SKINS

Skins est une série britannique diffusée entre 2007 et 2013. Elle retrace la vie d’adolescents d’un lycée de Bristol sur trois générations d’élèves. À chaque génération sont consacrées deux saisons, seule la septième et dernière saison déroge à la règle en reprenant trois personnages des saisons précédentes et en narrant ce qu’ils sont devenus après avoir quitté Bristol. La série aborde de nombreux thèmes sociaux, notamment l’homosexualité, les premières expériences, la mort, les troubles du comportement ainsi que la dépendance. Les deux premières saisons sont reliées par la famille Stonem, composée de la fratrie de Tony et Effy, duo mis en scène dès les premières secondes de la série. Ils constituent le fil conducteur des quatre premières saisons, ainsi la dernière génération marque une véritable rupture. Les différentes générations sont également portées par les liens qui unissent les personnages, ses liens sont en grande partie fondés sur l’amitié, mais aussi sur l’amour ou parfois sur une relation de nature plus ambiguë. Il sera intéressant de voir comment sont traitées les questions des relations amoureuses et sexuelles, mais également la façon dont est envisagée la toxicomanie, le rapport des jeunes à la violence physique et psychologique et, pour finir, comment les troubles psychologiques sont mis en scène dans la série.

Concernant les relations qui unissent les personnages, une scène emblématique de la première saison pose les bases de la série. En effet dans l’épisode un, Chris, Jal, Anwar, Maxxie et Tony sont assis dans un parc et se retrouvent pour parler des filles, notamment, de sexe, de drogue ou encore de référence à la culture de masse, tout en fumant un joint. Ceci annonce la banalisation de la drogue qui a lieu tout au long de la série, elle est présentée comme naturelle et objet de regroupement, d’amusement, ainsi le partage de ce joint permet le partage d’histoire et semble à l’origine du lien tissé entre les amis. En effet, contrairement à la saison trois ou cinq où le spectateur assiste à la formation du groupe d’amis, la saison une nous présente un groupe déjà bien soudé. On peut voir que les premières traces d’amitié apparaissent dans la saison cinq avec la prise de cocaïne des quatre personnages féminins centraux. Durant une après-midi, les personnages de Mimi, Grace, Liv et Frankie prennent de la cocaïne et font les folles dans les rues de Bristol, elles se rendent ensuite dans un centre commercial et Grace est poursuivie par les vigiles pour vol à l’étalage. Tout ceci représente une première expérience pour Frankie, qui s’illustre dès la fin de cet épisode comme un personnage qui fume de la marijuana pour se détendre. On peut alors voir que la marijuana est présentée comme un élément quotidien et récurent chez les jeunes, une activité qui peut se pratiquer en groupe ou seul mais dont le but est de se détendre, tandis que la prise de drogue dite « dure » se fait plutôt en groupe, dans un but plus festif.

 

Tout au long de la série sont développés des personnages ayant une tendance plus ou moins forte à la toxicomanie. On peut par exemple citer Chris dans la génération une ou encore Cook dans la deuxième génération. Concernant la troisième génération, le personnage qui tend le plus vers une dépendance à la drogue serait sans doute Liv. Chris est un personnage ambigu, il consomme énormément de drogue pour échapper à son quotidien et prend énormément de médicament également. Par la suite, le spectateur comprend que la prise de médicament est dû à une maladie génétique, en effet Chris prend des médicaments pour limiter le risque de formation de caillot dans son cerveau. Cette maladie est à l’origine de la mort de son frère ainé, ce qui a déchiré sa famille et ce qui a poussé Chris à vivre au jour le jour, ne se souciant guère des conséquences de ses actes. L’état de brumes perpétuelles dans lequel le plonge la prise de drogue l’empêche également de se poser trop de questions et de prendre conscience de la triste réalité de sa vie. Lors des scènes où Chris apparait sobre, le spectateur découvre un nouveau personnage qui a très peu confiance en lui, un personnage triste et fragile. Chris cultive son indifférence face aux éléments de la vie comme barrière et la drogue l’aide à garder celle-ci en place, ainsi, dès qu’il est confronté au monde réel il ne semble plus maître de son destin.

De plus, le personnage de Liv dans la troisième génération représente également cette tendance à la toxicomanie. Ce personnage apparait comme la meilleure amie de Mimi, et n’est pas forcément très sympathique aux yeux du spectateur. Elle apparait comme cela dès le premier épisode lorsqu’elle se joint au groupe pour prendre de la cocaïne et déambuler dans les rues de Bristol avec ses amies Mimi, Grace et la jeune Frankie. Cependant, ce personnage se détache des trois autres, en effet, l’épisode qui lui est consacré dans la saison cinq montre Liv comme un personnage avec une sexualité problématique, à l’instar de Cook dans la seconde génération, mais également comme un personnage insouciant des conséquences de ses actions. Elle lie un lien étrange avec Matty, personnage mystérieux, autour d’un sachet de pilules que leur donne un homme qui vient d’être arrêté par la police britannique. Liv est également un personnage qui boit énormément, elle est assez instable, sa relation avec Matty est à sens unique et n’est maintenu que par la culpabilité de ce dernier, face à ses sentiments pour Frankie, ainsi qu’à la prise de drogue en continue du couple. C’est ce dernier point qui fera rompre le couple, lorsque Liv ira trop loin et droguera Frankie. Dans la saison six, après la disparition de Grace elle noue un lien avec Alex, personnage homosexuel et grand fêtard, vivant avec sa grand-mère. Liv continuera une sorte de descente aux enfers entre solitude et alcoolisme, ne se remettant que difficilement de la mort de Grace, elle semble seule une grande partie de la saison et finira par renouer un lien avec Mimi dans le final, laissant présager un retour à une vie plus stable. Il est à noter que ses relations aux autres sont dictés par un besoin d’attention mais aussi que l’origine de ses relations sont souvent le partage d’une ou plusieurs drogues.

 

Skins est une série qui possède également de nombreux personnages ayant des rapports conflictuels au mode qui les entourent. L’exemple le plus parlant est sans doute Cook, qui sera évoqué un peu plus tard. Mais, chaque génération possède un personnage emblématique d’une forme de violence, Tony pour les deux premières saisons est un personnage dont la faculté à manipuler les autres exerce une forme de violence psychologique sur son entourage. Bien que haïssant son comportement, son meilleur ami Sid ainsi que sa petite amie Michelle lui vouent une fidélité sans faille dans la première saison. Michelle est le personnage sur lequel Tony exerce la plus grande manipulation, son comportement est un comportement pervers narcissique avec elle. Son attitude l’est également avec Sid qu’il rabaisse tout au long de la première saison à un rôle de perdant, l’ami dont il a besoin pour briller mais qui ne sera jamais aussi bien, beau et populaire que lui. Cependant, la saison deux montre un réel tournant pour Tony qui, victime d’un accident, doit réapprendre à vivre et ce, avec l’aide de sa sœur Effy mais également de Maxxie. La relation qui noue les deux jeunes hommes est assez surprenante compte tenu de la saison une mais elle semble logique car ils sont tous les deux rejeté par la société normative. Maxxie par son homosexualité s’écarte des normes, quant à Tony, son accident en fait un être que personne ne reconnait, ce qui engendre une prise de distance de la part de Sid, qui se sent coupable, et de la part de Michelle qui ne parvient pas à se faire à cette situation. La situation semble retrouver une certaine stabilité pour Tony à la fin de la saison, il retrouve son tempérament de la première saison mais grâce à son expérience et à une prise de conscience, tentera de canaliser sa tendance manipulatrice envers son entourage.

Cook est un personnage assez différent bien que complexe. Il souffre de sa situation familiale, son père est parti et sa mère est une femme délurée. Il est un modèle de son petit frère bien qu’il ne souhaite pas que celui-ci devienne comme lui. Lorsque la saison trois débute, Cook pense être heureux de cette vie insouciante qu’il mène en compagnie de JJ et de Freddy. Cependant, il prend conscience au long de cette saison que cette vie n’a aucun avenir et que si son comportement ne change pas, il finira seul. Ceci est mis en exergue par la présence de son père dans le dernier épisode, une sorte de vision de son avenir possible. Il prend conscience que le modèle qu’était son père n’est en réalité qu’un échec et que s’il ne veut pas finir comme lui, il faut qu’il change. Ainsi, dans la saison quatre, il prend ses responsabilités lorsque la mort d’une jeune femme intervient à cause d’un deal de drogue dont il est à l’origine et se rend aux autorités, protégeant par la même occasion sa meilleure amie, Naomie. Il finira cependant par s’enfuir de la prison et sera en fuite durant une grande partie de la saison quatre. Cook est l’un des trois personnages qui revient dans la saison sept, les deux épisodes qui lui sont consacrés sont nommés Skins Rise. Alors qu’il vit à Londres dans cette dernière saison, il est confronté à un univers beaucoup plus violent, il deal de la drogue et malgré ses efforts pour vivre une vie sans embuches, il est sans cesse ramené vers un monde de violence et vers une sexualité débridée. On peut voir que Cook est caractérisé par cette violence, cette sexualité exacerbée et son incapacité à contrôler cela. C’est ce qui lui sauve la vie dans le final de la saison quatre mais également ce qui le renvoie en prison dans le final de la saison sept, il semble pris dans un cercle infernal. Cependant, la fin de la saison sept marque un réel changement chez le personnage qui contrairement à la saison quatre, ne fuit plus, mais se rend à la police pour affronter les conséquences de ses actions.

Dans la troisième génération, à l’occasion de la saison six, on peut rencontrer le personnage de Luke. Ce personnage apparait directement comme perturbateur car il trouble le couple de Frankie et Matty qui est déjà dans une mauvaise posture. Il est également à l’origine de l’accident qui provoque la mort de Grace et la fuite de Matty, il est présenté dès le début comme dangereux. Son action néfaste ne sera jamais nuancée, contrairement à celle de Tony ou de Cook. C’est vers Luke que Frankie se tourne lorsque Grâce décède et qu’elle n’arrive plus à contrôler ses sentiments, alliance de colère et de culpabilité. Luke lui fait alors découvrir son monde, un univers masculin et violent, où ses amis et lui aiment se bagarrer juste pour le plaisir de la violence. Luke et Frankie vont alors commencer une relation passionnelle qui sera basée sur cette colère transformée en violence physique et sur une sexualité exacerbée. Luke procédera à l’entrainement de Frankie et tentera à chaque instant de pousser la violence de la jeune femme à son maximum, la retournant contre toutes les personnes qui lui sont chères. Cependant, Luke est un personnage instable psychologiquement et il poussera trop loin le jeu en violant la jeune femme, qui décidera alors de rentrer chez elle et qui se retournera de manière définitive contre lui. La dernière confrontation des deux personnages se fera avec l’intervention de l’un des deux pères de Frankie qui fasse à l’insolence et la violence verbale du jeune homme préférera garder son calme et emmener sa fille en sécurité. Dès lors, Frankie se réfugiera dans une relation qui, bien que peu satisfaisante, lui donnera un sentiment de sécurité. Luke, personnage secondaire de l’intrigue, est une manifestation de la violence physique et psychologique poussée à l’extrême et malveillante, il ne sera jamais donné à voir comme un personnage positif et sera éjecté de l’intrigue après cette dernière confrontation.

 

Le point le plus notable de la série Skins est le rapport à la sexualité des personnages. La série présente une série de personnage avec de sexualités très diverses. Elle s’ouvre ainsi sur l’opposition entre Tony et Sid, l’un étant sexuellement très actif et épanouie, tandis que l’autre est vierge. Ainsi, la série montre nombre de personnages qui découvre leur sexualité souvent en même temps que l’amour. La série montre aussi des personnages qui bien que très jeune possède des problèmes liés à cela, souvent résultats d’un cadre familiale complexe. Dans d’autre cas, comme celui d’Effy, dont la sexualité est surdéveloppée et exposée comme tel dès le début de la série, est une mise en exergue d’une instabilité psychologique caractéristique du personnage. Les personnages de la troisième génération sont les plus à même de témoigner de la découverte de la sexualité. Le personnage de Mimi, très peu encline à « sauter le pas » observe avec crainte le modèle donner par sa mère, l’ayant eu très jeune et ne s’étant jamais mariée, elle apparait comme une femme frivole, dont Mimi à honte et à laquelle elle ne souhaite jamais ressembler. Cependant sa relation avec Nick et sa popularité l’oblige à mentir à ce propos, provoquant un rapport à sa sexualité guidé par le malaise. Elle perd sa virginité avec Nick, lequel ne semble pas portée d’attention particulière à sa partenaire et cela provoquera non un rapprochement dans le couple mais sera plutôt une annonce de leur séparation.

En opposition à cela, les personnages de Grâce et Rich vont former le couple emblématique de cette dernière génération. Leur lien se crée sur l’aide que Grâce porte à Rich pour améliorer sa capacité à séduire les femmes, ainsi Rich découvre une partie de Grâce qu’il ne soupçonnait pas. Leur relation évolue au fil de la saison cinq, si bien que dans un accès de spontanéité et face à la possibilité d’être séparé par le père de Grâce, les deux jeunes vont faillir se marier. Leur couple est un exemple de complicité sur tous les points, que cela soit sentimental ou sexuel. La trame de la saison six permet alors de montrer une partie de l’amour qui n’avait encore jamais été vraiment développé, vaguement survolé durant le dernier épisode de la saison quatre, la perte. Ainsi, la série développe l’idée de la perte de l’être aimé et la manière de surmonter cela, l’épisode consacré à Rich au début de la saison six montre alors le dénie du personnage face à la perte, tandis que la suite de la série montre l’acceptation et le pardon face à la personne responsable de l’accident, Matty. La relation de Rich et Grâce apparait comme la relation la plus saine et la plus pure de toute la série.

Concernant la question de la sexualité, la série aborde aussi l’homosexualité. Ainsi, avec les personnages de Maxxie, Naomie, Emilie et Alex, différents points de vue et situation sont présentées. Maxxie est un personnage homosexuel déjà outé et qui assume son orientation sexuelle avec humour. Cependant, Anwar, son meilleur ami n’assume pas autant l’orientation sexuelle de Maxxie face à ses parents. Ainsi, le final de la saison une offre un message de paix et d’amour, de la part du père d’Anwar et d’une religion souvent perçue, à tort, comme homophobe. Le couple d’Emilie et Naomie est très différent, les deux jeunes femmes ne sont pas outées et tandis qu’Emilie cache qui elle est tout en ayant conscience de son orientation, Naomie reste tout d’abord dans une phase de dénie et de peur face au regard que les gens pourraient porter sur elle et face à son propre regard sur elle-même. Ainsi, le coming-out d’Emilie est aussi l’occasion pour la série d’aborder le thème du rejet familial, parfois violent, face à l’homosexualité. Ce couple traverse des passes difficiles mais reste pourtant très fort, les deux personnages sont d’ailleurs de retour dans Skins Fire aux côtés d’Effy. Quant au personnage d’Alex, dans la troisième génération, il se rapproche de Maxxie, assumant parfaitement sa sexualité, il noue une forte amitié avec Liv. Ce personnage vie sa vie comme un jeu, s’amusant de tout, y compris des situations qui le mettent en mauvaise posture. Il apparait comme un homme peu enclin à s’engager mais il le fait pourtant d’une certaine manière, par le lien qu’il entretient avec sa grand-mère et part le lien qu’il tisse avec Liv. Aussi, la série montre nombre de personnages homosexuels aux mœurs diverses, participant à la banalisation de cette orientation.

 

Pour finir, il est nécessaire de se questionner sur la manière dont sont représentés les troubles de la personnalité dans les diverses générations. Le personnage le plus emblématique de cela est sans aucun doute Effy. La jeune femme apparait comme un personnage étrange et hors du commun dès le début, elle ne prononce aucun mot avant l’épisode huit de la saison une qui lui est d’ailleurs consacré. L’instabilité du personnage sera mise en place tout au long de la première et de la deuxième génération et trouvera son apogée dans la saison quatre, où après une sorte de « lune de miel » avec Freddy, Effy commencera une descente aux enfers, que Freddy tentera de ralentir mais ce sera un échec. Effy sera finalement internée dans un centre, sous la direction d’un psychologue psychopathe qui tentera de la soigner en effaçant les souvenirs dérangeant de sa mémoire. Le psychologue, le docteur Foster, sera mis hors circuit par Cook, après qu’il ait tué Freddy et tenté de tuer Cook. Effy se sortira de tout cela pour revenir dans Skins Fire, son intelligence sera de nouveau mise en exergue mais celui lui jouera cependant des tours et à l’instar de Cook, elle finira par se rendre aux autorités, coupable de fraude financière.

Dans la première génération, le personnage de Cassie apparait comme le plus instable psychologiquement. Elle est présentée avant même son apparition comme sortant d’un hôpital psychiatrique, ce qui participe à sa caractérisation. Dans la première saison elle fait une tentative de suicide après le rejet de Sid et souffre d’anorexie. Dans la seconde saison, elle adopte des limaces comme animaux de compagnie et leur donne les prénoms de Micha et Sidley, transposant la relation de Michelle et Sid sur ses limaces. Elle fait de nombreux aller-retours à l’hôpital et est caractérisée par son excentricité. Dans la septième saison, deux épisodes lui sont consacrés sous le nom de Skins Pure, montrant une Cassie plus sûre d’elle et ayant résolu nombre de ses problèmes, elle est cependant un personnage très original et reste l’un des personnages les plus populaires de la série.

Dans la deuxième génération, le personnage de JJ est caractérisé par son autisme. Il souffre de « bug » et prend énormément de médicament pour se contrôler. Il peut cependant compter sur Freddy qui l’aide à reprendre son calme lors de ses nombreux « bugs ». Il est très attaché à ses amis Cook et Freddy qui forme son cercle ainsi que sa zone de confort d’un point de vue sociale. Tout au long de la saison trois JJ apparait comme facilement influençable et manipulable par Cook qui ne mesure pas les troubles de JJ contrairement à Freddy. De plus, ce cercle est mis en danger par Effy qui crée une discorde entre Cook et Freddy. Durant la saison quatre, JJ apprend à sortir de cette zone de confort par son travail mais également par le fait de flirter avec l’une de ses collègues, ils entament alors une relation amoureuse bien que la jeune femme ait un enfant. Cette relation, bien que chaotique lui fait prendre en maturité et en assurance, lui permettant de sortir de cette zone de confort sociale formée dans la saison trois.

 

Finalement, cette série présente de nombreux problèmes sociaux tout au long de ses sept saisons et présente également différentes manières de les gérer. Elle donne à voir des personnages qui vivent, font des erreurs mais surtout des personnages qui grandissent et apprennent à vivre avec leurs erreurs, cette série parle aux adolescents pour cette raison.

Manon Lorrain (étudiante de L3, Lettres Modernes, 2018-2019)
Billet rédigé dans le cadre d’un stage d’observation au CRIMEL


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.