[Billet d’étudiant] Compte rendu du séminaire A2IL8

Au cours de mon stage de L3 au sein du CRIMEL, j’ai pu assister à plusieurs interventions d’enseignants-chercheurs, sur divers sujets. Lors de ce jeudi 15 février 2024, à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, j’ai choisi d’assister à la conférence suivante : « Co-textes, pré-textes, et documents d’archive : Tender Is the Night de F.Scott Fitzgerald, le roman sans cesse réécrit ».

L’intervenant qui nous a fait l’honneur de nous présenter ses recherches sur cette œuvre singulière, se nomme M. Gérald Préher, enseignant-chercheur en littérature nord-américaine à l’Université d’Artois .J’ai souhaité assister à cette conférence pour diverses raisons. Premièrement, pour mon attirance particulière pour la littérature anglaise après ou avant-guerre. De même, connaissant peu Fitzgerald, je souhaitais assouvir ma curiosité sur celui-ci, Fitzgerald étant désigné comme l’un des romanciers phares de ce siècle. Dernièrement, la problématique posée, à savoir l’histoire en permanence réécrite, me semblait intéressante pour comprendre comment la conception d’un roman pouvait appeler à l’utilisation de divers outils, qui dépasse la simple invention de l’auteur même. Ce séminaire multiculturel et interdisciplinaire (c’est-à-dire qui croise différentes disciplines) a pour but de mettre en avant la dialectique de l’archive. À l’aide de ce roman de Fitzgerald, nous avons vu que le travail de l’écrivain est plus qu’un travail d’invention. À la force de sa plume, l’écrivain tisse à l’aide de divers emprunts (personnels, fictifs) une œuvre particulière.

En premier lieu, rappelons brièvement ce qu’il se passe dans ce roman. Il s’agit d’une histoire d’amour à l’américaine, ayant pour arrière-plan la condition bouleversée de l’Amérique des années 1950. Ce roman narre les passions amoureuses d’un certain Dick (psychiatre), qui s’éprend crescendo de Zelda, une de ses patientes internées. Le roman narre aussi ses passions de ce dernier pour une certaine Niccole, qu’il aurait rencontrée lors d’un voyage. En reprenant les quelques termes du résumé français (Tendre est la nuit – Francis Scott Fitzgerald – Babelio), ce roman est la narration de protagonistes perdus, dans des paysages perdus, dans lesquels, les personnages sont voués à demeurer mortels, incapables de prolonger l’infini (..). En d’autres termes, il s’agit de l’anti-destinée manifeste d’une génération vouée à être perdue, à cause de plusieurs facteurs, dont des facteurs sociétaux, sociologiques etc. dans l’Amérique bouleversée de ces années-ci. Dans la courte biographie que nous a proposé ce professeur-chercheur, plusieurs points importants sont à relever. Ce livre fut publié en 1951, mais connu de nombreuses éditions et bouleversements au cours de son écriture et de sa conception. L’auteur est connu pour revenir sur ses brouillons de nombreuses fois, et par ailleurs, certains passages de ce roman se font l’écho de ses nouvelles (Indécision, Magnétisme etc.) mais aussi de la correspondance entre celui-ci & son éditeur. De plus, Fitzgerald, interroge sans cesse la porosité entre réel & fiction, : il est connu pour insérer des anecdotes personnelles dans son œuvre. Enfin, le roman subit de nombreux ajouts et suppressions, voire des réécritures de la part de l’éditeur avec qui Fitzgerald liait une relation plus ou moins conflictuelle. Son œuvre ne correspondait jamais à ses objectifs précis.

Après cette courte présentation de l’auteur, et le résumé de son œuvre, l’intervenant nous a proposé son interprétation : Fitzgerald nous offre, à travers son roman, un exemple presque parfait de la fusion entre le vieux & le neuf. Celui-ci, (l’auteur) est ce genre d’artiste qui écrit autour de ses brouillons et qui se commente lui-même, en rajoutant / supprimant des choses, en fonction de ses aspirations. De plus, cette œuvre nous propose un portait des passions intérieures individuelles et collectives et montre surtout la réalité de celles-ci (son écriture étant aussi partiellement influencée par Zola, écrivain français du XIXème siècle).

In fine, nous pouvons retenir ces quelques points. Tender in the Night est un roman qui est plus qu’une simple fiction venant de l’imagination de l’écrivain. Nous avons vu brièvement qu’il fait écho à plusieurs faits divers et personnages réels (exemple : utilisation du prénom réel de sa femme pour l’une de ses protagonistes). Il fait aussi écho à certaines autres de ses œuvres telles que ses nouvelles ou sa correspondance. Cet ouvrage vérifie bien l’idée que l’artiste peut ne jamais être réellement satisfait de sa production, comme si la grammaire courante ne pouvait traduire son art singulier. Cette absence de vocabulaire suffisant peut définir l’un des aspects du statut d’artiste.



Citer ce billet
Lucie Menu (2024, 24 février). [Billet d’étudiant] Compte rendu du séminaire A2IL8. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11puq

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.