Tous les articles par Céline Bohnert

La Grande Oreille : Merlin

La Grande Oreille n°83, avril 2021 : « Merlin » – dirigé par Karine Ueltschi, Laurence Hélix et Anne Berthelot

Merlin, enchanteur, magicien et prophète a présidé à la naissance d’un monde qui nous fascine toujours : celui d’Arthur et des chevaliers de la Table ronde. Mais qu’a encore à nous apprendre ce personnage tout à la fois romanesque, historique et légendaire ? Et quelles traces a-t-il laissées, lui, cet éternel conteur et maître de la parole, qui nous invite à prendre conscience du monde fragile qui nous entoure ?

17 euros (hors frais de port)
ISBN : 979-10-92447-46-0

Disponible sur le site de l’éditeur

Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

LES MASTÉRIALES DU MASTER MENTION « LETTRES ET HUMANITÉS »

Jeudi 20 mai 2021
Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Contact : nathalie.preiss@univ-reims.fr

Télécharger l’argumentaire.

PROGRAMME
Matin
(en distanciel, par lien Zoom, adressé aux participants)

9h 30. Ouverture de la journée par Léa Lallement et Manon Lorrain (étudiantes de master, CRIMEL).

Table ronde (étudiants de master et doctorants)
Du mémoire de master à la thèse : évolution ou révolution ?
Animateur : Quentin Lamorlette (étudiant de master, CRIMEL)

10h. Interventions des étudiantes et étudiants du master 2 « Lettres et Humanités » (Léa Damoiseau, Marie Daumont, Apolline Gautier, Coraline Hipolito, Léa Lallement, Quentin Lamorlette, Manon Lorrain, Wendy Perrin, Thomas Rollin) sur les questions et difficultés rencontrées lors de la préparation de leur mémoire (sources, rapport au discours critique, choix et construction du sujet et de la réflexion).
Animatrices : Rose-Lucie Cahoua (doctorante, CRIMEL),
Léa Lallement (étudiante de master, CRIMEL) Manon Lorrain (étudiante de master, CRIMEL), Flore Verdon (docteur, CRIMEL)

10h 30. Du sujet de mémoire au sujet de thèse (choix, construction du sujet, corpus, méthode).

11h. Les conditions de réalisation de la thèse (charte de la thèse, contrats doctoraux, gestion du temps, équilibre entre vie professionnelle, personnelle, familiale, et recherche).

11h 30. La thèse : la fin, et après ? (quand arrêter les recherches et la rédaction ? Poursuite d’études, débouchés).
Intervention d’Agnès Faller (conservateur, responsable de la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, URCA).

12h. Présentation par Marie Daumont (étudiante de master, CRIMEL) et Nathalie Preiss (CRIMEL) de l’édition critique électronique du Carnaval du dictionnaire (1874) de Pierre Véron, sur la plateforme PLANETE.

Après-midi
(en distanciel, par lien Zoom, adressé aux participants)
Des femmes, des sons, des silences, une voix ?
Animatrices :
Léa Lallement (étudiante de master, CRIMEL) et Manon Lorrain (étudiante de master, CRIMEL)

14h 30. Justine Cudorge (doctorante, CERHIC, URCA, et PRaME, Université de Namur) : « Dimension acoustique et manifestations de l’agentivité féminine : entendre et faire entendre sa voix dans la familia royale (VIe-VIIe siècles) ».

15h. Margaux Gérard (doctorante, CRIMEL, URCA) : « Le rôle de la voix dans la construction du personnage de la mère dans La Promesse de l’aube de Romain Gary ».

15h 30. Discussion et pause.

16h. Laureline Chatriot (étudiante de master, CERHIC, URCA) : « La figure de la sorcière, une porte-parole féministe ? Étude de la voix, des silences et des sons dans les revues Sorcières et New Witch ».

16h 30. Andrew Watts (professeur, Université de Birmingham) :
« Balzac, la radio, et l’adaptation de la voix féminine : quelques pistes de réflexion ».

17h. Discussion, conclusion et perspectives.

Comité scientifique : Régine Borderie (co-responsable du master mention « Lettres et Humanités », CRIMEL), Frédéric Gugelot (responsable du parcours du master « Histoire » : « Normes, Cultures, Pouvoirs »), Jean-Louis Haquette (directeur du CRIMEL), Nathalie Preiss (co-responsable du master mention « Lettres et Humanités », CRIMEL), Karin Ueltschi (directrice adjointe de l’École doctorale SHS, CRIMEL).

Comité d’organisation : Léa Lallement et Manon Lorrain, étudiantes du master 2 mention « Lettres et Humanités », avec la collaboration de Léa Damoiseau, Apolline Gautier, Coraline Hipolito, et la participation de Marie Daumont, Quentin Lamorlette, Wendy Perrin, Thomas Rollin, tous étudiants du master 2 mention « Lettres et Humanités », et d’Emma Simon, étudiante de L3 de Lettres Modernes.

CONTACTS :
Nathalie Preiss (responsable des mastériales) : nathalie.preiss@univ- reims.fr
Stéphanie Hatat (responsable du secrétariat du CRIMEL) : stephanie.hatat@univ-reims.fr
Plamena Zhekova (responsable du secrétariat du master mention
« Lettres et Humanités ») : plamena.zhekova@univ-reims.fr

Crédits :
bandeau: extrait de Berthe Morisot, Le Violondit aussi Julie Manet au violon, huile sur toile, coll. part. – source : Spectacles Selection
dans le billet:
Edvard Munch, La Voix. Nuit d’été, 1896. Huile sur toile. Musée Munch, Oslo. Source : Wikipédia. DR.
Vignette sur bois de H. Faxardo pour Les Mystères des théâtres de Parispar un vieux comparse, Marchant, 1844, p. 181.

Jupiter et Mercure

Alexis Lévrier, Jupiter et Mercure. Le pouvoir présidentiel face à la presse, Paris, CELSA Paris-Sorbonne et Les Petits matins, 2021, 384 p.

Au moment de son élection, Emmanuel Macron a été présenté comme l’homme d’un « nouveau monde » qui devait remplacer les pratiques anciennes. Mais, du point de vue de ses rapports avec la presse, c’est au contraire avec un très ancien monde que ce jeune président a d’emblée voulu renouer. Il apparaît en effet comme l’héritier assumé des monarques républicains qui l’ont précédé, au point que le terme « Jupiter » lui-même est emprunté au double septennat de François Mitterrand.
Après un quinquennat Hollande marqué par des échanges incessants avec les journalistes, la « saine distance » voulue par Emmanuel Macron a dans un premier temps été bien accueillie. Mais cette attitude s’est très vite transformée en mépris et elle a conduit le Président à des erreurs, tel son comportement impérieux au moment de l’affaire Benalla. Son cas est loin de constituer une exception, puisque la logique même des institutions de la cinquième République se prête à des rapports tendus entre le chef de l’État et la presse : du général de Gaulle à François Hollande, tous les prédécesseurs d’Emmanuel Macron ont ainsi été tentés, un jour ou l’autre, de mettre les journalistes au pas.
Le risque est cependant réel, lorsque Jupiter cherche à imposer ses vues à Mercure, de saper les fondements de sa propre légitimité. Conscient sans doute de ce péril, et comme l’ont fait ses devanciers les plus habiles, le Président a consenti à de réelles inflexions après les épreuves qui ont marqué le début de son mandat. Mais, comme le montre cet essai, son attitude envers la presse n’a changé qu’en surface : même s’il a renoncé à employer ce mot, Emmanuel Macron restera sans doute jusqu’au bout un président « jupitérien ».

ISBN 978-2-36383-294-8
Date de parution 06/05/2021
384 p., 20 euros
Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Du « théâtre de société » avant 1700 ?

Appel à communication

Du « théâtre de société » avant 1700 ?
vendredi 24 septembre 2021
à Reims en présentiel (si possible) et par visioconférence

journée d’étude organisée par Dominique Quéro (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL), Valentina Ponzetto et Jennifer Ruimi (FNS, Université de Lausanne)

Peut-on parler de « théâtre de société » avant 1700, et sous quelles formes se manifeste alors ce phénomène qui connaît son plein essor à partir des années 1750 et perdure au(x) siècle(s) suivant(s) ?

Objet de maints ouvrages au tournant des 19e et 20e siècles, les théâtres de société suscitent depuis 25 ans un regain d’intérêt de la part des dix-huitièmistes, dont David Trott, créateur du site « Théâtres de société : rayonnement du répertoire français entre 1700 et 1799 », et Marie-Emmanuelle Plagnol-Diéval, à qui l’on doit l’étude de référence sur Le théâtre de société, un autre théâtre ? (2003) et un colloque sur Les théâtres de société au XVIIIe siècle (2005) organisé avec Dominique Quéro. Si Jean-Claude Yon et Nathalie Gonidec ont enchaîné par un colloque sur Le théâtre de société au XIXe siècle (2008, publ. 2012), la poursuite en aval des investigations sur ce phénomène est encore au cœur du projet FNS dirigé par Valentina Ponzetto à l’Université de Lausanne depuis 2016, « Théâtres de société. Entre Lumières et Second Empire », projet dans le cadre duquel elle a, en collaboration avec Jennifer Ruimi, organisé plusieurs rencontres sur « La scène des théâtres de société », « Genres et esthétique des théâtres de société (18e-19e siècles) », « Théâtre de société et société : quelles interactions ? », un tout dernier colloque se proposant d’aller « Du théâtre de société aux théâtres amateurs » (22-23 avril 2021) autour de la « Permanence de pratiques (18e-21e siècles) ».

S’interroger sur la continuité des phénomènes considérés incite à élargir plus encore l’empan chronologique des investigations sur le sujet pour se pencher également sur la période antérieure à 1700. Si l’on a pu montrer que, dès la première moitié du 18e siècle, même avant la première vague de théâtromanie des années 1730, les spectacles de société n’étaient pas rares, pourquoi ne pas tenter de remonter aux sources de telles pratiques au 17e voire au 16e siècle ? On trouve en effet, tant dans les mémoires, correspondances ou gazettes, que  dans des œuvres de fiction ou des pièces de théâtre, bien des mentions, plus ou moins précises, de représentations de (ou en) société. Non sans liens avec le théâtre de cour, tout comme avec le théâtre de collège ou d’éducation, ces spectacles – en France et à l’étranger – témoignent d’échanges entre public et privé, professionnels et amateurs, l’importance des femmes dans les réseaux de sociabilité ayant sans doute favorisé cette pratique du théâtre (comme en témoigne par exemple la marquise de Rambouillet ou la duchesse du Maine). Or peu d’études spécifiques ont été consacrées au phénomène, brièvement abordé par Pierre Mélèse dans un chapitre sur « Les représentations privées » (Le théâtre et le public à Paris sous Louis XIV, 1934) ou ponctuellement étudié en détail par Denis Lopez (« Le théâtre à l’hôtel de Rambouillet », 2006).

Il s’agira donc, lors de cette journée d’étude susceptible d’être prolongée par d’autres rencontres, de dresser un état des lieux sur la question :
–  en proposant un début d’inventaire des spectacles de/en société avant 1700 et en réfléchissant à la pertinence même de la notion de « théâtre de société » appliquée aux phénomènes considérés ;
– en explorant les liens entre théâtres publics et théâtres privés, entre acteurs professionnels et amateurs ;
– en soulignant plus particulièrement le rôle joué par les femmes dans l’essor de ce phénomène de société.

Les propositions de communications, accompagnées d’une courte notice bio-bibliographique, seront à envoyer conjointement avant le 10 juillet 2021 à :
Valentina Ponzetto valentina.ponzetto@unil.ch
Dominique Quéro dominique.quero@univ-reims.fr
Jennifer Ruimi jennifer.ruimi@unil.ch

Jeanne d’Arc

Laurence Hélix, Jeanne d’Arc, La Crèche, La Geste, 2020, 180 p.

Dès le Moyen Age, Jeanne d’Arc intrigue ou dérange, fascine ou inquiète, et la légende, déjà, se superpose à l’Histoire. À bien des égards, son parcours est extraordinaire. Deux années, de 1429 à 1431, ont suffi à Jeanne d’Arc pour devenir l’une des figures majeures de l’Histoire de France. Dans cet ouvrage richement illustré, le lecteur part à la rencontre de celle qui, âgée de 20 ans à peine, bouleversa le cours de la guerre de Cent Ans. Grâce aux documents et témoignages de l’époque, l’auteur rétablit quelques vérités historiques puis, dépassant le cadre médiéval, elle analyse la place centrale que la Pucelle occupe dans notre imaginaire : du XVIIIe siècle à nos jours. Un modèle et un symbole qui n’a rien perdu de son éclat !

Laurence Hélix est maître de conférences en langue et littérature médiévale à l’URCA et membre du CRIMEL.

  • Réf. : LUP3293
  • Edition : Reliée
  • Format : 11 x 17.8 cm
  • Isbn : 979-10-353-0646-5
  • Prix : € 09,90

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédits : représentation de la bataille d’Azincourt (25 octobre 1347) extraite de l’Abrégé de la Chronique d’Enguerrand de Monstrelet, BnF, fr. 2680, fol. 208, XVème s.

Master Lettres et Humanités

Le Master Lettres et Humanités est une formation de haut niveau dans le domaine des Humanités littéraires : Littératures antiques, Littérature française et Littérature comparée. Il conjugue un approfondissement des études littéraires, une initiation aux humanités numériques et un accompagnement vers la vie professionnelle : aux cours dispensés pendant les trois premiers semestres (258h par semestre), s’ajoutent une formation professionnalisante dans le cadre du CRIMEL (Centre de Recherche Interdisciplinaire sur les Modèles Esthétiques et Littéraires, EA 3311), un stage dirigé (106h) et la préparation d’un projet de recherche personnel (rédaction d’un mémoire en M1 et en M2 et soutenance devant un jury).

Responsables de la formation:
Nathalie Preiss – nathalie.preiss@univ-reims.fr
Régine Borderie – regine.borderie@univ-reims.fr

Secrétariat: Plamena Zhekova – master.llce@univ-reims.fr
Master LLCE, Master MEEF ALL et Agrégation
UFR Lettres et Sciences Humaines
Université de Reims Champagne-Ardenne

57, rue Pierre Taittinger – 51096 REIMS Cedex
Tél. : 03 26 91 36 58
Ouvert du Lundi au Vendredi 9h00-12h et 13h-16h30
Fermé Vendredi après-midi

Présentation de la formation par les étudiants de M1 de la promotion 2019-2020.

TÉLÉCHARGEMENTS
– Brochure Master L et H 2020-2021
Encadrement des Mémoires: directions de recherche
Les étudiants sont invités à consulter également les biographies des chercheurs sur le site du CRIMEL.

 

 

la chambre d’enfant

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé « Compétences rédactionnelles ». Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

La Chambre d’enfant

Lorsque j’étais enfant, je me rendais souvent chez ma grand-mère. Ensemble, nous allions rendre visite à mon arrière-grand-mère afin de l’aider à préparer ses médicaments et ses repas de la semaine. Elle était déjà très âgée et les heures me semblaient longues lorsque je devais patienter dans la cuisine sans bouger. C’est pourquoi j’aimais beaucoup me promener dans la maison et inspecter chacune des pièces à la recherche d’une nouvelle distraction.

Pour entrer dans la maison, il fallait traverser une petite véranda où était exposée une collection de cactus. Je m’amusais à les toucher du bout des doigts pour savoir s’ils piquaient vraiment. Le plus souvent, je restais dans la cuisine où se trouvait le fauteuil que mon arrière-grand-mère ne quittait que pour aller se coucher. Elle gardait son téléphone fixe près d’elle pour ne pas avoir à se lever. C’était la pièce principale de la maison, celle qui reliait toutes les autres. Sur la droite se trouvait une pièce dont l’utilité m’est toujours demeurée inconnue. Elle abritait les nombreuses plantes offertes à mon arrière-grand-mère, il n’y avait aucun meuble dedans. Au fond se trouvait une minuscule salle de bain, mais j’évitais autant que possible de m’y rendre parce qu’elle me faisait un peu peur. J’allais souvent explorer le salon lorsque mon arrière-grand-mère me disait d’aller prendre un bonbon. C’était la plus grande pièce de la maison. La première chose qu’on voyait en entrant était un portrait de mon arrière-grand-père, juste au-dessus des deux canapés. Il s’y trouvait également un buffet ancien sur lequel était posée la boîte de bonbons. Je savais que mon arrière-grand-mère les achetait spécialement pour moi. Enfin, il y avait une table ronde et quatre énormes bombonnes d’oxygène. Mon arrière-grand-mère était reliée à une de ces bombonnes, aussi grandes que moi, par un long tuyau sur lequel il fallait prendre garde de ne pas marcher. Ma grand-mère m’autorisait parfois à jouer dans la chambre où dormait le chat. Il n’avait pas de nom ; mon arrière-grand-mère en inventait un nouveau à chaque fois que je lui posais la question. Il était souvent couché sur le lit de mon arrière-grand-père, sur une épaisse couverture de laine. Mes arrière-grands-parents avaient chacun un lit simple, séparés par deux petites tables de nuit. Au pied des lits se trouvait une cheminée qui ne fonctionnait plus depuis plusieurs années. Quand ma grand-mère manquait de patience, elle m’envoyait arroser les fleurs dans le jardin. J’allais chercher un arrosoir dans le hangar où se trouvaient tous les outils de jardinage et j’en profitais pour cueillir quelques fraises ou framboises. Mes arrière-grands-parents avaient également un petit verger où j’allais ramasser des mirabelles ou des pommes lorsque la saison le permettait. Ma mère m’avait raconté qu’il y avait des moutons quand elle était petite et qu’elle allait les nourrir au biberon. Je connaissais si bien cette petite maison que j’avais parfois l’impression qu’elle était la mienne. Continuer la lecture de la chambre d’enfant

Béatrice

Le texte qui suit a été rédigé par une étudiante du Master I Lettres et Humanités, dans le cadre du cours intitulé « Compétences rédactionnelles ». Les personnes sont invitées à écrire un texte d’invention sur un thème lié à leur sujet de mémoire. Il s’agit d’aborder autrement la recherche, en sollicitant l’imagination, imagination stimulée par des extraits commentés en cours et par les œuvres choisies pour le mémoire.

Béatrice

Les yeux posés sur l’horizon, elle contemplait ses lectures. Prolongement de ses pensées, son regard et ses lèvres ourlées comme une page cornée m’invitaient à lire en elle un récit d’Italie. Elle semblait si réelle, et bien que devinant la bonté céleste de son âme, j’étais obsédé par sa chevelure vermeille des enfers. C’était une évidence : elle était mon âme-sœur. Il y a de cela deux ans, un an ou peut-être une semaine, je n’sais plus bien, j’ai été dépouillé, selon ces journalistes pute à clique, de ma putain d’âme de merde. C’est arrivé un soir, peut-être un matin, ou bien durant les fêtes de fin d’année, je n’sais plus bien, mais ce que je peux dire c’est que depuis il n’y a plus rien. Rien, c’est ce que je suis, c’est ainsi que l’on me nomme depuis et « depuis », c’est la manière dont je nomme ce qu’il s’est passé. Les autres préfèrent employer des mots comme meurtre ou, plus sobrement encore, massacre ! Lors de mon procès ont été avancées par les grands freluquets à froufrous blancs ce que la terminologie juridique appelle « les causes objectives d’irresponsabilité pénale » ; selon leurs expertises faussement psychanalytiques, une abolition du discernement due à ma schizophrénie m’aurait contraint à agir sous l’influence d’une inconscience sauvage – là où règne l’anarchie des pulsions. Comme je ne pouvais m’exprimer autrement que par la pensée, ils ont interprété mon mutisme ainsi que mon stoïcisme comme une flagrante insensibilité faisant de moi un bonhomme complètement aliéné par l’indifférence et l’inconscience. Bordel. Bordel de merde. S’ils pouvaient lire les récits de mon esprit, ils comprendraient que j’ai fait ce que j’ai fait sciemment, consciemment et indéniablement amoureusement, car c’était l’unique solution pour te donner à nouveau corps. Continuer la lecture de Béatrice

Masteriales 2021: Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Mastériales du master mention « Lettres et Humanités »
de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

 Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Jeudi 20 mai 2021

      Depuis les années 1980, nombre de colloques et séminaires ont été consacrés à la représentation de la femme ou du féminin, selon différentes approches critiques, dont, notamment, l’histoire des représentations.  Ainsi, tout récemment, Érika Wicky a lancé un appel à communication pour un atelier de la SERD (Société des études romantiques et dix-neuviémistes), intitulé « Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : imaginaires olfactifs et construction du genre ».
C’est dans cette perspective que, pour la première édition des mastériales du master mention « Lettres et Humanités » de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’on voudrait s’interroger, sous le titre : « Des femmes, des sons, des silences, une voix ? » , sur les femmes et le son, à partir d’un corpus transséculaire, tout à la fois littéraire, artistique, filmique et radiophonique, avec le souci d’articuler histoire des représentations et poétique de la représentation, et de convoquer plusieurs approches (historique, littéraire, artistique, philosophique, sociocritique, ethnocritique, poétique). Continuer la lecture de Masteriales 2021: Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

La fabrique de l’humanisme (projet IUF 2020-2025)

Étudier la fabrique de l’humanisme
à l’ère des humanités numériques :
le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti

Projet IUF junior (2020-2025) – Céline Bohnert

Le projet intitulé « Étudier la fabrique de l’humanisme à l’ère des humanités numériques : le cas des Mythologiae libri decem de Natale Conti » interroge l’un par l’autre humanisme renaissant et humanisme contemporain en une démarche réflexive et critique sur les humanités numériques. Il questionne la façon dont les outils numériques remodèlent nos pratiques intellectuelles en mobilisant un corpus inexploré, les Mythologiae libri decem de Natale Conti. Appliquant à un nouvel objet le principe de symétrie (B. Latour), il entend éclairer les présupposés méthodologiques et théoriques, ainsi que les enjeux politiques propres à ces deux âges de l’humanisme.

LIENS
Le site Mythologia
Le carnet Hypothèses du projet
Les membres de l’équipe