« Memento Marie Regards sur la galerie Médicis »

Héritages critiques  – vol. 10

dirigé par Emmanuelle Hénin et Valérie Wampfler

Le cycle peint par Rubens à la gloire de Marie de Médicis est un des plus importants et des plus audacieux de la première modernité, sur le plan pictural comme sur le plan politique. Ce livre ambitionne de faire revivre cette galerie, telle que les visiteurs la contemplèrent au palais du Luxembourg de son inauguration en 1625 à son démantèlement en 1780. Il en réunit une dizaine de descriptions, rédigées en latin, italien ou français – certaines sont inédites, d’autres traduites pour la première fois –, ainsi que des extraits du débat sur les allégories. Tous ces textes sont précisément annotés et complétés par une série d’études associant historiens, historiens de l’art et philologues.

Ces descriptions anciennes sont d’autant plus précieuses que le langage de la galerie est volontairement chiffré: en s’assimilant secrètement aux déesses Junon et Minerve, et même à la Vierge, Marie de Médicis réécrit l’histoire pour laisser un monument à la gloire de son règne. Le langage allégorique de Rubens, empreint d’une immense érudition numismatique et archéologique, dissimule le formidable orgueil et les constantes transgressions de la reine. Ce retour aux sources contemporaines du cycle jette une nouvelle lumière sur sa signification, tout en proposant autant de visites virtuelles, de récits de l’histoire de France et de leçons de peinture. Ce Memento Marie rend hommage au génie pictural et politique de Rubens, artisan de la mémoire de la médicéenne.

Ont contribué à ce volume:

• Marianne Cojannot-Le Blanc est professeur d’histoire de l’art moderne à l’université Paris-Nanterre, spécialiste des arts du xviie siècle et membre du comité de rédaction de la Revue de l’art. Elle a publié des monographies consacrées à Abraham Bosse (D’acide et d’encre. Abraham Bosse (1604 ?-1676) et son siècle en perspectives, 2004), à Nicolas Poussin (À la recherche du rameau d’or. L’invention du Ravissement de saint Paul, de Nicolas Poussin à Charles Le Brun, 2012) et à la galerie Médicis de Rubens (Rubens, des camées antiques à la galerie Médicis, 2018, avec Évelyne Prioux).

• Fanny Cosandey est historienne, directrice d’études à l’EHESS. Spécialiste d’histoire politique et sociale de la France d’Ancien Régime, elle travaille sur les relations entre le pouvoir souverain, la famille royale et la construction domaniale, cherchant à saisir par le croisement de la théorie et de la pratique monarchique les élé­ments de la modernité politique. Elle a publié notamment La Reine de France (Gallimard, 2000) ; L’Absolutisme en France, Histoire et historiographie, en collaboration avec Robert Descimon (Le Seuil, 2002) ; Le Rang, Préséances et Hiérarchies (Gallimard, 2016).

• Emmanuelle Hénin est professeur de littérature comparée à la Sorbonne après avoir longtemps enseigné à Reims. Elle travaille sur les poétiques et la théorie artistique de la première modernité, sur la scénographie et les rapports entre le texte et l’image. Elle a publié Ut pictura theatrum : peinture et théâtre, de la Renaissance italienne au classicisme français (Droz, 2003), ainsi que Ceci est un boeuf : la querelle des inscriptions dans la peinture (Brepols, 2013). Elle a construit une base de données concernant la fortune des anecdotes sur la peinture antique (www.pictorinfabula.com).

• Stéphane Lojkine est professeur de littérature française du xviiie siècle à l’université d’Aix-Marseille, chercheur au CIELAM, directeur de la Fédération CRISIS et responsable du master « Littérature et Psychanalyse ». Spécialiste de Diderot, il dirige la base de données Utpictura18. Il a publié La Scène de roman (A. Colin, 2002), Image et subversion (J. Chambon, 2005), L’Œil révolté (J. Chambon, 2007) et est à l’origine de l’exposition et du catalogue Le Goût de Diderot (Hazan, 2013). Il a dirigé avec P. Ronzeaud Fictions de la rencontre (PUP, 2011), et avec A. Paschould Diderot et le temps (PUP, 2016).

• Laëtitia Pierre est docteur en histoire de l’art de l’université Paris-1-Panthéon-Sorbonne où elle est chargée de cours depuis 2005. Professeur à l’Istituto Marangoni, elle dirige les mémoires de mas­ter des étudiants en histoire du costume et de la mode en cotutelle avec Manchester University. Elle a été chargée d’études au Centre allemand d’histoire de l’art (DFK) et dans le cadre du projet de recherche ACARES (LabEx SMS Toulouse Univ. / CNRS). Sa thèse de doctorat est consacrée à l’œuvre pédagogique et littéraire de Michel-François Dandré-Bardon (1700-1783) et ses travaux de recherche portent sur la pédagogie de l’art et de la mode (xviie-xxie siècles).

• Valérie Wampfler est maître de conférences de langue et littéra­ture latines à l’Université de Reims Champagne-Ardenne. À travers la traduction et l’étude de plusieurs œuvres néo-latines inédites de Claude-Barthélemy Morisot (1592-1661), elle travaille sur la fiction narrative (roman à clef, prosimètre satirique) du règne de Louis XIII, sur l’usage des modèles antiques (littérature, politique, iconogra­phie), ainsi que sur les centres d’intérêt qui occupent les cercles érudits du premier xviisiècle : récits de voyage, débats littéraires, scientifiques (alchimie, paracelsisme) et politiques notamment.

 

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (épure)
Nb de pages : 512 p.
ISBN-10 2374960846
ISBN-13 9782374960845

Crédit: Henri IV reçoit le portrait de Marie de Médicis,
Pierre Paul Rubens (1577-1640), © RMN-Grand Palais (musée du Louvre),
René-Gabriel Ojéda / Thierry Le Mage

 

 


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.