Tous les articles par Céline Bohnert

La Fontaine et les arts : Céline Bohnert aux 7e Rencontres de Psyché

La Fontaine et les arts :
Les 7e Rencontres de Psyché à Château-Thierry

Le journal L’Union, qui avait annoncé la journée,  rend compte ce 9 juin des 7e Rencontres de Psyché, organisées le samedi 4 juin 2022 par la Société des Amis de Jean de  La Fontaine et le Festival Jean de La Fontaine, avec le soutien de la mairie de Château-Thierry.

Céline Bohnert y a donné une conférence sur “La Fontaine et la Peinture”.

TÉLÉCHARGEMENT
programme

Crédits : Claude Lorrain, Vue de Delphes, Galerie Doria Pamphili, Rome – source : @wikipedia.

Une silhouette familière

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Une silhouette familière

Elle attendait, debout sur le quai du métro, et frottait vigoureusement ses mains gantées l’une contre l’autre. Il parvenait à distinguer ses tremblements de froid sous les nombreuses épaisseurs de tissu censées lui faire barrage. On aurait dit qu’elle avait essayé de disparaître sous ses vêtements, de s’y ensevelir. Les gens passaient sans la voir, elle ne semblait pas les apercevoir davantage. Les yeux dans le vague, elle fixait sans le voir le panneau de la station.

Solférino. Le voyait-elle encore, après tout ce temps ? Il en doutait, mais en avisant son regard perdu, il se demandait tout de même si ce nom ne l’avait pas entraînée à sa suite dans l’une des rêveries primesautières et subites dont elle était coutumière. À quoi pouvait-elle bien penser ? Le froncement de ses sourcils ne présageait pas une réflexion joyeuse… Continuer la lecture de Une silhouette familière

Le Désir a retrouvé son étoile

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Désir a retrouvé son étoile

Que quelqu’un lui nomme une chose plus belle à observer qu’un ciel de nuit. Ces milliers d’étincelles pareilles à des points de conscience qui nous regardent et nous laissent les regarder. Ces mystères lointains insaisissables et passionnants. Une voûte si changeante et pourtant tellement apaisante. Le ciel nocturne suscite tant de questions qui ne demandent qu’à être éclaircies, tant d’énigmes qui ne cherchent que leur résolution. Oui, que quelqu’un lui nomme plus merveilleux spectacle que la voûte céleste.

Cette nuit encore, Aratos de Soles était saisi par la poésie de ce tableau. Des notes d’Eudoxe de Cnide à la main, il observait, allongé dans les jardins du palais d’Antigone. Qu’observait-il exactement ? Les figures formées de ces lignes imaginaires reliant les astres entre eux, l’harmonie qu’elles créaient. « Cette harmonie ne peut être que le signe de l’ordre qui règne là-haut », pensa l’observateur. Au fil des années, Aratos avait appris à reconnaître ces images : la ceinture des constellations zodiacales lui était désormais aussi familière que ses propres appartements. La beauté de ce spectacle ne manquait jamais de créer en lui un profond sentiment de reconnaissance envers les dieux, ces dieux qui régissaient le monde, celui d’après, celui d’ici et celui d’ailleurs. Pour cet homme fasciné, la splendeur et la noblesse de ce tableau signifiaient l’infinie bonté des Immortels. Continuer la lecture de Le Désir a retrouvé son étoile

Le Soleil fâché

Le master 1 Lettres et Humanités offre la possibilité de s’exercer à l’écriture créative dans le cadre du cours « Performances écrites ». Les étudiants doivent composer un récit sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Le texte qui suit a été rédigé durant l’année académique 2021-2022.

Le Soleil fâché

La rue de Paris était pleine de passants, de fumées et de cris alors qu’il se rendait au Louvre. Il se souvenait parfaitement de la dernière occasion qu’il avait eue de se rendre à la capitale. C’était en été, un été chaud et fructueux : il passait justement devant le couvent des Feuillants, qui lui remémora la conférence qu’il avait donnée à l’Hôpital général. Les travaux pour la construction de son extension allaient débuter. Ce serait la Salpêtrière. Oui, cet été 1657 fut un moment intéressant de sa carrière, car il fut pour lui une de ces intenses périodes d’écriture. Il se souvenait également que c’était à cette date que le surintendant Fouquet avait achevé les structures principales de son château de Vaux, de son palais, plutôt. Bossuet laissa derrière lui la collégiale Saint-Honoré. C’était l’été où avait paru cet ouvrage si singulier de Pascal, Les Provinciales. Quoi qu’il ne fût pas toujours en accord avec les positions de cet homme, il reconnaissait tout de même qu’il avait bien du talent pour débattre avec tant de subtilité. Le roi, se rappelait-il, était resté assez réservé sur ces lettres. C’est sans doute pour cela, pensait Bossuet, qu’il devait garder en mémoire ces événements d’il y a cinq ans, car il lui faudrait prononcer devant le monarque bien plus que de simples panégyriques. Il lui faudrait mettre devant les yeux ses propres torts – non pas comme un accusateur, car qui était-il pour juger un tel homme ? Non, il lui faudrait lui parler avec cette même simplicité qui l’avait tant charmé et convaincu, celle qu’il manifestait en tous lieux et avec chacun de ses auditeurs – il pourrait s’agir de ce mendiant auquel il venait de donner l’aumône, ou de cette femme de marchand qu’il avait croisée, ou de ces nobles qu’il verrait tout à l’heure –, celle de son maître Vincent de Paul. Il lui faudrait parler, car la reine-mère, Anne d’Autriche, le lui avait commandé. Elle avait attiré auprès d’elle tous les partisans d’un redressement moral de la Cour. Et c’est justement pour sa verve oratoire qu’elle l’avait convoqué, l’ayant vu à Metz prononcer l’un de ses discours pour l’apologie des saints de la religion chrétienne. Continuer la lecture de Le Soleil fâché

Le Livre comme objet du transfert culturel à la première modernité

Le Livre comme objet du transfert culturel
à la première modernité :
acteurs, commerce, pratiques

Vendredi 3 juin
Bibliothèque Carnegie

A partir des études de cas, cette journée d’études interroge le rôle du livre comme objet du transfert culturel à la première modernité.
Tandis que les acteurs (agents de princes, commerçants, éditeurs et imprimeurs, auteurs, traducteurs, bibliothécaires, etc) et les pratiques d’échange de réception et d’adaptation étaient bien établies pour faire circuler en Europe des objets comme des curiosités et des animaux exotiques, peintures, tapisseries, porcelaines, le livre tient une place à part véhiculant, en plus, les idées et concepts abordés et, par la suite, repris dans les pays d’accueil.

Les interventions retracent en particulier la propagation de la « gallophilie » à savoir l’installation de la France comme modèle sociétal et culturel.

La journée d’études se déroulera vendredi 3 juin 2022 de 10h à 18h à la Bibiliothèque Carnégie de Reims.

Inscriptions auprès de Helga MEISE.

CONTACT :
Jean-Louis HAQUETTE (CRIMEL)
Helga MEISE (CIRLEP)

TÉLÉCHARGEMENT :
programme

Les Doctoriales du CRIMEL

Les Doctoriales du CRIMEL
Présentation des travaux collectifs et individuels
des doctorants du CRIMEL

2 juin 2022 · 9h-18h
Bibliothèque Robert de Sorbon – Campus Croix-Rouge
et sur Zoom

9h Accueil des participants
9h15 – 9h30 Introduction de la journée
9h30 – 11h Table ronde : « Être doctorant »
11h – 12h Les « Ateliers du CRIMEL ».
Présentation des activités collectives des doctorants du CRIMEL
14h – 17h Communications des doctorants sur leurs sujets
17h 17h15 Discussion, clôture de la journée

À l’issue de la journée, l’ensemble des participants sont conviés à un buffet de clôture dans la salle de réception du CRIMEL.

CONTACT
rose-lucie.cahoua@univ-reims.fr
juliette.fridli1@univ-reims.fr

TELECHARGEMENT
Affiche et Programme

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 15 – 2022

La fiction comme agencement d’actions renvoie au premier abord à un corpus romanesque extensible aux expressions cinématographique, voire théâtrale, sans recouvrir pour autant tout le champ littéraire. Ce volume propose d’en ouvrir la définition à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La parenté étymologique entre fiction et figure dans les langues romanes oriente vers cette acception générale susceptible d’englober tous les discours comme le fait Mallarmé: la fiction « semble être le procédé même de l’esprit humain ».

Il s’agit ici d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée sous un vocable commun, en s’attachant notamment aux écritures d’auteurs butant sur la fiction romanesque en lien avec l’idée qu’ils s’en font, ou ayant publié séparément des recueils poétiques et des romans. Et nous tenterons aussi plus largement, grâce aux philosophes, linguistes, et spécialistes d’autres cultures, de déterminer si vraiment tous les discours relèvent de la fiction au même degré.

SOMMAIRE

  • Anne-Élisabeth Halpern et Audrey Louyer Avant-propos

La pratique du langage comme fiction

  • Bertrand Marchal – La fiction selon Mallarmé

Fiction et non-fiction dans le récit

  • François Rastier – Vérité en littérature ou vérité de la littérature ?
  • Christine Chollier – Du récit d’esclave à la fiction sur l’esclavage
  • Audrey Louyer – Jorge Volpi : fiction et non-fiction d’un réel lacunaire
  • Marie-France Boireau – Récit et fiction dans L’Ordre du jour d’Éric Vuillard

Fiction et pratiques génériques différenciées

  • Anne-Élisabeth Halpern – « Ici commence le roman de Jean-François Chahux » : Henri Michaux, la fiction sans roman
  • Alain Trouvé – Aragon / Breton : roman, poésie, fiction

Fiction, hybridation et invention générique

  • Marika Piva – La fiction comme invention d’une forme et d’une signification
  • Jean-Louis Haquette – L’Histoire de ma vie de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique
Nb de pages :  184 p.
ISBN-10 2374961664
ISBN-13 9782374961668

Alain Trouvé publie dans Mythologies magazine

L’article d’Alain Trouvé intitulé « Le mythe de Pygmalion et la place des femmes dans les arts » est paru dans le numéro de Mythologie magazine, n°48, avril 2022.

Résumé :
Le mythe de Pygmalion raconte comment un sculpteur tombe follement amoureux de sa création. Il a donné lieu à de nombreuses interprétations en lien, selon les époques, avec une série d’oppositions entre idéal et réalité, inerte et vivant, sujet créateur et objet représenté.

Cet article est tiré de la conférence prononcée en décembre 2021 dans le Séminaire « Grandes et petites mythologies » dirigé par Karin Ueltschi et Flore Verdon. Une version longue paraîtra dans les Actes en préparation.

Plus d’informations ici.

Crédits : Jean-Léon Gérôme, Pygmalion et Galatée, Metropolitan Museum of Art, New York – source : wikipedia.

L’édition de création 1950-1980. Le grand illustré, et après?

JOURNÉE D’ÉTUDES
L’ÉDITION DE CRÉATION 1950-1980.
LE GRAND ILLUSTRÉ, ET APRÈS ?

Vendredi 8 avril, 10h-17h30

Sous la responsabilité de Sophie LESIEWICZ, INHA & Anne-Christine ROYÈRE, CRIMEL

LIEU :
BIBLIOTHÈQUE CARNEGIE
2 place Carnegie, Reims

PROGRAMME :
10h – Accueil
10h15 – 10h30 : Introduction
Anne-Christine ROYÈRE, Université de Reims Champagne-Ardenne

10h30 – 11h15 : Édition de création, changement de perspectives
10h30 – 10h45 : Sophie LESIEWICZ, INHA
Petite historiographie du livre d’artiste

10h45 – 11h15 : Ilaria ANDREOLI, INHA
Le livre de peintre est-il un mythe ?

11h20-11h30 : Discussion

11h30 – 13h00 : L’écrivain / artiste : un « livre d’artiste » ?
11h30 – 12h : Antoine PERRIOL, Chercheur indépendant
Georges Hugnet, ou le territoire du livre

12h – 12h30 : Nathalie GIBERT, Enseignante et chercheuse
Vercors et l’imprimerie (suite)

12h30 – 12h40 : Discussion

Déjeuner : 12h45-14h

14h – 14h30 : L’écrivain / artiste : un « livre d’artiste » ? (suite)
14h – 14h30 : Albert DUPONT, Artiste & Sophie LESIEWICZ, INHA
Livres d’artiste lettristes / Maurice Lemaître

14h30 – 15h30 : Éditer collectif ?
14h30 – 15h : Marius DURAND, Designer Graphique
Changement de Formes

15h–15h30 : Lenaïg CARIOU, Université Paris 8
Orange Export Ldt (1969-1986)

 15h30 – 15h45 : Discussion

15h45 – 17h30 : Présentation d’ouvrages
15h45-16h15 : Coline DAMERY, Université de Reims Champagne-Ardenne & Coline GOSCINIAK, Bibliothèque Carnegie
Les publications internes du Collège de ‘Pataphysique

16h15 – 17h15 : Anne-Christine ROYÈRE, Université de Reims Champagne-Ardenne & Coline GOSCINIAK, Bibliothèque Carnegie
Collectif Génération

17h15 – 17h30 : Discussion et clôture de la journée d’étude

CONTACT :
Stéphanie Hatat : stephanie.hatat@univ-reims.fr /
03 26 91 36 15

TELECHARGEMENTS :
Affiche édition de création
Programme édition de création

Crédit photo : CC0 Revue Change

Communautés et minorités dans les séries TV

Communautés et minorités dans les séries TV
vendredi 18 mars 2022

Journée d’étude organisée par Emmanuel Le Vagueresse (CIRLEP) et Sébastien Hubier (URCA).

Matinée
8h30 Ouverture

9h Emmanuel Le Vagueresse (URCA), « Une grande muette blonde et un petit gros en fauteuil roulant : Rhonda et Mère-Grand dans Chapeau melon et bottes de cuir »

9h30 Sébastien Hubier (URCA), « “I am just a straight white man in my 30’s! I’m a fucking minority here! A fucking visible minority!” Minorités et communautés dans l’imaginaire néo-reaganien (The X-Files, The Shield, Banshee) »

Discussion & pause

10h45 Victor-Arthur Piégay (Université de Lorraine), « Communautés adolescentes dans l’Amérique pornifiée d’Euphoria »

11h15 Sophie Benard (CNRS), « Les séries True Crime (The Keepers) »

Discussion

Après-midi
14h Anne-Élisabeth Halpern (URCA), « Surexposition des minorités invisibles dans True Blood : des livres à la série »

14h30 Paula Almeida (Universidade do Porto), « Nouveaux modèles féminins dans les séries télévisées portugaises : une minorité face au paradigme traditionnel ? »

Discussion & pause

15h30 Lorène Trémerel (URCA), « Pétasses et ratées : la sororité des Kappa dans Scream Queens »

16h Juliette Fridli (URCA), « Quand la minorité devient majorité (Community [2009-2014], 911 Lone Star [2020-…]) et New Amsterdam [2018-…]) »

16h30 Jérôme Martin (Université de Bourgogne), « “Stay woke and be conscious” : minorités et communautés à l’âge du capitalisme de surveillance » (table ronde).

« Closing Drinks »

Sébastien Hubier enseigne la littérature comparée et les cultural studies à l’Université de Reims-Champagne-Ardenne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur l’imaginaire érotique occidental et les fictions littéraires et cinématographiques contemporaines.

Emmanuel Le Vagueresse enseigne la littérature et le cinéma espagnols contemporains à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et à l’Institut d’Études Politiques de Paris. Il est l’auteur de plusieurs ouvrages sur sa spécialité et également traducteur de poésie espagnole.

LIEU
Médiathèque Jean Falala
2 rue des Fuseliers, 51100 Reims – Auditorium de la médiathèque

TELECHARGEMENT :
Programme Séries TV et Communautés
Affiche Séries TV et Communautés