Masteriales 2021: Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Mastériales du master mention « Lettres et Humanités »
de l’Université de Reims Champagne-Ardenne

 Des femmes, des sons, des silences, une voix ?

Jeudi 20 mai 2021

      Depuis les années 1980, nombre de colloques et séminaires ont été consacrés à la représentation de la femme ou du féminin, selon différentes approches critiques, dont, notamment, l’histoire des représentations.  Ainsi, tout récemment, Érika Wicky a lancé un appel à communication pour un atelier de la SERD (Société des études romantiques et dix-neuviémistes), intitulé « Femmes, féminité et parfums au XIXe siècle : imaginaires olfactifs et construction du genre ».
C’est dans cette perspective que, pour la première édition des mastériales du master mention « Lettres et Humanités » de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, l’on voudrait s’interroger, sous le titre : « Des femmes, des sons, des silences, une voix ? » , sur les femmes et le son, à partir d’un corpus transséculaire, tout à la fois littéraire, artistique, filmique et radiophonique, avec le souci d’articuler histoire des représentations et poétique de la représentation, et de convoquer plusieurs approches (historique, littéraire, artistique, philosophique, sociocritique, ethnocritique, poétique).

Plusieurs pistes de réflexion, sans exclusive, sont proposées :
– Il conviendrait tout d’abord de saisir, dans la représentation de la femme, le jeu entre bruit, son, voix, chant, et de se demander si ces manifestations sonores déterminent une tension entre nature (le bruit, le cri, auquel est souvent associée la femme) et culture (la voix travaillée, le chant) ou l’abolition de cette tension, et si, lorsque le chant devient art, la distinction entre masculin et féminin est maintenue.
– Il s’agira aussi de s’interroger  sur une sociologie du son et une possible sémiotique sociale par le son, qui peut varier selon les époques  (est-il de bon ton de faire du bruit, certains bruits, d’émettre certains sons ?).
– La femme dessine-t-elle par le son un espace, un territoire qui lui sont propres ?
– Interrogation qui conduit à penser le lien entre pouvoir et son, pouvoir et voix : à quels sons la femme ou certaines femmes  sont-elles soumises ? À l’inverse, par quels sons et par quelle voix, par quels silences aussi, la femme exerce-t-elle un pouvoir, et lequel,  et vis-à-vis de qui (la question du point de vue sera à prendre en compte) ?  Pour exercer ce pouvoir, doit-elle endosser un rôle masculin ou occuper un statut singulier (la sorcière, la sibylle …), ou dépasser sans l’effacer la distinction féminin/masculin (voir La Voix des femmes, journal fondé en 1848)?
– Du point de vue de la poétique, comment écrire ou peindre le son, la voix de la femme ? Y a-t-il un traitement spécifique par rapport au personnage masculin ?
– En quoi la nature du média influe-t-elle sur la conception et la réception de la voix de la femme, des femmes (par exemple, le passage de la radio à l’affichage mural dans les campagnes féministes actuelles) ?

Toutes suggestions qui, par leur perspective transséculaire et trandisciplinaire, visent à fédérer les travaux des étudiants de master et des doctorants  en Lettres et Sciences humaines de l’URCA mais aussi d’autres universités et à inviter leurs enseignants à nourrir leur réflexion.

Les communications  seront d’une durée de 20 mn.

       Les propositions (de 3 à 5 lignes) sont à envoyer pour le 20 décembre 2020 à Apolline Gautier, Coraline Hipolito et Léa Damoiseau:
apolline.gautier@etudiant.univ-reims.fr
coraline.hipolito@etudiant.univ-reims.fr
lea.damoiseau@etudiant.univ-reims.fr

      Comité scientifique : Régine Borderie, Frédéric Gugelot, Jean-Louis Haquette, Nathalie Preiss, Karin Ueltschi.

Comité d’organisation : Apolline Gautier, Coraline Hipolito, Wendy Perrin, Thomas Rollin.

Bibliographie indicative :
Chauvin (Danièle) dir., La Voix. Hommage à Pierre Brunel, Paris, PUPS, 2009.
Clément (Catherine), L’Opéra ou la défaite des femmes, Paris, Grasset, 1979.
Collet (Sandra), « La recherche d’une phonographie. Le traitement  de la voix dans La Comédie humaine de Balzac », thèse sous la direction d’Agnès Spiquel, Université de Valenciennes, 2009.
Gély (Véronique), « Des romans de l’oratrice : Corinne de Germaine de Staël, The Bostonians d’Henry James, Elizabeth Costello de J. M. Coetzee », dans La Voix. Hommage à Pierre Brunel, Danièle Chauvin dir., Paris, PUPS, 2009, p. 217-233.
Griffiths (Kate) et Watts (Andrew), Adapting Nineteenth-Century France : Literature, Theatre, Television, Radio and Print, Cardiff, University of Wales Press, 2013.
Kahn (Douglas), Noise, Water, Meat. A History of Sound in the Arts, Cambridge, MIT Press, 1999.
Perrot (Michelle), Les Femmes ou les silences de l’histoire, Paris, Flammarion, 2012.
Volcler (Juliette), Le Son comme arme. Les usages policiers et militaires du son, Paris, La Découverte, 2006.

TELECHARGEMENT:
Appel à communication


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.