L’édition de création 1930-1970. Le grand illustré, et après ?

L’édition de création 1930-1970.
Le grand illustré, et après ?

Sous la responsabilité de Sophie Lesiewicz (Bibliothèque littéraire Jacques Doucet) & Anne-Christine Royère (Université de Reims Champagne-Ardenne, CRIMEL EA3311)

ANNONCE
Après la crise des années 1930, le champ du livre de luxe se reconfigure. S’ouvre alors la période de ce que l’on considère en France comme l’âge d’or du « livre d’artistes ». Principalement édité par des galeristes, il affirme la littérarité du texte, sollicite des peintres au détriment des illustrateurs de métier ou des décorateurs, rejette l’édition de demi-luxe. Ainsi, dans la seconde moitié du XXe siècle, l’alliance de la poésie et de la peinture devient paradigmatique de ce que l’on a pu nommer « livres de peintre », « livres de dialogue » ou encore « grands illustrés ». Nombreuses sont les études consacrées aux grandes figures de ce renouveau bibliophilique : il convient désormais de mettre en lumière des éditeurs moins flamboyants ou plus éphémères.
La production éditoriale des années 1930 au début des années 1980 ne se résume cependant pas à ces ouvrages. Il y a un « après », mais aussi un « autour » du « grand illustré », porté notamment par l’innovation typographique initiée dans le livre de poésie par Mallarmé en 1897 et faisant de celle-ci une des données de la littérarité du texte dans des livres que l’on pourrait qualifier de « livres (typo)graphiques ». Enfin, dans les années 1960, l’artist’s book traverse l’Atlantique pour devenir « livre d’artiste », au singulier, dont les articulations avec le substrat français restent à discuter : la théorie du texte et de l’histoire du livre sont-elles hors du champ de ce livre d’artiste? Une production alternative semble en effet s’inscrire dans le double sillage des théories du texte et de l’intermedia tandis qu’une autre met en cause et en crise le livre, l’interroge, en procédant à sa réévaluation critique pour en explorer ou en détourner la forme objectale.

PROGRAMME
Lundi 3 juin 2019
9h30 Accueil

10h Introduction — Sophie Lesiewicz & Anne-Christine Royère

10h30 – 12h30 > Compléments à l’histoire de l’âge d’or du livre de peintre

Jean-Michel Galland (École nationale des chartes), “Une approche bourdieusienne de l’illustration de l’entre-deux-guerres : quelques éléments pour nourrir le débat sur « le grand illustré, et après »?”

Irène Fabry-Tehranchi (Cambridge University Library), “Les livres d’artistes à la Libération : autour de la collection Chadwyck-Healey (1944-1946)”

Jean Lissarrague (Éditions Écarts), “Les livres de peintre publiés par les éditions Bordas 1944-1953”

14h – 15h15 > Écrivains/éditeurs, artistes du livre

Frédéric Acquaviva (Compositeur),Roberto Altmann, la Geste hypergraphique

Reine Bürki (ENSSIB), “Robert Morel : faire des livres, une entrée en matières”

15h30 – 17h30 > Le livre d’artiste en question

Sibylle Orlandi (Université Statale, Milan / Institut français Italia), “Ghérasim Luca et les livres-objets : « entrée libre »”

Didier Mathieu (Centre du livre d’artiste de Saint-Yrieix-la-Perche), “Paul Armand Gette. Un goût certain pour la publication”

Didier Schulman, Aurélien Bernard (Bibliothèque Kandinsky), “Christian Boltanski, premiers livres d’artiste”

LIEU
Bibliothèque de l’Arsenal
1 rue de Sully – 75004 Paris
Entrée gratuite, sur réservation obligatoire au 01 53 79 49 49

CONTACTS
anne-christine.royere@univ-reims.fr
sophie.lesiewicz@bljd.sorbonne.fr

TÉLÉCHARGEMENT
Programme et résumés des communications

Crédit: Bibliothèque Jacques Doucet


Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.