[Billet d’étudiant] Le cas de Georges Darien

Conférence de 17h à 19h du jeudi 7 mars :  Le cas de Georges Darien, dans l’histoire de la Petite et de la Grande Mythologie.

Le 7 mars 2024, a eu lieu à la Bibliothèque universitaire Robert de Sorbon, de 17h à 19h, une conférence sur de Georges Darien, auteur engagé du XIXème siècle. Cette conférence nous a été délivrée par M. Aurélien Lorig, enseignant de littérature française à l’URCA, et membre du CRIMEL. Le but de cette conférence était de montrer, en plus de la singularité de la plume de Darien, sa capacité à mettre en avant dans ses œuvres de multiples (petites & grandes) références mythologiques, afin de promouvoir ses idées. J’ai décidé de suivre cette conférence, pour son cas particulier, et tout simplement par curiosité. Je souhaitais constater comment un écrivain pouvait se servir de la grande et de la petite mythologie pour aiguiser un style offensif. Le but de ce billet n’est pas de faire une simple liste des éléments, mais de signaler les points importants à retenir sur le cas de l’écrivain de Georges Darien concernant son recours à la grande et la petite mythologie.

Georges Darien, selon sa correspondance et sa biographie, est une personnalité qui bouscule. Comme nous l’a montré notre intervenant à patrir de la correspondance de Darien, l’écrivain utilise le terme de pétard pour signer son projet de changer les systèmes communs. Le XIXème siècle, nous le savons, est un siècle de nombreux bouleversements et de modernisations. Cependant pour Darien, le XIXème siècle est aussi et surtout un siècle de la corruption et de l’hypocrisie des grands hommes. Précisions que celui-ci, en plus d’être écrivain, est caricaturiste et a collaboré à avec P. Hadol, un autre caricaturiste (à voir quelques caricatures dans Charivari de P. Hadol de 1871-1872) , donc nous comprenons bien que, pour lui la caricature est facile. En plus de souhaiter bousculer les choses, Darien est connu pour (d)énoncer divers faits sociétaux. Dans son premier roman Biribi, ainsi que dans les Pharisiens, à l’aide de diverses références mythologiques telles que le Minotaure, Darien dénonce les mères qui livrent le fruit de [leurs] entrailles au Minotaure qui les mange. Ailleurs, Darien reprend l’image de l’Ogre pour parler de Drumont, assimilé à « un dévoreur de juifs » (voir « l’Ogre Drumont » Le rire, 5 mars 1898).

Ces images sont un excellent moyen pour Darien d’exagérer les traits et de ridiculiser certains personnages afin d’en faire la critique. L’écrivain soutient l’idée d’un individu changeant, différent, qui ose bousculer la société et penser autrement. Par exemple, à l’aide de la référence de Procuste & de Bacchus, Darien dénonce les systèmes marxiste et capitaliste. Le socialisme pour lui, « s’est constitué en parti, en religion ; (…). Il a placé sur le lit de Procuste le matelas de théories filandreuses cadrées par Marx, et invite l’humanité à s’y étendre ». Pour lui, les dogmatismes n’existent que pour encadrer la société dans des systèmes de pensée fermés. L’individu, au contraire pour Darien, doit s’affranchir de tout système afin de penser et agir par et pour lui-même. En plus de la caricature, la mythologie est doit éveiller les conscience et amener les lecteurs à combattre la société et ses fausses valeurs. Darien utilise de nombreuses références pour servir la critique de la politique de son époque. Par exemple, il prend l’image de la société victorienne pour contourner la bienséance et la tourner en ridicule (il en montre ainsi, du même coup, le caractère artificiel). Darien attaque de front les académiciens et s’en prend aux lois. Pour illustrer nous pouvons faire référence au personnage du comte Alibaba, personnage utilisé par l’écrivain pour dénoncer l’artificialité des modes de pensés. Ridiculisant toute religion, il affirme que « le temple, le monument du mensonge, est la seule chose réelle dans cette comédie sinistre qui est la comédie religieuse. » ( à lire : La Belle France).

Conclusion : Ainsi Darien développe dans son œuvre écriture pamphlétaire aux prises avec la société du XIXème siècle dans toutes ses composantes. Le but de Darien est de montrer que, derrière les changements multiples de ce XIXème, se cache une société corrompue et corruptrice, gouvernée par certains personnages tout aussi hypocrites et artificiels que la société même. Pour l’écrivain, il s’agit, à la force de sa plume (ultra) engagée de donner un portrait non vraisemblable mais qui se veut  “réaliste” de ce XIXème siècle. A. Lorig a souligné que  Darien milite pour l’avènement d’un individu libre. En d’autres termes, puor reprendre les termes de Goethe : « [Darien] voudrai[t] [se] tenir debout sur une terre libre, avec un peuple libre » (A. Lorig).

Quelques titres de Darien : Biribi (1890), Bas les cœurs ! (1889), les Pharisiens (1891), le Voleur (1897)



Citer ce billet
Lucie Menu (2024, 24 mars). [Billet d’étudiant] Le cas de Georges Darien. Les carnets du CRIMEL. Consulté le 21 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/11pur

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.