Faut-il protéger davantage les journalistes ?

Crédits : Bubaone – Getty

Alexis Lévrier participe à l’émission Le Magazine du week-end sur la radio France Culture avec Fabrice Arfi, journaliste à Médiapart et  Leila Miñano, journaliste indépendante diffusion le 18 août 2019.

Ecouter l’émission.

Convocations de journalistes à la DGSI, perquisitions dans des locaux de presse, procédures judiciaires… Les menaces qui pèsent sur le journalisme d’investigation sont nombreuses, et ont été renouvelées après que la loi sur le secret des affaires, qui transpose dans le droit français une directive européenne sur la protection des savoir-faire et des informations commerciales, a été validée le jeudi 26 juillet 2018 par le Conseil constitutionnel. Cette loi fait notamment craindre pour l’avenir du journalisme d’investigations.

Alors faut-il mieux protéger les journalistes d’enquêtes, qui aujourd’hui ne peuvent opposer aux attaques en justice que leur fonction démocratique et leur mission de service de l’intérêt général ?

Alexis Lévrier commence par revenir sur le caractère particulièrement inédit de la situation :

Il y a toujours eu, de la part du pouvoir, une méfiance à l’égard des journalistes et une volonté très française d’encadrer leur rôle. Néanmoins, neuf convocations de journalistes par des services de renseignements en deux semaines, c’est incroyable

L’historien prolonge sa réflexion en rappelant que le président Macron, soucieux de la verticalité de son pouvoir, reprend à son compte les attitudes de De Gaulle et de François Mitterrand à l’égard des médias. Pour Fabrice Arfi, la judiciarisation croissante du travail du journaliste d’investigation, qui pousse de plus en plus de reporters devant les tribunaux, est indéniablement un moyen d’intimidation.

Il y a en ce moment une frénésie judiciaire qui s’attaque à l’essence même de notre travail : les journalistes sont traités comme suspects alors qu’ils font leur travail et poursuivent une mission d’intérêt général.

Et de poursuivre par une référence historique :

On devrait pourtant se rappeler que la révolution de 1830 fait suite aux ordonnances de Charles X qui suspendent la liberté de la presse ! Attaquer le journalisme, c’est attaquer un socle de droits fondamentaux

Leila Miñano défend de son côté bec et ongles la structuration des journalistes et des reporters autour de groupes ou de collectifs puissants. Pour elle, l’union fait la force :

Dans un contexte où nous sommes de plus en plus amenés vers des tribunaux, il nous faut être épaulés par les rédactions, et par nos partenaires internationaux. C’est tout le sens d’une initiative comme  » Investigate Europe »

Alexis Lévrier est maître de conférences à l’Université de Reims Champagne Ardenne et membre du CRIMEL (EA3311). Il est également chercheur associé au Gripic (EA 1498 – Celsa Sorbonne Université).


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.