La langue du lecteur

Approches Interdisciplinaires de la Lecture – vol. 11 – 2017

La « résonance lectorale », thème de la précédente session, nous a amenés à formuler la question d’un partage de la langue, entre auteur et lecteur. La « langue du lecteur » est un des points aveugles de la théorie de la lecture. Selon le sens commun, il est entendu que « l’auteur écrit » et que « le lecteur lit ». Mais dans quelle langue le lecteur pense-t-il ce qu’il est en train de lire? La question ne s’applique pas qu’à la lecture dans une langue dite étrangère: elle vaut aussi pour tous les cas où l’écrivain et son lecteur sont supposés partager la même langue naturelle.

Les théories du langage ont nommé idiolecte l’inflexion apportée par un écrivain doté de quelque originalité à la langue commune conçue comme simple outil de communication. Les grandes écritures modifient sans doute la langue du lecteur, le transformant en quelqu’un « qui a lu Céline, Proust ou Joyce ». Mais la lecture active et vraiment littéraire reconfigure le sens en produisant son propre texte, qu’on l’appelle « contre-texte » ou « texte de lecture ». Dans quelle mesure la langue du lecteur critique mime-t-elle celle de l’écrivain? N’y a-t-il, de l’écrivain au lecteur, qu’une seule et même langue à l’œuvre dans la relation littéraire ou convient-il d’envisager des seuils séparant deux modalités de la même langue, voire trois, si l’on distingue la langue du critique, à son tour inventive, de la langue de communication courante?

Dir. Marie-Madeleine Gladieu,  Jean-Michel Pottier et Alain Trouvé

SOMMAIRE

Alain Trouvé – Avant-propos

I. De la distinction entre langue d’auteur et langue de lecteur

  • Jean-Jacques Lecercle – Langue du lecteur, langue du texte
  • Alain Trouvé – Lire, écrire, penser : la langue, de l’auteur au lecteur
  • Nathalie Roelens – L’amour bilingue : lire Khatibi et Segalen

II. Langue du lecteur et pluralité linguistique

  • Jean-Michel Pottier – Relire Proust en enfer : l’expérience de Joseph Czapski
  • Thierry Davo – L’idiolecte lectoral : lectures bilingues des Chants de Maldoror
  • Christine Chollier, De la langue du lecteur à la langue du traducteur

III. La langue du lecteur en interprète

  • Marie-France Boireau – La langue du lecteur, une langue en écho Les jardins de la terre de J.-P. Richard
  • Anaïs Oléron – Le narrateur non fiable ou les limites de l’interprétation. Le lecteur, juge du narrateur ?
  • Marine Galiné – Lecteur / spectateur / voyeur : « Wildgoose Lodge » et la langue dé-structurante de l’horreur

IV. La langue de l’auteur comme lecteur

  • Misako Nemoto – La littérature en concurrence avec la vie : Mishima lecteur de Proust
  • Marie-Madeleine Gladieu – Erreurs de traduction, modèles d’écriture. Mario Vargas Llosa, lecteur et traducteur de Rimbaud

Hors-dossier

  • Marta Waldegaray – La lecture comme expérience d’individuation chez Ernesto Guevara

Éditeur : Éditions et Presses universitaires de Reims (Épure)
Nb de pages : 256 p.
ISBN-10 2374960374
ISBN-13 9782374960371

Crédit : Eole Wind, The Reader, 2008 – Source : Flickr


Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.