Tous les articles par Céline Bohnert

Paroles de lecteurs 2. Poésie et autres genres

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 13 – 2019

Le volume 12 d’Approches Interdisciplinaires de la Lecture avait ouvert la question de la parole du lecteur. Le volume 13 l’approfondit en s’intéressant aux genres saisis dans leur diversité et leurs variations, et notamment à la poésie. L’expérience du poète est-elle transposable à celle du lecteur? Une seule parole, celle du poète, peut-elle réunir poète et lecteur? Certes, trop de différences, d’espace et de temps les séparent souvent. Il faut sans doute chercher aussi d’autres rôles que celui du lecteur diligent. Le lecteur critique, le lecteur savant, le lecteur traducteur, le lecteur-spectateur, le lecteur voyageur sont quelques-uns de ces rôles, repérables  dans les contributions ici rassemblées.

Dir.  Jean-Michel Pottier

SOMMAIRE

  • Jean-Michel Pottier – Prologue
  • Alain Trouvé – La littérature comme échange verbal différé : autour de L’Écharpe rouge (Yves Bonnefoy)
  • Christine Chollier – Marot et Marotte au Pays de la Traduction
  • Marie-Madeleine Gladieu – Mario Vargas Llosa, lecteur de poésie
  • Anne-Élisabeth Halpern – Le lecteur au / de cinéma
  • Colette Camelin – Walter Benjamin lecteur d’À la recherche du temps perdu
  • Maria Hermínia Laurel – Lisibilité de Lisbonne dans quelques récits de voyage : éléments pour une géobiographie littéraire de Lisbonne
  • Isabelle Turcan – Lectures de Jean Racine par les lexicographes français des XVIIe-XVIIIe siècles
  • Bibliographie

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 274 p.
ISBN-10 2374960633
ISBN-13 9782374960630

Crédit: Janwillemsen, Natuur en vernuft 1916 ill dode zee – source: Flickr

Gaston d’Orléans et l’Antiquité

Gaston d’Orléans et l’Antiquité
colloque organisé par Céline Bohnert et Valérie Wampfler

DATES
2-4 octobre 2019

LIEUX
Mercredi 2 octobre:
Bibliothèque Carnegie
2 place Carnegie – Reims

Jeudi 3 et vendredi 4 octobre:
Amphithéâtre Recherche
Maison des Sciences Humaines
Campus Croix-Rouge
57 rue Pierre Taittinger – Reims

PROGRAMME

MERCREDI 2 OCTOBRE
Bibliothèque Carnegie

14h Accueil des participants
14h30 Mot d’introduction par Céline BOHNERT, Valérie WAMPFLER

15h-16h – Gaston d’Orléans et l’Antique (I)
Président de séance : Jean-Louis HAQUETTE, Directeur du CRIMEL

15h Aurore SCHOENEKER (Univ. Sorbonne Nouvelle), « La culture antique de Gaston d’Orléans au miroir de ses livres : essai de recomposition »
15h30 Delphine CARRANGEOT (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), « Gaston d’Orléans et le collectionnisme d’antiques : une pratique politique et culturelle léguée à Louis XIV ? »
16h Discussion et pause

16h30-18h – Gaston d’Orléans et l’Antique (II)
Président de séance : Pierre GATULLE

16h30 Patrick MICHEL (Lille, IRHIS), « Les Lescot : une famille de grands fournisseurs des collectionneurs »
17h Marianne COJANNOT-LEBLANC (Univ. Paris-Nanterre, HAR) et Evelyne PRIOUX (CNRS, ArScAn), « L’iconographie des gemmes antiques acquises par Gaston d’Orléans »
17h30 Discussion

18h30 – Concert : « Les réjouissances de Bacchus » par Le Banquet du Roy (Villa Douce) : spectacle sur les plaisirs et les vertus du vin à la cour de Gaston d’Orléans

JEUDI 3 OCTOBRE
UFR Lettres, Bâtiment 13, Amphi Recherche

9h-12h – Fictions antiques d’un prince moderne (I)
Président de séance : Frank GREINER

10h Bernard TEYSSANDIER (URCA, CRIMEL), « Quelle grammaire pour quel prince ? Le Manuscrit français 151 : un exemplaire de présent adressé à Gaston d’Orléans »
10h30 Vincent DOROTHEE (Univ. Paris I, HiCSA), « En miroir et sous le masque : Gaston d’Orléans et l’Antiquité dans le spectacle de cour »
11h Yohann DEGUIN (Univ. Rennes 2, CELLAM), « Monsieur, père de Mademoiselle : le mythe du prince et du père dans les Mémoires de la Grande Mademoiselle »
11h30 Discussion

14h30-17h30 – Fictions antiques d’un prince moderne (II)
Présidente de séance : Jacqueline GLOMSKI

14h30 Delphine AMSTUTZ (Univ. Paris-Sorbonne, CELLF 16-20), « L’ombre de Brutus : l’action politique de Gaston d’Orléans et le modèle de “l’ancienne Rome” »
15h Marion DUCHESNE (Univ. Caen-Normandie), « Gaston d’Orléans et les modèles antiques dans la littérature panégyrique de naissance : une étude comparative entre fils de France et infants d’Espagne »
15h30 Discussion et pause

16h Valérie WAMPFLER (URCA), « Gaston d’Orléans, héros de roman ou d’épopée ? Enjeux de la Peruviana de Claude-Barthélemy Morisot »
16h30 Frank GREINER (Univ. Lille III, ALITHILA), « Portrait du prince en Hercule chrétien : sur les usages de la mythologie chez les confesseurs de Gaston d’Orléans. »
17h Discussion

VENDREDI 4 OCTOBRE
UFR Lettres, Bâtiment 13, Amphi recherche

9h-12h30 – Invention et usages de l’Antiquité à la cour de Gaston d’Orléans
Président de séance : Bernard TEYSSANDIER

9h Yvan LOSKOUTOFF (Univ. Le Havre, GRIC), « La seconde édition de Filippo Paruta, La Sicilia descritta con medaglie (Rome, 1649) dédiée au duc d’Orléans, oncle de Sa Majesté très chrétienne »
9h30 Alexandre CAPONY (Univ. Sorbonne-Université, CELLF 16-20), « Claude Favier et son Adonis de la cour, dédié à Monseigneur, Frère du Roy. Hypothèses pour un déchiffrement »
10h Jean DURON (CMBV, CESR), « Les voix de l’antique chez Pierre Perrin, introducteur des ambassadeurs auprès de Gaston d’Orléans
10h30 Discussion et pause

11h15 Constance GRIFFEJOEN-CAVATORTA (Univ. Versailles-Saint-Quentin, DYPAC), « Édifier la gloire d’un prince lettré ? Le raffinement mythologique dans les recueils poétiques de Tristan L’Hermite »
11h45 Sandrine BERREGARD (Univ. Strasbourg, CELAR), « Tristan L’Hermite au service de Monsieur : heurs et malheurs d’un poète aristocrate en quête de reconnaissance »
12h15 Discussion et clôture du colloque

CONTACTS
celine.bohnert@univ-reims.fr
valerie.wampfler@univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche
Programme

Colloque avec le soutien de la Région Grand Est et de la Société d’Etude du XVIIe siècle

Crédit: Grammaire latine en figures allégoriques empruntées à l’art militaire, c.1615, BnF ms. 151 – source: BnF

La confession et le texte licencieux

La confession et le texte licencieux:
pratiques textuelles et éditoriales dans l’Europe du XVIIIe siècle

Journée d’étude organisée par
Jean-Louis Haquette (CRIMEL, EA3311) et Helga Meise (CIRLEP, EA4299)

DATE
Vendredi 13 septembre

LIEU
Bibliothèque Carnegie
2 place Carnegie – Reims

CONTACTS
jean.louis-haquette@univ-reims.fr
helga.meise@univ-reims.fr

 

TÉLÉCHARGEMENT
Affiche

Crédit: François Boucher, L’Odalisque brune, c.1745, musée du Louvre – source: wikipedia

Régimes poétique et romanesque de la fiction

Séminaire Approches Interdisciplinaires
et Internationales de la Lecture
(A2IL – 5)
CRIMEL-CIRLEP
2019-2020

Séminaire dirigé par : Christine Chollier (CIRLEP EA 4299), Alain Trouvé et Anne-Elisabet Halpern (CRIMEL EA 3311).

ANNONCE

D’innombrables travaux ont placé la fiction au centre de leur recherche depuis des décennies. Nous voudrions introduire une inflexion fondée sur des pratiques touchant à l’écriture littéraire et à la théorie. Nous proposons, pour explorer ce problème, de soumettre aux intervenants la forte hypothèse posée naguère par Jacques Rancière, hypothèse qui conduit à une différenciation partielle. Rappelons-la :

“Le régime représentatif de l’art n’est pas celui de la copie, mais de la fiction, de l’« agencement d’actions » dont parle Aristote. C’est ce concept qui libère l’art de la question de la vérité et de la condamnation platonicienne des simulacres. En revanche le « procédé général de l’esprit humain » sépare l’idée de fiction de celle d’« agencement d’actions » ou d’histoire. La fiction devient une procédure d’agencement des signes et des images, commune au récit et à la fiction, au film dit documentaire et au film racontant une histoire. Mais alors cet agencement des signes n’est plus « hors-vérité ». Quand la fiction devient une « procédure générale de l’esprit humain », elle est à nouveau sous la législation de la vérité. C’est ce que dit en substance Flaubert : si une phrase sonne mal, c’est que l’idée est fausse.” (Et tant pis pour les gens fatigués, Paris, Amsterdam, 2009, p. 156)

La fiction comme « agencement d’actions » renvoie clairement à un corpus romanesque extensible par l’idée d’histoire ou de fable aux expressions cinématographique, voire théâtrale. La fiction comme « procédure d’agencement des signes et des images » ouvre vers une signification plus large qui pourrait s’appliquer à d’autres corpus, notamment poétiques, plus ou moins rebelles à toute description en termes de fable ou d’histoire. La « procédure générale de l’esprit humain » dont parle Rancière est empruntée à Mallarmé glosant lui-même Descartes dans ses Notes sur le langage :

“Enfin la fiction lui semble être le procédé même de l’esprit humain – c’est elle qui met en jeu toute la méthode, et l’homme est réduit à sa volonté.
Page du discours sur la Méthode.”

Il s’agit d’examiner le lien entre des pratiques d’écriture-lecture et une certaine idée de la fiction, trompeusement uniformisée, peut-être, sous un vocable commun.

Argumentaire complet

PROGRAMME
Séances de 17 à 19h

Jeudi 19 septembre 2019
Bertrand Marchal (U. Paris 4 Sorbonne), « La notion de fiction selon Mallarmé » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 10 octobre 2019
Marika Piva (U. de Padoue), « La fiction comme invention d’une forme et d’une signification » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 14 novembre 2019
Anne-Elisabeth Halpern (U. de Reims, CRIMEL), « “Ici commence le roman de Jean-François Chahux” : Henri Michaux, la fiction sans le roman » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 12 décembre 2019
Alain Trouvé (U. de Reims, CRIMEL), « Aragon / Breton : roman, poésie, fiction » (BU Robert de Sorbon, S. 140)

Jeudi 16 janvier 2020
Jacques Rancière, [titre à préciser]

Jeudi 13 février 2020
Jean-Louis Haquette (U. de Reims, CRIMEL), « “L’histoire de ma vie” de Giacomo Casanova au miroir de la fiction : considérations sur l’impureté générique »

Jeudi 12 mars 2020
Mathieu Simard (U. d’Ottawa), « Fictions de la fiction. Imaginaire de la catégorie « fiction » en régimes poétique et romanesque »

Jeudi 19 mars 2020
Christine Chollier (U. de Reims, CIRLEP), « Régimes esthétique et éthique du récit d’esclave : The Narrative of the Life of Frederick Douglass, an American slave, written by Himself (1845) »

Jeudi 09 avril 2020
Marie-France Boireau (U. d’Orléans), « Récit et fiction dans deux récits d’Éric Vuillard : 14 juillet et L’ordre du jour »

Jeudi 14 mai 2020
Giovanni Berjola (U. de Lorraine), « Poésie et roman : genres et postures de la fiction intime »

LIEU
Université de Reims Champagne-Ardenne
UFR Lettres et Sciences Humaines
Bibliothèque Robert de Sorbon – salle 140
57, rue Pierre Taittinger – Reims

Le Réseau A2IL

Crédit: Jean Pénuel, Le Souvenir, 1996.

Boèce au fil du temps

Boèce au fil du temps. Son influence sur les lettres européennes du Moyen Âge à nos jours, Sophie Conte, Alicia Oïffer-Bomsel et  María Elena Cantarino-Suñer, Paris, Classiques Garnier, 2019, 651 p.

Référence essentielle depuis le Moyen Âge pour les intellectuels européens, l’œuvre de Boèce contribua à l’universalisation des savoirs. Ce volume collectif met en lumière l’héritage culturel de ce grand classique de l’Antiquité, figure exemplaire de l’éclectisme scientifique.

Sophie Conte est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

ISBN: 978-2-406-08665-9
ISSN: 2103-5636
Langues: Français, Espagnol
Mots-clés: Littérature latine, histoire des sciences, lexicologie, arts libéraux, théologie, iconographie, philosophie morale, littérature médiévale, histoire des idées
Prix: 34€
Disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit: D’après Stiftsbibliothek Einsiedelm, Codex 358(610), Boethius, De arithmetica et geometrica. De musica, f. 144.

une émission de “Secrets d’histoire” sur Jean de La Fontaine (France 2)

Céline Bohnert participe à l’émission “Secrets d’Histoire” sur Jean de La Fontaine animée par Stéphane Bern : diffusion jeudi 22 août sur France 2.
Interviewés: Patrick Dandrey, Fabrice Lucchini, Claire Lesage, Thomas Morel, Eric Orsenna, Jean-Christian Petitfils, Tiphaine Rolland…
L’émission est disponible en replay jusqu’au 21 septembre.

La Mythologie des boiteux dans Libération

Le livre de Karin Ueltschi, Mythologie des boiteux et du pied fabuleux. Œdipe, Jacob, Mélusine & Cie, Paris, Imago, 2019 (300p.) fait l’objet d’un article de Robert Maggiori publié dans le  numéro de Libération du 25 juillet 2019: à lire ici.

Karin Ueltschi est professeur de Langue et Littérature du Moyen Âge à l’Université de Reims et membre du CRIMEL.

Crédit: Artiste anonyme, “Oedipe abandonné”, dans Jean Mansel, Fleur des histoires, fin du 15e siècle – BNF

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection

Le XIXe siècle à l’épreuve de la collection, Nathalie Preiss (dir.), Reims, Epure, 2019, 292 p.

Beaucoup a été écrit, et fort bien écrit, sur la collection au XIXe siècle dans et par la fiction: c’est donc une autre voie que les voix ici réunies voudraient explorer. À partir de collections de tous ordres (privé et public, littéraire, historique et artistique, éditorial et muséal), selon une perspective nécessairement et résolument interdisciplinaire, il s’agit d’interroger la spécificité du geste – à la geste de la Révolution attaché – et du discours de la collection au XIXe siècle, et de les penser comme figuration et fiction, production et projection d’un, voire du XIXe siècle, bref: le XIXe siècle à l’épreuve de la collection.

Nathalie Preiss est professeur de littérature du XIXe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Support Livre broché
Nb de pages 292 p. Index . Bibliographie .
ISBN-10 2374960668
ISBN-13 9782374960661
Prix: 25,00 €
Disponible sur le Comptoir des Presses d’Université.

Crédits: D’après Un Autre Monde de Grandville (1844) et Les Amoureux du livre de Fertiault (1877).

Le passé à l’oeuvre

Jean Balsamo, Le passé à l’oeuvre. Essais d’histoire littéraire, Avant-propos de Bernard Teyssandier et Jean-Louis Haquette, Reims, EPURE, 2019, 324 p.

L’historien de la littérature, dont la méthode est l’histoire littéraire, étudie un objet qui provient d’une autre époque, élaboré selon l’art, pour répondre aux besoins et aux goûts d’un temps révolu. Mais, dans les cas les plus remarquables, la Divine Comédie, les Essais, Les Tragiques, les Promessi sposi, cet objet n’a pas cessé d’être présent et parlant, de donner à voir et à comprendre, de suggérer et d’émouvoir, longtemps après la disparition de son auteur, de ses destinataires, de ses premiers lecteurs. Si l’historien cherche à connaître sa genèse et les premières raisons qui lui donnaient un sens, il a aussi pour tâche de comprendre les effets et les discours qu’il a suscités sur la longue durée. L’histoire de la littérature se déploie dans la perspective historique des œuvres comme dans celle, historiographique et idéologique, de leur réception moderne par l’institution qui l’érige en discipline savante.

Jean Balsamo est professeur de littérature du XVIe siècle à l’Université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311).

Support: Livre relié
ISBN-10: 2374960803
ISBN-13: 9782374960807
Date de publication: 13 juin 2019
Prix: 25,00 €
Disponible sur le Comptoir des Presses d’Université.

soutenance d’Anaïs Oléron

Mme Anaïs Oléron soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Vincent JOUVE (URCA), et intitulée

La fiabilité narrative en question(s), parcours textuels et liberté du lecteur

membres du jury :
Raphaël BARONI Université de Lausanne Rapporteur
Vincent JOUVE (Univ. Reims-Champagne Ardenne), directeur
Liesbeth KHORTALS ALTES Université de Groningue Rapporteur
Frank WAGNER Université de Rennes 2 Co-directeur de thèse

Quand :
Mardi 25 juin 2019 à 14h30

Où :
Salle E14
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Résumé:
La formule «narrateur non crédible » apparaît sous la plume du théoricien américain Wayne C. Booth, au début des années Soixante. Par-là, il entend rendre compte de situations dans lesquelles le lecteur repère une distance entre le récit que rapporte le narrateur et ce que le texte donne à entendre par ailleurs. Cet effet de distance repose sur la détection, par le lecteur, d’indices textuels corroborant son sentiment. Le problème principal est alors celui de l’interaction entre l’« interface » que constituent le texte et le lecteur qui l’actualise. Au-delà du pacte de lecture noué entre l’œuvre et son lecteur, entrent également en ligne de compte certaines attentes correspondant à l’expérience commune ou façonnées par la culture littéraire. L’objectif de cette thèse est ainsi d’élaborer une synthèse des travaux passés et actuels sur la notion de narrateur non fiable. Un premier axe décline les différentes hypothèses et méthodes d’approche des textes permettant d’expliquer que certains narrateurs apparaissent moins fiables que d’autres. Un deuxième axe s’inscrit dans une perspective typologique et présente différentes formes de non fiabilité, invitant en outre à repérer les indices présents au sein des textes. Une troisième partie se concentre sur la question de l’interaction entre données textuelles et choix interprétatifs du lecteur. Elle propose pour cela l’étude de plusieurs œuvres contemporaines aux pactes de lecture ambigus ou indécidables. Un dernier temps du travail interroge les enjeux esthétiques et anthropologiques des narrations non fiables, le procédé étant symptomatique des tensions et des interrogations qui traversent notre société.

Crédit: Marc Frant, Carnaval longovénitien 2018 – au golf – source: Flickr.