L’esthétisme britannique (1860-1900). Peinture, littérature et critique d’art

Héritages critiques  – vol. 12

dirigé par Anne-Florence GILLARD-ESTRADA et Xavier GIUDICELLI

Corps sensuels et alanguis, harmonie des formes et des couleurs, culte de la beauté et de la sensation: c’est au Royaume-Uni, au cours du dernier tiers du règne de Victoria (1837-1901), que naît l’esthétisme, sur lequel cet ouvrage a l’ambition d’offrir un éclairage pour un public francophone.

Courant artistique et littéraire multiple et contradictoire, associé à des peintres tels que Burne-Jones, Leighton, ou Whistler, à des écrivains comme Pater, Ruskin, Swinburne ou Wilde, l’esthétisme est à la fois intrinsèquement britannique – fondé sur un prolongement de l’art préraphaélite et le rejet d’une industrialisation qui a radicalement transformé les paysages et les modes de vie du Royaume-Uni au fil du xixe siècle – et résolument européen, puisant ses sources dans la philosophie allemande et chez des écrivains français comme Baudelaire ou Gautier. Le mouvement esthétique est également trans-artistique et ne saurait se saisir qu’à travers la mise en regard du texte et de l’image – l’étude de l’influence réciproque de la peinture et de la littérature et l’examen d’une critique d’art subjective et créatrice.

Ce volume se propose de cerner les contours de ce mouvement polymorphe, qui trouble les genres et les catégories, à travers la traduction richement annotée de quelques-uns des écrits critiques clefs qui en définissent ou en illustrent les principes. La seconde partie de l’ouvrage réunit quatre études rédigées par des spécialistes du champ. Elles portent sur les motifs fondateurs de l’esthétisme et interrogent les rapports inter-artistiques au cœur d’un mouvement qui se situe au seuil de la modernité et dont l’influence excède les frontières strictes du Royaume-Uni.

Ont contribué à ce volume:

  • Clément Dessy est assistant professor à l’université de Warwick. Ses recherches portent sur la circulation transnationale des œuvres littéraires et artistiques à la fin du XIXe siècle. Il s’intéresse aussi aux relations entre littérature et arts visuels ainsi qu’entre écri­ture et arts de la scène à la même époque. Son livre Les Écrivains et les Nabis. La littérature au défi de la peinture (Prix du musée d’Or­say, Presses universitaires de Rennes, 2015) a abordé les influences des peintres Nabis et de Paul Gauguin sur les écrivains symbolistes français. Il a dirigé plusieurs collectifs dont (Bé)vues du futur. Les imaginaires visuels de la dystopie 1840‑1940 (avec Valérie Stiénon, Presses du Septentrion, 2015) et L’Artiste en revues. Arts et discours en mode périodique (avec Laurence Brogniez et Clara Sadoun-Édouard, Presses universitaires de Rennes, 2019). Il prépare actuellement un ouvrage sur les échanges littéraires et artistiques entre Belgique et Royaume-Uni autour de 1900.
  • Anne-Florence Gillard-Estrada est maître de conférences à l’uni­versité de Rouen-Normandie (ERIAC – EA 4307). Ses recherches portent sur la littérature, l’esthétique, la critique d’art et les arts visuels dans la Grande-Bretagne de la seconde moitié du XIXe siècle. Elle a publié une série d’articles sur Walter Pater, Oscar Wilde et les peintres préraphaélites, néoclassiques et esthétiques et a un ouvrage (Le Corps grec dans la peinture britannique de l’Antiquité (1860‑1900) : entre idéal et fantasme) en préparation. Elle a codirigé un ouvrage intitulé Écrire l’art/Writing Art : Formes et enjeux du discours sur les arts visuels en Grande-Bretagne et aux États-Unis (Paris, Mare et Martin, 2015) ainsi qu’un ouvrage sur Walter Pater (Routledge, 2017).
  • Xavier Giudicelli est maître de conférences en littérature britannique à l’université de Reims Champagne-Ardenne et membre du CIRLEP (EA 4299). Ses recherches portent sur l’œuvre d’Oscar Wilde, les rapports entre texte littéraire et image, ainsi que sur la réécriture du canon victorien et édouardien aux xxe et xxie siècles, la traduction et les transferts culturels, sujets sur lesquels il a publié une vingtaine d’articles. Il est l’auteur de Portraits de Dorian Gray. Le texte, le livre, l’image (PUPS, 2016) et il a dirigé ou codirigé une dizaine de collectifs ou numéros de revues, dont un recueil d’essais sur L’Importance d’être constant (avec Pascal Aquien, PUPS, 2014) et un numéro spécial d’Études anglaises sur Oscar Wilde et les arts (« The Pictures of Oscar Wilde », Études anglaises, vol. 69, no 1, 2016).
  • Pierre Morère est professeur émérite à l’université Stendhal-Grenoble III. Il est spécialiste de littérature et d’histoire des idées du xviiie siècle en Grande-Bretagne. Il a publié en 2015 Sens et sensibilité : pensée et poésie dans la Grande-Bretagne des Lumières (coédition ELLUG-PUL, collection « Esthétique et représentation : monde anglophone (1750‑1900) », Lyon, Presses universitaires de Lyon).
  • François Ropert est maître de conférences en langue et littérature anglaises à CY Cergy Paris Université. Ses travaux de recherche explorent un canon de poètes anglais de la décadence et de la modernité, notamment à partir d’une perspective moderniste. Ils portent plus particulièrement sur les modalités d’une poétique propre aux domaines de la critique d’art et de la théorie littéraire. L’œuvre poétique et critique du poète victorien Algernon Charles Swinburne occupe une place centrale dans le corpus qu’il étudie.
  • Laurence Roussillon-Constanty est professeur de lit­térature britannique et d’esthétique à l’université de Pau et des Pays de l’Adour (ALTER, EA 7504). Elle est spécialiste de la période victorienne et auteur de plusieurs travaux por­tant sur les relations texte/image dans la littérature et la peinture britannique du xixe siècle. Elle a publié plusieurs articles sur John Ruskin et a participé à une traduction en français d’une sélection de Modern Painters (L’Éblouissement de la peinture. Sélection de textes tirés de Modern Painters de John Ruskin, Fabienne Gaspari, Lawrence Gasquet, Laurence Roussillon-Constanty (dir.), Pau, Presses universitaires de Pau, 2006). Elle est également l’auteur d’une monographie sur Dante Gabriel Rossetti (ELLUG, 2008) et a récemment codirigé un numéro de revue consacré à John Ruskin (« Mediating Ruskin », Cahiers Victoriens et Édouardiens, n° 91, printemps 2020). Elle est actuellement présidente de la Société française des études victoriennes et édouardiennes.
  • Sébastien Scarpa est maître de conférences en anglais à l’uni­versité Grenoble Alpes où il enseigne la littérature, l’esthé­tique et la civilisation. Ses recherches portent principalement sur la poésie et la peinture britanniques des xviiie et xixe siècles. Il est l’auteur de Algernon Charles Swinburne et les enjeux postromantiques de la création (2013) et Poétiques de l’affect. La poésie préromantique en contexte (2018) et a codirigé, entre autres, Tombeau pour Swinburne (2010) et Swinburne and France (2012).

Éditeur ÉPURE – Éditions et Presses universitaires de Reims
Nb de pages VIII – 280 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374961036
ISBN-13 9782374961033

Crédits : Perseus and Andromeda, study for The Doom Fulfilled, 1875, Sir Edward Burne-Jones (1833-1898), © The Art Institute of Chicago


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.