du Moyen Âge.

 

Laurence Hélix, ancienne élève de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, est agrégée de Lettres classiques et docteur ès lettres. Elle est actuellement maître de conférences à l’Université de Reims- Champagne-Ardenne, où elle enseigne la langue et la littérature du Moyen Âge. Auteur de plusieurs ouvrages et articles sur l’histoire de la langue française, l’ancien français et les grands mythes médiévaux – notamment le mythe tristanien et la quête du Graal -, elle a récemment élargi son champ d’études à la littérature pour la jeunesse.

56 pages
Publication : 2019
ISBN 979-10-353-0492-8
Prix 4,90 €
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Couverture de « Les Templiers » de Laurence Hélix aux éditions Geste

POUVOIRS DE LA FICTION : POURQUOI AIME-T-ON LES HISTOIRES ?

Vincent Jouve, Pouvoirs de la fiction : Pourquoi aime-t-on les histoires ?, Paris, Armand Colin, 2019, 192 p.

Qu’est-ce qui nous pousse à ouvrir un roman  ? à entrer dans une salle de cinéma  ? à entamer le visionnage d’une série  ? Plus encore  : une fois établi le premier contact avec le récit, pourquoi, dans la plupart des cas, avons-nous tant de mal à le lâcher  ? Et comment expliquer ce sentiment de vague tristesse qui nous saisit parfois au dénouement, quand nous sommes obligés d’abandonner un monde et des personnages  ? En un mot, pourquoi aimons-nous tant les histoires  ?
Tous supports confondus, les récits de fiction n’ont jamais été aussi nombreux, et leur succès public transcende les barrières générationnelles et sociales. Mais les fictions textuelles sont aujourd’hui largement concurrencées par les séries télévisées dont la consommation est en constante augmentation. L’enjeu de cet essai est de comprendre d’où vient la force d’attraction du narratif qu’il soit question d’un roman, d’un film ou d’une série télévisée.
La question du plaisir narratif ne sera donc pas envisagée d’un point de vue culturel  – qu’est-ce qui fait qu’à telle époque et dans tel milieu on s’intéresse à tel type de fictions  ?  – mais sur un plan «  anthropologique  »  : comment expliquer cette attirance de l’être humain pour les récits  ? qu’y recherche-t-il et qu’y trouve-t-il  ?

Vincent Jouve est professeur de littérature française à l’université de Reims Champagne-Ardenne.

292 pages
Publication : septembre 2019
EAN 9782200627096
Prix 17,90 € (Format Papier) / 12,99 € (Ebook)
Disponible sur le site de l’éditeur

Crédit : Bernard Fidel, « le lecteur », Flickr, 2015 (lien)

DU JEU DANS LA THEORIE DE LA LECTURE

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 14 – 2020

Après deux années dédiées aux « Paroles de lecteurs » et dans le sillage des Rencontres de Reims qui firent dialoguer les problématiques du jeu et de la parole, le séminaire Approches Interdisciplinaires et internationales de la lecture ouvre ici un nouveau volet de son investigation portant sur le contenu notionnel de la « lecture comme jeu » dont la modélisation est partiellement liée à l’histoire des recherches rémoises en la matière.
Il s’agit en quelque sorte de faire jouer la théorie de différentes manières ce qui conduit, à partir de l’idée de jeu littéraire, à interroger un réseau de notions associées dans leurs implications linguistiques et philosophiques, sans oublier de soumettre l’idée de la littérature ainsi conçue à la pratique des textes d’écrivains.

SOMMAIRE

  • Alain Trouvé – Avant-propos

Linguistique, philosophie et jeu littéraire

  • François Rastier – Linguistique et études littéraires — Une solidarité bénéfique
  • Gabrièle Wersinger Taylor – Jeux d’Érôs dans « La Pharmacie de Platon » de Jacques Derrida
  • Alain Trouvé – La lecture, entre bricolage et déconstruction : autour de La Potière jalouse (Lévi-Strauss)

De la théorie aux œuvres

  • Christine Chollier – Articuler instances lectorales et régimes textuels : du jeu entre théories. L’exemple de Cité de Verre
  • Marie-France Boireau – Les Cloches de Bâle : jeux et enjeux
  • Nathalie Roelens – Rien ne va plus !
  • Bibliographie
  • Les auteurs

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages :  166 p.
ISBN-10 2374961087
ISBN-13 9782374961088

 

La Mythologie de Natale Conti éditée par Jean Baudoin Livre I (1627)

Héritages critiques  – vol. 11

dirigé par Céline Bohnert et Rachel Darmon

Somme mythographique exceptionnelle par son ampleur et sa postérité, la Mythologie de Natale Conti constitue une référence incontournable pour les lettrés, les penseurs, les éducateurs et les artistes européens des xvie et xviie siècles. On s’y reporte pour attester l’existence d’une version méconnue d’un mythe ou citer un fragment de texte antique, pour représenter une divinité avec des attributs rarement vus ou pour découvrir des interprétations aptes à stimuler la réflexion. Aujourd’hui comme autrefois, qui veut comprendre une expression peu usitée ou un aspect surprenant dans le traitement d’un sujet mythologique y trouve le plus souvent l’explication qu’il cherche. Le premier de ses dix livres, édité ici, introduit cette riche matière. Il définit l’utilité des fables et leur différence avec l’apologue, analyse leur lien avec le divin et décrit les rites et les sacrifices des anciens peuples. Magasin, manuel, anthologie poétique et haut lieu de savoir, la Mythologie connut de continuelles métamorphoses dues à son auteur, à ses éditeurs, correcteurs, commentateurs, traducteurs et illustrateurs. La présente édition s’attache à rendre compte de ces transformations, tout en éclairant leur contexte et leurs significations. Elle donne pour cela le dernier état français du texte, paru en 1627 à l’initiative de Jean Baudoin. Traducteur, commentateur et éditeur, Jean Baudoin, qui fut l’un des premiers membres de l’Académie française, sut, selon ses propres termes, embellir l’ouvrage et lui donner sa forme achevée. Il participa ainsi au rayonnement remarquable de cette œuvre essentielle à la culture européenne de la première modernité.

Ont contribué à ce volume :

  • Céline Bohnert est maître de conférences en littérature du xviie siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Ses travaux portent sur la réception de la mythologie antique aux xvie et xviie siècles, dans ses aspects littéraires, artistiques (notamment à l’opéra) et intellectuels, ainsi que sur l’œuvre de Jean de La Fontaine. Elle a codirigé plusieurs ouvrages collectifs (Jean de La Fontaine, le laboratoire des Fables, 2011 ; L’Adaptation comique, 2013 ; Poétiques de la vengeance, 2013 ; L’Anthologie, 2014). Elle dirige actuellement l’édition numérique des Mythologiae libri decem de Natale Conti sur la plate-forme EMAN (ITEM, ENS-CNRS) ; le projet est soutenu par le consortium CAHIER et le Warburg Institute (Londres), où elle est accueillie comme Visiting Fellow de janvier 2020 à janvier 2022.
  • Rachel Darmon, agrégée de lettres classiques, est maître de conférences en littérature française du xvie siècle à l’Université Paul Valéry – Montpellier 3 et membre de l’IRCL (CNRS, UMR 5186). Après une thèse de doctorat soutenue en 2012, Dieux futiles, dieux utiles. L’écriture mythographique et ses enjeux dans l’Europe de la Renaissance, elle a codirigé deux publications collectives : Curieux et curiosités, de Pontano à Sorel (revue Camenae, 2013) et L’histoire à la Renaissance : à la croisée des genres et des pratiques (Classiques Garnier, 2015). Elle a publié une série d’articles sur l’héritage de la tradition mythographique et ses actualisations successives, dans diverses perspectives, tant dans le domaine français (Thenaud, Ronsard) que néolatin, allemand et italien. Elle a participé à la première traduction intégrale en français des Adages d’Érasme et dirige actuellement une traduction collective à paraitre du Magasin des dieux de Pictorius.
  • Agnès Guiderdoni est maître de recherches du Fonds National de la Recherche Scientifique (Belgique) et professeure à l’Université catholique de Louvain, où elle co-dirige le Centre d’analyse culturelle de la première modernité (GEMCA). Spécialiste de littérature française du xviie siècle, elle travaille plus particulièrement sur l’expression et la pensée figurées au début de la période moderne. Parmi ses publications récentes : en 2017, La Part de l’Œil n°31, sur Force de figures. Le travail de la figurabilité entre texte et image ; et en 2019, co-édité, Maximilianus Sandæus, un jésuite entre mystique et symbolique, aux éditions Honoré Champion.
  • Victor Gysembergh, ancien élève de l’ENS Paris, agrégé de Lettres classiques, docteur de l’Université de Reims, est chercheur CNRS au Centre Léon Robin de recherches sur la pensée antique. Ses travaux sur l’histoire des sciences et de la philosophie portent en particulier sur des œuvres d’auteurs grecs conservées aujourd’hui à l’état de fragments. Il a notamment publié avec Andreas Schwab le volume collectif Le travail du savoir. Philosophie, sciences exactes et sciences appliquées dans l’Antiquité (2015), et mis à jour la traduction de M. Federspiel, Aristote. Traité du ciel (2017).
  • Takeshi Matsumura, lexicographe et philologue, est professeur à l’Université de Tokyo et correspondant étranger de l’Académie des Inscriptions et Belles-Lettres. Après avoir édité Jourdain de Blaye en alexandrins (Droz), il a publié un Dictionnaire du français médiéval (Les Belles Lettres) qui lui a valu en 2016 le Grand Prix de la Francophonie de l’Académie française et en 2018 le Prix impérial et le Prix de l’Académie japonaise.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 352 p.
ISBN-10 237496101X
ISBN-13 9782374961019

Crédit : frontispice de la Mythologie éditée par Jean Baudoin, Paris, Pierre Chevalier et Samuel Thiboust, 1627 (extrait) © Gallica

ECRIVAINS, LECTEURS

La lecture littéraire – Numéro Spécial – 2002

SOMMAIRE :

  • Bruno Clément : Lecture et vérité
  • Michel Deguy : Fin de Partie
  • Natacha Michel : Le livre qui bat comme un tambour
  • Olivia Rosenthal : Montaigne ou les pouvoirs de la répétition (une lecture de l’essai III, 12 « De la physionomie »)
  • Michèle Crogiez : Rousseau lecteur de Pascal ?
  • Pierre Bayard : Le plagiat par anticipation
  • Chantal Delourme : Virginia Woolf : la lectrice sans modèle
  • Christophe Hanna : Pour un Malherbe de Francis Ponge : une archéologie de la raison classique
  • Olivier Barbarant : Avez-vous lu Hugaragon ?
  • Gilles Philippe : Sartre, la grammaire et le style de Flaubert (sur quelques pages du troisième carnet de guerre)
  • Judith Revel : La petite bibliothèque privée de Michel Foucault

ISBN : 2-252-03089-5

Crédit : Hommes Lisant (1819-1823), Francisco de Goya, Musée du Prado (Madrid)