Du Théâtre Au Récit De Soi Dans Le Roman-mémoires Du XVIIIe Siècle

Charlène Deharbe, Du Théâtre au récit de soi dans le roman-mémoires du XVIIIe siècle, Leiden-Boston, Brill, 2016, 408 p.

Tout semble opposer le théâtre au récit de soi. Le premier se rattache aux arts du spectacle, tandis que le second relève de l’intime. Genre littéraire emblématique du XVIIIe siècle, le roman-mémoires invite à dépasser cette opposition. S’il place l’expérience vécue au cœur de son écriture, il s’approprie également le langage de la scène comique ou tragique au profit d’une fiction de l’intériorité. Ce livre montre ce que le roman-mémoires doit au théâtre, en étudiant comment son écriture s’élabore à partir de différents emprunts et procédés caractéristiques de la scène. En s’inventant au sein d’une culture dominée par le goût du spectacle, ce genre lègue ainsi à la littérature à venir les éléments constitutifs d’un langage de l’intime.

Charlène Deharbe est docteure ès en lettres et spécialiste de la littérature française du XVIIIe siècle, elle a publié, à la Société des Textes Français Modernes, la première édition critique de Dolbreuse (1783) de Loaisel de Tréogate.

 

  • Éditeur : Brill; Lam édition (28 avril 2016)
  • Relié : 408 pages
  • ISBN-10 : 9004313656
  • ISBN-13 : 978-9004313651

Le livre est disponible sur le site de l’éditeur.

Crédit : Claude Lacourarie.

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.