La Princesse légère et autres contes

Héritages critiques  – vol.9

dirigé par Yannick Bellenger-Morvan

Auteur reconnu à l’époque victorienne, ami de John Ruskin et de Lewis Carroll, George MacDonald semble s’être évanoui dans les vapeurs épaisses de la révolution industrielle. « La Princesse légère » fait néanmoins partie des récits de cet écrivain écossais qui ont traversé le temps – et la Manche – avec succès. Cette histoire morale d’une princesse sans gravité enthousiasme encore les petits britanniques lesquels n’ont pas toujours un accès direct au texte, puisqu’ils se contentent d’explorer le royaume de Lagobel en empruntant d’autres chemins médiatiques, comme ceux de l’album, du film (BBC, 1985) ou de la comédie musicale.

Or même s’il reste peu connu Outre-Manche, George MacDonald n’en demeure pas moins une des grandes figures du patrimoine littéraire anglais. Ses contes merveilleux, dont il renouvelle la forme et les enjeux, fondent le genre de la fantasy moderne et ont inspiré des auteurs de premier ordre, tels C. S. Lewis, J. R. R. Tolkien ou Madeleine L’Engle. Pour autant, la dernière traduction française de son best-seller, « La Princesse légère » remonte à 1981, et d’autres récits de MacDonald sont encore aujourd’hui introuvables, même en langue anglaise. En rassemblant une sélection de contes, cette nouvelle traduction, qui réunit plusieurs études critiques, cherche à pallier ce manque.

Ont contribué à ce volume:

  • Yannick Bellenger-Morvan est maître de conférences à l’université de Reims. Auteure d’une thèse sur les contes pour enfants de C. S. Lewis, elle s’intéresse aux cultures de l’enfance et de l’adolescence selon leurs multiples supports (littéraires, graphiques, audiovisuelles). Elle a codirigé l’ouvrage Littérature pour la jeunesse et identité culturelle populaire aux Éditions et presses universitaires de Reims (2016).
  • Virginie Douglas est maître de conférences habilitée à diriger les recherches à l’université de Rouen Normandie. Ses travaux portent sur la littérature britannique pour la jeunesse, en particulier sur la théorie, la narration et la traduction de ces livres. Elle a dirigé les ouvrages Perspectives contemporaines du roman pour la jeunesse (2003), Littérature pour la jeunesse et diversité culturelle (2013), La Retraduction en littérature de jeunesse (avec F. Cabaret, 2014) et État des lieux de la traduction pour la jeunesse (2015).
  • Anne-Frédérique Mochel-Caballero est agrégée d’anglais et docteure en langue, littérature et civilisation des pays anglophones. Elle enseigne à l’université de Picardie Jules Verne. Elle est l’auteure de L’Évangile selon C. S. Lewis, Le dépassement du masculin / féminin dans la quête de Dieu (2011). Elle s’intéresse à la fantasy, aux représentations du masculin/féminin et à l’intertextualité biblique.
  • Benjamine Toussaint est maître de conférences à Sorbonne Université et membre du Centre de recherches VALE (EA 4085). Elle enseigne la traduction ainsi que l’histoire et la littérature écossaises et sa recherche porte sur les questions d’identité nationale et genrée dans la littérature écossaise des 19e et 20e siècles.
Support Livre broché
Nb de pages 356 p. Index . Bibliographie . Notes .
ISBN-10 2374960730
ISBN-13 9782374960739
Crédits : Sir Edward Coley Burne-Jones, Summer Snow, engraved by the Dalziel Brothers, 1863. © Tate Images

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.