Tous les articles par Emma Simon

rédiger un billet pour les carnets du crimel : la marche à suivre et mon ressenti

Madame Bohnert, spécialiste du XVIIe siècle, a beaucoup travaillé sur La Fontaine. L’aspect mythologique et la fable l’intéresse. Elle entretient des cours au sein du master pour les Humanités Numérique pour faire participer les étudiants sur un projet numérique du nom de EMAN. C’est elle qui m’a formé le 15 mars 2021, en compagnie de trois autres camarades, pour me montrer comment on peut mettre des informations dans les différents onglets du site des carnets du CRIMEL.

Pendant la formation à l’initiation d’utilisation des carnets du CRIMEL, nous avons pu découvrir l’interface administrateur et nous avons pu apprendre à publier un article. Pour cela, il faut se rendre sur l’espace administrateur et retrouver dans le tableau de bord à gauche, la catégorie « articles » et cliquer sur « ajouter ». Le premier point à regarder lorsque l’on publie un article, c’est la question de la mise en forme du texte que l’on veut publier. Le titre s’écrit automatiquement en majuscules, il faut seulement penser aux accents. Pour rédiger un compte rendu, il faut reprendre le titre de l’ouvrage et placer entre parenthèses le nom du directeur. Il faut cependant penser à la présentation des informations car il est bon que cette présentation soit harmonisée entre les différents billets.

En ce qui concerne l’espace pour rédiger le billet, il correspond à l’interface que l’on peut trouver sur un support de traitement de texte : il est possible de rédiger en gras, en italique, souligner, de placer un indice ou de centrer un texte. Nous pouvons également insérer un lien en copiant l’URL en question, en sélectionnant le texte où l’on veut mettre le lien et en ajoutant le lien avec le bouton correspondant. Il est aussi possible de casser un lien, donc de l’enlever. En revanche, lorsque l’on veut mettre en ligne un billet concernant les évènements, il faut utiliser le code #a31a1a. À tout moment, lorsque l’on publie un billet, il est possible de prévisualiser ce que l’on est en train de faire. Cela permet de mieux se rendre compte des modifications qui peuvent être nécessaires.

Nous avons également pu découvrir comment insérer une image dans un billet. Pour cela, il faut cliquer sur le bouton « Ajouter un média ». Nous arrivons alors dans la médiathèque des carnets du CRIMEL qui rassemble toutes les images déjà utilisées ainsi que les pdfs ou autres types de documents que l’on a pu déposer dans les billets. Mais il est aussi possible d’importer une image depuis son ordinateur en choisissant l’option « Téléverser des fichiers ». Une condition : les documents doivent faire moins de 10 méga octets. Pour ne pas confondre un lien URL avec un lien de téléchargement (pour un pdf par exemple), il faut indiquer juste avant d’afficher le lien que c’est un téléchargement, en l’écrivant en majuscule et de la même couleur que les évènements.

Il reste ensuite deux choses à faire : annoter la date du billet (le publier tout de suite si c’est un évènement). En revanche, lorsque l’on veut placer un billet au bon endroit, notamment lors d’un rattrapage de billets non-rédigés, il faut placer une date entre le dernier billet mis en ligne et la date de l’avant dernier billet. La seconde chose à faire est de placer le billet dans la bonne catégorie.

Et la dernière chose est de ne pas oublier de placer l’image mise en avant, sous la forme de bandeau. Cet effet de signature en images permet un effet de série entre les billets. Pour cela il faut cliquer sur le bouton « Image mise en avant » et choisir l’image correspondante. Il faut au préalable préparer l’image aux bonnes dimensions. Lorsque l’on partage une image, il faut absolument penser à annoter les crédits. Le droit français insiste sur le fait que toute image doit être créditée. On inscrit les droits tout en bas du billet avec le gris clair. Si l’on ne donne qu’un extrait d’une image, il faut placer juste avant la référence l’expression « D’après ».  Ensuite il faut instaurer, le nom de l’auteur, le titre de l’ouvrage, et si possible ajouter la source avec un lien vers l’image dans son contexte numérique d’origine. Si l’image nous appartient, il faut préciser « Collection particulière ».

Ayant déjà réalisé de la rédaction de publications à portée informative sur des forums en ligne, ce type d’interface ne m’était pas inconnue. J’étais déjà très à l’aise avec l’outil qui n’était pas si différent d’un support de traitement de texte. En revanche, j’ai beaucoup appris sur la manière dont il faut écrire un billet critique. Je me suis sentie libre une fois la formation aboutie, j’ai pu participer au rattrapage des billets non-rédigés notamment ceux de la collection Héritages Critiques.

 

Crédit: Collection particulière, gravure et caricature du lecteur-chercheur datant du XIXe siècle.

La Princesse légère et autres contes

Héritages critiques  – vol.9

dirigé par Yannick Bellenger-Morvan

Auteur reconnu à l’époque victorienne, ami de John Ruskin et de Lewis Carroll, George MacDonald semble s’être évanoui dans les vapeurs épaisses de la révolution industrielle. « La Princesse légère » fait néanmoins partie des récits de cet écrivain écossais qui ont traversé le temps – et la Manche – avec succès. Cette histoire morale d’une princesse sans gravité enthousiasme encore les petits britanniques lesquels n’ont pas toujours un accès direct au texte, puisqu’ils se contentent d’explorer le royaume de Lagobel en empruntant d’autres chemins médiatiques, comme ceux de l’album, du film (BBC, 1985) ou de la comédie musicale.

Or même s’il reste peu connu Outre-Manche, George MacDonald n’en demeure pas moins une des grandes figures du patrimoine littéraire anglais. Ses contes merveilleux, dont il renouvelle la forme et les enjeux, fondent le genre de la fantasy moderne et ont inspiré des auteurs de premier ordre, tels C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien ou Madeleine L’Engle. Pour autant, la dernière traduction française de son best-seller, « La Princesse légère » remonte à 1981, et d’autres récits de MacDonald sont encore aujourd’hui introuvables, même en langue anglaise. En rassemblant une sélection de contes, cette nouvelle traduction, qui réunit plusieurs études critiques, cherche à pallier ce manque.

Ont contribué à ce volume:

  • Yannick Bellenger-Morvan est maître de conférences à l’université de Reims. Auteure d’une thèse sur les contes pour enfants de C. S. Lewis, elle s’intéresse aux cultures de l’enfance et de l’adolescence selon leurs multiples supports (littéraires, graphiques, audiovisuelles). Elle a codirigé l’ouvrage Littérature pour la jeunesse et identité culturelle populaire aux Éditions et presses universitaires de Reims (2016).
  • Virginie Douglas est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université de Rouen Normandie. Ses travaux portent sur la littérature britannique pour la jeunesse, en particulier sur la théorie, la narration et la traduction de ces livres. Elle a dirigé les ouvrages Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse (avec F. Cabaret, 2014) et État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).
  • Anne-Frédérique Mochel-Caballero est agrégée d’anglais et docteure en langue, littérature et civilisation des pays anglophones. Elle enseigne à l’université de Picardie Jules Verne. Elle est l’auteure de L’Évangile selon C. S. Lewis, Le dépassement du masculin / féminin dans la quête de Dieu (2011). Elle s’intéresse à la fantasy, aux représentations du masculin/féminin et à l’intertextualité biblique.
  • Benjamine Toussaint est maître de conférences à Sorbonne Université et membre du Centre de recherches VALE (EA 4085). Elle enseigne la traduction ainsi que l’histoire et la littérature écossaises et sa recherche porte sur les questions d’identité nationale et genrée dans la littérature écossaise des 19e et 20e siècles.
Support Livre broché
Nb de pages 356 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960730
ISBN-13 9782374960739
Crédits : Sir Edward Coley Burne-Jones, Summer Snow, engraved by the Dalziel Brothers, 1863. © Tate Images