La vie en mille façons

Le BUT Carrières Sociales de Châlons-en-Champagne  propose deux parcours aux étudiant(e)s : Animation Sociale et Socioculturelle (ASSC) et Villes et Territoires Durables (VTD). Le parcours ASSC forme des professionnels capables de concevoir et de mettre en œuvre des projets de développement personnel et collectif au service d’une population locale. Les futurs animateurs et animatrices utilisent des supports variés (culturels, éducatifs etc.) pour construire des projets d’animation qui s’adressent à des publics divers. Le parcours VTD forme des professionnels qui interviennent dans les politiques territoriales d’amélioration du cadre de vie des habitants d’un territoire. Ils participent à mettre en place des projets entre des institutions et des citoyens. Ils mobilisent différents acteurs locaux sur des questions aussi diverses que la rénovation urbaine, le développement culturel, les mobilités. Dans le cadre de leurs enseignements, les étudiant(e)s de ces deux parcours suivent des cours d’expression et de communication et mettent en place des projets tout au long de leur BUT. Parmi ces projets, les pratiques de lecture et d’écriture – deuxième année du diplôme – qui visent à faire écrire et lire des textes auprès de publics différents afin de développer des compétences écrites et orales essentielles dans leur formation professionnalisante.


Jeudi 15 décembre 2022
18h-20h

Les étudiants en première année vous invitent à une lecture de leurs textes inspirés de La Première gorgée de bière et autres plaisirs minuscules de Philippe Delerm.

Organisation : Aurélien Lorig.

 

 

QUELQUES TEXTES ÉCRITS PAR LES ÉTUDIANTS

Expérience immersive

Dans ma famille, on tombe souvent dans les pommes. C’est comme ça. C’est convenu, habituel et presque familier. Toutefois, j’ai cru comprendre que ce n’est pas exactement vu comme normal auprès des autres. Aujourd’hui, j’aimerais vous raconter pourquoi j’adore tomber dans les pommes. D’abord, tout commence par une drôle d’impression de fin du monde. En un instant, le temps devient lourd, la concentration laborieuse. Le ciel nous tombe, assez littéralement, sur la tête. À ce moment-là, on sait, on sent, c’est l’expérience qui parle. L’affolement arrive, puis, peu à peu, la vue devient floue, imprécise, difficile. Mais tout va bien encore.  Parfois, ça repart comme c’est venu, juste là, comme ça. Comme si la vie nous avait juste fait un petit signe, juste demandé un petit ralentissement, et alors la drôle d’impression s’envole. Mais parfois, ça reste. Alors, ce sont les oreilles qui grésillent, le début de la fin. Une sorte d’impression de bulle se crée, on n’entend plus rien. L’environnement autour disparait peu à peu. Aucune inquiétude. On se laisse tomber au sol, lentement, car tout mouvement semble incroyablement lourd, on trouve une position assise et confortable. Une fois installé, on se laisse porter. L’impression de bulle qui a fait mal un instant, devient juste un détail.  On se concentre sur la félicité du moment. Les idées incessantes, qui avancent, cheminent, passent, tournent et retournent, sans s’arrêter d’habitude ; là, se taisent, bâillonnées. Tant de calme et de douceur nous prend. On se laisse partir, presque apaisé, le long d’un cours d’eau…  Puis, après un bien court instant, ou ce qui semble en être un, tout revient au galop. Les grésillements dans les oreilles nous font remarquer que, déjà, les idées reprennent. La bulle éclate, les yeux s’ouvrent. La vision, peu à peu, devient plus nette. On reprend pied. Et, si tout repart, la sensation, elle, reste. Cette sérénité, cette sensation d’un nouveau départ, un reboot naturel, qui fait tant de bien. Avec plus d’énergie et plus de clarté d’esprit, on se relève et on repart dans le monde. Comme j’aime tomber dans les pommes. Juste pour cette impression résiduelle, après, de pouvoir partir à l’aventure, avec la possibilité, cette fois, de tenir un peu plus longtemps, avant la prochaine impression de fin du monde.

*

Rencontre à la gare. Du virtuel au réel

Ils se sont connus d’une étrange manière. Scotchés à leurs téléphones, les conversations et appels nocturnes fusant parfois jusqu’à cinq heures du matin. Le sommeil leur manquait mais ils n’en avaient pas besoin. Leur bonheur était salvateur. Ils ne pensaient qu’à l’un et qu’à l’autre, oubliant parfois même leurs propres réalités : leurs familles, leurs amis, leurs études… rien d’autre qu’eux deux ne comptait dans leurs propres mondes, leurs propres univers, leurs propres sociétés. Le jeune garçon lyonnais éperdument amoureux, la jeune fille ardennaise perdue dans le flot de ces nouveaux sentiments. Une complicité sans précédent. Et puis le besoin de se voir réellement. Non à travers ce fichu écran qui les séparaient, empêchant leur amour de devenir concret. L’appréhension nouait les entrailles des deux adolescents qui allaient bientôt se voir pour la première fois. Lui, faisant les cent pas dans la gare alors qu’elle, courant comme elle n’avait jamais couru pour rejoindre celui qu’elle considérait maintenant comme son amant. Elle se jeta sur lui, le faisant presque tomber à la renverse, l’enlaçant si fort, quitte à le noyer de son amour telle une averse. Le paysage ferroviaire disparaissait, les aiguilles de l’ancienne horloge de la gare ralentissaient, arrêtaient le temps, les passants s’éloignaient de ce rêve hypnotisant, rien d’autre ne comptait alors que les adolescents. La frustration était retombée, les écrans étaient brisés, les murs s’étaient écroulés, les cinq cents kilomètres de distance étaient surpassés… rien en cet instant ne comptait plus que le moment de se retrouver. Ils s’étaient rencontrés et n’allaient plus jamais se quitter. Ils étaient faits l’un pour l’autre, ils finiraient leurs vies ensembles, ils s’aimeraient jusqu’à l’infini. Ils se marieraient, auraient une maison, peut-être même des enfants, des animaux de compagnie… ils fileraient le parfait bonheur en passant au-delà des disputes, des cris et des ennuis. Ils ne se sépareraient jamais, resteraient ensemble, main dans la main, et c’est ainsi qu’ils partiraient au ciel, toujours unis. On dit souvent que les âmes sœurs vivent de l’autre côté du monde mais heureusement pour eux, ils se trouvaient simplement d’un bout à l’autre du pays.

*

Un mur dans la salle de cours

Souvenez-vous, quand vous étiez élève. Qui n’a jamais décroché du cours ? Qui n’a jamais fixé le mur se trouvant face à lui ? Assise sur une chaise peu confortable, j’écoutais le cours. Au bout d’un moment mon esprit décrocha, mon regard, cherchant quelque chose d’intéressant sur lequel s’arrêter, rencontra sur son chemin, un mur, blanc. Il était face à moi. Le professeur parlait, mais je n’y prêtais pas attention. Non, je regardais ce mur. Un mur banal que l’on trouvait dans toutes les salles de cours. Pourtant, à cet instant, je ne voyais que lui. Je l’observais attentivement, comme si c’était la chose la plus intéressante au monde. « Tiens ! Une tache », pensais-je. Oui, une tache puis une deuxième tache et une autre, et ainsi de suite… Ce mur était recouvert de taches. Ces taches formaient des dessins enlevant un peu la monotonie de ce cours. Grâce à un simple mur, tout un nouveau monde s’ouvrait à moi, me permettant d’échapper au cours terriblement ennuyeux et long. Mon esprit fut transporté dans un autre endroit. Les taches formèrent alors un paysage. Un rond jaune se trouvait au-dessus de ma tête, le soleil. Je sentais sa chaleur sur ma peau. Petit à petit mes sens se réveillèrent. Mes oreilles perçurent le son des mouettes volant au-dessus de ma tête, les vagues s’écrasant contre les rochers. L’odeur agréable de la mer remplissait cet endroit. Un vent se leva, il n’était pas violent, non, léger, extrêmement plaisant. Il me rafraichissait comme il le fallait, empêchant le soleil de me brûler la peau. J’enfonçais mes pieds nus dans le sable. Il était chaud à la surface. Mais plus je m’enfonçais, plus c’était humide et frais. Les milliers de petits grains de sable étaient clairs et doux au toucher. Doucement, le soleil déclinait à l’horizon. Je voyais des couleurs rosées apparaître dans le ciel. C’était si beau. Face à la mer, je souriais. Un sentiment de calme et de paix ressortait de ce paysage qui se peignait devant moi. Mais, j’entendis, soudainement, quelqu’un m’appeler. Mon corps figé depuis tout ce temps se mit en mouvement pour se retourner et voir qui m’appelait et là… la sonnerie retentit, me ramenant, brutalement, à la réalité. Mes yeux se détachèrent de ce mur qui redevint un mur parmi tant d’autres. C’était la fin du cours, je me levai et sortis de la pièce. Je retournai rejoindre mes amis, laissant dans un coin de ma tête, ce mur blanc.

*

Seule face à mes 21 ans

Ça y est ! Je m’apprête à franchir le pas de la porte pour ce grand moment tant attendu, mais tant redouté. Tant attendu, car ce voyage était mon rêve, un rêve à portée de main désormais. Tant redouté car l’idée vivre loin de mes parents était une déchirure. Ils vont tant me manquer, eux avec qui je suis tous les jours depuis mon enfance. Être si proche de ses parents et devoir mettre entre eux et nous une immense distance, 22000 kilomètres. Vous imaginez cette situation ?  Au moment du départ, j’ai senti mon âme se fissurer doucement en entendant les mots de mes parents. Incapable de tenir debout, ébranlée, à ce moment très précis, tout implosait en moi, un vrai cataclysme. Dans ma tête, les souvenirs heureux en famille se mélangeaient. Allais-je tout perdre dont ce lien si fort avec mes parents ? Je sentais mon cœur battre dans ma poitrine. Je sentais la tristesse m’envahir. Je sentais que je m’embarquais sur un bateau, un bateau qui allait faire naufrage et briser mon cœur, loin de mes terres d’origine : Lifou en Nouvelle-Calédonie. Sans pouvoir échapper à ce changement, je me retrouvais donc seule en France. Comme l’a si bien dit Alphonse de Lamartine : Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. Voilà une parole qui résonne en moi lorsque j’ai atterri à Paris avant d’aller à Troyes puis Châlons-en-Champagne. Que de changements en perspective et en si peu de temps ! Dorénavant, je dois me débrouiller seule, être autonome : apprendre à faire une machine, à cuisiner, subvenir à certains de mes besoins en trouvant un emploi étudiant. Tout cela n’est pas facile à 21 ans ! Mon quotidien, au début, c’est le stress, les nouvelles études, les pleurs, l’inconnu. Je résumerai ces 21 ans en une phrase. Mon avenir m’apparaît instable, flou, angoissant. Autour de moi, tout a changé. Je me sens parfois dépassé. Quant au futur, je ne l’envisage même pas pour le moment. Le moment présent est déjà bien suffisant à gérer. Toutefois, face à l’adversité, je me sens philosophe et je songe notamment à Abû Tâlib qui a dit : Souris même si ton cœur saigne. Contre mauvais fortune j’ai décidé de faire bon cœur et du haut de mes 21 ans je prends la vie comme elle vient. Je sais qu’un jour je retournerai sur les terres de Lifou, là où mes parents m’attendent.



Citer ce billet
Marine Riguet (2022, 30 décembre). La vie en mille façons. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/ncrh

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.