Tous les articles par Lamis Mourid

Galien, Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate

Galien, Œuvres. Tome IX, 1re partie : Commentaire au régime des maladies aiguës d’Hippocrate, Livre I, texte établi et traduit par Antoine  Pietrobelli, Paris, CUF, 2019.

Lauréat du Prix Alfred Croiset, 2020

Si vous buvez aujourd’hui une tisane à la fin du repas, vous ignorez sans doute que c’est en raison de la fortune d’un texte oublié : le commentaire de Galien au Régime des maladies aiguës d’Hippocrate. Le premier livre de ce commentaire porte en effet sur la prescription de la « ptisane », une décoction d’orge que les médecins antiques, médiévaux et modernes ont utilisée pour nourrir et soigner les patients atteints de maladies infectieuses (ou maladies aiguës). Après avoir été traduit en arabe, puis en latin, ce commentaire fut l’un des textes médicaux les plus étudiés en Occident entre le XIIIe et le XVIe siècle.

A. Pietrobelli propose une nouvelle édition critique du livre I, mais aussi sa première traduction en langue moderne, accompagnée d’un commentaire. À travers ce texte, on perçoit les méthodes exégétiques de Galien et son érudition sur Hippocrate. Cette édition permet aussi de comprendre un chapitre important de l’histoire de la médecine, notamment sur les théories de la digestion et des fièvres. Mais ce livre a surtout un grand intérêt pour l’histoire de la philosophie : Galien défend l’idée que c’est dans le Régime des maladies aiguës qu’Hippocrate a inventé, avant Platon et Aristote, la méthode logique des philosophes.

Antoine Pietrobelli est helléniste et philologue, spécialiste d’histoire de la médecine. Il est maître de conférence habilité à diriger des recherches à l’Université de Reims et membre de l’Institut Universitaire de France. En 2005, il a découvert un nouveau manuscrit de Galien à Thessalonique qui contenait des inédits, dont le Ne pas se chagriner publié en 2010 dans la CUF. Il a publié de nombreux articles sur Galien et la médecine galénique.

Table des matières

Introduction

I. Place du commentaire dans le corpus galénique
1. L’ordre des commentaires hippocratiques
2. Datation du traité
3. Liens avec d’autres textes du corpus

II. Un commentaire hippocratique
1. Qu’est-ce qu’un hypomnèma ?
2. Héritage alexandrin
3. Galien philologue
4. Genre en gestation
5. Stochastique du destinataire
6. Principes du commentaire médical

III. Ptisane et maladies aiguës
1. Qu’est-ce qu’une maladie aiguë ?
2. Recettes de ptisane
3. Éloge hippocratique
4. Culte galénique
5. Digestion, coction et décoction

IV. Un discours de la méthode
1. Hippocrate inventeur de la méthode logique
2. Le problème de la ptisane
3. Diorismes
4. La démonstration linéaire

Histoire du texte

V. La tradition manuscrite directe
L’archétype des manuscrits grecs
Présentation et classement des manuscrits

VI. La tradition indirecte
VII. Les éditions imprimées

Stemma
Conspectvs siglorvm

Texte et traduction

Notes complémentaires
Bibliographie
Index nominvm
Index opervm

Livre broché
12.5 x 19.3 cm
Français, Grec ancien
Collection des universités de France Série grecque – Collection Budé – N° dans la collection : 545
Parution : 23/05/2019

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

« Memento Marie Regards sur la galerie Médicis »

Héritages critiques  – vol. 10

dirigé par Emmanuelle Hénin et Valérie Wampfler

Le cycle peint par Rubens à la gloire de Marie de Médicis est un des plus importants et des plus audacieux de la première modernité, sur le plan pictural comme sur le plan politique. Ce livre ambitionne de faire revivre cette galerie, telle que les visiteurs la contemplèrent au palais du Luxembourg de son inauguration en 1625 à son démantèlement en 1780. Il en réunit une dizaine de descriptions, rédigées en latin, italien ou français – certaines sont inédites, d’autres traduites pour la première fois –, ainsi que des extraits du débat sur les allégories. Tous ces textes sont précisément annotés et complétés par une série d’études associant historiens, historiens de l’art et philologues.

Ces descriptions anciennes sont d’autant plus précieuses que le langage de la galerie est volontairement chiffré: en s’assimilant secrètement aux déesses Junon et Minerve, et même à la Vierge, Marie de Médicis réécrit l’histoire pour laisser un monument à la gloire de son règne. Le langage allégorique de Rubens, empreint d’une immense érudition numismatique et archéologique, dissimule le formidable orgueil et les constantes transgressions de la reine. Ce retour aux sources contemporaines du cycle jette une nouvelle lumière sur sa signification, tout en proposant autant de visites virtuelles, de récits de l’histoire de France et de leçons de peinture. Ce Memento Marie rend hommage au génie pictural et politique de Rubens, artisan de la mémoire de la médicéenne.

Ont contribué à ce volume:

• Marianne Cojannot-Le Blanc est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des arts du xviie siècle et membre du comité de rédaction de la Revue de l’art. Elle a publié des monographies consacrées à Abraham Bosse (D’acide et d’encre. Abraham Bosse (1604 ?-1676) et son siècle en perspectives, 2004), à Nicolas Poussin (À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul, de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, 2012) et à la galerie Médicis de Rubens (Rubens, des camées antiques à la galerie Médicis, 2018, avec Évelyne Prioux).

• Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’EHESS. Spécialiste d’histoire politique et sociale de la France d’Ancien Régime, elle travaille sur les relations entre le pouvoir souverain, la famille royale et la construction domaniale, cherchant à saisir par le croisement de la théorie et de la pratique monarchique les élé­ments de la modernité politique. Elle a publié notamment La Reine de France (Gallimard, 2000) ; L’Absolutisme en France, Histoire et historiographie, en collaboration avec Robert Descimon (Le Seuil, 2002) ; Le Rang, Préséances et Hiérarchies (Gallimard, 2016).

• Emmanuelle Hénin est professeur de littérature comparée à la Sorbonne après avoir longtemps enseigné à Reims. Elle travaille sur les poétiques et la théorie artistique de la première modernité, sur la scénographie et les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié Ut pictura theatrum : peinture et théâtre, de la Renaissance italienne au classicisme français (Droz, 2003), ainsi que Ceci est un boeuf : la querelle des inscriptions dans la peinture (Brepols, 2013). Elle a construit une base de données concernant la fortune des anecdotes sur la peinture antique (www.pictorinfabula.com).

• Stéphane Lojkine est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au CIELAM, directeur de la Fédération CRISIS et responsable du master « Littérature et Psychanalyse ». Spécialiste de Diderot, il dirige la base de données Utpictura18. Il a publié La Scène de roman (A. Colin, 2002), Image et subversion (J. Chambon, 2005), L’Œil révolté (J. Chambon, 2007) et est à l’origine de l’exposition et du catalogue Le Goût de Diderot (Hazan, 2013). Il a dirigé avec P. Ronzeaud Fictions de la rencontre (PUP, 2011), et avec A. Paschould Diderot et le temps (PUP, 2016).

• Laëtitia Pierre est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne où elle est chargée de cours depuis 2005. Professeur à l’Istituto Marangoni, elle dirige les mémoires de mas­ter des étudiants en histoire du costume et de la mode en cotutelle avec Manchester University. Elle a été chargée d’études au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) et dans le cadre du projet de recherche ACARES (LabEx SMS Toulouse Univ. / CNRS). Sa thèse de doctorat est consacrée à l’œuvre pédagogique et littéraire de Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) et ses travaux de recherche portent sur la pédagogie de l’art et de la mode (xviie-xxie siècles).

• Valérie Wampfler est maître de conférences de langue et littéra­ture latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. À travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines inédites de Claude-Barthélemy Morisot (1592-1661), elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur l’usage des modèles antiques (littérature, politique, iconogra­phie), ainsi que sur les centres d’intérêt qui occupent les cercles érudits du premier xviisiècle : récits de voyage, débats littéraires, scientifiques (alchimie, paracelsisme) et politiques notamment.

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2374960846
ISBN-13 9782374960845

Crédit: Henri IV reçoit le portrait de Marie de Médicis,
Pierre Paul Rubens (1577-1640), © RMN-Grand Palais (musée du Louvre),
René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

 

 

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 5)
CRIMEL-CIRLEP
2019-2020

Séminaire dirigé par Christine Chollier (CIRLEP), Anne-Elisabeth Halpern (CRIMEL), et Alain Trouvé (CRIMEL)

 

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Semestre 1 :

Jeudi 19 Septembre 2019 :

Bertrand Marchal (U. Sorbonne Paris IV) : « La notion de fiction selon Mallarmé »

Lieu : (BU Robert de Sorbon, Salle 140)

Jeudi 10 Octobre 2019 :

Marika Piva (U. de Padoue) : « La fiction comme invention d’une forme et d’une signification »

Lieu : (BU Robert de Sorbon, Salle 140)

Jeudi 14 Novembre 2019 :

Anne-Elisabeth Halpern (CRIMEL) : « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman . »

Lieu : (BU Robert de Sorbon, Salle 140)

Semestre 2 :

Mercredi 22 janvier 2020 :

Alain Trouvé (CRIMEL) : « Aragon / Breton : roman, poésie, fiction »

Jeudi 13 Février 2020 :

Jean-Louis Haquette (CRIMEL), « « L’histoire de ma vie » de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique. »

Lieu : BU Robert de Sorbon, Salle 140

Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13) – salle R202
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996 .

Du Théâtre Au Récit De Soi Dans Le Roman-mémoires Du XVIIIe Siècle

Charlène Deharbe, Du Théâtre au récit de soi dans le roman-mémoires du XVIIIe siècle, Leiden-Boston, Brill, 2016, 408 p.

Tout semble opposer le théâtre au récit de soi. Le premier se rattache aux arts du spectacle, tandis que le second relève de l’intime. Genre littéraire emblématique du XVIIIe siècle, le roman-mémoires invite à dépasser cette opposition. S’il place l’expérience vécue au cœur de son écriture, il s’approprie également le langage de la scène comique ou tragique au profit d’une fiction de l’intériorité. Ce livre montre ce que le roman-mémoires doit au théâtre, en étudiant comment son écriture s’élabore à partir de différents emprunts et procédés caractéristiques de la scène. En s’inventant au sein d’une culture dominée par le goût du spectacle, ce genre lègue ainsi à la littérature à venir les éléments constitutifs d’un langage de l’intime.

Charlène Deharbe est docteure ès en lettres et spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle, elle a publié, à la Société des Textes Français Modernes, la première édition critique de Dolbreuse (1783) de Loaisel de Tréogate.

 

  • Éditeur : Brill; Lam édition (28 avril 2016)
  • Relié : 408 pages
  • ISBN-10 : 9004313656
  • ISBN-13 : 978-9004313651

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Claude Lacourarie.

 

20 minutes de vocabulaire par jour. 50 séquences pour améliorer son expression

Karin Ueltschi , 20 minutes de vocabulaire par jour.  50 séquences pour améliorer son expression, Paris, Ellipse, 2016, 168 p.

Ce livre repose sur le pari qu’avoir des difficultés pour s’exprimer et trouver le mot juste n’est ni une fatalité, ni une maladie incurable ! La preuve avec cette méthode active et intuitive qui vous propose d’enrichir votre vocabulaire et d’acquérir rapidement plus d’aisance et d’élégance à l’écrit comme à l’oral.
50 séquences à faire en 20 minutes:
– Échauffement :
Repérer les erreurs dans un énoncé et identifier le problème
– Entraînement :
Exercices sur le sujet central de la séquence
– Approfondissement :
Corrigés détaillés accompagnés de rappels et conseils

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

168 pages
Publication : 2016
Format : 16,5 cm x 24 cm

ISBN : 9782340014978

Prix 12 €
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : 14wangs1, Vocabulaire – source : Flickr

LIRE AVEC DES IMAGES

La lecture littéraire – vol. 5-6 – 2002

SOMMAIRE :

LIRE AVEC DES IMAGES AU XIXe  SIÈCLE EN EUROPE

Évanghélia Stead : Présentation
Jean-Louis Haquette : Le discours de l’image dans les éditions de 1789 et de 1806 de Paul et Virginie
Tiphaine Samoyault : L’oeuvre visible illisible : à propos de Jerusalem de William Blake

Évanghélia Stead : Les deux Faust I d’Engelbert Seibertz, illustrateur in-folio de Goethe (1854)

Cahier iconographique n°I

Paul Edwards : « We see not to the close » La photographie lectrice de la littérature : Alfred Tennyson recentré par les images de Julia Margaret Cameron (1874-1875)
Eliseo Trenc : Crisantemes d’Alexandre de Riquer (1899) : la mise en scène du poème en prose
Hélène Védrine : Textes solubles dans l’image : les ouvrages de Remy de Gourmont aux éditions du Mercure de France (1892-1913)
Philippe Kaenel : L’illustration parabolique : à propos des Paraboles (1908) illustrées par Eugène Burnand

Cahier iconographique n°II

Problème de lecture 

Franck Wagner : Lire l’entre-deux
Dominique Ducard : Proust interroge le linguiste
Cécile Hayez : La signature comme rupture du contrat de lecture. Ou l’histoire triste d’un mariage qui finit mal
Michael Rinn : Le Sang du Ciel de Piotr Rawics : pour une lecture déplacée
Sylvie Ducas : Roman auctorial et fiction biographique : l’écrivain-lecteur ou le paradigme de la lecture dans la rhétorique de la vocation littéraire
Emmanuel Legeard : Le personnage de lecteur ou la morale méthectique du roman

Pages : 211 p.
ISBN : 2-252-03089-5

Crédit : Illustration de couverture : d’après Mathilde Ade-München, Ex-libris Maurice Maeterlinck, publié dans Ex-libris, Zeitschrift für Bücherzeichen — Bibliotheckenkunde und Gelehrtengeschichte, Jg. XIV , 1904, p. 79.