Recherche stratégique

Les étudiants du Master I Lettres et Humanités ont l’occasion de pratiquer l’écriture d’invention. Ils ou elles devaient, en 2022-2023, travailler sur ces deux verbes : « chercher, rechercher ». Il leur fallait élaborer un texte évoquant une recherche dont la nature et l’objet relevaient de leur choix, tout comme le genre du texte à écrire. Enseignante référente : Régine Borderie.

 

Recherche stratégique
Hannibal au lendemain de Cannes (216 avant notre ère)

Scène 1 : Hannibal, Magon

Hannibal et son frère Magon, dans la même tente.

Magon : Mon frère, puis-je entrer ?

Hannibal : Magon ! Viens, je t’en prie. Installe-toi, prends donc une coupe de vin. Célèbre avec moi le grand succès que nous avons emporté sur les Romains ! Je tiens à partager ma joie avec toi. J’ai employé avec succès la tactique d’encerclement que j’avais élaborée en m’inspirant des plus grands stratèges de notre temps, Alexandre et Pyrrhus. Grâce à l’incompétence de mes ennemis, la victoire n’en était que plus assurée.

Magon : Bien entendu… Hannibal, je dois te l’avouer, ma visite n’est pas seulement de courtoisie. Je suis préoccupé, vois-tu.

Hannibal : Pourquoi donc ? Confie-moi tes inquiétudes, Magon.

Magon : L’on m’a rapporté que tu ne souhaites pas te rendre à Rome, mais à Capoue. J’ai tout d’abord prêté à ces rumeurs l’attention qu’elles méritaient, avant de me décider à venir à toi afin d’avoir des éclaircissements.

Hannibal : Ma décision te surprend, mon frère ? À dire vrai, ma position n’est pas arrêtée. Cela dit, je dois avouer mon inclination pour la prudence.

Magon : Nous n’avons jamais été dans une telle position. Même père, lorsqu’il était à la tête des forces de Carthage, n’a jamais infligé de telles défaites aux Romains. Et toi, alors que tu pourrais les détruire, pourquoi ne le fais-tu pas ?

Hannibal : Tout bonnement parce que je ne souhaite pas anéantir Rome.

Silence. Puis Magon se lève et s’exclame :

Magon : Comment ? Que dis-tu là ? Aurais-tu oublié ton serment sur l’autel de notre dieu protecteur Baal ? Aurais-tu oublié les paroles que tu as prononcées devant père ? La haine éternelle des Romains, née sur les cendres de nos ancêtres, doit motiver tes actes ! (À part) Maudit soit-il ! Que ne donnerais-je pas pour être à sa place…

Hannibal : Je ne souhaite pas détruire Rome, Magon, car cela ne nous apporterait rien. Je désire qu’elle soit sous la coupe de Carthage. Je désire retrouver et consacrer notre hégémonie sur la Méditerranée.

Magon : Depuis des décennies, notre peuple se bat contre les Romains et leurs ambitions expansionnistes. Père a tout sacrifié pour que Carthage l’emporte, sa réputation, ses honneurs, sa vie même. Il nous a élevés pour que nous accomplissions la vengeance de la cité d’Elissa. Et tu voudrais tout remettre en question ? Ne devrions-nous pas mettre Rome en pièces ? Aller au-devant de notre adversaire ? Continuer à lui infliger défaite sur défaite ?

Hannibal : Tu veux que nous fassions le siège de la cité. Je le comprends, mais aurons-nous les ressources nécessaires ? Te rappelles-tu, devant Sagonte ? Nous voulions mettre cette cité à feu et à sang pour prouver aux Romains notre détermination, et nous y avons passé des mois, perdu des milliers d’hommes.

Magon : Pourtant, tu as désormais des tribus gauloises sous tes ordres, et des cités italiennes envisagent de se ranger derrière nos bannières. C’est la force qui fera plier les Romains, l’implacable démonstration de la puissance de notre armée.

Hannibal : Vois-tu, Magon, c’est précisément ce que je recherche. L’affaiblissement de Rome pourrait passer par son isolement progressif. Peu à peu, ses alliés l’abandonneront. Je mets en place des arrangements avec tous ces peuples en faisant montre de magnanimité à leur égard. Je me rends compte en te parlant que cette stratégie serait la plus à même de mener à la victoire finale. Patience est mère de sûreté. Nous avons attendu tant d’années pour prendre notre vengeance, nous pouvons bien attendre quelques mois de plus. Il serait vain de vouloir violer le destin.

Magon : Je ne te comprends pas Hannibal. Tu dis rechercher la meilleure stratégie, et nonobstant ce désir tu n’écoutes que toi-même. Je t’offre ma conviction la plus intime, et pour autant tu le rejettes comme si de rien n’était.

Hannibal : Mon frère, j’ai, depuis que nous faisons la guerre en Italie, constaté une chose. Face à une adversité trop grande, les Romains ont deux réactions. Celle qui domine pour l’instant est basée sur leur instinct. Ils ne cessent de lancer à ma rencontre des légions pour me battre. Néanmoins, la plupart de leurs généraux, aveuglés par leur soif de gloire et pressés d’obtenir des résultat  sont impuissants face à moi. L’autre réaction, qui est, par bien des aspects, plus préoccupante, est incarnée par mon ennemi Fabius Maximus Cunctator. Elle consiste à refuser le combat, et à me laisser m’épuiser sur les terres de Rome.

Magon : Ne crains-tu pas qu’en détournant tes yeux vengeurs de la ville de Rome, en allant à Capoue, tu ne pâtisses de l’attente ? Que les Romains reconstituent leurs forces ? Serais-tu aveuglé par tous ces hommes qui chantent tes louanges ?

Hannibal : Ce n’est pas un grand risque à prendre. Il n’est pas né le Romain qui parviendra à me battre. J’ai battu tous ceux qui ont osé se présenter en face de moi. J’ai appris pendant des nuits entières à connaître mon ennemi, à lire, relire, analyser dans les moindres détails ses forces et ses faiblesses. Crois-moi, nous aurons notre vengeance, Magon. Et Carthage règnera sur l’ensemble du monde connu.

Magon : Puisses-tu avoir raison, mon frère.

Magon quitte la tente, un air amer se peignant sur son visage.

Scène 2 : Hannibal, Maharbal

Hannibal et son lieutenant Maharbal, dans une tente du camp carthaginois.

Entre Maharbal, allègre.

Maharbal : Hannibal ! Les soldats de ta glorieuse armée se réjouissent tous de notre victoire à Cannes. Ils sont emplis de bonheur, mais également de volonté. Ils sont prêts à te suivre partout. Que faire désormais, général ? Nous te suivrons quoi que tu fasses.

Hannibal : Merci de tes paroles, Maharbal. Rome est puissante, pourtant je sais comment la vaincre.

Maharbal: Eh bien, dis-moi, grand Hannibal, ce que tu as décidé.

Hannibal : Nous partons pour la cité de Capoue.

Maharbal se décompose.

Maharbal : Comment cela ? Capoue ? Mais c’est Rome qu’il faudrait assiéger !

Hannibal : Les hommes doivent se reposer.

Maharbal : Les hommes doivent se battre.

Hannibal : Nous venons de triompher des légions à Cannes. De ce fait, j’estime que nous avons tous mérité du répit. Ne veux-tu pas toi aussi, Maharbal, profiter de ce succès pour te reposer avant de repartir plus déterminé encore à l’assaut ?

Maharbal : Crois-tu, Hannibal, que Rome te laissera du répit si tu lui laisses du temps pour reconstituer ses forces ? Nous devons attaquer sans plus tarder.

Hannibal : Et toi, Maharbal, penses-tu sérieusement que nous avons les moyens de faire tomber la cité même de Rome ? Nous n’avons aucune machine de siège, un déficit en hommes, aucun renfort en vue. Il serait suicidaire de foncer tête baissée.

Maharbal : Général, tu n’as eu de cesse de prouver ta supériorité tactique sur les Romains. Tu les as vaincus au Tessin, à la Trébie, à Trasimène, à Cannes. Tu as décimé les rangs des légions, tu as mis à terre leur aristocratie guerrière, tu as tué des consuls. Aurais-tu peur ?

Hannibal : Je n’ai en aucune façon peur de Rome. En revanche, je crains un assaut mal préparé. Tu devines quelle est ma stratégie : battre rapidement les armées de Rome, provoquer par là même des défections en masse parmi les cités italiques, et les rallier à ma cause.

Maharbal : Si ton plan est d’aller le plus vite possible, pourquoi perdre ton temps à Capoue ?

Hannibal : Nous devons nous ménager les Capouans comme alliés. Nous devons reprendre des forces. Tu oublies ce que nous a coûté la traversée des Alpes. Des éléphants chutant dans les abîmes de la montagne, entraînant des centaines d’hommes avec eux tout droit dans les enfers. Tu oublies en outre que les Romains commencent à se réfugier auprès de leurs dieux et à ne plus vouloir se battre.

Maharbal : C’est justement pour cela que ton rôle est de nous guider aux portes de Rome. Ils tremblent, là-bas, tu le sais. Ils te craignent, rien que l’évocation de ton nom les fait trembler.

Hannibal : Et pour cela, nous pouvons, et nous devons nous permettre d’aborder la suite de cette guerre dans d’idéales dispositions. Maharbal, je peux te l’assurer, nous vaincrons. Je n’ai cessé de réfléchir à toutes les stratégies possibles contre Rome, et celle-ci est somme toute la meilleure. Doutes-tu de ma volonté de vaincre ? J’ai tout risqué dans cette campagne : mon honneur, ma réputation, mon nom même. J’ai brisé un traité de paix en vigueur depuis des décennies afin de montrer à Rome ce qu’il en coûte de nous traiter comme ses subalternes. J’ai déjoué les caprices de la nature à dos d’éléphant, j’ai anéanti les armées romaines, j’ai brisé la foi de Rome en son invincibilité. Mon nom inspire désormais tant de peur là-bas qu’ils tremblent de me savoir en leurs terres mêmes. Je suis le châtiment envoyé par les dieux pour les punir de leurs fautes.

Maharbal : Ainsi parle le grand Hannibal, vainqueur des Alpes, triomphateur des Romains, nouvel Alexandre, favori de Baal. Dans des siècles, l’on parlera encore de toi, comme de celui qui avait tout, mais qui n’a profité de rien. Puisse l’Histoire t’enseigner les leçons de tes erreurs. Tu sais vaincre, Hannibal, mais tu ne sais pas profiter de ta victoire.

Maharbal sort, l’air dépité, tandis que Hannibal reste impassible.

 

Rémi Illi
Master 1 Lettres et Humanités (2022-2023)

Crédit : dessin de Sylvie Janvier, reproduit avec son aimable autorisation.



Citer ce billet
Marine Riguet (2023, 4 juillet). Recherche stratégique. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncss

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.