Tous les articles par Céline Bohnert

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

“Gaston d’Orléans et l’Antiquité”, Actes du colloque des 2-4 octobre 2019, université de Reims Champagne-Ardenne, dir. Céline Bohnert et Valérie Wampfler, Bulletin du Centre de Recherche du Château de Versailles, 2021, [en ligne : https://journals.openedition.org/crcv/18977].

Les plus récentes études consacrées à Gaston d’Orléans (Pierre Gatulle, Gaston d’Orléans, entre mécénat et impatience du pouvoir, Champ-Vallon, 2012 ; Jean-Marie Constant, Gaston d’Orléans, Prince de la Liberté, Perrin, 2013 ainsi que, des mêmes auteurs, le catalogue de l’exposition qui s’est tenue à Blois en 2017 : Gaston d’Orléans, prince rebelle et mécène, P.U.R., 2017) ont permis de faire le point sur l’image protéiforme, au gré de la tradition et du fantasme, d’un prince autour duquel s’est construite une sorte de « cour parallèle » qui n’a rien à envier, du point de vue de son effervescence intellectuelle, artistique et idéologique, à celles des deux grands règnes du xviie siècle – et ce, bien qu’elle ait été souvent occultée par les aspects pittoresques et/ou discutables de l’action politique comme de la vie privée de Gaston d’Orléans.

Ce volume collectif, issu du colloque « Gaston d’Orléans et l’Antiquité » organisé à l’université de Reims du 2 au 4 octobre 2019, se situe dans la lignée de ces études qui nuancent l’image romanesque longtemps attachée à Monsieur. La figure de Gaston d’Orléans, frère puis oncle du roi de France, se prête en effet aux analyses tant politiques qu’esthétiques et socio-culturelles, dans la mesure où ce prince a cristallisé, durant tout le règne de Louis XIII et ensuite dans le contexte de la Fronde, les attentes et les projections de Grands hostiles à la montée de l’absolutisme, comme de savants ou d’artistes gravitant autour de sa Cour et enclins à un idéalisme social dont Gaston d’Orléans a pu sembler le champion. L’importance que ce siècle nourri de l’humanisme renaissant accorda aux modèles antiques nous a semblé fournir un angle d’étude intéressant et novateur de l’image comme de l’action de Monsieur au sein du royaume. Les liens avec l’Antiquité grecque et romaine tissés par Gaston lui-même, par son entourage et sa Cour, ont ainsi pu être abordés depuis trois perspectives complémentaires.

Celle de la culture matérielle et du collectionnisme, d’abord. Les objets rassemblés par Gaston d’Orléans reflètent un goût, autant qu’ils satisfont une curiosité, comblent un appétit de savoir et organisent un discours implicite sur l’identité de leur possesseur. Le goût de l’Antique tisse des réseaux d’échanges par-delà les frontières. Il est à l’origine d’une collection dont la charge symbolique est perceptible dans le choix des sujets représentés aussi bien que dans le legs organisé par Monsieur pour son neveu Louis XIV.

Le rapport aux Antiques contribue ainsi à l’élaboration de l’image du prince, envisagée dans la deuxième section. Les études qui y sont rassemblées interrogent la place de l’autorité antique dans l’affirmation de la majesté sans souveraineté effective qui caractérisa Monsieur (Gatulle, 2013) : quels objets, quels textes, quels corpus et quelles figures antiques entrèrent en jeu dans l’élaboration de l’image de ce prince de sang rêvé en souverain et très tôt donné pour modèle de l’honnête homme ?

Enfin, les contributions réunies dans la troisième section montrent comment les proches et les protégés de Gaston d’Orléans mobilisèrent la référence antique pour leur profit ou celui du prince. Elles éclairent en particulier le rôle que jouèrent les allégations, citations, allusions à l’Antiquité dans l’éducation princière et dans la construction de l’ethos aristocratique.

Sur quels imaginaires, quels modèles génériques, formels, esthétiques issus de l’Antiquité fonda-t-on l’image de Gaston d’Orléans, souvent donné pour un prince moderne ? Quelles fictions antiques, explicites ou sous-jacentes, interviennent dans les figurations littéraires et artistiques (monnaies, devises, tableaux, gravures, genres musicaux tels la chanson ou le ballet) de Gaston d’Orléans ? Saisis dans l’entourage de Monsieur, l’élaboration de modèles politiques, historiques et sociaux à l’aune d’une Antiquitas magistra vitae – mais aussi plus largement la fabrique de la culture antique et, de manière diffuse, les usages modernes de l’Antiquité, entre pratique effective et charge symbolique – révèlent toute leur richesse et leur complexité.

Voir le programme complet du colloque sur Les Carnets du CRIMEL.

Organisation du colloque : Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires (CRIMEL), avec le soutien de la Région Grand Est et de la Société d’Étude du XVIIe siècle.

Cette publication a reçu le soutien éditorial des ÉPURE (Éditions et Presses de l’Université de Reims), et le soutien financier du CRIMEL et de l’Institut Universitaire de France : qu’ils soient ici chaleureusement remerciés.

Direction scientifique : Céline Bohnert et Valérie Wampfler

Date de mise en ligne : 29 décembre 2021

Crédits : ms. fr. 151 – Gallica, Bibliothèque nationale de France

Vocalités contemporaines. La voix entre poésie et musique (1948-2022)

Vocalités contemporaines.
La voix entre poésie et musique (1948-2022)

colloque, 24-26 mars 2022

 

LIEUX
Jeudi 24 mars

Colloque – La Cartonnerie : 84, rue du cr. Lemoine, Reims
Installation – Césaré (cncm), 38 rue Alain Colas (studio Luc Ferrari), Bétheny

Vendredi 25 mars
Colloque – Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix Rouge, Amphis 1 et 2 (coquilles) : 57 rue Pierre Taittinger
Performances – L’Atelier de la Comédie : 13 Rue du Moulin Brûlé

Samedi 26 mars
Médiathèque Jean Falala, Auditorium : 2 rue des Fuseliers

 

PROGRAMME
Jeudi 24 mars
Matin – 10h-13h15

9h45 Accueil

10h15 Laure Gauthier (Poète / Université de Reims Champagne-Ardenne) : Introduction du colloque

Penser l’écart : vocalité, poésie, musique – modération : Jean-Marc Chouvel (compositeur / université Paris-Sorbonne)

10h30-11h Reinhart Meyer-Kalkus (Université de Potsdam), Aventures de György Ligeti et la poésie sonore

11h-11h30 Damien Bonnec (Université Rennes 2), Le bégaiement comme méthode. Michaël Levinas lecteur de Luca

11h30-12h Questions et pause

12h-12h30 Violaine Anger (Université d’Évry), Voix hétérophonique chez François Nicolas

12h30-13h Pierre Rigaudière (Université de Reims Champagne-Ardenne), Phonétique, langage et voix dans la musique de Diana Soh

13h-13h15  Questions

13h30-14h45 Pause déjeuner

Après-midi – 15h-17h45

 Composer entre poésie et musique  – modération : Pierre Rigaudière (Université de Reims Champagne-Ardenne)

 15h-15h30 Aurélien Dumont (Compositeur, Université PSL), La figure de l’anecdote comme écart entre poésie et composition musicale

15h30-16h François Paris (Compositeur, Université Nice-Côte d’Azur), La voix dans tous mes états

16h-16h30 Questions et pause

16h30-17h Núria Giménez Comas (Compositrice), spatialités, vocalités, poésie

17h-17h30 Laurent Feneyrou (CNRS / IRCAM), Wort und Ton. Du sens dans l’Allemagne des années 1960

 17h30-18h00 Questions et pause

18h00-18h30 Performance de Violaine Lochu (artiste, performeuse), Hybird

Performance et installation – présentation : Philippe Le Goff

19h00 Ouverture de l’installation « remember the future » (musique Pedro Garcia Velasquez et Augustin Mueller, texte et voix de Laure Gauthier)

 

Vendredi 25 mars
Matin – 9h30-12h45 – amphi 2

Le texte et la voix : encore un lyrisme aujourd’hui ? –
Session générale amphi 2 modération : Anne Boissière (Université de Lille)

 9h30-10h Jean-François Puff (CY Cergy Paris Université), Modèles musicaux et performance orale de Son blanc du un, de Dominique Fourcade

10h-10h30 Jean-Marc Chouvel (Compositeur / Sorbonne Université), Synthèse du texte et de la parole

10h30-11h Stéphane Cunescu (Université de Liège), Une partition lyrique éclatée. L’opéra des mots de Franck Venaille

modération : Jean-François Puff (CY Cergy Paris Université)

11h-11h30  Questions et pause

11h30-12h00 – Abigail Lang (Université de Paris), Dada blues : la Re-Sonata de Tracie Morris

12h00-12h30 – Serge Martin (Poète / Université Sorbonne nouvelle), La chanson du poème : Ghérasim Luca au hit-parade…

12h30-12h45 – questions

13h-14h30 Pause déjeuner

Après-midi – 14h45-17h30

Collaborations transmédiales – modération : Laure Gauthier
Amphi 2

14h45-15h15 – Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne), Pratiques vocales et poésie « faciale » : Christophe Tarkos, Charles Pennequin, Nathalie Quintane, Vincent Tholomé

15h15-15h45 – Jérôme Game (Poète / Haute École des Arts du Rhin, Beaux-Arts de Strasbourg/Mulhouse), La voix in/transitive. Récits en poésie sonore et musique

15h45-16h15 – Questions et pause

Sessions parallèles

modération : Anne-Laure Chamboissier (curatrice)

amphi 2

modération : Abigail Lang Université de Paris)

amphi 1

16h15-16h45 Frédérique Cosnier (Poète / Université Sorbonne Nouvelle – Paris 3), Réverbérations : quand la musique donne à entendre les simultanéités vocales du poème (Christophe Manon et Frédéric D. Oberland)

16h45-17h15 Coral Nieto (EHESS), Poétiques de la voix : la voix intermédiale comme expérience audio-sensible d’après la pratique d’Anne-James Chaton et Pierre Jodlowski

16h15-16h45 Lenaïg Cariou (Poète / Université Paris 8), Sandra Moussempès, voix off de la poésie ?

 

16h45-17h15 Fabrice Thumerel (Université d’Artois), Trans-phonographies contemporaines : sur les audio-poèmes de Sandra Moussempès et les transpoèmes de Laure Gauthier

17h15-17h30 – Questions

 19h-20h15 – Performances
Lieu : L’Atelier de la Comédie

Jérôme Game, Bande originale
Patrick Beurard-Valdoye, Les noms perdus
Laurent Colomb, Opéra langue

 

Samedi 26 mars 2022
Matin – 9h30-13h30

 Vocalités audiovisuelles ? – modération : Anne-Christine Royère (Université de Reims-Champagne-Ardenne)

9h30-10h David Christoffel (Poète-Compositeur), La voix auctoriale au micro

10h-10h30 Marion Coste (CY Cergy Paris Université), 6 810 000 litres d’eau par seconde de Michel Butor, écouter les voix du monde

10h30-11h Marine Riguet (Poète / Université de Reims Champagne-Ardenne), Lyrisme écologique : la polyphonie de la poésie multimédia

11h-11h15 – sortie de la salle

11h15-12h15 – échanges et questions autour d’un café dans le foyer de l’auditorium

12h15-13h15 – Performances

 12h15-12h45 David Christoffel, Le feedback a toujours raison
12h45-13h15 Sandra Moussempès, Cassandre à bout portant

13h15-13h30Clôture du colloque

 

TÉLÉCHARGEMENT
Vocalités contemporaines, 24-26 mars 2022

Patrimoines in Situ II

Le projet se rattache à l’axe Patrimoines de la Maison des Sciences Humaines, et vise à réunir des enseignants chercheurs de disciplines variées, principalement intéressés par les patrimoines textuels et architecturaux.

Dans la continuité de la journée de septembre 2019, qui a permis la découverte de deux monuments patrimoniaux de la région Grand Est (la bibliothèque de Saint Mihiel et de la villa Poincaré à Sampigny), le CRIMEL et le CIRLEP proposent une seconde édition, tournée vers deux lieux parisiens.

Cette journée Patrimoines in Situ II se déroulera vendredi 10 décembre 2021 :

Le matin, accueil au Département des manuscrits (présentation de documents patrimoniaux, par Sabine Maffre – manuscrits médiévaux – et Guillaume Delaunay – manuscrits modernes et contemporains).
Attention : 10 places seulement (jauge Covid). S’il y a plus de demandes de participations à la journée, une visite guidée de l’exposition Baudelaire, site Tolbiac de la BNF sera organisée (15 places).

L’après-midi, visite guidée, par Anne-Cécile Schreiner, du Musée national Jean-Jacques Henner (17e arrondissement). La demeure du peintre Guillaume Dubuffe, labellisée Maison des illustres, accueille depuis 1924 la donation du peintre Jean-jacques Henner. Elle est caractéristique de la vie artistique parisienne de la fin du XIXe siècle.

Inscriptions auprès de Stéphanie Hatat
(stephanie.hatat@univ-reims.fr)
Nombre de places limitées

Le transport Reims-Paris, pour les résidents rémois, et le déjeuner, pour tous les participants sont pris en charge.
La journée s’adresse à tous les enseignants chercheurs de la MSH et aux doctorants. Parmi les doctorants, le projet pourra prolonger la formation « Le livre objet culturel » (Bibliothèque Carnegie – CRIMEL).

Contacts :
Jean-Louis HAQUETTE (CRIMEL) jean-louis.haquette@univ-reims.fr
Thomas NICKLAS (CIRLEP) thomas.nicklas@univ-reims.fr

EDUCATIO REGIA : L’ENFANT-ROI ET LA COMPAGNIE DE JÉSUS

EDUCATIO REGIA :
l’enfant-roi et la Compagnie
de Jésus.
Les enjeux de l’éloge (1601-1651)

Mercredi 8 décembre 2021

Organisateurs :
Sophie CONTE,
Bernard TEYSSANDIER (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL)
& Aline SMEESTERS (UCLouvain, GEMCA)

PROGRAMME :
8h30 : Accueil dans l’ancien réfectoire du Collège des Jésuites
9h : Christophe CLÉMENT, Vice-président recherche, URCA
9h15 : Carine EL-BEKRI et Agnès FALLER, Épure (Éditions et Presses Universitaires de Reims)

PRÉSIDENCE DE SÉANCE : Sophie CONTE

09h30-10h
Patrick GOUJON (Centre Sèvres-Facultés jésuites de Paris)
« Politique et spiritualité de l’éducation jésuite des princes »

10h-10h30
Agnès GUIDERDONI (UCLouvain)
« Le Catéchisme royal du P. Richeome (1607) : éducation religieuse ou éducation politique pour un Dauphin ? »

10h30-11h
Aline SMEESTERS (UCLouvain)
« Ordinaire et extraordinaire de la physiologie du nourrisson princier, dans les écrits des jésuites français de la première moitié du XVIIe siècle »

PRÉSIDENCE DE SÉANCE : Bernard Teyssandier

14h-14h30
Jean-Pascal GAY (UCLouvain)
« Les panégyriques royaux et les chemins du gallicanisme jésuite au XVIIe siècle ».

14h30-15h
Véronique CASTAGNET-LARS (Université de Toulouse-Jean Jaurès)
« Écrire l’enfance d’un roi cent ans plus tard : Louis XIII et le jésuite Griffet, histoire ou mémoire ? »

15h-15h45
Questions et discussion

15h45
Jean-Louis HAQUETTE, Directeur du CRIMEL

Clôture de la journée.

LIEU :
Sciences Po Reims (IEP), 1 Place Museux, Reims

CONTACT :
03 26 91 36 15 / stephanie.hatat@univ-reims.fr
RÉSERVATION ET PASSE SANITAIRE OBLIGATOIRES

TÉLÉCHARGEMENT :
Programme Educatio Regia

Crédits : Gravure au burin de Crispin de Passe le Jeune, BnF, département des Estampes

Cinq études sur Aragon Théatre/Roman

Alain Trouvé, Cinq études sur Aragon Théatre/Roman. Du texte à l’arrière-texte, Reims, Epure, 2021.

Le dernier roman d’Aragon, dans lequel les commentateurs ont parfois cru discerner un affaiblissement de la veine littéraire, préfigure le nouveau millénaire en cours, marqué par les effondrements multiples et la révision des cadres de pensée qui avaient paru s’imposer jusqu’alors. Théâtre/Roman traite du théâtre au propre et au figuré, dans un jeu de miroir entre les protagonistes de la représentation – acteur, metteur en scène – et le théâtre intérieur de l’écriture romanesque. La voix tragique de l’Écrivain et de ses doubles, confrontés à la faillite d’un idéal révolutionnaire néanmoins réaffirmé, trouve des échos dans d’autres œuvres du passé et d’autres époques qui l’universalisent. Le face-à-face vertigineux entre roman et théâtre, par l’orchestration poétique de la composition d’ensemble, ouvre pour le lecteur un espace inédit d’exploration, nommé ici, avec l’assentiment tacite d’Aragon, arrière-texte. Un passage de relais est suggéré: « Dans ce que je vois, il y a toujours ce que je ne vois pas ».

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre broché
Nb de pages 116 p. Notes .
ISBN-10 2374961508
ISBN-13 9782374961507
 Disponible en librairie et sur le Comptoir des Presses d’Université.

Textualité et Spatialité

Textualité et Spatialité
colloque organisé par Céline Bohnert et Yann Calbérac

« L’espace vous intéresse ? Faisons-le craquer. »
Samuel Beckett, L’innommable

Dès la fin des années 1980, le géographe Edward Soja constate qu’un tournant spatial (spatial turn) s’impose massivement (Soja, 1989), au point de devenir :

« Un paradigme spatial dans les sciences sociales qui a mis en évidence des phénomènes, des dynamiques, des répartitions échappant à d’autres types d’appréhension. Ce courant théorique a permis la circulation de concepts et de modèles entre la géographie et les disciplines comme la sociologie, l’anthropologie, l’histoire, la philosophie, les cultural studies, les colonial et post-colonial studies. L’espace, le territoire, le lieu, la frontière, le centre, la périphérie, l’échelle, la carte, le réseau, le local et le global ont été utilisés comme des concepts opératoires, des métaphores heuristiques pour apporter un surplus d’intelligibilité à des phénomènes complexes et multidimensionnels. » (Jacob, 2014, p. 43)

Dès lors, l’espace s’est invité dans le champ des sciences humaines et sociales, au point de devenir une catégorie d’analyse à part entière. Les études littéraires ne sont pas en reste : de multiples courants émergent ainsi en leur sein pour faire de l’espace un programme de recherche, qu’il s’agisse de la géocritique (Westphal, 2007), de la géographie littéraire (Collot, 2014) ou encore de l’étude des spatialités littéraires (Rosemberg, 2016). Ces courants cherchent tous à renouveler les approches des textes et de la textualité en mettant en lumière l’apport d’une approche spatiale. Mais les métaphores spatiales relèvent aussi de ce que Hans Blümenberg appelle des métaphores absolues, ces images au-delà desquels la pensée abstraite ne peut pas remonter : comment désigner les textes et l’écrit sans référence à l’espace ?

Si d’un côté le spatial turn invite à interroger les enjeux épistémologiques que recouvre l’extension à de nouveaux objets d’une terminologie, de concepts et de méthodes issus de la géographie, de l’autre l’emploi massif de métaphores spatiales pour désigner les textes et l’écrit dans la langue commune questionne nos représentations des textes dans leurs dimensions intellectuelles, sensibles et matérielles. Quelles métaphores spatiales organisent notre rapport à l’écrit : vers quelles formes d’espace ces images font-elles signe ?

Colloque organisé avec le soutien de lnstitut Universitaire de France dans le cadre des 30 ans de l’Institut.

DATES
20-21 octobre 2021

LIEUX
Mercredi 20 octobre :
Salle Bertrand de Mun – CCI
15 rue de Marmouzets – Reims
Jeudi 31 octobre :
Bibliothèque Robert de Sorbon
Campus Croix-Rouge
57 rue Pierre Taittinger – Reims

CONTACTS
celine.bohnert(at)univ-reims.fr
yann.calberac(at)univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENT
ArgumentaireAfficheProgramme

Crédit: Harley MS 549 (manuscrit mathématique) – source: British Library

Un workshop au Warburg Institute

Dans le cadre de son Visiting Fellowship au Warburg Institute, Céline Bohnert organise le workshop

(Re)Ordering the Gods. The Mythographic Web through Times
25th-26th November
Online

Names and epithets, historical facts, rituals and monuments, textual fragments, plants and places: these are samples of the wide material that the mythographic tradition deals with. How do we organise it? What data to choose, how to present it and what for? This workshop will question the different forms of mythographic compilation. Many of them baffle our sense of order and classification and it is tempting to qualify them as confused bundles. But, by orchestrating the collection of ancient texts and/or images and thus arranging different circulations in the treasure of ancient knowledge, mythographies present themselves as creative enterprises. Could we argue that compilation is a form of thought inherent in mythological creation, even in its artistic forms? Homer’s poems are based on different modes of assemblage and were immediately received as a mythographic encyclopaedia.

By visiting some of the compilation models developed since Antiquity, we will interrogate the ways in which they give new meanings to the ancient pantheon. Poetics, iconology, hermeneutic and anthropology are intimately linked here. How could we describe the forms of mythographic compilation? What mental procedures underlie them? What intellectual operations do they require of their users? To what extent a conception of the order of things can be read through their specific arrangement of data, how do they reflect a specific state of culture? These issues will be raised through images, texts, and artefacts. Although these domains obey their own logic, an important part of the mythographic production is found at their interface.

PROGRAMME (UK time / GMT):
Thursday, November 25th

13:40 – Welcome & Introduction

Session 1 :  Antiquity
chair : Céline Bohnert

14:00 – François Lissarrague (EHESS): ‘Ordering Herakles’ and Theseus deeds: two pictorial cycles’. Q&A

15:00 – Charles Delattre (Univ. Lille): ‘Mythography as visual art? From the compilation of data to their representation in the mythographic treatises of Palatinus Graecus 398′. Q&A

16:00 – Short break

Session 2 : The Middle Ages
chair : Charles Burnett

16:30 – Frank Coulson (Ohio State University): ‘Cataloguing the medieval Latin commentaries on Ovid’s Metamorphoses:  Problems and Perspectives’. Q&A

17:30 – Lorenza Gay (Independant Scholar): ‘”Selon l’istorial matiere” Depictions and Interpretations of the Greco-Roman Gods in Late Medieval French Illuminated Manuscripts: Building Meaning(s) in Texts and Images from the Ovide moralisé to Christine de Pizan’. Q&A

Friday, November 26th

Session 3 : Material Culture of the Renaissance
chair : Rembrandt Duits

15:00 – Elisa Sani (Courtauld Institute): ‘Feasting with the Gods: Ancient mythology on Italian Renaissance ceramics’. Q&A

16:00 – Short break

Session 4 : The early modern
chair : François Quiviger

16:30 – *Françoise Graziani (Univ. Corte): ‘La reconfiguration mythographique : un système complexe en acte’. Q&A

17:30 – Agnès Guiderdoni (Univ. Louvain, FNRS): ‘From Mythography to Iconology: Images of the Gods Reordered by Jean Baudoin (Conti, Mythologie, 1627)’. Q&A

*English translation of this paper will be provided.

TÉLÉCHARGEMENT :
Résumés de communications et biographies des participants

Le workshop aura lieu en ligne :  participation libre sur inscription ici.

Crédits : Raphael, Il consiglio degli dei (extrait), Villa Farnesina, Rome, c. 1517-1518 – source : wikipedia.

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires et Internationales de le Lecture
Suite de la session A2IL5, écourtée en raison de la pandémie.
CRIMEL-CIRLEP
2021-2022

Séminaire dirigé par Anne-Elisabeth Halpern – Audrey LouyerChristine ChollierAlain Trouvé

Séances de 17h à 19h, en co-modalité (présentiel + distanciel).
Les séances auront lieu à la BU Robert de Sorbon, sauf pour celle du 14/10 (Amphi Recherche, Bâtiment 13, modalités à préciser).

PROGRAMME
Jeudi 14/10 :

Alain TROUVÉ (URCA, CRIMEL) :
“Spectre identitaire et régime fictionnel. De Théâtre/Roman (Aragon) à Autobiographie d’un poulpe (Vinciane Despret)”

Jeudi 18/11 :
Anne-Elisabeth HALPERN (URCA, CRIMEL) : 
“Novarina : persona, personne, personnage, sonare per vacuum”

Jeudi 16/12 :
François RASTIER (CNRS) :
“construction sémantique du personnage”

Jeudi 20/01 :
Françoise LAVOCAT (Paris 3) :
(titre à préciser)

Jeudi 10/02 :
Françoise GEVREY (URCA, CRIMEL) :
(titre à préciser)

 Jeudi 10/03 :
Thomas GONCALVES : 
“Théâtraliser et s’approprier le fait et le sentiment autobiographiques dans “The Peace of Utrecht” et “Night” d’Alice Munro.”

Jeudi 31/03 :
Christine CHOLLIER (URCA, CIRLEP) :
“Variations lectorales entre fiction et non-fiction sur l’esclavage : le témoignage en quête de récit et le roman en quête de réel” [corpus : Incidents in the Life of a Slave Girl, (Harriet Jacobs) et The Underground Railroad (Colson Whitehead)] Continuer la lecture de Régimes poétique et romanesque de la fiction

Du « théâtre de société » avant 1700 ?

Du « théâtre de société » avant 1700 ?
Journée d’étude
vendredi 24 septembre 2021 de 13h30 à 17h30

Bibliothèque Universitaire Robert de Sorbon (Université de Reims Champagne-Ardenne, Campus Croix-Rouge) et par visioconférence

13h30         Introduction des co-organisateurs

Dominique Quéro (Université de Reims, CRIMEL) Valentina Ponzetto (FNS, Université de Lausanne) et Jennifer Ruimi (Université Paul-Valéry Montpellier 3, IRCL)

Présidente de séance : Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval (Université Paris-Est Créteil)

14h             Dominique Quéro (URCA, CRIMEL) – De quelques avatars du théâtre de société (ou en société ?) avant 1700 : premiers relevés et amorce de typologie.

14h 30      Barbara Nestola (CNRS, CESR-CMBV) – Les répétitions de Pomone (1669) de Perrin et Cambert, un exemple précoce de pratiques de théâtre de société ?

Discussion et pause

15h30        François Rémond (Université Paris III-Sorbonne Nouvelle) – La farce au cœur des divertissements de société : instrument de cohésion et de régulation des tensions communautaires.

16h             Claudine Nédelec (Université d’Artois) – Théâtre et jeux de société chez Charles Sorel.

16h30      Valentina Ponzetto (FNS, Université de Lausanne) – Une sociabilité mixte et égalitaire à l’origine des théâtres de société ? Le cas des Comédies en proverbes de Catherine Durand.

Discussion et conclusion / verre de l’amitié

Organisateurs : dominique.quero@univ-reims.fr ; valentina.ponzetto@unil.ch ; jennifer.ruimi@univ-montp3.fr