soutenance d’Anaïs Oléron

Mme Anaïs Oléron soutiendra sa thèse de doctorat, préparée sous la direction de Vincent JOUVE (URCA), et intitulée

La fiabilité narrative en question(s), parcours textuels et liberté du lecteur

membres du jury :
Raphaël BARONI Université de Lausanne Rapporteur
Vincent JOUVE (Univ. Reims-Champagne Ardenne), directeur
Liesbeth KHORTALS ALTES Université de Groningue Rapporteur
Frank WAGNER Université de Rennes 2 Co-directeur de thèse

Quand :
Mardi 25 juin 2019 à 14h30

Où :
Salle E14
Université de Reims Champagne-Ardenne
Bâtiment recherche, RDC aile droite
57 bis rue Pierre Taittinger
51100 REIMS

Résumé:
La formule «narrateur non crédible » apparaît sous la plume du théoricien américain Wayne C. Booth, au début des années Soixante. Par-là, il entend rendre compte de situations dans lesquelles le lecteur repère une distance entre le récit que rapporte le narrateur et ce que le texte donne à entendre par ailleurs. Cet effet de distance repose sur la détection, par le lecteur, d’indices textuels corroborant son sentiment. Le problème principal est alors celui de l’interaction entre l’« interface » que constituent le texte et le lecteur qui l’actualise. Au-delà du pacte de lecture noué entre l’œuvre et son lecteur, entrent également en ligne de compte certaines attentes correspondant à l’expérience commune ou façonnées par la culture littéraire. L’objectif de cette thèse est ainsi d’élaborer une synthèse des travaux passés et actuels sur la notion de narrateur non fiable. Un premier axe décline les différentes hypothèses et méthodes d’approche des textes permettant d’expliquer que certains narrateurs apparaissent moins fiables que d’autres. Un deuxième axe s’inscrit dans une perspective typologique et présente différentes formes de non fiabilité, invitant en outre à repérer les indices présents au sein des textes. Une troisième partie se concentre sur la question de l’interaction entre données textuelles et choix interprétatifs du lecteur. Elle propose pour cela l’étude de plusieurs œuvres contemporaines aux pactes de lecture ambigus ou indécidables. Un dernier temps du travail interroge les enjeux esthétiques et anthropologiques des narrations non fiables, le procédé étant symptomatique des tensions et des interrogations qui traversent notre société.

Crédit: Marc Frant, Carnaval longovénitien 2018 – au golf – source: Flickr.


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.