Geeks everywhere !

“Geeks everywhere !” Histoires, enjeux et représentations
des passionné.es de pop culture

Le vendredi 5 mai 2023 en ligne

Journée d’étude organisée par Juliette Fridli, Sébastien Hubier, Antonio Dominguez-Leiva et Clément Pélissier.

Présentation

Le terme geek aujourd’hui est largement répandu dans les médias. À l’heure où les séries télévisées, les comic books, les films ou les jeux-vidéos sont produits et déployés à très grande échelle et avec une grande célérité, tout le monde pourrait revendiquer un statut plus ou moins « geek ».

Pourtant, comme le fait remarquer David Peyron cet engouement collectif contemporain est paradoxal si l’on considère l’histoire et les variations sociologiques associées à ce terme. On peut dans un premier temps définir le geek comme passionné par un domaine souvent inscrit dans la culture de masse – ou culture populaire – en marge et de l’imaginaire: cinéma, jeux de rôles, comics… mais le terme peut désigner à l’inverse la pratique spécifique d’une communauté (informatique, jeux vidéo…). Il faut aussi considérer historiquement que le geek dans sa conception contemporaine trouve ses ancêtres dans le bas-allemand médiéval geck, qui désignait un fou espiègle, un idiot de village. Essaimant en Europe et aux États-Unis, le geck a aussi des liens de parenté avec le freak, ce monstre qui mange tout sans distinction au sein des cirques de monstres. De cet appétit sans bornes sensationnel demeure aujourd’hui une capacité du passionné à « dévorer ce qu’il aime et aller au plus loin de ce qu’il aime ». Au Japon, on trouve aussi l’otaku que Joseph Tobin préfère à son homologue américain pour son appétit de l’information qu’il glane et engrange sur les réseaux. Passer du monstre solitaire dévoreur, de l’exclu social (fut-il volontaire) qui se distinguait sur les campus américains des 80’s de son opposé sportif et séducteur; à ces nouvelles représentations de passionné.es porte-étendards de la pop culture ne va pas de soi. C’est pourquoi cette journée d’étude entend questionner aussi bien les termes au cœur de l’histoire et de la société que les représentations au travers de la pop culture, tous supports confondus.

Qui sont ces Freaks and Geeks ? Comment leur représentation a pu évoluer au fil des années dans les fictions ? Existe-t-il un genre et un âge propre au geek ? Comment est représentée la femme geek aussi appelée geekette ? Y a-t-il fallu attendre Erica Sinclair et Suzie Bingham (Stranger Things, 2016-)? Cesse-t-on d’être freak ou geek une fois adulte? Ces derniers sont souvent représentés comme de grands enfants (Seinfeld, 1989-1998) ou comme des êtres perpétuellement en décalage avec le monde social (The Big Bang Theory, 2007-2019, le personnage de Dwight Schrute dans The Office, 2005-2013, ou encore celui de «Fat Neil» dans Community, 2009-2014). Comment le geek fait-il le lien entre deux cultures qu’on a pu considérer comme opposées: la science et la littérature ? Au sein même des œuvres, on pourra aussi se demander comment le geek a pu passer d’un personnage secondaire voire d’arrière-plan dans le cas des teen movies ou des teen TV series ; à un héros indispensable à la réussite des missions du groupe tel Jerry Steiner dans la série Parker Lewis ne perd jamais (Clyde Phillips & Lon Diamond, 1990-1993); voire au personnage principal de son aventure (Code Lisa, Robert K. Weiss, 1994-1998 ; Ready Player One, Steven Spielberg, 2018…).

La culture geek est également très attentive aux objets. Un jeu de rôle tel que Dungeons & Dragons est particulièrement représenté dans une série comme Stranger Things. Tandis que de nombreux artefacts de la « medieval fantasy », des jeux vidéo, des comics et de la S-F seront plus visibles dans The Big Bang Theory (2007-2019), That’s 70s Show (1998-2006) ou encore The Lost Boys (1987). On pourrait même avancer que les personnages du roman d’Ernest Cline Ready Player One (2011) – et de son adaptation cinéma par Steven Spielberg, (2018) sont littéralement à la recherche d’un Graal de la pop culture. Les pratiques et les sujets évoluent, continuant d’être des enjeux de recherches universitaires: ceux d’Anne Besson ou encore Justine Breton pour le médiévalisme et la fantasy; ou d’Alex Nikolavitch et Xavier Fournier spécialistes de la S-F et des super-héros. Que signifie être geek aujourd’hui alors que l’intérêt pour ces thèmes a rarement été aussi fort, au point que la pop culture et la culture geek se rejoignent dans les consciences ?

Programme

14h30 heure de Paris / 8h30 heure de Montréal –  ouverture par Antonio Domínguez Leiva (UQàM), Juliette Fridli (URCA), Sébastien Hubier (URCA), Clément Pélissier (UGA)

15h – David Peyron (Université d’Aix-Marseille), « Une petite histoire de la figure du geek ».

15h30 – Justine Simon (Université de Franche-Comté), « “Mon humain est un geek”. Culture du chat mignon 2.0 : remix, identité et objets dérivés »

16h – Sophie Daste (Université de Paris 8), « Comiket : plateforme underground de la création amatrice par des otaku/fujoshi pour des otaku/fujoshi »

16h30 – Pause

17h – Clément Pélissier (Université Grenoble Alpes), « Cool attitude et parcours initiatiques : de l’émancipation des geeks par le prisme de Parker Lewis et Code Lisa »

17h30 – Albain Le Garroy (Université de Bordeaux Montaigne), « Randal’s Monday ou la convention permanente »

18h – Discussions

Pour obtenir le lien Zoom permettant de suivre les communications et de participer aux débats, merci d’écrire à sebastien.hubier@univ-reims.fr 



Citer ce billet
Marine Riguet (2023, 7 avril). Geeks everywhere ! Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncsa

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.