Littérature, traduction et errance(s)

Littérature, traduction et errance(s)

Vendredi 9 février 2024
Université de Reims, BU Robert de Sorbon

Journée organisée par Cécile Gauthier (CRIMEL), Xavier Giudicelli (CIRLEP) et Christine Sukic (CIRLEP)

PRÉSENTATION

Partant du constat qu’un nombre important de chercheurs en littératures étrangères et comparée ont une expérience de la traduction, cette journée d’étude se propose d’ouvrir un espace d’échange autour de cette pratique. Le travail prendra appui sur des travaux de traduction parus ou en cours afin de proposer un retour d’expérience sur les défis lancés par ceux-ci, d’interroger la façon dont ces traductions s’inscrivent dans des parcours de recherche sur les cultures étrangères et nourrissent une réflexion sur la recherche en littérature. Cette journée d’étude s’inscrit dans le cadre du programme transversal du CIRLEP « Régimes de l’erreur » et de l’axe 3 de la MSH (« Patrimoine, textes, langages, cultures »). Elle s’intéressera plus particulièrement aux relations entre traduction et errance(s).

Errance s’entendra d’abord au sens premier d’« action de marcher, de voyager sans cesse », de « mettre [ses] pas sur les vestiges de ceux de l’auteur », comme l’écrit Paul Valéry de sa traduction en vers des Bucoliques de Virgile dans « Variations sur les Bucoliques » (p. 215). Voyages ici d’une langue à une autre, d’une culture à une autre, d’une époque à une autre : la traduction est, selon Tiphaine Samoyault, l’une des instances « des mouvements par lesquels la littérature circule et se transmet » (Traduction et Violence, p. 12). Contre la conception de l’errance comme errement et vagabondage, Édouard Glissant la réhabilite comme « cela même qui nous permet de nous fixer […], de dériver enfin […] de nous amarrer à cette dérive qui n’égare pas » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 63). Cela pose la question du lieu de la traduction et de la place du traducteur, entre les langues, entre enracinement et déracinement.

L’errance revêt également le sens d’« hésitations », de « tergiversations » : la traduction est une pratique exploratoire, solitaire ou collective, qui sans cesse confronte les traducteur·rices-voyageur·se·s, à des doutes, des questions, des choix, voire des dilemmes tant linguistiques que culturels. Ainsi, jusqu’à quel point une traduction doit-elle ou peut-elle restituer l’étrangeté et l’« étrangèreté » (Michael Edwards) d’un texte ? Comment rendre au mieux des références culturelles qui, à l’aune d’une époque mais aussi d’une culture autres, menacent d’opacifier le sens et de créer malentendus voire erreurs culturelles ? Quelles sont les contraintes propres à la traduction de genres comme le théâtre et la poésie ?
Dès lors, envisager la traduction au prisme de l’errance conduit à la penser comme mouvement vers l’inconnu et ce, même si la traduction se fait le plus souvent vers la langue dite « maternelle », connue, ou s’il existe des cas d’auto-traduction ? Que signifie alors errer : y a-t-il une direction, un mouvement circulaire, des retours en arrière, etc. ? Combien de versions avant le point final ? de corrections ? de regrets ? d’erreurs, peut-être fructueuses ? Quand finir ? Comment finir ? Quand retraduire ? Comme l’écrit Glissant, « L’étant ni l’errance n’ont de terme, le changement est leur permanence, ho ! – Ils continuent. » (Traité du Tout-Monde. Poétique IV, p. 64).

Cette journée d’études, en français, ouverte à toutes les langues, se déroulera début 2024 (date envisagée : vendredi 9 février 2024). Elle pourra par exemple prendre la forme de 2 ou 3 tables rondes croisant les langues, les cultures et les expériences, suivies d’un temps d’échange ; une conférence plénière peut également être envisagée. Cette journée d’étude impliquera les doctorant·e·s du CRIMEL et du CIRLEP ainsi que les étudiant·e·s du master « Anglais, arts et médias » qui assisteront à l’événement mais surtout présenteront et mettront en voix des travaux de traduction de théâtre réalisés en binômes. Elle pourra se dérouler à la Bibliothèque Robert de Sorbon et en partenariat avec celle-ci : les traductions publiées par les ÉPURE pourront ainsi être présentées et valorisées.

PROGRAMME

9h45 : Accueil et présentation de la journée

10h30-12h30 : Table ronde 1
Yannick Bellenger (URCA, traduction de l’anglais)
Laurence Chamlou (URCA, traduction du persan)
Astrid Muls (ULB, Bruxelles, traduction du tchèque)
Anna Lushenkova Foscolo (Université Lyon 3, traduction du russe)

12h30-14h : Repas

14h-15h : Présentation et lecture de travaux de traduction réalisés par les étudiants des masters de l’URCA

15h15-17h15 : Table ronde 2
Mathieu Dosse (traduction du portugais brésilien)
Laure Gauthier (URCA, traduction de l’allemand)
Emmanuel Le Vagueresse et Juan Carlos Baeza Soto (URCA et Université Sorbonne Paris Nord, traduction de l’espagnol)
Christine Sukic et Anne-Marie Miller-Blaise (URCA et Université Sorbonne Nouvelle, traduction de l’anglais)

17h15 : Clôture



Citer ce billet
Marine Riguet (2024, 11 janvier). Littérature, traduction et errance(s). Les carnets du CRIMEL. Consulté le 26 mai 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/vkj7

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

Carnet du Centre de recherche interdisciplinaire sur les modèles esthétiques et littéraires (CRIMEL EA 3311)

Rechercher dans OpenEdition Search

Vous allez être redirigé vers OpenEdition Search