Faut-il imposer le pluralisme aux médias ?

 

Les douze têtes de listes aux Européennes se sont affrontées jeudi 4 avril dans un débat organisé par France 2 et France Inter, dans “L’Emission politique” (capture d’écran)

Alexis Lévrier est l’invité de  Hervé Gardette sur France Culture pour l’émission Du grain à moudre diffusion le 8 avril 2019.

Ecouter l’émission.

Elections européennes obligent, les médias devront se soumettre aux règles édictées par le CSA afin de rendre compte de la pluralité des idées politiques. Des règles de plus en plus complexes à mettre en œuvre. Où placer le curseur entre contrainte médiatique et contrainte démocratique ?

Ils n’étaient pas invités mais ils ont réussi à forcer l’entrée. Benoit Hamon, Florian Philippot et François Asselineau ont finalement débattu jeudi dernier sur France 2 et France Inter, avec neuf autres têtes de listes des prochaines élections européennes. Saisi en référé, le tribunal administratif de Paris leur avait donné raison quelques jours plus tôt, au nom du respect du pluralisme.

Cette décision (contestée ensuite par le Conseil d’Etat) crée un précédent. Elle autorise désormais n’importe quelle formation politique à se tourner vers les tribunaux, si celle-ci estime qu’elle n’est pas traitée médiatiquement de manière équitable. Les juges pourraient ainsi finir par se substituer à l’instance de régulation de l’audiovisuel, le CSA, lequel est pourtant là pour faire respecter les règles du pluralisme.

A vrai dire, la question n’est pas nouvelle.

Elle se pose à chaque période électorale désormais : comment faire en sorte que les candidats soient traités de manière à ce qu’ils aient des chances identiques le jour du scrutin, tout en tenant compte du poids politique de chacun ? Une quadrature du cercle d’autant plus difficile à aborder que les médias font l’objet d’une défiance de plus en plus forte, du fait de leurs liens avérés ou supposés avec le pouvoir politique.

“Faut-il imposer le pluralisme aux médias ?”

Michèle Léridon :

La règle d’or, c’est l’équité. On ne parle pas d’égalité pure dans le sens où il faut quand même tenir compte de la représentativité de chaque groupement et de chaque personnalité.

Alexis Lévrier :

A chaque élection, il y a un fantasme qui est utilisé par les leaders de l’opposition qui consiste à dire que les médias publics sont aux ordres du pouvoir.

Catherine Nayl :

Même si nous devons être sur le respect du pluralisme – nous avons tous des cahiers des charges et des chartes que nous avons signés, des engagements auprès du CSA -, moi j’estime que l’on a aussi un devoir par rapport aux gens qui nous écoutent : celui de faire notre travail le plus clairement pour leur apporter un certain nombre de réponses à des idées.

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.