Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser?

SÉANCE DU JEUDI 3 OCTOBRE 2019

Bernard TEYSSANDIER
Le centaure Chiron ou comment s’en débarrasser?
Variations et dissolutions mythologiques

 

Bibliothèque Robert de Sorbon – Campus Croix-Rouge
16h30-18h30

La fortune iconographique du centaure Chiron, maître d’éducation, est impressionnante.  Après avoir triomphé à l’époque néo-classique, cette figure mythologique « médiane », en cela qu’elle ne se situe pas exactement au sommet du Panthéon de la Fable tout en restant corrélée à la tradition écrite, disparaît de notre horizon contemporain. De ce point de vue,  le Grand Siècle constitue sans doute un point d’observation intéressant pour en étudier les avatars, notamment par le prisme de l’éducation du prince et de ses représentations.

Bernard Teyssandier est spécialiste de littérature française du XVIIe siècle, est maître de conférences Hdr à l’Université de Reims. Ses travaux l’ont notamment conduit à interroger les rapports du texte et de l’image dans la perspective de l’éducation du prince au Grand Siècle et de ses représentations. Il est l’auteur entre autres de  Gabriel Naudé, Avis pour dresser une bibliothèque, édition annotée et établie par B. Teyssandier, Paris, Klincksieck, 2008 ; La Morale par l’image. La Doctrine des mœurs dans la vie et l’œuvre de Gomberville, Paris, H. Champion, 2008 ; Le Roi hors de page et autres textes. Une anthologie, édition critique établie sous la direction de B. Teyssandier, Reims, Épure, 2012 ; Jean Héroard, De l’institution du prince (1609), édition annotée et établie par B. Teyssandier, Paris, Hermann, 2013.

Contact: Karin Ueltschi – karin.ueltschi-courchinoux@univ-reims.fr

TÉLÉCHARGEMENTRésumé Centaure-TEYSSANDIER:
Ajout au 8 octobre 2019:

Crédits:
* bandeau: Gustave Doré, [Il marcha vers le château qu’il voyait au bout d’une grande avenue où il entra], estampe pour les Contes de Charles Perrault (“La Belle au bois dormant”), 1862 – source: Gallica.
* illustration: Pier-Paul Rubens, L’éducation d’Achille par Chiron, 1630, Musée du Prado, Madrid.


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.