Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie

« Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie »
jeudi 1er février 2024 – 9h à 17h

Journée d’étude organisée par Karin Ueltschi dans le cadre du séminaire « Grandes et petites mythologies ».

Après l’espace et le temps, la faune et la flore, notre troisième Journée d’étude sera consacrée aux objets comme confluents et vecteurs tout à la fois des grandes et petites mythologies. Bâtons ou chaudrons, bottes ou tuniques, ceintures…, de préférence humbles objets du quotidien, ont de tout temps offert une hospitalité généreuse à un surplus de sens et de vertus « magiques » afin de toucher, à travers l’épaisseur même de leur réalisme quasi trivial, des points sensibles des interrogations humaines et de proposer des grilles de signifiance.

Selon l’esprit de nos recherches, les contributions doivent s’ancrer au carrefour de l’Olympe et du foyer, et mettre en évidence les coïncidences qui existent entre les traditions savantes et populaires : l’objectif ultime de nos travaux en effet consiste à montrer qu’il n’y a pas lieu de séparer radicalement les deux continents, qu’ils sont complémentaires plutôt qu’antagonistes et qu’ils ne cessent de se nourrir dans une réciprocité mystérieuse mais constante et féconde : ainsi la clochette, qui passe de la robe du prêtre Aaron au cou du bétail chez Ovide et au Carnaval, aux enchantements de Noël et aux rires des étoiles du Petit Prince.

Dans les sociétés d’autrefois, « l’objet circule peu, il doit durer, il est rare, on s’y attache. De cette attitude découlent beaucoup de pratiques aujourd’hui considérées comme désuètes ; on rafistole, on ravaude et surtout on récupère tout ce qui peut encore servir. Rien ne se jette, tout peut servir » :  boue, clous, coquilles d’œuf, cuir de vieux souliers, tesson, bouts de bois et autres cheveux.  Ainsi, « l’objet se caractérise par sa forte présence, son poids de réalité. »

Les actes de cette Journée d’Étude seront publiés, ensemble avec les conférences données dans le cadre du séminaire entre septembre 2022 et juin 2024, dans le troisième volume des « Grandes et Petites Mythologies », aux éditions de l’Université de Reims (EPURE).

Programme :

9h : Accueil

9h20 : Sophie Conte, directrice du Crimel : Ouverture de la Journée d’Étude

Présidence de séance : Sophie Conte

9h30 : Laurence Helix (Université de Reims/CRIMEL) : Le Miroir.

10h : Alain Corbellari (Université de Lausanne) : Anneaux fabliesques.

10h30 :  Christine Ferlampin (Université de Rennes 2) : La chape de Zéphyr le luiton dans Perceforest : manteau d’invisibilité, capuchon d’un genius cucullatus ?

11h : Discussion et Pause

Présidence de séance : Karin Ueltschi

11h30 : Philippe Walter (Université de Grenoble) :  Un graal : du vaisselier au mythe.

12h : Dominique Ancelet-Netter (ICP) : Autour de la pièce de monnaie.

12h30 : Discussion & Repas

Présidence de séance : Laurence Helix

14h15 : Régine Borderie, (Université de Reims/CRIMEL) : La Peau de chagrin : un talisman  problématique.

14h45 : Yannick Bellenger-Morvan (Université de Reims/CIRLEP) : George MacDonald et « La Princesse légère » (1865) : Objets magiques et esthétique littéraire.

Présidence de séance : Amandine Haller

15h15 : Discussion & Pause

15h45 : Catalina Girbea (Université de Bucarest, par visio-conférence) : La matérialité du  bouclier dans l’imaginaire médiéval.

16h 15 : Karin Ueltschi (Université de Reims/CRIMEL) : Bâtons, balais, baguettes : transformations et (en)jeux métonymiques.

16h45 : Discussion et fin de Journée

Télécharger le programme

Un compte rendu de cette journée a été rédigé par Lucie Menu (L3 Lettres Modernes) dans le cadre de son stage au sein du CRIMEL.

LIEU :
Université de Reims, Campus Croix-Rouge, Salle de la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon

Crédits : Martin le Franc, Le Champion des dames, BnF fr 12476, f° 105v (vers 1440).



Citer ce billet
Marine Riguet (2023, 1 décembre). Les objets au carrefour de la grande et la petite mythologie. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncte

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.