Tous les articles par administrateur

Université d’été Prague 2021 : Fin de l’art ? Discours, pratiques, controverses

Dans la continuité des universités d’été organisées en 2014 à Padoue (Italie) et en 2017 à Reims (France), le KREAS (Univerzita Karlova), le CRIMEL (Université de Reims Champagne-Ardenne) et le DISLL (Università degli studi di Padova) proposent une troisième édition de cette manifestation. Initialement prévue du 5 au 9 juillet 2020 à Prague, elle a eu lieu en visioconférences du 5 au 8 juilllet 2021, sur le thème : Fin de l’art ? Discours, pratiques, controverses.

L’université d’été, organisée par des littéraires et des philosophes, vise à explorer les caractéristiques et les évolutions d’un complexe de représentations et de réflexions, qui ont acquis dans l’Occident des XXe et XXIe siècles une actualité particulière, mais ont aussi, selon des modalités spécifiques, hanté d’autres époques. Elles concernent le devenir temporel entropique des œuvres, des arts, des artistes face à ce qu’on pourrait appeler l’utopie de l’éternité. La fin de l’art peut se penser en termes de décadence, dépérissement, décrépitude, mais aussi de germe, renouvellement et table rase. Cette réversibilité possible est un des enjeux que les organisateurs souhaitent envisager. La perspective sera clairement intersémiotique, et n’entend pas se restreindre à un champ artistique spécifique, ni à une période ou une aire culturelle particulière.

La manifestation sera ouverte à 15 doctorants ou post-doctorants qui seront accompagnés d’une dizaine de chercheurs confirmés. Elle comprendra des conférences magistrales, des interventions de jeunes chercheurs, des ateliers collaboratifs et des visites culturelles. La manifestation sera majoritairement francophone, mais les communications en anglais ou en italien seront également acceptées.

Le dossier de candidature (téléchargeable ici) et les pièces à joindre (listées ici) sont à renvoyer par courriel à jean-louis.haquette@univ-reims.fr avant le 29 mars 2020.

Les candidats seront informés des résultats de la sélection par voie électronique dans la semaine du 10 avril 2020. Leur inscription sera validée à l’envoi de la participation aux frais d’organisation (45 €).

| Plus d’informations sur le site dédié : Praha2020

Conseil de déontologie journalistique : un tribunal pour la presse ?

Alexis Lévrier est l’invité de Caroline Broué sur France Culture pour l’émission La fabrique médiatique : diffusion le 30 novembre 2019.

Crédits : BERTRAND GUAY – AFP

Voir l’émission.

Régulièrement, et depuis plusieurs années maintenant, la presse est accusée de se transformer en « tribunal médiatique ». Les dernières affaires Haenel et Polanski en sont un dernier exemple. Dans ce contexte de méfiance voire de défiance envers les médias, lundi sera lancé officiellement un Conseil de déontologie journalistique et de médiation, une instance tripartite qui impliquera à la fois journalistes, médias et public.

Objectif de ce conseil : garantir aux citoyens l’accès à une information de qualité.

Est-ce une réponse à l’accusation de « tribunal médiatique » ?

 

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

 

soutenance de Flore Verdon

Flore Verdon soutiendra sa thèse de doctorat (Langue et Littérature françaises – littérature médiévale),  préparée sous la direction de Karin UELTSCHI (URCA), et intitulée

La Création d’un Royaume eutopique :
Géographies mythiques et recherches d’un paradis terrestre dans les itinéraires arthuriens des XIIe et XIIIe siècles

membres du jury :
Pr. Martin Aurell (Université de Poitiers) rapporteur
Pr. Véronique Beaulande (Université de Grenoble)
Pr. Christine Ferlampin-Acher (Université de Rennes II)
Pr. Denis Hue (Université de Rennes II, émérite), rapporteur
Pr. Françoise Laurent (Université de Clermont-Ferrand)
Pr. Philippe Walter (Université de Grenoble, émérite)

Quand:
Lundi 7 octobre 2019, à 14h

Où:
Campus Crois-Rouge,
Bâtiment Recherche (Maison des Sciences de l’Homme)
Salle R 418

Crédit: Yvain ou le chevalier au lion, BnF: ms. fr. 1433, f. 85 – Crédit: BnF

Faut-il protéger davantage les journalistes ?

Crédits : Bubaone – Getty

Alexis Lévrier participe à l’émission Le Magazine du week-end sur la radio France Culture avec Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart et  Leila Miñano, journaliste indépendante diffusion le 18 août 2019.

Ecouter l’émission.

Convocations de journalistes à la DGSI, perquisitions dans des locaux de presse, procédures judiciaires… Les menaces qui pèsent sur le journalisme d’investigation sont nombreuses, et ont été renouvelées après que la loi sur le secret des affaires, qui transpose dans le droit français une directive européenne sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales, a été validée le jeudi 26 juillet 2018 par le Conseil constitutionnel. Cette loi fait notamment craindre pour l’avenir du journalisme d’investigations.

Alors faut-il mieux protéger les journalistes d’enquêtes, qui aujourd’hui ne peuvent opposer aux attaques en justice que leur fonction démocratique et leur mission de service de l’intérêt général ?

Alexis Lévrier commence par revenir sur le caractère particulièrement inédit de la situation :

Il y a toujours eu, de la part du pouvoir, une méfiance à l’égard des journalistes et une volonté très française d’encadrer leur rôle. Néanmoins, neuf convocations de journalistes par des services de renseignements en deux semaines, c’est incroyable

L’historien prolonge sa réflexion en rappelant que le président Macron, soucieux de la verticalité de son pouvoir, reprend à son compte les attitudes de De Gaulle et de François Mitterrand à l’égard des médias. Pour Fabrice Arfi, la judiciarisation croissante du travail du journaliste d’investigation, qui pousse de plus en plus de reporters devant les tribunaux, est indéniablement un moyen d’intimidation.

Il y a en ce moment une frénésie judiciaire qui s’attaque à l’essence même de notre travail : les journalistes sont traités comme suspects alors qu’ils font leur travail et poursuivent une mission d’intérêt général.

Et de poursuivre par une référence historique :

On devrait pourtant se rappeler que la révolution de 1830 fait suite aux ordonnances de Charles X qui suspendent la liberté de la presse ! Attaquer le journalisme, c’est attaquer un socle de droits fondamentaux

Leila Miñano défend de son côté bec et ongles la structuration des journalistes et des reporters autour de groupes ou de collectifs puissants. Pour elle, l’union fait la force :

Dans un contexte où nous sommes de plus en plus amenés vers des tribunaux, il nous faut être épaulés par les rédactions, et par nos partenaires internationaux. C’est tout le sens d’une initiative comme  » Investigate Europe »

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Les journalistes doivent-ils et peuvent-ils être objectifs ?

 

Crédit : Getty / Mihajlo Maricic / EyeEm

Alexis Lévrier est l’invité de Nadia Daam sur France Inter pour l’émission Le Débat de midi : diffusion le 30 juillet 2019.

Ecouter l’émission.

L’injonction d’objectivité des journalistes est particulièrement d’actualité avec le contexte de fake news, de prolifération de médias dits alternatifs. Mais le public a-t-il cette même exigence sur tous les sujets ? Comment différencier honnêteté et objectivité ? Journaliste et militant ?

C’est peut-être la critique la plus régulièrement adressée aux journalistes, le manque d’objectivité. C’est en accusant un article, un reportage ou une chronique, de manquer d’objectivité qu’on va chercher à disqualifier son auteur. En qualifiant aussi le dit journaliste, au choix, de propagandiste, de chien de garde, du très élégant « gauchiasse », ou récemment, comme on l’a vu dans l’affaire de Rugy, de « journaliste de démolition ».  

Les politiques eux-mêmes ne sont pas les derniers à rappeler à la presse ce supposé devoir de neutralité. C’est ce qu’a fait avec une forme de gourmandise et peut-être une pointe de perversité François Asselineau, à une journaliste qui l’interrogeait sur la pluralité des opinions à la télévision lors de la campagne pour la dernière présidentielle. « On a le sentiment que tout le monde pense la même chose dans les médias et beaucoup de Français ont l’impression que l’ensemble des journalistes pensent dans le même sens », lui avait répondu le candidat Union populaire Républicaine à la présidentielle avant de rajouter que « les journalistes devraient respecter la charte de Munich, la charte de l’éthique journalistique ». 

Faut-ils que les journalistes soient objectifs, honnêtes, impartiaux, neutres ?

On pourrait aussi lui rétorquer que cette fameuse charte de Munich, intime le devoir de respecter la vérité, de ne pas être inféodé aux annonceurs, ou encore de ne pas diffamer. Mais pas stricto sensu, d’être « objectif ». Parce que c’est peut-être avant tout un débat sémantique : doit-on parler d’objectivité, d’honnêteté, d’impartialité, de neutralité ? La vérité est-elle une opinion ?

Pour en débattre ce mardi, avec nous autour de la table, Faiza Zerouala, journaliste chez Mediapart, Géraldine Muhlmann, journaliste et professeure en Sciences politiques à l’université de Paris Panthéon Assas, Alexis Lévrier, maître de conférences à l’Université de Reims et chercheur associé au Gripic, groupe de recherches interdisciplinaires sur les processus d’information et de communication au Celsa Sorbonne Université et Dominique Pradalié, secrétaire générale SNJ, syndicat national des journalistes.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Qu’est-ce qu’un vrai journaliste ?

Le 8 décembre 2018, à Paris, lors de la mobilisation des « gilets jaunes »  Crédits : YANN CASTANIER / HANS LUCAS – AFP

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 20 juin 2019 .

Ecouter l’émission.

Mais comment faisaient les journalistes pour s’engueuler entre eux avant l’invention de Twitter ? Le réseau social est devenu le réceptacle des débats internes à la profession. Comme par exemple le week-end dernier avec le « cas » Taha Bouhafs. Taha Bouhafs est reporter pour le site Là-bas si j’y suis. Le 11 juin dernier, il est interpellé alors qu’il couvre une manifestation de soutien à des travailleurs sans-papiers dans le Val de Marne. Garde à vue, téléphone confisqué.

Une vingtaine de sociétés de journalistes de médias, dont celle de France Culture, publient une tribune pour dénoncer cette interpellation. Tribune « en soutien au journaliste Taha Bouhafs ». Et c’est la mention « journaliste » qui provoque le débat sur Twitter. Pour certains, ce titre est usurpé, Bouhafs ne serait qu’un militant, par ailleurs coupable d’avoir propagé une rumeur en avril 2018 lors de l’évacuation de la fac de Tolbiac à Paris par les forces de l’ordre.

Ses partisans rappellent au contraire que ce sont ses images qui sont à l’origine de l’affaire Benalla ; que par ailleurs le fait d’avoir une carte de presse n’est pas une condition sine qua none pour se dire journaliste. Ce débat est intéressant dans la mesure où il interroge le périmètre et la nature d’une profession fragilisée comme jamais.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Faut-il imposer le pluralisme aux médias ?

 

Les douze têtes de listes aux Européennes se sont affrontées jeudi 4 avril dans un débat organisé par France 2 et France Inter, dans « L’Emission politique » (capture d’écran)

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 8 avril 2019.

Ecouter l’émission.

Elections européennes obligent, les médias devront se soumettre aux règles édictées par le CSA afin de rendre compte de la pluralité des idées politiques. Des règles de plus en plus complexes à mettre en œuvre. Où placer le curseur entre contrainte médiatique et contrainte démocratique ?

Ils n’étaient pas invités mais ils ont réussi à forcer l’entrée. Benoit Hamon, Florian Philippot et François Asselineau ont finalement débattu jeudi dernier sur France 2 et France Inter, avec neuf autres têtes de listes des prochaines élections européennes. Saisi en référé, le tribunal administratif de Paris leur avait donné raison quelques jours plus tôt, au nom du respect du pluralisme.

Cette décision (contestée ensuite par le Conseil d’Etat) crée un précédent. Elle autorise désormais n’importe quelle formation politique à se tourner vers les tribunaux, si celle-ci estime qu’elle n’est pas traitée médiatiquement de manière équitable. Les juges pourraient ainsi finir par se substituer à l’instance de régulation de l’audiovisuel, le CSA, lequel est pourtant là pour faire respecter les règles du pluralisme.

A vrai dire, la question n’est pas nouvelle.

Elle se pose à chaque période électorale désormais : comment faire en sorte que les candidats soient traités de manière à ce qu’ils aient des chances identiques le jour du scrutin, tout en tenant compte du poids politique de chacun ? Une quadrature du cercle d’autant plus difficile à aborder que les médias font l’objet d’une défiance de plus en plus forte, du fait de leurs liens avérés ou supposés avec le pouvoir politique.

« Faut-il imposer le pluralisme aux médias ? »

Michèle Léridon :

La règle d’or, c’est l’équité. On ne parle pas d’égalité pure dans le sens où il faut quand même tenir compte de la représentativité de chaque groupement et de chaque personnalité.

Alexis Lévrier :

A chaque élection, il y a un fantasme qui est utilisé par les leaders de l’opposition qui consiste à dire que les médias publics sont aux ordres du pouvoir.

Catherine Nayl :

Même si nous devons être sur le respect du pluralisme – nous avons tous des cahiers des charges et des chartes que nous avons signés, des engagements auprès du CSA -, moi j’estime que l’on a aussi un devoir par rapport aux gens qui nous écoutent : celui de faire notre travail le plus clairement pour leur apporter un certain nombre de réponses à des idées.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).

Accueil de Susana Gómez, Professeur de théorie littéraire à l’université de Córdoba (Argentine)

La Dra Susana Gómez est en visite à l’Université de Reims du 13 au 17 février 2019

Susana Gómez est Professeur de théorie littéraire à l’université de Córdoba (Argentine), Directrice de l´équipe « Problèmes de la recherche littéraire et ses frontières : Khôra »  (SeCyT, CIFFyH, UNC) et Membre du Centre de Recherches latino-américaines- Archives, de l´Université de Poitiers.

Elle assistera au séminaire « Du jeu dans la théorie de la lecture » (A2IL4) et à la communication de
Nathalie Roelens, professeur de théorie littéraire  (U. du Luxembourg) sur le thème « Rien ne va plus »
jeudi 14 février 2019 à 17h, Salle R240 (Maison de la Recherche).

Elle rencontrera auparavant les Professeurs Jean-Louis Haquette (directeur du CRIMEL) et Thomas Nicklas (directeur du CIRLEP) ainsi que Madame Angélique Ranvier, Chef des services administratifs de la MSH.

Quand le théâtre nous aide à comprendre le monde

L’hebdo du vendredi 6 décembre 2018

C’est un projet assez atypique que propose la Comédie de Reims à son public, avec « Faire monde commun ». Pas un spectacle, mais plutôt une expérience scénique collaborative, ce prochain rendez-vous réserve bien des surprises. Yann Calbérac, géographe à l’Université de Reims en est le co-concepteur.

Crédit : Le théâtre comme laboratoire expérimental de relations humaines ? C’est le pari excitant de « Faire monde commun » à la Comédie de Reims. (©  Jindra Kratochvil )

Yann Calberac est maître de conférences en Histoire et épistémologie de la géographie à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Loi fake news et création d’un conseil de l’ordre : s’agit-il d’aider ou d’encadrer les journalistes ?

Crédit : Creative Commons

Alexis Lévrier est l’invité de Guillaume Naudin sur RFI pour l’émission Les Débats de Rfi : diffusion le 17 octobre 2018.

C’était la semaine dernière, l’Assemblée nationale votait en deuxième lecture, les projets de loi de lutte contre ce que l’on appelle les fake news. Un projet considéré comme inadapté ou même liberticide, pour à la fois des responsables politiques, des juristes et des journalistes. C’est ce moment que la désormais ex-ministre de la Culture a choisi pour annoncer le lancement d’une mission, en vue de la création d’un conseil de déontologie de la presse. Françoise Nyssen expliquait que le premier rempart contre la désinformation reste les médias et les journalistes. Loi fake news, création d’un conseil de l’ordre: s’agit-il d’aider ou d’encadrer plus sévèrement les journalistes ? C’est la question du jour.

Pour en débattre :

– Alexis Levrier, maître de conférences, historien de la presse et des médias. Auteur du livre « Le Contact et La Distance : le journalisme politique au risque de la connivence », éd. Les Petits Matins
– Christophe Deloire, secrétaire général de Reporters sans frontières (RSF).

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).