Territoires, communautés, appartenances : la question de l’identité dans les « spectateurs » (Édimbourg, 16 juillet 2019)

Le Club de « Mr Spectator » (illustration pour l’édition en volumes de 1788)

Cette journée d’études s’inscrira dans le cadre du 15ème Congrès de la SIEDS qui se tiendra à Édimbourg du 14 au 19 juillet 2019, et dont la thématique sera « Lumières et identités ». Organisée par Klaus Ertler (Prof. à l’Université de Graz) et Alexis Lévrier (MCF à l’Université de Reims, CRIMEL), cette journée donnera lieu à un ouvrage publié aux éditions Peter Lang, dans la collection « Die Aufklärung in der Romania ».

Cette journée viendra prolonger les ateliers et les tables rondes consacrés aux études spectatoriales lors des Congrès des Lumières de Graz (en 2011) et de Rotterdam (en 2015), puis lors des rencontres de Düsseldorf (2016), de Graz (2017) et de Paris (2018). La thématique du Congrès d’Édimbourg se prête en outre particulièrement bien à une réflexion sur la tradition spectatoriale. La question de l’identité est en effet centrale dans les centaines de « spectateurs » publiés en Europe et dans le monde au cours du siècle des Lumières. L’expansion rapide de ce phénomène journalistique, qui déborde au bout de quelques semaines l’Angleterre et finit par toucher l’ensemble du continent, est en effet révélatrice du développement d’une culture et même d’un sentiment européens. Beaucoup d’auteurs de « spectateurs » revendiquent même leur cosmopolitisme et se définissent volontiers comme des « citoyens du monde ». Mais dans le même temps, le succès mondial des « spectateurs » est inséparable de l’affirmation d’identités locales et nationales particulièrement fortes : dans chaque ville où le modèle du Spectator est imité, il est adapté à ce nouveau contexte et devient même, dans bien des cas, le prétexte à la revendication d’une culture et d’une langue spécifiques.

À cette question de l’identité collective s’ajoutent, dans nombre de « spectateurs », des questionnements et des revendications plus individuels. Certes, dans le périodique fondé par Joseph Addison et Richard Steele, « Mr Spectator » servait surtout de point focal, et n’était doté que de caractéristiques physiques et psychologiques très abstraites. Mais, en Angleterre comme sur le continent, les successeurs des deux journalistes anglais choisiront souvent de donner la parole à des énonciateurs beaucoup plus incarnés, qui feront de leur identité (sociale, culturelle ou sexuelle) la matière même de leurs réflexions.

PROGRAMME:

* 1ère session (mardi 16 juillet, 14h30-16h. Présidence: Klaus Ertler)

– Samuel Baudry (Université de Lyon) : L’influence de l’Opéra italien en Angleterre dans le Spectator

Les trois numéros du Spectator consacrés à l’influence de l’Opéra italien en Angleterre (5, 18, 31) tissent des liens entre les pratiques culturelles des individus et leur appartenance à des classes sociales ou à des nations—une problématique que leurs traductions et retraductions en français au cours du dix-huitième siècle vient encore complexifier.

A travers l’étude de ces va-et-vient entre le continent et les îles britanniques nous verrons comment ces débats permettent au Spectator de construire une théorie unifiée de la « Culture », avec pour proposition centrale que toutes les formes qu’elle englobe peuvent se discuter, dans des débats publics au café, dans des propositions de réforme, dans des lettres, etc. Quant à la rhétorique qui s’y développe, elle prétend remplacer la critique purement morale de ses prédécesseurs par une critique fondée sur le « goût », qui cache en vérité une moralité tout aussi codifiée derrière un discours individualiste.

– Françoise Gevrey (Université de Reims): L’identité comme arme du combat philosophique dans les Lettres juives du marquis d’Argens

Les Lettres juives ont paru en Hollande sous forme de périodique (demi-feuille de huit pages d’impression deux fois par semaine le lundi et le jeudi du 12 décembre 1735 au 29 août 1737) avant d’être réunies en volumes de trente lettres environ. Cette périodicité, qui les rapproche du modèle des « spectateurs », leur conférait une efficacité polémique plus grande alors que l’auteur hésitait souvent entre l’essai et le journal dans cette correspondance qui se voulait « philosophique, historique et critique ». Le choix de trois correspondants juifs qui se partagent l’espace géographique européen et oriental au cours de leurs déplacements (deux lettres d’Aaron Monceca sont envoyées d’Édimbourg) permet un décentrement du regard du spectateur sur les nations, les mœurs, les cultures et les religions. La confrontation des identités autorise le combat des idées et une réflexion pyrrhonienne face aux superstitions, l’auteur montrant son attachement au cosmopolitisme des Lumières. D’Argens ne voulait pas être lu comme un imitateur de Marana ou de Montesquieu. On s’interrogera donc sur l’originalité de l’identité chez celui que Jean Sgard considère comme un « journaliste philosophe ».

Alexis Lévrier (Université de Reims) : L’attachement paradoxal à une ville et une culture : l’identité collective dans les « spectateurs » d’expression française

Le genre des « spectateurs » a d’emblée été caractérisé par son extraordinaire succès en Angleterre, puis sur le reste du continent. Traduit, plagié, imité partout en Europe, il a sans nul doute contribué à l’affirmation d’une culture européenne au XVIIIe siècle. Les personnages de Spectateurs sont en outre, pour la plupart d’entre eux, définis par un sentiment d’étrangeté vis-à-vis du monde qui les entoure : ils vivent en marge de la société qu’ils décrivent, sans réellement coïncider avec elle. Nous voudrions pourtant montrer que la question de l’identité spatiale et géographique se situe au cœur de ces journaux : dans le périodique fondateur, Addison et Steele ont tenté de représenter la vie quotidienne à Londres, et ont donné à voir à leurs lecteurs tous les mouvements de la société londonienne. Les adaptations en langue française du Spectator reprennent cet objectif, en l’adaptant à de nouvelles villes, en Hollande, en France ou même au Danemark. L’imaginaire urbain est ainsi partout présent dans ces journaux, et l’adaptation du modèle du périodique anglais s’accompagne d’une volonté d’exalter d’autres lieux, une autre culture et d’autres pratiques sociales. Même s’il existe des exceptions, comme la ville jamais nommée où écrit l’Indigent philosophe de Marivaux, nous verrons que les « spectateurs » d’expression française ne sont jamais prisonniers de leur modèle anglais : chaque imitateur ne s’inspire du Spectator que pour mieux valoriser sa ville, son pays et sa langue.

Marivaux, L’Indigent philosophe, 1ère page de la première feuille (1727)

* 2ème session (mardi 16 juillet, 16h30 – 18h. Présidence: Alexis Lévrier)

– Hélène Boons (Université Paris 3 Sorbonne Nouvelle): (Sur)jouer l’écriture féminine : le cas de trois « Spectatrices » au XVIIIe siècle

L’énonciation des « spectateurs », ces périodiques d’expression personnelle caractérisés par la présence d’un « journaliste masqué », s’accorde le plus souvent au masculin. Mr Spectator, le personnage éponyme du périodique londonien publié en 1711-1712 par Joseph Addison et Richard Steele, ne peut être qu’un homme, puisqu’il endosse la fonction, masculine entre toutes, du moraliste. Pourtant, il existe en France trois « spectateurs » qui feignent d’être rédigés par des femmes : La Spectatrice, périodique anonyme, bimensuel puis mensuel, qui fut distribué de 1728 à 1729 ; La Spectatrice danoise ou L’Aspasie moderne, bihebdomadaire de Laurent Angliviel de la Beaumelle, publié de 1748 à 1750 ; enfin, un texte qui ne ressort pas à strictement parler du genre périodique, Les Chiffons, ou Mélanges de raison et de folie par Mlle Javotte, ravaudeuse, de Jacques Mague de Saint-Aubin, qui paraît en deux volumes en 1786 et 1787. Dans ces trois ouvrages qui s’apparentent au genre des « spectateurs » et dont deux au moins sont écrits par des hommes, la connivence avec le lectorat repose sur l’emploi de stéréotypes concernant l’écriture féminine : la Spectatrice de 1728, Aspasie, puis Javotte se donnent de manière contrastée des airs de salonnières, incapables, en raison de leur sexe, d’ordonner leurs idées de manière suivie. La Spectatrice est en somme une figure dont l’identité s’aligne sur les codes de l’écriture féminine hérités de la galanterie. Or, pour les auteurs de « spectateurs », les qualités de naturel, d’antipédanterie, de désinvolture, sont autant de vertus cardinales. La feuille volante en tant que forme légère, portative, fragmentaire, ne peut que servir d’écrin à une écriture conversationnelle qui s’y déploie adroitement. Le devenir essentiel du Spectateur serait-il la Spectatrice ? On étudiera les variations des jeux sur les lieux communs dessinant l’identité auctoriale féminine à travers ces trois textes jalons, en observant continuités et variations d’un personnage de « Spectatrice » à l’autre.

– Claire Boulard Jouslin (Université Paris Sorbonne Nouvelle): Translating the Guardian (1713) into French: portrait of Nestor Ironside as the Mentor Moderne  (1723)

In 1723, Justus Van Effen, a Dutch writer who had already published several essay periodicals imitating the Spectator issued the French translation of the successful periodical essay the Guardian (originally published in flying sheets in 1713). This translation was a dual challenge because the Guardian was dealing with many topical English subjects relating to political controversies, literature and fashions – some of them likely to be unintelligible to non-English readers- and it was at time critical of France and catholicism, a stance that could ruffle the pride of many continental readers. This paper offers therefore to examine how Van Effen steered his way through the conflicting French and British identities to produce a pedagogical text that transcended the Franco-British rivalry.

– Klaus-Dieter Ertler (Université de Graz, Autriche): Les jeux d’identité dans La Spectatrice danoise de Laurent Angliviel de la Beaumelle

Dans le contexte des « spectateurs » européens, La Spectatrice danoise, ou l’Aspasie moderne (1748-1750) se trouve à la charnière du développement du genre. Ce modèle spectatorial, une sorte d’épigone dans les cultures protestantes, commence à connaître une carrière importante dans les pays catholiques avant de subir une transformation profonde vers la fin du siècle. Dans ma contribution, il s’agit d’analyser les voix des énonciateurs impliqués, en particulier la voix de la conseillère française sous le masque danois, afin d’établir les jeux d’identité développés dans les feuilles morales. Cette analyse permettra aussi la mise en perspective de la construction d’une identité scandinave à partir d’une position extérieure, c’est-à-dire francophone.

La Beaumelle, La Spectatrice danoise (page de titre du t. II), 1750
La Spectatrice (1ère page de la 1ère semaine, 1728)

Crédit (bandeau): https://www.edition-originale.com/fr/livres-anciens-1455-1820/litteratures/steele-le-spectateur-ou-le-socrate-moderne-1754-40749


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.