Tous les articles par administrateur

Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie

SÉANCE DU JEUDI 7 FÉVRIER 2018

Natacha Rimasson-Fertin (Maître de Conférences, Université de Grenoble)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette contribution cherche à retracer l’évolution de la représentation de quelques êtres de la petite mythologie dans les Contes de Grimm au fil des éditions du recueil, du manuscrit de 1810 à la dernière édition revue par les Grimm de leur vivant, en 1857. En effet, sorcières et magiciennes, ondins et ondines, comme d’autres êtres surnaturels, n’ont pas toujours eu les traits que nous leur connaissons aujourd’hui et qui ont contribué à les ancrer durablement dans notre mémoire de lecteur.
À partir de plusieurs exemples illustrant le devenir de ces êtres sous la plume des Grimm, on s’interrogera sur le rôle à attribuer aux auteurs du plus célèbre recueil de contes allemands : plutôt que des collecteurs cherchant à sauver de l’oubli le petit peuple des croyances populaires, n’en auront-ils finalement pas été les fossoyeurs ?

 

Prochain rendez-vous : jeudi 7 mars, 16h30-18h30
Philippe Walter, Le nain tricoteur et fouettard du Chevalier au Lion (Chrétien de Troyes)

Soutenance de thèse de Stéphane Pouyaud

Stéphane Pouyaud

soutiendra sa thèse de doctorat

« Parodie et création romanesque dans les littératures européennes (Antiquité -XVIIIe siècle). Essai de poétique historique »

membres du jury :
Guiomar Hautcoeur (Univ. Paris Diderot-Paris 7)
Jean-Louis Haquette (Univ. Reims-Champagne Ardenne) (directeur)
Vincent Jouve (Univ. Reims-Champagne Ardenne)
Thomas Pavel (Univ. Chicago)

Quand :
Samedi 08 décembre 2018 à 14h30

Où :
Salle E13
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Saint Nicolas et Père Noël: du rouge et du noir

SÉANCE DU JEUDI 6 DÉCEMBRE 2018

Karin Ueltschi (Professeur, URCA)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Au carrefour de traditions immémoriales, inépuisables dans leur vitalité inouïe, le scénario de la Saint-Nicolas se décline en rouge et noir, et par le biais d’une hotte (ou d’un sac, ou de quelque charriot). On doit toujours se méfier des hottes de fin d’année qui peuvent véhiculer des objets, voire des personnes, soit pour les combler de joie, soit pour les entraîner dans un ailleurs menaçant.
Le scénario de Noël se décline en rouge et noir, depuis l’Enfant dans la mangeoire et le massacre des Innocents, l’inversion des fêtes des fous et autres Saturnales ; il se décline grâce aux arbres toujours verts dans une morte nature, dans la nuit traversée par la lueur des bougies et de l’âtre, le gel et les festins des réveillons. Le scénario de la Saint-Nicolas, de Noël et de l’Épiphanie – car en langage mythologique, c’est tout un – , peut se résumer dans le tintement cristallin d’une clochette délivrant l’antique message sacré d’un scénario cosmique et d’un rêve d’enfance.

Saint Nicolas passera. Venez-le fêter avec nous !

Rendez-vous suivant: jeudi 7 février 16h30-18h30
Natacha Rimasson-Fertin (Université Grenoble) : Les Kinder- und Hausmärchen des frères Grimm : un monument ambivalent aux êtres de la petite mythologie.

Deuxième Séance (08 nov. 18): compte rendu

Grisélidis ou le mythe de la femme parfaite
par Marie-Dominique Leclerc
(Maître de Conférence, URCA/Troyes)

La tradition, en particulier médiévale, situe volontiers le personnage de Grisélidis entre deux figures relevant de la Grande Mythologie d’un côté, de la Bible de l’autre : Lucrèce, la femme violentée qui s’est donné la mort, et Susanne, abusée par trois vieillards et qui a échappé de justesse au bûcher grâce à la ruse du jeune Daniel. Son histoire prend ainsi place dans une série de portraits de femmes exemplaires, entre innocence et sacrifice. Maternité et amour conjugal, au lieu de s’imbriquer, sont ici renvoyés dos à dos, occasionnant un impossible dilemme que la Mythologie s’est toujours plu à mettre en scène comme un des ses nombreux sujets de prédilection.

RÉSUMÉ (Karin Ueltschi)

Cette « Passion au féminin », à partir de la première version écrite attestée (Boccace, 1353), est relayée par les poètes pendant des siècles. Au carrefour des traditions savantes et populaires, l’histoire de Grisélidis épouse le canevas de la bergère et du prince. Mais l’aventure vire au cauchemar : le seigneur de Saluces, qui était allé chercher la jeune fille pauvre et pure chez son père au mépris de toutes les conventions sociales (mésalliance), la renvoie à l’issue d’épreuves d’une insigne cruauté ; il lui enlève les enfants au fur et à mesure qu’ils lui naissent et finalement fait semblant de la répudier pour épouser une autre femme, plus jeune et mieux née. Grisélidis subit tous ces affronts sans murmure. Enfin, le projet de remariage s’étant révélé être une simple – et dernière – épreuve, Grisélidis est finalement réintégrée dans son statut d’épouse et de femme exemplaire. Elle va devenir un modèle de vertu pendant plusieurs siècles. Obéissance absolue, innocence, pudeur et modestie sont ses qualités le plus souvent mises en avant. Les détails vestimentaires, étayant ces signifiances, sont soulignés aussi bien par les écrivains que l’iconographie : on passe de la jeune fille, vêtue d’habits rudimentaires dans la maison de son père, à la femme aux atours nobiliaires, puis, au moment de la répudiation, à la quasi nudité.

Après Boccace, le premier à avoir relayé les traditions orales concernant le personnage en intégrant l’histoire dans son Décaméron (dernière nouvelle), elle est reprise par Pétrarque qui la moralise. Et c’est cette interprétation qui sert de base non seulement au Mesnagier de Paris, en moyen français à la fin du XIVe siècle – Grisélidis y figure entre la romaine Lucrèce et la biblique Susanne –, mais également, peu de temps après, à des prédicateurs latins : l’histoire de Grisélidis est devenue un exemplum que les XVIe et XVIIe siècles exploitent diversement mais en insistant toujours sur la vertu d’obéissance, la force morale et les qualités d’esprit de l’héroïne : le grand nombre de manuscrits et d’incunables nous ayant transmis les versions françaises de l’histoire attestent son grand et durable succès, dû certainement en grande partie à la dimension mythique qui lui est inhérente. Des amalgames originaux sont pratiqués notamment avec Jeanne d’Arc, tandis que la tradition, essentiellement bourgeoise à l’origine, va investir progressivement la sphère du peuple : les éditions bleues jouent certainement un rôle important dans cette évolution. Grisélidis, relevant à la fois de la mythologie romaine et chrétienne, va prendre place parmi les « femmes illustres ».

L’histoire reprend une teinture plus littéraire avec Perrault qui, à partir d’un livre de colportage sans doute, en propose une version quelque peu édulcorée, rationalisée ; l’accent se trouve déplacé vers la piété religieuse. Mais le théâtre, qui s’est emparé du sujet depuis le milieu du XVIe siècle, contribue également à la pérennité de la tradition : au début du XVIIIe siècle, les représentations prennent même le pas sur la forme de la nouvelle. De nombreuses ruptures s’observent ici, même si le sujet de la mise à l’épreuve reste central : Grisélidis devient tragi-comédie, devient mélodrame, devient opéra. Au XIXe siècle, un grand nombre de réécritures du conte voient le jour ; une dimension empathique les distingue, tandis que des voix s’élèvent (comme celle de Mirabeau qui refuse d’intégrer l’histoire dans sa traduction de Boccace) pour en dénoncer non seulement la cruauté mais aussi le manque de crédibilité. Mais la Bibliothèque bleue continue à l’écouler, jouant une nouvelle fois son rôle fondamental de relai lorsque les goûts et les modes « tournent ».

Ainsi donc, cette histoire a passionné toute l’Europe ; elle a connu de nombreuses variations selon les époques et la sensibilité particulière d’un pays. Elle est représentée dans tous les arts ; une iconographie particulièrement riche – qui a largement ponctué ce bel exposé d’archéologie littéraire et mythologique – reste le témoin indélébile de ce que des générations entières se sont sinon reconnues dans le personnage, du moins dans les affreuses beautés de ses souffrances et de ses victoires.

Intervenante:

Marie-Dominique LECLERC était Maître de Conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. Docteur en Histoire et Civilisations de l’EHESS à Paris, elle a publié de nombreuses études sur la Bibliothèque bleue, les filiations textuelles de romans issus de la littérature médiévale, et sur l’imagerie populaire. Elle s’intéresse plus généralement à la culture populaire dans toutes ses formes d’expression (livrets, images, marionnettes, théâtre rural, lanterne magique, enseignes…). En outre, elle est directrice de la revue d’histoire régionale La Vie en Champagne et présidente de l’association Les Amis de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole.

Pierre-Jean Grosley (1718-1785) et Edouard-Thomas Simon (1740-1818)

 

vendredi 16 novembre
à 14 h
Journée d’étude

Les amis de la Médiathèque vous invitent, à la Médiathèque, à une demi-journée d’étude commémorant le tricentenaire de la naissance de Grosley et le bicentenaire de la mort de Simon de Troyes.

Parmi les érudits champenois collectionneurs de livre, Grosley et Simon incarnent au siècle des Lumières un type de pratique lettrée que cette demi-journée d’études vise à analyser.
Cette manifestation s’inscrit dans le cadre plus général d’un projet de recherche sur « Acteurs du livre et patrimoines textuels en Champagne Ardenne » (ALIPAT).

INTERVENANTS :

Emmanuelle Minault-Richomme et François Berquet (Médiathèque de Troyes Champagne Métropole) :
« À la source. Manuscrits et archives de Grosley et Simon de Troyes dans la collection de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole »

Dominique Quéro (professeur de littérature française, URCA) :
« Grosley et Simon de Troyes : parcours croisés de deux polygraphes champenois »

Jacques Bernet (maître de conférences honoraire en histoire moderne, Université de Valenciennes) :
« Les débuts de la presse périodique troyenne, des Ephémérides de Pierre-Jean Grosley (1757-1768) aux Affiches d’Edouard-Thomas Simon (1782-1795) »

Jean-Louis Haquette (professeur de littérature comparée, URCA) :
« Simon de Troyes et la pratique de la traduction »

Présentation de la Base de données « Collectionneurs de Livres en Champagne Ardenne »

LIEU :
Médiathèque du Grand Troyes
Boulevard Gambetta
10000 Troyes

CONTACT :
dominique.quero@univ-reims.fr

Cette manifestation est organisée par le Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL-EA3311) de l’Université de Reims Champagne Ardenne, avec le concours de l’association Les Amis de la Médiathèque de Troyes Champagne Métropole

 

L’édition de création 1930-1970. Le grand illustré, et après ?

Appel à communications

3 juin 2019
Bibliothèque de l’Arsenal

Journée d’étude organisée par
Sophie Lesiewicz (BLJD/UMR Thalim) et
Anne-Christine Royère (URCA/CRIMEL)
en partenariat avec la Bibliothèque de l’Arsenal

Lorsqu’en 1928 Raymond Hesse dresse le bilan des entreprises bibliophiliques en France, il note qu’un double mouvement de fond caractérise l’après Grande Guerre. D’une part « la bibliophilie prend une forme corporative », de l’autre se développe une « édition de luxe » à visée commerciale pour des auteurs dont le succès de librairie pousse les éditeurs littéraires à réimposer le texte accompagné de figures . Dès lors, c’en est fini de la bibliophilie créatrice à la Octave Uzanne, « publication très dégagée des traditions et des préjugés typographiques et iconographiques » dont l’enjeu était de s’extraire du collectionnisme de la « grande bibliophilie rétrospective » comme de la « bibliophilie vénérante » promouvant un « panthéon littéraire alternatif » ou classique. Le champ du livre de luxe qui liait éditeurs-bibliophiles, amateurs et médias autour de débats relatifs au livre moderne hors du secteur éditorial industrialisé se reconfigure ainsi dans les années 1920 puis se renouvelle suite à la crise de 1931 qui voit l’éclatement de la bulle spéculative du livre de luxe et la cessation d’activité d’un grand nombre d’éditeurs.

Commence alors ce que l’on considère comme l’âge d’or du « livre d’artistes » en France, de 1931 au début des années 1980, et plus particulièrement celui édité par des galeries (Louise Leiris, Jeanne Bucher, Maeght, Tériade, etc.) Celles-ci promeuvent le livre d’artistes « à la française », dont le caractère littéraire nettement affirmé n’allait pas de soi auparavant dans le livre à figures. Ainsi la production de livres de luxe reprend-elle à partir des années 1940, sollicitant non plus des décorateurs (Mucha, De Feure, Schmied et Miklos…) ou des illustrateurs (Lepère, Carlègle, Laboureur…) mais des peintres, ravivant par là même la hiérarchie des arts (exclusion des illustrateurs de métier), celle des modes de représentation (l’image l’emportant sur le texte) et de production éditoriale (exclusion du demi-luxe). À telle enseigne que dans la seconde moitié du XXe siècle, « cela devient alors comme un ornement obligé de la poésie d’être accompagnée des gravures de peintres. Il va presque de soi que peinture et poésie sont appelées à se retrouver sur les pages des livres, qui atteindraient ainsi à une dimension supérieure ». « Livres de peintre », auxquels « ne pourraient prétendre les illustrations réalisées par des artistes mineurs sur des œuvres en prose », « livres de dialogue » conçus comme la « rencontre entre un peintre et un poète qui est vécue selon un mode de nécessité inhérent à la passion partagée » mais aussi « grands illustrés » ont ainsi donné lieu à des analyses aussi nombreuses que lumineuses, en convoquant surtout l’univers des galeries d’art. Certains producteurs moins flamboyants ou plus éphémères mériteraient à présent qu’on leur consacre un peu d’encre (les Blaizot, Jean-Hugues, Pierre Bordas, Brunidor).

Pour autant, le livre de création ne se résume pas à ce genre d’ouvrages. Il y a un « après », mais aussi un « autour » du « grand illustré ». À cet égard, l’innovation typographique initiée au XIXe siècle et introduite dans le livre de poésie par Mallarmé en 1897 est à l’origine d’un autre type de livre, le livre graphique , ou lisible et visible jouent à se confondre. Après le déchaînement des avant-gardes, qui n’ont d’ailleurs pas forcément privilégié l’espace livresque, il connaît lui aussi un âge d’or, plus discret, à travers un nouveau type de producteur, le poète-typographe et éditeur, faisant de la typographie une des données de la littérarité du texte, voire une création littéraire à part entière (GLM, Bettencourt, PAB, Iliazd, Lecuire ou Vodaine). Cette configuration éditoriale se resserrant autour d’un homme-orchestre est en quelque sorte un prolongement du « livre d’écrivain ». Depuis le second symbolisme, certains auteurs ont en effet eu tendance à particulièrement s’impliquer dans la réalisation matérielle de leurs livres (Jarry, Gide), jusqu’à occuper des fonctions éditoriales pour investir le livre en artiste (Cendrars, Segalen, Cocteau). Il s’agirait de faire remonter des figures similaires et moins étudiées, Georges Hugnet et les Éditions de la Montagne, Robert Morel, mais aussi des groupes littéraires et artistiques peu envisagés sous l’angle de la bibliophilie par idéologie (le livre lettriste et situationniste, notamment).

Dans les années 1960, l’artist’s book traverse l’Atlantique pour devenir « livre d’artiste » au singulier : « L’artiste assume totalement la conception du livre dont il ne partage pas la responsabilité intellectuelle avec un écrivain . » Anne Moeglin-Delcroix a ainsi analysé une partie de cette vaste production éditoriale volontairement ordinaire, qui offre « aux artistes une solution à la crise de l’œuvre d’art au sens traditionnel du terme ». Si le phénomène est bien connu, ses articulations avec le substrat français posent encore des questions. Il s’agirait d’une part d’interroger les « incunables » du livre d’artiste français, premiers témoins de cette appropriation du livre par les artistes (Paul Armand Gette, Ben Vautier…). Il s’agirait de l’autre de discuter le postulat selon lequel la théorie du texte et de l’histoire du livre sont hors du champ du livre d’artiste. La spécialiste américaine de la question, Johanna Drucker , propose une typologie du livre d’artiste après 1945 convoquant des avant-gardes, le surréalisme, CoBrA, le lettrisme, la poésie concrète, Fluxus et la poésie performance. Une production alternative semble en effet s’inscrire dans le double sillage des théories du texte et de l’intermedia (Collectif Génération, par exemple) tandis qu’une autre met en cause et en crise le livre, l’interroge, en procédant à sa réévaluation critique en tant que « forme symbolique » prescriptive pour en explorer ou en détourner la forme objectale (Soleil noir, Brunidor).

CONTACTS :

Les propositions de communication (300 mots maximum) ainsi qu’une brève notice biobibliographique sont à envoyer avant le 5 décembre 2018 conjointement aux deux organisatrices :

Sophie Lesiewicz : sophie.lesiewicz@bljd.sorbonne.fr
Anne-Christine Royère : anne-christine.royere@univ-reims.fr

 

Grisélidis ou le mythe de la femme parfaite

SÉANCE DU JEUDI 8 NOVEMBRE 2018

Marie-Dominique Leclerc (Maître de Conférence, URCA/Troyes)

SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

La Bibliothèque Bleue a joué un rôle très important dans la transmission de la mémoire culturelle aussi bien « savante » que populaire. De nombreux sujets, de nombreuses figures ont même acquis leur statut littéraire à partir d’un livre de colportage. La terrible histoire de Grisélidis en est un exemple.

Rendez-vous suivant : Jeudi 6 décembre 2018, 16h30-18h30.
K. Ueltschi : Saint-Nicolas et Père Noël : du rouge et du noir

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Université de Reims-Champagne Ardenne (CRIMEL, EA 3311)
2-4 octobre 2019

Appel à communications

Les récentes études de Pierre Gatulle (Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012) comme de Jean-Marie Constant (Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013), ainsi que leur catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 (Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du XVIIème siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.


Le colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’Université de Reims du 2 au 4 octobre 2019 se situera dans la lignée de ces études qui, développant les travaux de Claude Kurt Abraham (Gaston d’Orléans et sa Cour, Chapel Hill, 1964), ont permis de nuancer l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur. La figure de Monsieur, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant dans sa Cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion.
Les liens de Monsieur, de son entourage et de sa cour avec l’Antiquité (grecque, romaine et hébraïque en particulier) pourront être abordés sous différents angles.

Gaston et l’Antique

  • Les objets collectionnés par Gaston d’Orléans devaient refléter un goût, autant qu’ils satisfaisaient une curiosité, comblaient un appétit de savoir et organisaient un discours implicite sur l’identité de leur possesseur. Quelle place le collectionneur Gaston d’Orléans accorde-t-il à l’Antiquité ? Quels types de médailles, statues, textes, objets d’art et de science semble-t-il avoir plus particulièrement recherchés ?
  • Les processus de constitution des collections et les intermédiaires : on pourra éclairer l’identité, les parcours et la culture des intermédiaires de Gaston, qu’ils aient contribué au rassemblement ou à la description des livres et des objets.
  • Les principes de classement et de mise en valeur des objets. On sait que le château de Blois comprenait une « galerie des Antiques » mentionnée dans l’inventaire après décès : quels principe muséographiques (pour utiliser une notion anachronique), symboliques ou autres présidaient à l’organisation des collections dans les demeures du prince ?
  • La bibliothèque antique : quels ouvrages antiques ornaient la bibliothèque du prince ? Dans quelles éditions et sous quelles formes ? Dans la possession des livres il est souvent difficile de faire le départ entre intérêt bibliophile et goût de lecteur : quelles pistes peut-on suivre pour comprendre le rapport de Gaston d’Orléans aux livres / aux textes antiques ?
  • Un sort spécifique pourra être réservé au catalogue d’Augustin Courbé, libraire de Monsieur.
  • Gaston d’Orléans fut très tôt donné pour modèle de l’honnête homme. Dans quelle mesure ses collections et sa bibliothèque reflètent-elles le rapport du public mondain à l’Antiquité ? Décèle-t-on des spécificités liées à l’identité voire à la personnalité du prince ? Ses collections furent-elles érigées en modèles et Gaston a-t-il eu des imitateurs ?
  • Portraits de Gaston en prince érudit et/ou collectionneur : quelle place les antiques occupent-ils dans les portraits du prince ?

Fictions antiques d’un prince moderne

  • Quel imaginaire, quels modèles génériques, formels, esthétiques issus de l’Antiquité mit-on au service de l’élaboration de l’image de Gaston d’Orléans, souvent donné pour un prince moderne ? Quelles fictions antiques, explicites ou sous-jacentes, interviennent dans les représentations littéraires et artistiques (monnaies, devises, tableaux, gravures, genres musicaux tels la chanson ou le ballet) de Gaston d’Orléans ?
  • La posture de mécène ou à tout le moins de dédicataire de Gaston d’Orléans pourra être interrogée à travers les modèles antiques : à quelles traditions de patronage se réfère-t-on au XVIIème siècle concernant le frère du roi ?
  • Quels habits politiques hérités de l’Antiquité fit-on endosser à Gaston d’Orléans ? De quel ordre est le rapport à l’Antiquité, et plus particulièrement l’usage de ses modèles esthétiques : repli nostalgique, continuité, détour, travestissement parodique…
  • P. Gatulle a signalé une « guerre des images » entre les proches du Roi . Quels dialogues et quelles concurrences peut-on observer entre les images issues de l’Antiquité émises autour de Gaston d’Orléans et celles qui sont produites autour de Louis XIII sous l’influence de Richelieu, celles auxquelles recourt Richelieu pour lui-même ou celles d’autres princes du sang ? De manière plus générale, quel rapport à ces images Gaston a-t-il manifesté ?
  • Quel imaginaire de l’Antiquité privilégie-t-on dans les cercles constitués autour de Monsieur ? Comment la référence à l’Antiquité (rêvée) et aux auteurs antiques (allégués ou non) est-elle mise à profit dans les œuvres littéraires, picturales, et les ballets créés par ses protégés ? On pense entre autres à L’Adonis de la cour de Claude Favier, à la Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot, à la Sylvie de Mairet, à la Climène de La Serre, aux Aventures amoureuses d’Omphale de Grandchamp, mais aussi aux entrées et cérémonies officielles. Quelles périodes et quelles figures privilégie-t-on ? Quels liens ces mondes imaginaires entretiennent-ils avec d’autres univers de fiction, comme les fictions chevaleresques issues d’un Moyen Âge esthétisé ?

Modèles politiques, historiques et sociaux : Antiquitas magistra vitae ?

  • Peut-on identifier dans les menées des partisans ou opposants de Gaston d’Orléans, ou dans les productions d’auteurs contemporains, des modèles politiques issus de la pensée antique contrevenant par exemple au machiavélisme de Richelieu ? Dans quelle mesure et de quelles manières les différents partis ont-ils rattaché leurs valeurs et leurs revendications à l’Antiquité ?
  • Quels modèles historiographiques s’élaborent à propos et autour de Gaston ? Quelle place y tient l’Antiquité ? Dans quelle mesure les modèles antiques font-ils l’objet de recyclage, de détournement, de manipulation, etc. ? Quels éléments de médiation, de vulgarisation, de simplification entrent en jeu ?
  • Peut-on identifier des modèles antiques de sociabilité dans les cercles savants et littéraires liés à Monsieur ? On connaît par exemple le conseil de vauriennerie. Dans quelle mesure, dans ce conseil et ailleurs, y a-t-il réitération et/ou parodie de pratiques antiques ?
  • Culture antique et ethos aristocratique : les Mémoires de Monsieur , ceux de ses proches et de ses pairs, leurs correspondances, ou encore les dédicaces d’un Tristan L’Hermite, par exemple, témoignent d’un moment spécifique dans l’histoire de l’aristocratie. Comment l’ethos aristocratique se manifeste-t-il dans les références, citations, allusions à l’Antiquité ?

Colloque organisé avec le parrainage scientifique de Jean-Marc Chatelain (BnF), Jean-Marie Constant (Univ. Le Mans), Jean Duron (CMBV), Pierre Gatulle (Paris-Nanterre), Jacqueline Glomski (University College London), Frank Greiner (Lille III), Thomas Leconte (CMBV), Yann Lignereux (Univ. Nantes), Bernard Teyssandier (URCA).

Les propositions, qui compteront environ 500 mots en français ou en anglais, pourront être envoyées jusqu’au 31 décembre 2018 à Céline Bohnert et Valérie Wampfler :
celine.bohnert@univ-reims.fr
valerie.wampfler@univ-reims.fr
Les langues du colloque seront le français et l’anglais.

Légende: anonyme, « Partie supérieure de la thèse de théologie soutenue par Léonard Goulas et dédiée par lui à Gaston d’Orléans » (BnF – détail)

Séance introductive : thématique, enjeux épistémologiques, exemples

SÉANCE DU JEUDI 4 OCTOBRE 2018

Karin Ueltschi (Professeur de Langue & Littérature du Moyen Âge, CRIMEL)


SALLE E13, Maison des Sciences Humaines (Bâtiment 13)
16h30-18h30

Cette première séance comportera un volet théorique – il s’agit d’exposer le projet et les enjeux liés à cette thématique – et surtout un volet d’exemples ; il y sera question notamment de Berthe aux grand(s) pied(s) et des fileuses dont elle descend et qu’elle a ensuite à son tour engendrées (cf. image) ; d’anciennes occurrences de la Belle au Bois Dormant, enfin, de trois couleurs fondamentales : le rouge, le blanc et le noir.