Tous les articles par administrateur

Les Livres de Mythologie de Natale Conti (1567) à Jean Baudoin (1627) : histoire d’une méthode herméneutique

Journée d’étude organisée par Céline Bohnert (CRIMEL – URCA EA 3311) et Rachel Darmon (IRCL – UMR 5186).

PROGRAMME

vendredi 23 mars 2018 – bât. Recherche, salle E11

10h Ouverture de la journée par Jean-Louis Haquette, directeur du CRIMEL

Présentation de la collection « Héritages critiques » par Bernard Teyssandier (CRIMEL)

10h20-11h20 Victor Gysembergh (fondation Alexander-von-Humboldt, Freie Universität, Berlin) :
« Pourquoi traduire un helléniste faussaire ? Le cas Natale Conti »
11h20-12h20 Rachel Darmon (IRCL, Université Montpellier III) :
« La trace du traducteur : la Mythologie du latin au français »
Déjeuner
14h-14h45 Valentine Vidal (IRCL, Université Montpellier III) :
« Fonction des fables des Enfers dans le livre I de la  Mythologie »
14h45-15h45 Céline Bohnert (CRIMEL, Université Reims Champagne-Ardenne) :
« Jean Baudoin passeur d’Antiquité »
Pause
16h-17h30 Atelier collaboratif : éditer Les Livres de Mythologie, comment, pour qui ?

CONTACTS
celine.bohnert@univ-reims.fr

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment Recherche – Salle E11
57, rue Pierre Taittinger – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme

« La lecture littéraire dans tous ses états »

DATES
28 mai-31 mai 2018

LIEUX
Lundi 28 mai:
Hôtel de Ville, salle des fêtes
9 place de l’hôtel de ville – Reims

Mardi 29 mai:
Le Cellier, salle La Môme Moineau
4 rue de Mars – Reims

 

Mercredi 30 mai:
Médiathèque Jean Falala
2 rue Fuseliers – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme définitif Rencontres de Reims

Cette manifestation est organisée par l’équipe Approches Interdisciplinaires et Internationales de la Lecture (A2IL), avec le soutien de deux laboratoires de SHS, le CRIMEL (EA3311) et le CIRPEL (EA4299), de l’Université de Reims Champagne-Ardenne et de la Ville de Reims.

« Muses naissantes ». Écrits de jeunesse et sociabilité lettrée (1645-1655)

Héritages critiques  – vol. 8

Les écrits rassemblés ici sont les traces les plus tangibles d’un groupe de jeunes auteurs (nés autour de l’année 1620), que les historiens de la littérature ont coutume d’appeler les « Palatins » (ou « Paladins ») de la « Table Ronde » et qui aurait rassemblé Cassandre, Charpentier, Furetière, La Fontaine, Maucroix, Pellisson et Tallemant des Réaux. Plus qu’un témoignage sur une société constituée, leur production qu’on peut situer entre 1645 et 1655 constitue un observatoire privilégié pour analyser leurs manières de se mettre en scène, collectivement et individuellement, à l’entrée dans la « carrière ». Elle permet aussi d’examiner les trajectoires sociales et les options d’écriture qui s’offrent à eux comme autant de possibles.

Ont contribué à ce volume:

  • Karine ABIVEN, maître de conférences à Sorbonne Université, est l’auteur de L’Anecdote ou la fabrique du petit fait vrai. Un genre miniature de Tallemant des Réaux à Voltaire (Classiques Garnier, 2015), et codirectrice de plusieurs ouvrages collectifs, en particulier sur l’écriture de l’histoire et de l’actualité, dont les numéros 78 et 94 de la revue Littératures classiques. Elle prépare actuellement une exploration numérique du corpus des libelles de la Fronde.
  • Helwi BLOM, post-doctorante à l’Université Radboud de Nimègue, est spécialiste de l’histoire du livre et de la littérature française de l’époque moderne. Elle est auteure d’une thèse sur la réception de la littérature chevaleresque médiévale dans la France du XVIIe siècle (Université d’Utrecht, 2012). Ses travaux actuels sont consacrés à la Bibliothèque bleue et aux catalogues de bibliothèques privées publiés en France entre 1650 et 1730.
  • Emmanuel BURY, professeur à Sorbonne Université, est l’auteur de Littérature et politesse. L’invention de l’honnête homme (1580-1750) (PUF, 1996) et de L’Esthétique de La Fontaine (Sedes, 1996). Il a dirigé de nombreux ouvrages, dont, avec C. Meiner, La Clarté à l’âge classique (Classiques Garnier, 2013).
  • Damien FORTIN, ATER à l’Université de Lorraine, a consacré sa thèse de doctorat aux récits biographiques de La Fontaine (1650-1850). Ce travail est en cours de publication.
  • Claudine NÉDELEC, professeur émérite à l’Université d’Artois, est spécialiste des formes du comique au XVIIe siècle (burlesque, grotesque, héroïcomique…), ainsi que de la galanterie, des arts de cour et des stratégies éditoriales de cette époque. Elle a publié notamment Les États et empires du burlesque, (H. Champion, 2004); Paul Scarron, Le Roman comique, éd. critique (Classiques Garnier, 2010); avec Marie-Claude Canova-Green: Ballets burlesques pour Louis XIII. Danse et jeux de transgression (1622-1638) (Société de Littératures classiques, 2012); avec Nathalie Grande: « La galanterie des Anciens » (Littératures classiques, n° 77, 2012-1); avec Jean Leclerc: Charles, Claude, Nicolas et Pierre Perrault, Le Burlesque selon les Perrault. Œuvres et critiques (H. Champion, 2013).
  • Nicolas SCHAPIRA, professeur d’histoire moderne à l’Université Paris Nanterre, est membre du CHISCO (Nanterre) et du Grihl (EHESS/CRH – Paris 3). Ses recherches portent sur l’histoire du fait littéraire et sur les pratiques d’écriture au sein des pouvoirs d’Ancien Régime. Il est l’auteur notamment de: Un Professionnel des lettres au XVIIe siècle. Valentin Conrart une histoire sociale (Champ Vallon, 2003); avec Christian Jouhaud et Dinah Ribard, Histoire littérature témoignage. Écrire les malheurs du temps (Gallimard, 2009). Avec Dinah Ribard, il a dirigé: On ne peut pas tout réduire à des stratégies. Pratiques d’écriture et trajectoires sociales (PUF, 2013) et a participé à plusieurs chapitres de l’ouvrage: Écriture et action. Une enquête collective (EHESS, 2016).
  • Sophie TONOLO est rédactrice lexicographe au Service du Dictionnaire de l’Académie française et membre du laboratoire « Dynamiques patrimoniales et culturelles » de l’Université de Versailles Saint-Quentin-en-Yvelines. Ses recherches portent notamment sur la question des relations entre poésie et société au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 298 p.
ISBN-10 2374960536
ISBN-13 9782374960531

Écrire l’actualité : Edme Boursault spectateur de la cour et de la ville

Héritages critiques  – vol. 7

Si l’histoire littéraire a fait peu de place à Edme Boursault (1638-1701) en le réduisant au rôle d’adversaire de Molière ou de Boileau dans des polémiques, il n’en fut pas toujours ainsi sous l’Ancien Régime. Polygraphe pratiquant le théâtre, la lettre, le roman, la fable, le journalisme, Boursault sut s’adapter à l’esprit de son temps et innover en bien des domaines en abolissant les frontières des genres. Son influence fut durable au cours du XVIIIe siècle qui le cite souvent.

Le présent ouvrage rassemble, pour la première fois dans une édition critique, La Comédie sans titre, qui fut un succès de représentation jusqu’à la Révolution et qui peut passer pour la première grande comédie à prendre pour sujet le journalisme naissant, et les Lettres nouvelles, un recueil que l’auteur composa à la fin de sa vie en reprenant parfois des écrits plus anciens pour offrir au public une image de lui-même tout en le divertissant. Car au-delà des destinataires affichés, qui parfois le rémunéraient, son intention est bien de toucher un public plus large en le faisant spectateur de la cour et de la ville au moment où le règne de Louis XIV s’assombrit et où la comédie se veut moralisante face à la corruption des mœurs.

Ont contribué à ce volume :

  • Antonella Amatuzzi, professeur à l’Université de Turin; ses travaux portent dans le domaine linguistico-culturel sur la littérature politique et la fable du XVIIe siècle, en particulier sur Antoine Furetière.
  • Marie-Ange Croft, coordinatrice du Centre interuniversitaire de recherche sur la première modernité XVIe-XVIIIe siècles (CIREM 16-18) de l’Université du Québec à Rimouski. Elle a consacré sa thèse à Boursault; ses recherches portent sur le théâtre et les périodiques de la fin du règne de Louis XIV.
  • Françoise Gevrey, professeur émérite à l’Université de Reims; ses publications portent sur la fiction et sur la littérature morale de la fin du XVIIe et du XVIIIe siècle.
  • Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims; après une thèse sur les périodiques du XVIIIe siècle, l’essentiel de ses travaux concerne la presse de l’Ancien Régime et l’image du journaliste.
  • Guy Spielmann, enseignant-chercheur à l’Université de Georgetown (Washington); ses travaux concernent les arts du spectacle, et en particulier la scénographie, le théâtre de la foire, la commedia dell’arte.
  • Francine Wild, professeur émérite à l’Université de Caen; ses publications portent sur l’anecdote, les mémoires, l’épistolaire et l’épopée au XVIIe siècle.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 528 p.
ISBN-10 2374960463
ISBN-13 9782374960463

 

Auerbach, Grigorovitch, Němcová : trois récits villageois autour de 1848

Héritages critiques  – vol. 6

La littérature de veine régionaliste n’a pas toujours bonne presse, qu’elle soit considérée comme mineure et périphérique, ou comme passéiste, voire conservatrice. Cette assimilation hâtive méconnaît le terreau humaniste et libéral dans lequel le genre du récit villageois a vu le jour dans les années 1840. Afin de mieux saisir le caractère transnational de cette vogue littéraire, nous rassemblons dans ce volume des traductions de récits villageois européens: Ivo, le petit prêtre (1843) de Berthold Auerbach (auteur des célèbres Histoires villageoises de la Forêt-Noire), Le Village (1846) du Russe Dmitri Grigorovitch, et Bára la sauvageonne (1856) de la Tchèque Božena Nemcová.

La forme modeste du récit villageois est trompeuse: elle masque une ambition sociale et esthétique qui conduit à le lire comme un laboratoire où s’écrit la nation, mais sur un mode critique, ainsi que l’illustre l’exemple fondateur d’Auerbach, écrivain allemand de confession juive, chantre de la Heimat incarnée par le microcosme villageois où s’élabore, entre union et dissensions, une communauté nationale travaillée par le divers.

Ont contribué à ce volume :

  • Anne Coldefy-Faucard est maître de conférences en littérature russe à Paris-Sorbonne, où elle enseigne la littérature russe et la traduction littéraire. Elle est traductrice et a publié une soixantaine de traductions (dont des œuvres de Gogol, Grossman, Soljénitsyne, Alexievitch).
  • Dalibor Dobiáš, directeur du département d’études sur le xixe siècle à l’Institut de la littérature tchèque à Prague, est comparatiste et spécialiste des littératures slaves. Il a co-dirigé un ouvrage sur les Manuscrits de Dvur Kralové et Zelená Hora, et a co-édité les œuvres de Jirí Gruša.
  • Cécile Gauthier est maître de conférences en littérature comparée à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Elle a publié L’imaginaire du mot « slave » dans les langues française et allemande, entre dictionnaires et romans (Editions Petra, 2015).
  • Hans Otto Horch est professeur émérite à l’Institut für Germanistische und Allgemeine Literaturwissenschaft, à l’Université technique de Rhénanie-Westphalie à Aix-la-Chapelle, où il fut le premier à occuper, à partir de 1992, la chaire d’histoire littéraire consacrée à l’étude de la littérature et de l’histoire culturelle judéo-allemande.
  • Luba Jurgenson est professeure en littérature russe à Paris-Sorbonne. Ses recherches portent sur la littérature du témoignage et la mémoire des violences ainsi que la littérature contemporaine. Elle a traduit, entre autres, Chalamov, Margoline, Guirchovitch, Lebedev.

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 288 p.
ISBN-10 2374960307
ISBN-13 9782374960302

De Bagdad à Constantinople: le transfert des savoirs médicaux (XI-XVe siècles)

DATE
Jeudi 24 et vendredi 25 mai 2018

LIEU
Jeudi 24 mai:
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Maison de la Recherche (Bât. 13 – Salle polyvalente)
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Vendredi 25 mai:
Bibliothèque Carnegie, Auditorium
2, place Carnegie – Reims

TÉLÉCHARGEMENT
Programme du colloque
Affiche du colloque

Colloque Le Temps des passions (XIXe-XXIe siècles)

Reims, les 16 & 17 novembre 2017

 

L’objectif de ce colloque, portant sur la littérature française et étrangère du XIXème au XXIème siècles, est d’étudier la représentation des passions du point de vue du temps.

            Quatre axes sont envisagés pour une réflexion qui s’inscrira à la fois dans la poétique historique et la théorie de la lecture :

  • Orientation temporelle : une passion se trouve, selon les cas, orientée vers le passé, le présent ou le futur, avec des combinaisons possibles (l’espoir est tourné vers le futur, le regret vers le passé, la peur vers le présent ou le futur). Le texte littéraire configure cette orientation de façon plus ou moins attendue en fonction de la situation, du genre ou de la forme littéraire, avec des effets sur le lecteur à apprécier.
  • Évolution : une passion qui dure a ses degrés et ses formes spécifiques selon les moments, qu’elle progresse, régresse ou se modifie. Les temps forts de la passion peuvent prendre une tournure remarquable notamment dans les cas de choc et de crise (intime, relationnelle, collective). Il s’agira d’en étudier les formes (surgissement, conflit, rupture) et les effets (comme dans le cas des traumatismes).
  • Temps social : les passions des personnages se rencontrent, se confrontent, s’associent, entrent en conflit. Leur mise en relation s’inscrit dans la vie sociale, restreinte ou étendue. Le temps social joue également un rôle dans les passions du lecteur, ne serait-ce qu’à travers la codification culturelle de la lecture.
  • Historicité, anhistoricité, anachronisme : si les historiens contemporains ont bien mis en valeur l’historicité des passions, il faut compter, dans la littérature, avec une temporalité spécifique (dates, époques, régimes), ainsi qu’avec les phénomènes d’anachronisme (quand telle ou telle passion paraît inactuelle), voire d’anhistoricité – toutes questions qui se posent également sur le plan de la réception.

Régine Borderie, Vincent Jouve.

Programme du colloque

Affiche du colloque

Visuel : Bill Viola, Six heads, 2000, photo Kira Perov

Projet de base de données sur les collectionneurs de livres en Champagne

Beaucoup de ces bibliophiles ont été ou seront les bienfaiteurs de nos dépôts publics. Les faire connaître, c’est donc aider à la reconstitution de leurs collections, c’est favoriser le goût des livres chez les particuliers en leur procurant des motifs salutaires d’émulation, c’est enfin offrir à tous des modèles délicats d’art, d’esprit et de savoir.

Henri Jadart, Les Bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, p. II.

Présentation générale de la base de données

Dans l’histoire de la constitution et du développement des bibliothèques publiques françaises, l’apport des collections privées fut déterminant. La présence d’ensembles de livres dans les fonds anciens des collections publiques, à la suite de dons, de legs ou encore par le biais indirect des saisies révolutionnaires, nous fait entrevoir l’importance des initiatives privées qui se sont développées parallèlement voire même en amont des initiatives publiques. Elles forment une « constellation d’aventures personnelles »[1] placées au cœur de ce projet.

La base de données « Collectionneurs de livres en Champagne, XVe-XXIe siècles », au coeur du projet ALiPaT, se propose de mettre en lumière cette réalité parfois méconnue du grand public afin de valoriser et renforcer la visibilité des riches collections des bibliothèques champenoises[2]. Elle constitue aussi un outil scientifique pour l’analyse de la pratique de la collection de livres en région et l’étude des bibliothèques privées champenoises depuis la fin du Moyen Âge jusqu’à nos jours. C’est pourquoi elle ne se limite pas aux fonds privés toujours présents matériellement dans les bibliothèques publiques. Elle permet également de découvrir des collections de livres dispersées au gré des ventes ou même disparues et dont on a parfois perdu la trace, mais qui sont représentatives des pratiques de collection sur le territoire.

Il s’agit donc d’un outil unique destiné à la fois aux acteurs du patrimoine, aux chercheurs mais aussi aux curieux, qui rassemble, signale et met à disposition des données éparpillées concernant à la fois les collections de livres et les individus auxquels celles-ci ont appartenu.

Ses objectifs principaux sont :

  • permettre l’analyse approfondie de certaines bibliothèques en donnant une vision d’ensemble de celles-ci et en signalant les sources qui en permettront la reconstitution virtuelle ;
  • conduire, parallèlement à l’étude des contenus, vers une meilleure connaissance du geste collectionneur en saisissant une pratique dans sa diversité mais aussi dans ses évolutions.

Si la base a pour extension géographique actuelle l’ancienne région Champagne-Ardenne, elle pourrait être envisagée comme une première étape vers une enquête élargie à la nouvelle région Grand-Est.

Description et perspectives

Cette base de données prosopographique qui allie informations biographiques et descriptif des collections est le résultat d’une exploitation conjointe de diverses sources. Au départ de l’enquête se trouvent trois répertoires dressés à la fin du XIXe siècle et au début du XXe siècle par des érudits, historiens et bibliothécaires champenois sur les collectionneurs de la région. Leurs recherches, qui couvrent les départements de l’Aube, de la Marne et des Ardennes, ont été menées principalement à partir de marques de possession[3]. Les données tirées de ces répertoires ont été croisées avec celles qui sont accessibles sur le portail numérique du Catalogue Collectif de France (CCFr) telles que les fiches collectionneurs qui signalent les dons et les legs les plus importants des deux derniers siècles principalement et qui ont été récemment enrichies par l’association Interbibly. La recherche dans les catalogues informatisés des bibliothèques municipales à partir de marques de provenance et d’ex-dono a permis, quant à elle, de mettre en évidence des collectionneurs qui ne sont mentionnés ni dans les répertoires d’érudits ni dans les fiches du CCFr. Enfin, les sources traditionnelles de l’histoire du livre ont été mobilisées : catalogues de vente, inventaires après décès, inventaires de saisies révolutionnaires ou encore catalogues des dépôts littéraires.

Parmi le millier d’individus signalés, nous avons établi une liste provisoire d’environ 300 collectionneurs suffisamment documentés pour qu’on puisse retrouver un état de leur bibliothèque à un instant donné, à partir d’un inventaire ou d’un catalogue[4]. L’objectif n’est pas de donner une description des collections exemplaire par exemplaire mais plutôt d’en présenter une vision d’ensemble qui servira à des études plus approfondies de bibliothèques privées champenoises.

Les collections retenues ici répondent également à deux exigences : leur taille et leur ancrage régional. Nous avons privilégié ce que l’on nomme les petites, moyennes et grandes bibliothèques en excluant ainsi les bibliothèques « minimales » à livre unique ou à moins de dix titres[5]. De plus, nous nous sommes concentrés sur les collections établies dans la région et les collectionneurs uniquement champenois. C’est pourquoi on ne trouvera pas ici certaines grandes bibliothèques comme celles de la famille Colbert originaire de Reims et de ses environs, la collection étant installée dans l’hôtel parisien du ministre. En revanche, on pourra accéder à une partie de la bibliothèque de l’humaniste provençal Fabri de Peiresc par le biais du chanoine châlonnais Guillaume Le Roy, un des principaux acheteurs des livres vendus à la mort du magistrat. Quant à la célèbre collection de la famille Bouhier, originaire de Bourgogne, aujourd’hui conservée à Troyes, elle ne figure pas dans la base parce qu’elle a été rachetée au XVIIIe siècle non pas par un collectionneur individuel mais par une institution, l’abbaye de Clairvaux[6].

Contrairement à d’autres bases de données consacrées à des bibliothèques privées, la base « Collectionneurs de livres en Champagne » ne se limite ni à quelques grandes collections remarquables ni à une source privilégiée. En rassemblant des données biographiques sérielles sur un échantillon conséquent et diversifié d’individus et en exploitant plusieurs types de sources, elle permet de saisir des formes de « collections », au sens large, qui ne tiennent pas seulement à la bibliophilie traditionnelle et à la recherche de livres rares et précieux. La notion complexe de « collection » a donc été employée ici de façon ouverte, comme pratique mais aussi comme résultat, pour permettre d’inclure dans une même réflexion des manières de rassembler et de composer un ensemble de livres aussi diverses que celles du chanoine humaniste Guillaume Fillastre (1348-1428), de l’avocat au parlement de Troyes et compilateur Michel Sémillard (1729-1796) ou de Marie-Louise Lefort (1874-1951), directrice d’un hôpital américain dans l’entre-deux guerres. Nous espérons, par cette approche large, poser des jalons pour la compréhension des enjeux que constituent les questions du rapport au livre, de sa possession et de sa collection à l’ère du numérique.

Ingénierie de recherche : Anne-Sophie Gallo, post-doctorante

 

[1] Dominique Coq, « Bibliothèques et marché du livre rare : économie d’une relation entre deux mondes », dans Enrichir le patrimoine des bibliothèques en région, Rennes, Apogée, 1996, p. 92.

[2] Bien que le cadre géographique de la base recouvre l’ancienne région Champagne-Ardenne, l’adjectif champenois, qui renvoie à une réalité historique plus large, a été retenu comme terme englobant.

[3] Il s’agit de Henri Jadart, Les bibliophiles rémois, leurs ex-libris et fers de reliure suivis de ceux de la bibliothèque de Reims, Reims, Michaud, 1894, d’Octave Guelliot, Bibliothèques et bibliophiles ardennais, Paris, Saffroy, 1927 et de Louis Roblin, Les bibliophiles de l’Aube, Chez l’auteur, Flamboin-Gouaix, 1929.

[4] Catalogue domestique, catalogue de vente, catalogue de libraire, inventaire après décès, etc.

[5] Pierre Aquilon, « Petites et moyennes bibliothèques 1530-1660 », dans Claude Jolly (dir.), Histoire des bibliothèques françaises, vol. 2, Les bibliothèques sous l’Ancien Régime, 1530-1789, Paris, Promodis, 1989, p. 226.

[6] L’extension de l’enquête aux acteurs institutionnels (abbaye, chapitre, université, société savante etc.) pourrait ainsi faire l’objet d’un développement ultérieur du projet.

Boecio a través del tiempo: la recepción de su obra y su influencia en las letras europeas de la Edad Media a nuestros días. Teología y Filosofía

affiche_boece2espJueves, 17 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Huntas

09h00 – Recepción de participantes y apertura del Coloquio. Bienvenida por parte del Director del Departamento de Filosofía y de las organizadoras del Coloquio: Alicia Oïffer-Bomsel, Sophie Conte y Elena Cantarino

09h30 – Conferencia inaugural: Christian Trottmann (Centre d’études de la Renaissance- Université de Tours), « Denis le Chartreux lecteur de la Consolation de la Philosophie »

10h15Miquel Beltrán (Universitat de les Illes Balears), « Una referencia a Boecio en la traducción de Alonso de Cartagena del Segundo Libro de Providencia de Dios, de Séneca »

11h00Discusión y Pausa

11h30Marina Mestre Zaragozá (ENS de Lyon), « La influencia de Boecio en el Sueño de Escipión de Vives »

12h15José M. Zamora Calvo  (Universidad Autónoma de Madrid), « Una exhortación a cultivar las virtudes: La posible conexión entre la Consolación de la Filosofía y la ética neoplatónica »

13h00Discusión y Comida

16h00Agustín Domingo Moratalla  (Universitat de València), « La Filosofía de la persona ante el desafío naturalista: pensar a Boecio desde Zubiri »

16h45Analía Manzur (Universidad Nacional de Salta-Argentina), « Boecio: la filosofía como cura del alma en La Consolación de la Filosofía »

17h30Discusión y Pausa

18h00Juan de Dios Bares Partal (Universitat de València), « Providencia, destino y azar en Boecio »

18h45Gabriel González Nares (Universidad Panamericana-México), « Relaciones entre causalidad, emanación y creación en el De hebdomadibus de Boecio »

19h30Discusión y Cierre de la jornada

Viernes, 18 de noviembre

Facultad de Filosofía y CC.EE. – Sala de Juntas

09h30Christophe Erismann (Université de Vienne – Institut des Études Byzantines), « Boèce et le statut ontologique des universaux: des textes divergents et leur discussion dans le Liber de anima de  Ratramnus de Corbie»

10h15Verónique Le Ru (Université de Reims Champagne-Ardenne), « Peut-on se consoler en regardant les étoiles ? »

11h00Jesús Conill (Universitat de València), « De Boecio a Zubiri: la realidad personal »

11h45 Discusión y Pausa

12h30 – Conferencia de clausura: Adela Cortina (Universitat de València), « ¿Es éticamente irrelevante el concepto de persona? »

13h15Discusión y Comida

16h00Francisco Castilla Urbano (Universidad de Alcalá), « Presencia de las ideas boecianas en la Historia de las Indias de Bartolomé de las Casas »

16h45Francisco Arenas Dolz (Universitat de València), « Boecio y la subordinación de la retórica a la dialéctica »

17h30Discusión y Pausa

18h00 – Mesa de comunicaciones:

  • Rodrigo Ballón (Universidad de Navarra), « Conocimiento divino del mal: Influencia de Boecio en Escoto Eriúgena »
  • Jaime Vilarroig (Universidad CEU-Cardenal Herrera), « La presencia de Boecio en la polémica de Auxiliis»
  • Raúl Francisco Sebastián Solanes (Universitat de València), « Crisis de la categoría de relación: La persona como individua substantia en Boecio »

19h30Discusión y Clausura del Coloquio

DATE
Jeudi 17 et vendredi 18 novembre 2016

LIEU
Universitat de València (España)
Facultad de Filosofía y CC.EE.
Sala de Juntas

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche du colloque
| Programme du colloque

Éthique, poétique et esthétique du secret de l’Ancien Régime à l’époque contemporaine

9789042930988Alors que notre époque semble ne laisser aucune place au secret, il est difficile d’imaginer quelle fut son importance dans la pensée et la pratique sous l’Ancien Régime. Le présent volume, issu d’un colloque international qui s’est tenu à Reims, examine ce que fut le secret durant les XVIIe et XVIIIe siècles, tout en ouvrant l’étude à des textes originels comme le Roman du Graal, à la période romantique avec Senancour, Chateaubriand et Stendhal, voire au XXe siècle. Les contributions déclinent les diverses formes du secret : discrétion, dissimulation, énigme, mystère, implicite, clandestinité, espionnage. Dans la première partie, elles touchent à l’anthropologie et au rapport qu’entretiennent le politique et la morale. Une esthétique du secret s’affirme quand les poètes, les peintres et les dramaturges sollicitent la participation du spectateur. Le «plaisir secret» se charge alors de valeur positive. Les auteurs, les libraires et les journalistes n’ignorent pas la valeur pragmatique du secret.

La seconde partie du volume porte sur les fictions. Le roman de cette époque élabore des dispositifs ingénieux pour exprimer ce qui est à la fois montré et caché. Il circonscrit le secret dans son ambiguïté, sans pouvoir le dire vraiment. Quel que soit son intérêt au Grand Siècle, le secret d’amour tend à se vider de son contenu pour mieux éclairer les processus de communication. Le roman du siècle suivant hésite entre la dissimulation et la transparence ; avec le conte, il use de l’énigme et de la mystification pour mener un combat idéologique et pour interroger l’inconscient jusque dans l’érotisme et l’inceste. Ainsi la poétique du secret qui se développe jusqu’au seuil du XIXe siècle permet de repenser plus largement le rapport du lecteur à la production littéraire.

Sous la direction de Françoise Gevrey, Alexis Levrier et Bernard Teyssandier.

Éditeur : Peeters Publishers
Collection : La République des Lettres ; 59
Nb de pages : 560 p.
ISBN-13 978-90-429-3098-8