[Billet d’étudiant] Résumé d’entretien

Résumé entretien avec Mme Ueltschi et exemple avec la séance du 1er février

Actuellement en dernière année de licence de Lettres Modernes, il m’est nécessaire pour valider celle-ci d’effectuer un stage, dans le domaine qui m’inspire le plus. J’ai décidé de m’informer sur la possibilité d’entreprendre un stage au sein du CRIMEL, afin d’en découvrir un peu plus sur le monde de la Recherche, qui commençait depuis ma L1 à « titiller » ma curiosité.

J’ai trouvé cela intéressant de joindre à ce billet une définition précise du monde de la recherche et de ses constituants. A l’aide de l’entretien que Mme Ueltschi m’a gentiment accordé, j’ai pu dessiner de façon très succincte la manière d’organiser les séminaires et les journées d’études. Après cet aspect théorique, je propose, pour mieux comprendre les choses, une illustration d’une journée d’étude (à savoir la journée d’étude du 1er Février 2024 qui concernait les objets du quotidien pris au croisement de la Petite et de la Grande mythologie).

L’événement du jeudi 1er Février 2024 a eut lieu au cœur de l’Université de Reims Champagne-Ardenne, plus précisément à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon. J’ai pu y assister de 9h à 17h, étant entièrement libre ce jour-là. J’ai pu y constater, les divers aspects que Mme Ueltschi m’a expliqués avec plus de précision lors de notre entretien. J’ai décidé de suivre cette journée d’étude pour plusieurs raisons. Premièrement, j’ai souhaité voir ce que c’était réellement une conférence faite de plusieurs enseignants-chercheurs, celle-ci étant la première à laquelle j’ai pu assister. Deuxièmement, le thème m’attirait davantage encore. Cet aspect presque magique des objets courants était un thème intéressant à découvrir. Notre quotidien est remplis d’objets anodins qui peuvent être les socles de multiples récits légendaires ou mythiques. Pour moi, ces enseignants-chercheurs, nous ont prouvés, avec leurs singularités, que notre quotidien, sans que nous le sachions vraiment, est source de multiples histoires plus ou moins magiques.

L’aspect « théorique »

Qu’est-ce qu’un séminaire ? Comment l’organise-ton ? Et quels sont ses buts ? (entretien général avec Mme Ueltschi)

Les termes de séminaire, de colloque, de conférence, se ressemblent et peuvent parfois, nous causer problème dans leurs sens. Nous avons l’impression qu’ils renvoient tous à un même événement, à savoir un débat ouvert, sur un sujet ou une problématique précise, cependant au cours de mon entretien avec Mme Ueltschi (que je remercie encore fortement !), j’ai pu comprendre davantage la différence entre ces diverses notions. Au cours, de notre entretien, celle-ci m’a donné les grands traits de l’organisation et de la conception de ce genre d’événement, afin que je puisse en faire une définition assez large, et l’illustrer à l’aide de la journée du 1er février 2024 (qui est la première journée d’étude du séminaire « Grandes & Petites mythologies »).

Premièrement, lors de regroupements réguliers, les enseignants-chercheurs amènent des idées (pas forcément en lien avec l’actualité) qui pourraient être des socles de débats prochains. Lorsqu’une idée est retenue, les chercheurs intéressés par cette idée conceptualisent leurs exposés. En parallèle, l’organisateur ou organisatrice en charge du projet (pour ce cas-ci : Mme.Ueltschi), fait diverses annonces par mail à divers chercheurs extérieurs, qui pourraient être intéressés par le sujet choisi. Précisions que, le CRIMEL touche annuellement une certaine somme d’argent afin de concrétiser leur projet. Par exemple, les frais de déplacements possibles des enseignants-chercheurs extérieurs à l’URCA peuvent être pris en charge par le CRIMEL. Plusieurs mois à l’avance, des votes sont fait pour confirmer les dates des débats et des futurs évènements du centre de recherche. Quand celles-ci sont établies, des annonces régulières sont faites au sein de l’université afin d’attirer un maximum d’intéressés. Les principaux buts de ces débats sont la confrontation des savoirs mais aussi l’échange et le dialogue. Pour aller au plus simple, (j’ai choisi de passer plusieurs points très « techniques »), après un séminaire dans le genre du 1er février, un résumé est demandé aux divers intervenants (avec une taille à respecter), afin de regrouper toutes ses idées sous un même « chapeau » (création et édition d’un ouvrage).

L’aspect pratique

Commençons par le début. Si nous portons un intérêt à cette journée d’étude, nous sommes invités à rejoindre la salle spécifique aux conférences de la bibliothèque et à être ponctuel (arriver pour 9h). Cela a l’air anecdotique de dire que le temps est important, cependant au cœur d’une journée de conférence comme celle-ci qui regroupe plusieurs intervenants est un aspect crucial. Après l’arrivée de tous les intéressés en présentiel, les enseignants, avant de commencer, connectent leur matériel informatique, pour permettre aux « intéressés virtuels », de pouvoir suivre cette journée à distance. Le présentiel est mieux selon mon opinion, car nous avons une plus grande proximité avec les enseignants et nous sommes davantage imprégnés de leurs sujets en présentiel qu’en distanciel. Cependant, pour l’aspect horaire, les ”petites” conférences se faisant en général de 17h à 19h, je conçois, pour des raisons de temps, de regarder la conférence à distance est plus agréable. Après ce 9H passé, une courte présentation de la journée et de son programme nous a été faite par la présidente même du CRIMEL à savoir Mme Conte (à voir : brochure de cette journée). Comme vous pouvez le voir sur cette brochure (ou non), voilà comment chronologiquement cette journée s’est déroulée. La journée était cadrée par plusieurs présidents de séances qui regroupaient plusieurs enseignants sous un même thème. Chaque intervenant ayant un temps égal de parole, à savoir 30 minutes en comptant les questions éventuelles, peuvent légèrement dépasser. Au-delà de ce temps, la journée peut se retrouver bousculée. Pour ce cas particulier du 1er février, le temps entre enseignants a été globalement respecté, a un détail près. En effet, la fin de journée s’est retrouvée dérangée par l’intervention un peu (beaucoup) trop longue d’un intervenant, en comparaison des autres. Cependant, loin d’être une faute fatale, celui-ci n’a sûrement pas vu le temps passé.

Avant la pause méridienne, nous avons eu le droit à diverses discussions intéressantes telles que sur la représentation du miroir, sur la représentation des anneaux dans les fabliaux voire sur l’objet Graal. De plus, pour reprendre les mots de Mme Ueltschi, une pause goûter est offerte, pour éliminer cet aspect trop théorique de cette conférence et de donner un aspect plus convivial, le but étant certes de rassembler du monde à l’instant T, mais aussi sur le long terme (en d’autres termes, il est important de se faire connaître extérieurement).

Pour l’après-midi de 14h15 à 16h45, nous avons eu la chance d’assister à quatre interventions singulières, à savoir une sur l’aspect problématique du talisman dans La Peau de Chagrin de Balzac, une sur le cas de La Princesse légère de McDonald (trop bien ! Auteur anglais mal reconnu et dont les œuvres ont été traduites que très récemment selon les informations de l’intervenante. A lire absolument si vous appréciez le côté fantastique et ce côté Alice aux Pays des Merveilles). Le sujet de la troisième intervention portait sur la matérialité du bouclier dans l’imaginaire médiéval. Enfin cette journée d’étude s’est terminée par l’intervention de Mme Ueltschi qui portait sur les transformations et les (en)jeux métonymiques des bâtons, balais & baguettes. J’ai oubliée de préciser que la demi-journée était coupée en deux pour laisser place à une courte pause (de 11h15 à 11h45 pour le matin, et de 15h15 à 15h45 pour l’après-midi).

Mon opinion globale sur cette journée : mon opinion s’en trouve très positive pour diverses raisons. En premier lieu, si nous avons soif de curiosité littéraire sur tel ou tel sujet, ce genre d’évènement est le paradis parfait pour assouvir cette curiosité. De plus, (élément que j’ai oubliée de mentionner dans mon aspect « pratique »), pour ma part j’ai préférée arriver pour le début, mais ce n’est pas obligatoire. Toute personne intéressée par cette journée peut arriver et partir à l’heure qu’elle souhaite. De plus, voir les enseignants débattre dans le respect de chacun tout en voulant défendre ses idées, montre l’un des aspects de richesses intellectuels que je partage profondément. Certes, nous pouvons assouvir notre recherche d’informations en solitaire en faisant des investigations par nous même. Cependant, ce que j’appellerais la « richesse de l’âme », peut se trouver dans le débat avec les autres. Je ne vois pas vraiment de points négatifs à signaler. A part peut-être le fait (ce qui m’est arrivé plus d’une fois), de se sentir étranger ou étrangère à telle ou telle référence, mais nous savons bien que nous pouvons pas posséder d’avance toutesles diverses références que les intervenants utilisent.

In fine, je conseille ce genre de journée d’étude à chacun & chacune qui aime s’enrichir, cultiver son esprit synthétique et critique. Assister à ce genre d’évènement est un moyen intéressant pour enrichir sa culture générale et peut être une aide précieuse pour des études en licence.

Ci-dessous : le programme de cette journée d’étude 

 



Citer ce billet
Lucie Menu (2024, 22 mars). [Billet d’étudiant] Résumé d’entretien. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pup

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.